Catégorie : Coronavirus

Val-de-Reuil : les événements et équipements soumis au Pass sanitaire depuis le lundi 9 août 2021.

Depuis lundi 9 août, le Pass sanitaire est étendu à de nouvelles catégories de lieux, évènements et usages. Aussi, la Ville de Val-de-Reuil adapte dès aujourd’hui, l’accès à ses événements proposés cet été ainsi qu’à certains de ses équipements sportifs, culturels et sociaux.

Equipements publics et évènements concernés par le Pass Sanitaire

L’ensemble des lieux de loisirs, de sport et de culture sont désormais soumis à la présentation d’un Pass sanitaire :

  • La piscine municipale
  • L’ensemble des gymnases et autres structures municipales sportives
  • La médiathèque Le Corbusier
  • La cyberbase Isaac Asimov
  • Le conservatoire de musique et de danse
  • La Maison de la Jeunesse et des Associations (MJA)
  • Le Théâtre de l’Arsenal
  • La Factorie, Maison de Poésie
  • Le Cinéma Les Arcades
  • L’ESPAGES

Les événements suivants de cet été sont également soumis à la présentation d’un Pass sanitaire :

  • Val-de-Reuil Côté Plageinstallé au jardin sportif, sur la route de Louviers et dans la cour de l’école du Pivollet jusqu’au vendredi 27 août
  • Le festival Cin’Eté organisé chaque soir à la nuit tombée dans la cour de l’ancien collège Pierre Mendès France jusqu’au dimanche 15 août.
  • Les journées à la mer (les jeudis 12, 19 et 26 août)
  • Les deux concerts (« Les Petites Mains Symphoniques » et « Les Cuivres de l’Opéra de Rouen ») sur l’esplanade de la mairie, les jeudi 26 et vendredi 27 août prochain

Cette obligation concerne toutes les personnes âgées de 18 ans et plus et s’appliquera à partir du 30 août pour les jeunes de 12 à 17 ans. Les enfants âgés de moins de 12 ans ne sont pas concernés par le Pass sanitaire.

Le respect des gestes barrières (port du masque, gel hydro-alcoolique, distanciation sociale etc.) reste vivement conseillé pour assurer une sécurité sanitaire optimum.

En quoi consiste le Pass sanitaire ?

Le Pass sanitaire demandé à l’entrée de chacun de ces sites peut prendre plusieurs formes :

  • Un certificat de vaccination, dès lors que le parcours vaccinal est complet,

ou

  • Un test PCR ou antigénique négatif de moins de 72 heures (plusieurs pharmacies de la ville proposent des tests antigéniques sur rendez-vous),

ou

  • Un certificat d’immunité au Covid-19 (test PCR ou antigénique positif datant d’au moins 11 jours et de moins de six mois).

Merci de présenter l’une de ces preuves sanitaires aux agents ou bénévoles associatifs qui vous accueilleront à l’entrée de chaque établissement et évènement municipal/associatif.

Dépistage gratuit pour les Rolivalois tous les mercredis du mois d’août.

Afin de faciliter l’accès des Rolivalois aux différentes manifestations et équipements municipaux, la Ville en lien avec l’ARS propose des stands de dépistages gratuits, tous les mercredis du mois d’août, juste devant l’entrée de  » Val-de-Reuil côté plage « , Route de Louviers de 10h00 à 17h00.

Commerces, transports, lieux de loisirs, Bars et restaurants

Depuis le début de la semaine, l’extension du Pass sanitaire s’applique désormais aux bars, restaurants, transports et lieux de loisirs. En raison du faible taux d’incidence sur le département et sur décision du préfet, les commerces et centres commerciaux ne sont pas soumis au Pass sanitaire.

Partagez :

Au gymnase Alphonse Allais, 350 personnes vaccinées en une journée !

Près de 350 personnes ont franchi les portes du gymnase Alphonse Allais hier pour recevoir leur première injection du vaccin contre le COVID-19 et retrouver un peu plus de liberté et de sérénité.

Depuis le début de la pandémie COVID-19, la Ville de Val-de-Reuil se mobilise sans relâche pour faire front face au virus. Après les campagnes de distribution de masques, de dépistages gratuits ou encore la mise en place de dispositifs d’accompagnement vers les plus fragiles, la Ville, en lien avec l’ARS, a ouvert mercredi  un centre de vaccination éphémère afin d’offrir à tous la possibilité de se faire vacciner à deux pas de chez eux. Une initiative plébiscitée par les Rolivalois et les habitants alentours : ils étaient plus de 350 à saisir cette opportunité.

« A deux pas de chez nous »

« Nous avions rendez-vous au mois de juillet au centre de vaccination de Louviers. Lorsque nous avons vu la possibilité de se faire vacciner, ici, à deux pas de chez nous, nous n’avons pas hésité », explique Melissa Queniez, une Rolivaloise venue accompagnée de son conjoint et de leur enfant pour recevoir sa première dose. « Nous ne sommes pas véhiculés, donc ce centre nous simplifie grandement la vie ».

Une pensée partagée par Kévin Lavallée, un jeune Rolivalois de 19 ans, qui n’a pas hésité une seule seconde pour sauter sur l’occasion. « Pour des personnes comme moi qui n’ont pas le permis ou pour des gens qui ne peuvent pas se déplacer en dehors de la ville c’est vraiment très pratique », explique-t-il soulignant les raisons de sa venue. « Si nous sommes tous vaccinés, cela aidera à faire reculer la pandémie. Donc c’est important pour moi, pour me protéger mais aussi protéger mes proches ».

Quelques chaises plus loin, Rose Makret Goudet, une Rolivaloise de 68 ans, se sent soulagée d’avoir reçu sa dose vaccinale tout comme David Edeline, un autre Rolivalois âgé de 51 ans. « Je viens de recevoir ma première dose, ma seconde dose est prévue pour le mois de juillet. Ça fait du bien, car cela me permet de me sentir un peu plus en sécurité et de retrouver un petit goût de liberté », confie-t-il saluant, à l’image du plus grand nombre, la très belle organisation mise en place par la municipalité. « C’est rapide, on n’attend pas et tout le monde est très accueillant, c’est parfait ! ».

Une démarche essentielle

Du côté du corps médical, on salue l’engouement des Rolivalois et l’initiative de la municipalité d’avoir organisé ce genre d’opération. « Ça se passe plutôt très bien. Le fait d’avoir organisé cette séquence de vaccination dans notre ville est une bonne idée car cela correspond à un vrai besoin de santé publique, c’est-à-dire d’aller vers les patients qui en ont besoin, vers les personnes qui n’ont pas forcément ressenti le besoin d’être vaccinées », explique Dr Thomas Bourez, médecin généraliste sur la plus jeune commune de France qui, accompagné d’un infirmier et de trois infirmières, a passé huit heures à accueillir et vacciner près de 350 personnes originaires à 90% de Val-de-Reuil.

Il rappelle l’importance d’une telle démarche. « Le COVID nous éprouve tous ; outre les personnes hospitalisées à cause de complications, je dirais que l’ensemble de notre société a été impactée du fait de ne plus pouvoir avoir une vie sociale. On voit aussi des jeunes en souffrance car ils sont isolés et ne peuvent pas voir leurs amis. Le tout virtuel ne fait pas l’épanouissement des gens. A l’heure actuelle, pour pouvoir revivre à peu près une vie sociale, la vaccination est essentielle », conclut le médecin rolivalois, saluant la qualité et le sérieux des services municipaux autour de cette opération qui fut un véritable succès.

Rendez-vous le jeudi 22 juillet de 14h à 20h pour la deuxième injection. A noter que pour les personnes qui n’auraient pas réussi à trouver un créneau hier, le gymnase sera également ouvert aux personnes en quête d’une première dose. De nouveaux créneaux seront disponibles dans les prochains jours sur la plateforme Doctolib.fr.

Partagez :

Erlab : un système qui ne manque pas d’air !

L’entreprise rolivaloise Erlab développe une hotte de filtration d’air qui permet de réduire à près de 100% les bactéries et virus, dont la COVID-19, dans les lieux clos !

La filtration de l’air serait l’une des clés pour sortir de la pandémie. Installée depuis plus de 25 ans à Val-de-Reuil, la société Erlab, experte dans la filtration de l’air depuis 1968, développe une hotte qui permet d’éliminer les particules fines de l’air que nous respirons dans les lieux fermés, dont celle de la COVID-19. Début mars, leur système a même été présenté à L’Elysée !

99,999 % des particules éliminées en 90 minutes

Fixé au plafond, le halo ne prend pas de place !

Discrète, autonome, ergonomique et modulaire, l’une des hottes de la firme s’ajoute aux nouvelles armes contre la COVID-19. Cette dalle de 75 cm de long, fixée au plafond se prénomme “Halo”, un nom symbolique pour le directeur général d’Erlab, Antoine Hauville :” Ça fait écho au halo lumineux. C’est  quelque chose de bienveillant de protecteur comme les anges qui ont des halos au-dessus d’eux, il veille sur nous ».

Une référence en lien avec ses fonctions. Ce système de filtration a été créé en 2013 pour assainir l’air des laboratoires de chimie. “Son rôle est de capter à la source toutes les émanations où qu’elles soient pour limiter le plus possible les répercussions sur la santé”, explique le fils du fondateur de l’entreprise. Début 2020, quand les premiers cas de COVID-19 ont fait leur apparition en France, Erlab a très vite saisi que le problème des contaminations résidait dans l’air. “Les nuages de gouttelettes que nous produisons en parlant sont des particules fines qui restent dans l’air de manière invisible pendant des heures. Si quelqu’un rentre dans un espace clos après qu’une personne infectée vient de rejeter des gouttelettes, la transmission est vite arrivée.” illustre Cédric Herry, directeur de la recherche et développement d’Erlab. Afin de contrer la propagation, les scientifiques ont adapté le fameux Halo P avec un filtre HEPA H14 (filtre à air à haute efficacité pour particules) permettant de capter les plus petites particules dans l’air. Pour prouver son efficacité, plusieurs tests biologiques ont été effectués. “La société Américaine ARE Lab, a simulé une contamination dans une chambre étanche avec une bactérie proche de l’épidémie virale avec et sans le Halo. Au bout de 90 minutes, 99,999 % de l’air infecté était éliminé.” Un test concluant qui a par la suite amené la société a essayé le Halo dans un Ehpad où résidait des personnes contaminées par la Covid-19.

Visite à l’Elysée

Contrairement à l’extérieur, les particules fines restent en suspension dans les endroits clos où la contamination est accentuée. La hotte pourrait être installée dans divers lieux qui ont fermé leurs portes depuis plusieurs mois. “Nous pensons sérieusement que les Halo sont un bouclier indispensable aux futures pandémies. Nous travaillons actuellement avec des fédérations professionnelles, nous avons sélectionné une entreprise locale par secteur pour faire des tests avec un protocole précis. Notamment chez les restaurateurs, les dentistes, les kinésithérapeutes ou encore les entreprises d’ascenseurs.” souligne Antoine Hauville qui précise que cette étape a été conseillée par Philippe Englebert, conseiller entreprises du président de la République, alors qu’ils étaient reçus par l’Elysée le 11 mars dernier : “Nous avons été mis en relation avec le ministère de la santé. Notre entretien a été très long car il voulait comprendre comment notre protocole pouvait rentrer dans la réouverture des espaces fermés. Notre approche rassure le gouvernement. Et nous sommes en contact régulier avec eux, ça avance !”

Quand l’impact des tests sera mesuré et que les preuves du protocole fondées, les installations débuteront dans les lieux ou le masque ne peut pas être porté. Les chercheurs travaillent déjà sur une nouvelle version encore plus puissante et adaptée aux espaces recevant du public, qui sera lancée sur le marché en fin d’année. Une dose d’espoir produite à Val-de-Reuil !

 Un savoir-faire à l’international

Erlab, c’est l’histoire de François-Pierre Hauville,un ingénieur dans l’armée, qui à l’idée en 1968 de concevoir des systèmes modulaires pour filtrer l’air des bâtiments. “L’idée a émané dans un garage à Rueil-Malmaison en Ile de France” se souvient Antoine Hauville, son fils et directeur-général actuel de l’entreprise. Deux ans plus tard, la firme s’installe aux Damps avant de venir en 1995 à Val-de-Reuil où réside désormais la production qui emploie 200 personnes et le département de recherche et développement (20 salariés). Depuis, l’entreprise familiale est devenue un leader mondial de la filtration d’air. Elle est désormais présente dans 46 pays de la Chine à Boston.

Plus d’informations : https://halo.erlab.com/fr/ 

Partagez :

La campagne de dépistage gratuit prolongée jusqu’à vendredi

La campagne de tests gratuits à la Covid-19 mise en place par l’Agence Régionale de Santé et la Ville de Val-de-Reuil se poursuit jusqu’au 16 avril. Rendez-vous du lundi au vendredi de 10h à 17h, voie des Clouets.

Permettre à tous de se faire dépister et d’obtenir des résultats dans les plus bref délais : c’est l’objectif de l’Agence Régionale de Santé qui propose depuis un mois maintenant une campagne de tests gratuits à la Covid-19 à Val-de-Reuil. Initialement prévue jusqu’au 29 mars, cette opération, soutenue et accompagnée par la Ville, se prolonge jusqu’à vendredi, au 9200 voie des Clouets (anciens locaux de l’entreprise Altitude Infrastructure). Ouvert à tous, ce centre de dépistage vous accueille tous les jours de 10h à 17h en continu et ce sans rendez-vous, ni ordonnance. 

Des résultats en moins de 24h ! 

