Étiquette : valdereuil

Communiqué : Quinzaine du développement durable du 18 septembre au 1er octobre

Communiqué de la Ville de Val-de-Reuil 

Quinzaine du développement durable du 18 septembre au 1er octobre

Pour protéger la planète et préserver son pouvoir d’achat, deux semaines d’actions à Val-de-Reuil !

Pour préserver la planète, Val-de-Reuil a toujours choisi de prendre les devants. La protection de l’environnement est dans son ADN. Ville pilote et exemplaire en la matière, sa construction, au milieu des années 1970 s’est faite dans le respect absolu de grands principes : bio-conception des habitations, qualité de l’air mesurée et surveillée, priorité donnée aux espaces verts, séparation des réseaux d’évacuation des eaux pluviales et des eaux usées, trame piétonne. Les Rolivalois, comme sur bien d’autres sujets, ont été précurseurs, préconisateurs et pionniers.

Au cours des deux dernières décennies, avec l’aide de l’ANRU et de l’ADEME, nous avons fait fructifier cet héritage et prolongé nos efforts : 2000 logements convertis à l’eau chaude solaire, 5.000 points lumineux équipés en LED, bâtiments neufs et immeubles anciens isolés thermiquement, 1er écoquartier de Normandie, passage au bio dans les cantines scolaires, flotte de véhicules de service entièrement électriques, plusieurs milliers d’arbres plantés, diminution de l’artificialisation des sols, totalité des chantiers propres, fleurissement étendu et diversifié et nouvelles pistes cyclables créées parmi d’autres réalisations. Devant l’accélération du dérèglement climatique, chacun en a constaté les effets cet été, il faut aller plus vite et plus loin.

Cette mobilisation nécessaire est devenue indispensable compte tenu des tensions nouvelles apparues sur le marché de l’électricité et des difficultés d’approvisionnement en gaz causés par la guerre en Europe entrainant partout sur le vieux continent des hausses du prix inédites et des risques de pénurie ou de délestage cet hiver. Pour répondre à ces nouveaux défis, climatiques et énergétiques, la Ville a décidé d’accélérer ses investissements et de multiplier les initiatives en direction de la population. Val-de-Reuil travaille notamment, depuis la rentrée, à un plan de réduction de sa consommation énergétique (limitation des durées de fonctionnement, des densités ou des intensités de l’éclairage public, réduction des périodes et des horaires des illuminations de Noël) en suivant deux priorités qui sont indissociablement liées pour une municipalité qui prône la social-écologie : protéger la planète et préserver le budget des ménages.

60% des 140 millions d’euros du programme de renouvellement urbain consacrés à la transition écologique et énergétique

Pour préparer l’avenir, il faut en premier lieu investir. Attachée à faire de Val-de-Reuil un modèle environnemental, la municipalité multiplie actuellement les projets destinés à réduire les ilots de chaleur, développer les mobilités douces et améliorer l’isolation des bâtiments publics et des logements. A la plantation de 1000 nouveaux arbres depuis 2019 et de 1000 autres prévus dans les trois ans à venir, s’ajoutent la mise en place de la tonte différenciée des espaces verts sur 9 zones ciblées, la création d’un parc écologique de 10 hectares à proximité de la gare, l’aménagement du jardin des animaux fantastiques (3700 végétaux, arbres et arbustes plantés) en « parc central » et de la promenade – piétonne – des Tilleuls qui traverse la Ville du Nord au Sud et dont le chantier débuté en juin dernier le long du Gymnase Alphonse Allais gagne désormais le secteur de la Médiathèque et de la Piscine municipale

De manière générale, 60% des 140 millions d’euros investis dans le cadre du nouveau programme de renouvellement urbain ont été orientés vers la transition écologique et énergétique de la Ville. 1000 nouveaux logements seront ainsi réhabilités et bénéficieront, par une meilleure isolation, d’une baisse de 50% de leur consommation dans les quatre prochaines années. La nouvelle école Victor Hugo et le complexe sportif Léo Lagrange répondent aux dernières normes d’écoconstruction. La maison de la jeunesse et des associations, ancien théâtre des Chalands construit aux normes de l’époque de sa construction au siècle dernier, dont la réouverture est prévue à la fin du mois de novembre prochain, verra ses performances énergétiques optimisées. Alors que, déjà, 115 des 122 salles de classe rolivaloises ont déjà fait l’objet de travaux d’isolation et de remplacement des systèmes d’éclairage par des technologies économes en énergie, les derniers espaces concernés connaitront le même niveau d’intervention lors des prochaines vacances d’été.

Quinze jours pour sensibiliser, informer et associer les habitants aux enjeux du développement durable

Agir pour la planète réclame des investissements publics mais exige, en même temps, des gestes simples et une implication quotidienne de l’ensemble de la population. C’est la raison pour laquelle, pour la deuxième année consécutive, la Ville est engagée dans la semaine européenne du développement durable en proposant, pendant quinze jours, une série d’actions visant à accompagner les Rolivalois dans leur changement d’habitudes tout en les aidant à économiser sur leur budget.

Du 18 septembre au 1er octobre, des animations, défis, ateliers, fiches pratique, soirée-ciné, déambulations, permanences avec des conseillers en économie d’énergie, « marches de la propreté » seront organisés partout en ville pour sensibiliser le plus grand nombre à ses enjeux avec un mot d’ordre : « J’économise ma planète : 14 jours pour réduire ma facture écologique ».

 

Habitants, associations, agents publics mais également dirigeants d’entreprise, ces rendez-vous quotidiens ont pour objectif d’associer, à leur échelle et en fonction de leurs moyens, toutes celles et ceux qui vivent ou travaillent dans la Ville à l’effort national de réduction de la consommation énergétique.

Un plan municipal de sobriété énergétique annoncé en octobre

Dans le prolongement de cette manifestation, la Ville dévoilera avant la mi-octobre un plan « de sobriété énergétique » afin de réduire substantiellement ses consommations d’énergie. À la demande de Marc-Antoine Jamet, les services de la Ville, sous la coordination de Stéphanie Rousselin, adjointe à la transition écologique, travaillent depuis la rentrée à la mise en place de mesures destinées à faire face à la crise énergétique. Réduction de la température dans un certain nombre de bâtiments publics (à l’exception des écoles, des crèches et de la résidence pour personnes âgées ESPAGES), variation de l’intensité, du nombre de points allumés ou de la période d’activation de l’éclairage public, modulation de la température des bassins à la piscine municipale ou encore récupération de l’eau de baignade sont plusieurs des pistes évoquées.

Pour la municipalité, ce plan essentiel devra cependant permettre de maintenir la même qualité et la même exigence de service public qu’il s’agisse de la sécurité, de l’accueil du public, des activités sportives, culturelles ou associatives. Il en ira de même pour leur tarification. Dans un contexte marqué par l’inflation, aucun effort financier supplémentaire ne sera demandé aux usagers et aux utilisateurs, y compris, évidemment, dans les cantines. À Val-de-Reuil, transition écologique se conjugue avec justice sociale pour que préservation de la planète puisse rimer avec protection du pouvoir d’achat.

* * * * *

PROGRAMME DE LA QUINZAINE ROLIVALOISE

DU DEVELOPPEMENT DURABLE

¨ FICHE ASTUCE QUOTIDIENNE :

Chaque jour, sur la durée de l’opération, à travers les réseaux sociaux de la Ville, une action est proposée pour réduire sa consommation d’énergie ou d’eau sous la forme d’une Fiche Astuce. L’ensemble des astuces proposées devrait permettre à chacun de faire jusqu’à 50% d’économies sur sa facture énergétique.

¨ BIENVENUE DANS LA MAISON DES ALTERNATIVES :

La Maison des Alternatives, installée dans la salle d’exposition de la médiathèque, reconstitue trois pièces d’une maison (cuisine, salle de bain, débarras) dans laquelle le public déambule à la découverte de nouveaux modes de consommation : gestes simples de la vie quotidienne, comment éviter de produire des déchets, savoir les trier, comment les recycler, comment économiser l’eau et l’électricité… Autant d’actions concrètes pour réduire ses consommations du quotidien proposées en partenariat avec l’association Alternatiba. Du 19 septembre au 1er octobre, les scolaires pourront, eux aussi, chaque matin, découvrir la Maison des Alternatives et le grand public chaque après-midi.

* Maison des Alternatives, ouverte au public du 19 septembre au 1er octobre : du lundi au vendredi de 14h00 à 15h30 et de 16h30 à 17h30 ; le samedi de 14h00 à 17h00. Entrée libre à la médiathèque (place aux jeunes).

 

¨ PERMANENCE DE CONSEILLERS EN TRAVAUX D’ECONOMIE D’ENERGIE :

 

Pour les habitants souhaitant réaliser des travaux d’économie d’énergie, les conseillers de la Maison de l’Habitatapporteront leurs conseils, lors de deux après-midis à la Maison des Projets ANRU de Val-de-Reuil, située 121 rue Grande. Permanences sur rendez-vous le mardi 27 septembre, de 14h00 à 17h30. Rendez-vous au 02 32 63 63 00.

 

¨PETITS-DÉJEUNERS « LES PROS DE LA TRANSITION » :

 

Afin d’associer les entreprises du territoire aux engagement de transition écologique de la ville, une matinée d’échanges est proposée à l’espace Coworking « Le Cosmos » (4 avenue des Falaises), non loin de la Gare, avec des techniciens pouvant apporter des solutions aux entreprises rolivaloises, pour les accompagner dans leurs démarches. Ce rendez-vous aura lieu le mardi 27 septembre, de 9h15 à 10h30 sur le thème : « Transition énergétique – Décarbonation de l’industrie » (avec Éric Poitrat, Ingénieur Energie – Effet de Serre à l’ADEME Normandie et Ramezi Lahbib, Sanofi Pasteur).

¨ SOIREE SPECIALE AU CINEMA LES ARCADES :

 

Le vendredi 30 septembre, à 20h00, le cinéma des Arcades projettera le film « La petite bande » de Pierre Salvadori. Ce film raconte l’histoire d’un groupe d’enfants voulant lutter contre l’usine qui pollue leur rivière. La projection sera suivie d’un débat autour de la protection des rivières, avec Lamya Essemlali, présidente de l’ONG Sea Shepherd (par visioconférence) ; l’association ANPER de protection des rivières ; un enseignant de l’école des Dominos, en charge du projet Aire Éducative Terrestre ; des éco-délégués du collège Alphonse Allais.

¨ SORTIE VELO EN FAMILLE :

 

L’association des Guidons Déboussolés propose une sortie à vélo, en famille, le mardi 20 septembre pour inviter les habitants à se remettre en selle. Les vélos de la vélothèque seront mis à disposition.

 

* Mardi 20 septembre de 17h00 à 18h30 au départ de la Place des Chalands. Inscription : environnement@valdereuil.fr

 

¨ UNE VILLE PROPRE, C’EST L’AFFAIRE DE TOUS !

 

Une « clean walk » géante sera organisée dimanche 25 septembre à partir de 10h00 avec pour départ la médiathèque, Place aux Jeunes. Une marche ludique et pédagogique permettra de se lancer à la chasse aux déchets jetés dans la nature. Gants et sacs poubelles à la main, nous sommes tous invités à nous associer à cette opération de sensibilisation à l’écologie. Le collège Alphonse Allais organisera également une « clean walk » avec ses élèves le mardi 27 septembre au matin.

* Dimanche 25 septembre de 10h00 à 12h00 au départ de la médiathèque. Ouvert à tous.

¨ SORTIE NATURE EN FAMILLE :

 

Biodiversit’up propose d’emmener les habitants à la découverte de la faune et flore des berges de l’Eure. Au programme : identification des empreintes, découverte des plantes sauvages, observation des oiseaux…

* Samedi 1er octobre de 10h00 à 12h00. Rendez-vous sous la halle de l’écoquartier. Inscription à environnement@valdereuil.fr

 

¨ INITIATION AU COMPOSTAGE :

 

En lien avec le bailleur Foyer Stéphanais, l’association LAB Normandie présentera aux habitants du quartier des Rives de l’Eure les bonnes façons de réaliser un compostage efficace et comment l’entretenir.

* Samedi 24 septembre à 11h00 dans le Quartier des rives de l’Eure

¨ A LA DECOUVERTE DE L’ECONOMIE CIRCULAIRE :

 

L’association LABNormandie, la Ferme des 2 rives et Anymania se sont associés pour créer un jeu de piste grandeur réelle, pour permettre à chacun de découvrir le cheminement : de la fourche à la fourchette.

* Samedi 24 septembre et samedi 1er octobre à Anymania à partir de 14h00.

¨ TOUS A VELO !

Afin de réduire la facture de carburant, de gagner en autonomie, d’améliorer sa santé et pour réduire la pollution, le vélo en ville est plus que jamais la solution. Pour inciter les habitants à se déplacer à bicyclette, la Ville propose du 19 septembre au 1er octobre la « location » gratuite des vélos de la vélothèque (réservation obligatoire sur remise d’une pièce d’identité et d’un justificatif de domicile).

* Réservations : environnement@valdereuil.fr

¨ DISTRIBUTION DE SACS EN TOILE SUR LE MARCHE :

 

« Je prends mon cabas, j’agis sur le climat ». Pour limiter l’usage des sacs jetables, 600 sacs en toile seront distribués aux clients du marché (place des 4 Saisons) les mercredi 28 et vendredi 30 septembre.

¨ DEFI MEGOTS :

 

Les habitants sont invités à ramasser les mégots trouvés par terre, à les collecter dans des bouteilles (ou autre contenant) et à les apporter au Centre Technique Municipal (aux horaires d’ouverture). Ces mégots sont ensuite envoyés à notre prestataire TchaoMegot pour dépollution et recyclage (matériaux d’isolation). Un cendrier dédié sera également installé devant le local de la Maison des Alternatives.

