Étiquette : Paris 2024

Semaine Olympique et Paralympique : Emilie Gomis à la rencontre des élèves de l’école Pivollet

Que représentent les Jeux Olympiques dans la tête d’un enfant de maternelle ? Et les para-sports pour un collégien ? Pour mobiliser toutes les générations autour des jeux de Paris 2024, la Semaine Olympique et Paralympique est à l’honneur dans la Ville et notamment à l’école Pivollet, dont les élèves ont pu échanger avec l’ancienne basketteuse professionnelle Emilie Gomis.

« Levez-vous et faites comme moi » lance Emilie Gomis, championne d’Europe et vice championne olympique de basket, avant de montrer, via écrans interposés, quelques mouvements simples pour bouger à la maison. L’ancienne joueuse professionnelle a échangé, lundi 1er février par visioconférence, avec les élèves de CM2 de l’école Pivollet. Une première pour les jeunes rolivalois, conscients de la chance qu’ils ont : « Je suis vraiment contente, confie Beritan Tahtali, 10 ans. On a beaucoup de chances de pouvoir lui parler, lui poser nos questions ».

Cirque, hockey et biathlon

Cette intervention s’inscrit dans le cadre de la Semaine Olympique et Paralympique. Le but : faire travailler les jeunes élèves sur les thématiques telles que les valeurs du sport, de l’olympisme, l’égalité et ou encore la santé. « Le matin, l’Union sportive de l’enseignement du premier degré (USEP) proposera des initiations au sport, explique Alexandra Mary, directrice de l’école primaire, tandis que les après-midis seront consacrés à des ateliers artistiques, de culture et de découverte ». Cirque pour les maternelles, Hockey pour les CP et CE1, biathlon du CE2 au CM2 sont au programme de la semaine.

« Vous devez pratiquer une activité sportive tous les jours »

Le thème de la semaine est le bienvenu dans l’école : « Malheureusement, cette année, c’est très compliqué de mettre en place des activités sportives, explique Mme Thévenin, professeure de la classe de CM2. Normalement, nous faisons du sport deux fois par semaine, mais avec les règles sanitaires, nous avons dû baisser le rythme. Cette semaine va leur faire énormément de bien ». « C’est normal de se sentir fatigué après une séance de sport, complète Emilie Gomis. Tu dors mieux si tu fais du sport. Mais il ne faut jamais se comparer aux autres. Il faut juste se donner des challenges pour se sentir mieux ».

Faire bouger les jeunes pour sensibiliser les parents

Clou du spectacle, Emilie Gomis leur révèle sa surprise : sa médaille olympique se trouve dans la salle de classe : « Je suis tellement contente de toucher une médaille olympique, confie Beritan Tahtali. Ça n’arrive pas à tout le monde de rencontrer une basketteuse professionnelle, même en visio ». « Faire bouger les jeunes, c’est aussi sensibiliser les parents » conclut Raisy Bantoo. Cette rolivaloise d’origine, ancienne basketteuse de haut niveau est aujourd’hui la référente pour le projet impact 2024 pour la Ville. « Val-de-Reuil est une ville où le sport à son importance. Il faut faire perdurer cette tradition ».

Actualités du sport à Val-de-Reuil

Les Gazelles s’envolent pour le Népal !

Reportée pour cause de COVID-19, l’association G comme Gazelles partira le 24 octobre pour participer à la course solidaire de ...
Lire La Suite…

Un rêve à portée de main

À seulement 18 ans, Oussama Ajour brille dans le bassin rolivalois. Arrivé en France l'année dernière, ce nageur de talent ...
Lire La Suite…

Les amis polonais de Sztum brillent sur la ligne d’arrivée du Marathon

Arrivés depuis vendredi dernier, 16 habitants de Sztum, la ville jumelée avec Val-de-Reuil, ont participé au marathon Seine-Eure. Entre amitiés ...
Lire La Suite…

Tous sur la ligne d’arrivée du marathon Seine-Eure dimanche !

Le marathon Seine-Eure revient ce dimanche ! Venez encourager les coureurs qui franchiront la ligne d'arrivée rolivaloise ! Zoom sur ...
Lire La Suite…
Val-de-Reuil Infos N°22

Valdereuil_infos n°23 – SEPTEMBRE – OCTOBRE – NOVEMBRE 2021

En une de ce numéro : A l'école de la Réussite ! - Coup de projecteur sur les travaux, les ...
Lire La Suite…

Poursuivre ses rêves !