« Vous venez comme vous êtes », glisse avec le sourire Gaëlle Gresselin de la Fédération Française de Sauvetage et de Secourisme rappelant au passage le protocole à suivre une fois sur place. Accueilli par un agent municipal dépêché par la Ville de Val-de-Reuil, chacun est invité à remplir une fiche de renseignement.  «  Un agent du laboratoire Bio-Eure-Seine se charge ensuite de la partie administrative renseignée sur ordinateur avant de passer au prélèvement ». Côté résultats, les personnes testées sont fixées en moins de 24h. « Si vous avez fait votre test le matin, vous aurez vos résultats le jour-même, après 19h. Si c’est l’après-midi, les résultats seront disponibles dès le lendemain ».  

Des usagers ravis 

Une aubaine pour ceux qui souhaitent être fixés rapidement sur leur sérologie. « C’est très bien, cette démarche facilite l’accès au test et nous permet de gagner en réactivité », confie Jean Vasseur, le patron de JV Services, une entreprise spécialisée dans la plomberie située dans le bassin d’activité rolivalois. « C’est important pour moi et pour les 120 personnes que j’emploie ». Un sentiment partagé par Samira, une résidente lovérienne venue avec ses 4 enfants pour se faire dépister et lever ses doutes. « Mon père fait partie des personnes à risque. C’était important pour moi de venir me faire dépister », explique-t-elle. « On peut venir quand on veut, c’est pratique, rapide et cela nous évite de passer par la case médecin ». Une démarche qui permet à tous de se protéger et de protéger les autres ! 

Centre de dépistage, 

9200 voie des Clouets (face à l’entreprise Loxam et à 100 mètres du centre de secours), 27100 Val-de-Reuil 

Horaires d’ouverture : 

Du lundi au vendredi de 10h à 17h jusqu’au 16 avril 2021 

Partagez :

20 petits Rolivalois à l’école cette semaine !

Tout au long de la semaine, l’école Coluche accueille les enfants des personnels mobilisés dans la gestion de la crise, dans le cadre d’un Service Minimum d’Accueil (SMA). Reportage.

Comme partout en France, les écoles de Val-de-Reuil ont fermé leurs portes vendredi dernier. Ainsi, cette semaine, l’instruction se fait à la maison pour la plupart des écoliers avant un départ anticipé en vacances, vendredi soir. En revanche, pour les enfants des personnels mobilisés quotidiennement dans la gestion de crise (personnels soignants, gendarmes, policiers, pompiers, enseignants, agents de la collectivité mobilisés pour l’accueil des enfants, etc.), les cours se poursuivent tout au long de la semaine au sein de l’école Coluche. Ici, un Service Minimum d’Accueil (SMA) a été mis en place par l’Éducation Nationale et la Ville pour les petits Rolivalois et leurs camarades du Vaudreuil.

Personnels enseignants et municipaux mobilisés

« L’accueil fonctionne comme d’habitude, comme une journée d’école classique, pour ces enfants qui ont été inscrits auprès de l’Inspection Académique via les directeurs d’écoles. Les enfants accueillis sont répartis par niveau de classe (maternelles, CP/CE1 et CE2/CM1/CM2) et encadrés par des enseignants volontaires », explique Gabriel Rojzman, responsable du service scolaire de la Ville. Sur les temps périscolaires, les agents municipaux du service jeunesse prennent le relais : que ce soit le matin entre 7h30 et 8h30, sur le temps de restauration ou après l’école de 15h20 à 18h30. Avec toujours la même préoccupation sanitaire : faire en sorte que les enfants ne se mélangent pas.  « Sur le temps scolaire et périscolaire, les enfants de chaque groupe restent ensemble toute la semaine mais ne côtoient pas les autres groupes ».

Une semaine pas tout fait comme les autres

Pour Anna, élève de CE1 à l’école Léon Blum, c’est une semaine pas comme les autres qui démarre. « On n’est pas les mêmes élèves, on ne travaille pas ensemble, c’est un peu dur », reconnaît cette jeune pousse rolivaloise, qui profite tout de même des temps de pause pour s’amuser avec les nouvelles copines de son groupe. A l’heure du midi, chaque groupe d’enfants est réparti dans une salle et un protocole sanitaire est mis en place pour assurer le respect des gestes barrières et la sécurité des enfants. « Les enfants sont deux, trois maximum par table et ne mangent pas en vis-à-vis », assure Gérard Delobeau, l’un des trois directeurs multi-sites de la Ville. « Entre chaque service, les salles sont aérées et désinfectées ».

Accompagner les enfants dans leurs devoirs

En classe, les enseignants mobilisés consultent les devoirs préparés en amont par les enseignants de chaque élève accueilli. « Chacun a son programme de travail, quand c’est possible nous les faisons travailler ensemble sur un thème commun et sinon je les accompagne de manière individualisée », précise Emmanuelle Vanpeene, enseignante à Louise Michel, qui comme ses collègues s’est proposée comme volontaire pour encadrer ces temps de classe. « C’est dans ma nature, pour moi c’est important de s’entraider. J’étais déjà volontaire l’an passé, lors du premier confinement, ça me semblait normal de continuer cette année ». Même constat pour Marie-Laure Thomas, enseignante de maternelle à l’école Les Dominos. « Ça me semble important dans la mesure ou lorsque nous sommes malades, nous sommes bien contents d’être soignés. Et pour que les parents puissent être au travail, il faut que les enfants soient à l’école ».

Des parents reconnaissants

A l’heure de la fin de classe, Johan Napaix, surveillant au centre de détention de Val-de-Reuil, vient récupérer son enfant. Et ne cache pas sa satisfaction concernant ce dispositif: « C’est une bonne chose car cela nous permet d’assurer nos services, et nos enfants peuvent continuer à aller à l’école, être avec leurs camarades ». Un avis partagé par l’ensemble des parents. « C’est une bonne chose sachant que l’on n’a pas le choix avec notre travail et que les autres moyens de garde ne sont pas disponibles », confie James Barber, infirmier au centre hospitalier de Vernon. Sa fille Norah, élève en CP à l’école Louise Michel, est, quant à elle, ravie de pouvoir continuer à fréquenter les bancs de l’école et de bénéficier des précieux enseignements dispensés par les instituteurs rolivalois mobilisés.

Partagez :

Bulletin de suivi des classes fermées le 31 mars à Val-de-Reuil

Suite au renforcement du protocole sanitaire dans les écoles, une école entière de Val-de-Reuil et plusieurs classes de maternelles, élémentaires, du collège et du lycée sont actuellement fermées sur décision de l’Agence Régionale de Santé. Le point sur la situation ce mercredi 31 mars. 

Face à la recrudescence des contaminations au sein des établissements scolaires, le Ministère de l’Education Nationale a pris la décision de renforcer le protocole sanitaire dans l’ensemble des écoles de l’Eure comme des 18 autres départements français confinés. Un protocole qui s’applique donc désormais à tous les établissements (écoles, collèges, lycée) de Val-de-Reuil.

Concrètement, chacune des classes où un cas positif a été détecté après le vendredi 27 mars, est contrainte de fermer ses portes. Tous ses élèves, considérés comme cas contact, doivent immédiatement s’isoler à la maison pendant une durée de 7 jours et réaliser un test de dépistage avant de pouvoir revenir à l’école.

Dans notre commune, plusieurs classes sont aujourd’hui fermées sur décision de l’Agence Régionale de Santé. A charge pour l’Education Nationale de faire appliquer cette mesure.

Voici la liste des classes aujourd’hui concernées ; liste quotidiennement mise à jour car susceptible d’évoluer tout au long de la semaine : 

ECOLE LEON BLUM  

  • Fermeture d’1 classe maternelle :

    • Classe de Grande Section de Mme Crasnier jusqu’au 31 mars inclus
  • Pas de fermeture en élémentaire  

ECOLE COLUCHE

  • Fermeture de 3 classes maternelles

    • Sont concernées l’ensemble des classes de grande section, à savoir celles de Mme N’Bongo, M.Lanoes, Mme Suzeau jusqu’au 2 avril inclus
  • Fermeture d’une classe élémentaire

    • Classe de CM1 / CM2 de Mme Silva jusqu’au 6 avril inclus.

ECOLE DES DOMINOS

  • Fermeture de deux classes de Petite / moyenne section

    • Classe de Mme Arrieula jusqu’au 2 avril inclus
    • Classe de Mme Lambert jusqu’au 6 avril inclus
  • Fermeture d’une classe élémentaire

    • Classe de Mme Hermeline jusqu’au 2 avril inclus 

ECOLE DU PIVOLLET 

  • Fermeture d’une classe de petite / moyenne section

    • classe de Mme Delgas jusqu’au 2 avril inclus
  • Pas de fermeture de classe en élémentaire

Les écoliers de CM1/CM2 de Mme Thevenin ne sont pas accueillis cette semaine en raison de l’absence de leur enseignante. L’enseignement est assuré à distance et un accueil proposé dans le cadre du service minimum d’accueil pour les enfants dont les parents travaillent. Retour en classe le mardi 6 avril.

JEAN MOULIN

  • Pas de fermeture de classe en maternelle

  • Pas de fermeture de classe en élémentaire 

LOUISE MICHEL 

  • Fermeture de l’ensemble de l’école maternelle

    • Suite à la détection de cas positifs ou cas contacts lors des tests salivaires, les 7 classes de maternelle sont fermées jusqu’au 7 avril inclus.
  • Fermeture de deux classes élémentaires

    • Classe de CE1 de Mme Bouteleux jusqu’au 7 avril inclus
    • Classe de CE1 de Mme Abdallah jusqu’au 7 avril inclus

CERFS VOLANTS

  • Pas de fermeture de classe en maternelle

  • Pas de fermeture de classe en élémentaire

COLLEGE ALPHONSE ALLAIS

  • Fermeture d’une classe

    • Classe ULIS jusqu’au 5 avril inclus

 LYCEE MARC BLOCH

  • Fermeture d’une classe
    • Classe de seconde jusqu’au 6 avril inclus

 

Partagez :

Des achats sans tracas chez les commerçants rolivalois !

Les Rolivalois peuvent faire leurs emplettes en physique ou à distance en tout sécurité ! Jour après jour, la municipalité continue d’accompagner la sécurisation des commerces restés ouverts. Pour les boutiques fermées, l’application VDR E-Market prend tout son sens !

Depuis l’annonce du gouvernement de renforcer les restrictions pour endiguer l’épidémie de COVID-19, la mairie de Val-de-Reuil n’a jamais cessé d’accompagner et sécuriser les commerces ouverts ; de soutenir les commerces fermés !

Barrières, marquage au sol, brassages limités…

En début de semaine dernière, Fadilla Benamara, adjointe au maire en charge du renouvellement urbain et des commerces, a fait le tour des commerces de la ville pour recueillir leurs besoins et distribuer de nouveaux équipements sanitaires. Un soulagement pour les commerçants qui continuent à accueillir du public comme Alice Zheng, gérante du bureau de tabac le Nicotiana située sur la zone commerciale des Falaises : « Les clients respectent et quand il y a trop de monde, ils prennent leurs dispositions avec les indications de jauge maximale.  » Un avis partagé par la boulangerie le Fournil où la queue est massivement réduite grâce aux barrières installées par les services municipaux. Sonnia est elle-même rassurée de venir chercher son pain. Cette Rolivaloise vient tous les soirs après le travail : « je ne fais jamais la queue, je pense que ça dissuade les gens de se regrouper. 

Sur la place des Quatre Saisons, Alexandre Olivier aère son magasin. « Les gens ont bien compris, ça fait du bien d’être essentiel comme tous les commerces d’ailleurs », se ravit le gérant du jardin d’Alex. Au milieu des bouquets, les flèches d’entrée et de sortie rassurent les clients.

Des mesures qui sont également prises de longue date chez les opticiens. Rue Courtine, les Rolivalois et les Rolivaloises peuvent aller choisir leurs modèles de lunettes sans risques. «  Pour ma part, dès la sortie de crise et jusqu’à aujourd’hui, j’ai toujours été accompagné «  ,déclare Dorian Augier, le gérant de Courtine Optique heureux de garder le lien avec ses clients  tout  comme la gérante d’optique des 4 saisons, Florence Vivia, qui peut faire son travail en toute quiétude : «  Ça m’a fait plaisir de voir qu’on a pensé à moi même avec cette situation difficile.»

VDR E-MARKET, un outil devenu essentiel

Mise en ligne en novembre dernier, VDR e-market, application de click & collect proposée par la Ville à l’ensemble des commerçants rolivalois,  prend tout son sens en cette période de fermeture de certains commerces. D’ailleurs, même les commerçants ouverts partagent leurs bons plans sur l’interface connectée. C’est le cas de Fabrice Lefèbvre, le patron du bar-tabac le Rolivalois : « J’y vais très souvent, je mets mes promos de la semaine dessus. C’est un moyen supplémentaire de communication que tout le monde devrait exploiter ».

Pour la présidente de l’association des commerçants, Christel Choquenet, cette application doit vite être utilisée par tous les commerces : « C’est une superbe initiative, je mets mes promos dessus. On va bientôt faire un profil de l’ASCOVAL sur lequel il y aura plein de bons plans, l’ouverture des prochains commerces et les animations qu’on propose ! » 

Une utilisation qui est déjà bien affirmée du côté des boutiques contraintes de fermer leurs portes. La mise en ligne de produits est nettement simplifiée. Pizza Mama, le SABADEI ou encore la Ferme de la Salle n’hésitent pas à mettre en ligne leurs cartes et leurs délicieux plats à emporter.  Dans quelques mois, l’application évoluera avec une nouvelle version qui permettra de voir les « j’aime » des clients. Avec VDR E-market, il est désormais possible de retrouver des informations exclusives pour shopper divers articles made in Val-de-Reuil !

