Étiquette : projets

Val2Bio entre en scène le 10 avril

C’est entre les murs du centre commercial des Falaises qu’ouvrira Val2Bio, le mercredi 10 avril prochain. Premier magasin rolivalois entièrement dédié aux produits bio et locaux, il devrait attirer des clients de tous horizons. 

J-8 pour la petite équipe de Val2Bio ! Autant dire que c’est l’effervescence du côté de la future boutique bio rolivaloise, première du nom :  dès 10h00 le 10 avril, les premiers clients franchiront les portes du magasin,  blotti au coeur du centre commercial des Falaises.

Une caverne d’Ali Baba du Bio

En attendant, pendant que les ouvriers s’affairent aux derniers travaux extérieurs du bâtiment, les étagères se remplissent sans relâche d’heure en heure. Biscuits, thé, café, vin, huile, miel, céréales, féculents, conserves de fruits et de légumes… il suffit de sillonner les allées de cette caverne d’Ali Baba du Bio pour avoir un petit aperçu de ce qu’on trouvera ici dans 8 jours exactement : c’est-à-dire tout ! « Effectivement, tout ce dont vous avez besoin au quotidien se trouve dans notre boutique », confirme Valérie Auvray, responsable communication de Val2Bio.

Priorité aux producteurs locaux

De l’entrée au dessert, de la viande aux produits laitiers, des légumes de saison à la bière locale, en passant par le pain, les condiments mais aussi les produits d’hygiène et de première nécessité… Les responsables de Val2Bio ont pensé à tout ; chaque produit ou presque étant estampillé bio et/ou local. « Ici, nous donnons toujours la priorité au local. Pour cela, nous travaillons avec une trentaine de producteurs locaux (NDLR : dans un périmètre de 50 km à la ronde). Et quand ce n’est pas possible, nous privilégions des produits français et de petits producteurs ». 

Val2Bio, c’est aussi un premier pas vers le 0 déchet : le vrac sera ainsi légion dans cette boutique de 250 m2 où oeuvreront au quotidien trois salariés.  « Nous aurons beaucoup de denrées en vrac pour limiter les emballages. Les gens pourront venir avec leurs bocaux et acheter riz, céréales, infusions, café, thé… en vrac », précise Valérie Auvray, impatiente d’ouvrir les portes de la nouvelle antre du bio.

Retenons donc bien la date : mercredi 10 avril !

suivre Val2Bio sur Facebook

L’actualité des commerces à Val-de-Reuil

 

La Ressourcerie a pris d'importantes mesures de précaution pour rouvrir ses portes en toute sécurité

La Ressourcerie reprend vie

Bonne nouvelle pour les fidèles de la Ressourcerie : la boutique rolivaloise a rouvert ses portes il y a quelques ...
Lire La Suite…
Val de Reuil_Infos n°17 - Mai - Juin -Juillet 2020

Val de Reuil_Infos n°17 – Mai – Juin -Juillet 2020

En une de ce numéro : Pour faire face à l’épidémie, la Ville déploie les grands moyens - 100 mesures ...
Lire La Suite…

La vie commerçante reprend ses quartiers

A Val-de-Reuil, les différents commerces reprennent du service et accueillent, depuis le début de la semaine dernière, un grand nombre ...
Lire La Suite…
Chaque dimanche, la boulangerie Covin offre des pâtisseries aux résidents de l'Espages.

Solidaire, la boulangerie Covin offre pains et pâtisseries

Plus que jamais à Val-de-Reuil, la solidarité se décline au pluriel. Que ce soit les services municipaux, les Rolivalois par ...
Lire La Suite…

La solidarité au rendez-vous

Avec le soutien de la Ville de Val-de-Reuil et la solidarité des habitants, les maraîchers de Martot retrouvent une pleine ...
Lire La Suite…

Janssen-Cilag : 300 personnes mobilisées pour dire non à la fermeture ! 

Près de 300 personnes, élus locaux, salariés et syndicalistes se sont réunis, ce mercredi-midi, pour exprimer leur mécontentement et leurs ...
Lire La Suite…

 

Partagez :

Conseil du 1er Avril 2019

Ordre du jour

Télécharger l’ordre du jour du Conseil


 

Retransmission en différé du Conseil Municipal

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.


 

Jusqu’à présent nous utilisions un système de diffusion en direct via le site. Cependant depuis quelque temps le nombre de connexions simultanées étaient trop importantes pour permettre aux utilisateurs d’avoir une connexion de qualité (soit absence d’images, soit sauts de diffusion, soit même absence totale d’image et de son). Par exemple lors du dernier conseil des « pointes » à plus de 250 connexions simultanées ont été enregistrées ce qui dépassait largement la capacité de diffusion en direct admissible sur notre site.

Afin de pallier à ce défaut nous avons recherché une solution fiable et à faible coût. C’est ainsi que ce soir nous testons pour la première fois la possibilité offerte par YouTube de diffusion d’évènements en direct. Cette opportunité sans coûts supplémentaires, offre également de nouvelles perspectives si le test donne satisfaction, comme par exemple la diffusion de certains évènements.

Partagez :

FPH : encourageons les projets des Rolivalois !

Des idées, des projets ? Les Rolivalois, bien souvent, n’en manquent pas ! C’est pour favoriser leur réalisation que le fonds de participation des habitants a été créé l’an passé à Val-de-Reuil. L’objectif ? Financer certains projets qui renforcent le lien social. Et ça marche !

Depuis quelques semaines, c’est l’effervescence à l’école des Dominos le mercredi après-midi. Parents et enfants de toute la ville s’y retrouvent pour partager une après-midi autour du jeu grâce à la ludothèque installée ici pendant plusieurs heures chaque semaine.

Mise en place en partenariat avec l’association la Semaine des Quatre Jeudis, cette initiative – portée par l’association des parents d’élèves de l’école des Dominos – a bénéficié d’un précieux coup de pouce grâce au fonds de participation des habitants, le FPH. « Nous leur avons octroyé un financement de 1800 € pour faire vivre cette ludothèque », indique Fadilla Benamara, adjointe au maire en charge du renouvellement urbain, et mobilisée autour de ce dispositif.

S’impliquer dans la vie de la cité

Créé il y a près d’un an par la ville de Val-de-Reuil et ses partenaires dans le cadre de la politique de la ville, le FPH permet donc à des Rolivalois (sous certaines conditions) de se voir accorder des financements pour mener à bien des projets qui leur tiennent à cœur, dès lors qu’ils renforcent le lien social.

Comme la ludothèque, le Noël de la Solidarité organisé en décembre dernier par le collectif Vivre Ensemble (un spectacle, des cadeaux et un goûter offerts à 450 petits Rolivalois) a bénéficié d’un financement de 1550 € de la part du FPH.

« C’est une excellente manière de permettre aux habitants de participer et s’impliquer davantage dans la vie de la cité. Ce concept me séduit beaucoup ».Martine Lecanu, une Rolivaloise très engagée dans la vie de la plus jeune commune de France, a accepté de s’investir dans l’association de gestion du FPH. Avec deux autres Rolivalois (Laurent Chouquet et Christian Avollé), elle assure l’animation, la gestion et l’accompagnement du dispositif.

Comment ça marche ?

Envie de vous lancer dans un tel projet ? Rendez-vous à la maison des Projets pour retirer un formulaire. « Pour être valide, le projet doit être porté par 3 personnes minimum, toutes domiciliées à des adresses différentes », rappelle Fadilla Benamara.

Dès lors que la demande est déposée, l’association de gestion du FPH s’assure de la conformité du projet qui est ensuite étudié par le comité de suivi (où siège notamment le délégué du Préfet) avant d’être soumis à l’approbation du jury (7 ou 9 membres dont le maire et 4 membres du conseil citoyen).

*Maison des projets – 121 rue Grande – du lundi au vendredi de 8h30 à 12h00 et de 13h30 à 17h30. 02 32 09 50 11. maisondesprojets@valdereuil.fr

Nos actus «Rénovation urbaine»

Vœux de Marc-Antoine Jamet et de la Municipalité le 16 Janvier 2020 à 18h30

Le 16 Janvier à 18h30 au Théâtre de l'Arsenal, Marc Antoine Jamet, Maire, et le Conseil municipal vous présenteront leurs ...
Lire La Suite…
Val de Reuil_Infos n°15 - DÉCEMBRE 2019 - JANVIER 2020

Val de Reuil_Infos n°15 – DÉCEMBRE 2019 – JANVIER 2020

En une de ce numéro : Priorité aux piétons : un plan sécurité en action. Des aménagements partout en ville ...
Lire La Suite…
Val de Reuil_Infos N°13 Juillet - Août - Septembre 2019

Val de Reuil_Infos N°13 Juillet – Août – Septembre 2019

En une de ce numéro : Plongez dans le tourbillon de l’été ! Pleins feux sur les rendez-vous et animations ...
Lire La Suite…
rejoignez-nous

RESPONSABLE DU PROJET DE RENOUVELLEMENT URBAIN (H/F)

Après avoir réussi deux premières opérations ORU puis ANRU, pour un total de 130 millions d’euros, la ville a été ...
Lire La Suite…
Plusieurs projets ont déjà été financés

FPH : encourageons les projets des Rolivalois !

Des idées, des projets ? Les Rolivalois, bien souvent, n’en manquent pas ! C’est pour favoriser leur réalisation que le ...
Lire La Suite…
Val de Reuil_Infos N°11 Février - Mars 2019

Val de Reuil_Infos N°11 Février – Mars 2019

En une de ce numéro : À la rencontre de Rolivaloises d’exception : Interviewées par des jeunes Rolivalois, cinq femmes ...
Lire La Suite…
Chargement…
Partagez :

Val de Reuil_Infos N°11 Février – Mars 2019

En une de ce numéro : À la rencontre de Rolivaloises d’exception : Interviewées par des jeunes Rolivalois, cinq femmes courageuses témoignent

à lire également

* Page 6 À nouveaux équipements, nouveaux visages !
* Page 8 Attention, travaux !
* Page 10 Rue de l’activité
* Page 12 Ces femmes bien décidées à retrouver un emploi
* Page 13 L’intérim à sa porte
* Page 14 Au rendez-vous de l’emploi
* Page 15 Alerter en un clic
* Page 18 Un renfort bienvenu
* Page 19 Un refuge au poil
* Page 21 Les jeunes Rolivalois prennent la plume à la rencontre de femmes d’exception
* Page 25 Courons au féminin !
* Page 28 Carnaval, nous voilà !
* Page 29 Handicap : tous à l’Arsenal !
* Page 30 À la Factorie, la scène est à vous

Votre magazine


 

Votre magazine Val de Reuil_Infos

Val de Reuil_Infos n°17 - Mai - Juin -Juillet 2020

Val de Reuil_Infos n°17 – Mai – Juin -Juillet 2020

En une de ce numéro : Pour faire face à l’épidémie, la Ville déploie les grands moyens - 100 mesures ...
Lire La Suite…
Val de Reuil_Infos n°16 - Février - Avril - Mars 2020

Val de Reuil_Infos n°16 – Février – Avril – Mars 2020

En une de ce numéro : Le terrain de football synthétique entre en piste - Au stade Jesse Owens, un ...
Lire La Suite…
Val de Reuil_Infos n°15 - DÉCEMBRE 2019 - JANVIER 2020

Val de Reuil_Infos n°15 – DÉCEMBRE 2019 – JANVIER 2020

En une de ce numéro : Priorité aux piétons : un plan sécurité en action. Des aménagements partout en ville ...
Lire La Suite…
Val de Reuil_Infos N°14 Septembre - Octobre - Novembre 2019

Val de Reuil_Infos N°14 Septembre – Octobre – Novembre 2019

En une de ce numéro : Aux écoles, les grands moyens ! Zoom sur les travaux, les équipements et nouveautés ...
Lire La Suite…
Val de Reuil_Infos N°13 Juillet - Août - Septembre 2019

Val de Reuil_Infos N°13 Juillet – Août – Septembre 2019

En une de ce numéro : Plongez dans le tourbillon de l’été ! Pleins feux sur les rendez-vous et animations ...
Lire La Suite…
Val de Reuil_Infos N°12 Avril - Mai - Juin 2019

Val de Reuil_Infos N°12 Avril – Mai – Juin 2019

En une de ce numéro : Le Conseil des Sages ouvre une nouvelle page - Les Seniors rolivalois appelés aux ...
Lire La Suite…
Val de Reuil_Infos N°11 Février - Mars 2019

Val de Reuil_Infos N°11 Février – Mars 2019

En une de ce numéro : À la rencontre de Rolivaloises d’exception : Interviewées par des jeunes Rolivalois, cinq femmes ...
Lire La Suite…
Val de Reuil_Infos N°10 Décembre 2018 - Janvier 2019

Val de Reuil_Infos N°10 Décembre 2018 – Janvier 2019

Unis autour du Centenaire de la Grande Guerre Mémoire, amitié et avenir main dans la main à Val-de-Reuil à lire également ...
Lire La Suite…
Val de Reuil_Infos N°9 Septembre – Octobre – Novembre 2018

Val de Reuil_Infos N°9 Septembre – Octobre – Novembre 2018

En une de ce numéro Police municipale : le nouveau poste en service : «Accueil, vidéo-vigilance, équipements : un outil ...
Lire La Suite…
Partagez :

Education : une moisson de chantiers et projets en action !

À Val-de-Reuil, priorité à l’Éducation ! Les voeux à la communauté éducative ont permis à Marc-Antoine Jamet de présenter hier les projets et chantiers tous azimuts menés par la Ville pour ses 6000 élèves et apprentis. Parmi eux, la nouvelle école des Cerfs Volants.

C’est une tradition rolivaloise : chaque début d’année, Marc-Antoine Jamet réunit les membres de la communauté éducative de la ville pour leur adresser ses vœux.

Ce mardi soir, enseignants, directeurs d’établissements, animateurs, agents de sécurité, personnels administratifs, médicaux et sociaux… tous étaient  réunis autour de la municipalité et de l’inspecteur de la Circonscription, Jean-Marie Le Chanony pour une cérémonie en toute convivialité.

Un rendez-vous auquel le maire est d’autant plus attaché qu’à Val-de-Reuil, ce sont pas moins de 6000 enfants, adolescents et jeunes adultes qui prennent chaque jour le chemin de l’école ; que ce soit dans les 14 établissements maternels et élémentaires de la ville, les collèges et le lycée, le CFA et depuis peu… l’institut de formation F4S.

