Étiquette : sécurité

Du 22 au 27 novembre, Val-de-Reuil se mobilise contre les violences faites aux femmes

Tout au long de cette semaine, la Ville de Val-de-Reuil propose un programme d’actions autour de la lutte contre les violences faites aux femmes. Une semaine pour sensibiliser, prévenir et protéger. 

Tous les trois jours, en France, une femme meurt sous les coups de son conjoint ou de son ancien compagnon. Au cours de sa vie, dans la rue, sur son lieu de travail ou dans la sphère privée, une femme sur deux est la cible d’insultes, de harcèlement ou d’agression. Cette insupportable réalité est un fléau et réclame, à tous les âges et dans tous les milieux socio-professionnels, un combat de chaque instant.

Dans la continuité de son engagement quotidien, et à l’occasion de la Journée Internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, la Ville de Val-de-Reuil se mobilise, du lundi 22 au samedi 27 novembre, autour d’un programme de sensibilisation auprès de ses habitants et de ses partenaires mais également de soutien aux victimes et aux associations locales.

Dans le cadre du Protocole départemental de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes que la Ville adoptera officiellement, jeudi 25 novembre, à Évreux, en présence de Jérôme Filippini, Préfet de l’Eure, la municipalité a décidé d’aller au-devant des objectifs définis dans cette convention et propose, dès ce lundi, une série d’actions et d’initiatives inédites destinées à briser le silence qui entoure encore trop souvent ces violences. Sensibiliser, participer à la libération de la parole, protéger et mieux prendre en charge, tels sont les trois grandes priorités que poursuit cette semaine de mobilisation.

Sensibiliser tous les publics : une exposition itinérante et une campagne d’affichage sur tous les supports d’information de la Ville

Mise à disposition par le Département de l’Eure, une exposition itinérante composée de 13 panneaux de 1,20m par 80cm parcourra pendant une semaine les principaux équipements recevant du public de la Ville ( Lycée Marc Bloch, Maison de la Jeunesse et des Associations, ESAT Les Rives de l’Eure, Restos du Cœur et Supermarché AUCHAN). Elle aborde sans tabou tous les phénomènes de violence intrafamiliale et vise, en se référant aux textes législatifs en vigueur, à déconstruire les stéréotypes qui participent à l’indifférence et à la banalisation des violences et des comportements sexistes pouvant conduire les victimes et leur entourage au déni ou à la sous-estimation des souffrances.

À l’initiative de la municipalité, et poursuivant les mêmes objectifs, une série de six affiches, de 1,20m x 1,80m, accessibles et visibles du plus grand nombre, sera installée sur l’ensemble des supports d’information de la commune, en centre-ville comme dans les parcs d’activité, afin de sensibiliser tous les publics aux violences subies par les femmes dans leur couple, au travail ou dans l’espace public ainsi qu’aux préjugés sexistes et au harcèlement de rue.

Échanger et débattre : une conférence-débat pour détecter les violences sexuelles dans le sport et un Théâtre-Forum à destination des élèves du Lycée Marc Bloch

Ce lundi soir, en partenariat avec l’association « Profession Sports et Loisirs 27 », la Ville accueille à partir de 18h00, à la Maison de la Jeunesse et des Associations, une conférence-débat principalement destinée aux encadrants et aux bénévoles des structures sportives et de loisirs du département de l’Eure. Elle répond à la nécessité de proposer aux professionnels et aux intervenants agissant au contact du public un même cadre de formation pour apprendre à mieux détecter et comprendre les situations de violence et à orienter les victimes vers les organismes d’accompagnement et de prise en charge.

Vendredi 25 novembre, la compagnie de Théâtre « La Mécanique de l’Instant », installée à Arcueuil et agréée par le Ministère de l’Education Nationale pour intervenir en milieu scolaire, interrogera les élèves du Lycée Marc Bloch, à partir des textes de « l’École des Femmes » de Molière, sur l’égalité entre les femmes et les hommes et les rapports entre les sexes. Dans une approche pédagogique, ce spectacle participatif invitera les lycéens de seconde et de première à prendre possession de la scène, remplacer les personnages, improviser avec les comédiens et modifier le cours de l’histoire. Ce travail théâtral doit permettre aux élèves une meilleure prise de conscience des préjugés sexistes, les alerter sur leurs effets dans les discriminations et les violences et ainsi les aider à mieux les combattre.

Protéger et aller vers les personnes exposées à la violence : des permanences juridiques « hors les murs »

Afin d’apporter une réponse adaptée aux femmes victimes de violences conjugales, avec le soutien et en étroite coordination avec le Centre d’Information sur les droits des femmes ( CIDFF ) et l’Association d’aide aux victimes, d’accès aux droits et de mesures socio-juridiques, le Centre communal d’Action Sociale organisera cette semaine deux permanences « délocalisées ». Ces points d’écoute « hors les murs » doivent permettre de créer un environnement propice à la parole et d’alléger autant qu’il est possible de le faire l’accès à un accompagnement individualisé et dans la durée. Elles auront lieu mardi 23 novembre de 9h00 à 12h00 et de 13h30 à 16h30 dans les locaux de la Ressourcerie ( Centre commercial des Falaises et vendredi 26 novembre, aux mêmes horaires, au sein de l’épicerie sociale EPIREUIL ( Place aux Jeunes ).

 

Partagez :

Intervention de Marc-Antoine Jamet suite aux événements de ces derniers jours

Après l’enchaînement des événements qui ont atteint la Ville depuis dimanche 5 septembre, Marc-Antoine Jamet a tenu  à s’adresser aux Rolivalois.

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

Partagez :

Déclaration de Marc-Antoine JAMET Maire et Conseiller départemental de Val-de-Reuil

Déclaration de Marc-Antoine JAMET Maire et Conseiller départemental de Val-de-Reuil

 

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

 

Partagez :

Valdereuil_infos n°22 – MAI – JUIN – JUILLET 2021

En une de ce numéro : Le temps des retrouvailles ! – Culture, commerces, restaurants, loisirs… à l’heure des réouvertures, la ville bouillonne de vie

à lire également

  • page 2 – Rolivaloise 2021 : merci et bravo !
  • page 8 – Le chiffre : 250 étudiants aidés
  • page 12 – Léo Lagrange : visite en avant-première
  • page 14 – Du neuf dans les écoles
  • page 16 – CLSPD : sécurité et
    efficacité
  • page 18 – La cité de l’emploi
    en action
  • page 20 – Élections : mode d’emploi
  • page 24 – Aux arbres, citadins !
  • page 29 – Fleurissons ensemble
  • page 30 – 260 jeunes mettent le cap sur les séjours d’été
  • page 34 – Piscine : plongeon dans le grand bain

Votre magazine

 

Votre magazine Val de Reuil_Infos

VDR Infos N°24 - Décembre 2021 - janvier 2022

Valdereuil_infos n°24 – DECEMBRE 2021 – JANVIER 2022

En une de ce numéro : Retrouvons ensemble la féerie de Noël ! - La ville scintille de mille feux ...
Lire La Suite…
Val-de-Reuil Infos N°22

Valdereuil_infos n°23 – SEPTEMBRE – OCTOBRE – NOVEMBRE 2021

En une de ce numéro : A l'école de la Réussite ! - Coup de projecteur sur les travaux, les ...
Lire La Suite…
Valdereuil_infos n°21 - MAI - JUIN - JUILLET 2021

Valdereuil_infos n°22 – MAI – JUIN – JUILLET 2021

En une de ce numéro : Le temps des retrouvailles ! - Culture, commerces, restaurants, loisirs… à l’heure des réouvertures, ...
Lire La Suite…
Val-de-Reuil Infos N°21 - mars -avril 2021

Valdereuil_infos n°21 – MARS – AVRIL 2021

En une de ce numéro : La Ville redevient nouvelle ! - Rénovation des immeubles, espaces verts créés, voiries refaites, ...
Lire La Suite…

Valdereuil_infos n°20 – DECEMBRE 2020 – JANVIER 2021

En une de ce numéro : Nos commerçants ont du talent ! - Plateforme clic et collecte, plan de soutien ...
Lire La Suite…
Valdereuil_infos n°19 - SEPTEMBRE - OCTOBRE - NOVEMBRE 2020

Valdereuil_infos n°19 – SEPTEMBRE – OCTOBRE – NOVEMBRE 2020

En une de ce numéro : Pleins feux sur la rentrée ! - Travaux, équipements, activités : Un budget exceptionnel ...
Lire La Suite…
Val de Reuil_Infos n°18 - Juillet - Août 2020

Val de Reuil_Infos n°18 – Juillet – Août 2020

En une de ce numéro : Cet été, faites le plein d’activités ! - Tous les rendez-vous et toutes les ...
Lire La Suite…
Val de Reuil_Infos n°17 - Mai - Juin -Juillet 2020

Val de Reuil_Infos n°17 – Mai – Juin -Juillet 2020

En une de ce numéro : Pour faire face à l’épidémie, la Ville déploie les grands moyens - 100 mesures ...
Lire La Suite…
Val de Reuil_Infos n°16 - Février - Avril - Mars 2020

Val de Reuil_Infos n°16 – Février – Avril – Mars 2020

En une de ce numéro : Le terrain de football synthétique entre en piste - Au stade Jesse Owens, un ...
Lire La Suite…
Chargement…

Des chantiers jeunes au commissariat

Comme à chaque congés scolaires, les chantiers jeunes reprennent du service. Pour la première fois, les peintres en herbe ont refait une beauté au parking du commissariat rolivalois.

Deux jours de travaux pour un chantier symbolique. En début de semaine, six jeunes adolescents du lycée Marc Bloch ont participé aux chantiers jeunes. Un dispositif phare des vacances scolaires à Val-de-Reuil qui permet à des dizaines de jeunes chaque année de travailler pour la première fois. Cette fois-ci, les Rolivalois ont participé à la réfection des places de parking du commissariat.

Une fierté

Rouleau en main, casquette sur la tête, les six peintres en herbe n’ont pas chômé ces derniers jours. Au programme, rafraîchissement des places pour personnes à mobilité réduite et création de places de parking supplémentaires pour les policiers. Les jeunes travailleurs n’ont pas caché leur fierté !  Le long de la grille d’entrée, deux jeunes viennent de terminer de peindre une place PMR en bleu. Un premier contrat qui leur permettra d’avoir une ligne en plus sur leur CV tout en mettant de l’argent de côté. « Ça fait plaisir de participer à une activité de la ville. Je vais pouvoir me payer mon permis », se réjouit Jloirdi 18 ans qui est déjà un habitué du pinceau. Son acolyte de 16 ans, Kadir pourra quant à lui financer son stage : « C’est une première et c’est plutôt sympa surtout de faire ça ici ! »

Un peu plus loin, l’heure est à la délimitation des emplacements interdits. « On a eu un très bon relationnel avec les policiers, ils veillent à leur travail en évitant de marcher sur la peinture fraiche. Hier matin, un d’entre eux est même venu voir l’équipe pour les accueillir. » souligne Patricia Laferchoux leur encadrante pour la semaine.

Prochainement, en plus de l’extérieur, les jeunes pourront rentrer à l’intérieur du commissariat pour repeindre la cage d’escalier. Un lien direct entre les services de l’État et les jeunes Rolivalois !

Pour le moment, la semaine se poursuit sur la voie publique pour repeindre des transformateurs ainsi que des garages de certains logements de bailleurs.

Vous souhaitez candidater pour un chantier jeunes ? Cliquez ici

Les nouvelles mesures déployées pour prévenir et lutter contre la délinquance

Réuni mercredi, le conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance a été l’occasion de présenter les nouveaux outils déployés en matière de sécurité. Du groupe de suivi nominatif au déploiement de nouvelles caméras en passant par la hausse des effectifs de police municipale et nationale… Présentation des mesures mises en oeuvre.

Entre la baisse de la délinquance, la hausse des affaires résolues et la collaboration active entre police municipale et nationale… A Val-de-Reuil, le bilan de l’année 2020 est plutôt encourageant sur le front de la sécurité. Chiffres à l’appui, la commissaire Alexandra Capogna, à la tête du commissariat de police, va même plus loin encore dans ses conclusions : « 35 % des faits relevés sur l’ensemble de la circonscription de police(NDLR : 5 communes au total) étant commis à Val-de-Reuil, nous avons bien la preuve qu’il n’y a pas ici plus de délinquance qu’ailleurs. Je dirais même qu’il fait bon vivre à Val-de-Reuil ».

Si la Ville a enregistré en 2020 une légère hausse des atteintes aux biens (vols, dégradations…) principalement due à une série de vols avec effractions commis en tout début d’année dernière à Val-de-Reuil et dans les communes alentour, les atteintes à l’intégrité physique (violences en tout genre) affichent quant à elles une baisse significative de plus de 11 %.

Dans le même temps, « nous avons commencé à démanteler la petite équipe responsable des vols en série de début 2020 ». Sans compter l’arrestation en flagrant délit, en fin d’année, des auteurs de nombreux vols sur la plateforme colis de la Poste.