VDR e.market : Retrouvez vos commerçants, artisans et …vdremarket.fr 

Partagez :

Bulletin de suivi des classes fermées le mardi 30 mars à Val-de-Reuil

Suite au renforcement du protocole sanitaire dans les écoles, plusieurs classes de Val-de-Reuil sont actuellement fermées sur décision de l’Agence Régionale de Santé. Le point sur la situation ce mardi 30 mars. 

Face à la recrudescence des contaminations au sein des établissements scolaires, le Ministère de l’Education Nationale a pris la décision de renforcer le protocole sanitaire dans l’ensemble des écoles de l’Eure comme des 18 autres départements français confinés. Un protocole qui s’applique donc désormais à tous les établissements (écoles, collèges, lycée) de Val-de-Reuil.

Concrètement, chacune des classes où un cas positif a été détecté après le vendredi 27 mars, est contrainte de fermer ses portes. Tous ses élèves, considérés comme cas contact, doivent immédiatement s’isoler à la maison pendant une durée de 7 jours et réaliser un test de dépistage avant de pouvoir revenir à l’école.

Dans notre commune, plusieurs classes sont aujourd’hui fermées sur décision de l’Agence Régionale de Santé. A charge pour l’Education Nationale de faire appliquer cette mesure.

Voici la liste des classes aujourd’hui concernées ; liste qui sera quotidiennement mise à jour car susceptible d’évoluer tout au long de la semaine : 

ECOLE LEON BLUM  

  • Fermeture de 2 classes maternelles :

    • Classe de Petite Section / Moyenne Section de Mme Desbois jusqu’au 30 mars.
    • Classe de Grande Section de Mme Crasnier jusqu’au 2 avril
  • Pas de fermeture en élémentaire  

ECOLE COLUCHE

  • Fermeture de 3 classes maternelles

    • Sont concernées l’ensemble des classes de grande section, à savoir celles de Mme N’Bongo, M.Lanoes, Mme Suzeau jusqu’au 2 avril inclus
  • Fermeture d’une classe élémentaire

    • Classe de CM1 / CM2 de Mme Silva jusqu’au 6 avril inclus.

ECOLE DES DOMINOS

  • Fermeture de deux classes de Petite / moyenne section

    • Classe de Mme Arrieula jusqu’au 2 avril inclus
    • Classe de Mme Lambert jusqu’au 6 avril inclus
  • Fermeture d’une classe élémentaire

    • Classe de Mme Hermeline jusqu’au 2 avril inclus 

ECOLE DU PIVOLLET 

  • Fermeture d’une classe de petite / moyenne section

    • classe de Mme Delgas jusqu’au 2 avril inclus

Hormis la classe de petite section de Mme Pugin, tous les autres écoliers de maternelle ne sont pas accueillis à l’école en raison de l’absence des enseignants. Seul un service minimum d’accueil est assuré pour les enfants dont les parents travaillent. Dès demain, 31 mars, ces élèves retrouveront le chemin de l’école du Pivollet.

  • Pas de fermeture de classe en élémentaire

Les écoliers de CM1/CM2 de Mme Thevenin ne sont pas accueillis cette semaine en raison de l’absence de leur enseignante. L’enseignement est assuré à distance et un accueil proposé dans le cadre du service minimum d’accueil pour les enfants dont les parents travaillent. Retour en classe le mardi 6 avril.

JEAN MOULIN

  • Pas de fermeture de classe en maternelle

En revanche, en raison de l’absence des trois enseignantes de Grande Section, les élèves de ce niveau ne sont pas accueillis à l’école jusqu’au 31 mars inclus. Un accueil est toutefois assuré pour les enfants dont les parents travaillent. 

  • Pas de fermeture de classe en élémentaire 

LOUISE MICHEL 

  • Pas de fermeture de classe en maternelle

  • Pas de fermeture de classe en élémentaire

CERFS VOLANTS

  • Pas de fermeture de classe en maternelle

  • Pas de fermeture de classe en élémentaire

COLLEGE ALPHONSE ALLAIS

  • Fermeture d’une classe

    • Classe ULIS jusqu’au 5 avril inclus

 LYCEE MARC BLOCH

  • Fermeture d’une classe
    • Classe de seconde jusqu’au 6 avril inclus

 

Partagez :

Bulletin de suivi quotidien des classes fermées à Val-de-Reuil

Suite au renforcement du protocole sanitaire dans les écoles, plusieurs classes de Val-de-Reuil viennent d’être fermées par l’Agence Régionale de Santé. Le point sur la situation ce lundi 29 mars. 

Face à la recrudescence des contaminations au sein des établissements scolaires, le Ministère de l’Education Nationale a pris la décision, en fin de semaine, de renforcer le protocole sanitaire dans l’ensemble des écoles de l’Eure comme des 18 autres départements français confinés. Un protocole qui s’applique donc désormais à tous les établissements (écoles, collèges, lycée) de Val-de-Reuil.

Concrètement, chacune des classes où un cas positif a été détecté après le vendredi 27 mars, est contrainte de fermer ses portes. Tous ses élèves, considérés comme cas contact, doivent immédiatement s’isoler à la maison pendant une durée de 7 jours et réaliser un test de dépistage avant de pouvoir revenir à l’école.

Dans notre commune, plusieurs classes maternelles et élémentaires sont aujourd’hui fermées sur décision de l’Agence Régionale de Santé. A charge pour l’Education Nationale de faire appliquer cette mesure.

Voici la liste des classes aujourd’hui concernées ; liste qui sera quotidiennement mise à jour car susceptible d’évoluer tout au long de la semaine : 

ECOLE LEON BLUM  

  • Fermeture de 2 classes maternelles :

    • Classe de Petite Section / Moyenne Section de Mme Desbois jusqu’au 30 mars.
    • Classe de Grande Section de Mme Crasnier jusqu’au 2 avril
  • Pas de fermeture en élémentaire  

ECOLE COLUCHE

  • Fermeture de 3 classes maternelles

    • Sont concernées l’ensemble des classes de grande section, à savoir celles de Mme N’Bongo, M.Lanoes, Mme Suzeau jusqu’au 2 avril inclus
  • Fermeture d’une classe élémentaire

    • Classe de CM1 / CM2 de Mme Silva jusqu’au 6 avril inclus.

ECOLE DES DOMINOS

  • Fermeture d’une classe de Petite / moyenne section

    • Classe de Mme Arrieula jusqu’au 2 avril inclus
  • Fermeture d’une classe élémentaire

    • Classe de Mme Hermeline jusqu’au 2 avril inclus 

ECOLE DU PIVOLLET 

  • Fermeture d’une classe de petite / moyenne section

    • classe de Mme Delgas jusqu’au 2 avril inclus

Hormis la classe de petite section de Mme Pugin, tous les autres écoliers de maternelle ne sont pas accueillis à l’école cette semaine en raison de l’absence des enseignants. Seul un service minimum d’accueil est assuré pour les enfants dont les parents ont des contraintes professionnelles.

  • Pas de fermeture de classe en élémentaire

Les écoliers de CM1/CM2 de Mme Thevenin ne sont pas accueillis cette semaine en raison de l’absence de leur enseignante. L’enseignement est assuré à distance et un accueil proposé dans le cadre du service minimum d’accueil pour les enfants dont les parents travaillent. Retour en classe le mardi 6 avril.

JEAN MOULIN

  • Pas de fermeture de classe en maternelle

En revanche, en raison de l’absence des trois enseignantes de Grande Section, les élèves de ce niveau ne sont pas accueillis à l’école jusqu’au 31 mars inclus. Un accueil est toutefois assuré pour les enfants dont les parents travaillent. 

  • Pas de fermeture de classe en élémentaire 

LOUISE MICHEL 

  • Pas de fermeture de classe en maternelle

  • Pas de fermeture de classe en élémentaire

CERFS VOLANTS

  • Pas de fermeture de classe en maternelle

  • Pas de fermeture de classe en élémentaire

 

Partagez :

La piscine rolivaloise reste ouverte au grand public !

Même avec les nouvelles restrictions, la piscine de Val-de-Reuil reste ouverte pour les particuliers comme les scolaires ! A la grande satisfaction des férus de natation qui peuvent faire leur sport sans prendre de risques. Reportage.

 

Soulagement après le feu vert des autorités sanitaires : chacun, à Val-de-Reuil, peut bel et bien continuer à profiter de la piscine en toute sécurité. L’équipement aquatique municipal, que la municipalité avait décidé de rouvrir au public le 8 mars grâce à son toit ouvert et aux importantes mesures de précaution sanitaires déployées, n’aura pas une nouvelle fois à baisser son rideau pendant ce nouveau confinement.

Les particuliers peuvent donc toujours réserver leurs créneaux pour retrouver les plaisirs de l’eau sans aucun risque. Mieux encore, depuis quelques jours, les scolaires y reprennent leur cours de natation, interrompus pendant plusieurs semaines.

Dans le bassin intérieur, seuls les groupes scolaires peuvent pratiquer.

Les scolaires de retour dans l’eau

Sac sur le dos, lunettes prêtes à être mises sur le nez, un coup de gel à l’entrée, et c’est parti pour une bonne heure à faire chauffer les muscles. Depuis la réouverture, les inscriptions défilent. « Les créneaux des midis sont presque tous pris, et dimanche, on était complet ! », se réjouit Pascale Ravaux, directrice du service des sports.  Et parmi les inscrits, on retrouve évidemment les groupes scolaires qui, contrairement au grand public, sont autorisés à plonger dans le bassin intérieur en plus du grand bassin extérieur. Leslie Renen, professeur de sport au collège Montaigne, est de retour avec sa classe de 6ème« Pour les enfants, c’est absolument une priorité de savoir nager. De plus, seuls les 6èmes ont des cours de natation. Donc on est bien content de pouvoir revenir leur apprendre la pratique ».  En pleine séance de brasse, Marie-Andréa est heureuse de retrouver les sensations du contact avec l’eau « Ça fait du bien, ça détend, je peux enfin nager ! » s’exclame la collégienne de 11 ans.

Entrainement, défoulement et rééducation

Dans le bassin extérieur, les adultes nagent chacun dans leur file d’eau.  Christophe prend sa pause déjeuner une fois par semaine à la piscine. À 43 ans, ce sportif a réussi à décrocher quelques créneaux sur son temps libre :  « C’est l’une des rares occasions que j’ai trouvées pour nager. C’est important et ça fait du bien d’en profiter ». Six mètres plus loin, Vylas, 39 ans fait son sport hebdomadaire : « Je trouve que c’est génial, en plus c’est l’une des rares à être ouverte dans l’Eure. Je peux entretenir mon corps et me dépenser.  Avant, j’y allais une fois par semaine donc c’est un vrai plaisir de reprendre le chemin du bassin. »

Vylas est heureux de refaire des longueurs !

D’autres profitent de l’équipement à titre thérapeutique. Margot s’est blessée l’année dernière lors d’un entraînement de triathlon. Cette résidente de Vironvay est soulagée de pouvoir se soigner : « Je suis à moins de 10 kilomètres donc c’est parfait. Pour la rééducation, la natation est le meilleur sport ».

Même les sportifs de haut niveau continuent à s’entraîner à Val-de-Reuil. « On devait faire les championnats de France mais avec le COVID c’était compliqué. La piscine de Val-de-Reuil est l’une des seules à être ouverte alors on en profite », se réjouit  Rayan qui est venu avec son frère jumeau et son père pour un entraînement intensif.

Quant aux particuliers, ils peuvent nager dans le bassin extérieur qui est aéré avec son toit ouvrant !

En pleine désinfection de lunettes de plongée, Isabelle Lefèbvre, vice-présidente du VRN (Val-de-Reuil Natation),  est impatiente de remettre les pieds dans l’eau :  « c’est vital pour nos sportifs. On remercie la ville d’avoir tout mis en œuvre pour qu’ils puissent revenir petit à petit nager, c’est une grande chance ! »

En plus de la joie de ces sportifs, qu’ils soient amateurs ou novices, leur sécurité est assurée au maximum.« Les gens ne se croisent pas, il y a des endroits pour nettoyer leurs équipements, les règles sanitaires dans les vestiaires sont extrêmement cadrées…  La Ville a mis tout en œuvre pour sécuriser les sportifs », tient à rappeler Rachida Dordain, adjointe au maire chargée des sports.

La jauge maximale de nageurs accueillis simultanément dans l’équipement a également été revue à la baisse afin de permettre à tous de savourer les joies des longueurs en toute sécurité. Désormais, 40 personnes au total ont accès en même temps à la piscine. Une manière efficace de concilier activité physique et sécurité sanitaire !

Nouveaux horaires

À partir du 29 mars, les nageurs peuvent s’inscrire sur des créneaux horaires du Lundi au vendredi de 12h à 13h45 et de 16h à 18h45 ainsi que le Mercredi de 12h à 18h45 , le Samedi de 9h à 12h45 et de 14h à 18h45 et le Dimanche de 9h à 13h45

Réservation des créneaux sur www.valdereuil.fr

 

Partagez :

La Rolivaloise 2021 virtuelle et connectée !

C’est le rendez-vous incontournable du mois de mars. La Rolivaloise 2021 se termine le 28 mars ! Un challenge solidaire au profit de la lutte contre cancer du sein, réinventé en virtuel et connecté. Une première qui a séduit les participantes. Avec les témoignages de Rachida Dordain adjointe au maire chargée des sports, Stéphanie Ginfray Dumont, Nadine Rousselin, Françoise Roguë, Asma Nassili, Badera Ouali, Joëlle Pollet et Isabelle Maximilien.

