Étiquette : éducation

Brevet et Baccalauréat : félicitations à la promotion 2018 !

Avec le mois de novembre est venu le temps de la traditionnelle remise des diplômes, fruit de longues années de travail pour les collégiens et les lycéens. Petit tour d’horizon des résultats de la promotion 2018 à Val-de-Reuil.

Collège Alphonse Allais : 95,95 % de réussite !

Grande satisfaction pour tous, anciens collégiens, parents et toute l’équipe administrative et enseignante du collège Alphonse Allais vendredi 17 novembre. La promotion 2018  du Diplôme National du Brevet (DNB)  a en effet été exceptionnelle ! D’un point de vue comportemental, comme le soulignait la principale Estelle Morin, mais aussi des résultats avec 95,95% d’admis, alors que le taux de réussite dans le département de l’Eure a été de 86,36 % !

Une cérémonie où se succédaient nominations et applaudissements de parents très fiers venus en nombre récupérer le premier diplôme de leurs enfants. A noter que 81,69% des admis ont décroché une mention dont 35% de très bien, 22,54% de bien et 23,94% d’assez bien.

Lycée Marc Bloch : 19,91 de moyenne pour le major de la promotion !

La semaine suivante c’est la joie des retrouvailles qui imprimait l’ambiance au lycée Marc Bloch. Six mois sans se voir… L’occasion de cette remise du diplôme du Baccalauréat, et du dossier scolaire de l’élève depuis le Cours préparatoire, a permis à chacun de prendre des nouvelles de ses anciens camarades, permis de faire des comparaisons entre les différentes facs, les différents cursus, de revoir ses photos portraits de primaire. Elle a surtout permis d’applaudir à tout rompre les 28 lauréats de la mention très bien pendant la cérémonie organisée à cet effet par le proviseur Joël Garnier et toute  l’équipe pédagogique.

La série Générale a en effet obtenu 93,25 % de réussite (91,10% en moyenne au niveau national) et la série technologique 82,25%. Sur 201 admis, 84 bacheliers ont été reçus avec mention :  28 assez bien, 28 bien et 28 très bien. Félicitations particulières au 3 premiers qui ont obtenu leur diplôme avec plus de 19 de moyenne dont le major de la promotion Adrien Sarg (photo ci-dessus), en série ES, avec 19,91 !

Marc-Antoine Jamet à la dernière promotion du collège Pierre Mendès France : Que chacun d’entre-vous réussisse !

Ambiance solennelle et empreinte d’émotion  un peu plus tard au collège Alphonse Allais qui a accueilli la remise du DNB de la dernière promotion du collège Pierre Mendès France (fermé en juin sur décision du Conseil départemental) devant une assistance très nombreuse. Sur 67 inscrits à l’épreuve, 47 ont été reçus dont 30 avec mention (12 assez bien, 10 bien et 8 très bien).

Marc-Antoine Jamet, maire de la ville, a félicité enseignants, parents  et élèves, prodiguant à ces derniers quelques conseils : « J’espère que vous continuerez ce travail…Vous avez franchi un grand pas. Ce Brevet est une petite feuille mais un grand pas pour vos familles et j’en suis fier pour vous et pour Val-de-Reuil ».  Et d’ajouter « Je suis triste aussi car ce Brevet ne vous est pas remis dans votre collège de proximité…c’était plus d’intérêt général et d’éducation dans le quartier… On a fermé PMF, c’est dommage !  Mais je vais vous dire, je suis surtout heureux et je laisse ma tristesse de côté car ce qui compte pour moi et c’est le plus important : que chacun de vous réussisse ! »

L’enfance et la jeunesse à Val-de-Reuil

petite enfance crèches enfance jeunesse

Inscriptions, tarifs, prix, paiements des services enfance & jeunesse

Inscrire son enfant en crèche, à l'école, dans un centre de loisirs, à la restauration scolaire, connaître les tarifs, payer ...
Lire La Suite…
La maison de l'enfance

Crèches, Relais d’assistantes maternelles, la Parent’aise

Les adresses, les crèches, le relais d'assistantes maternelles, la maison de l'enfance, les infos utiles pour la petite enfance La ...
Lire La Suite…
Pour tous les jeunes rolivalois(es)

Centres de loisirs de 3 à 25 ans

Infos utiles sur les lieux d'accueil jeunesse qui reçoivent les jeunes âgés de 3 à 25 ans, dans 9 lieux, ...
Lire La Suite…
La cyberbase Isaac Asimov à Val de Reuil

La cyberbase

L’objet d’une cyber-base est d’initier, des débutants aux plus confirmés, aux technologies de l’information et de la communication (TIC), dans ...
Lire La Suite…
L’éducation et la formation : une priorité de tous les instants

L’éducation et la formation

Chaque année, la ville consacre 10 % du budget municipal aux écoles. Rentrée scolaire : ce que les établissements scolaires ...
Lire La Suite…
menu de la cantine

Le menu des cantines

L'enfance et la jeunesse à Val-de-Reuil Nos actualités sur l'enfance et la jeunesse ...
Lire La Suite…

Nos actualités jeunesse

Des enfants et des parents conquis !

Les centres de loisirs ont accueilli plus de 150 enfants rolivalois par jour au cours des vacances de la Toussaint ...
Lire La Suite…

La Médiathèque relance son drive !

Contrainte de fermer ses portes au public, la Médiathèque du Corbusier a remis en place son système de Drive. Tous ...
Lire La Suite…

Les écoles rolivaloises ont rendu hommage à Samuel Paty chacune à leur manière

Ce lundi 2 novembre, les sept écoles de Val-de-Reuil ont rendu hommage à Samuel Paty. À 11h, une minute de ...
Lire La Suite…

Un stage d’impro pour oser s’exprimer

Des minis comédiens ont suivi un stage de théâtre pendant trois jours à la salle Prétentaine. Grâce aux conseils de ...
Lire La Suite…

Matthieu Bataille à la rencontre des judokas !

Mercredi dernier, plus d’une centaine de jeunes judokas se sont rendus au gymnase Léo Lagrange pour participer au stage organisé ...
Lire La Suite…

Premiers pas dans la peinture

À chaque vacances scolaires, les chantiers jeunes reprennent du service ! Pendant deux semaines, huit lycéens de Marc Bloch ont ...
Lire La Suite…

Prendre le temps d’apprendre !

L’association Réseaux d’Échanges Réciproques de Savoirs (RERS) et le service jeunesse de la Ville ont mis en place des temps ...
Lire La Suite…

La Mission Locale rolivaloise a remporté le cyclo-challenge !

Le tour des Missions Locales Normandes a été remporté par Val-de-Reuil ! Après deux semaines de pédalage, de joie et ...
Lire La Suite…

Les Clowns rolivalois font découvrir le Népal aux écoliers

L'équipe des Petites mains a démarré son tour des écoles ! Après avoir fait le tour du Népal l'an dernier, ...
Lire La Suite…

Quand la cantine voit bon, bio et local

À la cantine chaque midi, on met les petits plats dans les grands pour les écoliers rolivalois ! Produits locaux, repas bio, découverte de nouveaux goûts, chasse au gaspi… autant d’ingrédients grâce à qui ce petit monde peut savourer les plaisirs de (bien) manger à la cantine. Pour réussir ce défi, c’est un vrai travail d’équipe qui s’organise en coulisses : de la commission qui choisit les menus aux cuisiniers qui concoctent les repas, en passant par les « dames de la cantine » sans qui rien ne serait possible et les partenaires mobilisés sur les animations… Petit tour d’horizon.

Dossier spécial Restauration municipale – Décembre 2018 – Janvier 2019 Val de Reuil_Infos n°10

 

Les informations concernant l’enfance et la jeunesse

nbsp;

petite enfance crèches enfance jeunesse

Inscriptions, tarifs, prix, paiements des services enfance & jeunesse

Inscrire son enfant en crèche, à l'école, dans un centre de loisirs, à la restauration scolaire, connaître les tarifs, payer ...
Lire La Suite…
La maison de l'enfance

Crèches, Relais d’assistantes maternelles, la Parent’aise

Les adresses, les crèches, le relais d'assistantes maternelles, la maison de l'enfance, les infos utiles pour la petite enfance La ...
Lire La Suite…
Pour tous les jeunes rolivalois(es)

Centres de loisirs de 3 à 25 ans

Infos utiles sur les lieux d'accueil jeunesse qui reçoivent les jeunes âgés de 3 à 25 ans, dans 9 lieux, ...
Lire La Suite…
La cyberbase Isaac Asimov à Val de Reuil

La cyberbase

L’objet d’une cyber-base est d’initier, des débutants aux plus confirmés, aux technologies de l’information et de la communication (TIC), dans ...
Lire La Suite…
L’éducation et la formation : une priorité de tous les instants

L’éducation et la formation

Chaque année, la ville consacre 10 % du budget municipal aux écoles. Rentrée scolaire : ce que les établissements scolaires ...
Lire La Suite…
menu de la cantine

Le menu des cantines

L'enfance et la jeunesse à Val-de-Reuil Nos actualités sur l'enfance et la jeunesse ...
Lire La Suite…

Les actualités concernant l’enfance et la jeunesse

nbsp;

Des enfants et des parents conquis !

Les centres de loisirs ont accueilli plus de 150 enfants rolivalois par jour au cours des vacances de la Toussaint ...
Lire La Suite…

La Médiathèque relance son drive !

Contrainte de fermer ses portes au public, la Médiathèque du Corbusier a remis en place son système de Drive. Tous ...
Lire La Suite…

Les écoles rolivaloises ont rendu hommage à Samuel Paty chacune à leur manière

Ce lundi 2 novembre, les sept écoles de Val-de-Reuil ont rendu hommage à Samuel Paty. À 11h, une minute de ...
Lire La Suite…

Un stage d’impro pour oser s’exprimer

Des minis comédiens ont suivi un stage de théâtre pendant trois jours à la salle Prétentaine. Grâce aux conseils de ...
Lire La Suite…

Matthieu Bataille à la rencontre des judokas !

Mercredi dernier, plus d’une centaine de jeunes judokas se sont rendus au gymnase Léo Lagrange pour participer au stage organisé ...
Lire La Suite…

Premiers pas dans la peinture

À chaque vacances scolaires, les chantiers jeunes reprennent du service ! Pendant deux semaines, huit lycéens de Marc Bloch ont ...
Lire La Suite…

Prendre le temps d’apprendre !

L’association Réseaux d’Échanges Réciproques de Savoirs (RERS) et le service jeunesse de la Ville ont mis en place des temps ...
Lire La Suite…

La Mission Locale rolivaloise a remporté le cyclo-challenge !

Le tour des Missions Locales Normandes a été remporté par Val-de-Reuil ! Après deux semaines de pédalage, de joie et ...
Lire La Suite…

Les Clowns rolivalois font découvrir le Népal aux écoliers

L'équipe des Petites mains a démarré son tour des écoles ! Après avoir fait le tour du Népal l'an dernier, ...
Lire La Suite…

Les jeunes (Rolivalois) pour la paix

Dans le cadre du grand projet “Les jeunes pour la paix”, 9 jeunes Rolivalois se lancent cette semaine dans la création d’une oeuvre d’art: la statue de la liberté revisitée. 

Vacances artistiques pour 9 jeunes Rolivalois de 11 à 17 ans. Autour d’Aurélien Boiffier, artiste plastiqueur, ces ados découvrent cette semaine les plaisirs de la création en façonnant eux-mêmes une réplique revisitée de la Statue de la Liberté, tout de métal et de bois, haute de plusieurs mètres. Elle trônera bientôt quelque part à Val-de-Reuil.

« Les enfants sont très motivés ; heureux de participer à la création de cette œuvre originale », se réjouit l’artiste qui avait déjà travaillé cet été avec un premier groupe de jeunes Rolivalois.

Un projet citoyen

Cette initiative artistique s’inscrit en effet dans un projet plus global intitulé « les jeunes pour la paix », mené dans le cadre du centenaire de la Grande Guerre, à l’initiative de l’État.

L’été dernier, 14 jeunes Rolivalois avaient notamment passé une semaine dans les locaux de la Source à la Guéroulde (27) pour y réaliser une première œuvre évoquant un message de paix. Ils avaient également pu assister au défilé du 14 juillet sur les Champs Elysées, visiter le musée de l’armée de l’air à Evreux…

Au final, ces actions tous azimuts ont permis de sensibiliser les jeunes sur leur rôle primordial au maintien de la paix aujourd’hui !

Référent de parcours du programme de réussite éducative

RÉFÉRENT(E) DE PARCOURS DU PROGRAMME DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE (h/f) Contrat à Durée Déterminée jusqu’au 31 décembre 2018

Cadre d’emploi : Adjoint d’animateur ou animateur (catégorie B ou C)

Enjeux et Missions

Sous la responsabilité du coordonnateur de la veille éducative, le référent de parcours intervient en collaboration avec les autres agents du pôle, auprès des enfants et familles intégrées dans le Programme de Réussite Éducative, à travers la mise en œuvre et le suivi d’un parcours individualisé.

Le référent de parcours intervient dans le cadre du Programme de Réussite Éducative (PRE), au sein du pôle socio-éducatif du CCAS de Val-de-Reuil. Il devra accompagner des enfants âgés de 2 à 16 ans repérés comme étant en fragilité éducative par des professionnels de l’animation, de l’éducation, du secteur social et/ou de la santé, afin de les inscrire dans une démarche globale de réussite éducative.