Nul doute que les 10 nouveaux policiers affectés depuis quelques semaines pour la plupart au service enquête du commissariat rolivalois permettront de résoudre d’autres affaires encore. C’est en tout cas l’ambition clairement affichée par Alexandra Capogna. A la grande satisfaction de Marc-Antoine Jamet dont les multiples sollicitations auprès du Ministre de l’Intérieur pour remédier au sous-effectif du commissariat ont finalement porté leurs fruits.

Le CLSPD, outil de prévention et de lutte contre la délinquance

« La sécurité est une œuvre commune sur tout le territoire », indiquait d’emblée le maire de Val-de-Reuil en ouverture du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance réuni mercredi au gymnase Alphonse Allais. Autour de la table ce matin-là avaient pris place l’ensemble des acteurs mobilisés sur la ville; que ce soit la Procureure de la République, la sous-préfète des Andelys, la commissaire de police, le directeur départemental des services de l’éducation nationale (DDASEN) et les principales des 4 collèges du secteur ou encore les bailleurs sociaux et services municipaux… L’objectif : travailler main dans la main pour renforcer la prévention et la lutte contre la délinquance.

Réactivité, efficacité grâce au groupe de suivi nominatif

Si bien que ce CLSPD a été l’occasion de présenter les nouveaux outils, projets et initiatives qui seront développés au fil des semaines et des mois à venir. A commencer par la mise en place d’un « groupe de suivi nominatif » dédié aux jeunes exposés à la délinquance. « Il s’agit d’avoir une approche individualisée des situations », précise Virginie Sené Ruquier, sous-préfète des Andelys. « Concrètement, nous allons établir une liste de jeunes rolivalois qui risquent de basculer dans la délinquance ». Identifiés à partir des informations remontées par les différents acteurs mobilisés sur le terrain, ces jeunes feront chacun l’objet d’un suivi personnalisé « pour les orienter vers une autre trajectoire ». A Val-de-Reuil, on estime à une trentaine le nombre de jeunes – dont certains ont tendance à semer le trouble sur la ville – qui seront intégrés au sein de ce groupe, « lequel permettra d’apporter les réponses les plus adéquates possibles pour les neutraliser », insiste Dominique Puechmaille, Procureure de la République d’Evreux.

Les policiers municipaux plus nombreux

Dans le même temps, la Ville mobilise d’importants moyens au nom de la sécurité et la tranquillité publiques. Parmi eux, le renforcement des effectifs de police municipale qui se poursuivra cette année encore. « Il y a 10 ans, nous ne comptions à Val-de-Reuil que 6 policiers municipaux ; dans les prochains mois, ils seront treize », rappelle Marc-Antoine Jamet. Après l’arrivée l’an passé de deux nouveaux agents, deux recrues supplémentaires viendront encore rejoindre cette année les rangs de la police municipale. Mobilisés sept jours sur sept, multipliant les patrouilles de jour comme de nuit, ces policiers assurent au quotidien une mission de proximité sur l’ensemble de la ville. « Pour plus d’efficacité et de réactivité, nos policiers travaillent en étroite et permanente collaboration avec leurs homologues de la police nationale », se réjouit le maire.

De nouvelles caméras déployées

Autre dispositif déployé par la Ville depuis de longues années et étendu au fil des mois : la vidéovigilance. Aujourd’hui, Val-de-Reuil dispose de 65 caméras réparties sur les lieux stratégiques de la commune. Elles seront très bientôt complétées par 20 nouvelles caméras à reconnaissance de plaques d’immatriculation. « Cela permettra d’identifier immédiatement les véhicules volés », confirme Julien Tristant, directeur général des services de la mairie. Deux caméras « nomades », qui pourront être déplacées en fonction des événements et des problématiques rencontrées, viendront également s’ajouter cette année à l’ensemble du dispositif. Tandis que le bailleur social IBS annonce l’installation de 300 caméras dans ses nombreux halls d’immeubles rolivalois.

Mutualisation avec les communes

Pour Marc-Antoine Jamet, il s’agit là d’une évidence :  » la délinquance ne s’arrête pas aux limites administratives de la commune ».  Les faits constatés il y a quelques mois(vols avec effraction à Val-de-Reuil et dans les communes alentour) confirment d’ailleurs que les frontières entre Léry, Poses ou encore le Vaudreuil sont indéniablement poreuses. D’où la proposition du maire de Val-de-Reuil faite ce mercredi aux maires des communes voisines, d’organiser une forme de mutualisation qui permettrait à la police municipale rolivaloise d’intervenir, ponctuellement sur les communes environnantes. Une main tendue accueillie avec le plus grand intérêt par la plupart des maires.

Au final, de nombreuses mesures concrètes – saluées par la Procureure de la République elle-même – ont été présentées ce mercredi tout au long du conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance.  « Solutions, informations, coopération pourrait être le slogan de ce CLSPD », concluait Marc-Antoine Jamet.

 

 

Couvre-feu : dans la nuit rolivaloise, les élus sillonnent la ville

Une quarantaine d’élus et d’agents municipaux ont arpenté les rues de Val-de-Reuil lundi soir pour sensibiliser les Rolivalois au respect du couvre-feu. Une action pédagogique que Marc-Antoine Jamet a promis de renouveler. Reportage.

Lundi 22 mars – 19h00 : l’heure du couvre-feu à Val-de-Reuil comme partout en France. Plus de sorties autorisées pour un bol d’air, pour quelques courses ou pour saluer son voisin. Hormis pour des motifs « impérieux » (déplacements professionnels ou raisons de santé…), un seul mot d’ordre : chacun à la maison !

« Depuis plusieurs jours, les contaminations sont de plus en plus nombreuses à Val-de-Reuil ; les sonnettes s’agitent de toutes parts dans plusieurs écoles ». Marc-Antoine Jamet ne s’en cache pas : « il y a vraiment nécessité que chacun fasse un effort et respecte scrupuleusement les règles du confinement qui n’est pas forcément compris, on le voit bien ».

Une quarantaine d'élus et d'agents municipaux mobilisés pour arpenter la ville hier soir
Une quarantaine d’élus et d’agents municipaux mobilisés pour arpenter la ville hier soir

 

Présence massive sur le terrain

Le maire de Val-de-Reuil a donc décidé de jouer la carte de la pédagogie ce lundi soir en conduisant une vaste opération de sensibilisation au respect du confinement. Essentiel selon lui pour faire barrage à l’épidémie et pouvoir rêver, bientôt, à une vie « normale ».

Ce soir-là, autour de lui, une quarantaine d’élus et d’agents municipaux. Plan de ville à la main, par petits groupes, l’équipe de volontaires se disperse aux quatre coins de la ville, suivant chacune un trajet bien défini.

Du Parc Sud à l’école Jean Moulin, de la Prétentaine à l’écoquartier en passant par le cœur de ville, la place Odin ou encore l’avenue des Falaises… pendant près de deux heures, des dizaines de rues sont passées à la loupe. « L’objectif est de s’assurer que le couvre-feu est respecté, d’échanger avec les Rolivalois qui pourraient encore être dehors à cette heure ; de leur expliquer la nécessité de suivre les consignes », insiste Marc-Antoine Jamet.

« Allez, au dodo ! « 

Après quelques minutes de déambulation, le premier constat est plutôt rassurant : les rues sont quasiment désertes ; seuls quelques jeunes tapent encore la balle dans la voie Boréale ; quand d’autres profitent de la fraîcheur du soir pour prolonger la journée à deux pas de leur domicile, du côté de la Prétentaine ; ou donnent quelques derniers coups de pédale dans le quartier de la Grosse Borne.

« C’est l’heure de rentrer maintenant ! » ; « allez, au dodo », glisse malicieusement le maire avant de s’assurer que la porte de la maison se referme bien derrière ces ados un peu réticents à suivre les consignes mais compréhensifs malgré tout lorsque l’intérêt de se protéger et de protéger les autres leur est patiemment expliqué.

« Nos Rolivalois sont exemplaires »

A quelques centaines de mètres de là, du côté de la voie de l’Euclide, la satisfaction se lit sur tous les visages. « Nos Rolivalois sont exemplaires », souligne Catherine Bataille, élue en charge de l’Etat Civil, en s’éloignant de la rue déserte.

Il faudra attendre le croisement de la rue des Fleurs pour rencontrer un petit groupe de jeunes. « Bonjour messieurs, que faites-vous dehors à cette heure-ci ? », interroge Dominique Lego. « On rentre chez nous. Monsieur Balut (NDLR : élu en charge des associations)nous a déjà dit de rentrer », répond poliment le jeune homme en se dirigeant vers son domicile.

Bilan unanime

A chaque élu son quartier en ce premier lundi de confinement
A chaque élu son quartier en ce premier lundi de confinement

A l’issue de ces deux heures de déambulation nocturne, le bilan semble partagé par l’ensemble des groupes. « A part quelques irréductibles, nous avons rencontré des personnes très compréhensives et reconnaissantes des mises en garde aimables que nous leur avons faites. Globalement la ville était tranquille : les Rolivalois jouent le jeu et c’est une bonne chose », se réjouissent ainsi Fadilla Benamara et Daniel Gassa, deux des élus mobilisés entre la place Odin et l’allée des Sages.

Convaincu du bien fondé d’une telle opération, Marc-Antoine Jamet l’a promis hier soir : rendez-vous sera à nouveau donné très prochainement pour renouveler cette déambulation qui vise avant tout à faire de la pédagogie.

 

Retour en images :

 

 

Les médiateurs sont à l’écoute des rolivalois

Insertion,problèmes de voisinage, incivilités, envie de discuter…. Toutes les doléances des Rolivalois réunies à deux endroits  !

Nouveau local pour les médiateurs de nuit

Briser les codes grâce au dialogue dans le nouveau local des médiateurs de nuit. C’est le défi que s’est fixé Veasna Pich, responsable de l’équipe. Avec deux autres médiateurs, il assure chaque matin des permanences à leur nouveau local rue Grande. « On a vu que les gens, et en particulier les jeunes de 17 à 25 ans, avaient du mal à passer la porte des institutions de la ville. Souvent, ils ont une vision erronée des agents et des conseillers. Tandis que nous, ils nous connaissent ! » En effet, tous les soirs c’est le même rituel pour les médiateurs : vers 23h, ils sillonnent les quartiers pour discuter avec les jeunes rolivalois qui ne sont pas chez eux. « On se déplace pour parler avec ces jeunes gens et éviter les conflits » explique-t-il, heureux d’ouvrir ce lieu de partage qui renforce son travail de terrain. « La porte est ouverte à tous. Ils peuvent venir prendre un café et parler de leurs problèmes. On les écoute en sortant du contexte formel. L’objectif est de comprendre leur rythme de vie. Mais nous souhaitons également leur expliquer ce que la ville peut faire pour les aider, les diriger vers les bons dispositifs ». Les trois agents souhaitent, que passer la porte de la mission locale ou du CCAS devienne un réflexe pour les jeunes.  Sans rendez-vous, la porte du local est ouverte du lundi au vendredi (hors mercredi) de 9h30 à 12h30. « On n’est pas un bureau des plaintes, juste un lieu de discussion. Les sujets sont très variés, on peut traiter de l’insertion professionnelle, des problèmes familiaux ou encore de la parentalité » souligne Veasna, qui projette d’organiser des ateliers. Plus d’infos l’adresse : mediateurs@valdereuil.fr ou au numéro 06 68 24 46 99.

Permanence tous les jeudis à la maison des projets

Pour les sujets qui touchent à l’urbanisme, les bailleurs ou encore les problèmes de voisinage, rendez-vous au nouveau point relai médiation. Depuis 2019, cinq points étaient ouverts aux habitants pour recueillir leurs doléances. Cette année, c’est la maison des projets centralise l’ensemble des demandes.« On a lancé 5 points dans toute la ville en avril 2019. Il y en avait un du côté du quartier du Mail, au Cavé ou encore au niveau de la Prétentaine. » explique Mohamed Atif le responsable médiation du CCAS. Au fil des semaines, les Rolivalois ont commencé à se faire rare grâce à l’efficacité des agents : « l’affluence s’est peu à peu réduite car les problèmes se réglaient au fur et à mesure. Finalement, très peu d’infos ont été remontées sur certains quartiers. Par exemple, du côté de la Prétentaine, beaucoup se plaignaient de la vitesse des véhicules la nuit. On a donc installé un ralentisseur. » 

Tout en continuant à répondre aux Rolivalois, la mairie a donc décidé de choisir un seul et unique point stratégique : « La rue Grande est un lieu de passage qui permet de tout centraliser. Si les habitants ont un problème, ils viennent directement sur la dalle pour le régler à la maison des projets » explique Mohamed Atif le responsable médiation du CCAS. Tous les jeudis de 9h30 à 12h30, deux agents se chargent de recueillir les problèmes des administrés pour faire remonter au plus vite les informations afin de les régler le plus rapidement possible : « L’info est directement reportée aux services concernés, certains problèmes peuvent même être réglés dans la journée ! » Ainsi, en allant chercher sa baguette, se faire une nouvelle couleur ou en se baladant, il est désormais possible de régler son problème de quartier en même temps !

