Étiquette : COVID19

Cellule d’accompagnement à la vaccination : la Mairie se mobilise pour aider les Rolivalois de plus de 75 ans

Depuis vendredi 15 janvier, suivant la stratégie vaccinale définie par le gouvernement et les autorités sanitaires, une plateforme nationale de prise de rendez-vous, en ligne ou par téléphone, est ouverte aux personnes âgées de plus de 75 ans résidant à leur domicile. Ce dispositif devrait permettre, à partir du lundi 18 janvier, de recevoir, dans des centres sélectionnés par les services de l’État au niveau local, les personnes éligibles à cette nouvelle phase de vaccination.

Présentée par Jérôme Filipini, Préfet de l’Eure, et la direction territoriale de l’Agence Régionale de Santé, la carte départementale des centres de vaccination destinés à recevoir les plus de 75 ans comprend 7 sites. Ils ont été sélectionnés sur des critères de liaison directe avec les établissements hospitaliers du département et tiennent compte du nombre de personnes âgées de plus de 75 ans domiciliés dans les communes qui abriteront ces centres.

À Val-de-Reuil, seuls 300 des 15.000 habitants sont âgés de plus de 75 ans soit en proportion moins de 2% de la population. C’est le nombre et le pourcentage le plus faible des communes du département de l’Eure. Cela explique que, à ce stade, malgré la proposition émise par la Ville dès décembre dernier, d’organiser un centre municipal de vaccination, un site n’ait pas encore ouvert dans la Ville Nouvelle, moins « vieille » que ses voisines. Dès qu’un nombre plus important de nos concitoyens sera invité à se faire vacciner, la Ville se tient prête, avec les équipes de professionnels de santé de la commune qui se sont déjà manifestés pour y participer, à installer un centre de vaccination à Val-de-Reuil.

À l’annonce de la décision du Préfet et de l’ARS, le Maire de Val-de-Reuil a immédiatement demandé aux services de la Ville et du Centre communal d’Action Sociale de mettre sur pied une cellule municipale d’accompagnement à la vaccination des personnes âgées de plus de 75 ans. Il s’agira, à partir du recensement des noms et des coordonnées téléphoniques des habitants susceptibles de recevoir le vaccin, de proposer à chacun un service d’accompagnement à la prise de rendez-vous et, le moment venu, de les conduire jusqu’à un des centres centre de vaccination départementaux. Depuis ce matin, les équipes de la Ville prennent donc contact individuellement avec les habitants appelés à se faire vacciner. Pour être certains que tous les Rolivalois âgés de plus de 75 ans puissent accéder à ces services, et dans le cas où ils n’auraient pas reçu d’appel des équipes de la Mairie, ils pourront, dès lundi, téléphoner ou écrire au 07.61.52.25.88 ou à seniors@valdereuil.fr

L’objectif de ce dispositif, complémentaire à celui développé par les services de l’Etat, est de lever tout obstacle à la vaccination. Aucun problème de mobilité ou d’utilisation des outils numériques ouverts pour la prise de rendez-vous ne doit justifier qu’une personne manifestant la volonté de se faire vacciner en soit empêché. C’est un service de proximité et de solidarité que la Ville, comme elle l’avait fait lors des confinements de mars et de novembre derniers auprès de tous les seniors, a souhaité renouveler. C’est le rôle qu’entend continuer à jouer la collectivité pour protéger nos ainés. Il en va de la réussite de la campagne de vaccination et du combat à mener pour vaincre l’épidémie.

Parallèlement à la mise en place de cette cellule, la Ville, grâce à la qualité du dialogue entre la municipalité, les services de l’Etat et les professionnels de santé installés à Val-de-Reuil, avec l’appui décisif du Préfet, organisera ce lundi après-midi la vaccination des résidents de l’ESPAGES.

Dans le respect des protocoles en vigueur pour recueillir le consentement, une trentaine des personnes âgées demeurant au sein de l’établissement recevront la première des deux doses nécessaires à la protection conférée par le vaccin. Les agents de plus de 50 ans et les personnes présentant des facteurs de comorbidité qui travaillent auprès des résidents pourront également bénéficier de cette opération.