Dans ce cadre, il doit :
* Accompagner l’enfant dans le cadre des actions proposées par le PRE : l’aider à comprendre l’accompagnement et à maîtriser le parcours co-construit, l’aider dans son organisation, le soutenir dans ses efforts et à aller au bout des démarches engagées.
* Aider les parents sur la base des engagements du parcours de réussite éducative : les soutenir dans leur rôle éducatif, les encourager à mettre en œuvre les préconisations de l’équipe pluridisciplinaire et les accompagner dans les démarches nécessaires, les orienter vers d’autres lieux (soins, services, …) en facilitant leur connaissance du droit commun
* Jouer un rôle d’interface entre l’enfant, la famille, l’école et les autres partenaires concernés (centres sociaux, associations, clubs sportifs, travailleurs sociaux…) en collaboration avec la médiatrice école/famille

Profil

* Titulaire d’un BAC+2, vous disposez des connaissances sur le développement de l’enfant, les dispositifs éducatifs, l’aide à la scolarité, le soutien à la parentalité, le réseau de partenaires du secteur social, éducatif, scolaire.
Savoir-faire
– Capacité à travailler en équipe et en partenariat
– Capacité à expliquer ses choix, ses actions, ses orientations et à partager de l’information
– Maîtrise de la conduite d’entretiens individuels avec des familles
– Analyse de situations complexes
– Maîtrise de l’outil informatique : Word, Excel, Internet (moteur de recherche, messagerie)
Savoir être et attitudes requises
– Capacité d’observation, d’écoute, de patience, d’adaptation, de travail collaboratif
– Aptitude à l’accueil et la prise en charge des publics difficiles et/ou en difficultés
– Discrétion professionnelle (non transmission d’informations sensibles ou relatives à des situations personnelles à l’extérieur)

Conditions de recrutement

* Poste à temps plein – CDD jusqu’au 31/12/2018
* Horaires du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 13h30 à 17h et disponibilité nécessaire en cas de réunion tardives
* Disponibilité et adaptation dans l’organisation du travail

Consulter l’offre

 

Merci d’adresser votre candidature avant le 6 novembre 2018

(lettre de motivation + C.V.) par courrier à l’attention de la Direction des Ressources Humaines (Mme Charlène Jimonet)
Mairie de Val-de-Reuil
70 Rue Grande
BP 604
27106 Val-de-Reuil Cedex
Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter Monsieur EL OUERDIGHI, directeur du CCAS au 02 32 09 51 41

Pour postuler par courriel

[contact-form-7 id=”40423″ title=”V4_Candidatures_referentparcours”]

 

INTERVENANT(E) ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE (CLAS) (h/f) CDD d’octobre 2018 au 30 juin 2019

INTERVENANT(E) ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE (CLAS) (h/f) dans le cadre d’un contrat à durée déterminée d’octobre 2018 au 30 juin 2019

Cadre d’emploi : Adjoint d’animateur ou animateur (catégorie B ou C)

Enjeux et Missions

Sous la responsabilité du Coordonnateur CLAS, vous intervenez 4 fois par semaine pour proposer des activités d’appuis à la scolarité (apports méthodologiques à la leçon, révisions et projet d’ouverture culturelle) et d’aide à la parentalité (activités en lien avec les parents, écoute, soutien).

Vous travaillez en équipe dans des établissements scolaires. Le niveau des enfants varie du CP à la 3ème. Vous avez en charge un groupe de 8 enfants.

Rattaché au CCAS, vous travaillez en lien avec les différents partenaires notamment l’Éducation Nationale. Vous êtes sollicités pour remplir des évaluations et participer à des réunions d’équipes.

Profil

* Titulaire d’un BAC+2 minimum
* Bon niveau en langues apprécié
* Étudiants acceptés
* Disponible

Conditions de recrutement

* Poste à temps non complet – CDD de 10/2018 au 30/06/2019
* Horaires les lundis, mardis, jeudis et vendredis de 16h30 à 18h (seulement sur les périodes scolaires)
* Disponibilité et adaptation dans l’organisation du travail

Consulter l’offre

 

Merci d’adresser votre candidature

(lettre de motivation + C.V.) par courrier à l’attention de M. LE MAIRE
Centre Communal d’Action Sociale
Place aux jeunes
27100 Val-de-Reuil
Pour tout renseignement, contacter Madame Isabelle AVENEL, Coordinatrice CLAS, 02 32 09 51 41

Pour postuler par courriel

[contact-form-7 id=”39109″ title=”V4_Candidatures recrutement_Jimonet”]

 

COORDINATEUR (H/F) TAP et ATSEM

Recrutement clos !
Recrutement clos !

Si vous souhaitez déposer une candidature spontanée suivez ce lien.

COORDINATEUR (H/F) TAP et ATSEM – Candidatures à envoyer avant le 5 Octobre 2018

Fonctionnaire de catégorie B ou contractuel – Temps complet

Missions

Positionné(e) dans l’organigramme de la Direction Enfance Jeunesse Éducation (DEJE), placé(e) sous la responsabilité hiérarchique directe du chef de service Péri/Extrascolaire (N+1), l’agent doit animer le projet éducatif de territoire (PEDT) avec les différents acteurs. Il assure particulièrement la coordination des temps d’ateliers périscolaires (TAP), créés par la réforme des rythmes éducatifs, et l’encadrement des agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM). Ses collaborateurs sont les directeurs multi-sites d’Accueils collectifs éducatifs de mineurs (ACEM). Dans ce cadre, il doit développer des Accueils dits Centres de loisirs « à forte ambition éducative ». Il garantit notamment une charte de qualité pour, ou les autres activités comme celles du mercredi après-midi visant à obtenir le label « Plan Mercredi » dès 2018/2019.

À ce titre, ses missions regroupent principalement :
– le suivi administratif, technique et financier des dossiers (analyse des besoins, recensement, étude, évaluation des offres d’intervention, gestion budgétaire et financière du TAP, contractualisation des relations, planification, fiches de renseignements, brochures de communication pour les familles,…)
– l’encadrement hiérarchique des ATSEM placés sous la responsabilité fonctionnelle du directeur d’école (sur le temps scolaire) et du directeur multi-sites (DMS) d’ACEM (sur le temps péri et extrascolaire)
– la gestion de la mutualisation des moyens (locaux, matériel des écoles, centres de loisirs,…)
– le contrôle très régulier de l’activité par des visites dans chaque structure (conseiller pédagogique)
– la participation à la coordination entre les acteurs (organisation, encadrement et animation de comités de suivi, formations,…)
– la mise en place sur chaque site d’un réel travail de suivi des agents (tutorat, formation, évaluation,…)
– la garantie du respect des normes, des procédures et des échéances fixées
– le renforcement des parcours éducatifs individualisés, cohérents et de qualité offert aux enfants
– le soutien à l’organisation des événements en lien direct avec toute la communauté éducative

Qualités et compétences requises

Justifiant d’une formation supérieure (titulaire d’un DEJEPS et de tout autre diplôme professionnel de niveau Bac+2/3), vous disposez d’une expérience significative dans le domaine de l’éducation

Savoirs : connaissances théoriques et pratiques réglementaires et comptables ; très bonne expression écrite et orale ; connaissance des réseaux et politiques territoriales
Savoir-être : capacités à communiquer (écoute, compréhension et expression), à restituer les informations et rendre compte (notes, bilans,…), à conseiller, à partager et à transmettre ; très bonnes qualités relationnelles ; sens des valeurs et des responsabilités (respect des procédures, consignes et
délais, accueil, organisation, travail en équipe et en transversalité, initiatives concertées) ; participation constructive à l’amélioration de la performance (changements individuel et organisationnel), dynamisme, autonomie, rigueur, anticipation, réactivité, efficacité, ouverture d’esprit et adaptabilité (aux nouvelles tâches et techniques, à la modernisation des fonctions,…)
Savoir-faire : expérience administrative et financière ; clarté de l’expression et qualités rédactionnelles avérées ; capacités d’analyse et de synthèse pour l’aide à la décision ; esprit et; maîtrise des outils bureautiques standards (Word, Excel et messagerie) et des logiciels de gestion ; aptitude au
développement d’outils de gestion (tableaux de bord, suivi d’activités, évaluations) ; capacité à planifier à fédérer et à animer (réseaux et réunions) ; polyvalence

Conditions d’exercice

– Travail à temps complet du lundi au vendredi, et exceptionnellement les autres jours dans le cadre d’événements – présence attendue à certaines réunions pouvant se tenir en fin de journée
– Assure la suppléance ou l’intérim en cas d’absence ou d’empêchement des responsables, comme le chef de service Péri/Extrascolaire ou les DMS, sur des temps définis tels que les vacances scolaires
– Déplacements quotidiens fréquents en local

Conditions de recrutement

– Fonctionnaire de catégorie B ou contractuel
– Rémunération statutaire + régime indemnitaire
– Prise de poste souhaitée attendue dès que possible

Pour postuler, adressez votre curriculum vitae ainsi que votre lettre de motivation

Si ce poste vous intéresse, veuillez adresser votre candidature, curriculum vitae (+ photo) et lettre de motivation avant le 5 octobre 2018.
Pour toutes informations, vous pouvez vous adresser à M. Pascal REGNAULT, directeur Enfance Jeunesse Education, (tél. : 02.32.09.51.79 – 06.79.89.51.06 / e-mail pregnault@valdereuil.fr).

par courrier :
à l’attention de la Direction des Ressources Humaines
Mairie de Val-de-Reuil
70, rue Grande BP 604
27106 – VAL-DE-REUIL CEDEX

par courriel :

[contact-form-7 id=”39716″ title=”Candidatures COORDINATEUR (H/F) TAP et ATSEM”]

Consultez l’annonce complète ci-dessous

 

ANIMATEURS (H/F) CDD année scolaire 2018-2019

Recrutement clos !
Recrutement clos !

Si vous souhaitez déposer une candidature spontanée suivez ce lien.

ANIMATEURS (H/F) Recrutement dès que possible !

Dans le cadre d’un contrat à durée déterminée pour l’année scolaire 2018/2019 Temps complet et non complet

Missions

Mission principale : Encadrement d’enfants âgés de 3 à 17 ans en veillant à leur sécurité physique et morale. Mise en place d’activités pédagogiques, planification et gestion d’effectifs, de projets.

Profil

BAFA, BAFD, BAPAAT, BPJEPS, DEJEPS, PSC1…

Responsable, rigoureux, volontaire, organisé, force de propositions, mobile.

Pour postuler, adressez votre curriculum vitae ainsi que votre lettre de motivation

par courrier :
à l’attention de M. LE MAIRE
Mairie de Val-de-Reuil
70, rue Grande BP 604
27106 – VAL-DE-REUIL CEDEX

par courriel :

[contact-form-7 id=”36576″ title=”Candidatures recrutement”]

Consultez l’annonce complète ci-dessous

 

A Val-de-Reuil, la rentrée placée sous le signe des nouveautés !

Les 2042 écoliers rolivalois ont repris hier le chemin de l’école. Coup de projecteur sur cette rentrée, ses nouveautés et les moyens déployés par la ville. 

Ce lundi 3 septembre, comme partout en France, les écoliers, collégiens, lycéens et apprentis rolivalois (soir 6000 élèves au total) ont pris le chemin de l’école, plus nombreux encore que les années précédentes.

Val-de-Reuil séduit, Val-de-Reuil grandit, Val-de-Reuil s’épanouit… À tel point que les nouveaux logements commencent à fleurir aux quatre coins de la ville. Cet engouement de plus en plus grand se confirme déjà dans les sept groupes scolaires rolivalois qui accueillent, pour cette rentrée 2018, 2042 élèves de maternelles et d’élémentaires. Soit une cinquantaine de plus que l’an passé.

Une tendance à la fois prometteuse et encourageante pour la municipalité qui voit ici une première belle récompense pour tous ses efforts déployés afin de rendre la ville sans cesse plus attractive : jamais depuis une décennie Val-de-Reuil n’avait compté autant d’écoliers dans ses établissements.

Progression qui n’en est qu’à ses prémices puisque des centaines de nouveaux logements sont déjà annoncés ou en cours de construction.

115 enseignants répartis dans 105 classes

En attendant, la ville a déployé un arsenal de moyens humains, matériels et financiers pour que cette rentrée 2018 se déroule sous les meilleurs auspices dans les 7 groupes scolaires rolivalois ; pour que les 115 enseignants répartis dans 105 classes bénéficient des meilleures conditions pour assurer la classe aux 2042 élèves.

Le maire fidèle au poste

Ce lundi 3 septembre, Marc-Antoine Jamet – comme il le fait chaque année depuis 17 ans – a d’ailleurs poussé la porte de chacune des classes, est venu saluer chacun des enseignants, s’assurant en personne que rien n’entachait les premiers pas dans cette nouvelle année.

Une manière pour le maire de rappeler à chaque représentant de la communauté éducative, à chaque famille, à chaque enfant qu’à Val-de-Reuil où la moitié de la population a moins de 25 ans, où 10 % du budget municipal est consacré aux écoles, l’éducation sera toujours au cœur de ses priorités.

Ce lundi,  les écoliers l’ont promis à Marc-Antoine Jamet : ils seront sages et travailleront beaucoup cette année. Une bonne nouvelle pour les enseignants des 7 groupes scolaires !

Une Rentrée en musique

Ce jour de rentrée 2018 restera également un joli souvenir pour de nombreuses familles. Quelle surprise en effet  pour les 2042 écoliers rolivalois et leurs familles ce lundi 3 septembre de bon matin ! Alors que petits et grands rejoignaient leur école après deux mois de trêve estivale, c’est en musique que chacun d’eux était accueilli devant tous les groupes scolaires de la ville.

Il paraît que la musique adoucit les mœurs… Ce matin-là, elle a en tout cas détendu tout ce petit monde, stressé pour la plupart par cette journée un peu particulière.

Clarinette, saxophone, contrebasse, guitare, flûte traversière… les musiciens ont offert aux familles un intermède musical aussi inattendu qu’apprécié. « C’est une très belle idée. C’est tellement agréable », glissait une maman devant l’école des Dominos où étaient offerts (comme dans les autres écoles) café et viennoiseries en attendant que les enfants rejoignent leur classe. «Ca a vraiment permis de dédramatiser la rentrée », confiait une autre maman devant l’école Coluche en fin de journée.

 Neuf classes de CP et CE1 dédoublées

Cette rentrée 2018, qui prend une dimension toute particulière dans six des sept groupes scolaires de la ville, en est d’ailleurs la plus belle des démonstrations. L’ensemble des établissements rolivalois situés en REP et REP + (tous à l’exception de l’école Léon Blum) bénéficient en effet du dédoublement des classes de CP et CE1, un dispositif prévu par le gouvernement actuel pour favoriser la réussite scolaire des écoliers dès leur plus jeune âge. Désormais, ces écoliers ne seront plus que 12 par classe.

L’an passé déjà, les petits Rolivalois de CP scolarisés à Coluche, Jean Moulin, Pivollet et Cerfs-Volants avaient expérimenté ce nouveau dispositif pour lequel la ville avait consacré des moyens très importants.