Ils sillonnent la ville avec les habitants

Tous les quinze jours, le service médiation de la municipalité rolivaloise réalise un diagnostic en marchant. Le principe ? Faire le tour à pied de chaque quartier pour relever les dysfonctionnements et régler les problèmes.

Incivilité, branches qui dépassent, manque d’entretien… Le diagnostic en marchant permet de régler tous les problèmes des quartiers de Val-de-Reuil. Une journée qui fluidifie l’information entre les habitants, bailleurs, agents municipaux et les entreprises intervenant sur les rues de la commune nouvelle.

Des soucis réglés en une journée

C’est devant la mairie, qu’une dizaine de personnes s’apprêtent à sillonner le germe de ville. Instaurée depuis le premier ANRU, cette marche rassemble plusieurs acteurs symboliques de la vie des quartiers. « C’était une suite de la rénovation urbaine pour accompagner les habitants. On convie les référents de quartiers qui souhaitent participer au diagnostic en les informant une semaine à l’avance, par un flyer dans leurs boîtes aux lettres. Ensuite, on invite le principal bailleur du quartier, la police municipale et des élus » explique Mohamed Attif le responsable du service médiation. 

14H30, c’est l’heure du départ, munis de papiers et de stylos, l’équipe se dirige vers les logements de la dalle piétonne.  « C’est un échange visuel avec les habitants. On analyse pour voir les problèmes et les faire remonter au plus vite pour les régler. Ça crée un lien de proximité également, pour leur apporter des réponses. » explique Dominique Lego, adjoint au maire chargé de la sécurité. 

Sandrine Bouguerra, médiatrice chargée de la Gestion urbaine sociale de proximité (GUSP), dirige le cortège. Avec son appareil photo, elle capture tous les éléments à corriger : « Là par exemple, il y a des caddies abandonnés, des peintures à refaire et des arbres à élaguer ». Une fois les éléments repérés, elle monte un dossier de synthèse envoyé à l’équipe ayant suivi la visite, avant d’apporter des solutions. 

Les prochaines marches auront lieu, sous réserve de la situation sanitaire, le 12 mars sur les Rives de l’Eure, le 26 mars aux Arcanes, le 9 avril au Cavé haut, le 23 avril sur la voie blanche côté Ouest, le 21 mai quartier Ariane, le 4 juin aux Côteaux et le 18 juin dans le quartier du Mail. Les référents de quartiers seront mis au courant des points de rendez-vous une semaine à l’avance.

Les diagnostics s’arrêtent pendant les petites et les grandes vacances scolaires où les chantiers jeunes prennent le relais. 

Plus d’information à l’adresse : gusp@valdereuil.fr

 

10 nouvelles recrues au commissariat de Val-de-Reuil !

Lundi 22 février, 10 nouveaux policiers ont pris leurs fonctions au commissariat de Val-de-Reuil – Louviers. Accueillis par le préfet de l’Eure, Jérôme Filippini, et les élus de la circonscription, leur arrivée était très attendue

C’était une promesse du ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, c’est enfin devenu réalité ! 10 jeunes recrues, issues de la 257e promotion d’élèves gardiens de la paix, viennent d’être affectés au commissariat de Val-de-Reuil – Louviers. Ils viennent renforcer les effectifs des 52 policiers actuellement en poste. « Cela fait tellement longtemps que nous attendions des renforts, qu’avoir autant de monde d’un seul coup, c’est surprenant », confie Johann Maugé, secrétaire départemental du syndicat Unité SGP Police.

Des jeunes normands pour renforcer les effectifs

Les 10 nouveaux policiers ont été accueillis par le préfet de l’Eure et les élus de la circonscription.

Âgés entre 22 et 31 ans, les cinq femmes et cinq hommes sont quasiment tous originaires de Normandie. Pour Tess, 22 ans, c’est l’ambiance familiale du commissariat qui l’a attirée : « J’ai déjà eu l’occasion de travailler dans de grandes structures, confie la jeune femme originaire de Pacy-sur-Eure. On y croise souvent des collègues qu’on ne connaît pas. Je voulais aller dans un commissariat plus petit. C’est idéal ici ». Un cadre que la commissaire, Alexandra Capogna a mis en avant : « Si vous rencontrez des difficultés, rappelez-vous que vous avez la chance d’être dans une petite structure, avec un esprit familial. Vous n’êtes pas seuls, ça va bien se passer ».

« Nous avons la même préoccupation : aider les gens »

10 nouvelles recrues sont arrivées au commissariat de Val-de-Reuil – Louviers

« Vous allez œuvrer à la tranquillité publique et à la sécurité » s’est réjoui Jérôme Filippini. « Il n’est pas courant qu’on accueille les jeunes sortis de l’école, mais nous voulions vous souhaitez la bienvenue ». À ses côtés, Marc-Antoine Jamet ajoute : « Vous êtes des repères et avez un très grand rôle à jouer. Nous sommes du même côté, nous sommes pour la loi et l’ordre. Nous avons la même préoccupation : aider les gens ».

Des affectations déjà décidées

4 policiers seront affectés en voie publique, 2 en brigade d’appui polyvalente et 4 en brigade de sûreté urbaine. « Ils auront beaucoup de choses à apprendre, ce sera très formateur pour eux », confie Johann Maugé. « Maintenant, nous attendons les résultats du prochain mouvement profilé ». 5 nouveaux policiers devraient prochainement rejoindre les rangs du commissariat selon la promesse de Gérald Darmanin.

AGENT DE SÉCURITÉ DES ÉCOLES (H/F)

La ville de Val-de-Reuil recrute dans le cadre d’un contrat à durée déterminée de 6 mois  de 11h/semaine un agent de sécurité des écoles.

►Missions principales : Assurer la sécurité des piétons (élèves et familles) sur un passage protégé lors des entrées et sorties d’écoles mais aussi lors des manifestations de la Ville. Distribuer les flyers et les journaux de la Ville.

►Horaires : Lundi/mardi/jeudi/vendredi (8h15 à 8h45 – 11h35 à 12h05 – 13h15 à 13h45 – 15h05 à 15h35 – 16h15 à 16h45) Mercredi (8h15 à 8h45 – 11h35 à 12h05)

►Profil : Ponctualité, courtoisie, vigilance.

Merci d’adresser votre candidature d’ici le 29/01/2021

Pour postuler, adressez votre curriculum vitae ainsi que votre lettre de motivation :

– Par courrier à l’attention de :

M. LE MAIRE, 70 rue grande,

BP 604

27100 VAL-DE-REUIL,

– Par courriel : drh@valdereuil.fr

Pour consulter l’offre :

Conseil municipal du 5 Octobre 2020

Retrouvez la retransmission en différé du Conseil municipal du 5 Ocotbre dernier

L’organisation de la séance a pris en compte le respect des gestes barrières et les recommandations émises par le gouvernement dans le cadre de l’épidémie de COVID-19.

 

Retransmission en différé du Conseil Municipal

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

Ordre du jour

AGENT DE POLICE MUNICIPALE (H/F)

Cadre d’emploi : Fonctionnaire de catégorie C (Gardien de police ou Brigadier)

Enjeux et Missions

Placé(e) sous l’autorité du Maire et du responsable de la Police Municipale, vous aurez pour missions :

  • l’exécution de toutes les missions relevant de la compétence de la Police Municipale en matière de prévention, surveillance du bon ordre, de la tranquillité et de la salubrité publique ;
  • la surveillance du domaine public de jour comme de nuit et les interventions sur le territoire Communal ;
  • l’application des pouvoirs de police du Maire ;
  • la proximité et le dialogue avec la population ;
  • le contrôle de l’exécution des arrêtés municipaux et du respect des règles du Code de la Route ;
  • la rédaction des écrits professionnels (procès-verbaux, rapports et des mains courantes) ;
  • la prise de mesures appropriées pour veiller à la sécurité des personnes et des biens ;
  • la surveillance aux abords des établissements scolaires ;
  • le contrôle du déroulement des manifestations publiques et des cérémonies ;
  • la réalisation de compte-rendu écrit ou oral au responsable du service ou à l’autorité supérieure des événements survenus pendant le service et des dispositions prises.

Profil

Lauréat du concours de Gardien-Brigadier de police municipale, vous maitrisez les procédures judiciaires et administratives liés au cadre d’emploi. Vous disposez de qualités rédactionnelles et savez utiliser l’outil informatique.
Doté(e) d’une bonne condition physique, vous êtes apte au port des armes de catégorie B et D ou vous êtes disposés à être formé(e) à leur utilisation.
Vous justifiez d’une expérience similaire vous permettant de justifier de vos connaissances, compétences métier et savoir-être.

Conditions de recrutement

  • Rémunération statutaire, N.B.I. (Nouvelle bonification indiciaire de 15 points), régime indemnitaire, primes semestrielles (243,92€ brut versés en juin et novembre en fonction de l’absentéisme)
  • Possibilité d’octroi d’un logement par convention d’occupation précaire avec astreintes ;
  • Armement catégories B et D et équipements de protection individuels, entrainement mensuel aux tirs et aux techniques professionnelles d’intervention.

Consulter l’offre

 

Merci d’adresser votre candidature avant le 31/10/2020

(lettre de motivation + C.V. + photo et dernier arrêté de situation administrative) par courrier à l’attention de la Direction des Ressources Humaines
Mairie de Val-de-Reuil
70 Rue Grande
BP 604
27106 Val-de-Reuil Cedex
Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter M. Mickaël BOUTTIER, chef de service de la police municipale, au 02 32 09 44 44 ou par courriel : mbouttier@valdereuil.fr).

Pour postuler par courriel

Recrutement Agent de police municipale -9 Septembre 2020

Placé(e) sous l’autorité du Maire et du responsable de la Police Municipale, vous aurez notamment pour mission : - l’exécution de toutes les missions relevant de la compétence de la Police Municipale en matière de prévention, surveillance du bon ordre, de la tranquillité et de la salubrité publique
  • Hidden
  • Non obligatoire
  • Déposer les fichiers ici ou
    Taille max. des fichiers : 128 MB.
      Insérez ici vos fichiers (pdf recommandés)

    La police municipale sur tous les fronts

    Ils sont toute l’année en première ligne, de jour comme de nuit, du lundi au dimanche. En dépit du confinement, les policiers municipaux de Val-de-Reuil continuent, depuis le 17 mars, à assurer leur mission de proximité. Coûte que coûte.

    Toute la journée, les agents multiplient les patrouilles à pied ou en voiture
    Toute la journée, les agents multiplient les patrouilles à pied ou en voiture

    Une tâche bien évidemment plus difficile, plus périlleuse, alors même que nos agents doivent eux même se protéger tout en veillant au quotidien au respect du confinement sans pouvoir délaisser ce qui relève de leurs missions habituelles : conflits de voisinage, lutte contre les dépôts sauvages, sécurisation des commerces…

    « Le covid19 nous a obligé à réorganiser le fonctionnement du quotidien », explique Mickaël Bouttier, le chef de la police municipale. Eviter d’être trop nombreux au poste, limiter les contacts entre les différentes équipes, désinfecter le matériel, les locaux, les véhicules, protéger les agents sur le terrain… ».

    A pied ou en voiture

    A pied ou en voiture,, les agents tentent de sillonner au mieux le vaste territoire de Val-de-Reuil.
    A pied ou en voiture,, les agents tentent de sillonner au mieux le vaste territoire de Val-de-Reuil.

    Et pourtant, pas une journée où les huit agents actuellement sur tous les fronts (ils travaillent tous six jours sur sept en cette période de crise) ne sillonnent la ville. Masques et gants à portée de main, gel hydro-alcoolique en permanence dans la poche, Fabien, David, Alexandre et les autres arpentent sans répit les rues et les quartiers, à pied ou en voiture. « Dès que nous entrons en contact avec quelqu’un, nous mettons les masques et les gants. On ne prend pas le moindre risque ».

    Malgré la fatigue qui s’accumule au fil des jours, tous gardent le sourire, leur bonne humeur et leur jovialité. Indispensable pour tenir le coup et assurer la sécurité des Rolivalois.

    Verbalisations autorisées

    Depuis une semaine maintenant, l’équipe de Mickaël Bouttier est autorisée à verbaliser les Rolivalois qui ne respecteraient pas l’obligation de confinement. « Il a fallu attendre un décret ministériel pris la semaine dernière pour nous autoriser à le faire. Avant, nous nous cantonnions à une sensibilisation des récalcitrants ».

    Aujourd’hui, quelques dizaines de contraventions ont déjà été dressées par les agents : pour des sorties sans attestation ou sans motifs valables la plupart du temps. « Les habitants sont à fleur de peau et c’est compréhensible mais globalement, le confinement est assez bien respecté à Val-de-Reuil par rapport à d’autres villes », confie Fabien, en patrouille ce jour-là sur la dalle.

    Des missions tous azimuts

    Autant que possible, les agents jouent la carte de la pédagogie auprès des jeunes. « Il est arrivé qu’on surprenne des mineurs en train de jouer au ballon à deux ou trois. On leur explique le danger avec fermeté et on les prit de rentrer. Ce qu’ils font ». Les agents sont aussi conscients que parfois, à la vue des policiers au loin, un petit groupe se disperse immédiatement. « On ne peut malheureusement pas être partout en même temps. On fait du mieux que nous pouvons ».