Enseignants, directeurs d’établissements, agents de sécurité, animateurs, personnels administratifs, sociaux et médicaux avaient fait le déplacement à la MJA

Ils sont d’ailleurs chaque année un peu plus nombreux à étoffer les rangs des écoles : « dix nouvelles classes ont été créées ces dernières années ; deux sont encore annoncées pour la rentrée prochaine »,glissait d’emblée Marc-Antoine Jamet. Des jeunes et moins jeunes qui figurent au premier rang des priorités de la municipalité (qui a notamment choisi de maintenir la semaine de quatre jours et demi pour les écoliers)… Preuve en est ces efforts financiers colossaux consentis par la ville pour leur bien-être, pour leur sécurité, pour un meilleur apprentissage.

« Entre 2017 et 2018, 20 classes ont été dédoublées ; toutes en privilégiant la qualité pour les enfants et les enseignants concernés ».Un dédoublement (qui sera encore renforcé à la rentrée de septembre) qui aura coûté à la ville plus de 350 000 € sur 3 ans.

Une déferlante de chantiers

Dans le même temps, Val-de-Reuil mène plusieurs chantiers d’envergure qui vont changer la vie de bien des écoliers, leurs familles, leurs enseignants : des travaux d’accessibilité pour 500 000 euros ; des travaux de réfection du parvis Léon Blum, de la crèche du Pivollet et de l’école maternelle ; de menuiserie à l’école Jean Moulin ; de sécurisation de toutes les écoles  (grilles surélevées, vitres anti-flagrance, caméras…) ; de modernisation du parc informatique…

Mais le plus gros chantier, le plus impressionnant, le plus attendu peut-être… reste sans aucun doute celui qui verra le jour dans les prochains mois : la nouvelle école des Cerfs Volants. « Nous venons de retenir celui qui dessinera, conduira et travaillera à la réalisation de notre future école des Cerfs-Volants. Il fallait du beau et du bien : c’est donc Jean-François Bodin, l’architecte du théâtre de l’Arsenal qui en aura la charge ».

L’architecte Jean François Bodin est venu en personne présenter la future école des Cerfs-Volants

En avant-première hier soir, Marc-Antoine Jamet et Jean-François Bodin (photo ci-dessus) ont donc dévoilé à la communauté éducative le visage du nouvel équipement rolivalois dont les travaux de construction débuteront tout début 2020 ! « Elle sera plus fonctionnelle avec un étage pour les maternelles et un autre pour les élémentaires ; plus spacieuse puisqu’elle pourra accueillir jusqu’à 350 élèves ; mieux intégrée dans son environnement puisqu’elle sera intégrée au cœur de la plaine de Jeux », insistait le maire.

Des projets tous azimuts

Les prochains mois à Val-de-Reuil seront par ailleurs marqués par un chantier, plus symbolique : celui de la nouvelle carte scolaire « pour mieux répartir les enfants dans les écoles, assurer une meilleure mixité sociale ».

Marc-Antoine Jamet et son équipe souhaitent également récréer avec le lycée Marc Bloch un cycle de quatre conférences annuelles autour de grands thèmes d’actualité ; multiplier le nombre de Rolivalois au CFA ; favoriser le volontariat et le recrutement de sapeurs-pompiers en proposant des actions dans les collèges et centres de loisirs…

Au final, chacun l’a constaté hier soir : les projets et chantiers ne manquent pas à Val-de-Reuil. Un tableau qui pourrait sembler idyllique si le ciel n’était pas obscurci par la fermeture du collège PMF à la rentrée de septembre. « C’est un échec, une erreur totale que nous payons tous collectivement ; la mixité s’est dégradée ; nos enfants en subissent les conséquences ».

Toujours révolté par la décision du conseil départemental, Marc-Antoine Jamet dénonce avec fermeté les conditions de vie imposées à nos collégiens. Son espoir aujourd’hui : que le Département reconstruise au plus vite un nouveau collège PMF, indispensable à Val-de-Reuil.  Puisse-t-il être entendu !

 

“Une chance pour nos élèves”

Jean-Marie Le Chanony a salué la qualité du partenariat entre la ville et l'éducation nationale
Jean-Marie Le Chanony a salué la qualité du partenariat entre la ville et l’éducation nationale

Jean-Marie Le Chanony, inspecteur de la circonscription, a profité de cette cérémonie pour saluer la qualité du partenariat très fort entre l’Education Nationale et la Ville de Val-de-Reuil. “C’est une chance pour nos élèves d’apprendre sur un territoire où la municipalité met tout en oeuvre pour favoriser la réussite de tous”. C’est aussi de ses équipes qu’il a tenu à mettre à l’honneur ce mardi soir. A commencer par l’initiative de la directrice de l’école Jean Moulin d’organiser une rencontre pour présenter les richesses de la ville ; par celle ensuite du directeur de l’école des Dominos, pilote du forum de l’éducation aux messins, un événement hors du commun qui aura lieu le 21 mars au stade Jesse Owens et réunira des élèves de toute la circonscription; sans oublier bien-sûr le projet mené par la directrice de l’école maternelle Léon Blum, avec ses équipes, qui aboutit chaque année depuis plusieurs décennies à la réalisation d’une incroyable exposition de Noël dans l’établissement…

Partagez :

L’écoquartier des Noés décroche la très convoitée Equerre d’Argent – « aménagement urbain et paysager »

Depuis sa construction, l’écoquartier des Noés est salué tous azimuts ! Il vient à nouveau de remporter un prix national cette semaine: l’Équerre d’argent «catégorie aménagement urbain et paysager».

Un plébiscite ! L’écoquartier des Noés, construit en 2016 à Val-de-Reuil sur les Rives de l’Eure, n’en finit pas de séduire et de fasciner. Premier écoquartier à avoir été labellisé en Normandie, ce programme de 98 logements bioclimatiques, chauffés au bois, à budget maîtrisé; complété d’une écocrèche, de parcelles de culture bio… a toujours fait figure de pionnier et de modèle du genre. A tel point qu’Emmanuelle Cosse, la Ministre du Logement, était venue l’inaugurer en personne début 2017.

Soucieux d’inventer aujourd’hui l’habitat de demain, Marc-Antoine Jamet et son équipe – associés au bailleur Siloge – ont eu l’immense fierté, pour ce projet, de travailler main dans la main avec Philippe Madec, architecte connu et reconnu, pionnier de l’habitat éco-responsable.

Un prix prestigieux

Dans les milieux avertis comme auprès du grand public, cet éco-village unique en son genre ne passe pas inaperçu. Preuve en est le nouveau prix, prestigieux, remporté le 26 novembre  : l’Equerre d’Argent, dans la catégorie « aménagement urbain et paysager ».

Considéré comme le Goncourt de l’Architecture, ce trophée d’exception a été remis à Philippe Madec, son architecte qui a œuvré pour le compte de la Siloge, et Marc-Antoine Jamet, lors d’une cérémonie organisée dans les locaux du conseil économique, social et environnemental (Cese) à Paris.  Vingt-cinq projets – réalisés pour certains par les plus grands architectes du moment – avaient été sélectionnés à travers la France entière (cinq dans la catégorie « aménagement urbain et paysager ») et étaient en lice pour ces Equerres d’Argent 2018.

Une kyrielle de prix

Après le grand prix de la ville durable, le « green solutions awards », après le grand prix de l’aménagement / construction en zones inondables, cette Equerre d’Argent est donc une nouvelle consécration pour l’écoquartier.

Organisé par les publications professionnelles le Moniteur et AMC, ce trophée national est une démonstration supplémentaire de la place de choix qu’occupe désormais Val-de-Reuil dans le paysage architectural et urbanistique français. Quelle fierté de remporter ce trophée exceptionnel où concourrait parmi d’autres Jean Nouvel, l’un des plus architectes les plus influents, à la fois bâtisseur du Louvre d’Abu Dabi, du musée du Quai Branly ou encore du Dentsu Building à Tokyo… !

La compétition s’annonçait particulièrement rude mais Val-de-Reuil, qui a su, au fil des années, faire preuve d’audace et d’inventivité pour se transformer, qui a su s’appuyer sur de nombreux architectes de renom, croyait en ses chances. Le Petit Poucet des Villes de France avait raison d’y croire : le jury, composé notamment d’éminents architectes, présidé par Bernard Plattner (architecte vainqueur de l’Equerre d’Argent 2017 avec le Palais de Justice de Paris), a couronné notre ville.

Et quel plus bel éloge que l’hommage rendu par ce jury à l’Ecoquartier des Noés qui, selon eux, « apporte une réponse à l’urgence écologique et à la nécessité sociale ».

En attendant les Victoires !

 L’écoquartier aura-t-il le même succès aux Victoires du Paysage, équivalent des Victoires de la Musique, où il est nominé parmi 67 projets à travers la France ? Le palmarès sera dévoilé le 6 décembre.

Nos articles concernant le Quartier des Noés

La halle, construite au coeur de l'écoquartier, pourra accueillir divers événements, animations..

La halle voit le jour au coeur de l’écoquartier

Les travaux de construction de la halle, au cœur de l’écoquartier, seront achevés courant octobre. Ce nouvel espace public de ...
Lire La Suite…
L'écoquartier a remporté l'Equerre d'argent "catégorie aménagement urbain et paysager"

L’écoquartier des Noés décroche la très convoitée Equerre d’Argent – « aménagement urbain et paysager »

Depuis sa construction, l'écoquartier des Noés est salué tous azimuts ! Il vient à nouveau de remporter un prix national ...
Lire La Suite…

Les Victoires du Paysage pour l’écoquartier des Noés ?

Vous connaissez les Victoires de la Musique ? Et bien voici, dans un autre domaine, les Victoires du Paysage ! Cerise sur ...
Lire La Suite…
L'asinobus à Val-de-Reuil

Vous connaissez l’asinobus ?

Qu’est-ce que l’asinobus ? L’asinobus est un dispositif d’éco-mobilité identifiable à un ramassage scolaire. Les enfants sont récupérés par un ...
Lire La Suite…
L'écocrèche des Noés

Bienvenue à la crèche des Noés

Première rentrée à l’écocrèche des Noés ! La toute nouvelle crèche municipale, installée dans l’écoquartier, accueille ses premiers occupants depuis lundi ...
Lire La Suite…

La Ministre du Logement à Val-de-Reuil ce vendredi

Val-de-Reuil accueillera Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l’Habitat durable, ce vendredi 20 janvier toute la matinée. Plusieurs temps ...
Lire La Suite…

Portes ouvertes à l’éco-quartier des Noés

Ce vendredi et ce samedi, Habitat Coopératif de Normandie, en partenariat avec la Ville de Val-de-Reuil, vous propose deux journées ...
Lire La Suite…
projet d'écoquartier Les Noés

Lancement du chantier de l’Eco-quartier

La Ville de Val-de-Reuil et la SILOGE, bailleur social, se sont associées pour proposer aussi bien à des Rolivalois qu’à ...
Lire La Suite…
Partagez :

Maire de Famille

L’hiver commence. Le temps est gris. Il pleut sur Paris. Le parc des expositions de la porte de Versailles n’a jamais été un endroit folichon. Sous les nuages de novembre, il est carrément sinistre. Ses pavillons de plastique, de plexi et de parpaings, regroupés au hasard, ressemblent aux bâtiments d’une zone industrielle ratée. On peut douter qu’un architecte se soit un jour penché sur leur silhouette déglinguée. Le tout ne déparerait pas un paysage post stalinien. Aujourd’hui le béton murmure. Une foule morose se hâte à la recherche d’un abri. Peu de femmes, beaucoup de cheveux blancs, des accents. Les Maires de France sont en congrès. Je suis avec eux.

Le Président de la République ayant fait savoir qu’il était empêché, le Premier ministre doit parler. En politique, Édouard Philippe n’est pas un champignon poussé après la pluie. Une ville, il sait ce que c’est. Au Havre, il a appris. Théoriquement. Pourtant les collègues n’attendent rien de bon de cet après-midi. Un discours pour dire que rien ne va changer ? À quoi bon ! Les conversations sont uniformément désabusées. Ça grogne. Ça se plaint. Ça maugrée. Les collègues qui démissionnent : ceux qui sont fatigués, ceux qui sont découragés, ceux qui perdent pied. Le « métier » n’est plus ce qu’il était.

Marc-Antoine Jamet Maire de Val-de-Reuil
Marc-Antoine Jamet Maire de Val-de-Reuil

Les Maires veulent être aimés. Ils ne sont plus respectés. Les figures républicaines sont dépassées. Gambetta, Jules Ferry, Clemenceau, revenez. Ils sont devenus fous ! Sans l’écharpe, point de reconnaissance. Avec ce n’est guère mieux : « dépêchez-vous ne nous marier, on a prévu une célébration yoga juste après ». Dans les campagnes, dans les petites villes, les Maires n’ont pas choisi de se présenter pour la centaine d’euros que leur rapporte leur indemnité. Le mauvais mousseux leur fait mal au ventre. Comme à tout le monde. Peut-être y sont-ils allés avec un peu d’orgueil, une pincée d’ambition, un petite envie de gloriole, mais, le plus souvent, c’est le goût du collectif, de l’intérêt général, du service public qui les a motivés. Travailler pour les autres, rendre au pays ce qu’il vous a donné, mettre ses compétences et ses idées à disposition d’une commune et la développer. Existe-t-il de plus belle vocation, de mission plus utile ?

Construire une école est un bonheur. Refaire un gymnase est une joie. Transformer un quartier est un défi. Il n’y a pas de travaux ennuyeux ou facile quand il s’agit de moderniser ou d’améliorer. Cyrano, probablement pas le meilleur des gestionnaires, le disait élégamment : « c’est encore plus beau quand c’est difficile ! ». Alors, à tous les collègues, un seul conseil. À tous les maux, un seul remède. Retroussons les manches et allons de l’avant. Pour les habitants.