Avant le début de cette nouvelle étape, Marc-Antoine JAMET a déclaré : « La réussite de la stratégie de vaccination dépendra de la capacité qu’auront les collectivités locales, et en premier lieu des communes, à se mobiliser et à déployer les moyens nécessaires à l’accompagnement de leurs administrés vers les centres de vaccination. Depuis l’apparition du virus sur notre territoire, pour la commande et la distribution des masques, pour l’organisation des campagnes de dépistage, pour la mise à disposition de bornes de gel hydro-alcoolique et de caméras thermomètres à l’entrée des bâtiments publics, pour le balisage et l’information à l’entrée de nos commerces, j’ai souhaité que la Ville, à travers ses élus et ses fonctionnaires, engage son énergie, son réseau et ses moyens afin qu’aucun retard ne soit pris dans la protection de nos concitoyens. Dans le même esprit, un nouvel équipement de détection/désinfection devrait être prochainement installé dans la Ville. C’est la raison pour laquelle décision a été prise de créer une cellule municipale d’accompagnement à la vaccination. Elle doit permettre que tous les Rolivalois âgés de plus de 75 ans bénéficient d’un service municipal d’aide à l’accès au vaccin en leur proposant de prendre le rendez-vous à leur place et de les véhiculer jusqu’au centre hospitalier le plus proche. De la même manière, nous avons obtenu du Préfet de l’Eure, que je remercie, au profit des résidents de l’ESPAGES, qui n’est pas stricto sensu un EHPAD, que toutes les personnes demeurant dans l’établissement et consentant à se faire vacciner puissent l’être dès ce lundi. Plus largement, et dès lors que la vaccination sera progressivement ouverte à d’autres tranches d’âge, je réitérerai ma demande auprès du Préfet pour qu’un centre de vaccination, dont le lieu a été identifié, au sein duquel une équipe médicale se tient prête à intervenir, puisse être installé à Val-de-Reuil. C’est en proximité, en levant tous les freins sur le chemin qui doit mener les habitants au vaccin, que nous gagnerons le combat face à la maladie.

Partagez :

COVID-19 : Renforcement des mesures de protection sanitaire

Pour freiner la circulation du virus, le Premier ministre a annoncé hier un renforcement des mesures de protection sanitaire.

À partir de demain, samedi 16 janvier, et pour une durée minimum de deux semaines, le couvre-feu est avancé et s’appliquera désormais chaque jour, à Val-de-Reuil comme partout sur le territoire national, de 18 heures à 6 heures du matin. Tous les établissements autorisés à ouvrir, en particulier les commerces, ne pourront plus accueillir de public après 18h00. Seuls les déplacements justifiés par des motifs professionnel, médical ou familial impérieux seront autorisés.

Toute la journée, continuons à limiter rencontres et déplacements. De 18h00 à 6h00, restons à la maison.
Partagez :

Les règles de confinement évoluent

TOUTE LA JOURNÉE LIMITONS RENCONTRES ET DÉPLACEMENTS. APRÈS 20 HEURES ET AVANT 6 HEURES, RESTONS À LA MAISON. À compter de ce soir, 20 heures, les règles de confinement évoluent. En journée, pour continuer à se protéger et à protéger les autres, les déplacements et rencontres demeurent limités. En soirée, des mesures de couvre-feu doivent désormais s’appliquer. De 20h00 à 6h00 du matin, les déplacements non justifiés par une raison professionnelle, médicale ou familiale, sont donc interdits. Pendant ces heures, pour sortir de son domicile, vous devrez être muni d’une attestation et justifier que votre déplacement répond à l’un des motifs prévus dans le document.

Partagez :

À Val-de-Reuil, les tests antigéniques sont ouverts à tous et sans ordonnance

Les cabinets médicaux ainsi que les pharmacies de Val-de-Reuil proposent aux habitants de se faire tester en toute fiabilité et rapidité avec les tests antigéniques. En trente minutes, le patient sait s’il est porteur du COVID-19. Reportage.

Plus besoin d’attendre, les tests antigéniques ont fait leur apparition aux quatre coins de la ville ! Dans les maisons de santé rolivaloises, une dizaine d’infirmières s’affairent à tester des cas contacts et symptomatiques chaque semaine. Seule nouveauté, ce sont elles qui donnent le résultat en direct.

Pas d’ordonnance ni de limite d’âge

Gants aux mains, écouvillon stérilisé prêt à être déballé,  Margot Becker, infirmière à la maison médicale de la Plaine, s’apprête à faire un test antigénique. Contrairement au PCR, ce nouveau type de prélèvement permet de savoir en quelques minutes si un patient est infecté par le COVID-19. “C’est la même technique que le PCR, on met un coton-tige dans le nez du patient. Sauf que la deuxième phase du processus est différente. L’échantillon du PCR part en laboratoire d’analyses ; pour l’antigénique, c’est à nous de le manipuler”, explique Emilie Lesueur qui exerce à la maison médicale de la Plaine depuis juin dernier.

Après que l’État a fait la dotation des tests aux pharmacies, celles-ci les ont distribués aux médecins et maison de santé. Chaque professionnel de santé a le droit d’avoir deux boîtes de 26 tests par semaine.“L’avantage, c’est qu’il n’y a pas besoin d’ordonnance, c’est ouvert à tous et il est gratuit, tout est pris en charge pas la sécurité sociale. On encourage vraiment les gens à venir vers nous pour ne pas submerger les laboratoires d’analyse” soulignent les deux infirmières.