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

Partagez :

Couvre-feu : dans la nuit rolivaloise, les élus sillonnent la ville

Une quarantaine d’élus et d’agents municipaux ont arpenté les rues de Val-de-Reuil lundi soir pour sensibiliser les Rolivalois au respect du couvre-feu. Une action pédagogique que Marc-Antoine Jamet a promis de renouveler. Reportage.

Lundi 22 mars – 19h00 : l’heure du couvre-feu à Val-de-Reuil comme partout en France. Plus de sorties autorisées pour un bol d’air, pour quelques courses ou pour saluer son voisin. Hormis pour des motifs « impérieux » (déplacements professionnels ou raisons de santé…), un seul mot d’ordre : chacun à la maison !

« Depuis plusieurs jours, les contaminations sont de plus en plus nombreuses à Val-de-Reuil ; les sonnettes s’agitent de toutes parts dans plusieurs écoles ». Marc-Antoine Jamet ne s’en cache pas : « il y a vraiment nécessité que chacun fasse un effort et respecte scrupuleusement les règles du confinement qui n’est pas forcément compris, on le voit bien ».

Une quarantaine d'élus et d'agents municipaux mobilisés pour arpenter la ville hier soir
Une quarantaine d’élus et d’agents municipaux mobilisés pour arpenter la ville hier soir

 

Présence massive sur le terrain

Le maire de Val-de-Reuil a donc décidé de jouer la carte de la pédagogie ce lundi soir en conduisant une vaste opération de sensibilisation au respect du confinement. Essentiel selon lui pour faire barrage à l’épidémie et pouvoir rêver, bientôt, à une vie « normale ».

Ce soir-là, autour de lui, une quarantaine d’élus et d’agents municipaux. Plan de ville à la main, par petits groupes, l’équipe de volontaires se disperse aux quatre coins de la ville, suivant chacune un trajet bien défini.

Du Parc Sud à l’école Jean Moulin, de la Prétentaine à l’écoquartier en passant par le cœur de ville, la place Odin ou encore l’avenue des Falaises… pendant près de deux heures, des dizaines de rues sont passées à la loupe. « L’objectif est de s’assurer que le couvre-feu est respecté, d’échanger avec les Rolivalois qui pourraient encore être dehors à cette heure ; de leur expliquer la nécessité de suivre les consignes », insiste Marc-Antoine Jamet.

« Allez, au dodo ! « 

Après quelques minutes de déambulation, le premier constat est plutôt rassurant : les rues sont quasiment désertes ; seuls quelques jeunes tapent encore la balle dans la voie Boréale ; quand d’autres profitent de la fraîcheur du soir pour prolonger la journée à deux pas de leur domicile, du côté de la Prétentaine ; ou donnent quelques derniers coups de pédale dans le quartier de la Grosse Borne.

« C’est l’heure de rentrer maintenant ! » ; « allez, au dodo », glisse malicieusement le maire avant de s’assurer que la porte de la maison se referme bien derrière ces ados un peu réticents à suivre les consignes mais compréhensifs malgré tout lorsque l’intérêt de se protéger et de protéger les autres leur est patiemment expliqué.

« Nos Rolivalois sont exemplaires »

A quelques centaines de mètres de là, du côté de la voie de l’Euclide, la satisfaction se lit sur tous les visages. « Nos Rolivalois sont exemplaires », souligne Catherine Bataille, élue en charge de l’Etat Civil, en s’éloignant de la rue déserte.

Il faudra attendre le croisement de la rue des Fleurs pour rencontrer un petit groupe de jeunes. « Bonjour messieurs, que faites-vous dehors à cette heure-ci ? », interroge Dominique Lego. « On rentre chez nous. Monsieur Balut (NDLR : élu en charge des associations)nous a déjà dit de rentrer », répond poliment le jeune homme en se dirigeant vers son domicile.

Bilan unanime

A chaque élu son quartier en ce premier lundi de confinement
A chaque élu son quartier en ce premier lundi de confinement

A l’issue de ces deux heures de déambulation nocturne, le bilan semble partagé par l’ensemble des groupes. « A part quelques irréductibles, nous avons rencontré des personnes très compréhensives et reconnaissantes des mises en garde aimables que nous leur avons faites. Globalement la ville était tranquille : les Rolivalois jouent le jeu et c’est une bonne chose », se réjouissent ainsi Fadilla Benamara et Daniel Gassa, deux des élus mobilisés entre la place Odin et l’allée des Sages.

Convaincu du bien fondé d’une telle opération, Marc-Antoine Jamet l’a promis hier soir : rendez-vous sera à nouveau donné très prochainement pour renouveler cette déambulation qui vise avant tout à faire de la pédagogie.

 

Retour en images :

 

 

Partagez :

Jusqu’à vendredi, venez vous faire dépister gratuitement !

La campagne de test gratuit au Covid 19 bat son plein voie des Clouets. Une semaine après son lancement, 350 personnes ont déjà été dépistées. L’opération se poursuit jusqu’au 26 mars. Ouvert à tous. 

300 entreprises ! De l’industrie pharmaceutique à la logistique, du secteur du luxe à la cosmétique en passant par les télécommunications, les espaces verts ou encore la propreté publique… Val-de-Reuil est une véritable ruche industrielle où convergent quotidiennement plus de 13 000 travailleurs venus de tous horizons.

Confrontés comme partout à la recrudescence des contaminations au Covid 19, ils sont nombreux chaque jour depuis une semaine à prendre la direction du 9020, voie des Clouets. C’est ici, dans les anciens locaux de l’entreprise Altitude Infrastructure, que l’Agence Régionale de Santé, soutenue et accompagnée par la Ville de Val-de-Reuil, a installé son centre de dépistage, au plus près du lieu de travail de ces milliers de femmes et d’hommes. Dix jours pendant lesquels chaque salarié mais aussi chaque Rolivalois, chaque habitant des communes alentour peut, sans rendez-vous et sans ordonnance, participer à cette nouvelle campagne de test gratuit.

« Un moyen rapide de savoir »

Des tests sans rendez-vous, sans ordonnance ; des résultats rapides.
Des tests sans rendez-vous, sans ordonnance ; des résultats rapides.

Guillaume, 40 ans, chaudronnier à Val-de-Reuil, n’a pas hésité une seconde à pousser la porte de l’ancienne entreprise investie jusqu’au 26 mars par une équipe de biologistes. « Il y a eu un cas COVID dans notre entreprise donc j’ai voulu m’assurer que tout va bien pour moi. C’est un moyen rapide de savoir si l’on est positif ou pas et, du coup, de gagner en rapidité ».

Accueilli par un agent municipal dépêché par la Ville pour épauler les biologistes, Guillaume n’aura eu qu’à remplir un questionnaire de quelques minutes, présenter sa carte vitale et sa pièce d’identité, suivre le chemin fléché dans le respect des précautions sanitaires avant de disparaître quelques toutes petites minutes dans la salle de prélèvement. « Tout est parfait : l’accueil est chaleureux, c’est rapide, très bien expliqué et les agents sont à l’écoute ».

Encore quelques heures de patience et le chaudronnier rolivalois pourra consulter les résultats de son test naso-pharyngé sur un espace sécurisé du site internet du laboratoire Bio Seine-Eure. « Les résultats des tests sont acheminés deux fois par jour jusqu’au laboratoire », souligne Myldred Hardy, médiateur Covid au sein de la fédération française de sauvetage et de secourisme mobilisée sur l’opération pour réaliser les tests PCR. « Les personnes testées le matin peuvent ainsi obtenir leurs résultats le soir même et les personnes testées l’après-midi, le lendemain matin ».

Ouvert à tous, sans restrictions

Les anciens locaux d'Altitude Infrastructure transformés en centre de dépistage
Les anciens locaux d’Altitude Infrastructure transformés en centre de dépistage

A l’issue de la première semaine de dépistage commencée le 16 mars, plus de 350 personnes avaient déjà fait le déplacement. Des salariés des entreprises de la zone d’activités mais pas seulement : « Ce centre de dépistage est ouvert à tous, qu’on soit travailleur ou non ; enfant ou adulte », précise-t-on à la mairie de Val-de-Reuil.

Une véritable aubaine pour Pascal, un habitant de Surville, soulagé à l’idée de pouvoir rapidement lever le doute sur son état de santé. « Une personne de ma famille ayant été testé positif, ma femme et moi avons choisi par précaution de nous faire dépister. Le fait que le dispositif soit rapide est important pour nous, car il nous fallait savoir au plus vite pour nous rassurer ».

Une excellente manière de se protéger et protégez les autres !

Comme Pascal, Guillaume, Emmanuelle, Valérie, Vincent, Sacha et tant d’autres… n’hésitez plus ! Rendez-vous au 9020 voie des Clouets (face à l’entreprise Loxam et à 100 mètres du centre de secours) pour un dépistage rapide, gratuit, sans ordonnance et sans rendez-vous, tous les jours de 10h00 à 17h00 jusqu’au vendredi 26 mars.
Partagez :

Toutes à la Rolivaloise ! Une édition 2021 inédite, virtuelle et connectée…

La Rolivaloise est de retour, du 20 au 28 Mars, sur 5 ou 10 kilomètres, ou plus si vous le souhaitez… Une version virtuelle et connectée ouverte à tous les femmes ! Inscrivez-vous dès aujourd’hui et participez à la lutte contre le cancer !

Une vague rose unique en son genre qui déferle sur la ville … C’est le spectacle qu’offre chaque année le désormais incontournable rendez-vous rolivalois du mois de mars, Vous l’aurez deviné : il s’agit bien de la Rolivaloise, cette marche / course 100 % féminine qui rassemble plus de 2500 participantes de toutes générations, de tous horizons.

Pour rien au monde, les « aficionadas » de cette rencontre festive, sportive et solidaire dont l’ambition est de promouvoir les droits des femmes, lutter contre le cancer du sein et savourer le plaisir de se retrouver ne manqueraient cette date marquée d’une pierre blanche.

Après l’annulation de l’édition 2020, programmée à quelques jours du premier confinement, et malgré les règles sanitaires qu’imposent aujourd’hui la pandémie, il était hors de question cette année d’annuler l’événement. La Ville de Val-de-Reuil a donc rivalisé d’imagination pour permettre aux milliers de femmes adeptes du rendez-vous de prendre le départ de la Rolivaloise 2021… en toute sécurité ! Et c’est avec le plus grand des plaisirs que la municipalité vous propose une version revisitée de la Rolivaloise.

Du 20 au 28 mars : une semaine de challenge

Du samedi 20 au dimanche 28 mars, toutes les femmes, quels que soient leur âge et leur niveau de pratique sportive, Rolivaloises, habitantes de Val-de-Reuil, des communes voisines et de plus loin encore, salariées de nos parcs d’activité, seront ainsi invitées à participer à un grand challenge virtuel, connecté et solidaire.

Comment s’inscrire ?

Dès aujourd’hui, seule ou en équipe, à partir d’une application développée sur Internet et disponible sur le site de « La Rolivaloise » : larolivaloise.valdereuil.fr, coureuses ou marcheuses peuvent s’inscrire sur la distance de leur choix avec un principe : pour 1 € kilomètre parcouru, 1 € sera reversé au profit de la recherche contre le cancer.

Laissez vous guider : la procédure d’inscription est simple, rapide et efficace ! Une fois inscrite, vous recevrez une notification confirmant votre participation. Vous serez également informée ces prochains jours des dates et lieu de retrait de vos tee-shirts collector.

 

Quel parcours ?

Au départ d’un parcours inédit, depuis la Mairie, longeant la Promenade des Tilleuls, passant à travers le Parc Sud, remontant les berges de l’Eure avant de plonger au cœur du parc arboré de l’éco-quartier, il suffira aux participantes d’activer leur chronomètre, leur smartphone, leur montre connectée ou leur application de course à pied, puis, une fois le parcours terminé, d’enregistrer leurs données sur l’application en utilisant leur téléphone ou leur clavier.

Le parcours d’une distance totale de 5 km (à effectuer une ou plusieurs fois selon vos envies) est disponible en téléchargement sur le site internet de la Rolivaloise (larolivaloise.valdereuil.fr) ou en cliquant sur le plan ci contre.

Au nom de la lutte contre le cancer du sein

Pour les férues de course à pied, impatientes de retrouver, après un an d’interruption, la ligne de départ d’une compétition, ce sera le plaisir de se mesurer à distance aux autres participantes, de suivre en temps réel l’évolution de leur classement.

Pour les autres, ce sera la joie de prendre part à une action participative, d’entraîner amis, famille, collègues et voisins au service d’une grande et juste cause. Toutes, engagées, seront ainsi les ambassadrices de la lutte contre le cancer du sein. Depuis plus d’un an, les campagnes de dons, les manifestations caritatives, l’action des bénévoles sur le terrain afin d’attirer l’attention des femmes sur l’importance du dépistage, n’ont pas pu se tenir ou obtenir leur écho habituel. La bataille engagée contre le coronavirus ne doit pas nous détourner des autres combats.

Ensemble, liguons-nous pour faire reculer le cancer du sein en incitant le plus grand nombre de femmes à participer à la nouvelle édition de « la Rolivaloise ».
RENDEZ-VOUS SUR larolivaloise.valdereuil.fr POUR VOUS INSCRIRE ET POUR OBTENIR TOUTES LES INFORMATIONS NECESSAIRES SUR LA ROLIVALOISE. POSSIBILITÉ ÉGALEMENT DE CONTACTER LE 02 32 59 42 12 POUR PLUS DE DETAILS.

