Étiquette : jumelage

Les amis polonais de Sztum brillent sur la ligne d’arrivée du Marathon

Arrivés depuis vendredi dernier, 16 habitants de Sztum, la ville jumelée avec Val-de-Reuil, ont participé au marathon Seine-Eure. Entre amitiés et prouesses sportives, la délégation va reprendre l’avion avec de beaux souvenirs. Reportage.

Ils avaient le sourire aux lèvres ce week-end. Après deux ans de pandémie, le comité de jumelage rolivalois peut enfin organiser des voyages entre les quatre communes jumelées avec Val-de-Reuil. La semaine dernière, les habitants de Sztum (Pologne) ont eu la chance de revenir dans la commune nouvelle pour participer au marathon Seine-Eure. Une joie pour les coureurs et accompagnateurs fidèles de l’événement. 

“C’est un grand plaisir de revenir pour cette 16ᵉ édition ! “

Dans la brume matinale, le village “arrivée” du marathon est bien calme. C’est à l’autre bout de l’agglomération que 12 coureurs polonais se préparent à partir. Certains sont inscrits pour les 42 bornes, d’autres ont préféré choisir l’EKIDEN. “C’est un grand plaisir de revenir pour cette 16ᵉ édition ! On est là depuis 2007, à l’époque, c’est mon fils qui avait gagné le marathon”, s’exclame Ryzard Mazerski, le président du club d’athlétisme de Sztum tout sourire de revenir à Val-de-Reuil : “Tout le monde nous accueille les bras ouverts ! À chaque fois que l’on vient, il fait beau. Revoir nos amis rolivalois est un pur bonheur !” 

Amitié, soleil et podium

Vers 12 h, Malgorzata drzycimska (Tuwalska) est la première Polonaise à franchir l’arrivée rolivaloise en 3h04 et 23 secondes qui l’amène à la 4ᵉ position. “le circuit est très intéressant, le public est chaleureux et l’atmosphère est agréable !”, souligne l’athlète de 42 ans séduite par les rives de l’Eure. 

Une trentaine de minutes plus tard, Miroslaw Jurewicz arrive en sprint après un léger retard sur l’EKIDEN. Sur sa montre connectée, le temps est clair : le coureur de 65 ans a mis 3 h 46 et 9 secondes. “Je suis arrivé 3ᵉ en 2019, cette année, j’étais en forme, mais j’ai loupé le départ, car j’étais en plein échauffement. C’est ma sixième participation et je suis toujours très admiratif ! Le climat normand et l’amitié entre les deux villes sont les deux choses qui me font revenir à chaque fois”, lance-t-il en repartant en direction de ses acolytes. 

Sous le soleil, les derniers se font attendre pour commencer le repas. Sur le parking de la mairie, la tente du comité se remplit au fur et à mesure. “L’organisation est parfaite ! Je suis stupéfait de voir que même les gens qui ne sont pas intéresss par le sport sont là pour encourager et sont intrigués par les scores”, relève Slawomir Rozenberg qui participe depuis 13 ans au marathon.

À côté de lui, Krysztof Garbowski et Marcin Klonowski savourent leur barquette de frites locales. Les deux Polonais viennent de terminer leur marathon en duo, se classant tous les deux sur la troisième place du podium. “On est très heureux d’être ici, les liens créés avec le comité et les habitants sont fort. À chaque fois que je pose mes congés de travail, je pense tout de suite à la France !”, se réjouit Krysztof la médaille autour du cou. Marcin quant à lui est étonné de voir les nouvelles infrastructures de la Ville : “Chaque année, il y a de nouveaux bâtiments qui se construisent, Val-de-Reuil évolue c’est génial. On prend exemple pour chez nous, j’ai des amis qui me disent régulièrement qu’il faudrait faire une piscine et un stade comme ici !” 

Ce lundi, les 16 touristes ont pu redécouvrir la capitale, accompagnés du comité de jumelage. Ils reviendront l’année prochaine pour exploser leurs records et revoir leurs amis rolivalois qui prennent de leurs nouvelles tous les mois ! 