Car l’équipe municipale en est convaincue : la réussite éducative des écoliers dépend aussi de l’environnement et des conditions de travail qu’offre la collectivité. C’est la raison pour laquelle la ville a une nouvelle fois mis les bouchées doubles pour que ce dédoublement soit véritablement bénéfique aux écoliers.

Le marathon de l’été

Tout au long de l’été, les services municipaux se sont donc livrés à une véritable course contre la montre pour aménager et équiper les écoles des Dominos, Louise Michel, Pivollet, Coluche, Jean Moulin et des Cerfs-Volants afin d’étendre le dispositif à toutes les classes concernées.

Pas question ici, contrairement à de nombreuses autres communes, d’opter pour des locaux mobiles installées à la va-vite au beau milieu de la cour de récréation, de supprimer des salles d’activités pour aménager des classes, de confiner les enfants – faute de place – dans des espaces réduits.

200 000 € pour le dédoublement

À Val-de-Reuil, 200 000 € viennent d’être consacrés à réaliser les aménagements nécessaires, à financer les équipements à la hauteur des enjeux de la réforme : 77 000 € pour les travaux de peinture, de menuiserie, de séparation, de déplacement et de réaménagement de salles ; 53 200 € pour l’achat de mobilier et de matériel ; 75 000 € pour l’informatique (23 vidéoprojecteurs, 7 classes ipads, 19 postes informatiques…).

Priorité à la sécurité et l’accessibilité

Loin toutefois de se cantonner aux seuls travaux de dédoublement, la ville s’est mobilisée cet été et avant la fin de l’année scolaire précédente autour de nombreux autres chantiers et interventions dans les écoles ; elle poursuivra d’ailleurs sur sa lancée dans les prochaines semaines :

  • des travaux d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite ont notamment été réalisés dans tous les groupes scolaires : pose de rampe d’accès et de rambarde, réfection des nez de marche tandis que le hall d’entrée de l’école des Dominos ainsi que les sanitaires étaient rendus accessibles. Le tout pour un montant total de 472 000 €.
  • le plateau sportif de la cour de l’école Jean Moulin a été rénové tandis que de nombreux travaux de peinture étaient réalisés par les chantiers jeunes dans les différentes cours d’écoles.
  • dans les toutes prochaines semaines, 300 000 € seront consacrés à la sécurisation de l’ensemble des établissements scolaires. A commencer par l’installation de clôtures surélevées pour empêcher toute intrusion intempestive dans chaque école (à l’exception de Louise Michel déjà équipée) mais aussi de vidéophones dont chaque entrée d’école sera bientôt équipée. En attendant, des filtres flagrants (cachant de l’extérieur la vue dans les classes) ont été posés cet été aux fenêtres donnant sur l’espace public.
  • des travaux de réparation de toiture sur les écoles Léon Blum, Pivollet et Louise Michel sont programmées courant septembre.
  • des travaux de modernisation des installations de chauffage et de ventilation dans les écoles pour 97000 €. Cette intervention améliorera le confort des élèves et enseignants tout en s’inscrivant dans une démarche éco-responsable grâce à la mise en place d’équipements moins énergivores.

 

La semaine de 4 jours et demi maintenue

Contrairement à la grande majorité des écoliers du département, les petits Rolivalois reprennent cette année le chemin de l’école 4 jours et demi par semaine. L’intérêt des enfants ayant été son seul et unique guide, la Ville de Val-de-Reuil a en effet choisi, en accord avec l’inspecteur de l’Education Nationale et la majorité des conseils d’école, de maintenir l’organisation actuelle.

Marc-Antoine Jamet et son équipe, particulièrement attachés à la réussite des écoliers rolivalois, issus pour la plupart de familles modestes, se sont appuyés sur un principe incontestable : les journées trop longues, préjudiciables à tous les enfants, le sont plus encore aux enfants issus de familles les plus défavorisées et accroissent les inégalités.

 

L’intérêt des cinq jours

D’autre part, les enfants qui bénéficient de la semaine répartie sur quatre jours et demi, notamment lorsqu’ils proviennent de milieux défavorisés, bénéficient d’un encadrement sur cinq jours, ne sont pas livrés à eux-mêmes, suivent une éducation et un enseignement constants, bénéficient des services municipaux en permanence (restauration, infirmerie, assistantes sociales).

L’éducation étant un facteur de justice sociale pour peu que l’égalité des chances en garantisse    un fonctionnement harmonieux, la décision ne souffrait pas la moindre hésitation.

A Val-de-Reuil, les temps d’activité périscolaire (TAP) fonctionnent particulièrement bien, la ville y consacrant cette année encore des moyens substantiels pour proposer des activités – gratuites – de qualité (370 000 € à la charge de la ville). 70 % des écoliers y participent chaque jour. Ce dispositif repose sur le professionnalisme et le talent des intervenants, que ce soit les animateurs de la ville, les enseignants volontaires, les services municipaux, le conservatoire, les associations ou les intervenants indépendants.

L’enfance et la jeunesse à Val de Reuil

petite enfance crèches enfance jeunesse

Inscriptions, tarifs, prix, paiements des services enfance & jeunesse

Inscrire son enfant en crèche, à l'école, dans un centre de loisirs, à la restauration scolaire, connaître les tarifs, payer ...
Lire La Suite…
La maison de l'enfance

Crèches, Relais d’assistantes maternelles, la Parent’aise

Les adresses, les crèches, le relais d'assistantes maternelles, la maison de l'enfance, les infos utiles pour la petite enfance La ...
Lire La Suite…
Pour tous les jeunes rolivalois(es)

Centres de loisirs de 3 à 25 ans

Infos utiles sur les lieux d'accueil jeunesse qui reçoivent les jeunes âgés de 3 à 25 ans, dans 9 lieux, ...
Lire La Suite…
La cyberbase Isaac Asimov à Val de Reuil

La cyberbase

L’objet d’une cyber-base est d’initier, des débutants aux plus confirmés, aux technologies de l’information et de la communication (TIC), dans ...
Lire La Suite…
L’éducation et la formation : une priorité de tous les instants

L’éducation et la formation

Chaque année, la ville consacre 10 % du budget municipal aux écoles. Rentrée scolaire : ce que les établissements scolaires ...
Lire La Suite…
menu de la cantine

Le menu des cantines

L'enfance et la jeunesse à Val-de-Reuil Nos actualités sur l'enfance et la jeunesse ...
Lire La Suite…

Nos actualités jeunesse

Des enfants et des parents conquis !

Les centres de loisirs ont accueilli plus de 150 enfants rolivalois par jour au cours des vacances de la Toussaint ...
Lire La Suite…

La Médiathèque relance son drive !

Contrainte de fermer ses portes au public, la Médiathèque du Corbusier a remis en place son système de Drive. Tous ...
Lire La Suite…

Les écoles rolivaloises ont rendu hommage à Samuel Paty chacune à leur manière

Ce lundi 2 novembre, les sept écoles de Val-de-Reuil ont rendu hommage à Samuel Paty. À 11h, une minute de ...
Lire La Suite…

Un stage d’impro pour oser s’exprimer

Des minis comédiens ont suivi un stage de théâtre pendant trois jours à la salle Prétentaine. Grâce aux conseils de ...
Lire La Suite…

Matthieu Bataille à la rencontre des judokas !

Mercredi dernier, plus d’une centaine de jeunes judokas se sont rendus au gymnase Léo Lagrange pour participer au stage organisé ...
Lire La Suite…

Premiers pas dans la peinture

À chaque vacances scolaires, les chantiers jeunes reprennent du service ! Pendant deux semaines, huit lycéens de Marc Bloch ont ...
Lire La Suite…

Prendre le temps d’apprendre !

L’association Réseaux d’Échanges Réciproques de Savoirs (RERS) et le service jeunesse de la Ville ont mis en place des temps ...
Lire La Suite…

La Mission Locale rolivaloise a remporté le cyclo-challenge !

Le tour des Missions Locales Normandes a été remporté par Val-de-Reuil ! Après deux semaines de pédalage, de joie et ...
Lire La Suite…

Les Clowns rolivalois font découvrir le Népal aux écoliers

L'équipe des Petites mains a démarré son tour des écoles ! Après avoir fait le tour du Népal l'an dernier, ...
Lire La Suite…

Les jeunes Rolivalois pour la paix !

7 jeunes Rolivalois participent cette semaine à un séjour artistique à la Guéroulde où ils réalisent une oeuvre bientôt installée à Val-de-Reuil.  Ce séjour s’inscrit dans un large programme autour de la paix. 

Dans le cadre de la dernière année des commémorations de la Première Guerre mondiale, la Direction du service national et de la jeunesse (DSNJ) a lancé un concours ouvert aux jeunes de 16 à 24 ans, résidents des quartiers prioritaires de la politique de la ville intitulé « Les jeunes pour la paix ».

À partir d’un travail de mémoire, ce dispositif vise à sensibiliser les jeunes sur leur contribution active au maintien de la paix aujourd’hui, à travers des actions de citoyenneté, d’acculturation au monde militaire et d’apprentissage des codes républicains.

Tout un programme d’activités

Le Délégué du préfet d’Evreux a souhaité encourager cette démarche en partenariat avec la Régie des Quartiers, la réserve citoyenne de la délégation militaire de l’Eure, l’ONACVG, le service jeunesse d’Évreux et le CCAS de Val-de-Reuil.

Aussi, 14 jeunes (dont 7 Rolivalois) ont d’ores et déjà participé à la cérémonie militaire du 13 juillet à Évreux.

Le lendemain,le délégué du préfet et les médiateurs de la régie des quartiers les a conduits au défilé du 14 juillet sur les Champs-Elysées à Paris et ont participé à des ateliers militaires aux Invalides.

Enfin, le 17 juillet, ils ont visité le musée de l’armée de l’air de la Base 105 puis ont été reçus en préfecture pour visiter l’exposition sur le centenaire de la guerre 14/18.

Visite du musée de l'armée de l'air à la base 105
Visite du musée de l’armée de l’air à la base 105

Initier les enfants à l’art

À la demande du Préfet et à travers la Direction Départementale de la Cohésion Sociale, les jeunes participent cette semaine à un séjour en résidence artistique à « La Source » à la Guéroulde. La Guéroulde est le premier des sept centres de La Source, association fondée il y a vingt- cinq ans par le peintre Gérard Garouste pour initier les enfants en difficulté à l’art. Le concept : faire sortir de leur quotidien un groupe d’enfants grâce à la création.

Pour Gérard Garouste, « plus qu’un loisir, l’art et la culture sont des leviers citoyens permettant aux jeunes de se définir, s’épanouir, dépasser les difficultés et trouver leur voie ». Pendant cette semaine, il s’agit de réaliser 2 sculptures de grande taille en métal et bois de récupération, évoquant un message de paix. L’objectif étant ainsi de favoriser le travail collectif, l’expression artistique, l’éveil culturel, l’autonomie et la prise d’initiative, considérant l’Art comme un puissant vecteur d’intégration.

Ces deux premières sculptures seront complétées par deux autres réalisées dans les quartiers prioritaires de Val-de-Reuil et d’Évreux aux vacances de la Toussaint.

À l’issue de ce séjour,  ces sept jeunes – accompagnés de 33 autres Rolivalois – participeront le 30 juillet à une visite de la caverne du dragon, chemin des Dames dans l’Aisne. L’occasion pour eux de découvrir de façon ludique et commentée la vie de poilus durant cette guerre ainsi que la visite du Musée de l’Air, Conférence de l’ONAC et exposition en Préfecture.

7 des 14 jeunes inscrits dans le programme autour de la paix sont Rolivalois (ici à la Préfecture)
7 des 14 jeunes inscrits dans le programme autour de la paix sont Rolivalois (ici à la Préfecture)

L’enfance et la jeunesse à Val de Reuil

 

petite enfance crèches enfance jeunesse

Inscriptions, tarifs, prix, paiements des services enfance & jeunesse

Inscrire son enfant en crèche, à l'école, dans un centre de loisirs, à la restauration scolaire, connaître les tarifs, payer ...
Lire La Suite…
La maison de l'enfance

Crèches, Relais d’assistantes maternelles, la Parent’aise

Les adresses, les crèches, le relais d'assistantes maternelles, la maison de l'enfance, les infos utiles pour la petite enfance La ...
Lire La Suite…
Pour tous les jeunes rolivalois(es)

Centres de loisirs de 3 à 25 ans

Infos utiles sur les lieux d'accueil jeunesse qui reçoivent les jeunes âgés de 3 à 25 ans, dans 9 lieux, ...
Lire La Suite…
La cyberbase Isaac Asimov à Val de Reuil

La cyberbase

L’objet d’une cyber-base est d’initier, des débutants aux plus confirmés, aux technologies de l’information et de la communication (TIC), dans ...
Lire La Suite…
L’éducation et la formation : une priorité de tous les instants

L’éducation et la formation

Chaque année, la ville consacre 10 % du budget municipal aux écoles. Rentrée scolaire : ce que les établissements scolaires ...
Lire La Suite…
menu de la cantine

Le menu des cantines

L'enfance et la jeunesse à Val-de-Reuil Nos actualités sur l'enfance et la jeunesse ...
Lire La Suite…

 

Nos actualités sur l’enfance et la jeunesse

 

Des enfants et des parents conquis !

Les centres de loisirs ont accueilli plus de 150 enfants rolivalois par jour au cours des vacances de la Toussaint ...
Lire La Suite…

La Médiathèque relance son drive !

Contrainte de fermer ses portes au public, la Médiathèque du Corbusier a remis en place son système de Drive. Tous ...
Lire La Suite…

Les écoles rolivaloises ont rendu hommage à Samuel Paty chacune à leur manière

Ce lundi 2 novembre, les sept écoles de Val-de-Reuil ont rendu hommage à Samuel Paty. À 11h, une minute de ...
Lire La Suite…

Un stage d’impro pour oser s’exprimer

Des minis comédiens ont suivi un stage de théâtre pendant trois jours à la salle Prétentaine. Grâce aux conseils de ...
Lire La Suite…

Matthieu Bataille à la rencontre des judokas !

Mercredi dernier, plus d’une centaine de jeunes judokas se sont rendus au gymnase Léo Lagrange pour participer au stage organisé ...
Lire La Suite…

Premiers pas dans la peinture

À chaque vacances scolaires, les chantiers jeunes reprennent du service ! Pendant deux semaines, huit lycéens de Marc Bloch ont ...
Lire La Suite…

Prendre le temps d’apprendre !