Partagez :

Premiers plongeons pour les nageurs !

Dès aujourd’hui, la piscine de Val-de-Reuil est la première de l’agglomération à rouvrir ses portes depuis octobre dernier. Un beau cadeau pour les amateurs d’eau !

L’heure était aux premières brasses ce lundi matin. Après plusieurs semaines de fermeture, le grand bassin de la piscine de Val-de-Reuil a ouvert son toit aux associations et aux usagers. Il s’agit du seul équipement « aquatique » de l’Agglomération Seine-Eure à rouvrir ses portes au public. Toit ouvert sur un tiers de sa longueur, capacité d’accueil divisée par 5, entrée sur inscription, pratique dynamique et bassin fractionné en six couloirs de nage, désinfection renforcée des vestiaires et blocs sanitaires… les nageurs peuvent retrouver les plaisirs de l’eau en toute sécurité !

Le retour des habitués

Dès 11h45, les nageurs impatients franchissaient la porte de la piscine pour remettre les pieds dans l’eau et se défouler pendant une heure dans le bassin extérieur. « Certains viennent sur leur pause du midi pour faire leur séance de natation. On a un public fidèle qui a vite répondu présent lors des inscriptions. Ça manque à tous de ne plus pratiquer, c’est un véritable cadeau », se réjouit Pascale Ravaux, directrice du service des sports de la Ville. Comme l’été dernier, le chemin coloré fait son retour : « C’est le même protocole, les gens s’inscrivent sur un créneau horaire sur le site de la Ville, ensuite ils doivent venir 15 minutes avant leur rendez-vous où ils récupèrent un bracelet coloré pour atteindre les vestiaires en toute sécurité. »

À l’entrée, le premier nageur vient d’arriver. Sac de sport à la main, Jérôme est prêt à retrouver les lignes d’eau. « Ça m’a terriblement manqué, je suis licencié au club de Gaillon. J’ai réservé depuis mercredi. C’est la seule piscine ouverte et c’est un grand plaisir de retrouver l’eau », lance le sportif en confiant qu’il n’hésitera pas à parcourir à nouveau les 20 kilomètres qui séparent son domicile de la piscine pour revenir nager à Val-de-Reuil.

« L’ouverture de la piscine est aussi une dose d’espoir, on retrouve un lien social. »

Une fois le maillot et le bonnet enfilés, les nageurs suivent le chemin mis en place par les services de la Ville. L’excitation était si grande ce lundi que certains en ont même oublié leurs lunettes de plongée dans les cabines ! Grâce au toit sur rails coulissants dont dispose le grand bassin, les premiers plongeons se sont effectués sous le soleil normand avec une eau chauffée à 27 degrés. « On ne l’ouvre pas forcément entièrement, on peut l’arrêter au milieu, et c’est un énorme avantage ! L’ouverture de la piscine est aussi une dose d’espoir, on retrouve un lien social », précise la directrice des sports.

Cette semaine, les femmes sont à l’honneur à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes : la piscine est gratuite pour toutes les Rolivaloises jusqu’à dimanche !

Un lundi exceptionnel pour le monde du sport qui ouvre un chapitre aux clubs et aux particuliers qui pourront suivre le chemin coloré le Mercredi de 11h45 à 17h45, le Jeudi de 11h45 à 14h15, le Samedi de 9h00 à 12h30 et de 14h00 à 17h45 ainsi que le Dimanche de 9h00 à 14h00.

Réservation des créneaux sur www.valdereuil.fr

Partagez :

La piscine de Val-de-Reuil, première piscine de l’Agglomération à rouvrir ses portes au public !

Communiqué de la Ville de Val-de-Reuil 

La piscine de Val-de-Reuil, 

première piscine de l’Agglomération à rouvrir ses portes au public !

A partir du lundi 8 mars 2021, le grand bassin de la piscine de Val-de-Reuil sera accessible aux associations et aux usagers. Il s’agira du seul équipement « aquatique » de l’Agglomération à rouvrir ses portes au public. En liaison étroite avec l’Agence Régionale de Santé et les services de la Préfecture de l’Eure, de nouvelles conditions d’accès ont été travaillées et arrêtées pour tenir compte des protocoles sanitaires en vigueur et de la situation épidémique. Toit ouvert sur un tiers de sa longueur, capacité d’accueil divisée par 5, entrée sur inscription, pratique dynamique et bassin fractionné en six couloirs de nage, désinfection renforcée des vestiaires et blocs sanitaires permettront aux nageurs de s’adonner à leur activité en toute sécurité. Aligner les longueurs après avoir réenfiler lunettes, bonnets et maillots de bain (sans masque dans l’eau !) sera de nouveau une réalité à Val-de-Reuil pour le plus grand plaisir des baigneurs, de Val-de-Reuil, Louviers, Pont de l’Arche ou Gaillon, qui vont pouvoir profiter des plaisirs de l’eau. 

Nage à ciel ouvert 

Classé en établissement de type X – plein air – grâce au toit sur rails coulissant dont dispose son grand bassin, la Ville a reçu, après instruction du dossier par les services de la Direction départementale de la Cohésion sociale, le feu vert des autorités pour rouvrir l’équipement au public. Marc-Antoine Jamet avait, au début du mois de février, passé commande aux équipes des sports de la Ville de se rapprocher de celles de l’Etat pour étudier, à la condition que toutes les règles de sécurité sanitaire puissent être respectées, la possibilité d’une réouverture. L’objectif de la municipalité, le même qui a présidé aux décisions prises depuis un an pour faire face à l’épidémie, est clair : s’adapter, toujours et encore, pour assurer la continuité du service public et ainsi favoriser la reprise de l’activité physique en direction des publics pour lesquels elle est indispensable à leur bien-être, à leur équilibre et à leur santé. 

Entrée sur réservation et jauge divisée par 5

Réserver un accès à la piscine
Réserver un accès à la piscine

Un nouveau protocole a donc été déterminé. L’entrée s’effectuera uniquement sur inscription depuis le site internet de la Ville ( https://www.valdereuil.fr/les-sports/la-piscine), auprès des agents du service des sports au 06.99.54.20.64 ou sur place aux horaires et aux jours d’ouverture de l’équipement. Pour éviter tout déplacement inutile, il est recommandé de vérifier, avant de se rendre sur place, le nombre de places disponibles sur la plateforme de réservation mise en place par la Ville. Afin de permettre une rotation profitable au plus grand nombre d’usagers, le temps de pratique dans le bassin sera d’une heure. Le nombre de nageurs présents simultanément dans la piscine sera de 40 personnes et six personnes au plus emprunteront le même couloir de nage. Les vestiaires seront désinfectés après chaque utilisation et le bonnet de bain obligatoire. La piscine sera ouverte selon le modèle d’un bassin dynamique et ne pourra être accessible qu’à ceux qui souhaitent y pratiquer une activité physique. Des mesures indispensables pour se protéger mais aussi pour permettre à chacun de renouer avec les plaisirs de la pratique sportive aquatique. 

La semaine dernière, un bureau de contrôle indépendant, mandaté par la Ville, a réalisé des tests d’ouverture du toit rétractable et pu vérifier la solidité et le niveau de réactivité de la structure. Quelles que soient les conditions météorologiques, la piscine restera ouverte et la température de l’eau maintenue à une température égale ou supérieure à 27°C. Des conditions idéales pour un retour dans le grand bain !

Avant la réouverture effective de la piscine municipale, Marc-Antoine Jamet a déclaré : « Il est de notre responsabilité, en application des textes gouvernementaux et en plein accord avec les autorités sanitaires, de travailler aux conditions de reprise progressive et encadrée de l’activité physique. Faire du sport, se mettre en mouvement, rompre avec la sédentarité qu’impose l’épidémie, c’est restaurer son capital santé. Ce sont autant de pathologies évitées, de douleurs musculaires traitées, de maladies chroniques soignées. Nous en avons besoin. Je suis heureux que nous soyons parvenus, en quelques semaines, à trouver les solutions qui vont permettre aux nageurs de toute l’Agglomération, Lovériens, Lérysiens, Posiens, Valdéroliens, archépontains ou gaillonais, de retrouver une activité qui leur manquait depuis de nombreux mois. Val-de-Reuil fait une nouvelle fois la démonstration de sa capacité à s’adapter, de l’utilité d’un vrai service public du sport qui allie savoir-faire, réactivité et proximité et de l’aide active qu’elle apporte, à travers ses équipements, à ses communes voisines. »

Horaires d’ouverture :

Ouverture exceptionnelle lundi 8 mars : 11h45 à 14h15 

Puis toutes les semaines aux jours et horaires suivants : 

Mercredi : 11h45 à 17h45

Jeudi : 11h45 à 14h15

Samedi : 9h00 à 12h30 et de 14h00 à 17h45 

Dimanche : 9h00 à 14h00

Réservation des créneaux sur www.valdereuil.fr

Partagez :

Fermeture des salles de sport : Les clubs s’adaptent !

Même si les espaces de sports couverts ont fermé leurs portes, les clubs rolivalois continuent d’exercer leurs activités. Visio, mails, exercices en plein air… Tout est fait pour continuer à pratiquer !

Plus de salles, mais pleins d’idées. Depuis que les espaces de sports couverts sont fermés pour endiguer l’épidémie de COVID-19, les clubs rolivalois continuent de pratiquer avec leurs licenciés. Une multitude d’adaptations pour ne pas perdre le lien.

Des séances en plein air pour le Val-de-Reuil Olympique Lutte

Le Val-de-Reuil Olympique Lutte (VROL) met tout en œuvre pour préserver le capital santé de ses adhérents. Depuis mars 2020, le club a, petit à petit, mis en place plusieurs activités. Habituellement, les sportifs pratiquent la lutte au gymnase Léo Lagrange, qui a été contraint de fermer selon les consignes sanitaires. « On a repris nos séances en sans contact pour garder du lien. On partage des vidéos de notre fédération sur facebook où l’on réalise aussi des séances avec nos entraîneurs. » souligne Natalia Yon la présidente du club, qui a instauré un programme en extérieur chaque week-end : « On propose un circuit de Wrestling training ouvert à tous. Un entraînement basé sur des mouvements de lutte qui se déroule en petits groupes sans contact physique. Il permet de maintenir une bonne forme physique pour prévenir les blessures et améliorer la santé des pratiquants. On a également transformé notre programme de remise en forme en plein air. » Tous les dimanches, le club met en place quatre ateliers santé ouverts à cinq participants maximum : « Il y a de la marche active, du fractionné, du footing ou encore de la course plus poussée. Ce sont nos retrouvailles dominicales ! » s’exclame la présidente qui compte bien faire perdurer ces séances en extérieur.

Des ateliers de remise en forme pour le club de Kung Fu

L’extérieur, c’est aussi ce qu’a choisi Jocelyn Dur qui propose des ateliers de remise en forme avec son club de Kung Fu : «Habituellement, on exerçait dans le dojo du gymnase Léo Lagrange. De ce fait, j’ai proposé pendant la première semaine des vacances scolaires des cours en extérieur d’une durée maximum de 2 heures par jour, permettant de faire des révisions aussi bien techniques que du réveil musculaire. Je fais aussi de la relaxation». 

Rester en forme avant la réouverture de la piscine

Céline Crouin a tout mis en œuvre pour que ses nageurs restent en forme. « Nous avons trouvé des solutions avec la passion du sport. En novembre, les mercredis et les samedis après-midi, nous faisions un petit jogging, en forêt, histoire de ne pas oublier l’effort. Nous avions également à notre disposition la piste du stade Bernard Amsalem» explique la présidente du club de natation rolivalois qui pourra bientôt reprendre le chemin de la piscine municipale : «c’est une très bonne nouvelle que la piscine rouvre ! Je remercie, la municipalité, Monsieur le Maire et toute son équipe d’avoir effectué ce changement qui est important pour les Rolivalois. Pouvoir reprendre le chemin du bassin, c’est avant tout un soulagement moral.»

Le Judo des 2 Riv garde le contact en visio

Avec ses 161 adhérents, le Judo des 2 Riv use du wifi ! Depuis plusieurs mois, le club réalise une partie de ses cours en viso.  « Pour les enfants et les adultes qui ne travaillent pas, on pratique tous les mercredis sur la cour extérieure du boulodrome. Afin de remplacer le partenaire, on utilise un élastique que l’on accroche aux poteaux.  Pour les adultes qui travaillent, on fait des cours sur zoom à 18H. Et en plus des vidéos réalisées par les professeurs sont envoyés par mail à tous. C’est difficile mais ça crée du lien et on ne perd pas la main ! » explique Éric Delannoy le président de l’association en insistant sur le fait que les activités sont réalisées en toute sécurité.

 

Modern street art donne cours à distance en attendant les beaux jours

Côté danse, les adhérents de Modern street art n’ont pas mis les pieds à la Prétentaine depuis novembre. « Je fais mes séances en visio et dès que la météo sera meilleure j’espère pouvoir faire mes séances en extérieur ! » lance son président, Pol Chanthou.