Partagez :

Quinzaine du Développement Durable 2022 (Vidéo)

Afin de vous aider à préserver nos ressources naturelles, la Ville de Val-de-Reuil organise pour la deuxième année consécutive, sa Quinzaine du Développement Durable. Du 18 septembre au 1er octobre, retrouvez, chaque jour, des animations, astuces et rendez-vous pour vous donner les clés d’une consommation durable et maîtrisée ! Protéger la planète, économiser sur son budget !

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

 

Afin de vous aider à préserver nos ressources naturelles, la Ville de Val-de-Reuil organise pour la deuxième année consécutive, sa Quinzaine du Développement Durable. Du 18 septembre au 1er octobre, retrouvez, chaque jour, des animations, astuces et rendez-vous pour vous donner les clés d’une consommation durable et maîtrisée ! Protéger la planète, économiser sur son budget !
Tournage Olivier Bonnet
Montage & redaction Coline Lefevre
Partagez :

Tous aux journées du matrimoine et du patrimoine à la Factorie !

Comme chaque année, Val-de-Reuil met à l’honneur son patrimoine ! Les 17 et 18 septembre, venez découvrir la première maison de poésie de Normandie : La Factorie ! Au programme, concert, spectacle et exposition. 

Depuis plus de 30 ans,cette ancienne usine à papier nichée sur l’île du Roi accueille de nombreux artistes chaque année. Pour mettre en avant l’histoire de ce lieu unique, la Factorie, Maison de Poésie de Normandie de la Ville de Val-de-Reuil s’associe au Département de l’Eure pour un week-end portes ouvertes avec plusieurs animations culturelles les 17 et 18 septembre. 

Le programme : 

  • Portes ouvertes de la Factorie et visite guidée le samedi 17 septembre de 14h à 19h et le dimanche 18 septembre de 11h30 à 19h. 

 

  • Bal du matrimoine :

Si le patrimoine est un terme bien connu, le matrimoine quant à lui a besoin d’être mis en lumière. Signifiant l’héritage culturel légué par les générations de femmes précédentes, le matrimoine culturel est une transmission des créatrices, autrices et artistes du passé. Pour mettre en avant les femmes, la Ville de Val-de-Reuil et la Factorie organisent un bal du matrimoine en extérieur le dimanche 18 septembre de 14h à 18h ! Venez danser au rythme des musiciens de l’île du roi !

 

  • Concert de Morjane Ténéré 

Pour ce dernier dimanche au bord de l’eau, la Factorie vous propose de rencontrer Morjane Ténéré le 18 septembre à 15h30. Artiste autodidacte, elle est auteure, compositrice et interprète.Elle puise ses inspirations dans les paysages et les cultures du désert (natives américaines, Afrique du Nord, Afrique de l’Ouest et Inde).Les compositions de Morjane Ténéré portent des sonorités folk et blues, tout en se distinguant grâce à des influences diverses et sa voix singulière.

 

  • Exposition de Sébastien Preschoux – salle Opoto

Du samedi 17 au dimanche 18 septembre, venez visiter la Factorie et découvrir les oeuvres de Sébastien Preschoux. L’artiste expose ses oeuvres dans divers lieux de l’Eure dont la Factorie ! Regarder œuvrer Sébastien Preschoux, c’est accepter d’osciller entre la sérénité d’un ouvrage se laissant construire et la tension d’un geste infiniment précis. En deux dimensions, ses dessins semblent animés de vibrations. Tridimensionnelles, les installations diffractent la lumière et trouvent un écrin évident dans le cadre naturel.

  • Spectacle de danse aérienne 

Et pour terminer les journées du patrimoine, la compagnie In Fine propose un spectacle de danse en plein air le dimanche 18 septembre à 17h30. Créée en 2014, in Fine est une compagnie pluridisciplinaire portée par  Sylvain Dubos et Guillaume Varin. Véritable passeur d’émotions entre un territoire et un public. 

N’attendez plus, réservez votre week-end du 17 et 18 septembre !

Plus d’informations au 02 32 59 41 85

Partagez :

ODS Propreté reprend son souffle

Après un terrible incendie en 2018 qui avait ravagé ses locaux sur la zone d’activités des lacs, l’entreprise d’insertion ODS vient de terminer ses travaux. Un coup de neuf pour ce pilier de l’emploi rolivalois.

Les sourires étaient sur toutes les lèvres ce vendredi 9 septembre. Après presque 5 ans de rénovation, réhabilitation, isolation et décoration, l’entreprise ODS et son organisme de formation ODA, dévoilent un tout nouvel univers. 

80% des locaux ravagés

Ils s’en souviendront pendant longtemps. Dans la nuit du 14 au 15 juillet 2018, un feu de poubelles se déclare sur la zone d’activité des Lacs, ODS PROPRETÉ, alors implanté à côté de la frontière entre Val-de-Reuil et Léry n’échappe pas aux flammes. L’intégralité du bâtiment prend feu, machines, dossiers, équipement informatique sont ravagés. “Au total, 80% des locaux ont été pris dans les flammes, seuls les bureaux du bas étaient à peu près viables”, explique Stéphanie Louchel qui allait, à cette époque, prendre le flambeau de l’entreprise, à la place d’Éric Hébert en décembre de cette même année. “C’était un dimanche, ce sont des salariés qui ont constaté les dégâts, nous nous sommes rendus sur place vers midi. Les bras m’en sont tombés, l’isolation avait collé sur tous les murs !” S’ensuivirent de longs mois de tri et de nettoyage pour déblayer au maximum les dégâts. “L’équipe administrative avait repris ses fonctions dans les salles qui n’avaient pas été touchées, certaines à plusieurs dans un même espace.Nous étions très soudés !”, souligne la directrice de l’entreprise. 

Au total, 200 000 euros de perte ont été estimés par l’assurance de ODS. Un coût remboursé à plus de 80%. Un soulagement pour l’entreprise qui a alors débuté des travaux de rénovation. Entre crise sanitaire, manque de matériaux et reprise de l’activité, ODS n’a jamais lâché. C’est d’ailleurs celle-ci qui était en première ligne pour désinfecter les bâtiments municipaux, écoles et rues de Val-de-Reuil. La Ville, étant la première à croire en eux en 1989, date de création de l’association (qui évoluera en SARL 10 ans plus tard). “Pendant les travaux, nous n’avions pas pu célébrer des événements importants, tels que nos 30 ans, les 20 ans de ODA ou encore les cérémonies de remises de diplômes.” 

Formation et insertion dans un même lieu

En plus de la réfection totale de leur local, l’entreprise a fait le choix de vendre celui situé à la limite entre Incarville et Val-de-Reuil consacré à ODA, l’organisme de formation créé en 2007. “Nous voulions concentrer les deux entités dans un même lieu, ainsi, nous avons entamé une extension. Malheureusement, nous avons subi un cambriolage pendant les travaux”, précise Stéphanie, fière de ce nouveau cocon professionnel.

Ce vendredi 9 septembre, il était l’heure de faire découvrir un nouvel ODS : nouveau mobilier, salle de réunion, bureaux ergonomiques… Un coup de neuf salué par Marc-Antoine Jamet : “ Les relations de ODS et Val-de-Reuil sont très fortes, vous avez été un acteur indispensable lors du COVID, quand on a voulu rassurer la population, en terme de protection et désinfection, vous étiez là, dans des conditions de réassurance de la population, vous l’avez fait avec nous. Vous êtes également les acteurs de la propreté des espaces publics, des bâtiments municipaux, des écoles… Votre travail sur l’insertion des rolivalois est exemplaire !” 

Félicité également par le nouveau député de la circonscription, Philippe Brun :« ODS a une fonction essentielle sur le marché du travail de l’agglomération, par votre action, vous êtes les acteurs d’une économie partielle. Le droit à l’emploi est une promesse républicaine.” 

Un nouveau départ pour cette entreprise de nettoyage qui est un véritable créateur d’emploi sur le territoire, une clé qui permet de faire baisser le chômage rolivalois chaque année !

ODS et ODA en chiffre :

30 ans d’existence

890 personnes en CDDI

1 600 000 d’insertion

31 personnes embauchées en CDI dont 16 des parcours d’insertion 

737 personnes formées 

106 certifications professionnelles attribuées

90% de réussite 

Plus d’informations : ODS Propreté, Parc d’activités Les Lacs, Rue du 10 mai 1981 à Val-de-Reuil. Téléphone : 02 32 59 22 72 /  sarl.ods@free.fr 

 

Partagez :

Rentrée 2022 : des selfs-service à la cantine !

Être acteur de son repas et limiter le gaspillage alimentaire, deux choses que les écoliers des Dominos et Jean-Moulin peuvent désormais faire ! Depuis la rentrée, les enfants peuvent déjeuner au self, un système de restauration moderne qui vient s’ajouter à une rénovation des cantines. Reportage.

“Miammm ! J’aime trop, on peut choisir ce qu’on veut, si on n’aime pas ou on n’a pas faim par exemple”, s’exclame la petite Lana, 6 ans, qui vient de faire sa rentrée en CP à l’école Jean-Moulin. Comme elle, ce sont plus de 700 enfants qui peuvent se restaurer au self-service, un dispositif déjà instauré à Louise Michel depuis plusieurs années. Les autres établissements de la ville suivront dans les prochaines années : d’abord dans la nouvelle école Victor Hugo et Coluche l’an prochain. 

Apprendre à manger en autonomie 

Pour cette nouvelle année scolaire, la Ville peaufine son plan “écoles” avec un nouveau programme, celui de transformer et de moderniser les cantines. 114 000 euros ont été investis pour mettre en place ces selfs-services. Une nouveauté qui ravit la directrice de Jean-Moulin, Stéphanie Moy : “Les enfants se sentent responsabilisés, je pense que cela va avoir un impact conséquent sur le gâchis. Et pour le personnel, le contact est différent, nous ne sommes plus dans l’échange, leur montrer comment faire et comment recycler leurs déchets.”  

En effet, auparavant, les agents servaient à table les élèves, maintenant, ils se prennent eux-mêmes en main. Du service jusqu’au débarras de leurs assiettes, les jeunes enfants apprennent à se débrouiller. “C’est bien, cela va permettre aussi aux CM2 de se préparer au collège !”, souligne Éloïse Dieng, enseignante en maternelle, en inaugurant le self. 

“J’apprends à trier”

Dès 12H, l’odeur du poisson grillé et des pommes de terre rissolées enivre les narines. Les premiers à tester le self viennent d’arriver en file indienne. Un plateau, un verre, des couverts… Et hop ! Plus qu’à choisir son déjeuner ! Et sur les étalages, il y a le choix : tomates à la vinaigrette, poisson pané, pommes dauphines, raisins… Un repas équilibré, composé comme avant, avec des produits bio et locaux. En pleine dégustation de son repas, Malon, élève en CP, savoure ce plaisir de ne pas prendre de fromage : “Je n’aime pas ça, avant, il finissait à la poubelle !” Son copain Thibaut est tout aussi content, aidé par un animateur de la Ville, il débarrasse son assiette avec attention : “J’apprends à trier !” 

A l’école des Dominos, même engouement pour les enfants comme pour les équipes pédagogiques. D’autant plus qu’ici, en plus de la création du self-service, les locaux de la cantine ont également  été rénovés cet été pour améliorer le confort des écoliers. Moins bruyante, plus agréable, plus économe en énergie… cette salle de restauration a bénéficié d’une importante rénovation pour un montant total de 51.000 €.

A l’école maternelle du Pivollet, les petits Rolivalois déjeunent également dans un environnement plus serein. Ici, à la pose d’une cloison vitrée pour apaiser le bruit et rendre les lieux plus intimistes, s’ajoutent la réfection du sol, le remplacement des luminaires, la pose de faux plafonds phoniques et de nouvelles peintures murales… Coût de l’opération : 45 000 €. 

 

Lutter contre l’inflation 

L’ensemble de ces nouveaux aménagements dans les cantines rolivaloises s’accompagnera d’un effort financier considérable de la Ville concernant le coût de la restauration scolaire. A l’heure où de nombreuses collectivités répercutent l’augmentation du coût des matières premières sur le prix du repas facturé aux familles ou sur la qualité des menus, la municipalité a fait le choix de ne pas faire peser les conséquences cette situation sur les Rolivalois et de privilégier la solidarité. Le prix du repas reste donc inchangé pour les familles tout comme la composition et la qualité des menus. 50 % des produits utilisés pour le déjeuner des petits Rolivalois restent locaux ou en circuit court et 20 % bio (un repas par semaine est entièrement bio). En complément, une aide de 36 euros par enfant a été versée pour l’achat du matériel scolaire. Dans un contexte marqué par l’inflation et la hausse générale des prix, la Ville a deux priorités conjointes : maintenir une ambition toujours plus élevée pour l’école sans en faire supporter le coût aux familles. Avec les élus municipaux qui, comme moi, dès 8h30, ont accueilli les enfants, parents et enseignants devant chacune des écoles, nous avons travaillé à rendre cette rentrée 2022-2023 plus sereine, plus heureuse et porteuse de réussite pour les 2.000 élèves qui ont repris le chemin de leur classe ce jeudi 1er septembre” , a précisé Marc-Antoine Jamet lors de sa traditionnelle tournée dans les classes.

Partagez :

Samedi 10 septembre, célébrons la rentrée des associations !

Samedi 10 septembre, de 10h à 17h au Parc des sports, 80 clubs sportifs et associations rolivaloises vous donnent rendez-vous pour le traditionnel forum des associations.  

L’activité physique, l’art, la musique, le développement durable… Une nécessité pour la santé, un moment de détente ou de défoulement à choisir dès la rentrée ! Ce samedi 10 septembre, la Ville de Val-de-Reuil, riche de son maillage associatif, rassemble plus de 80 clubs et associations au stade Jesse Owens afin de renouer avec l’activité sportive, de découvrir d’autres disciplines, de se lancer dans une activité en dehors de son temps scolaire ou professionnel. Des milliers de visiteurs sont attendus tout au long de la journée pour cet incontournable rendez-vous de la rentrée qu’est le forum des associations.