L’association Réseaux d’Échanges Réciproques de Savoirs (RERS) et le service jeunesse de la Ville ont mis en place des temps ...
Lire La Suite…

La Mission Locale rolivaloise a remporté le cyclo-challenge !

Le tour des Missions Locales Normandes a été remporté par Val-de-Reuil ! Après deux semaines de pédalage, de joie et ...
Lire La Suite…

Les Clowns rolivalois font découvrir le Népal aux écoliers

L'équipe des Petites mains a démarré son tour des écoles ! Après avoir fait le tour du Népal l'an dernier, ...
Lire La Suite…

Annie Demarly, militante de l’éducation nationale et de la ville, prend sa retraite

Le hall était plein à craquer mardi 3 juillet pour le départ de la directrice de l’école maternelle des Dominos Annie Demarly. Une bien belle cérémonie à laquelle s’étaient associés tous ses collègues et nombre de personnalités de la ville.

En tout premier lieu le maire,  Marc-Antoine Jamet, qui lui a rendu un vibrant hommage et vu en elle “une militante de Val-de-Reuil, de l’éducation nationale et de la laïcité républicaine”.

Annie Demarly a reçu la médaille de la Ville
Annie Demarly a reçu la médaille de la Ville

Militante, Annie Demarly l’est depuis de nombreuses années. De l’éducation nationale, chacun a pu en effet admirer son engagement tout au long de sa carrière, qu’elle a presque entièrement faite dans les écoles de Val-de-Reuil,  envers et pour les enfants qu’elle a choyé comme les siens, envers les parents qu’elle a su accompagner parfois dans des situations difficiles et envers ses collègues et ATSEM avec qui elle a toujours travaillé avec respect et générosité.

De jolies surprises attendaient la nouvelle retraitée
De jolies et sympathiques surprises, concoctées par ses collègues et amis, attendaient la nouvelle retraitée…émue

Une militante de la ville en ce qu’elle n’a pas hésité, malgré un emploi du temps chargé, à mener à bien plusieurs projets et engagements. Elle a été tout à la fois membre active de l’association de jumelage franco-allemand de 1998 à 2009 ; à l’origine et présidente de l’association locale “Lire et Faire Lire” et a organisé dans ce cadre, de 2002 à 2011, l’intervention de lecteurs bénévoles dans différentes écoles de la circonscription de Val-de-Reuil ; membre active de l’association “A.V.E.C” (Association de la Circonscription de Val-de-Reuil pour l’Education et la Culture) dont elle est présidente depuis 2015 ; a initié et mené depuis 17 ans le projet culturel “Le prix des Incorruptibles”. Une militante de la ville qui souhaite d’ailleurs  continuer, encouragée par Marc-Antoine Jamet “Notre ville vous dit bravo, merci et, surtout, continuez. On a besoin de vous”!

Annie Demarly, une femme heureuse, une retraitée active et honorée
Annie Demarly, une femme heureuse, une future retraitée active et honorée

Marie-France Tardif : une carrière vouée à l’éducation

Après trente-six ans de carrière,  trente-quatre à l’école du Pivollet dont cinq en tant que directrice de l’école maternelle, Marie France Tardif invitait jeudi 28 juin la municipalité, ses collègues, parents et amis à partager le verre de l’amitié pour son départ à la retraite.

Pot de départ de Marie-France Tardif
Marc-Antoine Jamet, maire, élèves, anciens ou de l’année,  collègues et amis ont tenu à être présents pour le départ de Marie-France Tardif

A cette occasion, ses collègues et anciens élèves, dont Nabil Ghoul conseiller municipal délégué,  avaient préparé des surprises, joyeuses et surprenantes mais toujours émouvantes, pour cette jeune retraitée de 55 ans.

Toutes les photos des classes
Toutes les photos des classes de sa carrière depuis l’année scolaire 1982-1983 jusqu’à cette année étaient exposées !

Maîtresse de maternelle, Marie-France Tardif a eu l’occasion de se retrouver une dernière fois dans la ronde grâce à ses collègues et parents d’élèves qui lui ont entonné un “pirouette cacahouète” revisité pour le plus grand bonheur de tous !

Une dernière ritournelle
Une dernière, et joyeuse, ritournelle…

Après un discours élogieux pour “cette carrière dévouée à l’éducation, au bien-être de plus petits mais aussi des parents”,  Marc-Antoine Jamet, maire de commune, a offert au nom de la municipalité la médaille de la Ville gravée de la Marianne de l’artiste calligraphe Christian Zimmermann.

Marie-France Tardif reçoit la médaille de la ville
Marie-France Tardif reçoit la médaille de la ville des mains de Marc-Antoine Jamet, maire de la commune

Tout le monde s’accorde à dire que Marie-France Tardif a beaucoup œuvré pour l’unité de l’école et, de nature rassurante, elle a fait en sorte que les parents s’y sentent chez eux en  initiant même un « café des parents ». Souhaitons à celle qui laisse ainsi une marque indélébile dans l’esprit et le coeur de tous une longue et bonne retraite !

Fantômes et monstres prennent vie à l’école du Pivollet

Le projet de l’école du Pivollet avait pour thème cette année “Fantômes et monstres”. Avant que d’exposer en fin d’année scolaire leurs créations, les élèves CE1 et CE2 mettaient mercredi 16 mai les dernières touches aux bas-reliefs sortis de leur imagination avec l’aide du plasticien Aurélien Boiffier. Une action soutenue par la mairie.

Maître plasticien et élèves colorient un bas-relief
Maître plasticien et élèves colorient un monstre bas-relief sorti de leur imagination

Durant l’année scolaire, les écoliers du Pivollet, de la grande section au CE2, sous la férule de la directrice-professeure des écoles Alexandra Mary, ont écouté ou lu des histoires, dessiné, dansé, avec des compagnies partenaires du théâtre de l’Arsenal, sur le thème des “Fantômes et monstres”.

Projet Monstres et Fantômes
Toute l’année, les écoliers de l’école du Pivollet, de la grande section au CE2, ont dansé, lu et dessiné sur le thème des Monstres et Fantômes

Pour finir l’année en beauté,  les CE1 et CE2 ont réalisé des monstres en bas-reliefs. Une animation de plus de 10 heures pour chaque classe avec  Aurélien Boiffier a été nécessaire pour les réaliser. Une action pédagogique et ludique, enrichissante et créative, soutenue financièrement par la mairie.

Un travail de création minutieux

Chaque élève a d’abord dessiné à l’encre de chine son monstre, puis collectivement, par groupe de cinq, les élèves ont choisi la partie la plus “intéressante” du monstre de chacun et l’ont reproduite sur une grande feuille de papier puis sur une planche de contreplaqué sur laquelle a été minutieusement mise en forme l’argile qui servira de moule.

Travail des élèves à l'encre de chine
Travail des élèves à l’encre de chine
Après reproduction du dessin
Après reproduction du dessin sur du contreplaqué, mise en forme du moule en argile

L’étape suivante a été l’incrustation dans l’argile de divers objets pour faire des empreintes et donner ainsi du relief aux monstres. Puis le  plâtre a été coulé et mis à sécher toute une nuit.

Incrustation d'objets
Divers objets ont servi à donner du relief à la sculpture

Enfin, le grand jour est arrivé avec le démoulage et la mise en couleur. Les parents, qui ont suivi chaque étape, sont fiers du travail de leurs enfants.

Démoulage
Démoulage
Le choix des couleurs se fait en concertation
Le choix des couleurs se fait en concertation

Un travail minutieux commence : tapoter la couleur pour qu’il n’y ait plus du tout de plâtre visible tout en faisant attention à ne pas casser les reliefs délicats ni peindre sur les yeux de calots de verre des montres.Un travail de patience : trois couches de peinture sont nécessaires !

Patience et minutie
Patience et minutie

Les montres bas-reliefs sont prêts et seront bientôt exposés à l’école ! Bravo les artistes !

Le monstre-bas-relief est terminé !
Sorti de l’imagination des enfants le monstre-bas-relief est terminé !

Cross de l’Epide : les résultats du nouveau parcours

Comme à chaque édition du cross de l’Établissement pour l’Insertion dans l’Emploi (Epide) deux mots reviennent en boucle : organisation et convivialité.

Cross de l'Epide : le départ
Cross de l’Epide : le départ

Une organisation parfaite et millimétrée, menée par Benoît Balut, adjoint à la jeunesse et formateur sport à l’Epide,  et encadrée par de nombreux bénévoles  et  un esprit convivial avec stands pour se désaltérer à l’arrivée,  génèrent de plus en plus  de participants. C’est ainsi que jeudi  19 avril, pour cette 21ème édition, 290 coureurs ont pris le départ.

Des jeunes de 7 Épide de France ont répondu à l'appel
Des jeunes de 7 Epide de France ont répondu à l’appel

Les jeunes volontaires des Épide venus de 7 centres de toute la France, d’Alençon à Toulouse, mais aussi élus, gendarmes, pompiers, équipe d’entreprises partenaires et athlètes avertis, auxquels s’étaient joints une trentaine d’adeptes de marche nordique, ont découvert un  nouveau parcours : 1 km supplémentaire, soit une boucle de 6 kilomètres voie de la cavitation avec passage ombragé en forêt, très apprécié par les 27 degrés ce jour-là,  et quelques montées spectaculaires pour corser l’épreuve.

Un nouveau parcours avec passage en forêt de Bord
Un nouveau parcours avec passage en forêt de Bord

L’objectif a été atteint pour l’ensemble des participants : le dépassement de soi tout en se faisant plaisir !
Rendez-vous pour le prochain cross est d’ores et déjà pris : ce sera en octobre !

290 participants pour cette 21ème édition
290 participants pour cette 21ème édition

Les Résultats

[google-drive-embed url=”https://drive.google.com/file/d/11RSfe_9GS3qsTq5CnGWLjegt2_t0uWbo/preview?usp=drivesdk” title=”ResultatsCrossEpide19042018.pdf” icon=”https://drive-thirdparty.googleusercontent.com/16/type/application/pdf” width=”100%” height=”400″ style=”embed”]

 

Jumelage : l’amitié franco-allemande dès l’école

Depuis 29 ans que Val-de-Reuil est jumelée avec la ville allemande Ritterhude de profonds liens d’amitié se sont tissés. Des générations d’écoliers se souviennent du plaisir de recevoir un correspondant d’Outre-Rhin. Cette année n’a pas dérogé à la règle…

Jumelage Franco-Allemand
21 jeunes de la Ganztasschule et leurs accompagnateurs devant la mairie avec leurs correspondants Rolivalois et le comité de jumelage

Ainsi, du 9 au 13 avril,  21 jeunes allemands de la Ganztagsschul, avec leur professeur Sonja Deppe et deux accompagnateurs,  étaient reçus par des jeunes de leur âge, des CM1-Cm2, de l’école Louise Michel et leur professeur Rodolphe Delorme. Un partenariat enseignants et l’association de jumelage présidée par Françoise Ozeel, soutenu par les mairies des villes jumelles, qui a permis, grâce au concours des familles d’accueil, un beau séjour mélangeant joies et découvertes.

Accueil républicain
Accueil républicain en mairie par Anne-Marie Arrieula, conseillère municipale déléguée aux jumelage

Randonnée, visite de la ville et de ses équipements, journée au Parc Astérix, quartier libre avec les familles et de nombreux moments partagés avec jeux de plein air et pique-nique ont émaillé cette semaine. Du  14 au 19 mai ce sera au tour des petits Rolivalois de l’école Louise Michel de faire leurs bagages pour construire  et consolider cette amitié qui nous lie à Ritterhude.

Petit cadeau d'accueil
Petit cadeau d’accueil

Envie de participer au jumelage ?

L’assemblée générale ordinaire de l’association de jumelage aura lieu jeudi 19 avril à 17h30 à la Maison de la Jeunesse et des Associations, place des Chalands.

 

 

PMF : Les recours devant le tribunal administratif sont déposés !

Comme nous l’avions écrit le 11 Décembre 2017 la Ville de Val-de-Reuil a déposé 2 recours devant le Tribunal Administratif. Le premier contre la délibération du Conseil Départemental du 11 Décembre 2017, le second contre l’arrêté préfectoral pris en vertu de cette délibération le 12 Décembre 2017.

Depuis 18 mois, ils se mobilisent pour sauver leur collège
Depuis 18 mois, ils se mobilisent pour sauver leur collège

Le communiqué publié par la Ville de Val-de-Reuil le 11 Décembre 2017 exposait : «Elle déposera dans les prochains jours un recours devant le tribunal administratif de Rouen pour faire annuler cette décision qualifiée par tous de « contraire à l’intérêt général ». Arguments erronés, statistiques incomplètes, données écartées, irrégularité, autant d’éléments que la Ville compte bien dénoncer devant la justice afin de prouver que les conseillers départementaux ne disposaient pas des éléments nécessaires à un vote éclairé… Dans l’impossibilité de faire entendre ses arguments par la voie du dialogue et de la concertation, la Ville de Val-de-Reuil n’a pas d’autre choix que de s’en remettre à la justice pour défendre ses enfants et tous ceux du territoire de son agglomération.»

Vous trouverez ci-dessous à lire ou télécharger, les requêtes en référé suspensif déposés au Tribunal Administratif de Rouen au nom de la Ville de Val-de-Reuil et de ceux qui se sont associés à ces recours.

Le recours contre la délibération du Conseil Départemental du 11 Décembre 2017

Télécharger le document
[embeddoc url=”https://www.valdereuil.fr/wp-content/uploads/2018/04/Requete-Refere-suspension-DELIB-11.12.pdf” width=”100%” download=”all” viewer=”google”]

Le recours contre l’arrêté préfectoral du 12 Décembre 2017

Télécharger le document
[embeddoc url=”https://www.valdereuil.fr/wp-content/uploads/2018/04/REFERE-ARRETE-12.12.pdf” width=”100%” download=”all” viewer=”google”]

Ecoliers et magiciens des mots !

150 écoliers de Louise Michel ont participé à un projet inédit de création de chansons avec la Compagnie Itinéraire Bis. A la clé, un concert donné les 22 et 23 mars.