Alors, bien sûr, les derniers mois ont été rudes. L’impression de ne pas être écouté, de ne pas être considéré, est venue mettre du sel sur des plaies plus anciennes. La montée des agglomérations, trop grandes, trop lointaines, trop techniciennes, sans la moindre responsabilité réelle devant les citoyens, a accéléré le suicide des municipalités. La fin du cumul des mandats a éloigné les députés des réalités et les élus locaux des responsabilités. Les dotations diminuent. Les sujets, la circulation, l’environnement, les jeunes, la culture, sont de plus en plus compliqués. Il devient difficile de construire, d’entretenir ou de réparer un gymnase, une école, une route un cimetière. Dans les Palais Nationaux, les communes, et ce n’est pas d’hier, ne sont plus des priorités. Ce qui a fait le pays, son histoire, sa géographie, sa singularité, est en train de disparaître. La fin  des beffrois et des clochers est programmée. Nos repères disparaissent dans le grand flou uniforme et mondialisé.

Alors on pourrait jeter l’éponge et tout arrêter. Ce n’est pas dans mes gênes. Ce n’est pas dans ma personnalité. J’aime l’optimisme et la volonté. Pas d’états d’âme quand on est au service de la collectivité. On n’en a pas le droit. On n’en a pas le temps. Les nouveaux médias éloignent des habitants ? Il faut donner à tous votre adresse internet, communiquer sur twitter, apprivoiser cette « nouvelle convivialité ». L’esprit de citoyenneté disparaît ? Il faut faire le tour des écoles et voir les petits élèves, à l’invitation de leur institutrice se lever, aller à la rencontre des associations, distribuer médailles et trophées. L’argent vient à manquer ? Il faut aller le chercher là où il est : dans le privé, à l’intercommunalité, dans les crédits exceptionnels comme l’ANRU qui va encore transformer Val-de-Reuil au cours des cinq prochaines années. Le nombre des unions ne cesse de chuter ? Il faut en faire, en mairie, les plus belles des cérémonies. On doute de sa propre utilité ? Il y a assez à faire, par soi-même parfois, dans la sécurité et la propreté, pour ne pas musarder. Les grands projets sont durs à monter ? Occupez-vous en bouchant les trous et en effaçant les tags ou les graffitis. Le manque emploi est le cancer qui ronge la cité ?  N’abandonnez rien, ni le stage pour la jeune fille timide, ni la recommandation pour celui qui roule des biscottos, votre sourire pour les investisseurs et votre disponibilité pour les chefs d’entreprise. La fonction publique est un repoussoir ? Ce n’est pas vrai. Il y a des équipes jeunes, talentueuses, capables.

Construire une école est un bonheur. Refaire un gymnase est une joie. Transformer un quartier est un défi. Il n’y a pas de travaux ennuyeux ou facile quand il s’agit de moderniser ou d’améliorer. Cyrano, probablement pas le meilleur des gestionnaires, le disait élégamment : « c’est encore plus beau quand c’est difficile ! ». Alors, à tous les collègues, un seul conseil. À tous les maux, un seul remède. Retroussons les manches et allons de l’avant. Pour les habitants. Et puis comme toute peine mérite salaire, quand une grand-mère nous salue, avec émotion, ou un enfant nous reconnait, en confiance, rappelonsnous qu’il n’y a pas de plus belle récompense, de plus grand honneur. Je suis un maire de famille. C’est ainsi que je sers Val-de-Reuil.

Marc-Antoine JAMET
Maire de Val-de-Reuil.

 

L’éditorial

 

Partagez :

Voie de l’Epargne : les travaux dans les starting-blocks

Alors que les travaux de transformation de la voie de l’Epargne débutent ces prochains jours, Marc-Antoine Jamet a rencontré  les habitants du quartier samedi matin pour leur présenter le chantier. D’ici 3 mois, ce secteur sera plus sûr, plus agréable, plus fonctionnel. Explications.

Une vingtaine d'habitants sont venus à la rencontre du maire samedi matin devant l'école Léon Blum
Une vingtaine d’habitants sont venus à la rencontre du maire samedi matin devant l’école Léon Blum

Plus que quelques tout petits mois de patience pour les riverains comme les écoliers de Léon Blum… Dès le printemps, la voie de l’Epargne dévoilera son nouveau visage. En attendant, les engins de chantier s’apprêtent à investir les lieux pour cette cure de jouvence tant attendue.

Une vingtaine d’habitants avaient fait le déplacement samedi matin pour connaître l’ensemble des aménagements prévus dans leur rue, faire part de leurs interrogations et espoirs. Une heure durant, Marc-Antoine Jamet, accompagnés des élus et des responsables municipaux, a échangé avec eux autour de cette problématique.

Première bonne nouvelle : la chaussée tout entière depuis la chaussée du Village jusqu’à la voie des Quatre Acres (une rue également refaite jusqu’à la route des Sablons) mais aussi les trottoirs des deux côtés de la rue seront totalement remis à neuf. Dès le début du printemps, piétons et automobilistes pourront y circuler en toute sécurité.

Deuxième bonne nouvelle : le stationnement va sensiblement s’étoffer dans ce quartier résidentiel. « Nous allons créer 20 places supplémentaires en épis, pour répondre aux besoins croissants de l’ensemble des riverains », indiquait le maire devant l’assemblée.

Troisième bonne nouvelle : priorité à la sécurité ! Pour dissuader les automobilistes trop pressés, un plateau surélevé sera aménagé au croisement avec l’allée Pique Sou et un mini-giratoire créé à l’angle des voies de l’Epargne et des Quatre Acres. De nouvelles caméras de vidéo-vigilance sont également prévues dans ce quartier tandis que l’éclairage public sera intensifié, au niveau des passages piétons notamment.

Pas question enfin de redonner une nouvelle vie à cette rue sans réhabiliter le parvis mitoyen de l’école Léon Blum où minéral et végétal y cohabiteront en parfaite harmonie. Que ce soit sur la voie de l’Epargne ou sur le parvis Léon Blum, 25 arbres de grande taille seront plantés (arbres de Judée et poiriers) au total. Enfin, deux jeux pour les petits seront installés sur l’espace vert au niveau de l’allée Pique Sou.

Démarrage des travaux le 26 novembre !

Partagez :

Travaux : les cinq sens de la Voie de l’Orée

Marc-Antoine Jamet a rencontré samedi les riverains de la future voie de l’Orée en cours d’aménagement L’occasion de leur expliquer les tenants et les aboutissants du projet ; de dissiper leurs craintes. Car tout ici a été conçu pour améliorer le cadre de vie des habitants. Explications.  

Rares sont les automobilistes qui empruntent aujourd’hui la voie de l’Orée. Si ce n’est bien-sûr ceux qui travaillent au Data Center d’EDF ou d’Orange, dans les entreprises Cera ou Altix. Pourtant, cette voie sans issue qui part de la chaussée du Vexin et prend fin quelques centaines de mètres plus loin, sera bientôt un axe privilégié de Val-de-Reuil.

Depuis le mois d’octobre, ouvriers et engins de chantier ont investi les lieux. L’objectif ? Prolonger la route sur 1,5 kilomètre pour rejoindre d’abord la chaussée de Ritterhude (au niveau du stade Jesse Owens) et atteindre ensuite la chaussée de la Voie Blanche. Dans le même temps, une nouvelle voie sera créée jusqu’au cimetière.

« Nous allons enfin proposer un accès digne, calme et apaisé au cimetière ; créer un ralentisseur au sommet de la Voie Blanche et une alternative à l’avenue des Falaises… Le tout en développant un large espace de voie verte paysagère », promettait Marc-Antoine Jamet à la cinquantaine de riverains réunis samedi matin au sein même du chantier au dessus de la chaussée de Ritterhude.

1 – Désengorger l’avenue des Falaises

Le maire a d’emblée mis en avant l’un des atouts majeurs de cette nouvelle voie : réduire les embouteillages sur l’avenue des Falaises (seul axe majeur permettant aujourd’hui de traverser Val-de-Reuil d’Est en Ouest) en « supprimant 5 à 10 % du trafic qui, à eux seuls, génèrent 100 % des embouteillages». 

D’ici le printemps, les automobilistes pourront donc emprunter la voie de l’Orée pour rejoindre Val-de-Reuil, Léry ou Poses, depuis la chaussée du Vexin jusqu’à la Voie Blanche.

Un trafic qui restera toutefois limité compte tenu de la configuration de la voie: la chaussée (interdite aux poids-lourds) y sera effet étroite, la vitesse limitée à 50 km/h avec plusieurs plateaux surélevés au fil du trajet tandis qu’un accent particulier mis sur les équipements (nouveaux luminaires, mobilier urbain…). « Nous avons privilégié les luminaires bas pour éviter les rassemblements autour de cette voie et préserver la tranquillité des habitants », signalait le maire durant la rencontre.

2 – Relier le cimetière et la forêt

«Enfin, nous pourrons nous rendre au cimetière depuis la ville». Marc-Antoine Jamet reconnaît qu’aujourd’hui, il n’est pas question de se satisfaire de l’accès très compliqué au cimetière rolivalois, depuis trop longtemps coupé de la ville.

La chaussée de Ritterhude prolongée derrière le stade pour rejoindre le cimetière
La chaussée de Ritterhude prolongée derrière le stade pour rejoindre le cimetière

La future voie de l’Orée se raccordera bientôt à la chaussée de Ritterhude, au-dessus du complexe sportif ; à l’endroit même où verra le jour une nouvelle voie menant directement au cimetière. Nul doute que cet aménagement, complété par un giratoire pour sécuriser le croisement, sera accueilli avec soulagement par les familles souhaitant se rendre au cimetière.

3- Voie Blanche : stop à la vitesse !

Un giratoire paysager cassera la vitesse en haut de la voie blanche
Un giratoire paysager cassera la vitesse en haut de la voie blanche

Le constat est sans appel : les automobilistes roulent encore trop vite sur la chaussée de la Voie Blanche pourtant traversée par de nombreux piétons. Régulièrement d’ailleurs, la police municipale y verbalise les conducteurs trop pressés.

Bientôt, la vitesse ne sera plus ici qu’un mauvais souvenir : un nouveau giratoire paysager sera aménagé début 2019 à l’entrée de Val-de-Reuil à l’endroit même où débouchera, sur la chaussée de la Voie Blanche, la future Voie de l’Orée. Ce giratoire sera également relié à la petite rue menant au centre équestre.

 4 – Ecologique et rurale

Un air de campagne à la ville… C’est l’une des grandes particularités de la nouvelle voie de l’Orée en liaison permanente avec la forêt.

Cette voie et ses abords, très largement paysagés, ont été conçus pour se fondre dans le paysage. Nul doute que la centaine de cerisiers plantés le long de cet axe donneront un caractère plus champêtre encore à cet aménagement.

« Mon objectif est que vous viviez bien et que vos maisons prennent bien sûr de la valeur », insistait Marc-Antoine Jamet face à des habitants parfois inquiets. Alors que la voie de l’orée passera à 35 mètres des premières habitations, elle sera dissimulée par un merlon très fortement paysager (2m de hauteur) qui protègera à la fois du bruit et de la vue sur la voirie.

L’aménagement fera par ailleurs la part belle aux cyclistes et aux piétons : place bientôt, sur toute sa longueur depuis la chaussée du Vexin jusqu’à la voie Blanche mais aussi le long de la route menant au cimetière, à une piste cyclable et une zone piétonne totalement sécurisées qui feront le bonheur des amoureux de nature, des adeptes des transports doux et des sportifs en tout genre… Et pourquoi pas, pour les salariés des parcs d’activités, laisser la voiture au garage et opter pour le vélo ?

5 –Rapprocher les parcs d’activités

Dans quelques mois, les 350 salariés d’Altitude infrastructures rejoindront la voie de l’Orée (à son extrémité vers la chaussée du Venin) où se construit actuellement le futur siège national de l’entreprise spécialisée dans la fibre optique.

Nul doute donc que cette nouvelle route va renforcer l’attractivité économique du secteur. Une bonne nouvelle pour l’emploi !

TOUT LE DÉTAIL DES TRAVAUX SUR CES PANNEAUX :

 

Partagez :

Partager son potager au coeur de la ville !

Des aromates et des légumes cultivés par les habitants au pied des immeubles… C’est le projet d’un groupe de Rolivalois, mené grâce au fonds de participation des habitants. Rencontre.

Longues heures de jardinage pour faire naître le potager partagé

Finies les jardinières envahies par les herbes hautes dans les espaces publics des Arcanes 3 (face à la place des Chalands) ! Place désormais à un jardin urbain d’un nouveau genre : le potager partagé.  Depuis l’été, une dizaine de familles profitent ainsi des plaisirs de savourer aromates, radis et salades… cultivés au pied de leur immeuble.

C’est Patricia Laferchoux, habitante du quartier et membre du conseil citoyen, qui la première a lancé l’idée d’une telle initiative. Avec deux autres Rolivaloises – Dominique Chichignoud, Atika El Kouchi -, elle s’est donc attelée dès le printemps à mobiliser ses voisins. « J’ai frappé à toutes les portes pour expliquer le projet aux habitants. Un certain nombre d’entre eux ont tout de suite donné leur accord et choisi quels aromates ils souhaitaient faire pousser ».

De longues heures de jardinage entre voisins

Il faudra attendre le milieu de l’été pour que le projet devienne enfin réalité. Les 10 familles mobilisées retroussent alors leurs manches pour de longues heures de jardinage. « Il a fallu désherber les 12 bacs, travailler la terre pour ensuite seulement planter les aromates et les légumes ». Parents, enfants… toutes les générations ont mis la main à la pâte pour que leur jardin voie le jour.

Jennifer, membre du conseil citoyen, est ravie : “ce projet est génial. A refaire”

Manger sain (tout ce qui est cultivé est exclusivement bio), redécouvrir les joies du jardin, partager un moment de plaisir entre voisins… c’est tout cela à la fois qui fait le grand intérêt de ce projet original. « Cela fonctionne très bien : chacun entretient naturellement les bacs dès qu’il a un moment ; les familles se servent avec parcimonie selon les besoins », poursuit Patricia, ravie d’avoir réussi à mener à bien ce beau projet.

Grâce au fonds de participation des habitants  

Le projet de jardin partagé a pu voir le jour grâce à la mobilisation d’habitants grâce au FPH

Ce jardin partagé n’aurait probablement jamais vu le jour sans le soutien du fonds de participation des habitants (FPH), dispositif dans lequel la ville vient tout juste de s’engager.