Envie de faire du foot ? Du basket ? De la danse ? De s’engager dans l’humanitaire ?  Venez découvrir plus de 100 activités proposées à Val-de-Reuil. De 10h00 à 17h00, les entraîneurs, présidents, licenciés et bénévoles seront présents pour présenter leurs disciplines et leurs activités à l’intérieur du stade Jesse Owens ! Du VRAC (Val-de-Reuil athlétique club) au FCVR (Football club de Val-de-Reuil) en passant par le VRTS (tennis/squash), le BVRL (badminton), le DBVRL (basket), le RERS, EPIREUIL, l’ACRI ou la nouvelle association La Laverie, ils seront tous au rendez-vous pour offrir une rentrée associative de qualité.

Animations et démonstrations 

Afin de faciliter les choix – parfois compliqués – et de lever les doutes des indécis, des démonstrations et initiations seront organisées au fil de la journée au pied des stands ou dans les espaces du parc des sports. Ce sera d’ailleurs l’occasion de venir à la rencontre de Dorian Louvet, un ancien aventurier de Koh Lanta, qui fera une démonstration de sport santé ; d’assister à une démonstration du champion espagnol de saut à la perche Aleix Pi Portet, d’admirer des légumes géants des jardins familiaux, de danser la zumba, de profiter de concerts du conservatoire ou encore de rencontrer les champions régionaux et nationaux de chaque club…

Lancement de la Cité Éducative

Ce forum des associations 2022 marquera également le lancement de la cité éducative ! En janvier 2022, Val-de-Reuil a rejoint le cercle très fermé des 200 communes françaises labellisées Cité Éducative par le ministère en charge de la Ville et celui de l’Éducation nationale et de la Jeunesse. Ce label d’excellence, qui vise à intensifier les prises en charge éducatives des enfants et des jeunes, de la naissance à l’insertion professionnelle, a cimenté encore plus solidement le partenariat qui existe entre les différents acteurs éducatifs autour de projets et d’initiatives favorisant l’éveil, l’épanouissement et la réussite des 0/25 ans. Ainsi, vous pourrez retrouver plusieurs stands des écoles rolivaloises, du lycée, du collège en passant par le CFA et l’EPIDE. Tous prêts à parler de leurs projets, qu’ils soient culturels, éducatifs ou artistiques. Élèves, enseignants, directeurs seront présents pour échanger sur leurs actions avec le public et tisser des liens avec les associations présentes.

Infos pratiques : 

Restauration sur place, entrée gratuite 

Samedi 10 septembre de 10h à 17h 

Partagez :

Un recordman de Ju-jitsu brésilien !

Depuis plusieurs années, Nicolas Malet rafle les médailles en Ju-jitsu brésilien ! Cet athlète de 32 ans a décroché la médaille de bronze aux championnats de France dans sa catégorie et au classement général. 

Du judo au Jiu-jitsu et Newasa 

Il a voyagé à travers le monde entier pour participer à des compétitions, du Portugal au Brésil en passant par le Japon… Nicolas vit de sa passion depuis plusieurs années. Tombé sur les tatamis à l’âge de 6 ans, ce licencié du club de Val-de-Reuil doit ses victoires à celle qui lui a fait découvrir les arts martiaux. “Ce sont mes parents qui m’ont licenciée dans un club de judo, car ma nourrice était secrétaire du club à côté de chez moi. J’ai de suite accroché car j’étais une petite teigne, un peu bagarreur à l’époque”, se souvient-il. En 2006, alors qu’il n’a que 16 ans,  il intègre le sport études à Rouen et enchaîne les podiums des compétitions scolaires et universitaires.

Avec sa technique éclatante, il bascule en semi-haut niveau de judo pour changer de discipline alors qu’il passe son brevet d’état pour devenir professeur de judo en 2010 : “ je me suis intéressé au sol alors que je n’aimais pas du tout ça. Quand j’ai passé mon diplôme, un des formateurs qui était prof de Ju-jitsu m’a conseillé de faire un essai ; j’ai accroché de suite et je me suis mis à pratiquer au club du judo des 2 riv car c’est l’un des seuls du territoire à proposer des cours.” D’abord en ceinture blanche pour parfaire ses bases qui le propulsent dans les rangs des meilleurs résultats régionaux et nationaux. Il passe de ceinture en ceinture et prend vite ses marques en devenant trois fois vice-champion de France en 2017, 2018 et 2019 et deux fois vice-champion d’Europe avec la fédération américaine en 2019.

Le 19 juin, il a ajouté une nouvelle médaille de bronze à sa collection lors des championnats de France avec sa ceinture violette. Un peu déçu, il ne s’avoue pas vaincu : “la saison a été assez compliquée avec quelques pépins physiques mais il y a quand même cette satisfaction de décrocher une médaille supplémentaire. Je ne compte pas m’arrêter là, il me reste une grosse échéance à la fin de l’année et ensuite un changement de grade.” 

Une rentrée qui s’avère tout aussi intense que son été.  Avec les championnats du monde à Abou Dabi, il espère devenir ceinture marron fin décembre. En attendant, le jeune Ju-jitsuka continue de vivre de sa passion en tant que conseiller technique fédéral pour la ligue de Normandie, avec en tête, la ceinture noire et le rêve de devenir champion du monde. Un objectif qu’il pourra atteindre avec le dojo tout neuf du complexe Léo Lagrange qui l’aide à pratiquer de manière sécurisée en toute luminosité !

Partagez :

Travaux de la Dalle : place aux rues Payse et Bonvoisin !

À partir du 5 septembre prochain, les rues Payse et Bonvoisin bénéficieront d’une réfection et d’un aménagement global. Objectif ? Sécuriser les maisons et embellir ces deux rues. Mardi soir, une réunion publique s’est déroulée en présence des habitants.

Apaiser les espaces et clôturer l’entrée côté voirie des deux rues. C’est l’objectif des travaux qui seront réalisés pendant 5 mois sur la rue Payse et celle à proximité, la rue Bonvoisin.  Afin d’expliquer et de rassurer les habitants sur les éventuelles préoccupations, les élus et les services de la Ville ont assuré une réunion publique pour répondre à leurs questions. 

Végétaliser et réfection de l’étanchéité 

Après la rue du Lierre, place aux rues Payse et Bonvoisin ! ​​Dans le cadre de la réfection de l’intégralité de la Dalle, ces deux rues laisseront place, dans quelques mois, à un vaste espace piétonnier entouré de végétations suspendues.  

Reportés lors des deux précédentes opérations de rénovation urbaine pour des contraintes juridiques et financières, ces travaux étaient classés parmi les priorités de la Ville pour ce nouveau plan 2020-2025 (NPNRU). Confiés à la société ASTEN, qui collabore avec la Ville depuis plus de 20 ans, ces travaux se feront en plusieurs phases. “L’objectif est de refaire l’étanchéité des rues et de végétaliser les espaces afin d’améliorer le cadre de vie des habitants. Un chemin central sera créé pour permettre aux riverains de déambuler en toute sécurité.”, explique Anne Lehelloco, responsable du suivi du chantier à la mairie. Une rivière minérale de galets prendra forme au niveau de la rue Bonvoisin et un jardin suspendu sera réalisé rue Payse. L’ensemble des murets seront quant à eux repeints. 

Trafic et stationnement sur la route des Lacs perturbés

Après le passage d’un huissier ce vendredi pour faire un constat des défauts déjà présents autour des habitations, les travaux débuteront lundi 5 septembre par une phase de démolition dans l’optique d’enlever l’étanchéité déjà existante. De légères vibrations et nuisances sonores seront, comme tous travaux, ressenties. Mais les riverains peuvent être rassurés : comme pour la rue du Lierre, ces travaux seront réalisés dans le cadre d’une charte de bonne conduite écologique et sociale. “Nous nous adapterons aux demandes des habitants, si nos véhicules gênent nous les pousserons, s’il y a trop de nuisances, nous changerons nos horaires de travail pour garder un rythme de vie le plus serein aux riverains”, explique Gregory Brillet, ingénieur travaux chez ASTEN.  Le tri des déchets issus du chantier ainsi que le réemploi des matériaux sera également effectué. L’entreprise conseille néanmoins de protéger les voitures garées dans les garages par des bâches en plastique pour éviter les émulsions de poussières. 

La deuxième phase d’aménagement et de réfection suivra ensuite à la fin de l’année. À noter que pendant les travaux, la Dalle sera inaccessible aux piétons sur certains créneaux horaires, un aménagement provisoire sera mis en place pour accéder aux logements ayant une porte sur Dalle. Le parking situé route des Lacs, devant l’école des Cerfs-volants, sera par ailleurs ponctuellement mobilisé par les engins de chantier et le trafic légèrement perturbé en journée pour laisser passer les ouvriers.

Vous avez des questions ou rencontrez des difficultés pour accéder à votre domicile ?

Un interlocuteur unique à votre service :

la Gestion Urbaine Sociale de Proximité (GUSP) 

02 32 09 51 41 / gusp@valdereuil.fr

Partagez :

Une soirée à la découverte de l’astronomie !

A l’occasion de la nuit des étoiles, l’association Spacebus France fait une escale inédite à Val-de-Reuil ! Le 5 août à partir de 18h au jardin sportif, venez découvrir l’astronomie !

Chaque année, pendant l’été, SpaceBus France et ses bénévoles professionnels de l’astronomie parcourent une région différente de France s’arrêtant de ville en ville, sur les places publiques, pour aller à la rencontre des habitants. Si la tournée du bus n’est pas prévue en Normandie cette année, pour la troisième fois, SpaceBus France s’arrêtera exceptionnellement à Val-de-Reuil le temps d’une soirée ! 

Créée en 2017, l’association regroupe des chercheurs, des doctorants, ingénieurs qui partagent leur passion au grand public. Ce 5 août, ces professionnels vous en feront voir de toutes les couleurs avec des ateliers inédits, ludiques et conviviaux tels que la construction de fusées à eaux lancées dans le ciel (à ce titre, pensez à ramener deux bouteilles de Coca-Cola vides) ! 

Repas partagé et observation 

Et pour terminer cette journée en beauté, Space Bus posera ses télescopes le long du jardin sportif ! À la nuit tombée, vous aurez l’occasion de profiter d’un repas partagé (chacun amène ses spécialités) tout en regardant les étoiles ! À l’aide de leurs tablettes numériques ou de vos smartphones, les scientifiques vous guideront pas à pas sur ce que vous voyez ! ” C’est très sympa de revenir ici, c’est une ville très accueillante qui fait beaucoup d’efforts pour les jeunes ! C’est un plaisir d’animer ces ateliers !” s’exclame Raphaël Peraltat, docteur en astrophysique à l’observatoire de Paris et Président de l’association. 

L’occasion rêvée pour admirer seul, en famille ou entre amis les perséides, ce ciel dégagé pour admirer la Lune en début de nuit, puis Saturne, Jupiter, nébuleuses et galaxies un peu plus tard. (Pour profiter au maximum de cette expérience, la lumière autour du jardin sportif sera éteinte).

Partagez :

KIDROMI signe avec Universal et Virgin !

Leur rêve devient réalité ! Après leur participation au festival du printemps de Bourges au mois d’avril, Romi Chen et ses 4 compères viennent de signer avec deux grandes firmes musicales ! 

Incroyable ! Le rêve devient réalité. Repérés au printemps de Bourges, KIDROMI vient de signer deux contrats avec Universal et Virgin. Le début d’une carrière prometteuse pour le rolivalois.

“On est rentré avec la banane !” 

Du 17 au 24 avril, Romi Schen, Gaetan Martin, Gauthier Levy et Chahine Bahloul ont eu la chance de participer au festival du Printemps de Bourges en tant que “Inouïs”. Quatre mois plus tard, ils ont l’honneur d’annoncer leurs premiers contrats. “Lors du festival, nous avons participé à des cours professionnels et des speeds-meetings autour de l’industrie musicale, la communication ou encore les contrats. C’était un peu trop scolaire à notre goût mais ça nous a permis de faire la rencontre de plusieurs intervenants comme Abd al Malik ou encore des équipes de SPOTIFY et d’en apprendre plus sur les autres artistes”, explique Gaëtan Martin, le manager de KIDROMI. Au fil de la semaine, les 4 amis ont pu faire la rencontre de leur directrice artistique qui les a poussés au plus haut. Une véritable chasse aux artistes s’est alors engagée au cœur du festival. “Il n’y avait qu’au jardin SPOTIFY où on était tranquille, on est rentré chez nous avec la banane ! ”, ironise Chahine, le compositeur de Romi. Face aux autres artistes de renommée, le Rolivalois a réussi à s’imposer et à se faire repérer par Universal et Virgin à la suite de leur concert attendu par tous.  

Auteur, compositeur et distribution 

Rares sont les artistes qui signent tous ensemble s’ils ne sont pas tous des interprètes. Et pourtant, le staff de KIDROMI a signé chacun un contrat indépendant début juillet. “Chez Universal, nous avons signé moi et Gauthier en tant que compositeur et Romi et Chahine en auteur. Chacun peut écrire, faire les mélodies de voix ou composer pour d’autres artistes en plus de notre projet !”, explique Gaëtan qui précise que le contrat chez Virgin assurera la distribution de leurs musiques et albums sur les plateformes de streaming, à la radio ou encore à la Télévision.  

Une énorme fierté pour ces jeunes qui ont déjà de nombreux concerts programmés dans toute la France cet été et peut-être à Val-de-Reuil à la fin de l’été (restez connectés !) 

 

Partagez :

Silence, ça tourne !