Revivez le marathon en image : 

marathon

Partagez :

14ème Marathon Seine-Eure

Départ Amfreville sur Iton – Arrivée à partir de 11h30 devant le théâtre de l’Arsenal

Village et animations dès 8h00 place de Workington (devant la mairie de Val-de-Reuil)

Course de 42,195 km, en solo, en duo (nouveau) ou en relais avec une quarantaine de sportifs de nos villes jumelles, Ritterhude et Sztum

* Rens./ Inscription https://marathon-seine-eure.fr/

Partagez :

Jumelage : l’amitié franco-allemande dès l’école

Depuis 29 ans que Val-de-Reuil est jumelée avec la ville allemande Ritterhude de profonds liens d’amitié se sont tissés. Des générations d’écoliers se souviennent du plaisir de recevoir un correspondant d’Outre-Rhin. Cette année n’a pas dérogé à la règle…

Jumelage Franco-Allemand
21 jeunes de la Ganztasschule et leurs accompagnateurs devant la mairie avec leurs correspondants Rolivalois et le comité de jumelage

Ainsi, du 9 au 13 avril,  21 jeunes allemands de la Ganztagsschul, avec leur professeur Sonja Deppe et deux accompagnateurs,  étaient reçus par des jeunes de leur âge, des CM1-Cm2, de l’école Louise Michel et leur professeur Rodolphe Delorme. Un partenariat enseignants et l’association de jumelage présidée par Françoise Ozeel, soutenu par les mairies des villes jumelles, qui a permis, grâce au concours des familles d’accueil, un beau séjour mélangeant joies et découvertes.

Accueil républicain
Accueil républicain en mairie par Anne-Marie Arrieula, conseillère municipale déléguée aux jumelage

Randonnée, visite de la ville et de ses équipements, journée au Parc Astérix, quartier libre avec les familles et de nombreux moments partagés avec jeux de plein air et pique-nique ont émaillé cette semaine. Du  14 au 19 mai ce sera au tour des petits Rolivalois de l’école Louise Michel de faire leurs bagages pour construire  et consolider cette amitié qui nous lie à Ritterhude.

Petit cadeau d'accueil
Petit cadeau d’accueil

Envie de participer au jumelage ?

L’assemblée générale ordinaire de l’association de jumelage aura lieu jeudi 19 avril à 17h30 à la Maison de la Jeunesse et des Associations, place des Chalands.

 

 

Partagez :

Tout le programme de la Fête Nationale à Val-de-Reuil

Val-de-Reuil, tous les 13 juillet, à la veille de la Fête nationale, ne manque jamais de revêtir ses habits de lumière. La tradition l’impose. A cette date est attachée, en effet, une de ces grandes soirées populaires qui, régulièrement, rassemblent les Rolivalois. Place à l’incontournable feu d’artifice tiré en musique depuis la grande pelouse du parc Sud ! Parking facile, enceinte sécurisée, services municipaux mobilisés, tout est fait pour que les familles rejoignent Val-de-Reuil dès la nuit tombée. Pour que la fête soit complète, cette année, des représentants des villes allemande, anglaise et polonaise jumelées avec Val-de-Reuil ont également décidé de participer à ce moment de liesse patriotique.

Feu d'artifice
Feu d’artifice

La plus jeune commune de France a toujours fait du 13 juillet, veille de notre Fête Nationale, un grand rendez-vous de l’amitié, de la convivialité et du partage ! D’année en année, le feu d’artifice qui marque la soirée a pris de l’ampleur. Il attire de plus en plus de monde.

Les Rolivalois sont particulièrement attachés à ce moment, mais, au fil du temps, leurs amis polonais, anglais et allemands en ont également fait une date incontournable du jumelage qui les unit à la plus jeune commune de France . Une vingtaine de représentants des villes de Workington (GB), Ritterhude (Allemagne) et Sztum (Pologne) – dont leurs maires – feront donc le déplacement pour fêter la République française le 14 juillet 2017.

