Incident entre deux familles à Val-de-Reuil

Communiqué de la Ville de Val-de-Reuil 

Dimanche 5 septembre, en fin d’après-midi, aux alentours du Jardin de la Grosse Borne, un différend a opposé deux enfants âgés d’une dizaine d’années. Cette confrontation, à l’origine banale, a dégénéré, du fait de l’intervention d’une partie des parents, en un affrontement entre deux familles.

Un des deux enfants et sa mère semblent avoir été frappés. Le père et mari de ceux-ci, aidés de plusieurs de ses frères, aurait alors riposté blessant plusieurs personnes, dont l’une plus gravement, ce qui a nécessité son hospitalisation au CHU de Rouen. Chacun des camps aurait ensuite mobilisé ses proches pour s’en prendre à l’autre. Des échauffourées, impliquant une petite centaine de personnes, ont eu lieu entre les protagonistes en début de soirée rue de la Renardière et Voie Garance. Un équipage de police nationale, dépêché depuis le commissariat de Val-de-Reuil, est intervenu, mais, face à l’ampleur de l’incident, a dû reculer en faisant usage de gaz lacrymogènes.

Une petite dizaine de policiers municipaux ont pu, par la suite, séparer les opposants et la BAC d’Évreux, venue en renfort, a procédé – après qu’il a reçu des nouvelles rassurantes de son épouse et de son fils hospitalisés aux Feugrais – à l’interpellation du père impliqué, l’ont conduit au commissariat de Val-de-Reuil où il a passé la nuit et a été placé en garde à vue avant d’être déplacé ce matin vers un autre commissariat du département. Policiers et élus sont parvenus, dans l’intervalle, à apaiser les tensions. Le calme est revenu vers 22h30. Une enquête a été ouverte pour permettre d’élucider les circonstances et l’enchaînement des faits. Afin de veiller à la sécurité publique, une demi compagnie de CRS est arrivée cet après-midi sur la Ville pour patrouiller dès cette nuit dans sa partie piétonne.

Le maire de la Commune est resté en contact tout au long de la soirée avec le Préfet de l’Eure, M. Jérôme Filippini, le Directeur Départemental de la Sécurité Publique, M. Olivier Beauchamp, et le nouveau commissaire de Val-de-Reuil, M. Pierre Martinez, afin de s’assurer avec eux que la situation demeurait sous contrôle.

Marc-Antoine JAMET, Maire et Conseiller départemental de Val-de-Reuil, rappelle que : «Nul ne peut se faire justice par lui-même. Les forces de police, seules chargées de faire respecter la Loi et l’ordre républicain, doivent être entourées du plus grand respect et être assistées par chacun. Le Vivre Ensemble rolivalois, miracle paradoxal quand on observe ce que vivent les habitants de nombre de localités comparables à Val-de-Reuil, exige tolérance, bienveillance et compréhension entre tous. C’est ce que j’ai rappelé aujourd’hui à différents groupes de mes concitoyens, choqués ou émus, en souhaitant que les victimes de ces heurts connaissent une convalescence rapide et complète. Il faut que les auteurs des actes de violence qu’ils ont subis soient jugés et punis. Toute personne qui ne comprendrait pas le sens de ces règles s’exclurait de la communauté rolivaloise et trouverait les autorités municipales pour s’opposer à elle. La République ne reconnaît aucune communauté et la Ville ne connaît que des rolivalois tous égaux et tous responsables de leurs actes. La violence n’a pas droit de cité ».

 

Partagez :

Vous êtes sans connexion