Grâce à lui, les Rolivalois peuvent en effet se voir accorder sous certaines conditions des financements pour mener à bien des projets qui renforcent le lien social. Pour ce projet, le FPH a notamment permis d’acheter les outils, le terreau, les aromates, les plants de légumes…

La marche à suivre

Vous avez un projet ? Rendez-vous à la maison des projets (121 rue Grande) pour effectuer vos premières démarches. « Pour être valide, le projet doit être porté par trois personnes minimum, toutes domiciliées à des adresses différentes », indique Irène Fina, responsable de la maison des projets.

L’association de gestion du FPH (composée de trois membres du conseil citoyen) s’assure de la conformité du projet avant la présentation au jury (membres du conseil citoyen / élus et délégué du Préfet) qui donnera son feu vert.

Maison des projets – 121 rue Grande – du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30. 02 32 09 50 11. maisondesprojets@valdereuil.fr

Partagez :

Une certaine idée de Val-de-Reuil

Le Général de Gaulle avait deux ou trois défauts qui, peu à peu, le rendirent antipathique à une majorité de ses contemporains. Il était, par sa naissance, par son éducation, par son milieu, un fieffé conservateur, endurci par les épreuves, affligé d’un caractère rancunier, parfois cruel. Ses opposants éprouvèrent la dureté, pour ne pas dire la brutalité, de ses méthodes, son goût pour la vengeance, davantage encore que pour la revanche, son peu d’inclination pour la piété, la miséricorde, l’indulgence. Ses ennemis, ceux de 1940 ou, même, ceux de 1958, ceux de 1944 et, sur un autre registre, ceux de 1962, n’incitaient guère à la compréhension ou à la clémence. Il est vrai. Plus d’une fois il fut leur cible. Il n’empêche. Soldat valeureux, mais politicien rusé, son esprit alerte jusque dans la vieillesse était au service, à la fois, de la République qu’il releva, en la plaçant à l’ombre de sa gloire, et d’une intelligence imbue d’elle-même, obsédé par la postérité de son oeuvre, par la trace qu’il laisserait dans l’Histoire. Tout était chez lui paradoxe et, peut-être, est-ce aussi en cela qu’il était exceptionnel.

Marcher seul ou presque, avec l’aide de camp Flohic et tante Yvonne, dans les landes de la verte Irlande pour oublier, furieux et méprisant, le congé que le peuple lui avait donné, ne manquait pas de panache, de désintéressement, de cran. Serrer la main du dictateur Franco par la simple curiosité de n’avoir pu le rencontrer auparavant relevait d’une insupportable légèreté que, à un autre, on n’aurait pas pardonnée. La démocratie autour de la méditerranée s’accommode mal, en général, des fraternités de képi et des amitiés de casernes. Lillois devenu lorrain, il aurait pu y songer.

Mais, quand il s’agissait, non plus de lui, mais de la France, il avait quasi invariablement conscience de ce qu’impose l’honneur et qu’exige la grandeur. De la générosité, du courage, des idées. Ajoutons-y un don pour l’écriture et le sens de la formule qui lui permirent de s’affirmer avec talent comme le premier commentateur et le meilleur mémorialiste de ses propres actes. Un peu comme si Jésus s’était passé des évangélistes ou Napoléon de Las Cases. Directement du producteur au consommateur. Des gestes à la Geste. Le genre incite, dans la plupart des cas, sauf schizophrénie grave, l’auteur à faire preuve d’une grande écoute respectueuse, voire d’une particulière bienveillance à l’égard de son principal personnage. L’homme de Colombey n’en manqua pas et se donna dans la plupart des cas le beau rôle, s’attribuant dans ses mémoires ce que l’Histoire ne lui avait pas donné, s’y montrant ingrat pour ceux qui l’avaient aidé à Londres ou à Alger. Au fil de la plume comme au fil de l’épée, on n’est jamais mieux servi que par soi-même.

Quand bien même il n’aurait pas toujours été à la hauteur de la légende qu’il s’est forgée, ses mots, parce qu’ils étaient forts, parce qu’ils étaient drôles, parce qu’ils étaient vrais, tournent encore dans nos têtes : l’Europe et les « cabris », Mai 68 et la « chienlit », le « quarteron » et les putschistes. Chacun s’en souvient.

La résistance en politique, pour De Gaulle, c’était d’avoir su faire face «avec un mépris de fer (…) aux dérisoires imputations (…) dont nous fûmes comblés, sans jamais en être accablés (…) par la tourbe des intrigants mal satisfaits ».

Pourtant, c’est une autre phrase de l’homme du 18 juin qui me revient quand je songe aux difficultés que vivent les Rolivalois et leur municipalité. Prononcée à Épinal, en septembre 1946, si mes souvenirs sont exacts, elle veut décrire ce qu’est l’esprit de résistance. La résistance en politique, pour De Gaulle, c’était d’avoir su faire face «avec un mépris de fer (…) aux dérisoires imputations (…) dont nous fûmes comblés, sans jamais en être accablés (…) par la tourbe des intrigants mal satisfaits ». J’aime cette définition et, parce qu’un respect infini est dû à eux qui ont souffert ou combattu, sans évidemment m’imaginer une seule seconde que nous affrontons des événements semblables à ceux qui divisèrent, en parts très inégales, la France entre héros, collaborateurs et attentistes, je la fais mienne.

Nous avons été « comblés » de cadeaux empoisonnés depuis quelques années. La manière honteuse avec laquelle le département a fermé le collège Pierre Mendès-France restera dans les annales de l’infamie. L’agglomération, de son côté, a pour Louviers la passion anachronique d’une jeune fille timide pour un vieillard fatigué tentant quotidiennement de raviver sa flamme sous une pluie de millions. Sans se rendre compte de son hostilité, elle nous montre que nous ne sommes pas son fils préféré. Les responsables de la région ont choisi d’aider prioritairement leurs amis et ne font pas mystère de ne pas compter les quartiers de grande précarité parmi ces derniers. Il n’est pas jusqu’au Gouvernement qui n’a pour la politique de la Ville, comme pour celles du logement et du bâtiment, qu’une attention limitée que vient à peine tempérer « le plan anti pauvreté».

Notre fierté est donc de ne pas en être « accablés » et de continuer à marcher, à réussir, à avancer.

Notre fierté est donc de ne pas en être « accablés » et de continuer à marcher, à réussir, à avancer. Une rentrée réussie avec un record historique battu pour ce qui est des élèves accueillis, des dizaines de logements qui surgissent un peu partout, mieux conçus, mieux construits que ceux d’avant, attirant des jeunes, des familles, des propriétaires, un centre commercial qui se développe en entrée de Ville, un autre qui va se construire sur l’Îlot 14, des entreprises qui s’agrandissent ou s’implantent, nous maintenant en tête des territoires industriels de l’Eure, un nombre inédit de boulangeries, une école, les nouveaux cerfs-volants, et un complexe sportif, le nouveau Léo Lagrange, dont l’ANRU vient d’autoriser le début des travaux, une démographie dynamique, l’axe structurant qu’entreprend l’intercommunalité et une alternative à l’Avenue des falaises par la voie de l’Orée dont le chantier commence, une vie associative, sportive et culturelle exceptionnelle.

Où veux-je en venir ? A la certitude que, en dépit des médiocres et des méchants, je me suis toujours fait une « certaine idée » de Val-de-Reuil et que, si nous sommes travailleurs, unis et fiers de notre identité, rien ne peut nous arriver ? Ce serait probablement prétentieux. Ce ne serait pas totalement inexact.

Marc-Antoine JAMET
Maire de Val-de-Reuil.

L’éditorial


 

Partagez :

Comment peut-on être Rolivalois ?

Souvent on me demande pourquoi tant de gens veulent, désormais, acheter une maison et devenir propriétaires à Val-de-Reuil ? Nous n’avions pas, autrefois, une telle attractivité. Alors, oui, pourquoi ? Une raison simple vient immédiatement à l’esprit : parce que le maire y est sympathique et dynamique. Cela n’est, hélas, pas encore prouvé scientifiquement. Qui plus est, les exemples abondent d’un jugement moins flatteur. Avec tristesse, mais résignation, abandonnons d’emblée cette hypothèse immodeste.

Autre explication, non plus psychologique, mais quasi politique : cette ruée immobilière ne se produirait que pour faire mentir le jovial Lecornu. Le ci-devant attaché parlementaire de Bruno Lemaire avait, en effet, prédit que, à son initiative, la Ville ne connaîtrait que ruine et déclin. Ou s’il n’avait dit exactement ces mots, il s’était employé à les concrétiser. Écartons pourtant également cette seconde piste. Si la doublure lumière de M. Lehongre entretient des relations compliquées avec la vérité, il n’a pas besoin d’une mise-au-point supplémentaire pour le lui rappeler et il reviendrait un peu cher d’acheter une maison à chaque fois qu’il est insincère.

Faut-il alors penser que, chez nous, l’eau est plus propre, l’air plus pur, l’herbe plus verte ? Il y a beaucoup de vrai là-dedans, mais 36.000 autres communes le proclament non moins allègrement. Ce n’est pas vraiment un avantage comparatif…

Devant tant de perplexité, j’ai pris mon stylo et j’ai dressé la liste de nos atouts pour la partager avec vous.

« la Commune a divisé sa dette par deux en quinze ans, n’a jamais augmenté ses impôts depuis 2000 et ne compte pas le faire de sitôt»

Commençons. On peut investir tranquillement à Val-de-Reuil parce que la sécurité y règne et que la Ville, parmi celles de plus de 10.000 habitants, est régulièrement classée la plus sûre du département de l‘Eure devant Évreux, Vernon, Louviers, n’en en déplaise à nos voisines, rivales et néanmoins amies. Avec 100 policiers travaillant dans un commissariat qui a moins de dix ans, 40 caméras de vidéo-vigilance, un service de police municipale compétent et bien équipé, il serait dommage qu’il en aille différemment. Cela ne vous suffit pas ? Alors restons dans les fondamentaux : la Commune a divisé sa dette par deux en quinze ans, n’a jamais augmenté ses impôts depuis 2000 et ne compte pas le faire de sitôt. Pas mal, mais pas encore assez pour vous convaincre ? Pour les petits rolivalois, la municipalité a fait de l’éducation une priorité : trois crèches sur son territoire et une quatrième en projet, 14 écoles bien entretenues ou neuves, comme le sera dans deux ans celle des cerfs-volants, deux collèges de proximité (jadis trois…), le meilleur lycée de l’agglomération, souvent du département, qui, cerise sur le gâteau, ouvre les portes de Sciences-Po, le CFA le plus considérable de l’ouest français ! Ceci vous satisfait-il ? Non plus ?

Alors sachez que le plus beau théâtre de Normandie et une programmation culturelle plébiscitée, un cinéma d’art et d’essai qui se bat pour programmer autre chose que des imbécilités, un conservatoire de musique remarquable, une compagnie nationale de danse et une maison de la poésie ont ici pignon sur rue

Alors sachez que le plus beau théâtre de Normandie et une programmation culturelle plébiscitée, un cinéma d’art et d’essai qui se bat pour programmer autre chose que des imbécilités, un conservatoire de musique remarquable, une compagnie nationale de danse et une maison de la poésie ont ici pignon sur rue. Autre chose pourtant ? Vous êtes insatiables, mais nous avons du répondant. C’est sur notre territoire que se trouve l’échangeur autoroutier qui met les aéroports à une heure 30 et la mer à 40 minutes, la passe marinière qui donne accès à la Seine et la gare qui dessert Rouen, Paris et Le Havre. Excusez du peu ! Et puisqu’il vous faut du plus lourd, je vais vous en donner : qui est le premier pôle industriel de l’Eure, qui recense 10.000 emplois qualifiés et qui aligne les grands noms – Sanofi, EDF, Orange – de notre économie ? Non ce n’est pas Tournedos et Portejoie qui ont d’autres qualités. Pas non plus Louviers qui n’a que ses yeux pour pleurer (je plai-san-te !). C’est ici ! Le contraire ferait beau voir !

Vous me demandez de l’unique, de l’exceptionnel ? Très bien. Une piste de 100 mètres en indoor ? Le stade Jesse Owens de Val-de-Reuil. Le second site de plus visité du département ? Biotropica à Val-deReuil (juste derrière Monet et Giverny). Le plus vieux monument de l’agglomération ? Le menhir de Val-de-Reuil

Où faire de l’athlétisme, du canoé-kayak, du twirling-bâton, du jujitsu dans des conditions optimales ? Dans nos stades, nos gymnases, dojo et piscine comme 75 autres disciples individuelles ou collectives ! Faire ses courses ? Mais, bien sûr, dans une de nos cinq boulangeries, en fréquentant le nouvel Auchan ou par un détour rue Courtine où se trouve la meilleure cave à cigares des 50 kilomètres alentours. Vous me demandez de l’unique, de l’exceptionnel ? Très bien. Une piste de 100 mètres en indoor ? Le stade Jesse Owens de Val-de-Reuil. Le second site de plus visité du département ? Biotropica à Val-deReuil (juste derrière Monet et Giverny). Le plus vieux monument de l’agglomération ? Le menhir de Val-de-Reuil. Et oui, même lui, est en résidence dans la plus jeune commune de France. Il est certain que s’il ne se sentait pas bien, il aurait – de longue date – transporté au Vaudreuil ses pénates.

Et puis, il faut ajouter à cette litanie hétérogène d’autres éléments plus rationnels. La Ville s’est améliorée. Elle a su rassurer, réparer, relancer. La proportion de logements sociaux, qui voisinait naguère les 93% s’oriente vers les 50%. Deux programmes ANRU sont passés. Un troisième va débuter. Les rues sont propres. Des promoteurs sont arrivés. Le marché immobilier a retrouvé chez nous des valeurs orientées à la hausse et une fluidité à la vente qui tranquillise sur le long terme. De nouveaux produits ont été proposés aux acheteurs souvent venus de l’extérieur. Ils ont correspondu à leurs capacités de financement. Des terrains ont été mis en vente. D’autres lotis. Un bon millier de maisons et d’appartements, en quinze ans, ont trouvé acquéreur et les heureux propriétaires ne s’en sont pas mécontents. C’est même l’inverse. Alors, il ne faut pas s’étonner que cet élan se prolonge. Nexity, AMEX, MK, d’autres encore construisent à Val-de-Reuil et donnent l’occasion à de nouveaux habitants de rejoindre la Ville nouvelle. Une étude de notaires, profession philanthropique on le sait, va même poser sa plaque sur les murs de la Ville Nouvelle.