De même, une quinzaine de collégiens anglais participeront, du 13 au 16 juillet, à un camp de plein air sur la base de loisirs de Léry-Poses, en compagnie de leurs camarades rolivalois.

Tous – qu’ils soient Anglais, Allemands, Polonais ou Français, jeunes ou moins jeunes, pourront apprécier un programme varié.

Des Indiens sous les feux de Bengale.

Tout commencera dès 21h00, sur la place des Chalands par la traditionnelle retraite aux flambeaux qui emmènera les porteurs de lampions bleus-blancs-rouges jusqu’au parc sud encadrés par les moniteurs du service jeunesse.

Retraite aux flambeaux
Retraite aux flambeaux

Immédiatement le ton sera donné  la fanfare indienne des « Seigneurs du Désert » qui mènera la marche, avant que, à 21h45 au Parc Sud, chanteurs et danseuses du groupe « Maharaja » fassent succomber le public aux délices du cinéma bollywoodien.

Enfin, aux alentours de 22h30, les enfants sont invités à illuminer le ciel rolivalois aux couleurs de l’Asie grâce à l’envol des 300 lanternes chinoises. Viendront alors ces figures imposées et sympathiques d’une fête nationale en France que sont le grand feu d’artifice qui sera tiré vers 23h00, toujours depuis le parc Sud, et, sur le même site, l’incontournable bal populaire.

Tout au long de cette soirée, un petit marché nocturne (encore au parc Sud !) déploiera ses richesses. Parmi les commerces présents, l’Inde sera largement représentée autour de stands proposant vêtements, nourriture et même une initiation au yoga. Gourmandises et friandises en tout genre complèteront des étalages où jouets et chaussures d’été trouveront aussi leur place.

Une fête populaire et appréciée
Une fête populaire et appréciée

La cérémonie républicaine le 14 juillet à 10h45

Les clameurs de la fête laisseront place, le lendemain, vendredi 14 juillet, à la cérémonie officielle de la Fête Nationale, placée sous le signe de l’Europe et du jumelage.

Le programme du 14 Juillet
Le programme du 14 Juillet

Celle-ci aura lieu au monument Mémoire et Paix à partir de 10h45 en présence des maires et des délégations des villes jumelles. Tous les Rolivalois sont invités à assister à cette cérémonie patriotique.

Au cours de celle-ci, le Maire de Val-de-Reuil, M. Marc-Antoine Jamet, officier de la Légion d’Honneur,  remettra les insignes de chevalier dans l’ordre national du mérite à Madame Geneviève Adiasse en reconnaissance des longues années de dévouement accompli par cette mère de famille, bien connu des Rolivalois, au bénéfice des enfants de la DDASS.

Chaque Maire prononcera ensuite une courte allocution avant que ne soient joués les hymnes allemands, anglais, polonais, français et européens, comme ils l’auront été la veille au Parc Sud.

Les délégations étrangères qui auront visité la Fondation Louis Vuitton dans la journée du 13 seront alors reçues dans l’après midi du 14 au château de Champ-de-Bataille avant de visiter Rouen le 15 juillet.

Toutes les photos de l’évènement

Partagez :

Cérémonie du 14 juillet 2016

Nous étions rassemblés à Val-de-Reuil le 14 juillet autour de notre Monument à la mémoire et à la paix. Mémoire et paix, ces deux mots ont encore plus de force aujourd’hui.

Discours de Marc-Antoine JAMET
Maire de Val-de-Reuil
Président de la commission des finances de la Région Normandie

Cher(e)s ami(e)s,
Je vous remercie d’avoir été fidèles à cette cérémonie et de vous être réunis – avec courage – sous ce ciel normand, donc incertain.