150 jeunes magiciens des mots ont envahi la scène de la MJA
150 jeunes magiciens des mots ont envahi la scène de la MJA

Doucement, sans le savoir, je deviens poète… Voilà exactement ce qui vient d’arriver à 150 écoliers de Louise Michel. Guidés par la plume des artistes de la compagnie Itinéraire Bis (en résidence pendant trois mois à Val-de-Reuil), les petits Rolivalois se sont transformés, le temps d’un hiver, en magiciens des mots !

Des ateliers d'écriture ludique
Des ateliers d’écriture ludiques

Des mots à gagner

En guise de baguette magique, François Cailliot et sa petite troupe ont usé d’un matériel peu banal : billard japonais, roue de l’amour, chamboule-tout, miroir magique… « A partir de ces jeux de style kermesse, les enfants gagnaient des mots ; à partir de ces mots, ils ont inventé une histoire », indique François Cailliot.

Des histoires ensuite devenues chansons grâce à l’extraordinaire talent de l’artiste, à la fois auteur – compositeur – interprète et musicien ! Et l’atelier d’écriture se transformait alors en atelier musique… Avant le clou du spectacle les 22 et 23 mars à la maison de la jeunesse et des associations.

la roue de l'amour à l'école Louise Michel
la roue de l’amour à l’école Louise Michel

Une salle pleine à craquer

Ces deux soirs, la compagnie Itinéraire Bis et les 150 petits artistes en herbe avaient en effet donné rendez-vous à toutes les familles pour un concert unique en son genre ! Pour l’occasion, guitare, mandoline et contrebasse accompagnaient la joyeuse troupe sous le regard admiratif d’une salle pleine à craquer. 13 chansons au total et des applaudissements à n’en plus plus finir tant la qualité du spectacle était immense !

Au final, cette résidence d’artistes (soutenue par la direction régionale des affaires culturelles, l’Académie de Rouen et la mairie de Val-de-Reuil) fut un véritable succès.

2017 à Val-de-Reuil : la rétrospective

Retrouvez ici la rétrospective des principaux évènements et les principales actualités à Val-de-Reuil en 2017

[display-posts wrapper=”div” id=”12510,12553,12597,12551,12671,12701,12721,12746,12796,12867,12892,12921,12958,12987,13000,13007,13029,13061,13108,13191,13261,13444,13510,13570,13712,12467,13750,13756,13827,13910,13935,13984,14002,14074,14274,15502,15589,15638?15656,15781,15786,16310,16335,16367,16417,16487,16524,16544,17033,17202,17226,17454,17514,17574,17844,17964,18050,18165,18242,18463,18632,18676,18902,28853,28937″ posts_per_page=”-1″ orderby=”date” date_format=”j F, Y” include_excerpt=”true” include_date=”true” image_size=”thumbnail”]

2018 : une année riche et un combat qui continue !

C’est devant une salle comble, au collège PMF, que Marc-Antoine Jamet a présenté ses voeux à la communauté éducative. Une cérémonie au cours de laquelle plusieurs annonces importantes ont été faites. Petit tour d’horizon.

Marc-Antoine Jamet a présenté ses voeux devant 200 personnes hier soir
Marc-Antoine Jamet a présenté ses voeux devant 200 personnes hier soir

Difficile pour Marc-Antoine Jamet, comme pour les quelques 200 invités, de masquer leur émotion ce jeudi 11 janvier au collège Pierre Mendès France. Quelques semaines seulement après la décision du conseil départemental de fermer l’établissement rolivalois, le maire de Val-de-Reuil avait choisi de présenter ses vœux à la communauté éducative dans ces lieux mêmes, symbole du combat pour l’éducation et de la résistance contre « l’injustice» et « l’obstination irrationnelle ».

Émotion d’autant plus forte qu’on fêtait justement hier le 111e anniversaire de la naissance de celui qui fut le plus jeune président de conseil général de France, le plus jeune ministre… « Que le plus jeune d’aujourd’hui détruise ce que le plus jeune d’hier a créé… c’est l’ironie de l’histoire », glissait avec amertume Marc-Antoine Jamet, en référence à Sébastien Lecornu, artisan de la fermeture du collège PMF.

Pour votre mobilisation : merci !

Emotion toute particulière au collège PMF pour cette cérémonie 2018
Émotion toute particulière au collège PMF pour cette cérémonie 2018

D’emblée donc, le maire donnait le ton, remerciant chaleureusement toutes celles et tous ceux qui se sont mobilisés autour de ce combat pour l’éducation : parents, enseignants, principal du Collège PMF mais aussi maires de toute l’agglo, élus de Val-de-Reuil… Sans oublier Jean-Jacques Coquelet, conseiller départemental qui a défendu ardemment ce collège « avec les valeurs de raison, vérité et progrès ».

Pour Marc-Antoine Jamet, pas question de baisser les bras : « Le service public doit se déployer dans les quartiers de grande pauvreté… Nous engageons un recours en justice : j’espère qu’il sera fructueux ».

Si l’Éducation est mise à mal par le département, à Val-de-Reuil, tout est mis en œuvre pour que le meilleur soit donné aux petits Rolivalois et leurs familles. Ainsi, alors que s’ouvre ces prochaines semaines une concertation locale autour de l’organisation des rythmes scolaires à la rentrée prochaine, Marc-Antoine Jamet n’a pas caché son souhait de maintenir la semaine de classe à quatre jours et demi. « Le système actuel a trouvé sa vitesse de croisière ; les familles sont satisfaites. En supprimant le mercredi, nous ferions disparaître 21 jours d’école ; ce qui, à mon sens, serait préjudiciable aux enfants ». Réponse dans les prochaines semaines à l’issue de la concertation.

Cascade de projets et de travaux à l’horizon

De nombreux projets, de nombreux travaux à l'horizon
De nombreux projets, de nombreux travaux à l’horizon

L’année qui débute sera par ailleurs riche en nouveautés, en chantiers, en investissements. A commencer par le dédoublement de cinq nouvelles classes à la rentrée de septembre. « C’est un véritable défi technique, avoue Marc-Antoine Jamet. Cela exige du travail et une grande concertation entre le monde de la mairie et celui de l’école ».

Côté travaux, un vaste plan de sécurisation des établissements sera mis en oeuvre cet été (alarme anti-intrusion, vidéophones, filtres sur vitres…) pour un montant total de 500 000 € ; des travaux d’accessibilité et d’accueil seront menés dans différents établissements (Jean Moulin, Dominos, Pivollet…) entre février et cet été ; la réfection du parvis de Léon Blum et de ses abords sera lancée dans le courant de l’année. Enfin, pour ce qui est de l’école des Cerfs Volants qui doit être reconstruite dans le cadre du futur programme national de renouvellement urbain, « nous nous orientons vers la réalisation d’une nouvelle école à l’ouest de la plaine de Jeux et non sur site».

Côté équipements enfin, la ville poursuit cette année le développement du numérique dans toutes les écoles (tablettes, écrans…).

“Une terre d’innovations”

Jean-Mary Le Chanony a salué le travail de ses équipes
Jean-Mary Le Chanony a salué le travail de ses équipes

Pour tous ces mots, pour tous ces projets, pour toutes ces actions, Jean-Mary Le Chanony a tenu à remercier chaleureusement Marc-Antoine Jamet.  L’inspecteur de l’Education Nationale de la circonscription de Val-de-Reuil n’a ensuite pas manqué de rappeler le contexte difficile de ce début 2018, “les événements douloureux que nous venons de vivre”, “les inquiétudes liées à la fermeture de PMF”… avant de saluer le travail réalisé par la communauté éducative de la circonscription. “Bravo pour ces actions concertées pour le bien-être de l’élève sur l’ensemble de son parcours scolaire, de la maternelle au lycée”.

Jean-Mary Le Chanony a tenu à rappeler à quel point la circonscription était “une terre d’innovations. Nous pouvons en être fiers. Innover, c’est oser !”

Autant de messages finalement passés hier soir qui ne peuvent que réchauffer les coeurs des équipes éducatives, meurtris ces dernières semaines, ces derniers mois par ce combat de tous les instants pour que vive le collège PMF. Soyons en sûrs : aujourd’hui, tout n’est pas fini !

L’éducation et la formation – guide pratique

À Val-de-Reuil 50% de la population a moins de 25 ans. 105 classes dont rassemblées au sein de 7 groupes scolaires. 2 collèges d’environ 500 élèves chacun : le collège Alphonse Allais reconstruit ;  le collège Montaigne, situé à la limite de Val-de-Reuil et du Vaudreuil. Le collège Pierre Mendès France composé depuis 2011 d’une antenne du CNAM (Conservatoire national des arts et métiers) et depuis 2013 labellisé « Collège numérique » a été fermé suite à une décision du Conseil Départemental de l’Eure malgré la mobilisation importante et constante des habitants de Léry, Pont de l’Arche, Poses, Val-de-Reuil, et le soutien des 37 maires de l’agglomération Seine-Eure.

Le lycée Marc Bloch, rénové en 2003 par l’architecte Patrick Mauger, est classé parmi les meilleurs lycées de l’Eure. Il accueille 600 élèves. Le CFAIE (centre de formation des apprentis interconsulaire de l’Eure) de Val-de-Reuil est le plus grand du département, l’un des plus grands de France avec 1 700 apprentis y suivant 14 formations. Enfin, Val-de-Reuil accueille un EPIDE (Etablissement public d’insertion de la Défense). 200 jeunes y résident. 80% parviennent à se réinsérer par la suite.

Le guide de l’éducation et de la formation

Vous retrouvez également ce guide dans notre page «L’éducation et la formation»
Si vous constatez une imprécision, une correction à apporter, une modification, merci d’utiliser ce formulaire de contact pour nous en informer. Merci de votre participation !

[embeddoc url=”https://www.valdereuil.fr/wp-content/uploads/2018/09/EducationA-Val-de-Reuil2018-2019-1.pdf” width=”100%” download=”all” viewer=”google”]

Fermeture de PMF : Val-de-Reuil déposera un recours en justice

Malgré la mobilisation de centaines de parents d’élèves, malgré l’opposition de toute une Agglomération et de l’ensemble de ses maires, quelle que soit leur opinion politique, malgré les arguments qui concluaient, tous, à la nécessité de maintenir ce collège, situé au cœur d’un réseau d’éducation prioritaire, le Conseil départemental de l’Eure a voté ce matin la mort de PMF. La Ville de Val-de-Reuil, parce qu’elle sait qu’elle a raison, parce qu’elle défend les enfants, les siens comme ceux des autres communes, voisines et amies, parce qu’elle donne priorité à l’éducation déposera un recours devant le tribunal administratif pour faire annuler cette décision.

Depuis 18 mois, ils se mobilisent pour sauver leur collège
Depuis 18 mois, ils se mobilisent pour sauver leur collège

Communiqué

Jusqu’au bout, les défenseurs du collège PMF, de plus en plus nombreux au fil des semaines, ont espéré que le Conseil Départemental sortirait de son entêtement politique.

Jusqu’au bout, ils ont voulu se convaincre que la raison l’emporterait sur cette obstination irrationnelle qui a poussé une poignée de conservateurs locaux, n’étant plus pour beaucoup d’entre eux- par leur âge ou par leur statut – en situation d’accompagner eux-mêmes un petit enfant de dix ans en sixième, à fermer un établissement scolaire indispensable et qu’une commission de sécurité venait de déclarer « bon pour le service ».

Qui oserait prendre des enfants en otages, qui penserait à maltraiter des familles pour satisfaire ses ambitions politiques ?

Qui voudrait que son fils ou sa fille soit balloté dans un car de l’aube à la nuit tombée ?

Qui, sans avoir la moindre compétence en matière de pédagogie, prendrait une décision nuisible au renouvellement urbain, à la mixité sociale, à un vivre-ensemble citoyen d’une agglomération entière ?

Qui pourra se regarder demain dans une glace après avoir porté un aussi mauvais coup à des gens en incapacité de se défendre et dont le suffrage universel vous a confié la protection ?

Qui sans cynisme ou hypocrisie ?

36 maires, 7 conseils d’administration unis

L'agglomération vient de faire une nouvelle proposition au département
L’agglomération vient de faire une nouvelle proposition au département

Il est rare que 36 municipalités concernées se retrouvent unanimes pour rejeter une décision du conseil départemental qui les finance. Il est rare que la totalité des parents d’élèves d’un territoire refuse une décision alors qu’on leur promet monts et merveilles s’ils courbent l’échine.

Il est exceptionnel que sept conseils d’administration de collège, pourtant répartis sur trois communes théoriquement concurrentes, s’opposent à une décision qui frappe l’un d’entre eux, alors qu’on les prévient qu’ils ne l’emporteront pas au paradis.

Mais surtout, on n’a jamais vu une décision qui, par son amateurisme, sa brutalité, son absence de pertinence, ne recueille, si ce n’est l’approbation, au moins l’assentiment d’un seul professionnel, d’un seul observateur, d’un seul spécialiste.

A contrario un rapport d’un cabinet d’études indépendant, homologué par l’Education nationale, rendu en octobre 2017, prévoyait 300 nouveaux collégiens supplémentaires à PMF d’ici 2020 !

Mensonges, approximations, confusions…

Dès lors, avez-vous vu une seule main se lever pour dire que cette fermeture était fondée ? Aucune. Aucune en un an. Aucune dans l’Eure, aucune à l’académie d’Evreux, aucune au Rectorat de Rouen, aucune rue de Grenelle.

Il est vrai qu’on n’a jamais vu, dans la forme et sur le fond, une assemblée locale mise à ce point devant ses mensonges, ses approximations, ses confusions, tournoyer, virer et revirer dans ses arguments, et persévérer -sur instruction- dans l’erreur.

Il est vrai qu’il n’est pas fréquent de voir le ministre d’un Gouvernement choisi par lui faire le contraire absolu de ce que dit le Président de la République lorsqu’il parle de politique de la ville et des quartiers de grande pauvreté ?

Il est vrai qu’il n’est pas commun de voir celui qui prône la diminution des émissions de gaz à effet de serre jeter sur les routes des écoliers dans des bus polluants. Ce genre de décision vous colle à la peau et à la réputation.

Volte-face

Le CD 27 était bien décidé à fermer PMF
Le CD 27 était bien décidé à fermer PMF

Ce matin, le Conseil Départemental de l’Eure, réuni en séance plénière, sur ordre, a donc bel et bien condamné PMF, dont son toujours Président, Sébastien Lecornu, avait pourtant assuré, sur place, à la rentrée 2015, qu’il soutiendrait l’expérience éducative.