Nous avons la tête dans le guidon ou dans les étoiles et, quoi qu’il en soit, pas toujours le temps de dessiner des courbes, de remplir des tableaux, de sortir des statistiques. Quand l’histoire le fera, on verra la réussite, les efforts, le travail qu’a exigés cette métamorphose. En attendant, il fait bon vivre à Val-de-Reuil.

Marc-Antoine JAMET
Maire de Val-de-Reuil.

L’éditorial

Télécharger le document
[embeddoc url=”https://www.valdereuil.fr/wp-content/uploads/2018/06/VDR_INFOS_8_edito.pdf” width=”100%” download=”all” viewer=”google”]

Partagez :

Val de Reuil_Infos N°8 Juin-Juillet-Août 2018

En une de ce numéro
4 grands chantiers majeurs qui démarrent «L’Anru a donné son feu vert pour leur démarrage, ils changeront la vie de nombreux Rolivalois»

Val de Reuil_Infos N°8 Juin-Juillet-Août 2018
Val de Reuil_Infos N°8 Juin-Juillet-Août 2018

à lire également

* Page 6 Spécial rénovation urbaine : ces quatre grands chantiers qui démarrent
* Page 9 Siloge change de quartier
* Page 10 Le commerce en plein boom
* Page 12 Crée ta boîte… sans embûche
* Page 13 Emploi : un coup de pouce pour les jeunes
* Page 14 Cantines, crèches… payer en ligne, c’est possible
* Page 15 En mémoire de Noëlle Boudart
* Page 16 Que faisiez-vous en mai 68 ?
* Page 21 Cocktail d’activités à savourer cet été
* Page 28 Tous au feu de la Saint-Jean, Repas partage : 10 ans de fête
* Page 31 Fête de la Ville avec Shy’m

Votre magazine

Votre magazine à télécharger
[embeddoc url=”https://www.valdereuil.fr/wp-content/uploads/2018/06/VDR_INFOS_8.pdf” width=”100%” download=”all” viewer=”google”]

Partagez :

La résidence Raphaël sort de terre, route de Louviers

Les promoteurs se pressent aux portes de Val-de-Reuil. Parmi eux, GFI qui vient de lancer la construction d’une résidence de 36 appartements au dessus du lycée. Livraison dans un an.

Val-de-Reuil a atteint en 2017 un record dans le nombre de permis de construire délivrés ! Preuve d’une attractivité croissante, les investisseurs se pressent nombreux aux portes de la Ville. Des logements, privés pour la plupart, fleurissent dans plusieurs quartiers.

Parmi les dernières opérations, la Résidence Raphaël, programme de logements collectifs porté par GFI (filiale de Nexity) manifeste du retour de ce promoteur sur le territoire rolivalois, preuve s’il en est de sa satisfaction. Sa construction ayant débuté depuis quelques jours, cette résidence – située à deux pas du lycée Marc Bloch, au carrefour de la route de Louviers et de la chaussée de Ritterhude – accueillera 36 nouveaux foyers dans un peu moins d’un an.

Un programme rapidement vendu

En trois mois seulement, le promoteur privé a trouvé acquéreur pour chacun de ces appartements. Outre des primo-accédants qui occuperont leur logement, la plupart des propriétaires ont pu bénéficier des dispositions de la loi Pinel, assurant un avantage fiscal dès lors que le bien acheté est loué (sous conditions).

Pour la Ville de Val-de-Reuil, la résidence Raphaël – c’est le nom donné à ce petit programme collectif et qui explique son allure méditerranéenne – présente un atout de taille : elle propose une offre locative privée pour ces petits logements dont manque actuellement la commune et qui répondront aux besoins croissants des jeunes ou des seniors.

Les 24 T1 de 32 m2 et 11 T2 de 43 m2, répartis dans un bâtiment unique, permettront en effet d’élargir l’offre à destination des jeunes. Situé à quelques centaines de mètres des commerces, à proximité directe des transports publics, doté d’un ascenseur et totalement adapté aux personnes à mobilité réduite, ce programme s’inscrit comme une étape essentielle dans le parcours résidentiel des jeunes Rolivalois, avant de franchir le cap de l’accession à la propriété.

Onze mois de travaux et une nouvelle opération

Les travaux devraient durer un an environ
Les travaux devraient durer un an environ

La construction de ce nouveau programme vient tout juste de débuter. Onze mois de travaux étant nécessaires pour mener à bien cette opération, les premiers occupants s’installeront dans la résidence Raphaël au printemps 2019. En attendant, c’est une belle opportunité pour l’emploi local qu’offre ce chantier : plusieurs entreprises du secteur ont en effet été retenues pour réaliser les travaux.

Convaincu du potentiel de Val-de-Reuil, qui bénéficie d’une géographie privilégiée (au bord de l’A13, à moins d’une demie heure de Rouen et à deux pas de la zone économique la plus importante du département), d’une qualité et diversité d’équipements, GFI travaille, avec l’architecte Manuelle Gautrand, présidente de la société française d’architecture, à une nouvelle opération de 57 logements de même typologie, près de la Gare SNCF.

400 logements fin 2018

Notons par ailleurs que 400 maisons et appartements devraient avoir été livrés à Val-de-Reuil à la fin 2018. Pas un quartier ou presque n’échappe à ce mouvement : que ce soit le domaine des Noés, face au collège Pierre Mendès France, la chaussée du Parc à proximité de Léry, des lots à bâtir au Cavé, de coquettes maisons de ville voie Pythagore et voie Bachelière….

Nos derniers articles concernant le logement

Conseil municipal

Conseil Municipal du 30 Septembre 2019

Ordre du jour Télécharger l'ordre du jour du Conseil Retransmission en différé du Conseil Municipal https://www.youtube.com/watch?v=1URBz-ZHq34&live=1 Jusqu’à présent nous utilisions ...
Lire La Suite…
Conseil municipal

Conseil municipal du 1er Juillet 2019

Ordre du jour Télécharger l'ordre du jour du Conseil Retransmission en différé du Conseil Municipal https://www.youtube.com/watch?v=uhfyqb1ICq8&live=1 Jusqu’à présent nous utilisions ...
Lire La Suite…
Conseil municipal

Conseil du 27 Mai 2019

Ordre du jour Télécharger l'ordre du jour du Conseil Retransmission en direct du Conseil Municipal Jusqu’à présent nous utilisions un ...
Lire La Suite…
Vincent Thiry (à gauche) est le futur propriétaire de la boulangerie

Comment peut-on être Rolivalois ?

Souvent on me demande pourquoi tant de gens veulent, désormais, acheter une maison et devenir propriétaires à Val-de-Reuil ? Nous ...
Lire La Suite…
Les jardins de Blanche, une résidence de standing de 22 villas

Val-de-Reuil accueille “les jardins de Blanche”

C'est au cours d'une rencontre avec les acteurs du territoire qu'a été présentée à l'Arsenal la nouvelle résidence de standing ...
Lire La Suite…
Inauguration de l'agence Siloge en présence de nombreuses personnalités

Siloge : une nouvelle agence et une nouvelle résidence !  

Le bailleur social Siloge inaugurait vendredi les locaux de sa nouvelle agence, chaussée de la Voie Blanche, ainsi que le ...
Lire La Suite…
La résidence Raphaël et ses 36 appartements

La résidence Raphaël sort de terre, route de Louviers

Les promoteurs se pressent aux portes de Val-de-Reuil. Parmi eux, GFI qui vient de lancer la construction d'une résidence de ...
Lire La Suite…
Plus de 700 personnes au théâtre de l'Arsenal hier soir

Salle comble pour des voeux mémorables !

Une foule immense assistait hier aux voeux de Marc-Antoine Jamet au théâtre de l’Arsenal. En plus d'être chaleureuse, la cérémonie ...
Lire La Suite…
Le développement de la ville se poursuit

2017 année record pour l’immobilier à Val de Reuil

C’est confirmé, 2017 sera une année record pour l'immobilier à Val-de-Reuil, probablement très en tête pour le département de l'Eure ...
Lire La Suite…

La Ministre du logement dans la dynamique de Val-de-Reuil

La Ministre du Logement et de l’Habitat Durable s’est longuement arrêtée à Val-de-Reuil le 20 janvier. L’occasion pour elle de ...
Lire La Suite…

La Ministre du Logement à Val-de-Reuil ce vendredi

Val-de-Reuil accueillera Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l’Habitat durable, ce vendredi 20 janvier toute la matinée. Plusieurs temps ...
Lire La Suite…

Heureux propriétaires !

Quatre maisons en accession à la propriété viennent tout juste d’être livrées rue des Troubadours. D’autres suivront dans les prochains ...
Lire La Suite…

Ouverture de la nouvelle gare de Val-de-Reuil : le long combat d’une décennie et demi qui s’achève

Le maire de Val-de-Reuil, Marc-Antoine Jamet, entouré d’élus et d'agents de la municipalité, accueillaient ce matin autour d’un café les ...
Lire La Suite…

Vente de terrains à Val-de-Reuil : un million d’euros pour la Ville

Au cours du Conseil municipal du 24 novembre 2015, la Ville de Val-de-Reuil a vendu plus de 100.000 m² de ...
Lire La Suite…

500 partenaires au Voeux de Marc-Antoine Jamet

10 priorités pour Val-de-Reuil, et un tour d'horizon de l'année à venir : l'intervention de Marc-Antoine Jamet devant les partenaires ...
Lire La Suite…
Quartier du Mail (suite) : Présentation cour des Mousquetaires du projet de restructuration par Eure-Habitat

Première étape du PNRU2 : Val-de-Reuil reçoit la Ministre en charge de la Politique de la Ville

Val-de-Reuil a été retenue parmi les 200 sites à « enjeu national » qui vont bénéficier du Nouveau Plan National ...
Lire La Suite…

Jamais deux sans trois : Val-de-Reuil parmi les 200 quartiers prioritaires du nouveau programme national de renouvellement urbain !

Il est des tournants qu'une Ville doit savoir prendre, qu'elle ne peut pas manquer qu'elle n'a pas le droit de ...
Lire La Suite…
Depuis le 1er octobre, Val-de-Reuil est intégré dans le dispositif dit « B2 » de la loi de défiscalisation en faveur de l'immobilier locatif

Immobilier : investir à Val-de-Reuil, à partir du 1er octobre, c’est encore plus facile et plus avantageux

Après que la Municipalité en a défendu le principe auprès de la Ministre du logement, Val-de-Reuil bénéficie depuis le 1er ...
Lire La Suite…
Depuis le 1er octobre, Val-de-Reuil est intégré dans le dispositif dit « B2 » de la loi de défiscalisation en faveur de l'immobilier locatif

A Val-de-Reuil, les primo-accédants à la propriété ne paieront plus que 5,5% de TVA

Depuis le 1er octobre, Val-de-Reuil est intégré dans le dispositif dit « B2 » de la loi de défiscalisation en ...
Lire La Suite…

Projets de rénovation urbaine – 2011

  Dernière revue de projets ANRU à Val-de-Reuil2001-2011 : dix ans de renouvellement urbain et toujours des projets dans la ...
Lire La Suite…
Partagez :

Anymania : connaître le projet, participer, les infos

Comment participer ?

Et si vous aussi vous consacriez une heure, une journée ou une semaine de votre temps libre à participer à ce beau projet à la fois pédagogique, écologique et touristique ? En contrepartie, pour vous remercier de votre investissement, Anymania vous offrira « un pass annuel illimité à la ferme, dès son ouverture, pour 10 participations au chantier ».

N’hésitez pas à contacter Marie-Morgane Trémollières au 06 03 15 98 50 ou ferme@anymania.fr.

Belle mobilisation autour du chantier participatif

Anymania, un incroyable chantier “participatif” !

Grâce au chantier participatif, la ferme découverte Anymania prend forme jour après jour au coeur de Val-de-Reuil. Vous souhaitez participer ...
Lire La Suite…
Chevaux, vaches, chèvres, moutons, cochons… une centaine d’animaux de la ferme s’installeront dans leur nouveau nid douillet – un terrain de 10 hectares situé derrière le théâtre de l’Arsenal – d’ici avril 2019 : bienvenue chez Anymania !

Anymania, une ferme-découverte au coeur de Val-de-Reuil

Val-de-Reuil abritera bientôt, à deux pas du cœur de ville, une ferme découverte hors du commun. Pour sa construction lancée ...
Lire La Suite…
Partagez :

2017 à Val-de-Reuil : la rétrospective

Retrouvez ici la rétrospective des principaux évènements et les principales actualités à Val-de-Reuil en 2017

[display-posts wrapper=”div” id=”12510,12553,12597,12551,12671,12701,12721,12746,12796,12867,12892,12921,12958,12987,13000,13007,13029,13061,13108,13191,13261,13444,13510,13570,13712,12467,13750,13756,13827,13910,13935,13984,14002,14074,14274,15502,15589,15638?15656,15781,15786,16310,16335,16367,16417,16487,16524,16544,17033,17202,17226,17454,17514,17574,17844,17964,18050,18165,18242,18463,18632,18676,18902,28853,28937″ posts_per_page=”-1″ orderby=”date” date_format=”j F, Y” include_excerpt=”true” include_date=”true” image_size=”thumbnail”]

Partagez :

2017 année record pour l’immobilier à Val de Reuil

C’est confirmé, 2017 sera une année record pour l’immobilier à Val-de-Reuil, probablement très en tête pour le département de l’Eure.

Le développement de la ville se poursuit
Le développement de la ville se poursuit

Les permis déposés représentent un total de 59.184m², soit 9.000m² de plus que notre précédent record de 2007.

L’activité économique en pointe
Xcrusher, chez Sopréma, à Val-de-Reuil, sera un bâtiment à "énergie positive" faisant appel à la géothermie, à des ruches, et des technologies de pointe respectueuses de l'environnement
Photo du projet du Cabinet d’architecte Robinson pour X-Crusher

Dans la montée de l’immobilier rolivalois, l’activité représente 35.248m², on note entre autres, le bâtiment Linkcity, la 2ème tranche du data center Orange (voir la présentation du data center) , 5 permis pour Sanofi représentant 2.600m²), l’extension du bâtiment de fabrication de macarons d’Auzou et l’arrivée d’une start-up « x crusher » Soprema si innovante qu’elle devrait faire parler.Et qui sera un bâtiment à “énergie positive” faisant appel à la géothermie et permettant des prises de chargements électriques pour les véhicules des salariés. 4 ruches sont installées et tout est prévu pour rendre leur usine la plus «verte» possible (Projet du Cabinet d’architectes Robinson).