Notre cérémonie est d’abord une manifestation d’amitié. C’est sa signification politique forte et première. Elle est en effet l’occasion de recevoir des compagnons, des partenaires, des européens. Eux et nous avons perdu un merveilleux Euro. Ils sont la 61ème nationalité de Val-de-Reuil. Je vous demande de saluer la délégation de Workington, ville si semblable à la nôtre qui, avec à sa tête Joan Wright, a décidé dix jours après le Brexit, de manifester avec éclat la force de notre jumelage. Je vous demande d’accueillir Sue Haymann, députée du Labour, membre de la chambre des communes, qui vient nous rappeler que nos deux Nations sont des sœurs.

Plus que des longs discours ou des tribunes enflammées, leur présence témoigne qu’une île peut, dans la mondialisation planétaire, se rapprocher d’un continent et doit par logique, par intérêt, par affinités s’unir à lui.

Bien-sûr pendant longtemps les Anglais ont été nos pires ennemis ! D’abord Guillaume, en partant de chez nous, les a conquis, puis ils ont brûlé Jeanne et enfermé l’empereur, conduisent à gauche et mangent porridge et pudding. Mais, depuis, nous avons compris qu’ils étaient des voisins, puis des alliés, enfin des associés et des amis. Nous partageons tant de choses ; culture, système démocratique, art de vivre. Il n’est pas jusqu’à la pluie qui ne vienne de chez eux. Mais cette cérémonie n’est pas qu’un hommage à ceux qui, en voulant rester avec nous, ne se sont pas trompés. Elle est aussi une commémoration. Le divorce a été prononcé au moment où nous devrions nous souvenir de nos noces de sang. Il y a symboliquement un peu de 11 novembre dans notre 14 juillet. Pas très loin d’ici, il y a 100 ans presque jour pour jour, en juillet 1916, débutait la bataille de la Somme, le Verdun des Britanniques. Comme à Dunkerque, puis sur les pages de Juno et Sword, la France a vu des centaines de milliers de jeunes soldats venus de Londres, Liverpool et Conventry partager défaite puis victoire. Il y a 100 ans très exactement en juillet 1916, sous le sifflet de leurs officiers, les meilleures troupes de l’empire britannique lancent l’assaut quittant leurs tranchées. 32 kilomètres. Ce sera une boucherie. A la première heure, il y a 3 000 morts ou blessés par minute, 50 par seconde. Sur 120 000 Britanniques partis dans la première vague, il y aura 20 000 morts à la tombée de la nuit. C’est le jour le plus sanglant de son histoire pour l’armée britannique. En 5 mois, il y aura 4 millions de soldats servant sous l’Union Jack qui passeront sur la Somme et 450 000 seront tués ou blessés. C’est la signification du coquelicot que nos amis portent parfois à la boutonnière. Ensemble, avec l’Allemagne, le rouge devait se mêler au bleu pacifique du drapeau européen.

Mais notre cérémonie ne l’oublions pas conserve sa propre signification. Elle n’est pas « Bastille day » et anniversaire de 1789 comme le pensent encore nos amis anglais, mais la commémoration du 14 juillet 1790, de la fête de la fédération. En ce sens, nous étions des milliers rassemblés dans la joie hier soir pour le traditionnel feu d’artifices, mais il fût précédé d’un énergique « God save the Queen » et d’une vibrante « Marseillaise ».

C’est cela que n’a pas compris Bruxelles. Nous avons besoin de proximité, de chaleur et de repères. Nous voulons être guidés par des principes : l’ordre plutôt que la délinquance, la laïcité plutôt que les communautés, le respect pour toutes les opinions et les croyances, le progrès social plutôt que la régression. Cela implique dans une commune de la volonté, de la clarté mais aussi de l’autorité. Dialoguer mais trancher. Ecouter mais décider. Il faut savoir être ferme et rester bienveillant. C’est ce qu’on appelle la responsabilité. Mon ennemi à Val-de-Reuil, comme à l’agglomération est double : l’individualisme, le sectarisme, l’injustice d’une part et je pourrais donner les noms, la démagogie, la facilité, la mauvaise foi et la bêtise d’autre part. Ici nous sommes du côté de ceux qui rassemblent et agissent dans notre société, les policiers et les professeurs, les associations et les entrepreneurs. Pas du côté de ceux qui divisent et polémiquent.