    Opération conjointe dans les halls d'immeuble avec la police nationale.
    Opération conjointe dans les halls d’immeuble avec la police nationale.

    D’autant que la tâche est rude et le territoire vaste. Patrouiller dans les quartiers, s’assurer que toutes les mesures barrières sont respectées dans les commerces autorisés et autour des commerces, que des rassemblements entre amis ne sont pas organisés au domicile ou dans les parcs publics, que les halls d’immeubles ne sont pas occupés… Ce jeudi, c’est avec une équipe de la police nationale (avec qui les opérations conjointes se mettent en place) que les agents mobilisés ont ainsi poussé les portes des immeubles de la rue Grande, gravi les escaliers… Personne à l’horizon.

    Les policiers municipaux ont également recours aux caméras pour s'assurer du bon respect du confinement.
    Les policiers municipaux ont également recours aux caméras pour s’assurer du bon respect du confinement.

    Autant que possible, la police municipale utilise également la cinquantaine de caméras de vidéo-vigilance pour identifier les lieux potentiels de rassemblements. Dans le même temps, Marc-Antoine Jamet a pris la décision de neutraliser les bancs publics aux quatre coins de la ville pour éviter tout rassemblement et tout risque supplémentaire de propagation du virus.

    Sollicités

    Quoi qu’il en soit, impossible pour la police municipale de se cantonner au seul respect du confinement. Elle doit aussi mener de front ses autres missions, essentielles. « Nous recevons régulièrement des appels pour des conflits de voisinage. Les gens étant confinés chez eux, nous devons faire face à un certain nombre de soucis que nous essayons de gérer au quotidien ». Quand ils ne sont pas sollicités par des habitants se plaignant de dépôts sauvages de déchets sur la voie publique. « Dans certains cas après recherches, nous arrivons à remonter jusqu’au propriétaire de ces déchets. Ils sont alors sommés de les récupérer. S’ils refusent, ils sont verbalisés (NDLR : 68 € d’amende) ».

    Au final, les policiers municipaux n’ont pas le moindre répit pendant cette période de confinement ; multiplient les heures de travail pour assurer la sécurité des habitants. Pour tout cela, ensemble, assurons leur tout notre soutien !

    Val de Reuil_Infos n°16 – Février – Avril – Mars 2020

    En une de ce numéro : Le terrain de football synthétique entre en piste – Au stade Jesse Owens, un équipement moderne pour jouer par tous les temps

    à lire également

    * Page 6 Coup d’envoi pour le terrain de football synthétique
    * Page 8 1000 arbres de plus pour Val-de-Reuil
    * Page 9 L’avenue des Falaises new look
    * Page 11 Attention, travaux !
    * Page 11 Le magasin ACTION dans les starting blocks
    * Page 13 Avec la procureure, priorité à la sécurité
    * Page 14 Le nouveau visage de la rue Grande
    * Page 17 Humando : objectif emploi !
    * Page 19 À l’école, c’est petit déj bio
    * Page 23 DOSSIER SPÉCIAL – Les jeunes Rolivalois prennent la plume autour du développement durable
    * Page 29 Toutes à la Rolivaloise le 8 mars
    * Page 30 Carnaval, à vos costumes !
    * Page 30 Le meeting d’athlétisme en piste
    * Page 34 À la Cyberbase, le numérique pour tous

    Votre magazine

    Télécharger votre magazine

     

    Votre magazine Val de Reuil_Infos

    VDR Infos N°24 - Décembre 2021 - janvier 2022

    Valdereuil_infos n°24 – DECEMBRE 2021 – JANVIER 2022

    En une de ce numéro : Retrouvons ensemble la féerie de Noël ! - La ville scintille de mille feux ...
    Lire La Suite…
    Val-de-Reuil Infos N°22

    Valdereuil_infos n°23 – SEPTEMBRE – OCTOBRE – NOVEMBRE 2021

    En une de ce numéro : A l'école de la Réussite ! - Coup de projecteur sur les travaux, les ...
    Lire La Suite…
    Valdereuil_infos n°21 - MAI - JUIN - JUILLET 2021

    Valdereuil_infos n°22 – MAI – JUIN – JUILLET 2021

    En une de ce numéro : Le temps des retrouvailles ! - Culture, commerces, restaurants, loisirs… à l’heure des réouvertures, ...
    Lire La Suite…
    Val-de-Reuil Infos N°21 - mars -avril 2021

    Valdereuil_infos n°21 – MARS – AVRIL 2021

    En une de ce numéro : La Ville redevient nouvelle ! - Rénovation des immeubles, espaces verts créés, voiries refaites, ...
    Lire La Suite…

    Valdereuil_infos n°20 – DECEMBRE 2020 – JANVIER 2021

    En une de ce numéro : Nos commerçants ont du talent ! - Plateforme clic et collecte, plan de soutien ...
    Lire La Suite…
    Valdereuil_infos n°19 - SEPTEMBRE - OCTOBRE - NOVEMBRE 2020

    Valdereuil_infos n°19 – SEPTEMBRE – OCTOBRE – NOVEMBRE 2020

    En une de ce numéro : Pleins feux sur la rentrée ! - Travaux, équipements, activités : Un budget exceptionnel ...
    Lire La Suite…
    Val de Reuil_Infos n°18 - Juillet - Août 2020

    Val de Reuil_Infos n°18 – Juillet – Août 2020

    En une de ce numéro : Cet été, faites le plein d’activités ! - Tous les rendez-vous et toutes les ...
    Lire La Suite…
    Val de Reuil_Infos n°17 - Mai - Juin -Juillet 2020

    Val de Reuil_Infos n°17 – Mai – Juin -Juillet 2020

    En une de ce numéro : Pour faire face à l’épidémie, la Ville déploie les grands moyens - 100 mesures ...
    Lire La Suite…
    Val de Reuil_Infos n°16 - Février - Avril - Mars 2020

    Val de Reuil_Infos n°16 – Février – Avril – Mars 2020

    En une de ce numéro : Le terrain de football synthétique entre en piste - Au stade Jesse Owens, un ...
    Lire La Suite…
    Chargement…

    Vœux de Marc-Antoine Jamet et de la Municipalité le 16 Janvier 2020 à 18h30

    Le 16 Janvier à 18h30 au Théâtre de l’Arsenal, Marc Antoine Jamet, Maire, et le Conseil municipal vous présenteront leurs vœux.
    Spectacle surprise si vous êtes à l’heure ! ⌚️

    Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

    Politique de confidentialité de YouTube

    Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

    Les vœux à Val-de-Reuil

    BONNE ANNÉE 2022 !!!

    La ville de Val-de-Reuil vous souhaite une belle et heureuse année 2022 !!!  ...
    Lire La Suite…

    NOTE#1 – ARRÊT SUR LES IMAGES FORTES DES VŒUX DE LA MUNICIPALITÉ

    Au cours de ses vœux, Marc-Antoine Jamet avait appelé toutes les usines pharmaceutiques, et en premier lieu SANOFI, à se ...
    Lire La Suite…

    Cérémonie des vœux 2021 de Marc-Antoine Jamet et de la municipalité

    Pour une année belle et meilleure à Val-de-Reuil Cérémonie des vœux 2021 de Marc-Antoine Jamet et de la municipalité ...
    Lire La Suite…

    VOEUX 2021 : LUNDI 25 JANVIER À 19H00

    Le 25 janvier à 19h00 sur www.valdereuil.fr les vœux de la municipalité et de Marc-Antoine Jamet ! ...
    Lire La Suite…

    Cap sur 2021 !

    Pour la nouvelle année, les Rolivalois font part de leurs bonnes résolutions et de leurs souhaits pour 2021. C’est le ...
    Lire La Suite…

    Vœux de Marc-Antoine Jamet et de la Municipalité le 16 Janvier 2020 à 18h30

    Le 16 Janvier à 18h30 au Théâtre de l'Arsenal, Marc Antoine Jamet, Maire, et le Conseil municipal vous présenteront leurs ...
    Lire La Suite…
    Marc-Antoine Jamet, accompagné de la Maîtrise de Seine-Maritime pour ses voeux à l'Arsenal le 17 janvier

    Voeux de Marc-Antoine Jamet : un chemin de victoires en victoires

    Le théâtre de l'Arsenal était à peine assez grand hier pour accueillir la foule immense venue assister aux voeux de ...
    Lire La Suite…

    Belle année 2019 à tous !

    Belle année à vous tous et rendez-vous le 17 janvier à 18h30 au théâtre de l’Arsenal pour les vœux de ...
    Lire La Suite…
    4 médaillés, 2 retraités mis à l'honneur pendant la cérémonie

    Les agents municipaux à l’honneur !

    Plus de 200 agents municipaux étaient réunis ce 29 janvier pour la traditionnelle cérémonie des vœux. L’occasion de mettre à ...
    Lire La Suite…
    Chargement…

    Un nouveau commandant chez les pompiers

    À l’occasion de la Sainte-Barbe, le capitaine John Drieu a confié le commandement du centre d’incendie et de secours Val-de-Reuil/Louviers à son collègue et ami Laurent Gastebois.

    Samedi 7 décembre, dans le garage de la caserne transformée en véritable place d’armes ; commandants, pompiers, élus, familles et public s’étaient retrouvés pour fêter la Sainte-Barbe, sainte patronne des défenseurs du feu. Une cérémonie haute en couleurs et en émotions puisqu’en plus de la traditionnelle remise de des médailles, ce fut l’occasion pour tous d’assister à la passation de commandement entre le capitaine John Drieu et le capitaine Laurent Gastebois, le nouveau responsable du centre d’incendie et de secours rolivalois. Une passation solennelle dans laquelle l’ancien capitaine a transmis le flambeau à son camarade et ami de plus de 30 ans.

    Passionné et mobile

    « C’est un souhait qui se réalise », confie Laurent Gastebois qui s’est engagé chez les soldats du feu dès son plus jeune âge. « J’ai attrapé le virus quand j’étais petit. Je me suis engagé en tant que Jeune Sapeur-Pompier (JSP) à l’âge de 16 ans. Comme beaucoup, j’étais attiré par les camions rouges, mais surtout pour le côté mobile de notre profession », explique le nouveau commandant soulignant la saveur particulière que revêt cette passation à la tête du centre de secours rolivalois.

    « Avec John, nous avons tous les deux commencé nos carrières à Bernay. Moi, je rentrais comme Jeune-Sapeur-Pompier (JSP) alors que John était en train de passer son concours pour devenir Sapeur-Pompier Volontaire (SPV) », poursuit celui qui depuis cette époque est devenu lieutenant Sapeur-Pompier Professionnel (SPP) en 2002 avant de multiplier ses expériences à travers la France. En effet, après avoir passé ses douze premières années au centre de secours de Bernay, Laurent Gastebois à intégré le SDIS 76 en 2003, le SDIS de la Somme en 2007 et celui du Maine et Loire en 2011 avant d’arriver au SDIS de l’Eure en 2013 en tant que chef du service prévision.

    Un nouveau défi

    Contrairement aux autres postes qu’il a occupés, c’est la première fois que ce capitaine se retrouve à la tête d’un poste de secours. « C’est un beau challenge que j’entends bien relever avec humilité et détermination », conclut celui qui est aujourd’hui à la tête d’une équipe 34 sapeurs-pompiers professionnels, 50 volontaires et 15 Jeunes sapeurs. Une pensée partagée par son collègue et ami John Drieu.  » C’est quelqu’un de droit, compétent, travailleur et je pense qu’il va savoir, sans problème, s’adapter et continuer à porter le navire comme il faut ».

