Étiquette : sport

Méba-Mickaël Zeze : un Rolivalois qui rentre dans l’histoire

Dimanche dernier, cet enfant de Val-de-Reuil est devenu le 4ème Français à courir en moins de 10 secondes sur 100m et le 2ème en moins de 20 secondes sur 200m. Un exploit qu’il est venu partager dans sa Ville de cœur. Rencontre. 

Il a le sourire aux lèvres. Et pour cause, Méba-Mickaël Zeze a pulvérisé son record et celui de la France ! Dimanche 3 juillet, le jeune athlète de 28 ans, s’inscrit dans l’histoire en devenant le quatrième Français à courir en moins de 20 secondes sur 100m (9.99) puis le deuxième en moins de 20 secondes sur 200m (19.97) à La Chaux-de-Fonds en Suisse. Un exploit qu’il dédie à sa Ville, là où tout a commencé. 

“Je suis hyper redevable de toutes les personnes ici !”

« C’est une satisfaction, quelque chose que je voulais depuis très longtemps. C’est un objectif que j’atteins et j’en suis fier », s’exclame Mickaël devant l’esplanade de la mairie.  Un retour aux sources pour l’athlète qui se souvient encore de ses premiers pas dans l’athlétisme. Après une scolarité aux Cerfs-Volants, à 10 ans, le jeune homme rentre au collège et commence le football. Pierre Grondin, alors entraîneur au VRAC (Val-de-Reuil athlétisme club)  lui fait découvrir l’athlétisme lors d’une rencontre inter-scolaire : “J’étais le plus rapide de tous les élèves de ma classe, j’avais fait un sprint et terminé deuxième ! C’était mon premier sur la piste du stade, je me dis que c’est dingue, là où tout a commencé !”

À 11 ans, il signe au VRAC et tombe amoureux de la vitesse, cette adrénaline qui le fait vibrer à chaque foulée. “C’est symbolique de revenir ici, sur mes terres, le fait de revoir des têtes, des visages… J’ai percé à 21 ans, ce qui fait la différence, c’est l’abnégation, je n’ai pas lâché et je suis hyper redevable de toutes les personnes ici”, souligne l’athlète qui, en 2015, lâche ses études pour se consacrer au sport de haut niveau. Soutenu par la municipalité, il s’envole pour participer aux Jeux Olympiques de RIO en 2016. Le début d’une belle histoire qui le mène jusqu’à aujourd’hui. “J’ai deux médailles de bronze aux championnats du monde cadets, je suis champion d’Europe espoirs, vice-champion d’Europe et maintenant dans l’histoire du sport Français !” 

Et la suite ? Mickaël est déjà plus que motivé, son prochain objectif : “faire des médailles internationales ! On retient autant la performance que les médailles. Mentalement, je suis un autre homme donc tout est possible !” 

Une chose est certaine, il n’oublie pas Val-de-Reuil où ses parents habitent encore actuellement !

Source : https://twitter.com/FFAthletisme/



Partagez :

Championne de badminton à 18 ans

Doublement championne de France, médaillée d’or aux gymnasiades, Téa Margueritte porte les couleurs du BVRL à travers le monde entier. 

Depuis plus de 10 ans, Téa monte sur les podiums des compétitions. À 18 ans, cette jeune femme peut être fière de son parcours. Licenciée au club de badminton de Val-de-Reuil, elle vient d’obtenir une médaille d’or et une d’argent aux Gymnasiades 2022 ainsi que le titre de championne de France Junior et médaillée de bronze sénior. 

De Grand-Quevilly, Val-de-Reuil à Strasbourg 

Tout a commencé à l’âge de 6 ans, alors qu’elle a débuté dans le sport avec le basket, la petite sportive se tourne par hasard vers le badminton par le biais d’un de ses meilleurs amis qui pratiquait ce sport qu’elle ne connaissait pas. Habituée au sport collectif, elle découvre une discipline qui l’a fait vibrer : “J’ai débuté au club de Grand-Quevilly puis je suis arrivée au pôle espoir de Caen à l’âge de 14 ans.”  Consciente de ses capacités sportives, elle décide de suivre les conseils de son entraîneur Maxime qui l’entraîne depuis ses débuts : “Grand-Quevilly était en N3 alors qu’à Val-de-Reuil on est en N1 avec les meilleurs classements du département. En plus, il y a une super bonne ambiance ici !” 

Après quelques années à Caen, elle rejoint le pôle France de Strasbourg, où elle vit actuellement et vient de passer le bac  : “Je suis toujours rattachée au club de Val-de-Reuil, je m’entraîne un peu partout ! Je joue beaucoup en double, je trouve ça mieux, ayant fait du basket, je reste dans cet esprit collectif et sur le terrain ça rassure.” 

En mai dernier, Téa part à Deauville participer aux Gymnasiades où elle pulvérise les scores et revient avec une médaille d’or et une d’argent. “C’était génial que ce soit en France, je connaissais un peu tout le monde, l’ambiance était sympa, c’était très chaleureux, je ne me suis pas rendue compte que c’était scolaire !” 

Début juin, direction Mulhouse pour les championnats de France. Attendue par tous, elle affronte des joueurs beaucoup plus âgés qu’elle et décroche le titre de championne de France junior qu’elle détenait déjà en 2021 et une médaille de bronze senior : “Je suis également vice-championne d’Europe !” 