Ce matin, le Conseil Départemental de l’Eure, réuni en séance plénière, sur ordre, a tenté de valider, sans la soumettre aux instances compétentes, une carte scolaire où l’absurde le dispute au grotesque, le plus faible des exemples n’étant pas les fameuses dix minutes que le rapporteur du projet pensait suffisant pour rallier Val-de-Reuil à Louviers ou à Pont-de-l’Arche. Comme s’il n’y avait pas d’autres priorités !

 L’agglo et la Ville mettent la main à la poche 

Alors que éléments chiffrés, volonté de la communauté éducative, silence pesant de la tutelle valaient à sa majorité le pire des désaveux, M. Lehongre, qui ne disposait sans doute pas de la moindre autonomie et ne s’est jamais rendu officiellement dans la plus jeune commune de France, n’a pas profité de la porte de sortie qui lui avait été ouverte : financement à hauteur de 75 % la construction d’un nouveau collège (50 % par l’Agglomération et 25 % par la Ville), prise en charge de l’ensemble des coûts de fonctionnement de l’actuel établissement jusqu’à sa reconstruction. Il en portera personnellement la responsabilité.

Tout cela pour solder une vieille guerre entre le centre, très présent sur le territoire Seine-Eure à la droite classique pour partie récemment ripolinée Le conseil départemental aura été à la fois sous sa présidence une assemblée qui sacrifie sans sourciller les plus petits de ceux dont elle a la charge, qui n’attache aucune attention à l’enseignement et aux conditions dans lequel il est proposé, mais aussi qui fait preuve d’une compétence gestionnaire des plus faibles.

Décrochage, absentéisme…

Comment refuser au nom d’un parti pris, d’un aveuglement idéologique – s’en prendre aux territoires les plus pauvres de son département parce qu’ils ne votent pas pour vous – une telle opportunité budgétaire ?

Comment ne pas comprendre que les familles les plus déshéritées n’auront pas les moyens de payer à leurs fils, à leurs filles, cantine et transports ?

Comment ne pas voir que l’éloignement facilitera le décrochage, la radicalisation, l’absentéisme, la délinquance, empêchera les activités culturelles, sociales et sportives qui forment un citoyen, qui permettent de passer à l’âge adulte ?

Comment ne pas craindre une baisse des résultats, la fuite vers le privé, la fin de la renaissance d’une Ville Nouvelle et du travail fait par ses habitants depuis quinze ans ?

Comment ne pas appréhender un accident qui, un jour, pèsera sur la conscience de ceux qui l’ont rendu possible ? Si on n’y voit pas un aveuglement coupable, on y discernera la bêtise la plus lourde, un manque de vision dramatique.

Le recours déposé dans les prochains jours

Des centaines de Rolivalois réunis ce matin devant le collège PMF

C’est pourquoi la Ville de Val-de-Reuil continuera de se battre pour ne pas être la seule commune de plus de 15.000 habitants ne disposant que d’un seul collège, pour sauver un établissement situé au cœur d’un réseau d’éducation prioritaire essentiel à l’équilibre de son territoire.

Elle déposera dans les prochains jours un recours devant le tribunal administratif de Rouen pour faire annuler cette décision qualifiée par tous de « contraire à l’intérêt général ». Arguments erronés, statistiques incomplètes, données écartées, irrégularité, autant d’éléments que la Ville compte bien dénoncer devant la justice afin de prouver que les conseillers départementaux ne disposaient pas des éléments nécessaires à un vote éclairé.

Dans l’impossibilité de faire entendre ses arguments par la voie du dialogue et de la concertation, la Ville de Val-de-Reuil n’a pas d’autre choix que de s’en remettre à la justice pour défendre ses enfants et tous ceux du territoire de son agglomération.

Le Département signe la mort de PMF

Ce matin, au terme de deux longues heures de débats, le conseil départemental a entériné l’impensable : la fermeture du collège PMF. Un triste jour pour Val-de-Reuil et toute l’agglomération.

Derrière le slogan "Le CD 27 nous fout à poils", des opposants ont manifesté en nuisettes et torse nu
Derrière le slogan “Le CD 27 nous fout à poil”, des opposants ont manifesté en nuisettes et torse nu

Jusqu’au bout, ils ne pouvaient croire à l’impensable ! Jusqu’au bout, les défenseurs du collège PMF voulaient s’en convaincre : la raison l’emporterait forcément sur une irrationnelle obstination à vouloir fermer l’établissement scolaire, quoi qu’il en coûte.

Pourtant, ce matin, le Conseil Départemental, réuni en séance plénière, a bel et bien entériné la fermeture de PMF et, de ce fait, validé la nouvelle carte scolaire. 31 conseillers départementaux ont validé cette carte ; 11 s’y sont opposés et 4 se sont abstenus.

Le CD 27 était bien décidé à fermer PMF
Le CD 27 était bien décidé à fermer PMF

Que ce soit du côté des 36 maires de l’Agglomération Seine-Eure et leurs élus, des parents d’élèves, des enseignants ou des acteurs locaux mobilisés au nom de la réussite éducative des enfants du territoire, c’est à la fois l’incompréhension, le désarroi et un effroyable sentiment d’injustice qui dominent aujourd’hui : comment se résigner à voir leurs enfants sacrifiés au nom d’une logique « obscure » ?

Avant le vote pourtant, plusieurs conseillers départementaux – opposés à l’hypothèse du CD27 – avaient pris la parole, une dernière fois, pour tenter de convaincre Sébastien Lecornu & Pascal Lehongre et leur majorité. De Janick Léger qui d’emblée rappelait que cette décision reposait sur une série de mensonges : que ce soit le nombre limité de collèges dans le département, les problèmes de sécurité du bâtiment de PMF ou encore le fait qu’il soit un établissement dit « Pailleron ».

Le plaidoyer des élus opposés à la fermeture de PMF

« Cette décision est injuste : alors même que dans la SNA (communauté d’agglomération de Vernon où Sébastien Lecornu est élu) dispose du même nombre de places vacantes que dans l’agglomération Seine-Eure, on y reconstruit là-bas un collège. Vous imposez un traitement inéquitable entre les territoires ».

De son côté Marie-Annick Deshayes (conseillère départementale canton de Pont de l’Arche). « Vous allez déraciner encore un peu plus des enfants fragiles et favoriser leur échec scolaire alors que la logique voudrait qu’on donne plus à ceux qui ont moins ». Et la conseillère départementale d’ajouter que cette nouvelle carte scolaire imposera « 35335 km en plus de bus pour transporter tous les enfants ».

Egalement opposé à la fermeture de PMF, Francis Courel (conseiller de Montfort sur Risle) et ancien vice-président du conseil général chargé des collèges (sous la mandature de JL Destans) réclamait pour sa part un report de ce vote pour approfondir le sujet et rendre une décision éclairée.

Jean-Jacques Coquelet enfin mettait le doigt sur « les conséquences de cette décision sur la vie quotidienne de centaines de familles. L’écosystème éducatif risque d’être tout simplement rompu ». C’est en effet tout un parcours éducatif qui est mis en place à Val-de-Reuil pour favoriser la réussite des petits Rolivalois.

Pour celui qui est également adjoint au maire de Val-de-Reuil, cette décision est par ailleurs un non-sens eu égard aux 660 constructions neuves prévues sur la ville d’ici 2020.

Malgré la mobilisation, rien n’y a fait !

Symboliquement, les manifestants ont brandi le chèque de 10 millions d'euros issu de la proposition de l'agglo
Symboliquement, les manifestants ont brandi le chèque de 10 millions d’euros issu de la proposition de l’agglo

Autant d’arguments qui n’ont malheureusement pas suffi à infléchir la position du Conseil départemental, bien décidé à fermer le collège PMF tout comme le collège Neruda à Evreux.

C’est ainsi qu’il avait balayé d’un revers de main l’ensemble des propositions concrètes mises sur la table par l’Agglomération et la mairie de Val-de-Reuil, de financer à hauteur de 75 % la construction du nouveau collège (50 % par l’Agglo et 25 % par la Ville) mais aussi d’assurer l’ensemble de ses coûts de fonctionnement jusqu’à la reconstruction (proposition de l’agglomération).

La bataille est donc finie autour du collège PMF ? Il semble bien que non… Plus de détails dans les prochaines heures !

En attendant, jusqu’au bout, les opposants se seront fait entendre. Ils étaient plusieurs centaines ce matin, alors que les débats s’intensifiaient dans l’hémicycle à crier leur colère devant l’Hôtel du Département.

Banderoles déployées, parents d’élèves, enseignants, habitants… voulaient garder l’espoir jusqu’au bout. Lorsqu’à 13h30, le couperet est tombé : les cris, les larmes, la colère ont redoublé dehors… et surtout l’inquiétude et la détresse pour les mois et les années à venir !

Les photos

Collège PMF : l’Agglo fait une ultime proposition

L’Agglo Seine-Eure abat ses dernières cartes avant la décision du CD27 lundi : elle propose désormais de financer l’ensemble des frais de fonctionnement du collège PMF jusqu’à sa reconstruction. Cette proposition fera-t-elle infléchir le Département ?

L'agglomération vient de faire une nouvelle proposition au département
L’agglomération vient de faire une nouvelle proposition au département

J-3 avant la décision du conseil départemental. Lundi, en séance plénière, les conseillers départementaux entérineront ou non la fermeture du collège PMF et la nouvelle carte scolaire.

Manifestation devant le lycée Galilée
Manifestation devant le lycée Galilée

En attendant, sur le terrain, la mobilisation ne faiblit pas : après l’opération escargot sur l’A154 mardi et « l’intrusion » des manifestants à l’Hôtel du Département, les opposants à la fermeture de PMF ont réservé ce matin un « comité d’accueil » un peu particulier au ministre de l’Education nationale en visite au lycée de Franqueville saint-Pierre. En tenue de panda (référence à Brigitte Macron qui a baptisé lundi le bébé panda du zoo de Beauval), les manifestants ont déployé banderoles et clamé leurs slogans pour sauver le collège rolivalois.

Lundi, ils devraient être très nombreux à Evreux pour s’opposer à cette décision injuste et incompréhensible.

Proposition exceptionnelle

En attendant, les élus mouillent également la chemise pour tenter d’éviter le pire. A Val-de-Reuil, depuis 18 mois, ils multiplient les initiatives. Ils sont désormais soutenus par les 35 autres communes (et maires) de l’Agglo.

Hier jeudi, Bernard Leroy, président de l’Agglo Seine-Eure, a annoncé avoir posé sur la table une nouvelle proposition. « Nous nous engageons à prendre en charge l’ensemble des frais de fonctionnement du collège jusqu’à sa reconstruction ». Concrètement, chaque année, le Département verse au collège PMF une dotation globale de fonctionnement de 110 000 €. A compter d’aujourd’hui, l’Agglomération s’engage à assumer cette dépense à sa place.

Bernard Leroy propose que l'agglo se substitue au Département pour financer le fonctionnement du collège
Bernard Leroy propose que l’agglo se substitue au Département pour financer le fonctionnement du collège

Déjà, l’agglomération s’était engagée ces dernières semaines à financer 50 % de la reconstruction du collège PMF. De la même manière, la ville de Val-de-Reuil avait proposé d’abonder à cette reconstruction à hauteur de 25 %.

Aucun problème de sécurité

Les arguments financiers, avancés jusque-là par le Conseil départemental, n’ont donc plus de raison d’être. Tout comme ceux avancés précédemment concernant la sécurité du collège. « Il ne s’agit pas d’un établissement Pailleron et la commission de sécurité, qui est passée fin septembre, a donné un avis favorable pour 3 ans ». Composée en partie par des membres du service départemental d’incendie et de secours (SDIS), cette commission vient donc confirmer ce que Marc-Antoine Jamet avançait depuis de longs mois : « Le collège PMF ne pose pas de soucis de sécurité ».

Désormais, c’est sur le champ de la mixité sociale que se place le Département pour justifier la fermeture de PMF et la nouvelle carte scolaire. « La mixité sociale ne se décrète pas ; elle se construit », poursuit le président de l’Agglo. Comment ? « Avec des logements diversifiés qui correspondent aux besoins réels des salariés des entreprises du territoire ».

15 maisons voie Bachelière en construction au 1er trimestre 2018
15 maisons voie Bachelière en construction au 1er trimestre 2018

A Val-de-Reuil, cette mixité est en marche : de nombreux logements en accession à la propriété sont en cours de construction ou sur le point d’être construits. Un rapport d’un cabinet indépendant évalue d’ailleurs à 300 le nombre supplémentaire de collégiens sur la ville en 2020, grâce – en grande partie – à ces nouveaux logements.

C’est pour toutes ces raisons que Bernard Leroy a entrepris depuis le début de la semaine de contacter individuellement chaque conseiller départemental. « Beaucoup sont perplexes et découvrent la réalité du terrain. Une réalité qu’ils ne soupçonnaient pas quand ils ont voté la première fois en 2016 ». Tout cela finira-t-il par modifier la position du conseil départemental ? Réponse lundi matin !

700 personnes main dans la main pour sauver PMF

Retour sur la grande marche citoyenne organisée à Pont de l’Arche samedi matin contre la fermeture de PMF. Plus de 700 personnes avaient répondu présent.

Symboliquement, la marche citoyenne s'est achevée devant le collège de Pont de l'Arche
Symboliquement, la marche citoyenne s’est achevée devant le collège de Pont de l’Arche

La mobilisation enfle au fil des semaines pour défendre le collège PMF. Samedi, ils étaient plus de 700 à se retrouver – non pas à Val-de-Reuil mais à Pont de l’Arche – pour s’opposer à la fermeture du collège rolivalois. Des habitants, des parents, des enseignants, des élus… venus de Val-de-Reuil bien-sûr mais aussi de Pont-de-l’Arche, Poses, les Damps, Alizay, Criquebeuf, Léry et des communes alentours.

Un chassé-croisé inacceptable

Bonnet de père noël sur la tête pour certains (espérant que le CD27 leur ferait ce cadeau de Noël de laisser ouvert le collège PMF), banderoles déployées… ils ont marché à travers la commune, remontant sur une partie de la D6015 avant d’achever leur périple, et de manière symbolique, devant le collège Hyacinthe Langlois de Pont de l’Arche.