    Les actus sécurité à Val-de-Reuil

    Du 22 au 27 novembre, Val-de-Reuil se mobilise contre les violences faites aux femmes

    Tout au long de cette semaine, la Ville de Val-de-Reuil propose un programme d'actions autour de la lutte contre les ...
    Lire La Suite…

    Intervention de Marc-Antoine Jamet suite aux événements de ces derniers jours

    Après l’enchaînement des événements qui ont atteint la Ville depuis dimanche 5 septembre, Marc-Antoine Jamet a tenu  à s’adresser aux ...
    Lire La Suite…

    Déclaration de Marc-Antoine JAMET Maire et Conseiller départemental de Val-de-Reuil

    Déclaration de Marc-Antoine JAMET Maire et Conseiller départemental de Val-de-Reuil ...
    Lire La Suite…
    Valdereuil_infos n°21 - MAI - JUIN - JUILLET 2021

    Valdereuil_infos n°22 – MAI – JUIN – JUILLET 2021

    En une de ce numéro : Le temps des retrouvailles ! - Culture, commerces, restaurants, loisirs… à l’heure des réouvertures, ...
    Lire La Suite…

    Des chantiers jeunes au commissariat

    Comme à chaque congés scolaires, les chantiers jeunes reprennent du service. Pour la première fois, les peintres en herbe ont ...
    Lire La Suite…

    Les nouvelles mesures déployées pour prévenir et lutter contre la délinquance

    Réuni mercredi, le conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance a été l'occasion de présenter les nouveaux ...
    Lire La Suite…

    La sécurité à Val-de-Reuil

    La sécurité

    La sécurité

    Ils sont au contact permanent des Rolivalois : de jour comme de nuit, les neuf policiers municipaux veillent à la ...
    Lire La Suite…
    Gusp

    Le Pôle Médiation-Gestion Urbaine Sociale de Proximité (GUSP)

    La médiation est un lien essentiel entre le service public et les habitants. A Val-de-Reuil où 50% de la population ...
    Lire La Suite…

    Val de Reuil_Infos n°15 – DÉCEMBRE 2019 – JANVIER 2020

    En une de ce numéro : Priorité aux piétons : un plan sécurité en action. Des aménagements partout en ville pour réduire la vitesse des autos

    à lire également

    * Pages 6-12 Spécial rénovation urbaine : Les plans sont faits, les grues arrivent !
    * Page 13 La halle de l’écoquartier se dévoile
    * Page 14 Quand moutons et abeilles s’installent en coeur de ville
    * Page 16 Rolivalois, la chasse aux mégots va s’ouvrir !
    * Page 19 Le chômage recule
    * Page 20 Sport sur ordonnance récompensé
    * Page 20 L’hommage à Claude Aubé
    * Page 22 Dossier spécial : Sécurité routière : tous concernés !
    * Page 28 Apprendre à nager : un jeu d’enfant !
    * Page 29 Portrait : Corinne Lefèvre
    * Page 30 Bien dans ses poils
    * Page 31 Dans la féérie de Noël
    * Page 32 31 janvier : concert gratuit de l’opéra de Rouen
    * Page 33 Val-de-Reuil, capitale normande de la poésie
    * Page 33 Les dessous du cinéma
    * Page 34 La MJA retrouve ses couleurs

    Votre magazine

    Télécharger votre magazine

     

    Votre magazine Val de Reuil_Infos

    VDR Infos N°24 - Décembre 2021 - janvier 2022

    Valdereuil_infos n°24 – DECEMBRE 2021 – JANVIER 2022

    En une de ce numéro : Retrouvons ensemble la féerie de Noël ! - La ville scintille de mille feux ...
    Lire La Suite…
    Val-de-Reuil Infos N°22

    Valdereuil_infos n°23 – SEPTEMBRE – OCTOBRE – NOVEMBRE 2021

    En une de ce numéro : A l'école de la Réussite ! - Coup de projecteur sur les travaux, les ...
    Lire La Suite…
    Valdereuil_infos n°21 - MAI - JUIN - JUILLET 2021

    Valdereuil_infos n°22 – MAI – JUIN – JUILLET 2021

    En une de ce numéro : Le temps des retrouvailles ! - Culture, commerces, restaurants, loisirs… à l’heure des réouvertures, ...
    Lire La Suite…
    Val-de-Reuil Infos N°21 - mars -avril 2021

    Valdereuil_infos n°21 – MARS – AVRIL 2021

    En une de ce numéro : La Ville redevient nouvelle ! - Rénovation des immeubles, espaces verts créés, voiries refaites, ...
    Lire La Suite…

    Valdereuil_infos n°20 – DECEMBRE 2020 – JANVIER 2021

    En une de ce numéro : Nos commerçants ont du talent ! - Plateforme clic et collecte, plan de soutien ...
    Lire La Suite…
    Valdereuil_infos n°19 - SEPTEMBRE - OCTOBRE - NOVEMBRE 2020

    Valdereuil_infos n°19 – SEPTEMBRE – OCTOBRE – NOVEMBRE 2020

    En une de ce numéro : Pleins feux sur la rentrée ! - Travaux, équipements, activités : Un budget exceptionnel ...
    Lire La Suite…
    Val de Reuil_Infos n°18 - Juillet - Août 2020

    Val de Reuil_Infos n°18 – Juillet – Août 2020

    En une de ce numéro : Cet été, faites le plein d’activités ! - Tous les rendez-vous et toutes les ...
    Lire La Suite…
    Val de Reuil_Infos n°17 - Mai - Juin -Juillet 2020

    Val de Reuil_Infos n°17 – Mai – Juin -Juillet 2020

    En une de ce numéro : Pour faire face à l’épidémie, la Ville déploie les grands moyens - 100 mesures ...
    Lire La Suite…
    Val de Reuil_Infos n°16 - Février - Avril - Mars 2020

    Val de Reuil_Infos n°16 – Février – Avril – Mars 2020

    En une de ce numéro : Le terrain de football synthétique entre en piste - Au stade Jesse Owens, un ...
    Lire La Suite…
    Chargement…

    ÉLECTRICIEN (H/F)

    ÉLECTRICIEN (H/F)

    Cadre d’emploi : adjoint technique / agent de maitrise – catégorie C – CDD 1 AN (renouvellement possible)

    Enjeux et Missions

    • Assurer la sécurité et l’entretien des équipements électriques basse tension des bâtiments communaux.
    • Assurer la maintenance électrique basse tension dans les bâtiments communaux dans le respect des réglementations en matière de sécurité et de prévention
    • Réaliser les installations de sonorisation et d’éclairage des manifestations sur la ville
    • Étudier et réaliser des travaux de rénovation, de réaménagement ou d’équipements neufs des installations électriques dans le patrimoine bâti communal
    • Contrôler et réceptionner les travaux confiés aux entreprises dans la limite de ses compétences
    • Assurer une veille technique et réglementaire pour garantir la conformité des installations électriques dans les bâtiments communaux
    • Assurer la maintenance et le dépannage de la détection incendie, GTC/GTB, anti intrusions, et téléphonie.

    Profil

    Vous devez être en possession de :

    • CAP électricien minimum ou Bac pro d’électricien (avec notion en courant faible)
    • Habilitations électriques
    • Permis B

    Savoir être / savoir-faire requis:

    • Large autonomie dans l’organisation du travail
    • Prise d’initiative en cas d’intervention urgente
    • Garant de la bonne réalisation des travaux dans sa spécialité
    • Gestion en responsable averti la sécurité de ses interventions pour lui- même et les usagers
    • Grande connaissance des composants d’un bâtiment, des techniques de recherche des pannes
    • Capacité à établir un diagnostic et de proposer des solutions techniques
    • Capacité à transmettre des informations écrites et orales ainsi que d’assurer une traçabilité écrite
    • Bonne connaissance de l’outil informatique
    • Missions définies et évaluées par le chef d’équipe bâtiment ou le responsable du centre technique municipal.
    • Une erreur dans les travaux exécutés peut entraîner la dégradation du bâtiment, voire des dommages, aux usagers, nuire à l’image de la ville de Val-de-Reuil, voire entraîner la responsabilité de celle-ci

    Conditions de recrutement

    Poste à pourvoir dès que possible par voie contractuelle
    – poste à temps complet (37,5 heures hebdomadaire)

    • Conditions physiques : station debout prolongée, fréquents allers et venues, travaux en hauteur, déplacements réguliers, port de charge
    • Horaires réguliers, astreintes, permanences

    Consulter l’offre

     

    Merci d’adresser votre candidature avant le 31/10/2019

    (curriculum vitae (+ photo) et lettre de motivation) par courrier à l’attention de la Direction des Ressources Humaines
    Mairie de Val-de-Reuil
    70 Rue Grande
    BP 604
    27106 Val-de-Reuil Cedex
    Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter M. Claude GODEFROY, responsable des ateliers municipaux au 02 32 09 51 33.

    Pour postuler par courriel

    [contact-form-7 id= »46944″ title= »V4_Candidatures_Electricien »]

    AGENT DE SÉCURITÉ DES ÉCOLES (H/F) – jusqu’au 20 Novembre 2019

    AGENT DE SÉCURITÉ DES ÉCOLES (H/F)

    Dans le cadre d’un contrat à durée déterminée à compter du 6 janvier 2020 jusqu’au 5 juillet 2020 – 11h/semaine

    Enjeux et Missions

    Assurer la sécurité des piétons (élèves et familles) sur un passage protégé lors des entrées et sorties d’écoles.

    Profil

    Ponctualité, courtoisie, vigilance

    Horaires de travail

    Lundi/mardi/jeudi/vendredi (8h15 à 8h45 – 11h35 à 12h05 – 13h15 à 13h45 – 15h05 à 15h35 – 16h15 à 16h45) Mercredi (8h15 à 8h45 – 11h35 à 12h05)

    Merci d’adresser votre candidature avant le 20/11/2019

    (curriculum vitae (+ photo) et lettre de motivation) par courrier à l’attention de la Direction des Ressources Humaines
    Mairie de Val-de-Reuil
    70 Rue Grande
    BP 604
    27106 Val-de-Reuil Cedex

    Pour postuler par courriel

    [contact-form-7 id= »46934″ title= »V4_Candidatures_Agent_Securite_ecole »]

    Extinct-Eure, service de protection contre les incendies

    Il y a quelques mois, Julien Fossard, un jeune rolivalois conseiller en gestion de patrimoine, a lancé sa boutique en ligne Extinct’Eure. Une enseigne spécialisée dans la protection contre les incendies.

    Les aérosols à fonction extinctrice sont équivalents à un extincteur de 6kg

    Les détecteurs de fumées sont obligatoires dans tous les foyers depuis 2015, en revanche il n’existe aucune législation concernant le besoin de disposer d’un extincteur. Fort de ce constat, Julien Fossard, un jeune rolivalois conseiller en gestion de patrimoine, a décidé de lancer en parallèle de son métier, sa boutique en ligne Extinct’Eure. Une enseigne spécialisée dans la protection contre les incendies et propose des aérosols à fonction extinctrice.

    Éviter le drame

    Agir sur un départ de feu permet d’éviter les drames

    « Cette idée m’est venue après avoir rencontré un ami qui fabriquait ce type de produit », explique ce rolivalois passionné par le monde de l’entrepreneuriat et des relations humaines. « C’est à ce moment-là que je me suis rendu compte que ce genre d’équipement permettait d’aller plus loin dans la lutte contre le feu et de prévenir les drames engendrés ». En effet, 95% des foyers ne possèdent pas d’extincteur. En cas de déclaration d’incendie ou d’accident/incident motorisé, les personnes ne peuvent bien souvent que constater le feu se répandre en attendant l’arrivée des secours.

    Prévenir les départs de feux

    Facile d'utilisation, ces aérosols peuvent se stocker facilement et sont entièrement biodégradables
    Facile d’utilisation, ces aérosols peuvent se stocker facilement et sont entièrement biodégradables

    En ce sens, cet outil aux allures de gazeuse, équivalent à un extincteur traditionnel de 6kg permet d’intervenir à la source. « Il ne remplace pas l’extincteur, mais c’est un très bon complément. Il permet d’intervenir tous les types de feux et il certifié 4 ans sans besoin de vérification », indique Julien Fossard soulignant l’utilisation de son produit en complément des dispositifs existants. « Il n’empêchera pas une maison où une voiture de brûler mais il permettra de neutraliser un départ d’incendie ou du moins, de contenir sa propagation ». Une idée qui ne manque pas de séduire puisque ce dernier a écoulé près de 230 aérosols depuis le mois de juin exclusivement par le bouche à oreille.

    Plus d’infos :

    Extinct’Eure
    9 rue Payse, 27100 Val-de-Reuil
    Tel : 06 64 50 71 92
    Site : www.extinct-eure.com
    Page Facebook : https://www.facebook.com/ExtinctEure/

    Les actus commerces à Val-de-Reuil

    La vie municipale

    Conseil Municipal du 14 Décembre 2021

    L’organisation de la séance prend en compte le respect des gestes barrières et les recommandations émises par le gouvernement dans ...
    Lire La Suite…

    Edmond ou les saveurs de l’amitié

    Une nouvelle offre de restauration vient d'ouvrir à Val-de-Reuil. Convivialité, saveurs locales et amitié en sont les maîtres mots. Ils ...
    Lire La Suite…

    Une Rolivaloise lauréate du concours Talent des Cités

    Virginie Lesage, éducatrice canine rolivaloise vient d’être promue lauréate du concours Talent des cités dans la catégorie création. Une distinction ...
    Lire La Suite…

    Une pause en pleine nature ouvert à tous !

    Depuis la fin du mois de juillet, la ferme pédagogique Anymania s’est agrandie avec le l’ouverture de son snack bio ...
    Lire La Suite…
    La vie municipale

    Conseil Municipal du 7 Juin 2021

    L’organisation de la séance prend en compte le respect des gestes barrières et les recommandations émises par le gouvernement dans ...
    Lire La Suite…

    La maison des projets a rouvert ses portes !

    Depuis quelques jours, la maison des projets peut à nouveau accueillir du public. Pour limiter les brassages, de nouveaux horaires ...
    Lire La Suite…

    L’emploi à Val-de-Reuil

    L'emploi

    L’emploi

    La Ville de Val-de-Reuil a pour priorité la lutte pour l'emploi. De nombreuses actions sont mises en place, retrouvez ici ...
    Lire La Suite…
    Envoyer une candidature spontanée

    Envoyer une candidature spontanée

    Vous recherchez un stage ? Merci de postuler en suivant ce lien : https://www.valdereuil.fr/vous-recherchez-un-stage Vous souhaitez déposer une candidature spontanée ...
    Lire La Suite…
    Crée ta boîte

    Rolivalois, crée ta boîte !