L’entraîneur du squash se met en scène pour ses licenciés

Le VRTS (Val-de-Reuil Tennis Squash) propose également des cours à distance. «Jusqu’à la mi-janvier on a proposé des séances d’endurance avec un échauffement en visio tous les mercredis à 18h sur zoom. Ça a permis de créer une dynamique de groupe», lance Alexandre Marteau fraîchement nommé entraîneur du squash. «Récemment, j’ai mis en place des plans d’entraînement sur 6 semaines en extérieur. J’envoyais des fiches d’exercices par mail aux licenciés et ils pouvaient avoir accès à des vidéos youtube qui me mettent en scène pour montrer les exercices. J’ai aussi créé un groupe whatsapp pour garder le lien avec eux». Depuis le week-end dernier, le club initie petits et grands au Pickleball, un sport de raquette venu d’Amérique du Nord et qui se joue sur un terrain de badminton avec une raquette de ping-pong et un filet de tennis, ainsi qu’au Street Racket (tennis de rue). «On utilise pour cela l’ancien skate park. Tous les samedis et dimanches de 14h à 17h des groupes se relaient pour jouer aux deux sports. On demande aux gens de s’inscrire sur des créneaux horaires pour limiter le nombre de personnes sur le terrain», précise le fan de raquette qui pense continuer ces deux nouvelles pratiques par la suite.

Une preuve qu’à Val-de-Reuil, le sport peut être pratiqué en toute situation !

Partagez :

Agnès Pannier-Runacher en visite à Val-de-Reuil

Vendredi 26 février, la ministre déléguée en charge de l’Industrie a visité, en compagnie des élus de la circonscription, le site Sanofi-Pasteur, puis le site de Valdepharm, tous deux situés à Val-de-Reuil.

Marc-Antoine Jamet et les élus de la circonscription ont pu accueillir Agnès Pannier-Runacher lors de sa visite.

Une ville, deux visites. Pour Agnès Pannier-Runacher, cette journée sur le territoire rolivalois est « Une façon de se rendre compte, sur place, de la manière dont nous déployons des moyens en France pour industrialiser la production de vaccins contre la COVID et la grippe ».  Val-de-Reuil est, en effet, au cœur de la lutte contre le virus avec les sites de Valdepharm et de Sanofi-Pasteur.

800m2 construits en urgence

C’est sur son site rolivalois, que l’industriel pharmaceutique

Agnès Pannier-Runacher a pu visiter le chantier de l’entrepôt de 800m2 qui abritera les congélateurs nécessaires à la conservation de l’ARN Messager.

Valdepharm se prépare à conditionner le vaccin développé par le laboratoire allemand CureVac, dont l’autorisation de mise sur le marché devrait être obtenue en mai. Un déploiement qui a nécessité la construction, à Val-de-Reuil, d’un barnum de 800 m2, où seront entreposés 80 congélateurs d’une capacité de 25 000 flacons chacun. Construit en à peine deux mois, notamment grâce aux efforts de la municipalité pour l’obtention du permis en un temps record, cet entrepôt permettra de stocker, à une température de moins 86 degrés, l’ARN messager naturel et non modifié utilisé par CureVac comme base pour ses vaccins. Un site que la ministre a pu apprécier après la visite du nouveau bâtiment grippe de Sanofi-Pasteur.

 

27 millions de doses de vaccins

« Notre enjeu, c’est un enjeu collectif » a confié Agnès Pannier-Runacher à la sortie de la visite du nouveau bâtiment B52 de Sanofi-Pasteur. Destiné à la production du vaccin contre la grippe, dont Sanofi produit 25% des doses mondiales, ce bâtiment a été achevé en 2019. Aujourd’hui en phase de qualification, il sera opérationnel en 2023. « La production de vaccin contre la grippe contribue aussi à la lutte contre la COVID en évitant de mettre une pression sur les hôpitaux et en faisant en sorte de minimiser le nombre de personnes en situation d’aller aux urgences et en soins intensifs » a précisé la ministre.

« Sanofi c’est 27 millions doses de vaccins BioNTech et Johnson&Johnson qui seront produits prochainement » a-t-elle ajouté. Des accords de fabrication conclus en parallèle de la recherche au développement du candidat-vaccin sur lequel Sanofi continue de travailler. « Ce n’est que lorsque l’ensemble de la planète sera vacciné que nous aurons passé ce cap décisif dans la lutte contre la Covid » a conclu Agnès Pannier-Runacher.

Partagez :

Un nettoyage renforcé

Dès le début de la crise sanitaire, la société rolivaloise ODS PROPRETE a dû faire face à quelques changements. Désinfection des écoles, formation des fonctionnaires, ramassage des déchets sur l’espace public… Les gestes ne sont plus les mêmes qu’avant les confinements !  

 

Depuis de nombreuses années, les petites mains des agents d’entretien d’ODS PROPRETE s’affairent à nettoyer les établissements publics. Depuis l’arrivée de la COVID-19, la société, implantée à Val-de-Reuil depuis plus de 20 ans, doit s’adapter.

Antiviruside, & points de contact

On les rencontre dans les cages d’escalier, à la pause du midi ou encore tard le soir, quand le couvre-feu est déjà enclenché. Les passages des agents d’entretien d’ODS ont été multipliés depuis le début de la crise sanitaire. « Depuis mars 2020, on passe plus souvent sur nos chantiers, avec un renforcement de la désinfection et de la décontamination. On avait déjà un protocole bien cadré, là c’est juste une adaptation », explique Stéphanie Louchel, gérante de l’entreprise d’insertion. En plus des passages, il a fallu se former aux nouvelles techniques. « Nos agents privilégient au maximum les points de contact comme les poignées de porte, les bureaux”…souligne Pascale Hébert, directrice d’exploitation,  “Nous n’utilisons plus de microfibre mais du jetable ». Au premier déconfinement de mai 2020, une formation générale avait été menée avec les agents municipaux, pour leur montrer comment assurer une bonne désinfection de leurs bureaux : « Avec notre organisme ODA FORMATION, la municipalité de Val-de-Reuil nous a chargé de former leurs agents en plus de nos salariés.  Le but était de rassurer tout le monde en leur montrant les bonnes pratique. On a aussi eu de nouveaux équipements comme les masques. Nos agents étaient déjà équipés de gants car c’est obligatoire dans le travail de nettoyage ». 

Les produits ont eux aussi changé. Terminé les simples sprays détartrants, tout est désinfecté soigneusement. « Pour toutes les surfaces, on utilise un anti-virucide pour éliminer les virus », précise Stéphanie qui pousse la désinfection jusque sur les chariots des agents chargés de la propreté urbaine.

Plusieurs passages par jour 

Un seau dans la main, un spray dans l’autre, Magali Gaillard et Souad Boulahdaj  viennent désinfecter les salles de classe de l’école Louise Michel. Pendant quatre heures, quatre agents d’entretien se chargent de nettoyer les 21 classes et les 28 sanitaires de l’école. Chaque jour, elles se relaient avec leurs collègues afin de sécuriser l’arrivée et le repas des écoliers. “ Ça fait 10 ans que je travaille ici. Depuis la COVID, nous sommes plus vigilants. “ s’exclame Magali, la chef d’équipe, en astiquant un pupitre.Des héros de l’ombre qui assurent la sécurité de tous !

Plus d’informations : ODS Propreté, Parc d’activités Les Lacs, Rue du 10 mai 1981 à Val-de-Reuil. Téléphone : 02 32 59 22 72 /  sarl.ods@free.fr 

Partagez :

COMMUNIQUÉ : La Ville met en place une aide exceptionnelle de 250 euros par étudiant

Communiqué de la Ville de Val-de-Reuil
Pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire,
la Ville met en place une aide exceptionnelle
de 250 euros par étudiant

L’ampleur de la crise et sa durée vont, si rien n’est fait, conduire des dizaines de milliers d’étudiants, aux situations fragiles, vers la précarité. En France, un étudiant sur trois vivrait actuellement sous le seuil de pauvreté.

À la stagnation universitaire et au mal-être psychologique qu’entraîne la fermeture des universités, à l’isolement et à l’enfermement subis, aux stage annulés et aux emplois étudiants introuvables, s’ajoutent désormais les difficultés financières et sociales.

Amplifiant les 150.000 euros de l’allocation de solidarité rolivaloise déjà versée en mai dernier à 600 familles aux revenus modestes pour un soutien alimentaire de 250 euros, et prolongeant le doublement des fonds de la commission des secours du CCAS, Marc-Antoine Jamet, Maire de Val-de-Reuil, a annoncé la mise en place d’une aide exceptionnelle à destination des étudiants Rolivalois affectés par la crise.

Conforter les parcours universitaires, valoriser une scolarité, permettre à chacun de poursuivre ses études dans un environnement propice à l’épanouissement personnel et à l’obtention d’un diplôme, donner à tous la possibilité de progresser, par la formation et la connaissance, avant d’aborder sa vie professionnelle, est une priorité de la municipalité. De la petite enfance à l’université, elle accompagne, soutient, investit massivement dans la réussite éducative de tous les jeunes Rolivalois.

Pour la municipalité, il était inconcevable qu’un étudiant soit contraint de renoncer ou de réviser ses ambitions universitaires, qu’il ne puisse se nourrir ou se loger. Tous doivent accéder, sans frein, à leur projet d’étude, d’insertion professionnelle et de vie. Pour les étudiants Rolivalois, aux origines souvent modestes, contraints de souscrire à un prêt ou d’ajouter au rythme de leur journée d’enseignement un travail tôt le matin ou tard le soir, des années d’efforts ne peuvent être réduites à néant. Un grand nombre d’entre eux ne peuvent s’appuyer sur leurs familles pour faire face aux charges courantes, aux dépenses de première nécessité. C’est une inégalité, une de plus, une de trop, que la crise a contribué à accélérer et à creuser.

C’est pourquoi la Ville, via son Centre Communal d’Action Sociale, rend opérationnelle, à compter du lundi 8 février, une aide exceptionnelle ouverte aux étudiants Rolivalois pénalisés par la crise sanitaire. Son montant est fixé à 250 euros par étudiant. Elle sera attribuée, sous condition de ressources, aux jeunes, âgés de moins de 25 ans, habitant à Val-de-Reuil ou dont l’un des parents réside dans la commune. Chaque étudiant devra se munir d’un certificat de scolarité en cours de validité dans une école ou une formation post-Baccalauréat.

Pour répondre à l’urgence, l’accès à cette allocation sera facilité et le délai de versement de l’aide raccourci pour être inférieur à un mois. Au-delà du critère d’attribution financier, correspondant à un reste à vivre inférieur à 300 euros par mois ou 10 euros par jour et par personne, les agents du CCAS examineront chaque demande et tiendront compte des situations individuelles et parfois complexes de tous les étudiants qui s’adresseront à eux pour bénéficier de ce dispositif.

Dès aujourd’hui, les étudiants Rolivalois peuvent adresser leur demande et solliciter un rendez-vous auprès des agents de la Ville en appelant au 02.32.09.51.41 ou en écrivant sur ccas@valdereuil.fr. Vous pouvez également transmettre votre demande par le formulaire en bas de page.

À l’initiative de ce dispositif de soutien aux étudiants, Marc-Antoine JAMET a déclaré : «Avoir entre 18 et 25 ans ne peut pas être synonyme de sacrifice et de renoncement. Depuis un an, la génération étudiante paie un lourd tribut aux conséquences sociales de la pandémie. Les difficultés à régler un loyer ou des frais d’inscription, à subvenir aux besoins alimentaires ou à se déplacer, ont des répercussions terribles sur la vie des étudiants. De la situation scolaire et sociale dans laquelle se trouvera la jeunesse à la fin de cette crise dépendra notre capacité à redresser et à relancer notre pays. Aucun jeune ne peut être laissé au bord du chemin. Comme nous l’avons fait dès le début de la crise, auprès des plus modestes, des plus fragiles, des plus vulnérables, de celles et ceux qui, par la perte d’un emploi ou la baisse de leurs revenus, ont été mis en difficulté, j’ai demandé que soit versée une  aide exceptionnelle aux étudiants Rolivalois les plus durement frappés par la crise. Son objectif est double : compenser la perte de revenus des étudiants privés de stages ou de «job étudiant » et renouer avec des conditions propices à l’apprentissage et à la préparation de leur avenir professionnel. Par ailleurs, je réexprime le souhait, au moins pour la durée de la crise, que le RSA soit ouvert à tous nos concitoyens de 18 à 25 ans. C’est une préoccupation que ne semblent pas partager les sénateurs de droite Eurois qui, en début de semaine dernière, ont voté contre la proposition d’étendre le RSA aux étudiants. 20 exécutifs départementaux sont prêts à expérimenter cette mesure. Je demande à la majorité du département de l’Eure et à son Président de rejoindre cet appel et de s’inscrire dans ce mouvement.»

Nous transmettre votre demande

Aide exceptionnelle aux étudiants

la Ville, via son Centre Communal d’Action Sociale, rend opérationnelle, à compter du lundi 8 février, une aide exceptionnelle ouverte aux étudiants Rolivalois pénalisés par la crise sanitaire. Son montant est fixé à 250 euros par étudiant. Elle sera attribuée, sous condition de ressources, aux jeunes, âgés de moins de 25 ans, habitant à Val-de-Reuil ou dont l’un des parents réside dans la commune.
  • Votre situation

  • Vous devez avoir moins de 25 ans pour bénéficier de cette aide. Format 01/01/2021
  • Vous pouvez nous faire parvenir en pièce jointe, carte d'étudiant, certificat de scolarité, ou tout autre document spécifiant votre situation en cours de formation. Ce champ est obligatoire.
  • Préciser ici, le nom, prénom de votre parent habitant Val-de-Reuil. Un seul suffit pour traiter votre demande.
  • Déposer les fichiers ici ou
    Taille max. des fichiers : 128 MB.
      Merci de nous transmettre, l'avis d'imposition du parent rolivalois, un document attestant de votre situation en cours de formation. Un Relevé d'identité bancaire (RIB) ou sera versée l'aide si vous y avez droit.