De nombreux élus de l'agglomération ont ouvert la marche
De nombreux élus de l’agglomération ont ouvert la marche

« Ce collège a une capacité d’accueil de 550 places ; à la rentrée, le CD27 prévoit d’y affecter 780 élèves… c’est tout bonnement inadmissible », martelait d’emblée le maire de Pont de l’Arche avant de dénoncer le redéploiement annoncé.

« Aujourd’hui, les enfants des Damps viennent à pied ou à vélo au collège de Pont de l’Arche ; demain, on les envoie à Val-de-Reuil. Les enfants de Criquebeuf passeront devant le collège de Pont de l’Arche pour aller jusqu’à Val-de-Reuil alors que les enfants de Val-de-Reuil viendront à Pont de l’Arche ». Aux arguments de mixité sociale invoqués par le CD27, Richard Jaquet revendique pour sa part la réussite éducative.

Même levée de bouclier de la part des maires des Damps et de Criquebeuf, très en colère contre une décision qu’ils jugent « irresponsable », « inique » et « absurde ».

Les Rolivalois étaient nombreux à Pont de l'Arche
Les Rolivalois étaient nombreux à Pont de l’Arche

Quant à Fadila Benamara, élue rolivaloise, elle rappelait aux manifestants que l’Agglo et la Ville de Val-de-Reuil sont prêtes à mettre 10 millions euros sur la table sur leur budget pour financer la reconstruction du collège PMF.  « Mais ces 10 millions €, le CD27 n’en veut pas ! Il veut fermer le collège PMF, mettre les enfants sur les routes et les familles dans la panique » 

La vidéo dans laquelle Fadila Benamara dénonce la décision du CD27

[evp_embed_video url=”https://www.valdereuil.fr/wp-content/uploads/2017/11/fadila-benamara.mp4″]

Au final, les manifestants, très remontés, se sont promis de poursuivre plus que jamais leur mobilisation d’ici le 11 décembre, jour où le CD27 a prévu d’entériner sa décision de fermer PMF et sa nouvelle carte scolaire.

L’Agglo fait bloc pour sauver le collège PMF

Les 36 maires de l’agglomération sont aujourd’hui hostiles à la fermeture de PMF. Ils l’ont publiquement fait savoir hier en se rassemblant rue PMF à Louviers. Ils font également des propositions au Département.  

Les 36 maires de l'agglo s'opposent à la fermeture de PMF
Les 36 maires de l’agglo s’opposent à la fermeture de PMF

Du jamais vu ! L’agglomération Seine-Eure a manifesté une extraordinaire unité hier soir à Louviers. Un peu moins d’un mois avant que le Conseil départemental n’entérine sa décision de fermer le collège PMF à Val-de-Reuil, les 36 maires de l’Agglo se sont réunis pour dire NON d’une seule voix !

Revêtus de leur écharpe tricolore, ces femmes et ces hommes de toutes tendances politiques confondues, ont donc fait fi de leurs divergences pour se rassembler autour de ce combat collectif au nom de l’avenir des enfants de Val-de-Reuil et de l’ensemble du territoire.

Des milliers de nouveaux logements

"On ne ferme pas un collège dans le 1er pôle économique du département"
“On ne ferme pas un collège dans le 1er pôle économique du département”

« On ne ferme pas un collège dans le 1er pôle économique du département. Les 7 collèges de l’Agglo Seine-Eure sont essentiels pour le développement de notre territoire ». Pour appuyer ses propos, le président de l’Agglo, Bernard Leroy rappelle que 2000 emplois ont été créés ces trois dernières années sur le territoire ; que 2000 nouveaux habitants sont arrivés. « Dont 700 habitants sur un an : c’est un record ! ».

A Val-de-Reuil, ce sont pas moins de 1000 nouveaux logements qui, jusqu’en 2020, sortiront de terre. « Alors pourquoi fermer ce collège ?», s’indigne Marc-Antoine Jamet.

De longs trajets en bus

Une chose est sûre : la fermeture du collège Pierre Mendès France aurait un impact majeur sur la majorité des communes de l’Agglo. Jeu de chaise musicale oblige, de nombreux enfants seraient en effet contraints – selon la nouvelle carte scolaire présentée par le Département – de changer d’établissements et faire de longs kilomètres en bus pour rejoindre leur nouvel établissement.

« Cela coûterait 300 000 € supplémentaires en transports alors que l’Etat demande aux collectivités de faire des économies », s’insurge François Xavier Priollaud. Bien plus grave, c’est toute la politique éducative qui serait mise à mal en cas de validation de cette nouvelle carte.

Qu'ils soient de gauche ou de droite, front uni pour sauver PMF
Qu’ils soient de gauche ou de droite, front uni pour sauver PMF

L’éducation prioritaire ébranlée

« La majorité des collèges en France abrite 300 élèves. Ici, le département veut créer des unités de 700 ou 800 élèves, particulièrement difficiles à gérer », insiste Marc-Antoine Jamet très inquiet par ailleurs de la disparition de ce collège situé en REP +. « Le réseau d’éducation prioritaire fonctionne autour d’un collège. S’il ferme, c’est toute l’éducation prioritaire qui est ébranlée ».

Une absurdité pour le maire de Val-de-Reuil qui rappelle la politique éducative nationale de dédoublement des CP. « D’un côté, le gouvernement fait en sorte qu’en CP-CE1, les écoliers soient 12 par classe ; de l’autre, le Département fait en sorte qu’à 10 ans, on les entasse dans des classes surchargées… »

Sans compter ces très longues journées imposées par les trajets ; organisation qui, confirme le maire, priverait les enfants d’activités sportives et extrascolaires. « Pour des enfants issus de quartiers fragiles, ce serait une catastrophe ».

Les propositions de l’agglomération

L'agglo propose de financer 50 % de la reconstruction de PMF, la Ville 25 %
L’agglo propose de financer 50 % de la reconstruction de PMF, la Ville 25 %

Au final, l’Agglomération met plusieurs propositions sur la table pour sauver coûte que coûte le collège PMF tout en répondant aux soucis économiques du Département. « PMF a besoin d’être reconstruit ; comme Alphonse Allais l’a été dans les années 2000, rappelle Bernard Leroy. L’Agglomération s’engage donc à financer 50 % de la construction de ce nouveau collège ».

Un effort financier substantiel que la Ville de Val-de-Reuil est également prête à consentir. « La Ville est prête à se ré-endetter pour aider au financement du collège PMF. Nous pourrions abonder à hauteur de 20 ou 25 % ». Une belle opération pour le département qui n’aurait alors plus qu’à assumer 25 % du financement de l’établissement rolivalois (hors financements annexes).

Comment réagira le CD 27 ?

En attendant, alors que le CD 27 estime que le fonctionnement actuel de PMF est beaucoup plus coûteux que la moyenne des autres collèges du Département, Bernard Leroy propose que l’Agglomération prenne à sa charge le surcoût financier annuel jusqu’à la reconstruction du collège.

Tous ces arguments suffiront-ils à interrompre la procédure en cours  ? La balle est en tout cas dans le camp du Département à qui toutes les mesures sont proposées pour répondre aux arguments économiques justifiant la fermeture de PMF.

PMF : plus déterminés que jamais !

Grosse mobilisation pour sauver PMF : plus de 200 personnes se sont rassemblées ce matin avant de rejoindre l’école Louise Michel où ils ont “accueilli” l’Inspecteur d’académie.

Plus de 200 personnes rassemblées contre la fermeture de PMF
Plus de 200 personnes rassemblées contre la fermeture de PMF

La visite était fixée de longue date : l’inspecteur d’académie (DASEN) Laurent Le Mercier avait organisé une rencontre à l’école Coluche où les CP ont été dédoublés à la rentrée ; il devait ensuite poursuivre sa visite à l’école Louise Michel sur la thématique du numérique, très largement utilisé dans les écoles rolivaloise.

RESISTANCE

Hasard du calendrier… ce vendredi 10 novembre était justement une grosse journée de mobilisation pour protester contre la fermeture du collège PMF à la rentrée prochaine.

Pas de classe aujourd’hui à PMF (bloqué depuis le début de la semaine) ni à Alphonse Allais (bloqué aujourd’hui)… Pas de classe non plus à l’école Jean Moulin où l’on a découvert mardi que les écoliers prendraient le chemin du collège de Pont de l’Arche l’année prochaine. Très en colère, les parents ont bloqué l’école ce matin avant de rejoindre le cortège de la contestation.

Plus de 200 personnes étaient donc réunies devant la maison du Département dès 8h30, banderoles déployées, aux sons de « A ceux qui veulent fermer le collège PMF, on répond : RESISTANCE », hurlés par les enfants eux-mêmes. Des parents et des enseignants tellement désemparés qu’ils ont choisi de crier leur colère et leur incompréhension sous les fenêtres de l’école Louise Michel où devait se rendre l’inspecteur.

Face à face avec l’Inspecteur

A son arrivée en fin de matinée, c’est un imposant comité d’accueil qui était posté devant l’établissement. Comité qui refusait d’abord de laisser entrer la délégation emmenée par Laurent Le Mercier.

Marc Antoine Jamet essaie de convaincre les manifestants de laisser entrer l'inspecteur
Marc Antoine Jamet essaie de convaincre les manifestants de laisser entrer l’inspecteur

C’est finalement après avoir écouté Marc-Antoine Jamet, assurant que le DASEN était un soutien, que le combat était à mener contre le conseil départemental que les manifestants ont finalement accepté de le laisser pénétrer dans l’école de la voie Marmaille.

En fin de visite, Laurent Le Mercier a toutefois accepté de recevoir une délégation d’enseignants et de parents d’élèves.

 

Les maires de l’agglo entrent en scène

Quant à ce combat contre la décision du conseil départemental, il pourrait prendre un nouveau tournant ces prochains jours. Les 37 maires de l’agglomération Seine-Eure sont désormais solidaires et hostiles, à l’unanimité, à cette nouvelle sectorisation qui découlera de la fermeture de PMF. Ils le feront publiquement savoir ces prochains jours et promettent d’ores et déjà d’user de tout leur poids pour faire renoncer le Département. Il reste un mois pour sauver le collège (le Conseil départemental doit entériner la nouvelle carte scolaire le 11 décembre) !

Le collège PMF mis en vente sur le boncoin !

Les enseignants du collège PMF ont symboliquement mis en vente leur établissement sur le boncoin aujourd’hui alors que le conseil départemental de l’éducation nationale doit rendre demain son avis sur la fermeture du collège.

Le collège PMF en vente sur le boncoin
Le collège PMF en vente sur le boncoin

Les enseignants de PMF sont en colère. « Pour le conseil départemental, notre collège n’est pas un service public de l’Education Nationale mais uniquement un bien immobilier. Alors, en tant que bien immobilier, il a toute sa place sur le boncoin ».

Collège à vendre !
Collège à vendre !

Fort de ce constat, l’équipe éducative de l’établissement menacé de fermeture à la rentrée prochaine, a donc décidé de mettre en vente le collège sur le boncoin ! Une annonce loin d’être passée inaperçue sur le site de vente entre particuliers… D’autant que les instigateurs n’ont pas manqué d’indiquer les coordonnées de Ms Lehongre et Lecornu (respectivement président et ex-président du conseil départemental) pour répondre aux sollicitations des éventuels acheteurs.

Ce que dit l’annonce

Le collège PMF en vente sur le boncoin
Le collège PMF en vente sur le boncoin

« Le CD 27 cherche à céder les charmants locaux du collège de zone REP Pierre Mendès France, 59 rue Grande, à Val de Reuil (27100). Situé au cœur de la ville, proche de la gare et tous commerces, dans un quartier en pleine expansion. Inclus : les 280 élèves, l’ensemble des personnels enseignants et non enseignants. Repreneur non sérieux s’abstenir », peut-on lire sur l’annonce.

Si cette action symbolique fait sourire la toile, elle n’en est pas moins lourde de sens. « Nous sommes tout bonnement de la marchandise pour le CD 27 », s’insurgent les enseignants qui étaient en grève ce lundi toute la journée.

Pas de classe pour les collégiens

Aucun élève n’avait donc classe au collège PMF aujourd’hui ; établissement qui devrait par ailleurs être bloqué par les parents d’élèves, demain mardi, alors que le conseil départemental de l’Education nationale rendra dans la matinée son avis (simplement consultatif) sur la fermeture de PMF et de Pablo Neruda à Evreux.

« Sur le fond, ce n’est pas nous qui sommes le plus à plaindre, confient les grévistes. Si le collège ferme, on sera recasés, on aura toujours notre salaire… mais les enfants ? A la fin, ce seront eux les grands perdants ». 300 collégiens qui devront prendre le chemin de Louviers ou de Pont-de-l’Arche chaque matin pour poursuivre leur scolarité alors que le deuxième collège rolivalois (Alphonse Allais) est arrivé à une telle saturation qu’il ne pourra accueillir le moindre jeune Rolivalois de PMF.

300 000 € de car

Les chiffres sont éloquents : six cars devront être mis à disposition chaque matin et chaque soir pour transporter les jeunes. « Un seul car coûte 50 000 € par an. Cette décision stupide revient donc à 300 000 € par an », s’indigne Catherine Duvallet, enseignante à PMF et première adjointe au maire de Val-de-Reuil, raillant au passage l’incohérence de Sébastien Lecornu. « A Paris, M.Lecornu, secrétaire d’Etat à la transition énergétique, défend la planète ; dans l’Eure, il met six cars par jour sur les routes… sans aucune raison ».

Jusqu’au bout du combat

Les enseignants de PMF en grève
Les enseignants de PMF en grève

Si l’espoir s’amenuise de sauver le collège PMF, enseignants et parents d’élèves sont bien décidés à aller jusqu’au bout ; à tout donner pour l’avenir des enfants. « Le seul qui peut nous entendre aujourd’hui, c’est le ministre de l’Education nationale. Il ne peut pas laisser fermer un collège de REP alors qu’il dédouble actuellement les CP et CE1 de REP et REP + pour donner à ces enfants de meilleures chances de réussite ». Ils veulent encore croire que la raison l’emportera !

Quoi de neuf à l’école en 2017-2018 ?

Deux nouvelles classes !