Depuis 2005, Jérémie Sassin anime les ateliers Cin’Été. Du scénario au tournage, une vingtaine de jeunes s’immergent dans les métiers du cinéma. Reportage.

3,2,1 Action ! Le nouveau court métrage de Cin’Été est en pleine réalisation depuis quelques jours. Depuis presque 20 ans, Jérémie Sassin, le directeur adjoint du cinéma et toute son équipe organisent des ateliers de cinéma à destination des jeunes de la Ville et ses alentours. Cette année, 20 acteurs et réalisateurs en herbe se lancent dans un nouvel opus dans l’univers du manga.

“Je rêve de devenir actrice !!”

“Dernière prise”, lance Jérémie aux trois actrices présentes sur l’herbe de la Côte des Deux Amants. Une scène qui clôturera le film qu’ils sont en train de tourner depuis le début de la semaine, mettant en scène une grande violoniste, jouée par Julie Lemeur de la Factorie et ses enfants qui partent à la recherche du violon de leur mère hospitalisée. Un film de 15 minutes inspiré du célèbre film d’animation “Mon voisin Totoro”. Le spectateur suivra l’aventure de deux sœurs jouées par Cheiyenne, 15 ans, et Emy, 10 ans. Deux jeunes filles déjà bien rodées au cinéma. “Je joue Sibel, la grande sœur, je suis là en guise de guide. J’ai débuté les ateliers cin’été quand j’avais 7 ans. Je veux être actrice depuis très longtemps. J’aime ces ateliers car ils permettent aux plus jeunes de comprendre comment fonctionne le cinéma dans sa globalité”, explique Cheiyene qui habite à l’année au Touquet dans le Nord et vient en vacances tous les étés à Val-de-Reuil. Quant à Emy, c’est la deuxième année qu’elle participe. Malgré son jeune âge, la jeune Lérysienne est déjà sûre d’elle : “je rêve de devenir actrice !!”

De l’Espages à l’Arsenal en passant par la Côte des Deux Amants, les acteurs en herbe vont jouer leurs scènes aux quatre coins de la Ville et du territoire. Encadrés par Jérémie Sassin, ils peuvent également compter sur les assistantes du réalisateur, comme Sokona, Ismène ou encore Nina, 17 ans, qui était devant la caméra l’année dernière. “Je fais les raccords, je m’occupe des costumes, de sécuriser les lieux de tournages des séquences… C’est génial de voir tous les métiers du cinéma !” 

Un film à découvrir le 12 août prochain au festival cin’été ! 

Près de 20 ans d’ateliers

Depuis 2 ans, les films réalisés sont de plus en plus qualitatifs. La raison ? Des caméras plus abouties, des musiques originales, des endroits plus variés, une histoire plus réfléchie… Une amélioration dont Jérémie Sassin est fier. Depuis près de 20 ans, ce passionné du 7ᵉ art, diplômé de la fac de cinéma d’Amiens, se démène chaque été pour faire vivre un moment unique aux jeunes qui rejoignent les ateliers. “Tout a commencé en 2005, à l’origine, c’était des intervenants de Paris qui venaient, puis après avoir participé à un concours de court métrage à Val-de-Reuil, j’ai fait la rencontre de Jean-Claude Bourbault”, raconte-t-il en se souvenant des premiers films diffusés sur Canal Val-de-Reuil. Depuis, les ateliers ont bien grandi et des centaines de jeunes sont passés devant ou derrière la caméra au fil des étés ! Une prise qui est loin d’être la dernière ! 

Diffusion du film le 12 août au festival Cin’été à partir de 22h dans la cour de l’ancien collège PMF. 

Partagez :

La Ville propose un séjour d’exception à 33 jeunes Ukrainiens

Jusqu’au 28 juillet, des jeunes Ukrainiens réfugiés à Sztum en Pologne, vont passer un séjour exceptionnel à Val-de-Reuil. Arrivés hier soir, l’émotion était vive à la descente du car. 

Depuis le début de la guerre en Ukraine, la Ville de Val-de-Reuil ne cesse de se mobiliser pour exprimer sa solidarité envers le peuple ukrainien. Après un rassemblement de soutien riche en émotion le 1er mars, plusieurs familles de réfugiés rejoignaient la ville dans les semaines suivantes.  Au même moment, une vaste collecte s’organisait par le biais du centre de dons rolivalois, aboutissant à l’acheminement de plusieurs dizaines de tonnes de produits de première nécessité vers la frontière ukrainienne. Au Grand Ballet de Kiev qui faisait salle comble à l’Arsenal (les recettes ont été reversées au peuple ukrainien) fin mars, s’ajoutaient également  deux aides exceptionnelles de 5 000 euros (en mai et juillet) à Sztum (commune polonaise jumelée avec Val-de-Reuil et accueillant un millier de réfugiés). Cinq mois après le début de la guerre, la Ville continue de se mobiliser en s’unissant à nouveau à ses communes jumelées. Pendant une semaine, 33 jeunes Ukrainiens de 8 à 17 ans (ainsi que 11 accompagnateurs) réfugiés à Sztum vont passer un séjour exceptionnel sur les terres rolivaloises à la découverte de la Normandie et de la capitale. Ils sont arrivés hier. 

Aide exceptionnelle de 10 000 euros

Tout a commencé en mai dernier alors que le maire de Sztum avait invité la municipalité à participer aux festivités locales annuelles. Une tradition à laquelle la Ville est attachée depuis de nombreuses années. Une délégation rolivaloise d’agents municipaux, d’élus, de sportifs du VRAC et du club Pleine Forme ont ainsi fait leurs valises pour partir à la rencontre de nos amis Polonais. Lors des festivités, plusieurs familles et enfants Ukrainiens présents ont pu rencontrer Marc-Antoine Jamet et la délégation rolivaloise. “Nous avons un volet humanitaire très fort à Val-de-Reuil et pour valeur centrale la solidarité internationale et le soutien entre les peuples. Quand nous sommes arrivés là-bas, nous avions les mains pleines de biens de première nécessité à leur offrir. Nous sommes partis à leur rencontre et nous avons discuté avec eux sur leurs besoins et ressentis”, explique Jeanne Pouhé, élue en charge des jumelages. Parmi ces réfugiés, des jeunes, parfois seuls, qui ont dû quitter leur pays sans leurs parents, logés dans des internats de fortune. 

“Offrir un moment de répit pour leur faire oublier ce drame” 

Lors de ce séjour, Marc-Antoine Jamet a proposé aux jeunes de venir à Val-de-Reuil pendant l’été. Les yeux brillants, nombre d’entre eux n’ont pas hésité. “ Nous avons vu la précarité qu’il y avait sur place et c’était essentiel de les faire venir pour leur offrir un moment de répit et, je l’espère, leur faire un peu oublier ce drame”, a souligné Marc-Antoine Jamet, le maire de Val-de-Reuil.

 

Après 2 jours de voyage, 1 334 kilomètres, les 33 jeunes et leurs 11 accompagnateurs ont posé leurs valises à Val-de-Reuil hier soir aux alentours de 21h00. Les sourires aux lèvres, tous se sont pressés pour choisir leurs chambres mises à leur disposition dans l’internat du CFA rolivalois. Une installation dans la bonne humeur qui n’a pas manqué de faire rire les adultes qui les accompagnent pour la semaine. La soirée s’est prolongée par un repas d’accueil avec des spécialités françaises qui ont intrigué les jeunes enfants : camembert, taboulé, barbecue… Un festin pour recharger leurs batteries avant de s’amuser sur les tables de ping-pong et baby-foot, puis de tomber dans les bras de Morphée en attendant leur semaine qui s’annonce exceptionnelle : Visite du château de Versailles, excursion sur la côte Normande, journée à Paris, balade à Biotropica, ateliers sur l’île du roi ou encore jeux de pistes avec les Rolivalois des centres de loisirs… 

Des moments de partages uniques à suivre sur les réseaux de la Ville tout au long de la semaine !



Partagez :

Chaque soir jusqu’au 15 août, une dose de cinéma en plein air !

Depuis 21 ans, le festival Cin’Été illumine les yeux des petits et des grands. Chaque soir, jusqu’au 15 août, à la tombée de la nuit, profitez d’une séance cinéma en plein air dans la cour de l’ancien collège PMF. Reportage.

Initié par Jean-Claude Bourbault et toute l’équipe de l’association « Sous le Soleil exactement », Cin’Été revient pour une 21ᵉ édition sous le thème de “Vivre !” Célébrer l’instant présent en toute convivialité sous les étoiles !

“Je viens tous les ans, c’est sympa d’être en plein air, c’est unique !” 

22h00, la nuit tombe… Les rues rolivaloises s’animent dans la chaleur estivale. En centre-ville, de nombreuses familles sont déjà sur le chemin en direction de l’entrée du festival. Pour les accueillir, des boissons fraîches, du thé à la menthe ou du café sont généreusement offerts pour bien s’hydrater avant de profiter du grand écran !

Sur les chaises mises à disposition sous les tonnelles, face à l’écran géant, Lynda et sa maman viennent découvrir le film du jour : “Le sommet des dieux”. “Je travaille pour un festival de court métrage. Le cinéma, c’est mon mode de vie ! Cin’été est génial, c’est très courageux d’organiser ça sur un mois. C’est super pour les jeunes, ça permet de susciter des ambitions et des vocations ”, souligne la jeune femme qui vient de Sydney en Australie passer des vacances à Val-de-Reuil. Un peu plus loin, Élodie et ses trois enfants ont fait le chemin depuis Louviers : “je viens tous les ans, c’est sympa d’être en plein air, c’est unique !” 

Les fameuses sucettes

Tradition du festival : les sucettes ! Avant chaque diffusion, Jean-Claude Bourbault et son équipe lancent un petit quiz sur le film de la veille. À la clé ? Des sucettes chupa-chups à déguster tout au long du film. “C’est adorable pour les enfants, même les grands ! Ça permet de leur apprendre des anecdotes sur les films et les réalisateurs”, s’exclame Dani avec sa fille Solal.

C’est sous les sourires du public que l’écran s’illumine pour laisser place au film du jour. Un instant pour vivre ensemble un moment unique en découvrant une œuvre du 7ᵉ art !

Plus de renseignements :

Cin’été, jusqu’au 13 août, dans la cour de PMF

À la tombée de la nuit

Entrée libre et gratuite

Partagez :

Vivre une toile sous les étoiles !

Seuls, en famille, entre amis ou voisins … Ne manquez pas Cin’été, ce rendez-vous cinéma incontournable à Val-de-Reuil !

Initié par Jean-Claude Bourbault et toute l’équipe de l’association « Sous le Soleil exactement », cin’été revient pour une 21ᵉ édition sous le thème de “Vivre !” Chaque soir, du 14 juillet au 15 août,  à la tombée de la nuit, profitez d’une séance cinéma en plein air dans la cour de l’ancien collège PMF.

C’est le moment idéal pour célébrer l’instant présent

Pour cette nouvelle édition, le directeur du cinéma Rolivalois et créateur du festival, a choisi un thème qui fait écho à la situation sanitaire que nous vivons encore actuellement : “J’ai choisi Vivre car après tout ce que l’on vient de vivre justement, c’est le moment idéal pour célébrer l’instant présent et savourer les moments que nous vivons.” Une invitation pour célébrer ensemble un moment unique à travers des films qui parlent de la vie. 33 chefs-d’œuvre à retrouver sous les étoiles rolivaloises. “Pendant 2 ans, énormément de films ont été tournés, c’est pour cela que nous proposons que des films récents à l’affiche”, explique Jean-Claude Bourbault qui invite tout le monde à partager ce moment de convivialité autour d’un thé ou d’un café en attendant les premières images….

Plus de renseignements :
Cin’été, du 14 juillet au 15 août, dans la cour de PMF
À la tombée de la nuit
Entrée libre et gratuite

 

Ateliers pour les réalisateurs en herbe

Comment écrire un script ? Comment tourner une scène et la jouer ? Tous les ans, Jérémie Sassin, directeur adjoint du cinéma, propose des ateliers cinéma avec 4 formateurs. Tous les jours (sauf les week-ends et jours fériés) du 7 juillet au 12 août, des sessions sont organisées dans toute la ville pour produire un court métrage diffusé le dernier jour du festival. Le point de rendez-vous est fixé devant le Kiosque Rue Grande à 14h, petits et grands peuvent venir librement et gratuitement !

Plus d’informations au 06 64 74 23 64

Les films à l’affiche :

Partagez :

Des chantiers jeunes sous le soleil !

À Val-de-Reuil, comme à chaque vacance scolaire, sans attendre 18 ans, on peut décrocher son premier job !  Tout au long de l’été, 59 jeunes Rolivalois vont embellir la Ville. Rencontre avec quelques-uns d’entre eux.

Certains viennent de décrocher le bac, d’autres de terminer leurs épreuves de Français ou encore rentrent tout juste au lycée à la rentrée. Depuis 2011, la Ville de Val-de-Reuil organise ces chantiers jeunes (en partenariat avec plusieurs des bailleurs de la commune) pendant chacune des périodes de vacances scolaires. 59 jeunes vont se relayer pour embellir la ville cet été !

“Je veux me payer un voyage Erasmus”

À travers des périodes de deux semaines, une dizaine de jeunes s’affairent à repeindre divers endroits de la Ville. Tout au long de la chaussée du Village, une équipe repeint en blanc les lices qui longent le trottoir. Au pinceau, on retrouve Avril, une jeune Rolivaloise de 16 ans qui entre en terminale à la rentrée. Une première pour elle : “Je voudrais faire un voyage à l’étranger pour mes études. Je veux aider mes parents à financer le voyage Erasmus !” 

Quelques mètres plus loin, Bétul, 17 ans est elle aussi embauchée pour la première fois sur les chantiers. A la rentrée, elle fera sa rentrée en fac de droit. Ce petit job lui permettra de mettre de l’argent de côté pour s’équiper en matériel numérique : “Je trouve ça bien, car ça nous habitue au monde du travail, c’est super que la Ville nous permette ce genre de choses !”