Un résultats en à peine trente minutes

Quant à la manipulation, rien de plus simple. L’activateur magique est un réactif qui est versé une fois le prélèvement effectué.  Margot verse 10 petites gouttes du réactif dans un flacon en plastique stérilisé. Elle déballe l’écouvillon et réalise le dépistage dans les deux narines de sa collègue. Ensuite, elle tourne six fois l’écouvillon dans le flacon avec le produit. Une réaction chimique semble se créer. Pour terminer, la professionnelle dépose quatre gouttes du liquide sur une ligne de test semblable à celui de grossesse :“mais pas avec la même réaction lors des résultats”, ironise Margot qui explique comment lire l’affichage de celui-ci après dix petites minutes : “Si la bande rouge monte jusqu’à la lettre C, le test a bien été réalisé. Si une autre barre apparaît au niveau du T, le patient est positif.” Pour avoir le résultat définitif, il faut attendre une demi-heure mais en général, dix minutes suffisent. “Si la personne est infectée, le test le dit souvent dans les cinq minutes qui suivent”, souligne-t-elle en précisant que la fiabilité des tests antigénique reste un indicateur sur le moment donné. Une personne peut être infectée le lendemain d’avoir réalisé son dépistage. Si des symptômes se déclarent, un second test peut être prodigué.

Du côté des testés, l’engouement est sans appel. Christophe n’avait pas le temps de trouver un créneau dans un labo : “là c’est bien, j’avais des appréhensions au début, mais finalement ça s’est bien passé.” Même constat pour Élise qui ne pouvait pas se déplacer : “C’est moins stressant car on n’a pas besoin d’attendre.”  De bonnes raisons pour se laisser tenter !

Maison médicale de la Plaine rue Courtine à Val-de-Reuil :

Dépistage antigénique du lundi au dimanche à domicile et du lundi au samedi matin en permanence sur prise de rendez-vous au 02.32.59.09.15. (Seulement pour les symptomatiques)

Cabinet médicale de l’Astrolabe : 

Prise de rendez-vous et informations au 02.32.59.32.31

Partagez :

Des courses au pied de la porte

Pour protéger les Rolivalois de la COVID-19, la ville a mis en place un service exceptionnel de portage de courses. Deux jours par semaine, trois médiateurs du CCAS réapprovisionnent les plus vulnérables tout en leur apportant du soutien. Reportage.

En à peine une heure, le frigo et les placards des personnes à risques sont de nouveau ravitaillés. Afin de protéger les séniors et les plus fragiles de la COVID-19, la ville de Val-de-Reuil a mis en place un système de portage de courses. Ainsi, tous les mardis et jeudis, trois médiateurs sociaux du CCAS (centre communal d’action sociale) viennent livrer une dizaine de Rolivalois. Une première qui, depuis 4 semaines, a créé un lien unique entre les agents et les habitants.

Soulager les plus vulnérables

Il est 14h, Fidèle Ébéngo et Mohamadou N’diaye viennent récupérer la liste de course de Joëlle, une résidante de l’ESPAGES. « Les habitants nous appellent sur un numéro spécifique et on cale une heure pour venir. Ils nous donnent de l’argent dans une enveloppe avec leur liste. C’est une nouvelle mission qui est indispensable, on le fait avec le cœur. » expliquent les deux médiateurs sociaux en direction du supermarché. Pour cette fois, un arrêt devant l’eau gazeuse suffit. « On s’adapte aux demandes des habitants, s’ils ont besoin de médicaments, on va à la pharmacie, s’ils veulent un produit d’un magasin bien précis on y va également » souligne Mohamadou en déposant les packs d’eau en caisse. Ensuite, les deux agents filent en direction de la médiathèque : « Un habitant a commandé des livres, pour le soulager, on lui livre au pied de sa maison ! »

« Il y a moins de stress »

Cet habitant, c’est Edmont, qui habite le quartier des Cottages. « C’est très bien comme dispositif. Il y a moins de stress.La semaine dernière je me suis fait livrer des courses, c’est une belle initiative. » lance le Rolivalois en récupérant ses ouvrages à son portail.

Ce service, déjà opérationnel lors du premier confinement, est nécessaire selon Veasna Pich, responsable de l’équipe des médiateurs de nuit : « On a eu des retours très chaleureux. Outre les courses, on discute avec eux, ça égaye leur journée ! ».

Retours tout aussi positif des élus rolivalois qui, dès le début du confinement, ont chacun pris contact par téléphone avec l’ensemble des Seniors confinés afin de s’assurer que tout allait bien.

Renseignements au : 02.32.09.46.92

Partagez :

Vous êtes sans connexion