    Vous êtes Rolivalois et voulez monter votre entreprise ? Avec Crée ta boîte, vous êtes guidés au fil de votre ...
    Lire La Suite…

    Conseil Municipal du 30 Septembre 2019

    Ordre du jour

    Télécharger l’ordre du jour du Conseil

     

    Retransmission en différé du Conseil Municipal

    Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

    Politique de confidentialité de YouTube

    Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

    Jusqu’à présent nous utilisions un système de diffusion en direct via le site. Cependant depuis quelque temps le nombre de connexions simultanées étaient trop importantes pour permettre aux utilisateurs d’avoir une connexion de qualité (soit absence d’images, soit sauts de diffusion, soit même absence totale d’image et de son). Par exemple lors du dernier conseil des « pointes » à plus de 250 connexions simultanées ont été enregistrées ce qui dépassait largement la capacité de diffusion en direct admissible sur notre site.

    Arrêté anti-pesticides : Marc-Antoine Jamet s’explique

    Le 27 août dernier, Marc-Antoine Jamet signait un arrêté interdisant l’utilisation des pesticides à 150 mètres des habitations à Val-de-Reuil. Il en explique les raisons :

    On ne peut plus continuer comme cela ou pourquoi j’ai pris un arrêté anti pesticides illégal.

    La taille des catastrophes naturelles ou humaines qui frappent notre Terre n’a cessé d’augmenter, leurs conséquences pour l’avenir de s’aggraver, le calendrier pour y répondre de se raccourcir. A l’annonce, désormais « classique », que les derniers mois d’été ont été les plus chauds depuis que la température en est mesurée, se sont ajoutées, récemment, d’autres nouvelles encore plus préoccupantes : la disparition ou presque de la banquise arctique, le dégel progressif du permafrost en Sibérie dégageant d’énormes quantités de CO2, les incendies de la forêt amazonienne, château d’eau du reste de l’Amérique du Sud vers laquelle elle envoie pluies et nuages, mais aussi l’embrasement des futaies de l’Europe du Sud, de la Russie, de l’Afrique, l’élévation de la chaleur des  océans, singulièrement de celui qui entoure le Groenland passé en juillet de 4 à 21°. La liste serait longue si elle devait être complète. Nous allons dans le mur.

    Devant cette situation dramatique, dans le prolongement de la COP21 et de l’accord de Paris que les États-Unis de Donald Trump ont refusé d’appliquer, le G7 de Biarritz, sous l’impulsion du Chef de l’État a, enfin, été le lieu et le moment pour les dirigeants des pays les plus riches de la planète de prendre conscience que des phénomènes irréversibles étaient en train de se produire, qu’ils avaient, aujourd’hui, la solution, si ce n’est pour y remédier (en est-il encore temps ?), du moins pour atténuer les effets de désastres qui, si rien ne change, se produiront immanquablement dans dix, vingt, trente ans… Qui voudrait porter la responsabilité de léguer à nos enfants, à nos petits-enfants, un monde condamné à subir pendant dix, vingt, trente journées, des canicules de plus de 50° ?

    « Moins d’insectes, moins d’abeilles, moins d’oiseaux »

    S’il est bon que le sort du Brésil et le réchauffement climatique mobilisent les bonnes volontés, car ce qui s’y passe a des prolongements économiques ou sanitaires bien au-delà de Brasilia, Sao-Paolo ou Rio, il serait illogique de détourner les yeux de notre Normandie. Moins d’insectes, moins d’abeilles, moins d’oiseaux. Pollinisation, diversité, équilibres, tout ce à quoi ces espèces étaient utiles, remis en cause. Des campagnes devenues silencieuses. Il y a un responsable à cette situation : le recours illimité aux pesticides. Ceux qui ont, un jour, traversé l’épais nuage qui accompagne chaque épandage se souviennent de la quinte de toux qui, pendant quelques minutes, les a secoués. Des prélèvements, qui viennent d’être rendus publics, effectués sur une centaine de femmes et d’hommes habitant dans une région proche, sur un territoire qu’on pensait jusqu’alors préservé, Belle-Île, laissent apparaître des concentrations de poison plus de dix fois supérieures à ce qui est admis dans l’eau des rivières.

    « On a – parfois – des raisons de se révolter »

    C’est pourquoi, le jour où le Tribunal administratif de Rennes annulait l’arrêté de mon collègue de Langouët, j’ai décidé de prendre exactement le même. Le Préfet de l’Eure vient de m’annoncer – courtoisement – que je devais le retirer. J’ai évidemment refusé. Il sera donc déféré devant la juridiction compétente. Il est des circonstances, comme le refus du contournement Est de Rouen, le respect de l’identité municipale, la préservation de la laïcité, où il est honorable de passer devant un juge quand bien même votre cause serait-elle perdue d’avance. J’entends, moi-même magistrat, que chacun ne peut faire sa Loi. Mais il appartient aux citoyens de résister. On a – parfois – raison de se révolter. Chacune de nos décisions municipales devrait avoir maintenant une dimension écologique ou environnementale. C’est une obligation. C’est une nécessité. C’est un impératif.

    « J’éprouve du respect pour le monde paysan »

    D’autres méthodes existent, plus longues, plus coûteuses, plus délicates, certes, mais qui sont l’avenir.
    D’autres méthodes existent, plus longues, plus coûteuses, plus délicates, certes, mais qui sont l’avenir.

    En rejoignant les autres élus qui avaient pris la même décision que moi, je n’ai pas voulu montrer du doigt les agriculteurs. Ils se donnent énormément de mal dans des conditions financières et réglementaires difficiles. Ils font un métier admirable. J’éprouve du respect pour le monde paysan. Il nous nourrit. Il travaille dur. Il entretient nos paysages et évite leur désertification. Il fait vivre nos départements et nos villages. Il est indispensable. Toutefois, il paraît céder à la facilité quand il achète sur les étagères de Monsanto ces produits toxiques dont ses représentants peuvent être les premières victimes. D’autres méthodes existent, plus longues, plus coûteuses, plus délicates, certes, mais qui sont l’avenir. Outre la préservation, voire l’amélioration, de l’état de santé d’eux-mêmes, de leur famille et de ceux qui habitent à proximité de leurs exploitations, en adoptant ces alternatives que l’INRA, par exemple, étudie avec succès, nos agriculteurs se créeraient, demain, un nouvel avantage comparatif par rapport à leurs concurrents mondiaux favorables aux cultures extensives, une plus-value biologique qui favoriseraient les circuits courts et augmenteraient leurs marges, une renommée et une qualité qui les mettraient en position de force pour être entendu face à Bruxelles, rembourser leurs emprunts aux banques, négocier avec la grande distribution, relancer leurs exportations. Mon propos ne comporte absolument aucune agressivité, aucun ressentiment à l’égard de cette civilisation rurale sur laquelle s’appuie l’histoire de France. Au contraire.

    « Il faut changer nos comportements »

    En revanche, ma démarche se veut un électrochoc, une alarme et une alerte. Information et sensibilisation sont mes objectifs. Je ne suis pas un khmer vert, un compagnon des premiers jours de José Bové, un tenant de l’écologie punitive, mais notre manière de vivre atteint ses limites. La terre dont nous aspirons, non plus les richesses, mais les réserves, s’épuise. Ma conversion est tardive. Je le reconnais. Je pourrais prétendre que cette évolution est celle de la maturité. C’est – surtout – celle d’un constat : celui de la réalité. Je suis né sur une planète qui hébergeait deux milliards d’êtres humains. Dans deux décennies, elle en comptera onze. Il faut changer nos comportements. Immédiatement. Être insouciant ou indifférent, sauf à se complaire dans le cynisme ou l‘égoïsme, n’est plus possible. Dès 2006, plus de 10 ans avant qu’une loi n’interdise aux collectivités – sur l’ensemble du territoire national – l’utilisation de produits phytosanitaires sur le domaine public, Val-de-Reuil, la plus jeune commune de France, s’était engagée dans une démarche exemplaire et innovante en renonçant à utiliser ces produits chimiques sur tus les espaces publics. L’arrêté que j’ai pris, interdisant l’usage des pesticides, va dans le même sens. Le bon sens. J’espère qu’il suscitera un effet d’entraînement qui tourne à l’effet de masse. On me dit que nous serions une soixantaine de maires à avoir eu un geste semblable. Il en reste 36000 à convaincre de nous suivre.

    Sécurité : le maire multiplie les rondes de nuit

    Le maire et ses équipes multiplient les rondes de nuit cet été pour préserver la tranquillité des Rolivalois. Retour en images sur la mobilisation de la nuit dernière.

    Pas de répit sur le terrain de la sécurité, de jour comme de nuit, à Val-de-Reuil. Alors même que police municipale et police nationale (renforcée par une compagnie de CRS) assurent main dans la main une présence massive aux quatre coins de la ville, que les médiateurs sillonnent les quartiers nuit après nuit… Marc-Antoine Jamet multiplie les rondes de nuit, épaulé par plusieurs élus et agents municipaux, depuis le début de l’été. Une mobilisation que le maire a bien l’intention de poursuivre sans relâche, à toute heure de la nuit, « pour préserver la tranquillité de mes administrés ».

    C’est ainsi que la nuit dernière, il a une nouvelle fois arpenté les rues de Val-de-Reuil pendant de longues heures. Reportage en images.

    23h00 – Une dizaine d’élus et d’agents, autour du maire, quittent la mairie à vélo pour une longue nuit de veille. Pas un quartier ne devra être oublié.
    23h00 – Une dizaine d’élus et d’agents, autour du maire, quittent la mairie à vélo pour une longue nuit de veille. Pas un quartier ne devra être oublié.

     

    Problème d’éclairage public, stationnement sauvage, animaux errants… premières constatations autour du quartier du parc, premières rencontres avec des Rolivalois encore éveillés, plutôt surpris et finalement ravis de cette présence municipale massive.
    Problème d’éclairage public, stationnement sauvage, animaux errants… premières constatations autour du quartier du Parc, premières rencontres avec des Rolivalois encore éveillés, d’abord surpris puis finalement ravis et reconnaissants de cette présence municipale massive.

     

    Autour des écoles, des équipements publics, dans les parcs et les quartiers périphériques… l’équipée nocturne s’assure que personne ne vienne perturber le sommeil des Rolivalois. Aux éclats de voix un peu trop forts, le maire rappelle quelques règles pour la tranquillité de tous.
    Autour des écoles, des équipements publics, dans les parcs et les quartiers périphériques… l’équipée nocturne s’assure que personne ne vienne perturber le sommeil des Rolivalois. Aux éclats de voix un peu trop forts, le maire rappelle quelques règles pour la tranquillité de tous.

     

    Au contact de tous… c’est le principe de cette ronde nocturne. Plusieurs occupants de voitures à l’arrêt dans les quartiers sont interpellés par le maire.
    Au contact de tous… c’est le principe de cette ronde nocturne désormais régulière. Plusieurs occupants de voitures à l’arrêt sont interpellés par le maire dans différents quartiers.

     

    Des heures et des heures à tourner partout en ville, à repérer les interventions nécessaires des services techniques. Tout est noté, tout sera réparé.
    Des heures et des heures à tourner partout en ville, à repérer les interventions nécessaires des services techniques. Tout est noté, tout sera réparé.

     

    Convivialité autour du quartier des Noés. Des femmes préparent un mariage. Reconnaissantes de l’initiative du maire, elles offrent quelques verres d’eau au groupe et quelques victuailles… avant que les cyclistes ne reprennent la route
    La Convivialité sera toujours la force de Val-de-Reuil. Autour du quartier des Noés, des femmes préparent un mariage. Reconnaissantes de l’initiative du maire, elles offrent quelques verres d’eau au groupe et quelques victuailles… avant d’enfourcher à nouveau les vélos.

     

    Après les quartiers, cap sur la dalle. Des petits groupes dérangés, délogés… Voilà aussi le rôle de ces rondes de nuit « fort utiles »
    Après les quartiers, cap sur la dalle. Des petits groupes dérangés, délogés… Voilà aussi le rôle de ces rondes de nuit « fort utiles »

     

    Nous sommes au milieu de la nuit. Fin de la ronde pour ce soir. Avec la promesse de revenir ces prochaines nuits avec toujours la même détermination, le même enthousiasme.
    Nous sommes au milieu de la nuit. Fin de la ronde pour ce soir. Avec la promesse de revenir ces prochaines nuits avec toujours la même détermination, le même enthousiasme.