Bonne ambiance et conseils

À l’autre bout de la Ville, rue des compagnons, une autre équipe est en action dans une cage d’escalier d’un logement d’IBS. Sur les conseils de leur encadrant, 5 jeunes rafraîchissent les murs et les plafonds. Une équipe soudée qui n’hésite pas à charrier Helyne, 18 ans, qui a décroché son bac dans la matinée. “C’est notre bachelière”, s’exclament-ils ensemble. Le sourire aux lèvres, la jeune femme participe aux chantiers pour la première fois : “Ça nous aide beaucoup, je peux conseiller à tout le monde de candidater. C’est une première expérience qui est riche de sens !” À la rentrée, elle partira à Paris faire un BTS carrière sociale, une bonne raison de mettre de côté pour son futur appartement. 

Jusqu’à fin août, d’autres jeunes passeront leurs plus beaux tee-shirts verts des chantiers jeunes pour repeindre des places de parking, des traçages au sol, des places à mobilité réduite, refaire une beauté à l’entrée de l’école des Dominos ou encore des murets, garages et jardinières qui n’attendent qu’un coup de pinceau ! 

 

Partagez :

Du 12 juillet au 13 août, embarquez pour l’aventure au Jardin(s) d’Été !

Du mardi au samedi, entre le 12 juillet et le 13 août, venez profiter d’une cascade d’animations dans les cinq mondes et le village olympique réunis au cœur de la ville.  

Après Val-de-Reuil Côté Plage pendant plusieurs été, place cette année à Jardin(s) d’été. Une opération estivale intergénérationnelle qui prendra ses quartier du  du mardi au samedi de 13h30 à 18h30 au jardin sportif et dans la cour de l’école du Pivollet.

“Une palette d’activités pour tous les âges.”

Que vous soyez férus de montagne, adeptes de la plage, amoureux de la nature, mordus d’évasion tropicale ou attachés à la ville… nul besoin de parcourir des dizaines, des centaines ou des milliers de kilomètres pour trouver votre bonheur cet été ! Cinq mondes à votre porte et un village olympique à savourer pendant 5 semaines au gré de vos envies. « Nous proposerons cinq ambiances différentes dans le jardin sportif avec chacun leur palette d’activités pour tous les âges. Une sorte de voyage imaginaire qui offrira un goût d’ailleurs sans quitter la ville. Le but est que les parents fassent des activités avec leurs enfants », confie Catherine Duvallet, première adjointe en charge de la jeunesse qui précise que le dispositif se joint aux “Vacances apprenantes” en lien avec la Cité Educative : “Il y aura des ateliers pédagogiques et ludiques et des ateliers pour les adultes !” 

Une scénographie unique et travaillée 

Passer d’un monde à l’autre depuis « l’agora » et ses colonnes grecques érigées au centre du parc, se laisser emporter par la magie des ateliers, des structures en libre accès, des activités sportives, flâneries estivales, séances de bien-être… voilà ce que propose l’ensemble des services municipaux en partenariat avec les associations locales et partenaires de tous horizons jusqu’au 13 août. Le “décor” des Jardin(s) d’été a été imaginé à 100% par Ophélie Sengier, une scénographe bien connue des petits Rolivalois car elle est enseignante au collège Alphonse Allais. Elle a également réalisé la scénographie du festival Poésia de la Factorie en mai dernier. “Il y aura une agora centrale avec 5 portes autour qui invitent sur chaque monde. Toutes décorées en fonction de leur thème, avec des voiles de bateau, méduses en suspension, affiches du film metropolis, porte du désert en jaune, suspension arbre de vie, toiles… Le but est d’être transporté dans un autre monde, de plonger dans un espace sensoriel, tous les sens seront en action car il y aura une bande sonore pour chaque monde”, explique la scénographe qui ne compte plus ses nuits à travailler sur le projet. 

Les 5 mondes : 

Cap sur l’océan !

Une vaste étendue de sable, un bassin éphémère, des brumisateurs, des cabanes de plage et l’appel des transats… Bienvenue au bord de l’océan, un univers où vous pénétrerez par un hublot à taille humaine. Ici, les jeux de plage prennent leurs quartiers pendant un mois. Concours de châteaux et sculptures de sable, structure gonflable, ateliers de fabrication de bateaux, de baleines et cerfs-volants, concours d’OFNI, parties endiablées de pétanque… viennent s’ajouter aux virées en pédalo et mayaks, aux séances d’aquagym, aquabike et autres jeux d’eau. Et un espace spécifiquement dédié aux tout-petits. 

Un voyage dans le désert !

Un doux parfum d’évasion sous la tente touareg, les pieds dans le sable enveloppé d’une musique zen. Au calme, tout simplement ! 

Ici, tout l’été, vous pourrez profiter grâce aux équipes de la médiathèque d’un espace lecture, de séances de contes (le mardi), jeux autour du livre (le mercredi), créations d’histoires (le jeudi), jeux de détectives pour enfants (vendredi) et de société pour adultes (samedi)… sans oublier les incontournables ateliers créatifs. L’occasion aussi d’endosser le costume d’archéologue grâce aux ateliers de découverte de fouilles archéologiques.  

En résumé, entre rêveries et évasion, c’est un voyage du Petit Prince à Indiana Jones qui attend petits et grands. 

Bienvenue dans la forêt !

Imaginez-vous dans un jardin à la française entouré de bosquets, dans un petit bois ombragé où vous ferez corps avec la nature, au son des oiseaux. L’occasion de marcher pieds nus sur le parcours des sens ; de tester le parcours d’accrobranches ; vous lancer dans un potager éphémère ou participer à des ateliers ludiques et écologiques… Sans oublier ces sorties hebdomadaires en mode safari urbain. 

 La montagne, ça vous gagne ! 

Et si vous profitiez d’une petite pause détente sur les banquettes en palettes, à deux pas du chalet de bois installé sur l’espace montagne ? Et pourquoi pas prendre de la hauteur en grimpant sur le bloc d’escalade ? Ou se laisser tenter par des ateliers de fabrication de cabanes ou de découverte de la menuiserie ? Une chose est sûre : on peut rester à Val-de-Reuil et savourer les plaisirs de la montagne ! 

 Ambiance métropolis !

Le street art, ça vous parle ? Voilà en tout cas l’ambiance dans laquelle vous serez plongé en pénétrant dans l’espace urbain. D’ateliers graffs et pochoirs en animations urbanisme, de séances de « workout » (entre gym et musculation) sur l’aire de crossfit en balades vélos, rollers, trottinettes en ville… à chacun son été urbain !  

Venez à la rencontre des animateurs de la cyberbase qui posent leurs ordinateurs au jardin sportif entre e-sport (jeux vidéos) le mardi, conception numérique le mercredi, programmation le jeudi, studio photos et montage vidéo le vendredi, rallye urbain numérique le samedi… 

Tous au village olympique 

 Envie de vous défouler dans un tourbillon d’activités sportives ? Direction la cour de l’école du Pivollet transformée en royaume estival du sport ! 45 tonnes de sable seront déversées sur le bitume pour donner vie à un immense terrain de beach volley, de soccer beach… où de nombreux clubs sportifs proposeront également des initiations à la gymnastique, au kung-fu, badminton, athlétisme, lutte, judo, zumba… 

Deux tables de teqball viendront par ailleurs compléter la vaste palette sportive pendant 5 semaines. Quant aux amateurs de glisse, ils ne seront pas en reste : à deux pas de la cour du Pivollet, sur la route de Louviers, les modules de skate prendront leurs quartiers du 12 juillet au 13 août. 

En complément, de nombreuses activités seront organisées au jour le jour par les divers services et associations de la Ville. Le programme sera affiché chaque jour à l’entrée du jardin sportif, dans les acceuils municipaux ainsi que sur les réseaux sociaux et le site de la Ville.

Programme des ateliers de la semaine prochaine (Du mardi 12 juillet au samedi 16 juillet) : 

MARDI 12 JUILLET 

      Aménagement collectif d’un terrain de pétanque : 14h00-18h00

Réalisation de poèmes à suspendre (type Arbre Monde) 13h30 à 17h30

Dessins, coloriages 13h30 à 17h30

Atelier traite avec Anymania 13h30 à 17h30

      Atelier Décoration cellograff d’un aquarium géant: 14h00-18h00

      Balade à vélo avec l’association Les Guidons Déboussolés : 13h30-16h00 (prêt de vélos de la vélothèque)

      e-sport (univers Sega/Sony): 14h00-18h00

      Lecture de contes et kamishibaï : 14h00-18h00

      Chasse aux trésors : 14h00-18h00

      Ateliers sportifs gym : 14h00-15h00 (6/9 ans) ; 15h00-16h00 (10 ans et plus) ; 16h00-17h00 (4/5 ans) ; 17h00-18h00 (18 mois à 3 ans) ; 17h00-18h00 (adultes : renforcement /fitness)

      Ateliers Kung Fu : 14h00-16h30

      Ateliers Zumba : 14h00-15h30

      Ateliers Ultimate : 14h00-17h00

      Animation autour du basket : 14h00-18h00

 

MERCREDI 13 JUILLET 

      Aménagement collectif d’un terrain de pétanque : 14h00-18h00

Atelier origami (éolienne, animaux, plantes,…) 13h30 à 17h30

Fabrication bombes à graines 13h30 à 17h30

Atelier fabrication de pain 13h30 à 17h30

      Atelier décoration cellograff aquarium virtuel géant: 14h00-18h00

      Safari urbain : 14h00-16h00

      Atelier Conception numérique : 14h00-18h00

      Atelier break dance: 14h00-18h00

      Jeux autour du livre (mémo, labyrinthe, jeux de mots…)

      Atelier archéologique les cités d’ocre : 14h00-17h30

      Chasse aux trésors : 14h00-18h00

      Kung Fu : 14h00-16h30

      Ateliers sportifs gym : 14h00-15h00 (6/9 ans) ; 15h00-16h00 (10 ans et plus) ; 16h00-17h00 (4/5 ans) ; 17h00-18h00 (18 mois à 3 ans) ; 17h00-18h00 (adultes : renforcement /fitness)

      Baignade musicale à la piscine : 17h30 à 19h00

      Soirée estivale à la piscine (bar à fruits et à cocktails, transats, musique subaquatique…) : 17h30-20h30

      Flagfoot : 14h00-17h00

      Animation “Base ball 100m”: 14h00-18h00

      Atelier Fast Food gastronomique : 16h00-18h00

JEUDI 14 JUILLET

      Atelier fabrication Baleine géante + bateau échoué : 14h00 – 17h00

Ateliers décalcage d’animaux 13h30 à 17h30

Fabrication d’empreintoscopes 13h30 à 17h30

Fabrication d’empreintoscopes 13h30 à 17h30

Fabrication friandises pour animaux avec Anymania 13h30 à 17h30

      Atelier jardinage : 14h00-16h00

      Atelier de programmation informatique : 14h00-18h00

      Création d’histoires : 14h00-18h00

      Chasse aux trésors : 14h00-18h00

      Kung Fu : 14h00-16h30

      Ateliers sportifs gym : 14h00-15h00 (6/9 ans) ; 15h00-16h00 (10 ans et plus) ; 16h00-17h00 (4/5 ans) ; 17h00-18h00 (18 mois à 3 ans) ; 17h00-18h00 (adultes : renforcement /fitness)

      Epreuves sportives à la piscine : 14h30-17h30

      Sandball : 14h00-17h00

 

VENDREDI 15 JUILLET 

      Concours d’OFNI (objets flottants non identifiés): 15h30-17h00

Peinture sur galets ou coquillages 13h30 à 17h30

Fabrication de masques animaux de la foret 13h30 à 17h30

Atelier Fabrication boules de graisse pour oiseaux avec Anymania 13h30 à 17h30

Atelier fabrication de carillons 13h30 à 17h30

Dessins (pour les grands) / coloriages (pour les petits) animalistes 13h30 à 17h30

Atelier Apicole avec Anymania 13h30 à 17h30

      Studio photo / video : 14h00-18h00

      Atelier break dance: 14h00-18h00

      Animation détective touareg : 14h00-18h00

      Kung Fu : 14h00-16h30

      Ateliers sportifs gym : 14h00-15h00 (6/9 ans) ; 15h00-16h00 (10 ans et plus) ; 16h00-17h00 (4/5 ans) ; 17h00-18h00 (18 mois à 3 ans) ; 17h00-18h00 (adultes : renforcement /fitness)

      Zumba tonique : 13h30-14h30

      Dodgeball : 14h00-17h00

      Tir à l’arc 100m : 14h00-18h00

      Atelier culinaire cuisine du monde 15h00-17h00

 

SAMEDI 16 JUILLET 

      Journée jeux d’eaux : 14h00 à 18h00

      Rallye urbain géocaching : 14h00-18h00

      Démonstration & initiation break dance: 14h00-18h00

      Jeux de rôle et de société pour les adultes – pause thé autour des revues : 14h00-18h00

      Kung Fu : 14h00-16h30

      Ateliers sportifs gym : 14h00-15h00 (6/9 ans) ; 15h00-16h00 (10 ans et plus) ; 16h00-17h00 (4/5 ans) ; 17h00-18h00 (18 mois à 3 ans) ; 17h00-18h00 (adultes : renforcement /fitness)

      Animation « Vortex 100m » : 14h00-18h00

      Grands jeux en bois avec la Semaine des Quatre Jeudis : 14h00-18h00

 

Partagez :

Méba-Mickaël Zeze : un Rolivalois qui rentre dans l’histoire

Dimanche dernier, cet enfant de Val-de-Reuil est devenu le 4ème Français à courir en moins de 10 secondes sur 100m et le 2ème en moins de 20 secondes sur 200m. Un exploit qu’il est venu partager dans sa Ville de cœur. Rencontre. 