A 13 ans, Florian Mekue N’Diaye a été sélectionné pour intégrer le pôle espoir de la ligue de Football de ...
Lire La Suite…

Pleine saison : Les horaires de la piscine changent

Envie de vous rafraichir ? La piscine rolivaloise reste ouverte tout au long de l’été avec des horaires adaptés du 7 juillet ...
Lire La Suite…
La vie municipale

Conseil Municipal du 7 Juin 2021

L’organisation de la séance prend en compte le respect des gestes barrières et les recommandations émises par le gouvernement dans ...
Lire La Suite…

Un nouveau directeur sportif pour le club de foot

Vendredi soir, le président du club de foot de Val-de-Reuil (FCVR) a présenté son nouveau directeur sportif, André Auzoux. Rencontre ...
Lire La Suite…

Le sport à Val-de-Reuil

Le sport à Val-de-Reuil

Les sports

Le sport fait partie de l’ADN, de l’identité, des passions de Val-de-Reuil. Il y a grandi à l’ombre de clubs ...
Lire La Suite…
Réserver un accès à la piscine

La piscine

Suite à l'instauration du Pass Sanitaire, les bassins et services de la piscine municipale sont de nouveau accessibles à tous ...
Lire La Suite…
à Val de Reuil des activités sportives pour tous les goûts et à tout âge

Les activités sportives à Val de Reuil

De nombreuses activités sportives sont proposées par le services des sports de Val-de-Reuil ainsi que par plus de 50 associations ...
Lire La Suite…
Sport santé sur ordonnance

Sport Santé sur ordonnance

Depuis le 1er juin 2017, la Ville de Val-de-Reuil, est engagée dans le dispositif « Sport sur Ordonnance ». A ...
Lire La Suite…
Le stade couvert Jesse Owens en configuration de meeting international

Stade couvert Jesse Owens

Jesse Owens reçoit régulièrement des manifestations diverses (meetings sportifs, colloques, conférences, repas et spectacles). Citons pêle-mêle : le Forum des ...
Lire La Suite…
La Rolivaloise 2021

La Rolivaloise

« La Rolivaloise » est de retour, du 20 au 28 Mars, sur 5 ou 10 kilomètres, ou plus si ...
Lire La Suite…

Paris 2024 : Val-de-Reuil dans les starting blocks !

C’est désormais officiel : les jeux olympiques auront lieu à Paris à l’été 2024 ! Val-de-Reuil compte bien saisir sa chance et faire valoir sa situation géographique, ses équipements sportifs et ses possibilités logistiques pour accueillir des équipes étrangères. Dans le même temps, la ville mise déjà sur quelques jeunes espoirs qui pourraient bien nous faire rêver lors de ces JO tricolores.

Meeting indoor Val de Reuil
Meeting indoor Val de Reuil

Les JO 2024 ? On en parle depuis bien longtemps à Val-de-Reuil… Bien avant ce jeudi 13 septembre 2017, jour de leur attribution officielle à la capitale française ! En mars dernier déjà, la Rolivaloise – cette marche / course 100 % féminine – était placée sous le signe de Paris 2024. Ce jour-là, la ville avait accueilli une marraine d’exception, la jeune boxeuse Sarah Ourahmoune, ambassadrice de la candidature de Paris pour ces JO. Le défi avait été brillamment relevé par les 2024 femmes présentes au départ, joignant les doigts pour réaliser le geste par lequel Paris 2024 évoque l’emblématique Tour Eiffel.

Que la plus jeune commune de France se soit très vite intéressée à ces JO relève presque de l’évidence. Si la passion du sport est inscrite dans l’ADN de la ville, Val-de-Reuil a toujours su que ces JO seraient, pour elle, une formidable opportunité. « Non seulement, on est à une heure de Paris mais en plus nous proposons un site verdoyant, sans pollution et des infrastructures à la hauteur de l’événement », explique d’emblée Marc-Antoine Jamet qui faisait lui-même partie de la délégation officielle en déplacement à Lima (Pérou) en septembre pour l’attribution des JO à Paris…

Lire ou télécharger notre dossier complet :
Télécharger notre dossier

[embeddoc url=”https://www.valdereuil.fr/wp-content/uploads/2017/11/vdrmag-JO2024005.pdf” width=”100%” download=”all” viewer=”google”]