    Nos actus « Sécurité »

    Du 22 au 27 novembre, Val-de-Reuil se mobilise contre les violences faites aux femmes

    Tout au long de cette semaine, la Ville de Val-de-Reuil propose un programme d'actions autour de la lutte contre les ...
    Lire La Suite…

    Intervention de Marc-Antoine Jamet suite aux événements de ces derniers jours

    Après l’enchaînement des événements qui ont atteint la Ville depuis dimanche 5 septembre, Marc-Antoine Jamet a tenu  à s’adresser aux ...
    Lire La Suite…

    Déclaration de Marc-Antoine JAMET Maire et Conseiller départemental de Val-de-Reuil

    Déclaration de Marc-Antoine JAMET Maire et Conseiller départemental de Val-de-Reuil ...
    Lire La Suite…
    Valdereuil_infos n°21 - MAI - JUIN - JUILLET 2021

    Valdereuil_infos n°22 – MAI – JUIN – JUILLET 2021

    En une de ce numéro : Le temps des retrouvailles ! - Culture, commerces, restaurants, loisirs… à l’heure des réouvertures, ...
    Lire La Suite…

    Des chantiers jeunes au commissariat

    Comme à chaque congés scolaires, les chantiers jeunes reprennent du service. Pour la première fois, les peintres en herbe ont ...
    Lire La Suite…

    Les nouvelles mesures déployées pour prévenir et lutter contre la délinquance

    Réuni mercredi, le conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance a été l'occasion de présenter les nouveaux ...
    Lire La Suite…

    La sécurité à Val-de-Reuil

    La sécurité

    La sécurité

    Ils sont au contact permanent des Rolivalois : de jour comme de nuit, les neuf policiers municipaux veillent à la ...
    Lire La Suite…
    Gusp

    Le Pôle Médiation-Gestion Urbaine Sociale de Proximité (GUSP)

    La médiation est un lien essentiel entre le service public et les habitants. A Val-de-Reuil où 50% de la population ...
    Lire La Suite…

    Commissariat : Ville et syndicat Unité SGP Police FO, unis, exigent plus d’effectifs

    La Ville de Val-de-Reuil et le Syndicat Unité SGP Police FO partagent leur analyse de la situation de Val-de-Reuil/Louviers et demandent la nomination immédiate de policiers supplémentaires au Commissariat.

    Mercredi 3 juillet 2019, à 20 heures, Frédéric DESGUERRE et Johann MAUGÉ, Secrétaire régional et Secrétaire départemental du Syndicat Unité SGP Police FO, ont été reçus en Mairie par Marc-Antoine JAMET, Maire de Val-de-Reuil, accompagné de Dominique LEGO, Adjoint en charge de la sécurité, faisant suite à la demande d’audience qui avait été adressée lundi 1erjuillet par Yves LEFEBVRE, Secrétaire général du Syndicat (tout comme il aurait accueilli positivement toute démarche similaire émanant d’autres représentants syndiqués des fonctionnaires de police).

    Après s’être entretenus des faits qui se sont déroulés dans la nuit du jeudi 27 au vendredi 28 juin 2019 devant le commissariat de Val-de-Reuil/Louviers, échangeant leurs informations, la Ville et le Syndicat ont souhaité fait part de leurs positions communes.

    Partenariat solide polices nationale / municipale

    Ensemble, la Ville et le Syndicat ont souligné l’efficacité du travail mené chaque jour par les agents du commissariat de Val-de-Reuil/Louviers et rappelé aussi bien les excellents rapports qui existent entre les services de la police nationale et la municipalité, en général, que le partenariat solide établi avec la police municipale rolivaloise dont le nombre des agents, le statut et les missions constituent un soutien inégalé au bénéfice de la circonscription toute entière. La Ville a rappelé sa solidarité à l’égard de tous les fonctionnaires de police et témoigné de la reconnaissance de tous les Rolivalois pour leurs policiers.

    Pas un projectile ne peut être lancé, une insulte prononcée à l’encontre d’élus ou de représentants des forces de l’ordre, institutionnellement en charge de la sécurité publique et démocratiquement garants des libertés individuelles, sans porter atteinte à la Républiqueelle-même. Tout acte allant à l’encontre de ce principe, qui ne souffre aucune exception, doit être sanctionné avec la plus grande sévérité.

    Mais la violence n’est parfois que la résultante de l’insuffisante crédibilité des dispositifs en place. La Ville et le Syndicat se rejoignent donc pour déplorer le manque de moyens affectés au commissariat de Val-de-Reuil/Louviers tant en matériel qu’en effectifs. Leur baisse continue depuis plusieurs années ne permet plus aux policiers qui y travaillent d’accomplir pleinement les missions qui leur sont confiées. Il faut trois personnels pour former un équipage de patrouille. Le commissariat de Val-de-Reuil n’en comptait que cinq dans la nuit de vendredi dernier, dont deux stagiaires et un adjoint de sécurité.

    Courrier au Préfet et au Ministre de l’Intérieur

    Cette situation extrêmement préjudicielle pour les habitants, non seulement de Val-de-Reuil, mais aussi du Vaudreuil, de Pinterville et d’Incarville, ainsi que de Louviers, devrait s’aggraver dans les jours qui viennent, une commission administrative paritaire réunie dans l’Eure en fin de semaine dernière ayant acté le départ de 9 agents sans constater l’arrivée d’un seul. En outre, un tel déséquilibre est rendu critique en raison de la mutation de plusieurs membres de l’encadrement local, en particulier celle du Commissaire. 40% des effectifs d’un commissariat qui comptait 110 fonctionnaires à l’origine sont aujourd’hui manquants. Cela n’est plus supportable.

    C’est pourquoi le Syndicat Unité SGP Police FO et la Ville de Val-de-Reuil, en concertation, vont adresser au Préfet de l’Eure, puis au Ministre de l’Intérieur, un courrier exigeant l’arrivée de policiers supplémentaires pour remettre à niveau les effectifs du Commissariat de Val-de-Reuil/Louviers et éviter que se reproduisent des situations qui ne sont – souvent – que la conséquence que de la faiblesse des moyens accordés à la police.

    Nos articles sur la sécurité et la tranquillité

    Du 22 au 27 novembre, Val-de-Reuil se mobilise contre les violences faites aux femmes

    Tout au long de cette semaine, la Ville de Val-de-Reuil propose un programme d'actions autour de la lutte contre les ...
    Lire La Suite…

    Intervention de Marc-Antoine Jamet suite aux événements de ces derniers jours

    Après l’enchaînement des événements qui ont atteint la Ville depuis dimanche 5 septembre, Marc-Antoine Jamet a tenu  à s’adresser aux ...
    Lire La Suite…

    Déclaration de Marc-Antoine JAMET Maire et Conseiller départemental de Val-de-Reuil

    Déclaration de Marc-Antoine JAMET Maire et Conseiller départemental de Val-de-Reuil ...
    Lire La Suite…
    Valdereuil_infos n°21 - MAI - JUIN - JUILLET 2021

    Valdereuil_infos n°22 – MAI – JUIN – JUILLET 2021

    En une de ce numéro : Le temps des retrouvailles ! - Culture, commerces, restaurants, loisirs… à l’heure des réouvertures, ...
    Lire La Suite…

    Des chantiers jeunes au commissariat

    Comme à chaque congés scolaires, les chantiers jeunes reprennent du service. Pour la première fois, les peintres en herbe ont ...
    Lire La Suite…

    Les nouvelles mesures déployées pour prévenir et lutter contre la délinquance

    Réuni mercredi, le conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance a été l'occasion de présenter les nouveaux ...
    Lire La Suite…

    La sécurité et la tranquillité à Val-de-Reuil

    La sécurité

    La sécurité

    Ils sont au contact permanent des Rolivalois : de jour comme de nuit, les neuf policiers municipaux veillent à la ...
    Lire La Suite…
    Gusp

    Le Pôle Médiation-Gestion Urbaine Sociale de Proximité (GUSP)

    La médiation est un lien essentiel entre le service public et les habitants. A Val-de-Reuil où 50% de la population ...
    Lire La Suite…

    La réalité des incidents survenus dans la nuit au 27 au 28 juin

    Incident à Val-de-Reuil : quand la presse normande, puis nationale, diffuse et déforme les revendications syndicales du commissariat.

    Communiqué de la Ville de Val de Reuil

    Un incident limité et, hélas, devenu banal quand la chaleur de l’été amène les jeunes à rester dans la rue, survenu devant le commissariat de Val-de-Reuil, dans la nuit du jeudi 27 au vendredi 28 juin 2019, donne lieu depuis 48 heures aux exagérations et aux interprétations les plus fantaisistes. Intoxication, rumeurs et fake news, il n’est pas très difficile d’en démonter les mécanismes et d’expliquer les buts poursuivis par cette déformation sans précédent.

    Acte 1 : après avoir vu dans un des cafés de la Ville, le match de football de la coupe africaine des nations, qui a vu l’Algérie battre le Sénégal par un but d’écart, un petit groupe de jeunes en cours d’identification et d’interpellation, parfaitement connus des services de la Ville, comme de ceux de la police, se dirigent vers le commissariat de Val-de-Reuil, chaussée du parc, vers 2 heures du matin. Leur activité est suivie, non par le commissariat, mais par les caméras de la Ville (visionnées par le Maire avant d’en transmettre les images aux services de police). Sept d’entre eux, vers 2h15, décident de jeter, à une distance d’une vingtaine de mètres, des pétards et des mortiers d’artifice (et non des mortiers de guerre…) volés à Evreux deux jours auparavant, probablement par des voyous locaux qui les leur ont revendus, sur la façade du commissariat. A l’intérieur de celui-ci, il n’y a pour assurer la sécurité des 100.000 habitants de l’agglomération que 5 fonctionnaires. Ils se déploient autour du bâtiment pour le protéger. Le petit groupe de jeunes n’est présent que sur un seul côté face à deux agents qu’une distance jamais inférieure à 15 mètres et une grille séparent d’eux. Le groupe se disperse et revient vers 2h30 du matin plus nombreux (environ une quinzaine) âgés de 12 à 18 ans, encapuchonnés plus que cagoules, parfois reconnaissables, pour reprendre jets de pierre et pétards. Deux fonctionnaires, venus de la BAC d’Evreux, prêtent alors main forte aux deux agents présents sur le côté du bâtiment pour disperser les jeunes. Ils disposent de flashballs dont ils ne feront pas usage. Les jeunes rentrent chez eux. Il est trois heures du matin. Le commissaire de police, prévenu par les fonctionnaires de garde, en rend compte au Maire. Le bilan de l’incident est d’une vitre cassée. Des cailloux ramassés laissent apparaitre des ADN qui vont être exploités. L’affaire est close. La nuit suivante, il ne se passe rien.

    Acte 2 : avec la sous-préfète des Andelys, le maire se rend au commissariat le lendemain matin. Aucun des fonctionnaires présents au cours de la nuit n’est présent, ce qui est normal puisqu’ils sont au repos. Une femme, la numéro 2 du poste, paraît cependant passablement fébrile. Elle croit « avoir entendu quelqu’un lui dire que quelqu’un a entendu quelqu’un dire les mots Allah Akhbar », mais, sous les regards sceptiques de ses subordonnés, n’insiste pas. Il lui est expliqué qu’il y a à peu près la même relation entre les jeunes suspectés et le radicalisme qu’entre Ben Laden et le Lido de Paris. Le fond du problème apparaît alors. Des syndicalistes de police ont rejoint leurs collègues et décrivent la situation du commissariat de Val-de-Reuil : un commissaire remarquable qui s’en va à Rouen, peu de cadres, 50% des effectifs manquant, une CAP qui s’est déroulée dans la semaine et a conclu à 30 départs pour 0 arrivée au commissariat. Si une situation semble explosive, c’est bien la situation sociale. Chacun comprend que l’incident va être amplifié et utilisé pour témoigner de la grande misère de la police d’une des quatre grandes villes de l’Eure. Le Préfet, contacté par le Maire, promet des renforts pour effectuer les missions dévolues au commissariat et des effectifs supplémentaires sont en effet dépêchées la nuit suivante où, comme à l’accoutumée, il ne se passe rien.

     

    Acte 3 : les syndicalistes alertent la presse et, ce qui est compréhensible, présentent leur version apocalyptique de l’incident sans en fournir aucune des clefs. Les correspondants des deux journaux locaux reprennent l’information sans contacter qui que ce soit, ni voir les images. La nouvelle, grossie, déformée, se répand sur Internet. Elle est reprise de façon très « politique » sur le figaro.net. Des milliers de commentaires haineux ou naïfs accompagnent ces publications. La fake news est lancée. Au mieux, pour ces diffuseurs, pourra-t-elle entrainer des incidents avec les mêmes jeunes flattés d’être ainsi considérés, pour trois cailloux, à l’échelle nationale. La boucle sera bouclée.

    L’information est devenue en 24 heures désinformation. La rumeur peut se répandre. Il n’y a qu’une seule victime de cette conjonction de ragots et de bobards : une Ville de l’Eure dont les statistiques d’amélioration de la sécurité sont les meilleures du département. Que cela serve au moins à ce que le commissariat de Val-de-Reuil/Louviers retrouve des effectifs adaptés à ses missions. C’est la vérité qu’il fallait rétablir.