Il a le sourire aux lèvres. Et pour cause, Méba-Mickaël Zeze a pulvérisé son record et celui de la France ! Dimanche 3 juillet, le jeune athlète de 28 ans, s’inscrit dans l’histoire en devenant le quatrième Français à courir en moins de 20 secondes sur 100m (9.99) puis le deuxième en moins de 20 secondes sur 200m (19.97) à La Chaux-de-Fonds en Suisse. Un exploit qu’il dédie à sa Ville, là où tout a commencé. 

“Je suis hyper redevable de toutes les personnes ici !”

« C’est une satisfaction, quelque chose que je voulais depuis très longtemps. C’est un objectif que j’atteins et j’en suis fier », s’exclame Mickaël devant l’esplanade de la mairie.  Un retour aux sources pour l’athlète qui se souvient encore de ses premiers pas dans l’athlétisme. Après une scolarité aux Cerfs-Volants, à 10 ans, le jeune homme rentre au collège et commence le football. Pierre Grondin, alors entraîneur au VRAC (Val-de-Reuil athlétisme club)  lui fait découvrir l’athlétisme lors d’une rencontre inter-scolaire : “J’étais le plus rapide de tous les élèves de ma classe, j’avais fait un sprint et terminé deuxième ! C’était mon premier sur la piste du stade, je me dis que c’est dingue, là où tout a commencé !”

À 11 ans, il signe au VRAC et tombe amoureux de la vitesse, cette adrénaline qui le fait vibrer à chaque foulée. “C’est symbolique de revenir ici, sur mes terres, le fait de revoir des têtes, des visages… J’ai percé à 21 ans, ce qui fait la différence, c’est l’abnégation, je n’ai pas lâché et je suis hyper redevable de toutes les personnes ici”, souligne l’athlète qui, en 2015, lâche ses études pour se consacrer au sport de haut niveau. Soutenu par la municipalité, il s’envole pour participer aux Jeux Olympiques de RIO en 2016. Le début d’une belle histoire qui le mène jusqu’à aujourd’hui. “J’ai deux médailles de bronze aux championnats du monde cadets, je suis champion d’Europe espoirs, vice-champion d’Europe et maintenant dans l’histoire du sport Français !” 

Et la suite ? Mickaël est déjà plus que motivé, son prochain objectif : “faire des médailles internationales ! On retient autant la performance que les médailles. Mentalement, je suis un autre homme donc tout est possible !” 

Une chose est certaine, il n’oublie pas Val-de-Reuil où ses parents habitent encore actuellement !

Source : https://twitter.com/FFAthletisme/



Partagez :

Championne de badminton à 18 ans

Doublement championne de France, médaillée d’or aux gymnasiades, Téa Margueritte porte les couleurs du BVRL à travers le monde entier. 

Depuis plus de 10 ans, Téa monte sur les podiums des compétitions. À 18 ans, cette jeune femme peut être fière de son parcours. Licenciée au club de badminton de Val-de-Reuil, elle vient d’obtenir une médaille d’or et une d’argent aux Gymnasiades 2022 ainsi que le titre de championne de France Junior et médaillée de bronze sénior. 

De Grand-Quevilly, Val-de-Reuil à Strasbourg 

Tout a commencé à l’âge de 6 ans, alors qu’elle a débuté dans le sport avec le basket, la petite sportive se tourne par hasard vers le badminton par le biais d’un de ses meilleurs amis qui pratiquait ce sport qu’elle ne connaissait pas. Habituée au sport collectif, elle découvre une discipline qui l’a fait vibrer : “J’ai débuté au club de Grand-Quevilly puis je suis arrivée au pôle espoir de Caen à l’âge de 14 ans.”  Consciente de ses capacités sportives, elle décide de suivre les conseils de son entraîneur Maxime qui l’entraîne depuis ses débuts : “Grand-Quevilly était en N3 alors qu’à Val-de-Reuil on est en N1 avec les meilleurs classements du département. En plus, il y a une super bonne ambiance ici !” 

Après quelques années à Caen, elle rejoint le pôle France de Strasbourg, où elle vit actuellement et vient de passer le bac  : “Je suis toujours rattachée au club de Val-de-Reuil, je m’entraîne un peu partout ! Je joue beaucoup en double, je trouve ça mieux, ayant fait du basket, je reste dans cet esprit collectif et sur le terrain ça rassure.” 

En mai dernier, Téa part à Deauville participer aux Gymnasiades où elle pulvérise les scores et revient avec une médaille d’or et une d’argent. “C’était génial que ce soit en France, je connaissais un peu tout le monde, l’ambiance était sympa, c’était très chaleureux, je ne me suis pas rendue compte que c’était scolaire !” 

Début juin, direction Mulhouse pour les championnats de France. Attendue par tous, elle affronte des joueurs beaucoup plus âgés qu’elle et décroche le titre de championne de France junior qu’elle détenait déjà en 2021 et une médaille de bronze senior : “Je suis également vice-championne d’Europe !” 

À la rentrée, la jeune femme s’envole vers des études de secrétariat, gestion et comptabilité, mais elle compte bien continuer sa passion pour aller le plus haut possible avant de se lancer dans la vie active et passer le flambeau. “Je vise les Jeux Olympiques de 2028, pas 2024, car c’est trop tôt pour nous.” 

Une jeune espoir, vectrice de la démocratisation de ce sport peu médiatisé !



Partagez :

Bienvenue au nouveau club de boxe Diva !

Dès la rentrée, un nouveau club de boxe anglaise ouvrira ses portes à Val-de-Reuil. Rencontre avec sa présidente qui veut transmettre les valeurs de cette discipline. 

Un retour aux sources. C’est ce que Fatima Tadjer vient de faire en revenant s’installer dans la commune nouvelle. À la rentrée, cette enfant de Val-de-Reuil ouvrira son association de boxe anglaise “Diva”, un club qui lui tient à cœur. 

“Chacun peut être la star de sa vie !” 

Fatima a vécu toute son enfance à Val-de-Reuil et a vite succombé à l’amour du sport : “ J’ai d’bord fait du hand puis ensuite du basket au DBVR et dans d’autres clubs pendant 20 ans. J’ai ensuite voulu passer au sport individuel, mais j’avais cette réticence à faire de la boxe, car c’était un univers très masculin. J’avais l’impression de ne pas être à la bonne place.” Animatrice jeunesse pour la Ville, elle continue son parcours professionnel en région parisienne et se lance enfin dans la boxe. Elle tombe amoureuse de ce sport qui lui permet de se défouler. Quelques années plus tard, la jeune femme prend la présidence de la section de boxe anglaise omnisports à Pierrefitte-sur-Seine et devient également secrétaire du club Nor’Essort. Bagages en main, la tête ailleurs, Fatima pense à sa ville d’origine et rêve de créer un club. “On revient toujours aux sources, quand on va ailleurs, ça nous ouvre l’esprit que l’on peut injecter sur le territoire. On n’oublie pas d’où on vient ! Je veux transmettre mes connaissances aux Rolivalois !” 

C’est ainsi qu’elle fonde DIVA, un club de boxe anglaise qui a un nom très symbolique pour la sportive de 35 ans : “ Cela signifie D’ames investies, volontaires et actives, c’est aussi un nom qui reflète que chacun peut être la star de sa vie si on s’en donne les moyens et d’atteindre son rêve !” 

En lien avec ses amis rolivalois, soutenue par la municipalité, Fatima ouvrira plusieurs créneaux à Léo Lagrange et à la Détente, de boxe éducative pour les jeunes à partir de 6 ans, de la boxe loisirs mixte pour les adultes et une section qui lui tient à cœur : du fit-boxing féminin pour inviter les femmes à se lancer dans la pratique. 

Alors n’attendez plus, devenez Diva et montez sur le ring !

Plus d’infos : 

DIVA boxe anglaise 

Renseignements au 06 48 10 96 38 

ou à l’adresse Infoasso.diva@gmail.com



Partagez :

La Laverie, le bar associatif et espace de remue-méninges rolivalois

Prendre un café, discuter, se donner des idées, débattre, s’inspirer… Depuis le 9 juin, le premier bar associatif de Val-de-Reuil a ouvert ses portes. Un lieu de vie unique en son genre.

Il était en projet depuis quelques années, ralenti à cause de la crise sanitaire, le bar associatif rolivalois peut désormais trouver son public. Le 9 juin dernier, “la Laverie” ouvrait pour la première fois sur la dalle piétonne. Situé face Kiosque et du Cinéma des Arcades, ce lieu de vie est un véritable activateur de projets décalé.

“Ce n’est pas un simple bar, c’est un incubateur de projets” 

Des vinyles sur une étagère, des T shirts qui pendent sur un fil à linge au plafond, un tambour de machine à laver où l’on peut lire “Caisse noire pour blanchiment d’argent”… Un décor atypique qui ne laisse pas indifférent. Ce nouveau lieu créé de toutes pièces par des enseignants et parents d’élèves des écoles de la Ville fait déjà de nombreux adeptes depuis quelques jours. Imaginé il y a près de trois ans par Laurent Avenel, enseignant à l’école des Dominos et Gilles Fleury, le directeur, ce bar associatif est un véritable lieu de rencontre. “Ce n’est pas simplement un bar, c’est un incubateur de projets. Quand on discute autour d’un verre ou d’un café, les i

dées fusent. Nous, on peut mettre en relation des gens et créer un véritable réseau pour aboutir aux projets de chacun”, explique Laurent Avenel derrière le comptoir. 

10 euros l’adhésion annuelle 

Les membres du bureau

Baby Foot, musique, boissons fraîches et chaudes, tennis de table… L’ensemble du mobilier a été 100 % récupéré ! En plus d’un lieu de loisirs, ce bar offre la possibilité à tous de venir exposer leurs œuvres en tous genres : “Le local nous est gracieusement et généreusement mis à disposition par la Ville ! Nous avons accroché une expo de photos d’une enseignante, on a également sur la vitrine des œuvres de Jérémy Chouette qui resteront jusqu’à l’automne. Le but est de mettre en avant les talents locaux, s’il y a des peintres, des photographes, des musiciens, réalisateurs à Val-de-Reuil, ils peuvent venir nous voir !” 

Après un bouche-à-oreille fulgurant et une inauguration à succès, le bar compte plus de 50 adhésions. Car si les habitants (ou personnes des environs) veulent consommer les boissons, ils doivent s’acquitter de 10 euros tous les ans afin de contribuer aux frais de fonctionnement de l’association comptant 6 bénévoles rolivalois. Les adhérents peuvent ensuite acheter leurs boissons à moindres coûts : comptez 50 centimes pour un café ou encore 1 euro pour du jus de tomate ! 

“C’est très sympa, c’est beaucoup mieux que d’aller au bistro ou au tabac.”

Avide de projets, La Laverie projette d’organiser des conférences, débats, des soirées musicales ou encore des collaborations avec les lieux culturels de la Ville. Intriguée par le projet, Tessa a tout de suite adhéré : “Je voulais laver mon linge à la laverie, j’ai découvert par hasard ce bar et j’ai rencontré Laurent ! C’est très sympa, c’est beaucoup mieux que d’aller au bistro ou au tabac. Ils ne vous pressent pas pour partir ou renouveler ma boisson ! Je prends le temps de faire ce que je veux.” 

En plein service, Laurent est déjà accosté par une jeune Rolivaloise qui rentre lui poser des questions sur le lieu. Peu après, Marie-Nathalie vient chercher son porte-clés d’adhérente,  elle aussi a succombé au charme de la Laverie : “C’est très sympa ! L’accueil est bien chaleureux !” 

Et pour preuve : depuis l’ouverture, personne n’est sur son téléphone dès qu’ils mettent un pied dans la Laverie, à vous de tester la tournée  ! 

L’association organisera également un after work tous les premiers jeudis du mois, notez le prochain en date : le 7 juillet à partir de 17h ! 

Horaires d’ouverture temporaire jusqu’au 8 juillet puis reprise en août (susceptible d’évoluer) 

Mardi et jeudi : de 12h à 13h10 et de 17h à 20h 

Mercredi de 14h à 18h

Plus d’informations sur https://lalaverievdr.wixsite.com/la-laverie

Partagez :

Le rassemblement de voitures a battu son plein !

Des centaines de visiteurs sont venus admirer la cinquantaine de voitures de collection sur l’esplanade de la mairie ce dimanche. Reportage. 

BMW, Lotus, Cadillac, Ferrari, Citroën des années 1930, Ducati, Alpine… Des bijoux uniques qui étaient à découvrir sur l’esplanade de la mairie ce week-end ! Un premier rassemblement de voitures de collection et de prestige qui a fait le bonheur des amateurs d’automobiles. 

“C’est une superbe idée !”

Organisé par la Ville et le concours de François Régnier, président de l’Automobile Club d’Ezanville, et de David Marie, président d’Historik Auto, cet événement était le premier dans l’histoire rolivaloise. Dès 12h, des familles et fans d’autos ce sont précipités pour prendre en photo les voitures exposées. Comme Françoise, une Rolivaloise fan incontestée de belles voitures et motos : “C’est une superbe idée, j’adore la Mustang, ça change un peu des événements habituels, je suis allée voir les collectionneurs pour me renseigner !”

Seules, en famille ou entre amis, de nombreuses personnes sont venues de loin profiter du soleil rolivalois pour une virée dominicale en plongeant dans le passé. “Je suis de Caudebec-lès-Elbeuf, j’ai vu l’événement sur Facebook donc j’ai accompagné beau papa et belle maman pour montrer à mes enfants ce qui se faisait avant”, explique Laetitia, devant une ancienne 4L des années 30. 