À la rentrée, la jeune femme s’envole vers des études de secrétariat, gestion et comptabilité, mais elle compte bien continuer sa passion pour aller le plus haut possible avant de se lancer dans la vie active et passer le flambeau. “Je vise les Jeux Olympiques de 2028, pas 2024, car c’est trop tôt pour nous.” 

Une jeune espoir, vectrice de la démocratisation de ce sport peu médiatisé !



Partagez :

Bienvenue au nouveau club de boxe Diva !

Dès la rentrée, un nouveau club de boxe anglaise ouvrira ses portes à Val-de-Reuil. Rencontre avec sa présidente qui veut transmettre les valeurs de cette discipline. 

Un retour aux sources. C’est ce que Fatima Tadjer vient de faire en revenant s’installer dans la commune nouvelle. À la rentrée, cette enfant de Val-de-Reuil ouvrira son association de boxe anglaise “Diva”, un club qui lui tient à cœur. 

“Chacun peut être la star de sa vie !” 

Fatima a vécu toute son enfance à Val-de-Reuil et a vite succombé à l’amour du sport : “ J’ai d’bord fait du hand puis ensuite du basket au DBVR et dans d’autres clubs pendant 20 ans. J’ai ensuite voulu passer au sport individuel, mais j’avais cette réticence à faire de la boxe, car c’était un univers très masculin. J’avais l’impression de ne pas être à la bonne place.” Animatrice jeunesse pour la Ville, elle continue son parcours professionnel en région parisienne et se lance enfin dans la boxe. Elle tombe amoureuse de ce sport qui lui permet de se défouler. Quelques années plus tard, la jeune femme prend la présidence de la section de boxe anglaise omnisports à Pierrefitte-sur-Seine et devient également secrétaire du club Nor’Essort. Bagages en main, la tête ailleurs, Fatima pense à sa ville d’origine et rêve de créer un club. “On revient toujours aux sources, quand on va ailleurs, ça nous ouvre l’esprit que l’on peut injecter sur le territoire. On n’oublie pas d’où on vient ! Je veux transmettre mes connaissances aux Rolivalois !” 

C’est ainsi qu’elle fonde DIVA, un club de boxe anglaise qui a un nom très symbolique pour la sportive de 35 ans : “ Cela signifie D’ames investies, volontaires et actives, c’est aussi un nom qui reflète que chacun peut être la star de sa vie si on s’en donne les moyens et d’atteindre son rêve !” 

En lien avec ses amis rolivalois, soutenue par la municipalité, Fatima ouvrira plusieurs créneaux à Léo Lagrange et à la Détente, de boxe éducative pour les jeunes à partir de 6 ans, de la boxe loisirs mixte pour les adultes et une section qui lui tient à cœur : du fit-boxing féminin pour inviter les femmes à se lancer dans la pratique. 

Alors n’attendez plus, devenez Diva et montez sur le ring !

Plus d’infos : 

DIVA boxe anglaise 

Renseignements au 06 48 10 96 38 

ou à l’adresse Infoasso.diva@gmail.com



Partagez :

Médaillé de bronze aux championnats du monde de Kayak

À 60 ans, Jean-Michel Moreau vient de monter sur le podium des championnats du monde de Kayak, une victoire qu’il partage avec son club de cœur : Pagaie Passion 

Après plus de 50 ans à pratiquer le kayak de rivière, Jean-Michel peut être fier de lui. Début juin, ce licencié pionnier du club pagaie Passion de Val-de-Reuil a remporté la médaille de bronze aux championnats du monde de Kayak en descente. 

“C’est une joie collective !” 

Tout a commencé à l’âge de 7 ans. Jean-Michel découvre le Kayak dans un club municipal de Niort dans les Deux-Sèvres. Il tombe tout de suite amoureux de cette discipline qui le fait vibrer : “J’adore le fait de voir des paysages magnifiques. Qu’il vente ou qu’il neige, on assiste à des paysages incroyables qui parfois sont inaccessibles ! On peut être au milieu d’une falaise, seul, face à la rivière… C’est magique”.   

Quelques années plus tard, son frère jumeau co-créer un club de canoë-kayak à Val-de-Reuil. Même si Jean-Michel habite à plus de 100 km de la commune nouvelle (à Eu, en Seine-Maritime) il décide de s’y licencier dès l’ouverture : “L’ambiance de ce club est incroyable, on est tous des copains et on s’entraide à chaque effort. Cela fait presque 30 ans que j’y suis et je m’entraîne régulièrement avec eux sur les bords de l’Eure. Le kayak est un sport qui me permet d’entretenir mon cardio, la musculature et m’oblige à rester tonique. ” 

Le 5 juin dernier, après avoir participé à plusieurs compétitions nationales, Jean-Michel brille aux championnats du monde de descente organisés à Treignac à côté de Limoges, et arrive troisième sur le podium. “C’est une joie collective. Même s’il y avait une rivalité, sur l’eau, tout le monde était soudé, l’entraide et la sécurité priment sur la compétition”, explique-t-il, sa médaille de bronze autour du cou. 

Fier de lui, il continue de pratiquer seul et avec son frère jumeau en équipe, avec qui il partage ses émotions sur l’eau. Une aventure unique a chaque pagaïe, avant de reprendre les compétitions à la rentrée.



Partagez :

Vous êtes sans connexion