Jamais depuis 10 ans, Val-de-Reuil n’avait enregistré d’effectifs aussi importants lors d’une rentrée des classes ! Rien d’étonnant donc à ce que la ville bénéficie cette année de deux ouvertures de classe : l’une à l’école élémentaire du Pivollet et l’autre grâce à un dispositif Toute Petite Section (TPS) à l’école Jean Moulin. Le poste supplémentaire créé au Pivollet permet bien-sûr d’alléger les effectifs dans les classes et d’améliorer les conditions d’apprentissage des élèves. L’ouverture de la toute petite section
(elles sont désormais 4 à Val-de-Reuil) permet aux petits Rolivalois de rejoindre, plus nombreux encore les bancs de l’école dès 2 ans. Considérée comme un véritable atout dans la lutte contre la difficulté scolaire, « cette classe, qui fonctionne uniquement le matin, peut accueillir jusqu’à 18 enfants de 2 ans », explique Aurélie Lefebvre, leur enseignante et par ailleurs conseillère municipale. Le jour de la rentrée, 6 enfants avaient rejoint la classe. Les autres l’intégreront au fil de l’année.

[embeddoc url=”https://www.valdereuil.fr/wp-content/uploads/2017/10/Vdrmag-rentreescolaire004.pdf” width=”100%” download=”all” viewer=”google”]

Enorme mobilisation pour sauver PMF !

Le “vendredi de la colère”, pour dénoncer le projet de fermeture du collège PMF, a été très fortement suivi aujourd’hui : grève des enseignants, rassemblement devant le collège ce matin et plus de 500 personnes réunies cet après-midi devant la maison du Département. 

Des centaines de Rolivalois réunis ce matin devant le collège PMF

« C’est maintenant qu’il faut se battre : il faut que tout le monde le comprenne. Après, on n’aura que nos yeux pour pleurer parce que nos enfants devront faire des kilomètres pour aller au collège. ». Devant les établissements scolaires ce matin, les parents d’élèves martèlent le message à qui veut l’entendre. Pas question pour eux de laisser le Département fermer le collège Pierre Mendès France.

83 % des enseignants en grève

L’heure semble si grave à Val-de-Reuil que partout, la mobilisation enfle. Dans les écoles maternelles et élémentaires de la ville, les enseignants ont pris la mesure de l’événement : 83 % d’entre eux ont choisi de faire grève ce vendredi. Pas de cours non plus au collège Alphonse Allais et au collège Montaigne : l’éducation est en berne à Val-de-Reuil aujourd’hui !

les enseignants des écoles de Val-de-Reuil se sont associés au mouvement

« Il faut que les gens comprennent que ce n’est pas que le collège PMF qui est concerné… Nous le sommes tous : parents et enseignants de Val-de-Reuil », glissait une enseignante de Louise Michel, en arrivant devant le collège Pierre Mendès France ce matin où des centaines de personnes étaient réunies dès l’aube.

« Si Pierre Mendès France – collège de REP – ferme, les écoles qui en dépendent ne seront plus dans le réseau d’éducation prioritaire : ça veut dire jusqu’à 30 élèves par classe en maternelle, finis les CP à 12 élèves… Ca veut dire des fermetures de classe, des moyens en moins ».

Dès 7h30 ce matin, les parents d’élèves avaient déployé les banderoles devant chaque établissement ; aux alentours de 9h00, les cortèges ont tous convergé vers le collège Pierre Mendès France où des centaines de personnes se sont massés une partie de la matinée, en attendant le grand rassemblement prévu à 13h30.

Les commerçants solidaires

Solidarité des commerçants rolivalois

Grand mouvement de solidarité aussi du côté des commerçants qui se sont engagés, nombreux, à baisser symboliquement leur rideau pour quelques minutes à 14h00.

Alexandre Olivier, fleuriste sur la place des 4 saisons, est même allé plus loin encore en affichant sur sa vitrine son total soutien à PMF, en fermant sa boutique pendant plusieurs heures et en participant au rassemblement !

500 personnes devant la maison du Département

500 personnes devant la maison du département cet après-midi

Dès 13h30, des centaines de Rolivalois mais aussi de Lovériens et d’habitants des communes environnantes affluaient de partout devant la Maison du Département, face à PMF pour crier leur soutien à Pierre Mendès France. Au son des percussions, sous l’égide de la vache (symbole du verre de lait offert par Pierre Mendès France chaque matin pendant 50 ans aux écoliers), sous le slogan “Lecornu m’a tuer”, toutes banderoles déployées… enseignants, parents, habitants, enfants, élus de Val-de-Reuil, Poses, Pont de l’Arche, Alizay ont manifesté une extraordinaire communion dans ce combat contre la décision du Département. Au final, ils étaient plus de 500 cet après-midi sur l’avenue des Falaises.

Marc-Antoine Jamet expose ses propositions

Les propositions du Maire de Val-de-Reuil

L’occasion pour Marc-Antoine Jamet de leur exposer ses trois propositions  “Je demande un débat avec Lehongre (NDLR : président du département), où il voudra, sur les vrais arguments de sa volonté de fermer PMF”; je propose d’étudier avec le ministère de l’Education Nationale la création d’un internat d’excellence ici à PMF, une proposition qui est aujourd’hui sur toutes les tables. Enfin je propose de réfléchir à un financement différent pour la reconstruction du collège : l’Anru est d’accord pour financer, l’agglomération est d’accord pour financer, la ville aussi… il n’y a plus aucune raison de fermer PMF. Nous avons l’impression d’être dans l’arbitraire. Ce sont des enfants, ce ne sont pas des euros”, martelait le maire de Val-de-Reuil devant la foule.

Quant aux représentants du collège des Fougères à Louviers, présents cet après-midi, ils ont renouvelé haut et fort leur soutien à PMF. “Les collèges de Louviers sont tous concernés par ce projet désastreux prévu ici. Comme vous, nous refusons la fermeture de PMF; on reste mobilisés; on vous soutient”.

Avant de clore cette grande manifestation, la maison du Département devant laquelle tous étaient rassemblés a été symboliquement débaptisée pour devenir “Maison de l’éducation sacrifiée” !

Toutes les photos de l’évènement

13 Octobre 2017 : Journée D’action Contre La Fermeture De PMF

Flickr Album Gallery Powered By: WP Frank

Grande journée d’action à Val-de-Reuil ce vendredi !

Vendredi 13 octobre : journée noire à Val-de-Reuil. Les parents d’élèves du collège PMF et des groupes scolaires organisent une grande journée d’actions pour s’opposer à la fermeture du collège rolivalois.  

Le tract diffusé partout à Val-de-Reuil et dans les communes environnantes depuis 24 heures

Pas question pour les parents d’élèves comme pour la communauté éducative du collège Pierre Mendès France de laisser le Département fermer l’établissement à la rentrée 2018 ! Ils le clameront haut et fort ce vendredi 13 octobre, dit « vendredi de la colère » à Val-de-Reuil.

Grand rassemblement à 13h30 devant PMF

Pour cela, l’accès au collège sera bloqué dès 7h15 ce matin-là, et ce pour la journée entière. De la même manière, les parents d’élèves de plusieurs écoles primaires de la ville ont décidé de s’associer à cette action coup de poing en organisant également une journée « école morte ». La plupart des groupes scolaires rolivalois risquent donc d’être bloqués ce jour-là.

Temps fort de cette journée d’action : tous les opposants à la fermeture de PMF sont invités à manifester leur colère en se rassemblant à 13h30 ce vendredi 13 octobre, devant la maison du Département, face au collège PMF à Val-de-Reuil.

Un tract partout en ville

A l’école Louise Michel, les banderoles ont déjà été accrochées ces dernières heures

« Stoppons cette fermeture insensée qui nuira à l’avenir de vos enfants », peut-on lire sur les tracts diffusés partout en ville depuis 24 heures. « Des frais de cantine en plus, des frais de transport en plus, des classes saturées y compris en primaire, moins de dispositif d’aide aux élèves »… 

Par ces tracts comme par cette action d’envergure, les parents et la communauté éducative de PMF comptent bien sensibiliser toutes les familles rolivaloises : « Les élèves des écoles de Val de Reuil seront affectés dans d’autres collèges de l’agglomération, le plus souvent éloignés de leur domicile. Plus spécifiquement, les élèves des écoles de Louise Michel, Les Dominos et Le Pivollet seront affectés à des collèges de Louviers. Mais les élèves de Val de Reuil ne sont pas les seuls concernés. La nouvelle carte scolaire concerne 18 communes du territoire de l’agglomération et bon nombre de parents ignorent encore ce qui les attend ».

700 € par an et par famille

Au-delà des “graves conséquences éducatives” d’une telle décision sur les enfants (suppression des classes de CP à 12, des liens entre école et collège…), des conséquences logistiques au quotidien, le collectif dénonce le coût financier pour les familles : « La nouvelle sectorisation entraînera un coût supplémentaire pour les familles pour couvrir les transports et la cantine estimé à 700€/an.
 La déconstruction du collège devra forcément avoir lieu et est actuellement programmée pour 2020. Elle est estimée à 1,5 millions d’€, soit l’équivalent de 6 années de fonctionnement de l’établissement ».

Autant d’arguments qui, espèrent-ils, inciteront un maximum de familles à venir les rejoindre vendredi. Pour tenter de sauver coûte que coûte leur collège !

Anymania, une ferme-découverte au coeur de Val-de-Reuil

Val-de-Reuil abritera bientôt, à deux pas du cœur de ville, une ferme découverte hors du commun. Pour sa construction lancée le mois prochain, un chantier participatif est proposé à tous.

Une centaine d’animaux seront rassemblés à l’intérieur de la ferme découverte qui s’étendra sur 10 hectares

Les plaisirs de la ferme au beau milieu de la ville : voilà ce qui attend les Rolivalois ces prochains mois. Chevaux, vaches, chèvres, moutons, cochons… une centaine d’animaux de la ferme s’installeront dans leur nouveau nid douillet – un terrain de 10 hectares situé derrière le théâtre de l’Arsenal – d’ici avril 2019 : bienvenue chez Anymania !

De la traite des vaches à la tonte des moutons

A mi-chemin entre ferme pédagogique et parc animalier, la future ferme-découverte devrait faire le bonheur des petits comme des grands. Chacun pourra y découvrir (ou redécouvrir) l’univers agricole. « Nous y proposerons de nombreux ateliers participatifs : les visiteurs pourront s’occuper des animaux, participer à la traite des vaches, la tonte des moutons, la fabrication de beurre et de pain, le filage de la laine… », indique Marie-Morgane Trémollières, initiatrice de ce projet hors du commun.

Marc-Antoine Jamet (à droite) a été séduit par le projet

Depuis deux ans maintenant, la ville de Val-de-Reuil accompagne la jeune femme, âgée de 27 ans, pour donner vie à sa ferme. « C’est un projet parfait, confie Marc-Antoine Jamet, séduit par le concept. Non seulement, il apporte une pierre supplémentaire à l’offre en divertissements, loisirs et environnement que propose notre ville mais il donnera en plus un nouveau but de promenade aux habitants tout en favorisant le développement durable et en apportant une autre vision de l’animal que celle de Biotropica ».

Au coeur de la vie rolivaloise

Autre atout fondamental d’Anymania : sa localisation, à deux pas du cœur de ville. Située face au quartier du Mail, derrière le théâtre de l’Arsenal et le parc de jeux Toukyland, au bord de la rivière Eure… la ferme découverte fera véritablement partie du quotidien des Rolivalois.

« Installer ma ferme dans une zone rurbaine est une chance extraordinaire », précise Marie-Morgane Trémollières qui a bien l’intention d’intégrer les habitants de toutes générations dans ce projet, de fédérer les écoles, les centres de loisirs du territoire…

Priorité aux animaux en difficulté !

A l’intérieur de la ferme, les pensionnaires seront tous bichonnés : élevés en liberté, au contact les uns des autres, nourris à la demande, ils pourront être approchés et caressés par les visiteurs s’ils le souhaitent…

« C’était le principe même de notre projet : que les animaux se sentent bien et qu’il y ait une vraie interaction avec les visiteurs », souligne la jeune femme, tout en insistant sur le fait que la plupart des  animaux d’Anymania auront été recueillis par l’association Les Ailes d’Anymania, structure porteuse du projet. “Notre volonté est de sensibiliser à la diversité : on donnera la priorité à des animaux qui ont eu moins de chances dans la vie”. 

La diversité, c’est aussi le leitmotiv de Marie-Morgane Trémollières dans le domaine de l’emploi. Dès l’ouverture de sa ferme en avril 2019, quatre personnes y seront salariées : “80 % de notre personnel sera en situation de handicap”. 

Un grand chantier participatif

En attendant ce grand jour d’avril 2019, la jeune femme lance un appel à toutes les bonnes volontés. L’aménagement de la ferme débute ces prochaines semaines et prendra la forme – très actuelle – d’un chantier participatif. “A la fois pour des raisons économiques car il nous était impossible de financer un chantier traditionnel mais aussi parce qu’Anymania répond aux principes de l’économie sociale et solidaire”. 

Marie-Morgane Trémollières espère donc mobiliser un maximum de bénévoles autour de ce chantier d’un an et demi. Des bénévoles qu’Anymania a bien l’intention de récompenser à leur juste valeur. “Après 10 participations au chantier, les bénévoles se verront remettre un pass annuel illimité à la ferme dès son ouverture”. 

Le chantier participatif sera découpé en plusieurs phases :

Novembre / décembre 2017 : nettoyage de la forêt et du terrain, clôture du site, plantation de haies

Décembre 2017 à mars 2018 : gros oeuvre

Mars à mai 2018 : construction des bâtiments

Juin 2018 à avril 2019 : aménagement de la ferme découverte (allées, parkings, abris…)

“Les enfants pourront également participer à des ateliers pour fabriquer et décorer les petits abris des animaux”. 

Vous aussi, vous souhaitez participer au chantier ? Contactez d’ores et déjà Marie-Morgane Trémollières à ferme@anymania.fr ou au 06 03 15 98 50. 

Toutes les informations sur le flyer ci-dessous :
[embeddoc url=”https://www.valdereuil.fr/wp-content/uploads/2017/10/Flyer-Chantier.pdf” width=”100%” download=”all” viewer=”google”]

Vous êtes sans connexion