    Partagez :

    Le premier tunnel de décontamination de Normandie installé à Val-de-Reuil

    Sans contact, naturellement et en 5 secondes, grâce au nouveau tunnel de désinfection, chassez l’épidémie ! Jeudi 21 janvier, le hall d’entrée du supermarché Auchan a accueilli un nouvel appareil de protection innovant. Un tunnel dit « innovant », inédit dans la région, et qui fait déjà des adeptes!

    Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

    Politique de confidentialité de YouTube

    Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

    Installé à la demande de Marc-Antoine Jamet pour combattre, partout et par tout moyen, la Covid-19 et inciter la population à continuer à faire attention et à appliquer les gestes-barrière, le premier tunnel de désinfection normand vient d’être installé à Val-de-Reuil. Sous la forme d’un portique, ce tunnel importé de Chine, où il est massivement utilisé depuis le printemps dernier, élimine tout virus ou bactérie présent à la surface de la peau, d’un objet, d’un vêtement ou de tout effet personnel en quelques secondes.

    Naturel et rapide

    Acheminé jusqu’à Val-de-Reuil, grâce à l’aide et au soutien de Fatimata Kane, cheffe de l’entreprise Kap-Wan, amie de la Ville, qui a su mobiliser ses partenaires et son réseau professionnel, cet appareil remplit une double fonction. « Le tunnel possède un thermomètre pour prendre la température avant de passer à l’intérieur. Ensuite il y a une triple décontamination qui agit avec des ultrasons pour décoller les bactéries, des lampes ultraviolettes pour les atomiser et un produit désinfectant », explique Laurent Lanfranchi, directeur de Corse Chimie industrie, la société distributrice du matériel en France. En quelques minutes, celui-ci a pu être mis en fonction dans le hall d’entrée du supermarché Auchan. Devant les clients curieux et intrigués, le tunnel est installé à proximité de la borne de gel hydroalcoolique à laquelle doivent obligatoirement se rendre les clients avant de pénétrer dans le magasin. Pour les rassurer, Laurent Lanfranchi leur explique le fonctionnement : « Le produit utilisé est totalement naturel. C’est de l’hypo-chloré, notre corps le fabrique à l’aide des globules blancs. »

    Ce produit, en plus d’être inoffensif et de ne procurer aucune sensation d’humidité, élimine également l’ensemble des bactéries qui peuvent rester accrochés à la surface des chariots ou paniers utilisés par les clients. Enfants, personnes âgées, femmes enceintes… Le tunnel est accessible à tous. « C’est un complément aux gestes-barrières. On pense que même après la COVID, il restera dans les lieux à forte affluence » projette Laurent Lanfranchi qui n’a que des retours positifs de ces appareils depuis leur apparition sur le sol national en juin 2020.

     

    « Je trouve ça génial et en plus c’est naturel et il n’y a pas d’odeur. »

     

    Chacun est libre de passer à travers le tunnel avec ou sans son caddie. Pour une désinfection optimale, il est conseillé de rester 5 secondes en tournant sur soi-même. Isabelle était l’une des premières à expérimenter le tunnel. Un moment apprécié par cette cliente, fidèle du magasin, et venue faire ses courses de la semaine : « Je trouve ça génial et en plus c’est naturel et il n’y a pas d’odeur. » Cet équipement à la pointe de la technologie vient renforcer les dispositifs de protection sanitaire déjà déployés par la Ville (caméras thermiques, bornes de gel hydroalcoolique, affichage des jauges d’accueil dans les magasins, barrières pour matérialiser les files d’attente, signalétique au sol).

    Le tunnel restera pour une durée de 15 jours à l’entrée du supermarché Auchan avant de poursuivre son expérimentation dans le hall de la gare SNCF.

    Pour plus d’informations concernant le produit diffusé : https://www.tunnel-desinfection-intelligent.com

     

     

     

    Partagez :

    Cellule d’accompagnement à la vaccination : la Mairie se mobilise pour aider les Rolivalois de plus de 75 ans

    Depuis vendredi 15 janvier, suivant la stratégie vaccinale définie par le gouvernement et les autorités sanitaires, une plateforme nationale de prise de rendez-vous, en ligne ou par téléphone, est ouverte aux personnes âgées de plus de 75 ans résidant à leur domicile. Ce dispositif devrait permettre, à partir du lundi 18 janvier, de recevoir, dans des centres sélectionnés par les services de l’État au niveau local, les personnes éligibles à cette nouvelle phase de vaccination.

    Présentée par Jérôme Filipini, Préfet de l’Eure, et la direction territoriale de l’Agence Régionale de Santé, la carte départementale des centres de vaccination destinés à recevoir les plus de 75 ans comprend 7 sites. Ils ont été sélectionnés sur des critères de liaison directe avec les établissements hospitaliers du département et tiennent compte du nombre de personnes âgées de plus de 75 ans domiciliés dans les communes qui abriteront ces centres.

    À Val-de-Reuil, seuls 300 des 15.000 habitants sont âgés de plus de 75 ans soit en proportion moins de 2% de la population. C’est le nombre et le pourcentage le plus faible des communes du département de l’Eure. Cela explique que, à ce stade, malgré la proposition émise par la Ville dès décembre dernier, d’organiser un centre municipal de vaccination, un site n’ait pas encore ouvert dans la Ville Nouvelle, moins « vieille » que ses voisines. Dès qu’un nombre plus important de nos concitoyens sera invité à se faire vacciner, la Ville se tient prête, avec les équipes de professionnels de santé de la commune qui se sont déjà manifestés pour y participer, à installer un centre de vaccination à Val-de-Reuil.

    À l’annonce de la décision du Préfet et de l’ARS, le Maire de Val-de-Reuil a immédiatement demandé aux services de la Ville et du Centre communal d’Action Sociale de mettre sur pied une cellule municipale d’accompagnement à la vaccination des personnes âgées de plus de 75 ans. Il s’agira, à partir du recensement des noms et des coordonnées téléphoniques des habitants susceptibles de recevoir le vaccin, de proposer à chacun un service d’accompagnement à la prise de rendez-vous et, le moment venu, de les conduire jusqu’à un des centres centre de vaccination départementaux. Depuis ce matin, les équipes de la Ville prennent donc contact individuellement avec les habitants appelés à se faire vacciner. Pour être certains que tous les Rolivalois âgés de plus de 75 ans puissent accéder à ces services, et dans le cas où ils n’auraient pas reçu d’appel des équipes de la Mairie, ils pourront, dès lundi, téléphoner ou écrire au 07.61.52.25.88 ou à seniors@valdereuil.fr

    L’objectif de ce dispositif, complémentaire à celui développé par les services de l’Etat, est de lever tout obstacle à la vaccination. Aucun problème de mobilité ou d’utilisation des outils numériques ouverts pour la prise de rendez-vous ne doit justifier qu’une personne manifestant la volonté de se faire vacciner en soit empêché. C’est un service de proximité et de solidarité que la Ville, comme elle l’avait fait lors des confinements de mars et de novembre derniers auprès de tous les seniors, a souhaité renouveler. C’est le rôle qu’entend continuer à jouer la collectivité pour protéger nos ainés. Il en va de la réussite de la campagne de vaccination et du combat à mener pour vaincre l’épidémie.

    Parallèlement à la mise en place de cette cellule, la Ville, grâce à la qualité du dialogue entre la municipalité, les services de l’Etat et les professionnels de santé installés à Val-de-Reuil, avec l’appui décisif du Préfet, organisera ce lundi après-midi la vaccination des résidents de l’ESPAGES.

    Dans le respect des protocoles en vigueur pour recueillir le consentement, une trentaine des personnes âgées demeurant au sein de l’établissement recevront la première des deux doses nécessaires à la protection conférée par le vaccin. Les agents de plus de 50 ans et les personnes présentant des facteurs de comorbidité qui travaillent auprès des résidents pourront également bénéficier de cette opération.

    Avant le début de cette nouvelle étape, Marc-Antoine JAMET a déclaré : « La réussite de la stratégie de vaccination dépendra de la capacité qu’auront les collectivités locales, et en premier lieu des communes, à se mobiliser et à déployer les moyens nécessaires à l’accompagnement de leurs administrés vers les centres de vaccination. Depuis l’apparition du virus sur notre territoire, pour la commande et la distribution des masques, pour l’organisation des campagnes de dépistage, pour la mise à disposition de bornes de gel hydro-alcoolique et de caméras thermomètres à l’entrée des bâtiments publics, pour le balisage et l’information à l’entrée de nos commerces, j’ai souhaité que la Ville, à travers ses élus et ses fonctionnaires, engage son énergie, son réseau et ses moyens afin qu’aucun retard ne soit pris dans la protection de nos concitoyens. Dans le même esprit, un nouvel équipement de détection/désinfection devrait être prochainement installé dans la Ville. C’est la raison pour laquelle décision a été prise de créer une cellule municipale d’accompagnement à la vaccination. Elle doit permettre que tous les Rolivalois âgés de plus de 75 ans bénéficient d’un service municipal d’aide à l’accès au vaccin en leur proposant de prendre le rendez-vous à leur place et de les véhiculer jusqu’au centre hospitalier le plus proche. De la même manière, nous avons obtenu du Préfet de l’Eure, que je remercie, au profit des résidents de l’ESPAGES, qui n’est pas stricto sensu un EHPAD, que toutes les personnes demeurant dans l’établissement et consentant à se faire vacciner puissent l’être dès ce lundi. Plus largement, et dès lors que la vaccination sera progressivement ouverte à d’autres tranches d’âge, je réitérerai ma demande auprès du Préfet pour qu’un centre de vaccination, dont le lieu a été identifié, au sein duquel une équipe médicale se tient prête à intervenir, puisse être installé à Val-de-Reuil. C’est en proximité, en levant tous les freins sur le chemin qui doit mener les habitants au vaccin, que nous gagnerons le combat face à la maladie.

    Partagez :

    COVID-19 : Renforcement des mesures de protection sanitaire

    Pour freiner la circulation du virus, le Premier ministre a annoncé hier un renforcement des mesures de protection sanitaire.

    À partir de demain, samedi 16 janvier, et pour une durée minimum de deux semaines, le couvre-feu est avancé et s’appliquera désormais chaque jour, à Val-de-Reuil comme partout sur le territoire national, de 18 heures à 6 heures du matin. Tous les établissements autorisés à ouvrir, en particulier les commerces, ne pourront plus accueillir de public après 18h00. Seuls les déplacements justifiés par des motifs professionnel, médical ou familial impérieux seront autorisés.

    Toute la journée, continuons à limiter rencontres et déplacements. De 18h00 à 6h00, restons à la maison.
    Partagez :

    RÉOUVERTURE DE LA CYBERBASE À PARTIR DU MERCREDI 16 DÉCEMBRE – SURFEZ SUR INTERNET EN TOUTE SÉRÉNITÉ

    Conformément aux nouvelles dispositions prises par le gouvernement, la Cyberbase est autorisée à rouvrir aux horaires d’ouverture habituels mais selon un protocole sanitaire renforcé. Son fonctionnement sera pour cela adapté.

    Elle sera ouverte tous les jours, du lundi au vendredi, de 9h30 à 12h00 et de 14h00 à 18h00. Pour respecter la limite de six personnes autorisées à être présentes simultanément dans l’enceinte de l’établissement ainsi que les mesures de distanciation physique, les ateliers et l’accompagnement personnalisé des usagers ne pourront pas être organisés.

    Les ordinateurs pourront être utilisés en accès libre. Claviers et souris d’ordinateur seront désinfectés à l’issue de chaque session d’utilisation.

    Port du masque et passage à la borne de gel hydroalcoolique installée à l’entrée seront obligatoires lors de votre visite.

    Partagez :

    Les règles de confinement évoluent

    TOUTE LA JOURNÉE LIMITONS RENCONTRES ET DÉPLACEMENTS. APRÈS 20 HEURES ET AVANT 6 HEURES, RESTONS À LA MAISON. À compter de ce soir, 20 heures, les règles de confinement évoluent. En journée, pour continuer à se protéger et à protéger les autres, les déplacements et rencontres demeurent limités. En soirée, des mesures de couvre-feu doivent désormais s’appliquer. De 20h00 à 6h00 du matin, les déplacements non justifiés par une raison professionnelle, médicale ou familiale, sont donc interdits. Pendant ces heures, pour sortir de son domicile, vous devrez être muni d’une attestation et justifier que votre déplacement répond à l’un des motifs prévus dans le document.

    Partagez :

    À Val-de-Reuil, les tests antigéniques sont ouverts à tous et sans ordonnance

    Les cabinets médicaux ainsi que les pharmacies de Val-de-Reuil proposent aux habitants de se faire tester en toute fiabilité et rapidité avec les tests antigéniques. En trente minutes, le patient sait s’il est porteur du COVID-19. Reportage.

    Plus besoin d’attendre, les tests antigéniques ont fait leur apparition aux quatre coins de la ville ! Dans les maisons de santé rolivaloises, une dizaine d’infirmières s’affairent à tester des cas contacts et symptomatiques chaque semaine. Seule nouveauté, ce sont elles qui donnent le résultat en direct.

    Pas d’ordonnance ni de limite d’âge

    Gants aux mains, écouvillon stérilisé prêt à être déballé,  Margot Becker, infirmière à la maison médicale de la Plaine, s’apprête à faire un test antigénique. Contrairement au PCR, ce nouveau type de prélèvement permet de savoir en quelques minutes si un patient est infecté par le COVID-19. « C’est la même technique que le PCR, on met un coton-tige dans le nez du patient. Sauf que la deuxième phase du processus est différente. L’échantillon du PCR part en laboratoire d’analyses ; pour l’antigénique, c’est à nous de le manipuler », explique Emilie Lesueur qui exerce à la maison médicale de la Plaine depuis juin dernier.