Le logement en flèche

Énorme percée du logement à Val de Reuil avec 19.895m² (record absolu) pour 177 logements (tranche 1/2 d’Altitude, tranche 1 de la Comminière, 13 maisons Amex Courtine, 15 maisons Amex Bachelière, 14 maisons Amex Clos Guillaume et 82 pour 3 permis Amex au nord de la Ville dont une résidence de luxe.

Dans la mesure où le rythme de vente est soutenu à Val-de-Reuil, la tendance devrait se confirmer en 2018 avec 275 logements (tranche 2, 3, 4 de la Comminière, tranche 3 d’Altitude, tranche 2 voie Bachelière dont 3 maisons COMEPOS, tranche 2 et 3 du Parc et, la tranche 2 Mon Veto.

Les commerces et l’artisanat : pas en reste !

La partie commerce avec 3.741m² confirme la pression dans ce domaine et l’attente de l’ilot 14. En témoignent l’extension du centre commercial des Falaises mais également la concession Citroën/Opel DUBREUIL ou la boulangerie des Noës.

Partagez :

La rénovation urbaine à la loupe

2017 : une année à marquer d’une pierre blanche à Val-de-Reuil ! C’est désormais officiel, la plus jeune commune de France bénéficie d’un nouveau programme de renouvellement urbain (NPNRU) d’envergure. L’objectif ? Poursuivre et achever la transformation de la ville. Les chantiers vont donc fleurir aux quatre coins de Val-de-Reuil ces prochaines années. En attendant, les premières études viennent d’être lancées et les Rolivalois invités à s’associer au projet. Petit tour d’horizon.

La future Maison des Projets
La future Maison des Projets

Nouveau coup d’accélérateur dans la transformation de la ville ! Val-de-Reuil a en effet été retenue avec 200 autres quartiers prioritaires à travers la France pour bénéficier d’un nouveau programme de renouvellement urbain (NPNRU), le 3ème depuis 15 ans. Les deux premières opérations (entre 2001 et 2003 et entre 2006 et 2014) avaient permis d’investir plus de 100 millions € dans la métamorphose de la ville ; avec cette troisième opération, les crédits alloués à la poursuite des travaux pourraient franchir la barre des 50 millions €. « Etre éligible au NPNRU nous permettra en effet de bénéficier de financements très importants de différentes institutions de l’Etat mais aussi de nombreux partenaires », indique Caroline Foucart, chef de projet renouvellement urbain à la mairie de Val-de-Reuil (lire p 25). Une véritable bouffée d’oxygène donc pour Val-de-Reuil qui pourra ainsi poursuivre l’œuvre de transformation engagée ces 15 dernières années.
Lire la suite ci-dessous
[embeddoc url=”https://www.valdereuil.fr/wp-content/uploads/2017/10/vdrmag-renovationurbaine004.pdf” width=”100%” download=”all” viewer=”google”]

Partagez :

Cure de jouvence annoncée au Hameau de l’Andelle

La Siloge, propriétaire des 90 logements du Hameau de l’Andelle, prévoit d’importants travaux dans les mois à venir, dans le même esprit que l’écoquartier voisin.

d’importants travaux dans les mois à venir, dans le même esprit que l’écoquartier voisin
d’importants travaux dans les mois à venir, dans le même esprit que l’écoquartier voisin

Les habitants ont leur mot à dire ! C’est dans cette perspective que les responsables de la Siloge accompagnés de Marc-Antoine Jamet, quelques élus et agents municipaux mais aussi l’architecte Philippe Madec qui a conçu l’écoquartier, avaient donné rendez-vous aux locataires du Hameau de l’Andelle samedi, 9 septembre

Logements individuels des années 80

Le bailleur, qui prévoit d’importants travaux autour de ce programme, souhaitait en effet connaître le ressenti de ceux qui vivent au quotidien dans ces 90 logements individuels des années 80 situés aux abords de la route de Léry et à deux pas de l’écoquartier.

les responsables de la Siloge accompagnés de Marc-Antoine Jamet, quelques élus et agents municipaux mais aussi l’architecte Philippe Madec qui a conçu l’écoquartier, avaient donné rendez-vous aux locataires du Hameau de l’Andelle samedi, 9 septembre
les responsables de la Siloge accompagnés de Marc-Antoine Jamet, quelques élus et agents municipaux mais aussi l’architecte Philippe Madec qui a conçu l’écoquartier, avaient donné rendez-vous aux locataires du Hameau de l’Andelle samedi, 9 septembre

« A partir de ce que vous nous ferez remonter, nous travaillerons sur un projet », indiquait d’emblée Peggy Abert, directrice générale adjointe de la Siloge.

Les deux hémisphères d’un quartier

Pour le maire, l’ambition du bailleur est particulièrement louable. « Vous habitez à deux pas de l’écoquartier : l’idée est donc de ne faire qu’un seul et unique quartier à l’Est de la ville. La rue du Lièvre devra devenir un trait d’union entre les deux hémisphères d’un même quartier ». Pendant une heure et demi ce matin-là, toute la troupe a ainsi déambulé dans les rues du quartier, signalant les difficultés, les points à améliorer, faisant des propositions…

Pendant une heure et demi ce matin-là, toute la troupe a ainsi déambulé dans les rues du quartier, signalant les difficultés, les points à améliorer, faisant des propositions
Pendant une heure et demi ce matin-là, toute la troupe a ainsi déambulé dans les rues du quartier, signalant les difficultés, les points à améliorer, faisant des propositions

Réunion publique le 6 octobre

Alors que des travaux d’amélioration des logements sont en cours (fenêtres, portes d’entrée, volets remplacés), « nous souhaitons repenser les espaces extérieurs du hameau de l’Andelle, revoir les espaces piétons, la place de la voiture… en cohérence avec l’écoquartier », insistait Peggy Abert, ravie de l’enthousiasme des habitants à participer à ce diagnostic en marchant.

Rendez-vous désormais le vendredi 6 octobre à 17h30 au CCAS de Val-de-Reuil pour présenter les ébauches de solutions proposées. Tous les habitants de ce quartier sont invités à participer à cette rencontre.

 

 

Partagez :

Les Gens du Voyage

Depuis le début du printemps, les passages de caravanes se multiplient à Val-de-Reuil. Les campements sauvages y sont de plus en plus nombreux, fréquents, importants. Souvent à des emplacements qui ne sont pas faits pour cela

[embeddoc url=”https://www.valdereuil.fr/wp-content/uploads/2017/09/VDR-INFOS-3_edito.pdf” width=”100%” download=”all” viewer=”google”]

Partagez :

Belle année, beau journal, beaux projets

Les débuts d’année sont propices aux bonnes nouvelles et aux effusions. N’y renonçons pas ! Alors, même si les sujets de préoccupation sont légion, il faut marquer ce mois de janvier de quelques pierres blanches

[embeddoc url=”https://www.valdereuil.fr/wp-content/uploads/2017/09/VDR-INFOS-1_edito.pdf” width=”100%” download=”all” viewer=”google”]

Partagez :

Rénovation urbaine : c’est parti !

C’est officiel : le nouveau programme de rénovation urbaine de Val-de-Reuil est en marche ! A la clé, 50 millions € pour poursuivre la transformation de la ville.

Nouveau programme de rénovation urbaine : c'est parti !
Nouveau programme de rénovation urbaine : c’est parti !

Val-de-Reuil est prête à poursuivre sa transformation en profondeur ! La plus jeune commune de France a en effet été retenue, avec 199 autres quartiers dans toute la France, pour bénéficier du nouveau programme de renouvellement urbain (NPRU), d’intérêt national.

Elle est la seule ville du département, avec le quartier de Nétreville à Évreux, à bénéficier de ce statut qu’elle a su obtenir grâce à une extraordinaire persévérance, un travail de terrain acharné et sur la base de la réussite toujours citée en exemple des deux opérations précédentes pour convaincre les instances nationales du renouvellement urbain.

50 millions d’euros

Grâce à ce NPRU, c’est une enveloppe d’environ 50 millions € que l’Agence Nationale du Renouvellement Urbain a prévu d’allouer à Val-de-Reuil pour poursuivre sa dynamique de rénovation urbaine.

Cette enveloppe permettra de continuer à améliorer plus encore les conditions et le cadre de vie des habitants, à accroître la mixité sociale et architecturale de la ville, de renforcer son attractivité et d’accompagner l’arrivée des nombreux nouveaux habitants.

Les principaux chantiers du NPRU

La patience des Rolivalois est aujourd’hui récompensée : hier, lundi 20 mars, a été signé le protocole de préfiguration de ce nouveau programme de renouvellement urbain. Celui-ci marque bel et bien son lancement, à la grande joie de Marc-Antoine Jamet : “nous nous battons depuis 15 ans pour transformer la ville et la vie de ses habitants. Peu de communes ont été rendues éligibles aux trois programmes ORU, ANRU et NPRU2. Je remercie l’ANRU de nous avoir accompagnés et compris. J’adresse notre reconnaissance à tous les partenaires locaux et nationaux pour leur aide dans cette belle aventure. C’est aujourd’hui la récompense des efforts d’une population unie, d’une équipe compétente et motivée et peut-être aussi de l’énergie, du travail et du temps passé pour obtenir cette qualification”. 

Les projets dans les tuyaux

Ce nouveau programme verra la mise en œuvre de projets très attendus comme la rénovation du gymnase Léo Lagrange, la reconstruction de l’école des Cerfs-Volants, la rénovation des quartiers du Mail et du Parc, la construction d’une passerelle pour relier le Germe de ville et la gare, la réhabilitation de la copropriété de la Garancière. Il intégrera également les « délaissés » des précédentes opérations (rues Payse, Bonvoision, des Compagnons et Traversière).

De nouveaux projets
De nouveaux projets

Il viendra appuyer deux autres axes du programme de travail de la municipalité : la dynamisation du commerce (galerie Vivaldi, rue Grande, Ilot 14) et la construction d’un millier de logements neufs privés.

De nombreux partenaires

Ce protocole, signé le lundi 20 mars par la Ville de Val-de-Reuil, avec l’Etat mais aussi l’Agence Nationale de Renouvellement Urbain, avec le concours de l’Agglomération, du Département et de la Région ainsi que des différents partenaires concernés (Immobilière Basse-Seine, Eure-Habitat, Siloge, Foyer Stéphanais, Logement Familial de l’Eure, Caisse des Dépôts et Consignations, Agence nationale d’amélioration de l’habitat) recense les études à mener, dans les 18 prochains mois, pour déterminer les modalités concrètes de mise en œuvre des opérations à réaliser.

“Nous entrons dans une phase de vraie préfiguration qui va déboucher sur le passage à l’acte, indique le Préfet de l’Eure, Thierry Coudert, quelques minutes avant la signature officielle. La vie de Val-de-Reuil dans son centre sera profondément modifiée… Nous ferons en sorte de reconfigurer les choses pour rendre les choses plus agréables pour les habitants”. 

Co-construction avec les habitants

Pendant toute la durée de ces études, les habitants seront très largement associés à l’élaboration de ce nouveau programme de renouvellement urbain, que ce soit par l’intermédiaire d’un conseil citoyen particulièrement actif qui fêtera bientôt son premier anniversaire ou à la Maison du Projet, ce lieu d’information aménagé en centre-ville de Val-de-Reuil (un local situé en rez de dalle, accessible au public) qui ouvrira ses portes à la rentrée 2017 ; ou bien encore par l’intermédiaire de réunions de concertation organisées au fil de cette phase d’études.

Les habitants vivent leur ville au quotidien. Ils doivent avoir leur mot à dire sur ses transformations, sur son évolution !

Première pierre symbolique

Au-delà de l’aspect officiel et institutionnel, cette signature ouvre donc incontestablement une nouvelle page pour Val-de-Reuil, pour les Rolivalois : il s’agit en quelque sorte de la pose symbolique de la première pierre du nouveau programme de renouvellement urbain, celui qui va achever la transformation de la ville dans les toutes prochaines années.
Lire notre page concernant le renouvellement urbain

Partagez :

Pourquoi Val-de-Reuil a décroché le label Villes Internet ?

Le verdict est tombé hier en fin d’après-midi : Val de Reuil détient désormais le Label Ville Internet 4 @@@@. Voici un panorama d’actions qui ont permis à notre ville de se hisser en tête des Villes Internet.

Val de Reuil décroche 4@
Val de Reuil décroche 4@

Très fortement engagée dans le développement du numérique et de l’internet pour ses habitants, la Ville de Val-de-Reuil vient d’être récompensée pour son dynamisme lors de la remise des labels nationaux « Territoires, Villes et Villages Internet 2017 ».

Le jury composé d’experts (universitaires, professionnels des médias, représentants des ministères et des entreprises publics, associations du monde d’internet, acteurs économiques) a décerné à la plus jeune commune de France le label « Ville Internet 4 @ » au cours d’une cérémonie organisée le 1er février à Lille sous la houlette du secrétaire d’Etat à la réforme de l’Etat, Jean-Vincent Placé.

Val-de-Reuil a par ailleurs obtenu deux mentions spéciales : « numérique éducatif » et « coopération internationale » pour ses actions tournées vers ses écoles et ses villes jumelles. Elle devient désormais « ville référence » en France en matière de numérique.

Val de Reuil passe de 2 à 4 @

Cette récompense – la plus haute à laquelle Val-de-Reuil pouvait prétendre –  vient couronner la qualité et la diversité des initiatives déployées pour offrir aux Rolivalois un service public numérique exemplaire. Cet engagement avait déjà valu à la Ville de décrocher 2 @ en 2015 et en 2016 (le label compte cinq niveaux : pour atteindre le 5e, il faut obligatoirement avoir auparavant décroché le 4eme).

Autant dire que ce prix a fait la fierté de Marc-Antoine Jamet et de son équipe – au premier rang desquels Ousmane N’Diaye, adjoint au maire en charge de la transition numérique et cheville ouvrière de ce dispositif – qui ont fait des nouvelles technologies de l’information et de la communication un axe fort de l’action municipale.

Efforts acharnés des services

Val-de-Reuil, ville moderne, ville du progrès technique, ville du lien social, c’est tout cela que vient récompenser ce label particulièrement prisé par les collectivités aux quatre coins de la France (1200 collectivités sont aujourd’hui labellisées).