     

    Nos articles sur la sécurité et la tranquillité

    Du 22 au 27 novembre, Val-de-Reuil se mobilise contre les violences faites aux femmes

    Tout au long de cette semaine, la Ville de Val-de-Reuil propose un programme d'actions autour de la lutte contre les ...
    Lire La Suite…

    Intervention de Marc-Antoine Jamet suite aux événements de ces derniers jours

    Après l’enchaînement des événements qui ont atteint la Ville depuis dimanche 5 septembre, Marc-Antoine Jamet a tenu  à s’adresser aux ...
    Lire La Suite…

    Déclaration de Marc-Antoine JAMET Maire et Conseiller départemental de Val-de-Reuil

    Déclaration de Marc-Antoine JAMET Maire et Conseiller départemental de Val-de-Reuil ...
    Lire La Suite…
    Valdereuil_infos n°21 - MAI - JUIN - JUILLET 2021

    Valdereuil_infos n°22 – MAI – JUIN – JUILLET 2021

    En une de ce numéro : Le temps des retrouvailles ! - Culture, commerces, restaurants, loisirs… à l’heure des réouvertures, ...
    Lire La Suite…

    Des chantiers jeunes au commissariat

    Comme à chaque congés scolaires, les chantiers jeunes reprennent du service. Pour la première fois, les peintres en herbe ont ...
    Lire La Suite…

    Les nouvelles mesures déployées pour prévenir et lutter contre la délinquance

    Réuni mercredi, le conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance a été l'occasion de présenter les nouveaux ...
    Lire La Suite…

    La sécurité et la tranquillité à Val-de-Reuil

    La sécurité

    La sécurité

    Ils sont au contact permanent des Rolivalois : de jour comme de nuit, les neuf policiers municipaux veillent à la ...
    Lire La Suite…
    Gusp

    Le Pôle Médiation-Gestion Urbaine Sociale de Proximité (GUSP)

    La médiation est un lien essentiel entre le service public et les habitants. A Val-de-Reuil où 50% de la population ...
    Lire La Suite…

    Conseil du 27 Mai 2019

    Ordre du jour

    Télécharger l’ordre du jour du Conseil

     

    Retransmission en direct du Conseil Municipal

    Jusqu’à présent nous utilisions un système de diffusion en direct via le site. Cependant depuis quelque temps le nombre de connexions simultanées étaient trop importantes pour permettre aux utilisateurs d’avoir une connexion de qualité (soit absence d’images, soit sauts de diffusion, soit même absence totale d’image et de son). Par exemple lors du dernier conseil des « pointes » à plus de 250 connexions simultanées ont été enregistrées ce qui dépassait largement la capacité de diffusion en direct admissible sur notre site.

    Afin de pallier à ce défaut nous avons recherché une solution fiable et à faible coût. C’est ainsi que ce soir nous testons pour la seconde fois la possibilité offerte par YouTube de diffusion d’évènements en direct. Cette opportunité sans coûts supplémentaires, offre également de nouvelles perspectives si le test donne satisfaction, comme par exemple la diffusion de certains évènements.

    Recrutement d’un agent de police – jusqu’au 30 Avril 2019

    AGENT DE POLICE (H/F)

    DANS LE CADRE D’UNE MUTATION

    Au sein de la Police Municipale vous aurez à exécuter toutes les missions qui vous seront confiées relevant de la compétence de la Police Municipale en matière de prévention, surveillance du bon ordre, de la tranquillité et de la salubrité publique.

    Enjeux et Missions

    Placé(e) sous l’autorité du Maire et du responsable de la Police Municipale, vous aurez pour missions :
    – l’exécution de toutes les missions relevant de la compétence de la Police Municipale en matière de prévention, surveillance du bon ordre, de la tranquillité et de la salubrité publique ;
    – la surveillance du domaine public de jour comme de nuit et les interventions sur le territoire Communal ;
    – l’application des pouvoirs de police du Maire ;
    – la proximité et le dialogue avec la population ;
    – le contrôle de l’exécution des arrêtés municipaux et du respect des règles du Code de la Route ;
    – la rédaction des écrits professionnels (procès-verbaux, rapports et des mains courantes) ;
    – la prise de mesures appropriées pour veiller à la sécurité des personnes et des biens ;
    – la surveillance aux abords des établissements scolaires ;
    – le contrôle du déroulement des manifestations publiques et des cérémonies ;
    – la réalisation de compte-rendu écrit ou oral au responsable du service ou à l’autorité supérieure des événements survenus pendant le service et des dispositions prises.

    Conditions d’exercice

    – 35 heures/semaine. Fonctionnement 7 jours/7, 24 heures/24 avec un service d’astreintes par roulement ;
    – Rémunération statutaire, régime indemnitaire, primes semestrielles et octroi d’un logement par convention d’occupation précaire avec astreintes ;
    – Armement catégories B et D et équipements de protection individuels, entrainement mensuel aux tirs et aux techniques professionnels d’intervention.

    Conditions de recrutement

    – fonctionnaire de catégorie C (Gardien de police ou Brigadier) ;
    – lauréat du concours de Gardien-Brigadier de police municipale ;
    – maitrise des pouvoirs et des procédures judiciaires et administratives liés au cadre d’emploi ;
    – qualités rédactionnelles et maîtrise de l’outil informatique exigées (logiciel professionnel, messagerie outlook, procès-verbal électronique et vidéo-surveillance) ;
    – aptitude au dialogue et à la gestion des conflits, maîtrise de soi et discernement ;
    – sens des responsabilités et du service public;
    – rigueur, discrétion et respect de l’autorité ;
    – bonne capacité d’adaptation et d’un réel sens de l’initiative ;
    – aptitude au port des armes de catégorie B et D. Bonne condition physique ;
    – disponibilité (horaires variables, travail le week-end et astreintes par roulement) ;
    – permis B obligatoire ;
    – expérience similaire souhaitée.

    Consulter l’offre

     

    Merci d’adresser votre candidature d’ici le 30/04/2019

    (Lettre de motivation + C.V. + photo et dernier arrêté de situation administrative) par courrier à l’attention de la Direction des Ressources Humaines
    Mairie de Val-de-Reuil
    70 Rue Grande
    BP 604
    27106 Val-de-Reuil Cedex
    Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter M. Mickaël BOUTTIER, chef de service de la police municipale, (tél. : 02 32 09 44 44 ou par courriel à mbouttier@valdereuil.fr).

    Pour postuler par courriel

    [contact-form-7 id= »43257″ title= »V4_Candidatures_AGENT_DE_POLICE »]

    Un YouTuber au centre de secours

    Le youtuber Benoît Coulaud, alias Strike Workout prépare un reportage sur le centre de secours de Val-de-Reuil / Louviers.

    Benoît Coulaud alias Strike Workout en visite à la caserne de Louviers Val-de-Reuil

    Vendredi dernier, les membres du centre de secours de Val-de-Reuil / Louviers ont reçu une visite des plus atypiques. Celle de Benoît Coulaud alias Strike Workout ! Un youtuber originaire de la Creuse, connu et reconnu dans le monde des soldats du feu.

    La caserne en vidéo prochainement

    « Je viens faire une vidéo de présentation de la caserne et de ses hommes ainsi que ses spécificités », explique le youtuber Creusois faisant part de ses premières impressions de la 2ème plus grosse structure du département. « C’est une très belle caserne, fonctionnelle, avec des véhicules en excellent état. C’est un très bel outil de travail », souligne celui qui mêle l’utile à l’agréable.

    Un métier, une passion !

    « La majorité de mon temps libre est consacré à réaliser mes vidéos. Ces reportages me permettent de présenter le travail de pompier sous toutes ses coutures mais pas seulement », souligne l’intéressé. « On y retrouve également des vidéos pédagogiques, des défis sports, des manœuvres, des tests de matériel etc. » En effet, Avec 12 ans de carrière à son actif et avec notamment un passage chez les pompiers de Paris, Benoît Coulaud respire et vit pompier 24 heures sur 24. «  Je suis sapeur-pompier professionnel à Guéret et ce métier, c’est avant tout une histoire de passion !  »

    Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

    Politique de confidentialité de YouTube

    Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

    Un pompier solidaire

    Une histoire de passion mais également de compassion et de solidarité. « Tous les bénéfices que je peux faire avec Strike Workout vont à l’association l’Œuvre des Pupilles Orphelins  et Fonds d’entraide des Sapeurs-Pompiers de France », conclut cet homme au grand cœur qui vient tout juste de mettre en ligne son excursion euroise.

    Au guidon du S’Cool Bus !  

    Pédaler en cadence pour aller à l’école… c’est désormais le quotidien de 24 écoliers de Louise Michel et Jean Moulin. Bienvenue au S’Cool Bus !

    Une chose est sûre : pour Kalvin, Maïlys, Yéliz, Chloé et les autres…, aller à l’école est chaque matin une nouvelle aventure. Il faut dire que ces 24 écoliers de Louise Michel et Jean Moulin ont la chance de découvrir les plaisirs d’un ramassage scolaire pas comme les autres pour rejoindre leur classe. Dispositif inédit proposé par l’Agglo seine-Eure en partenariat avec la Ville, le S’Cool Bus cumule les atouts tous azimuts : bon pour la santé, pour l’environnement, pour la sécurité comme pour la convivialité !

    Leurs impressions

    Opérationnel depuis le 7 janvier à Val-de-Reuil, le S’Cool Bus a immédiatement conquis son public. « C’est rigolo. On pédale tous ensemble pour aller à l’école ». Kalvin, 9 ans, confie même avoir encore plus envie d’aller à l’école maintenant. Tout comme sa petite sœur Kayla (6 ans) qui reconnaît tout de même : « la première fois, j’avais un peu peur ».

     Yéliz, une grande, en CM1 à l’école Louise Michel, est tout aussi ravie : «ce qui me plaît, c’est d’aller chercher les enfants chez eux et de faire du vélo. Normalement, j’en fais presque jamais. Comme ça j’en fais un peu plus.»

    Quant à Waï, ce qu’il adore, c’est «pédaler. De toute façon ,c’est électrique alors c’est plus facile». 

    Waï est joyeux et excité de prendre le s'cool Bus
    Waï est joyeux et excité de prendre le s’cool Bus

    Casques et chasubles

    Formés pour piloter les trois engins en service à Val-de-Reuil, les trois chauffeurs sont extrêmement vigilants sur la sécurité : pas question de démarrer tant que les gilets phosphorescents ne sont pas enfilés et les casques enfoncés sur les petites têtes, ni de prendre le moindre risque sur le trajet.

    Actuellement, deux S’Cool bus assurent les rotations quotidiennes à Louise Michel (16 enfants) et un autre à Jean Moulin (8 enfants).« On tourne toutes les quatre semaines pour permettre à un maximum d’enfants de bénéficier du S’Cool Bus », indique Cyrielle, l’une des pilotes, qui récupère ses passagers devant chez eux le matin et les y redéposent le soir.

    *Vous souhaitez inscrire vos enfants sur l’un de ces circuits, rendez-vous sur www.scoolbus.fr.

     

    Suzon a testé pour vous !

    Suzon Godefroy, élève de 3e au collège Montaigne, a testé pour vous le S’cool Bus. Elle prend la plume pour vous le présenter et vous donner ses impressions : 

    Suzon, 14 ans, a testé le vélo-bus et nous livre ses impressions
    Suzon, 14 ans, a testé le vélo-bus et nous livre ses impressions

    J’ai eu l’occasion d’essayer le S’Cool Bus, un vélo-bus qui permet aux enfants des écoles primaires Louise Michelet Jean Moulin d’aller à l’école et repartir chez eux le soir tout en s’amusant et en faisant du sport.

    Cet étrange véhicule, composé de plusieurs pédaliers est un moyen de transport collectif, ludique et écologique, mais aussi éducatif pour les enfants. En effet, en le prenant, les enfants en savent plus sur la sécurité routière et sur le code de la route.

    Tout d’abord, j’ai pu rencontrer les Coolducteurs et Coolductrices qui sont très sympathiques et mettent vite en confiance, ce qui permet d’être tout de suite à l’aise pour monter sur les S’Cool Bus.

    Ils nous munissent ensuite d’un gilet jaune et d’un casque afin d’être bien sécurisé pendant tout le trajet, en plus des éléments de protection mis en place sur les S’Cool Bus.

    Sécurité oblige, tout le monde porte un casque. Même Suzon !
    Sécurité oblige, tout le monde porte un casque. Même Suzon !

    Moteur électrique

    Comme ils possèdent un moteur électrique, il n’est absolument pas difficile d’avancer avec les S’Cool Bus.

    En tant que passager, nous avons seulement besoin de nous tenir aux barres placées devant nous et à pédaler, chacun à son rythme.

    Pour ma part, pédaler ne m’a pas paru difficile. Je pense que c’est abordable pour tous car c’est sans grande difficulté et on est encouragé par les personnes qui sont avec nous sur le véhicule.

    Le trajet est agréable et dynamique : comme j’étais avec des enfants, c’était super de les voir heureux et entrain de sourire.

    L’atmosphère est détendue, les gens sont contents et n’ont pas l’impression de faire de l’exercice.

    Les S’Cool Bus avancent très bien mais pas trop vite ce qui permet d’avoir un peu de temps pour s’amuser avec les autres et de faire des efforts physiques plus prolongés.

    Si cela était à refaire, je n’hésiterais pas une seconde pour remonter à bord !

     

    Vous êtes sans connexion