Lima/Val-de-Reuil/Paris 2024

Un jour, la foudre m’est tombée sur la tête. Une petite foudre certes. Une foudre pas grave, ni méchante. Mais la foudre quand même. Nous étions à Singapour, c’était le 6 juillet 2005, avec Bertrand Delanoë, Arnaud Lagardère, Jean-François Lamour et quelques autres, prêts à entendre que la Ville de Paris avait été choisie pour accueillir les Olympiades de 2012. Nous avions tous travaillé dur pour cela. Mais c’était certain. On nous l’avait assuré. Nos « espions », Albert de Monaco en tête, étaient formels. C’était pour nous. C’était bon. C’était fait. Et puis ce fut le coup de tonnerre. Juste avant le coup de grâce. Jacques Rogue, l’étrange belge qui présidait le CIO, prononça ces mots que personne n’attendait, que personne ne croyait possible, même les Anglais qui pleuraient, le visage fermé, en attendant le verdict : « and the winner is London!». L’habileté de Tony Blair avait payé. Nous aurions dû remarquer les petits drapeaux anglais qui flottaient aux fenêtres de toutes les maisons de l’ancien fleuron asiatique de l’empire britannique.

Bien sûr, en essuyant les plâtres, nous avions déjà connu des désillusions, en 2001, quand l’organisation de Jeux de 2008, déjà, avait échappé à la Capitale. Jacques Chirac et Lionel Jospin avaient pourtant montré leur union sur le dossier aux anneaux. Mais la victoire était logiquement promise aux Chinois. Juan Antonio Samaranch annonça donc, à Moscou, sans sourciller, malgré la fureur française, que Pékin avait été désigné à une large majorité d’Etats. La vérité oblige à dire que cela ne parut par la suite ni illogique, ni infondé. Y compris à la France.

Marc-Antoine Jamet (portrait)
Marc-Antoine Jamet

Bien sûr, nous connûmes d’autres défaites. Celle de Durban, en Afrique du Sud où je défendais les chances d’Annecy pour les jeux d’hiver derrière Charles Beigbeder, fut presque joyeuse. Nous sommes montés au feu devant le CIO et avons été taillés en pièces. Notre préparation avait été brève. Nos documents étaient succincts, nos films légers. Trop succincts. Trop légers. Le Gouverneur de la ville de Corée (qui allait être choisie), en annonçant – entre deux torrents de larmes – que, s’il perdait, il se passerait par le fil de l’épée, fit le reste. L’équipe de champions français que nous avions rejoints était jeune, anglophone, éclatante. Notre tristesse ne fut pas insondable. Nous étions au milieu des vignobles de l’hémisphère sud. Le soir la dissipa assez rapidement.

Mais nous ne pouvions pas perdre une quatrième fois et, cent ans après les Jeux de Coubertin, après les Jeux de Paris, après les Jeux de 1924, laisser filer ceux de 2024. Je ne suis pas un chat noir. Alors, nous avons préparé Lima comme jamais, comme s’il s’agissait d’une question de vie ou de mort. L’entreprise pour laquelle je travaille a mis les fonds qu’on lui demandait. Nous avons rencontré ceux que nous devions rencontrer, mobilisé nos réseaux internationaux, témoigné de notre mobilisation à chaque audition aux côtés d’Anne Hidalgo et de la ministre des sports Laura Flessel, intégré la délégation officielle au Pérou, là-bas, entre désert et océan pacifique, au pied de la Cordillère des Andes, chez Pizarre et Atahualpa, en territoire espagnol et indien, fourni des éléments de langage, parlé – en allemand s’il vous plaît – à l’escrimeur Thomas Bach, le nouveau patron du Comité Olympique, pour lui dire que c’était au tour de Paris d’accueillir les Jeux et nous avons gagné !

Mais Paris ne les accueillera pas seule. Il faudra aux équipes de nos hôtes des piscines, des stades, des gymnases. Il faudra aux athlètes des hôtels, des restaurants, des terrains. Il faudra un climat, un accueil, une organisation amicale et souriante pour leur permettre de se mettre au vert le temps de se familiariser avec les conditions de compétition sous nos latitudes. Nous disposons de tout cela. Mais nous avons en plus l’habitude, l’efficacité et la volonté. Alors oui, notre Journal municipal le rappelle, Val-de-Reuil est candidate à l’accueil des équipes olympiques de 2024. Tous ensemble, nous allons nous y préparer.

Marc-Antoine JAMET
Maire de Val-de-Reuil.

Vous êtes sans connexion