A Val-de-Reuil, ce label est vu, avant tout, comme la récompense des efforts acharnés et continus des services municipaux dans cette direction. D’année en année, la ville déploie, en effet, un arsenal de plus en plus riche et diversifié d’actions tournées vers le numérique, au service du citoyen : pour recevoir ces @, plus de 80 actions ont été évaluées, toutes répondant à l’une des quatre thématiques imposées par le Label : démocratie et services publics, vivre ensemble, partage des connaissances et créations de richesses…

Pour les enfants comme les seniors

Le jury aura sans aucun doute été sensible à un certain nombre d’entre elles : l’organisation de la journée-événement « numérique pour tous » en octobre dernier, la mise en place d’une borne méli-mélo (juke-box nouvelle génération) pour les seniors de l’Espages, le soutien au FabLab, le partenariat avec la Mission locale et Pôle emploi pour l‘aide aux  CV / CV vidéos, les démarches administratives en ligne (état-civil, périscolaire), la diffusion en direct du conseil municipal, la télévision HD (totalement prise en charge par la Ville sans que les Rolivalois aient eu à investir dans un décodeur)…

La borne numérique installée à l'ESPAGES
La borne numérique installée à l’ESPAGES

Un ordinateur pour chaque collégien

Le numérique à Val-de-Reuil, c’est aussi « Hebdo Net », des échanges en visio-conférences entre les écoliers rolivalois et leurs camarades allemands, l’opération « un ordinateur pour chaque collégien » qui permet chaque année à des élèves du secondaire (sélectionnés par les Principaux des collèges) de recevoir un ordinateur… Le 17 mars prochain, 12 d’entre eux recevront ainsi leur matériel lors d’une cérémonie officielle.

C’est enfin plusieurs classes élémentaires équipées d’IPads offrant une pédagogie nouvelle, le label « collège numérique » décerné au collège Pierre Mendès France, l’expérimentation à l’Ecole des Dominos d’« English for Schools » (tutorat par logiciel produit par le Centre National d’Education à Distance pour aider les écoliers à apprendre les premiers rudiments de l’anglais) et une connexion à Très haut débit (100 mégabits) pour toutes les écoles primaires, les 3 collèges et le lycée…

La fibre optique bientôt pour les particuliers

Au final, l’internet fait bel et bien partie du quotidien des Rolivalois de toutes générations, grâce à une politique municipale ambitieuse de démocratisation de l’outil numérique, une politique désormais reconnue et saluée à l’échelle nationale. Il ne reste plus qu’à commuter 7000 logements à la fibre qui court sous les trottoirs. L’Eure Numérique avait annoncé ces travaux pour 2017 sous l’ancienne majorité départementale.

en pratique

Une cyberbase est à votre disposition à Val de Reuil
Des activités autour des possibilités d’internet sont ouvertes à la Médiathèque
Consulter ici pour en savoir + sur Val de Reuil et le label Internet

Partagez :

La Ministre du logement dans la dynamique de Val-de-Reuil

La Ministre du Logement et de l’Habitat Durable s’est longuement arrêtée à Val-de-Reuil le 20 janvier. L’occasion pour elle de  sillonner la ville à la découverte des grands chantiers et projets mais aussi d’inaugurer l’écoquartier.

Sous le soleil de Val-de-Reuil
Sous le soleil de Val-de-Reuil

Jamais encore Emmanuelle Cosse n’avait foulé le sol rolivalois. C’est finalement une visite de plusieurs heures que la Ministre du logement et de l’Habitat Durable avait programmée dans la plus jeune commune de France le vendredi 20 janvier.

Et qu’importe le froid glacial de cette matinée d’hiver, elle s’est volontiers prêtée à une longue déambulation à travers la ville ; à commencer par un passage dans le quartier du Mail qui sera totalement reconfiguré dans le cadre de la prochaine opération de renouvellement urbain pour laquelle la ville a été retenue. «Il faut casser ici le sentiment d’enfermement”», indiquait Marc-Antoine Jamet.

15 ans de rénovation urbaine

Direction ensuite le gymnase Léo Lagrange dont la rénovation est également prévue dans le futur PNRU. Ici, Emmanuelle Cosse a pu découvrir un vaste panorama des réalisations menées au cours des 15 ans de rénovation urbaine. « Nous sommes parvenus à changer l’image globale de la ville ; à améliorer le cadre de vie », insistait le maire heureux de pouvoir bientôt achever cette transformation…

Une transformation dont Marc-Antoine Jamet rêve également pour la co-propriété La Garancière : une de ses grandes priorités ! Depuis de longues années, la ville et ses partenaires se mobilisent en effet pour trouver les financements nécessaires à la réhabilitation de ce bâtiment de 68 logements, construit dans les années 70 autour du Jardin de la Grosse Borne et très fortement dégradé.

Faute de moyens financiers, la plupart des propriétaires sont dans l’incapacité d’assurer le financement du ravalement de la façade, des travaux de chauffage et d’isolation…

Des solutions pour la Garancière

Interpellée sur le sujet alors qu’elle se rendait sur le site de la Garancière, la Ministre a pris le problème à bras le corps. « Je demande au Préfet de réunir rapidement tous les partenaires, collectivités et propriétaires pour accélérer le dispositif », a-t-elle assuré aux propriétaires présents ce matin-là avant de s’engager à prendre personnellement attache auprès de l’ANAH (agence nationale pour l’amélioration de l’habitat) pour qu’elle s’investisse dans ce dossier.

Une bonne nouvelle donc pour la Ville très impliquée pour trouver une solution rapide à ce problème mais aussi pour les habitants qui pourraient bientôt voir le bout du tunnel. « Ses propos nous rassurent. On espère maintenant que les choses vont aller vite », confie Mohamed Boukhssaye, un des membres du conseil syndical de la Garancière.

Un message que la Ministre a clairement fait sien: « Il faut agir vite », a –t-elle conclu ! (lire tout le détail sur la Garancière sur www.valdereuil.fr dès lundi).

1000 nouveaux logements

Agir vite, c’est justement le credo des investisseurs privés de plus en plus présents sur Val de Reuil où 1000 nouveaux logements devraient très prochainement fleurir. C’est à  l’Hôtel d’entreprises des 4 soleils, qu’ont ainsi été présentés à Emmanuelle Cosse les nombreux programmes immobiliers privés prévus. Amex, Altitudes, Nexity… sont mobilisés autour de ces chantiers tous azimuts « qui permettront de favoriser plus encore la mixité et inciter les salariés des parcs d’activités à s’installer à Val-de-Reuil », précisait le maire.

C’est finalement à l’écoquartier des Noés, inauguré en fin de matinée, que la Ministre a salué l’action municipale : « Je suis convaincue que le dynamisme de la ville et l’envie de faire avancer les projets explique pourquoi d’aussi grands architectes sont venus ici ». Philippe Madec, qui a dessiné l’écoquartier des Noés, fait partie de ceux-là.

Ecoquartier des Noés: «Un site extraordinaire»

Une chose est sûre: la ministre a véritablement été séduite par l’écoquartier : « Il fait partie des rares écoquartiers labellisés en France. C’est un site paysager extraordinaire ». Après avoir visité l’un de ses logements et rencontré ses occupants, Emmanuelle Cosse n’a pas manqué de saluer la qualité des usages de ces espaces, l’architecture comme la dimension écologique des logements, le développement de l’horticulture bio…

Pas étonnant donc qu’il soit la fierté de Marc-Antoine Jamet et de son équipe. « Nous sommes fiers notamment de sa mixité : les gens qui vivent ici viennent de Val-de-Reuil ou d’ailleurs, sont en accession à la propriété ou en location ; sont mélangés à la crèche et au parc écologique… ». Fiers aussi de la reconnaissance de tous les partenaires qui ont contribué au financement de ce programme d’exception.

Autant dire que cet écoquartier restera longtemps dans les mémoires. « C’est le premier quartier écologique du département et le premier écoquartier labellisé dans la région », indiquait Pierre Bibet, président de la Siloge. Un quartier tellement hors du commun que 8 ans auront été nécessaires pour venir à bout du projet.

Les photos

Partagez :

La Ministre du Logement à Val-de-Reuil ce vendredi

Val-de-Reuil accueillera Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l’Habitat durable, ce vendredi 20 janvier toute la matinée.

Val de Reuil va accueillir Emmanuelle Cosse
Val de Reuil va accueillir Emmanuelle Cosse

Plusieurs temps forts marqueront cette visite.

Cette visite ministérielle dans la plus jeune commune de France, est une manière de saluer la forte dynamique urbaine de la ville qui, après avoir construit 1000 logements et en avoir rénové 3000 autres au cours des dix dernières années, s’apprête à en construire 1000 de plus.

Déambulation dans le quartier du Mail
Aux alentours de 9h30, accompagnée de Marc-Antoine Jamet, la Ministre quittera la mairie où elle aura été accueillie par le Conseil Municipal pour rejoindre le gymnase Léo Lagrange, équipement sportif dont la réhabilitation est prévue et qui situé à la jonction du quartier du Mail et de celui du Parc au cœur de l’opération de PNRU2, plan national de renouvellement urbain (PNRU) 2e génération dotée de 50 millions d’Euros pour laquelle la ville de Val-de-Reuil a été retenue avec deux cents autres candidats dans la France entière. Le bilan des deux premières opérations de renouvellement urbain dont, à hauteur de 35 millions d’euros d’abord, puis de 100 millions d’euros ensuite, a bénéficié Val-de-Reuil depuis le début des années 2000 sera présenté à la Ministre.

Les conséquences favorables de cette opération sur les conditions et le cadre de vie des habitants, sur la mixité sociale et architecturale de la Commune seront évidemment mises en avant, comme les investissements associés qui ont permis l’amélioration de la sécurité et de la propreté, la création d’espaces publics de qualité, la réhabilitation et la modernisation environnementale du Parc Social, le développement de nouveaux quartiers en entrée et en sortie de Ville.… Les principaux projets de la maquette PNRU2 lui seront également présentés, ainsi qu’un point sur l’avancement du projet.

1000 logements à venir
Alors que le potentiel économique de Val-de-Reuil, à bien des titres poumon industriel de l’Agglomération, est largement reconnu, les salariés des entreprises concernées habitent encore peu la Ville. La Ministre viendra donc soutenir les différents projets immobiliers (Nexity, Amex, Altitude Logements, Siloge), souvent des programmes privés et en accession à la propriété, qui verront le jour d’ici 2020 (déjà lancés pour certains).

Parmi ceux-ci, plusieurs opérations véritablement innovantes seront présentées, en avant-première, à la Ministre devant l’Hôtel d’entreprises des Quatre Soleils. Il s’agit de convaincre les jeunes ménages, les salariés, représentants les classes moyennes de s’installer à Val-de-Reuil.

Cette dynamique, outre qu’elle favorisera la mixité sociale et l’accroissement démographique d’une Ville qui espère atteindre les 20000 habitants en 2020/2025, réduira davantage encore la part de logements sociaux à Val-de-Reuil sans en chasser un seul locataire. Portée à un maximum de 93% en 2000, l’objectif est de la faire passer de 63 % aujourd’hui à 50 % ou mains.

La Garancière au coeur de la visite
La copropriété de La Garancière, sur le Germe de Ville, sera également un moment important. Depuis de longues années, la ville et ses partenaires, singulièrement IBS, se mobilisent pour trouver les financements nécessaires à la réhabilitation de ce bâtiment de 68 logements, construit dans les années 70 autour du Jardin de la Grosse Borne et très fortement dégradé. Faute de capacité de financement de ses propriétaires privés, un plan de sauvegarde – établi en 2008 sans avoir pu aboutir – vient d’être relancé.

Le Maire de Val-de-Reuil, Marc-Antoine Jamet, appelle tous les partenaires à se regrouper, avec l’aide de l’Etat, pour sortir de cet impasse. Réunis autour de la ministre ce vendredi, ces différents acteurs (que sont la Ville, l’Agglomération Seine-Eure, l’Immobilière Basse Seine et le syndicat de copropriété) présenteront les solutions envisagées.

Inauguration de l’écoquartier
L’inauguration de l’écoquartier des Noés se fera peu après 11h. Ce programme a déjà attiré l’attention de la Ministre puisqu’en décembre, elle avait personnellement remis à la municipalité, qui venait de remporter dans la semaine précédente deux autres prix nationaux d’urbanisme, le label « écoquartier » qu’elle a attribué aux Noés.

Premier écoquartier labellisé dans l’ensemble de la grande Normandie, celui-ci abrite 98 logements bioclimatiques chauffés par une chaudière collective au bois, une crèche municipale de 30 berceaux, des parcelles de culture bio… autour d’un immense parc écologique en bordure de la rivière Eure. Ce programme, dont la dernière tranche a été livrée fin novembre, a été conçu par l’architecte Philippe Madec, construit par la société Quille pour le compte de la Siloge, sous l’impulsion de la ville de Val-de-Reuil. C’est donc un véritable projet d’équipe au cœur de la dynamique du développement durable.

L’écoquartier des Noés a également la particularité de remettre l’agriculture au cœur de la ville : l’association Ysos y cultive en effet quatre parcelles de fruits et légumes bio, dans le cadre de chantiers d’insertion. Emmanuelle Cosse pourra ainsi découvrir dans la Cité contemporaine plusieurs des aspects fondamentaux d’une politique de développement social et économique qu’elle défend avec force et conviction au sein du Gouvernement.

Partagez :

“Ici, le changement, c’est tout le temps”

C’est un message mêlé d’humour, de détermination et d’espoir que Marc-Antoine Jamet a transmis à ses 700 invités lors de sa cérémonie des vœux aux partenaires ce jeudi.

Une salle comble pour les voeux de Marc-Antoine Jamet
Une salle comble pour les voeux de Marc-Antoine Jamet

Le théâtre de l’Arsenal n’était pas assez grand pour accueillir la foule d’habitants, de partenaires, d’entreprises, d’élus, d’amis… venus assister à la cérémonie des vœux du maire et du conseil municipal ce jeudi 12 janvier. 700 personnes au total avaient fait le déplacement pour célébrer cette nouvelle année !

Un discours à la Fidel Castro !