Des collectionneurs passionnés 

Des visiteurs mais également des collectionneurs venus nombreux ce dimanche partager leur passion. Comme Frédéric Lemos qui a fait le choix de faire découvrir une magnifique Jaguar grise chromée, une Mustang et une Porsche bleue flamboyante : “Depuis le berceau, j’ai toujours été baigné dans l’automobile. Pendant 30 ans, je n’ai pas pu me les payer, maintenant à 48 ans j’achète des voitures qui me faisaient rêver quand j’étais enfant, j’en possède une quarantaine. Cette exposition est très sympa, c’est très authentique, en général j’organise de grands événements comme Le Mans, ici, c’est convivial, il y a des voitures avec beaucoup de valeur comme des 204, R16, 4L qui sont dans un état impeccable !”

Un peu plus loin, Alain, Jean-Marie et Maryse répondent aux questions des visiteurs. Pour ces passionnés venus avec leurs Renault 16, Peugeot 104 et leur 505 qui ont plus de 30 ans, ce rassemblement est parfaitement organisé : “C’est très sympa, les gens viennent vers nous et nous posent des questions.” Des questions, Alain en reçoit des dizaines depuis l’ouverture de l’événement. Rouennais, il est arrivé avec une Dodge Chargeur de 2016. “Je vais au travail tous les jours, j’aime bien faire découvrir les voitures aux gens, notamment les Américaines, pour briser les préjugés !” 

Une première édition qui a fait sensation, un plaisir pour le coorganisateur de l’événement, François Régnier, président du club d’Ezanville : “Monsieur le maire est un ami d’enfance. Sur un coup de tête, ça nous faisait plaisir d’organiser notre deuxième événement annuel à Val-de-Reuil !” 

Une journée qui s’est terminée sous le soleil aux bruits des voitures, certaines datant de plus de 100 ans !

Photos souvenirs



Partagez :

Médaillé de bronze aux championnats du monde de Kayak

À 60 ans, Jean-Michel Moreau vient de monter sur le podium des championnats du monde de Kayak, une victoire qu’il partage avec son club de cœur : Pagaie Passion 

Après plus de 50 ans à pratiquer le kayak de rivière, Jean-Michel peut être fier de lui. Début juin, ce licencié pionnier du club pagaie Passion de Val-de-Reuil a remporté la médaille de bronze aux championnats du monde de Kayak en descente. 

“C’est une joie collective !” 

Tout a commencé à l’âge de 7 ans. Jean-Michel découvre le Kayak dans un club municipal de Niort dans les Deux-Sèvres. Il tombe tout de suite amoureux de cette discipline qui le fait vibrer : “J’adore le fait de voir des paysages magnifiques. Qu’il vente ou qu’il neige, on assiste à des paysages incroyables qui parfois sont inaccessibles ! On peut être au milieu d’une falaise, seul, face à la rivière… C’est magique”.   

Quelques années plus tard, son frère jumeau co-créer un club de canoë-kayak à Val-de-Reuil. Même si Jean-Michel habite à plus de 100 km de la commune nouvelle (à Eu, en Seine-Maritime) il décide de s’y licencier dès l’ouverture : “L’ambiance de ce club est incroyable, on est tous des copains et on s’entraide à chaque effort. Cela fait presque 30 ans que j’y suis et je m’entraîne régulièrement avec eux sur les bords de l’Eure. Le kayak est un sport qui me permet d’entretenir mon cardio, la musculature et m’oblige à rester tonique. ” 

Le 5 juin dernier, après avoir participé à plusieurs compétitions nationales, Jean-Michel brille aux championnats du monde de descente organisés à Treignac à côté de Limoges, et arrive troisième sur le podium. “C’est une joie collective. Même s’il y avait une rivalité, sur l’eau, tout le monde était soudé, l’entraide et la sécurité priment sur la compétition”, explique-t-il, sa médaille de bronze autour du cou. 

Fier de lui, il continue de pratiquer seul et avec son frère jumeau en équipe, avec qui il partage ses émotions sur l’eau. Une aventure unique a chaque pagaïe, avant de reprendre les compétitions à la rentrée.



Partagez :

Tous à la fête de la musique en plein air !

À Val-de-Reuil, la culture, c’est précieux ! Pour l’édition 2022 de la fête de la musique, la Ville a concocté une programmation éclectique pour danser et se retrouver le temps d’une soirée sous le soleil rolivalois !  

Après une édition 2022 à succès où DJ et musique folklore se sont rencontrés, cette fois-ci, la commune nouvelle voit plus large et propose une programmation fournie, aux ambiances variées. Un instant unique, magique et convivial auquel on le sait, les Rolivalois et habitants des alentours sont très attachés. Ainsi, cette année, vous retrouverez 4 heures de musique sur le parking de l’Arsenal ! 

Sur le parking de l’Arsenal 

Ce mardi 21 juin, entre 17h00 et 21h30, c’est sur un camion “scène” que 5 groupes d’artistes se relaieront pour un voyage musical des plus exceptionnels : Emcee Agora, le groupe de musique du lycée et Moonsteach & Arthvr. 

Et pour passer une bonne soirée, rien de mieux qu’un rafraîchissement ou une collation sucrée ou salée 100%  faites maison (Burgers, frites, boissons, desserts…) !  Le foodtruck “Black Pearl” s’installera autour de la scène dès 17h ! 

Le programme de la soirée : 

Emcee Agora (Jazz/ hip hop) de 18h à 19h 

Rappeur, musicien, EMCEE AGORA s’est bercé par le hip-hop des années 90. Sensible à cette esthétique née du métissage des genres, c’est naturellement qu’il collabore avec différents artistes tels que BROOK LINE, THE EVERLASTERS ou GAUMAR. Originaire d’Evreux, son flow s’inspire d’artistes afro-américains tel que Tyler The Creator, Black Thought, Krs-One ou encore MF Doom. Fin 2020 il sort enfin son premier EP « Peace », à découvrir lors de son set d’une heure !

Pour écouter : Emcee Agora – PEACE (Official Video)

 

Groupe de musique du lycée Marc Bloch de 19h10 à 20h15 

À travers leur projet pédagogique sur les valeurs de la République, les jeunes lycéens de Marc Bloch vous offriront un concert d’exception à travers des reprises de musiques actuelles et plus anciennes. Découvrez ces graines d’artistes !

 

MOONSTEACH & ARTHVR ( DJ set électro) de 20h25 à 21h30 

Arthvr, alias David Philippe est né en 1994 à Maurice. Il a découvert sa passion pour le son à l’âge de 13 ans et a commencé le DJing en 2008 (Maurice, France, Rhodes, Espagne) en 2013 il a commencé le beatmaking sous une énorme influence hip hop/trap et aujourd’hui il peut produire presque tous les genres. Il clôtura la soirée en beauté !

Pour écouter : Goodies x Get Ur Freak On (Arthvr DJS1000 Live Bootleg)

Son acolyte,MOONSTEACH, alias Mounir, est né à Louviers en 1990. Influencé dès son plus jeune âge par le hip-hop, il décide à 25 ans d’acheter ses premières platines pour se lancer dans le deejaying. Entre hip-hop et éléctro, il développe son style et fera danser le public jusqu’à la fin de la soirée !

Pour écouter : https://www.facebook.com/levrais.peterpan/videos/10221347241131465

Partagez :

Travaux de la rue du Lierre : organisation du chantier

À partir du 1er juillet, les travaux de rénovation des espaces publics de la dalle débutent. Zoom sur la rue du Lierre, première étape d’un chantier de 16 mois qui s’étendra sur cinq rues. 

Certains habitent rue du Lierre ou rue Traversière, d’autres, rue Pierre Première ou rue Payse / Bonvoisin… Tous ces Rolivalois ont un point commun : ils profiteront bientôt d’espaces publics plus sûrs, plus agréables, plus accessibles à proximité de leur domicile. Les travaux de transformation de la dalle, confiés au cabinet de paysagistes Espace Libre, ont débuté le 20 juin et se poursuivront jusqu’à l’automne 2023. 

Reportés lors des deux précédentes opérations de rénovation urbaine pour des contraintes juridiques et financières, ces travaux étaient classés parmi les priorités de la Ville pour ce nouveau plan 2020-2025 (NPNRU). Cette fois, tous les obstacles sont levés. « Nous allons pouvoir reprendre l’étanchéité de la dalle, réaménager les circulations, végétaliser davantage ces axes piétons et résidentialiser à certains endroits les pieds d’immeubles », indique Anne Lehelloco, responsable développement durable à la mairie. 

Moderne et verte 

Ces prochains mois seront consacrés à la rue du Lierre – soit une longueur d’environ 170 mètres entre la médiathèque et le pont au-dessus de la route de Louviers. Ici, en plus de la réfection du sol (étanchéité et nouveau revêtement) et des travaux d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite, d’importants aménagements paysagers seront réalisés, l’éclairage public refait à neuf et de nouveaux mobiliers urbains aux couleurs de la ville installés. 

Quant à la place située aux abords de l’entrée de l’école des Dominos (par la rue du Lierre), elle sera totalement repensée, végétalisée et l’escalier comme la rampe PMR restructurés pour y créer un parvis à la fois convivial et sécurisé.

 

“Nous allons mettre tout en œuvre pour assurer l’accessibilité à vos logements”

 

Mercredi 15 juin, une dizaine de riverains de la rue du Lierre ont participé à une réunion publique organisée par la Ville, pour connaître les étapes du chantier et poser leurs questions autour des nuisances sonores et de l’accessibilité à leur domicile. «L’idée, c’est de transformer le quartier comme on l’a fait avec les autres.On vous promet que du paradis ! » , a commencé Fadilla Benamara, adjointe au maire chargée du renouvellement urbain. Si les travaux ne seront pas tous effectués d’une traite, la Ville a soigneusement pensé, avec les entreprises de maître d’œuvres, à un système de phasage (disponible ci-dessous) afin de limiter les désagréments pour les habitants et les passants. « Nous allons mettre tout en oeuvre pour assurer l’accessibilité à vos logements, de maintenir au mieux l’accès à vos portes d’immeubles, au rez de sol, nous travaillons avec les responsables de chantier qui aménagent des adaptations à chaque phase pour que cela soit le moins pénible possible », a assuré Anne Lehelloco aux habitants.

Nuisances sonores, poussière, vibrations.. 

Dans le cadre du PNRU, la Ville exige que l’ensemble des entreprises intervenant sur les chantiers, appliquent une charte de bonne conduite écologique et sociale. « Ne vous inquiétez pas sur les vibrations, les fragments sont relâchés légèrement au sol, mais les bâtiments d’IBS sont complètement aptes à recevoir ces vibrations, donc très légères quand nous sommes à l’intérieur. Nous travaillons au chalumeau, le bruit est un peu fort, mais tout à fait correct. Il y aura quelques phases de marteau-piqueur et des évacuations d’engins, mais ce ne sera pas toute la journée”, explique Gregory Brillet, ingénieur travaux chez ASTEN. Les émulsions de poussières seront également légères, Espace Libre conseille tout de même aux habitants de fermer leurs fenêtres la journée en cas de fortes chaleurs. Le tri des déchets issus du chantier ainsi que le réemploi des matériaux sera également effectué. Les fenêtres des logements et halls au rez-de-chaussée seront protégés afin d’exclure tout éclat. Concernant les enfants, l’accès à l’école des Dominos se fera en faisant le tour par la voie de la Ferme. Des plots seront installés pour protéger les familles. Un accès pour les personnes à mobilité réduite sera par ailleurs envisagé en mobilisant le CCAS afin d’aider les plus fragiles pendant les travaux. 

Si bien que dans la rue du Lierre comme dans les rues qui suivront, « nous garantirons la pérennité de la dalle pour les 50 prochaines années », assure le maire, Marc-Antoine Jamet.

Vous avez des questions ou rencontrez des difficultés pour accéder à votre domicile ?

Un interlocuteur unique à votre service :
la Gestion Urbaine Sociale de Proximité (GUSP)

02 32 09 51 41 / gusp@valdereuil.fr

Les séquences de chantier :

Partagez :

JCD Electrique, tout le matériel électrique dont vous avez besoin

Installés depuis début mai au 91, voie du Futur (près de l’Epide), Chadi Addouni et son associé Jérémy Martin y ont ouvert « JCD Electrique », une agence de distribution de matériel électrique pour les professionnels mais aussi pour les particuliers. Une entreprise dont avait grand besoin le secteur.

Bien connu des professionnels électriciens et techniciens des environs de Val-de-Reuil pour avoir travaillé avec collectivités, entreprises et artisans, Jérémy Martin, le commercial de la structure, connaissait le besoin important d’un distributeur de matériel électrique sur le secteur et c’est tout naturellement qu’avec son ami Chadi Addouni, chef d’agence, ils se sont installés à Val-de-Reuil : « C’est une ville très agréable, accueillante, en plein développement, qui se construit, nous sommes ravis d’être ici. »

 Un plus pour les professionnels et pour les particuliers

 Après avoir sillonné énormément la zone, les contacts s’avèrent très positifs auprès des administrations et installateurs… A la base JCD Electrique est vouée aux relations interentreprises mais les deux associés cherchent aussi à travailler avec des artisans et servir d’intermédiaire pour les particuliers… Une personne souhaite par exemple installer une climatisation ou un portail électrique : JCD lui fournit et le met en relation avec l’installateur spécialisé. Idem pour les véhicules électriques, un particulier peut avoir envie de faire poser une prise spéciale à domicile : « nous lui fournissons tout le matériel pour le montage d’une borne et le mettons en relation avec un pro. Nous travaillons dans la mesure du possible avec des fabricants français tels Digital Electric pour le matériel basse tension ou Carrier pour les climatisations réversibles… Par ailleurs si un particulier a besoin de petit matériel, nous ne le laisserons pas tomber, plus besoin pour lui de faire des dizaines de kilomètres pour de petits et moyens consommables… » Et dans ce domaine de la distribution en matériel électrique, le nombre de références est grand et s’articule en différentes gammes : l’appareillage et consommables tels prises, interrupteurs ou modulaire (disjoncteurs, tableaux électriques), connecteurs, boîtes placo… Les câbles, tout ce qui concerne l’éclairage (spots, plafonniers, hublots…) ; les bornes électriques pour véhicules ; les pompes à chaleur et radiateurs…

Reconversion énergétique

Avec la fin des nouvelles chaudières au fioul ou au charbon à partir du 1er juillet 2022, pour réduire l’émission de gaz à effet de serre, la reconversion énergétique des nouvelles installations est de mise. JCD « fait en sorte d’être au prix le plus juste… notre principale force est de proposer la première pompe à chaleur sans fluide TeknoPoint… JCD s’intéresse aux panneaux solaires et nous faisons des recherches pour du matériel de qualité. » De qualité, car telle est leur vocation première : la confiance !