Cette cérémonie fait aussi souvent la place à une autre tradition. Elle honore nos morts. Il y a un an nous pensions à ceux du 7 janvier et nous étions Charlie, mais il y a eu ceux du Bataclan le 13 novembre et de Bruxelles le 22 mars, ceux de Bagdad et Ankara, ceux de Djeddah et Dacca, de Tripoli et Sanaa, de Tel Aviv et Gaza, d’Orlando et de San Bernardino. Il faut que cela cesse et cela passe par une lutte acharnée contre le terrorisme, celui des faits, attentats, crimes mais aussi celui des esprits qui est parfois plus proche de nous que nous le croyons.

J’ai parlé de nos morts et je voudrais saluer Christian Boncour, lovérien qui a tant fait pour l’amour de l’Angleterre et Madame Filleul, habitante pionnière de Val-de-Reuil où elle tint le débit de presse de la dalle et à qui, jusqu’à la fin, elle resta fidèle.

Je veux enfin citer trois noms Jo Cox, cette députée britannique assassinée pour avoir cru à l’Europe, et que nous n’oublierons pas, Michel Rocard, homme complexe et difficile, intelligent et tourmenté qui, à la demande de François Mitterrand et Laurent Fabius, fit de notre ensemble urbain une commune de plein exercice. J’y associe Sylvie Pellissier sa dernière femme qui fut ma belle-mère.

Enfin, une âme qui avait connu l’horreur de la Shoah a rejoint Jehovah. A la demande de Bernard Amsalem, il avait parrainé ce monument qui n’est pas un mausolée, un monument aux morts, mais un temple à la mémoire et à la paix, son vrai nom, celui qui fut donné par ses architectes Jakob et Macfarlane, est « entre ciel et terre ». C’est-là où est maintenant Elie Wiesel, mais son nom restera à jamais gravé pour l’éternité sur les murs de la cité contemporaine. Je l’avais rencontré à New-York avec Nicolas Sarkozy. Le philosophe ne l’avait pas oublié.

Il me faut en arriver au terme de cette intervention. Beaucoup de bonnes nouvelles vont accompagner Val-de-Reuil cette année. À l’automne, nous allons inaugurer une crèche, puis une autre au printemps, après la gare et la station des hauts prés. De très nombreux logements vont se construire dont la superbe réalisation verte de Manuelle Gautrand. Il y aura des entreprises qui vont s’installer, des immeubles tertiaires qui vont pousser et un centre commercial qui va démarrer. Le 19 septembre, le PRNU 2 sera validé. Les jours de fête ne manqueront pas.

Mais il y aura aussi des épreuves car nous serons en année électorale. Les coups commencent à pleuvoir. De droite ou de gauche se déclarent aux législatives des candidats qui ne sont vraiment pas fameux. L’argent de l’État qui a réformé le pays sans le relancer vient à manquer. La Région de Hervé Morin reprend, au Théâtre par exemple, les promesses de Nicolas Mayer-Rossignol. L’agglo s’éloigne de l’intérêt général et soutient des projets qui nous sont opposés, contournement autoroutier, absurdité d’une gare LGV à Louviers et numérique éparpillé. Nous en payerons l’addition pratique et financière. Le département et son président tentent, enfin, de fermer un collège, Pierre Mendes France en racontant des balivernes.

Il faudra résister pour la croissance et pour l’emploi, surmonter et dominer les épreuves, mais en s’engageant pour notre jumelage européen en repartant à la base, Joan, Sue, Barbara, Mary, Mike, Margareth ne nous ont-ils pas montré, comme notre champion Mickaël Zézé qui partira à Rio avec le 4 X 100, la voie du courage et de l’audace ?

Vive Val-de-Reuil et Workington, vive le Royaume-Uni, vive la République et vive la France !

Toutes les photos

 

 
Partagez :

Vous êtes sans connexion