Des projets, une vision d'avenir, mais aussi de l'humour
Des projets, une vision d’avenir, mais aussi de l’humour

D’emblée, l’humour et l’autodérision était de mise sur la scène de l’Arsenal… Marc-Antoine Jamet donnant le ton quant à la durée de son intervention : « Allons-y donc pour un discours traditionnellement à la Fidel Castro » ! Un discours d’une heure donc qu’il aurait été impossible de débuter sans l’incontournable échange de vœux : « J’espère pour vous de la joie, de la réussite et de la santé ; j’aimerais pour notre pays une année avec plus de couleurs et de moins de douleurs qu’en 2016 ».

Un moment propice également pour Marc-Antoine Jamet pour saluer l’action et l’investissement sans faille de son équipe : « C’est une preuve d’amour pour les Rolivalois. Val-de-Reuil nous a pris beaucoup d’années de vie mais Val-de-Reuil a donné beaucoup de vie à nos années ». Sans oublier bien-sûr ce coup de chapeau aux 400 agents municipaux qualifié d’« admirables »

Des chantiers, des projets, toujours pour Val-de-Reuil
Des chantiers, des projets, toujours pour Val-de-Reuil

Défis et chantiers en nombre

15 ans après sa première élection, l’équipe municipale menée par Marc-Antoine Jamet en est consciente : de nombreux défis et chantiers restent encore à mener. A commencer par cette nouvelle opération de renouvellement urbain (PNRU2) pour laquelle Val-de-Reuil a été retenue. Opération se traduira par la rénovation du gymnase Léo Lagrange, par les réhabilitations des quartiers du Mail et du Parc, par le chantier de l’école des Cerfs Volants…

Et la qualité architecturale, environnementale
Et la qualité architecturale, environnementale

Au chapitre des chantiers, il faut bien-sûr l’arrivée de l’Ilot 14, ce centre-ville que Val-de-Reuil attend depuis si longtemps, avec ses commerces et ses logements. Mais aussi la construction de 1000 logements, privés et en accession à la propriété pour la plupart . « Notre objectif est d’attirer les classes moyennes, les salariés des parcs d’activités… En somme, parvenir à une vraie mixité sociale sans chasser personne. Nous sommes sur le bon chemin pour atteindre les 20 000 habitants ».

Faire mieux avec moins

L’école, le sport, la sécurité, l’environnement, la culture… un à un, le maire a égréné ce soir-là tous les domaines sur lesquels la ville se mobilise et se mobilisera encore ces prochaines années. « Pendant ce 3e mandat, il faudra faire mieux encore que ce qu’on a fait jusque là ».… Dans un contexte toutefois difficile, n’a pas caché le maire qui craint, en raison du contexte politique et des résultats des futures échéances électorales, une période plus difficile financièrement pour la ville. « Nous aurons moins d’amis ».

Un public attentif
Un public attentif

Difficile aussi le combat en cours pour sauver le collège Pierre Mendès France dont la fermeture décidée par le Président du conseil départemental est “une ineptie”  pour le maire bien décidé à faire entendre raison à Sébastien Lecornu.

Au final, chacun a quitté Val-de-Reuil ce soir là en connaissant précisément la feuille de route municipale pour les prochains mois, les prochaines années. Une chose est sûre:  de nombreuses pages restent encore ici à écrire !

La vidéo des voeux 2017

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

Partagez :

Un prestigieux prix d’urbanisme pour Val-de-Reuil !

Quinze années pour transformer Val-de-Reuil en profondeur, pour faire de La Ville Nouvelle une ville où il fait bon vivre, pour la rendre attractive : c’est sans aucun doute ce qui a séduit le jury des trophées Logement et Territoires. Mercredi, Val-de-Reuil s’est en effet vue décerner ce prix prestigieux; le 3e en trois mois.

Trophée logement et territoires 2016
Trophée logement et territoires 2016

Communiqué de Marc-Antoine Jamet, Maire de Val-de-Reuil, Président de la commission des finances de la Région Normandie

Lauréate des 7èmes Trophées « Logements et Territoires », Val-de-Reuil remporte un 3eme prix d’urbanisme en trois mois

Nul n’étant prophète en son pays, la réussite urbaine de Val-de-Reuil n’a pas toujours été mise en valeur ou reconnue dans son immédiate proximité. Pourtant la plus jeune commune de France vient, en moins d’un mois, de remporter trois prix particulièrement significatifs dans le monde de l’urbanisme.

En octobre dernier, elle obtenait le « trophée du cadre de vie » désignée par le jury très professionnel de l’association Fimbacte, revue de référence dans le domaine de l’innovation immobilière. Dans deux semaines, elle recevra le label « écoquartier » des mains d’Emmanuelle Cosse, Ministre du logement, pour la réalisation des 90 logements que l’architecte Philippe Madec et la SILOGE ont construits aux Noés.

Mais, mercredi 23 novembre, la Ville nouvelle, en devenant lauréate des 7èmes trophées « Logements et Territoires » a remporté un défi que très peu, dans sa catégorie, ont été capables de relever.

D’abord, parce que cette récompense de haut niveau est attribuée chaque année sous l’égide d’Immoweek, première publication spécialisée du monde de l’immobilier et que, par son retentissement, elle touche l’ensemble des promoteurs, des financeurs, des constructeurs et des acteurs de la filière. Elle est donc particulièrement disputée.

Ensuite parce que la présélection des dossiers avait été effectuée pour cette édition avec une rigueur particulière par un jury composé de Philippe Pelletier, « Monsieur bâtiment/développement durable » du Grenelle de l’environnement, l’architecte bien connu Jean-Michel Wilmotte, Corinne Bertone de l’ANRU, ainsi que les représentants du Groupe 3F premier bailleur social de France, du promoteur Emerige, de la fédération des ESH et de BNP Paribas Immobilier. Tous, avaient fait de la modernité, de la qualité, de la beauté des projets les premiers critères de leur choix.

Enfin, parce que la compétition s’annonçait particulièrement rude face à des candidats plus influents, plus puissants, plus connus, qu’il s’agisse de métropoles régionales comme Saint-Etienne ou Rennes, ou d’une immense agglomération comme Plaine Commune, parmi les nominés de la catégorie destinée à promouvoir l’action des collectivités locales les plus actives et les plus innovante de l’hexagone.

Après Lyon en 2015, c’est donc Val-de-Reuil que les professionnels de l’immobilier français ont choisi de consacrer saluant le travail mené depuis 15 ans par la municipalité, ses élus et ses agents, pour transformer la commune et améliorer son cadre de vie au bénéfice de ses habitants, mais surtout pour réhabiliter 3500 logements, en construire plus de 1000. Et en projeter mille autres. Dans ses remerciements, Marc-Antoine JAMET a estimé que ce prix était à la fois un encouragement pour son équipe et une reconnaissance du travail acharné qu’elle a accompli collectivement pour « réparer, rassurer, relancer » la Ville Nouvelle.

La vidéo

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

Partagez :

Ouverture de la nouvelle gare de Val-de-Reuil : le long combat d’une décennie et demi qui s’achève

Le maire de Val-de-Reuil, Marc-Antoine Jamet, entouré d’élus et d’agents de la municipalité, accueillaient ce matin autour d’un café les usagers quotidiens des TER et des Intercités pour l’ouverture de la nouvelle gare SNCF de Val-de-Reuil

 Sécurité, Qualité, Accessibilité pour l’ensemble des usagers

. Un moment convivial pour une ouverture très attendue. Il y a 15 ans, en effet, commençait un combat difficile pour la ville de Val-de-Reuil entre tensions et partenariat : obtenir que la gare SNCF, construite en 1978, gare nationale, soit rénovée ; l’équipement n’a jamais vraiment répondu aux besoins : pas d’ascenseur,  pas de salle d’attente accueillante, des places de parking en nombre insuffisant, une passerelle enjambant les voies qui avait fort mal vieillie. Point de départ et d’arrivée de 500 000 passagers chaque année, elle ne portait même pas en 2001 le nom de sa propre ville.

Ce fut le premier combat du conseil municipal, symbolique : celui du nom : Louis Gallois, alors président de la SNCF, fit procéder au changement de la signalétique des quais et de l’équipement. La gare jusqu’alors hors sol devenait en 2001 la gare de Val-de-Reuil. Toutefois, malgré l’évidence d’un service au public imparfait qui entachait l’image de la SNCF tout autant que celle de la ville et de son agglomération, il fallut que le maire de Val-de-Reuil et son conseil « mouillent la chemise », prennent le taureau par les cornes afin d’obtenir satisfaction.

Le 25 octobre 2005 devant l’assemblée régionale, Mme Anne-Marie Idrac, future présidente de la SNCF, annonce la rénovation de la gare de Val-de-Reuil et en fait l’une des priorités pour la Haute-Normandie. Une étape décisive est franchie. Le constat porté depuis des années par la commune est confirmé.

Cinq années plus tard, après un grand nombre de courriers aux différents responsables, de réunions à St Lazare, d’interventions de toute nature, de conflits parfois, à la demande de la Ville, Guillaume Pépy, nouveau président de la SNCF, vient à Val-de-Reuil et rencontre en 2010  les partenaires du projet de modernisation. Sa visite est fondatrice. Le projet est enfin définitivement sur rails. La première difficulté rencontrée, la multiplicité de partenaires aux intérêts divers qui avait obligé la ville à jouer les chefs d’orchestre, parait enfin surmontée.

– La SNCF au travers de gare et connexions  pour le bâtiment ;
– Réseau Ferré de France pour les quais et les passerelles ;
– la Région, responsable du transport régional, engagée dans son plan « gares » de modernisation et de travaux d’accessibilité en faveur des personnes handicapées ;
-la CASE au côté de la ville pour les aménagements extérieurs et les parkings

En novembre 2011, le projet de modernisation de la gare est validé par le Président de la région Haute-Normandie, Alain Le Vern.  Sa parole est déterminante. Ce projet s’inscrit désormais dans l’aménagement d’un grand ensemble multimodal et accessible pour tous, de dimension régionale.

Nicolas Mayer-Rossignol, son successeur, a poursuivi ce partenariat et a accru la volonté collective de développer de nouvelles modalités de transport. Cette même année, à la demande de la Ville, est actée avec la Région, la gratuité des 460 places de parking et la première pierre posée en novembre 2014.

L’ouverture de la nouvelle gare ce matin est donc le fruit du travail de conviction menée par Val-de-Reuil qui a réussi à mettre, non sans difficultés, tous les partenaires autour d’une même table pour que notre gare, l’une des les 10 gares régionales les plus importantes en terme de fréquentation, premier visage de la Ville puisse enfin lui ressembler en terme de qualité de modernité et de services. La gare de Val-de-Reuil sera donc plus moderne, plus accessible, plus accueillante, répondant aux critères du développement durable. Elle gagne en convivialité et en services, avec ascenseurs (mis en service début mai), escalier couvert, 460 places de parking, toilettes et distributeur de boisson et friandises.

Pour notre territoire, c’est une victoire. Ce projet historique va changer la vie du demi-million d’usagers qui la fréquentent chaque année. Autant d’étudiants, de salariés, de touristes qui profiteront d’un service public de grande qualité, au juste niveau des ambitions fixées à Val-de-Reuil.

Pour l’emploi et la croissance. Elle est le point d’orgue d’un projet plus global voulu par la municipalité, ce nouveau quartier à l’Est de la Ville qui se crée autour de 4 axes majeurs :
accroître l’activité économique : le projet de 4 bâtiments de 1500m² chacun, porté par SPie Batignolles dans le cadre du quartier numérique de la Caisse des Dépôts et Consignations,  proposant une offre immobilière attractive pour les entreprises du numérique ;
construire de nouveaux logements, locatifs ou en accession : la Chênaie, l’éco village des Noës, dont les premiers logements seront livrés courant avril, et Altitude lotissement.
implanter de nouvelles activités ludiques, sportives et culturelles avec le théâtre de L’Arsenal, ouvert en janvier et d’une capacité de 600 places assises, Toukiland et le futur complexe de futsal ;
privilégier la proximité des services publics : juste à côté du Centre Technique Municipal et de la maison du Département, non loin de la mairie et du CCAS rénové.

Partagez :

Voeux aux enseignants 2016 : la communauté éducative rassemblée au CFA

A l’invitation de Marc-Antoine Jamet, maire de Val-de-Reuil, et de la municipalité, la communauté éducative s’est rassemblée jeudi 14 janvier 2016 au CFAIE

Magali Loubière, inspectrice de l'Education nationale, Jean-Marie Lejeune, directeur du CFAIE, Marc-Antoine Jamet, maire et Catherine Duvallet, 1ère adjointe en charge de l'éducation
Magali Loubière, inspectrice de l’Education nationale, Jean-Marie Lejeune, directeur du CFAIE, Marc-Antoine Jamet, maire et Catherine Duvallet, 1ère adjointe en charge de l’éducation

Après les discours de ces premiers voeux, où l’investissement passé et futur de la ville pour la jeunesse a été évoqué, les compétences des enseignants et de leur encadrement souligné et l’engagement des élèves, de leurs professeurs et de toute la ville envers la laïcité et les valeurs de la République rappelé et applaudi, le restaurant du CFAIE a été le théâtre d’un moment convivial avec la dégustation de la galette géante confectionnée par les apprentis pâtissiers confectionnée pour l’occasion.

Le discours des voeux de Marc-Antoine JAMET,
Maire de Val-de-Reuil,
à la communauté éducative,
jeudi 14 janvier 2016 au CFAIE de Val-de-Reuil

Téléchargez le discours des voeux de Marc-Antoine JAMET
[embeddoc url=”https://www.valdereuil.fr/wp-content/uploads/2016/01/VoeuxCteEducative2016.pdf” width=”100%” download=”all” viewer=”google”]

La galerie photos
Partagez :

Plus de 700 personnes à la cérémonie des voeux !

Plus de 700 Rolivalois et partenaires de la Ville ont assisté à la cérémonie des voeux mercredi 20 janvier 2016 au théâtre de l’Arsenal

L'Arsenal était l'écrin de la cérémonie des voeux 2016
L’Arsenal était l’écrin de la cérémonie des voeux 2016
Invitation aux voeux du 20 Janvier 2016

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

Le discours de Marc-Antoine Jamet en vidéo

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

Le discours de Marc-Antoine Jamet à télécharger

Télécharger le document
[embeddoc url=”https://www.valdereuil.fr/wp-content/uploads/2016/01/voeux-aux-partenaires-2016.pdf” width=”100%” download=”all” viewer=”google”]

La galerie photos
Partagez :

Vous êtes sans connexion