 

JCD ELECTRIQUE

91 Voie du futur, Val-de-Reuil 27100
Mail : jcd.electrique@hotmail.com
Directeur commercial Jérémy Martin : 06 98 99 00 35
Chef d’agence Chadi Addouni : 06 46 24 07 63

Partagez :

Une enseignante des Dominos au Skri Lanka

Delphine Durin, enseignante à l’école des Dominos et son amie Aurélie Pla reviennent du Sri Lanka, où elles ont participé au Raid Amazones, une course 100% féminine à la découverte d’elles-mêmes ! 

Elle a encore des étoiles dans les yeux. Une semaine après être rentrée du Sri Lanka, cette enseignante de l’école des Dominos n’en revient toujours pas d’avoir terminé 31e au Raid-Amazones, une course 100% féminine où les concurrentes partent à l’aventure dans un pays exotique différent chaque année pour se découvrir elles-mêmes à travers le sport et le voyage, et vivre une expérience humaine unique qui souvent change leur perception de la vie. Un voyage sportif et humanitaire que Delphine Durin a entamé avec son amie d’enfance Aurélie Pla. 

Sport et visites culturelles 

À l’aube de leurs 40 ans, Delphine et Aurélie ont eu l’idée de participer à ce raid hors du commun. Sportive de base, cette enseignante a plaqué sa fonction de titulaire pour s’envoler au Sri Lanka : “Depuis 15 ans, j’étais enseignante dans une école des Andelys. Pour pouvoir partir, j’ai décidé de me lancer dans les remplacements. Je n’ai aucun regret ”. Elle arrive alors aux Dominos pour la nouvelle année scolaire où elle trouve sa place dans une classe de CP et s’inscrit avec son amie au raid. “Ce qui nous a tout de suite séduites, c’est le fait de ne pas savoir dans quel pays on allait partir. Au début, on devait se rendre en Thaïlande, mais avec la COVID c’était impossible”, explique Delphine devant son tableau. 

Le 13 mars, les bagages faits, les deux copines s’envolent pour 20h de trajet vers le Sri Lanka. Le début d’une aventure exceptionnelle au milieu des temples et des singes : “Au début, on a eu trois jours d’acclimatation, pour se faire à l’humidité et la chaleur du pays. Ensuite, tous les matins, on avait une épreuve sportive définie comme le VTT, le Canoë, le Trail, le Tir à l’arc… Et l’après-midi, c’était découverte de la culture Sri Lankaise.” 

10 jours incroyables où les deux amies ont pu participer à des cours de cuisine traditionnelle, découvrir une réserve d’éléphants, visiter des temples et des plantations de riz et donner du matériel dans une école locale. 

“Cette aventure nous a encore plus unies” 

Avant de partir, elles ont mobilisé plusieurs sponsors dont l’excédent de 1 000 euros sera reversé à l’association Apedys qui aide les parents et enfants dyslexiques. Un voyage à la fois humanitaire, amical et sportif qui a permis aux deux amies de tisser des liens avec les autres participantes. “On a fait beaucoup de découvertes, à la fois culturelles, mais aussi humaines. Nous étions 253 Françaises à participer, on a créé des liens. Cette aventure nous a encore plus unies !” 

Jusqu’au 23 mars, les jeunes Rolivalois de l’école des Dominos ont pu suivre quotidiennement le périple de leur maîtresse. Chaque jour, Delphine envoyait des photos, racontait sa journée à ses collègues qui ont, quant à elles, élaboré des projets pédagogiques autour du Sri Lanka. “Avant de partir, j’avais fait un tour des classes pour expliquer notre voyage. On était des héroïnes pour eux ! Ils ont travaillé sur la culture Sri Lankaise et ont même construit un éléphant géant dans le hall d’entrée ! Cela leur montre aussi que, quand on a un objectif dans la vie, on se donne les moyens pour y arriver”, souligne-t-elle en se souvenant de la rupture qu’elle avait eue entre la France et l’Asie : “Il y a beaucoup de pauvreté, mais ils vivent avec le strict minimum et ont tous le sourire ! J’ai eu la chance d’aller dans une école, ils sont tous en uniforme et sont 40 par classe, c’est impressionnant !” 

Reboostées, les deux copines vont essayer de trouver un autre raid compatible avec les vacances scolaires. En attendant, Delphine repart sur une nouvelle épreuve sportive demain,dimanche, en faisant 25 km au Trail des deux Amants.

Partagez :

Venez vous faire tirer les cartes en poésie avec Alice Baude !

Le samedi 26 mars, une jeune artiste, venue de Bretagne, proposera une performance poétique inédite à la Médiathèque ! Une prestation mêlant le tarot à la poésie, à ne pas manquer !  

Dans le cadre de l’exposition du FRAC “Vivre en Poésie”, la Médiathèque le Corbusier accueille ce samedi 26 mars de 10h à 12h et de 14h à 16h, Alice Baude, une artiste diplômée de l’école des Beaux-Arts de Rouen et du Havre, pour une performance intimiste.

Une question, une carte, un poème personnalisé

“Arcanes, tarots et poésie” : c’est le nom de la prestation d’Alice, avec sa machine à écrire et son jeu de tarot de Marseille, l’artiste entre en connexion avec la personne qu’elle a en face d’elle. “Je ne suis pas voyante, c’est une performance artistique qui mène à réfléchir. Il ne faut pas que les gens aient peur de se poser des questions”, alerte l’artiste. Tout commence donc par une question énoncée à voix haute par la personne, elle tire ensuite une carte dans le jeu puis Alice laisse son imagination valser. Pendant 10 minutes, elle pianote sur son clavier vintage un texte en vers libre ou en prose poétique destiné à la personne : “Ce poème va faire le pont entre le jeu et la question. C’est une interprétation, une piste de réflexion. Certains m’ont déjà posé des questions autour du COVID”. Un moment unique, pour être surpris. Si la réponse à la question de départ peut être abstraite, à la lecture de son texte, la personne est transportée dans une expérience unique, une rencontre instantanée.

Titulaire d’un Master de Création Littéraire et d’un DNSEP en Design Graphique, l’écrivaine met en avant les éléments qui accompagnent sa prestation artistique : des papiers, enveloppes, précisions sur le jour, le lieu et le destinataire de la performance ne sont pas laissés au hasard, permettant ainsi aux personnes d’être en immersion totale dans son univers. “Je vais faire avec ce que nous allons avoir sur place à la médiathèque, je vais ramener du tissu et demander à créer un espace retiré pour ne pas ébruiter l’expérience individuelle avec chacun”, précise Alice.

«Arcanes», le succès d’un mémoire

Depuis 5 ans, Alice Baude propose cette pratique poétique dans l’espace public. Elle a d’abord débuté sur les marchés, au Théâtre de Cornouaille, sur la Scène Nationale de Quimper, au festival des Voix Vives en Méditerranée, au Pic festival et récemment dans la galerie Miettes de Baleine à Douarnenez en décembre 2021. De bouche à oreille, le public est de plus en plus nombreux à venir assister à cette rencontre. Arcanes était son mémoire de DNSEP, sa forme éditée est composée de 22 poèmes inspirés des 22 arcanes du Tarot de Marseille.

Alice Baude est née à Dunkerque, a vécu à Perpignan, et étudiée à Avignon, Lyon ou encore Le Havre. Au fil des expériences et des rencontres, cette jeune écrivaine de 27 ans a posé ses valises en Bretagne. Elle a déjà publié plusieurs ouvrages, dont un livre,

 

Dialogue avec les nuages : Balade cycliste en Irlande

 

, en 2018, un carnet de voyage.

Performance poétique « Arcanes, tarots et poésie»
Médiathèque Le Corbusier, 88 rue grande, de 10h à 12h et de 14h à 16h
*Renseignements et réservations au 02 32 59 31 36 ou mediatheque.lecorbusier@valdereuil.fr.

Partagez :

11 novembre 2021 : Voltige aérienne dans le ciel rolivalois (vidéo)

Montez à bord de l’un des deux avions et revivez le spectacle de voltige aérienne du 11 novembre dans le ciel de Val-de-Reuil ! Un hommage d’exception aux « As de la Grande Guerre ».

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

Partagez :

Sport pour “elles” (vidéo)

“Sport pour elles”, c’est le nom de la nouvelle discipline qui vient d’arriver à Val-de-Reuil. Tous les premiers mercredis du mois, jusqu’en juin 2022, Margot Chiaia du comité départemental d’athlétisme de l’Eure, anime une heure d’Athle-Fit au stade Jesse Owens. Des sessions uniquement destinées à la gente féminine, du sport, pour tous !  Prochaine séance le 3 novembre de 18h30 à 19h30 au stade Jesse Owens, 2 Chaussée de Ritterhude à Val-de-Reuil. Gratuit, ouvert à toutes (Pass sanitaire obligatoire). Inscription fortement conseillée  à l’adresse athletismedeleure@gmail.com.

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

Tournage et montage : Olivier Bonnet

Rédaction : Coline Lefevre Pro

Partagez :

Les Gazelles s’envolent pour le Népal !

Reportée pour cause de COVID-19, l’association G comme Gazelles partira le 24 octobre pour participer à la course solidaire de la Gazelle au Népal. Pendant 10 jours, ces 4 aventurières distribueront 120 kg de fournitures scolaires aux écoliers du pays.

Elles n’y croyaient pas. À la dernière minute, les 4 gazelles ont appris qu’elles pourront enfin partir livrer les 120 kilos (30 kg chacune selon le poids accepté dans l’avion) de fournitures scolaires qu’elles ont récoltés depuis deux ans. Pendant plus d’une semaine, elles participeront à la Gazelle au Népal, une course humanitaire, 100 % féminine. 

“Il y a un gros besoin à cause de la crise sanitaire” 

Leurs valises ne sont pas encore prêtes, leurs congés pas encore posés, mais les quatre coureuses ont déjà la tête au Népal. Créée par cinq copines, l’association G comme Gazelles a vu le jour bien avant la crise sanitaire, le 8 janvier 2019. “Une de nos amies, Delphine, avait participé à la même course en 2018, mais seule. On s’est dit, pourquoi ne pas se lancer ensemble dans cette aventure en collectant des fournitures scolaires pour les écoles Népalaises !” se rappelle l’une des deux Rolivaloises, Stéphanie Dumont Ginfray. 

Pendant plus d’un an, elles ont collecté des centaines de kilos de fournitures données par des associations, habitants, entreprises et collectivités de la Ville et ses environs : “On a eu des dons des tricoteuses rolivaloises, des écoles, de SANOFI… Il y a même des habitants qui nous ont contactés suite aux articles de presse.” 

Une solidarité et une entraide qui ont permis de mener leur projet jusqu’à son terme, ou presque. “On devait partir en 2020, mais les vols aériens étaient complètement arrêtés. On avait un peu perdu l’espoir de partir, je ne pensais pas du tout qu’ils allaient nous contacter. On avait tout rangé dans le placard !” s’exclame Stéphanie Gasse, habitante du Cavé. 

Enfin, après de longs mois d’attente, les quadragénaires s’envoleront à Katmandou capitale économique du Népal vers les Annapurnas, de Pokhara, base de départ des expéditions himalayennes jusqu’à Bandhipur, haut lieu ancestral d’échanges commerciaux entre le Tibet, l’Inde et le Népal, pour parcourir 10 kilomètres par jour en direction d’une école du pays : “Cela peut paraître conséquent, mais après la crise sanitaire, le besoin est encore plus important. Il faut savoir que là-bas, si les enfants n’ont pas de matériel scolaire, ils n’ont pas accès à l’éducation. Nous allons dans des écoles où les enfants passent par les routes les plus dangereuses du monde.” 

7 jours, 7 écoles 

Chaque jour, les gazelles iront à la rencontre des enfants et de leurs enseignants. “On dort à l’hôtel, ensuite on prend le bus pour aller au point de départ et on court jusqu’à l’école pour livrer les fournitures, échanger avec eux et évidemment partager notre culture !” expliquent les deux rolivaloises qui ont hâte de partir pour cette course humanitaire. Une expérience humaine qui va les mener dans plusieurs villes à la rencontre de plusieurs centaines d’habitants : “C’est une mission, on n’est pas là pour faire du tourisme. Si on n’a pas assez de trousses ou de crayons on achètera sur place.” 

En plus des ciseaux, crayons, trousses ou encore cahiers, les quatre amies ont dû lever des fonds pour leur voyage, une partie sera reversée aux orphelinats du pays. “On a lancé une cagnotte en ligne, on a eu des subventions de plusieurs entreprises, des excédents d’associations ainsi qu’une subvention de la Ville de 1 000 euros. On a voulu faire un maximum de choses à Val-de-Reuil. Cet argent va servir à aider les enfants qui n’ont pas de parents” , concluent-elles le cœur serré de quitter leurs familles pendant deux semaines. 

Une fois leur mission achevée, les quatre aventurières viendront raconter leur voyage aux enfants des écoles du département pour les sensibiliser à travers leur récit, un film et des photos prises tout au long de leur séjour. 

Partagez :

Vous êtes sans connexion