    Après que l’État a fait la dotation des tests aux pharmacies, celles-ci les ont distribués aux médecins et maison de santé. Chaque professionnel de santé a le droit d’avoir deux boîtes de 26 tests par semaine.« L’avantage, c’est qu’il n’y a pas besoin d’ordonnance, c’est ouvert à tous et il est gratuit, tout est pris en charge pas la sécurité sociale. On encourage vraiment les gens à venir vers nous pour ne pas submerger les laboratoires d’analyse » soulignent les deux infirmières.

    Un résultats en à peine trente minutes

    Quant à la manipulation, rien de plus simple. L’activateur magique est un réactif qui est versé une fois le prélèvement effectué.  Margot verse 10 petites gouttes du réactif dans un flacon en plastique stérilisé. Elle déballe l’écouvillon et réalise le dépistage dans les deux narines de sa collègue. Ensuite, elle tourne six fois l’écouvillon dans le flacon avec le produit. Une réaction chimique semble se créer. Pour terminer, la professionnelle dépose quatre gouttes du liquide sur une ligne de test semblable à celui de grossesse :« mais pas avec la même réaction lors des résultats », ironise Margot qui explique comment lire l’affichage de celui-ci après dix petites minutes : « Si la bande rouge monte jusqu’à la lettre C, le test a bien été réalisé. Si une autre barre apparaît au niveau du T, le patient est positif. » Pour avoir le résultat définitif, il faut attendre une demi-heure mais en général, dix minutes suffisent. « Si la personne est infectée, le test le dit souvent dans les cinq minutes qui suivent », souligne-t-elle en précisant que la fiabilité des tests antigénique reste un indicateur sur le moment donné. Une personne peut être infectée le lendemain d’avoir réalisé son dépistage. Si des symptômes se déclarent, un second test peut être prodigué.

    Du côté des testés, l’engouement est sans appel. Christophe n’avait pas le temps de trouver un créneau dans un labo : « là c’est bien, j’avais des appréhensions au début, mais finalement ça s’est bien passé. » Même constat pour Élise qui ne pouvait pas se déplacer : « C’est moins stressant car on n’a pas besoin d’attendre. »  De bonnes raisons pour se laisser tenter !

    Maison médicale de la Plaine rue Courtine à Val-de-Reuil :

    Dépistage antigénique du lundi au dimanche à domicile et du lundi au samedi matin en permanence sur prise de rendez-vous au 02.32.59.09.15. (Seulement pour les symptomatiques)

    Cabinet médicale de l’Astrolabe : 

    Prise de rendez-vous et informations au 02.32.59.32.31

    Partagez :

    Des courses au pied de la porte

    Pour protéger les Rolivalois de la COVID-19, la ville a mis en place un service exceptionnel de portage de courses. Deux jours par semaine, trois médiateurs du CCAS réapprovisionnent les plus vulnérables tout en leur apportant du soutien. Reportage.

    En à peine une heure, le frigo et les placards des personnes à risques sont de nouveau ravitaillés. Afin de protéger les séniors et les plus fragiles de la COVID-19, la ville de Val-de-Reuil a mis en place un système de portage de courses. Ainsi, tous les mardis et jeudis, trois médiateurs sociaux du CCAS (centre communal d’action sociale) viennent livrer une dizaine de Rolivalois. Une première qui, depuis 4 semaines, a créé un lien unique entre les agents et les habitants.

    Soulager les plus vulnérables

    Il est 14h, Fidèle Ébéngo et Mohamadou N’diaye viennent récupérer la liste de course de Joëlle, une résidante de l’ESPAGES. « Les habitants nous appellent sur un numéro spécifique et on cale une heure pour venir. Ils nous donnent de l’argent dans une enveloppe avec leur liste. C’est une nouvelle mission qui est indispensable, on le fait avec le cœur. » expliquent les deux médiateurs sociaux en direction du supermarché. Pour cette fois, un arrêt devant l’eau gazeuse suffit. « On s’adapte aux demandes des habitants, s’ils ont besoin de médicaments, on va à la pharmacie, s’ils veulent un produit d’un magasin bien précis on y va également » souligne Mohamadou en déposant les packs d’eau en caisse. Ensuite, les deux agents filent en direction de la médiathèque : « Un habitant a commandé des livres, pour le soulager, on lui livre au pied de sa maison ! »

    « Il y a moins de stress »

    Cet habitant, c’est Edmont, qui habite le quartier des Cottages. « C’est très bien comme dispositif. Il y a moins de stress.La semaine dernière je me suis fait livrer des courses, c’est une belle initiative. » lance le Rolivalois en récupérant ses ouvrages à son portail.

    Ce service, déjà opérationnel lors du premier confinement, est nécessaire selon Veasna Pich, responsable de l’équipe des médiateurs de nuit : « On a eu des retours très chaleureux. Outre les courses, on discute avec eux, ça égaye leur journée ! ».

    Retours tout aussi positif des élus rolivalois qui, dès le début du confinement, ont chacun pris contact par téléphone avec l’ensemble des Seniors confinés afin de s’assurer que tout allait bien.

    Renseignements au : 02.32.09.46.92

    Partagez :

    Une infirmière apprend aux écoliers de Louise Michel à bien porter le masque

    Vendredi 6 novembre, les élèves de l’école Louise Michel ont pu poser toutes leurs questions à l’infirmière du collège Montaigne, Pascale Massines. Tout au long de la journée, la professionnelle de santé a donné des conseils aux jeunes enfants sur le port du masque.

    Après les gestes barrières, le port du masque est maintenant généralisé pour les élèves dès l’âge de 6 ans. Afin de sensibiliser ses écoliers, Rodolphe Delorme, directeur de l’école Louise Michel, a demandé à une infirmière de l’Éducation Nationale d’intervenir dans toutes ses classes. Un moment de partage et d’échange qui a apporté des réponses aux plus curieux.

    Apprendre le plus tôt possible

    Ne pas toucher ses yeux, retirer le masque sans risque, le délai pour le changer… Toutes ces informations, Pascale Massines a voulu les apprendre aux écoliers pendant une trentaine de minute par classe.  »  Étant infirmière, j’ai toujours eu l’habitude de le porter. Le but de ma venue est d’apprendre aux plus petits à porter le masque tout en répondant à leurs questions. Car plus ça rentre dans leur tête de bonne heure, plus ça devient systématique. C’est un âge où il est plus simple de communiquer » explique la professionnelle de santé qui met l’accent sur des pratiques simples et efficaces.

    Des conseils pour bien porter le masque

    Dans la classe de CE1 de Nadège Bescond-Boutleux, les questions fusent. Après une brève introduction, Pascale passe directement au vif du sujet : « D’abord, il faut éviter de se gratter et d’y toucher. Car on propage le virus partout avec nos mains. Ensuite, pour l’enlever on utilise les élastiques ! » Deux doigts se lèvent. « Papa m’a dit qu’il faut le changer dans la journée, c’est vrai ? Mais pourquoi on doit le porter si on est à plus d’un mètre  » s’interroge Armand avec un petit masque noir taille enfant. L’infirmière répond en toute simplicité qu’il faut le changer « toutes les 4 heures mais on fait le mieux qu’on peut, Je sais que c’est difficile pour vous, mais vous êtes courageux. Et pour la distance, il faut quand même le porter car ça permet d’éviter au maximum les postillons de salives qui s’échappent quand on parle. » Solène quant à elle se demande si elle peut le retirer devant chez elle : « On fait comment, c’est dans notre maison ou devant notre maison ? »  Pascale lui montre sans parler comment enlever le masque en toute sécurité et lui répond une fois la bouche couverte : « Tu l’enlèves dès que tu es chez toi, à l’intérieur, ensuite tu vas le mettre à la poubelle si c’est un jetable, sinon tu le met au lavage et tu te laves les mains. »  

    Prendre soin de soi 

    Les dix écoliers semblent bien assimiler les conseils de l’infirmière qui leur remet à tous un petit flyer de prévention. Outre le masque, se protéger du froid est indispensable en temps de pandémie : « Il faut faire attention à soi et bien se couvrir le matin ! Mettez vos manteaux et vos écharpes. » L’enseignante Nadège Bescond-Boutleux, leur conseille aussi de ne pas aller à des anniversaires ou aux goûters entre amis :  » Si vous voyez d’autres personnes que votre famille, mettez un masque et surtout n’allez pas à des invitations de copains d’école. C’est pour votre santé et la leur. » 

    Toutes les classes ont écouté et ont échangé jusqu’à 14h avec Pascale qui était ravie de montrer aux enfants la nécessité du masque. Une intervention qui a rassuré les petites bouilles pour éviter le surplus d’angoisse dans ses temps difficiles.

    Partagez :

    Le marché fait la part belle aux producteurs locaux !

    Afin de soutenir les commerçants et producteurs locaux, la Ville a décidé de maintenir l’ouverture de son marché alimentaire les mercredis et vendredis. Pour y garantir la sécurité, le protocole sanitaire a été renforcé.

    Masque sur le nez et attestation de déplacement en poche : les habitués du marché rolivalois étaient nombreux à répondre présent en ce bel après-midi de novembre pour faire leurs courses et aller à la rencontre des producteurs et marchands locaux. « C’est très bien que la municipalité ait décidé de maintenir le marché ouvert », expliquent deux amies rolivaloises venues trouver des fruits et légumes à bon prix.

    Elles ne manquent pas de saluer les mesures prises par la Ville pour assurer la sécurité sanitaire de tous. « Même si on n’est jamais protégé à 100%, c’est une bonne chose que de voir les marchands distribuer leurs produits plutôt que chacun ne se serve. Les dispositions prises, que ce soit le gel à l’entrée, le sens de circulation ou la distanciation sociale, nous rassurent beaucoup ». Une pensée partagée par Jean-François, un résident rolivalois habitué lui aussi du marché : « Tout le monde porte le masque, tout le monde garde ses distances, il y a du gel à l’entrée pour ceux qui auraient oublié d’en mettre en sortant de la voiture et les commerçants ont l’air de jouer le jeu, c’est très bien », confie-t-il, faisant part de ses raisons de venir sur le marché plutôt que de fréquenter les grandes surfaces. « Il faut soutenir les commerces alimentaires. Avec ma compagne, on préfère de loin faire travailler les producteurs locaux plutôt que de gaver les grandes entreprises ».

    Maintenir une activité

    Côté commerçants, on ne manque pas de saluer l’initiative portée par la ville de maintenir son marché. « On remercie monsieur le Maire de nous permettre de continuer à garder notre activité. Si le marché est fermé, on ne peut plus travailler et après on est obligés de jeter nos productions », exprime Sylvie Philippe, maraîchère sur Martot, tout en  soulignant le sérieux des Rolivalois à l’égard du respect des mesures sanitaires prises pour garantir la sécurité de tous. « Les règles sont très respectées ici, ce qui n’est pas le cas sur tous les marchés. Les gens ici respectent les gestes barrière et personne ne touche à rien. Au final, tout le monde est content de voir ce marché maintenu ».

    Même son de cloche pour Gary Bret, le fromager local : « Tout est mis en œuvre afin que toutes les mesures sanitaires soient respectées. C’est rassurant pour notre sécurité et celle de nos clients ». Une pensée partagée par la trentaine de marchands présents ce jour-là sur le marché, ravis de pouvoir maintenir leur activité et de continuer à proposer un large panel de produits à destination des Rolivalois.

     

    Marché de Val-de-Reuil

    Tous les mercredis et vendredis sur la Place des 4 Saison de 11h00 à 18h30.

    Les actus commerces à Val-de-Reuil

    Edmond ou les saveurs de l’amitié

    Une nouvelle offre de restauration vient d'ouvrir à Val-de-Reuil. Convivialité, saveurs locales et amitié en sont les maîtres mots. Ils ...
    Lire La Suite…

    Une Rolivaloise lauréate du concours Talent des Cités

    Virginie Lesage, éducatrice canine rolivaloise vient d’être promue lauréate du concours Talent des cités dans la catégorie création. Une distinction ...
    Lire La Suite…

    Une pause en pleine nature ouvert à tous !

    Depuis la fin du mois de juillet, la ferme pédagogique Anymania s’est agrandie avec le l’ouverture de son snack bio ...
    Lire La Suite…
    La vie municipale

    Conseil Municipal du 7 Juin 2021

    L’organisation de la séance prend en compte le respect des gestes barrières et les recommandations émises par le gouvernement dans ...
    Lire La Suite…

    La maison des projets a rouvert ses portes !

    Depuis quelques jours, la maison des projets peut à nouveau accueillir du public. Pour limiter les brassages, de nouveaux horaires ...
    Lire La Suite…

    Restaurants : Zoom sur les Terrasses ouvertes

    Siroter son cocktail en terrasse, se faire livrer sa pizza chez soi ou emporter son diner... Les choix sont multiples ...
    Lire La Suite…

    L’emploi à Val-de-Reuil

    En recherche d'emploi ?

    L’emploi

    La Ville de Val-de-Reuil a pour priorité la lutte pour l'emploi. De nombreuses actions sont mises en place, retrouvez ici ...
    Lire La Suite…
    candidature spontanée

    Envoyer une candidature spontanée

    Vous recherchez un stage ? Merci de postuler en suivant ce lien : https://www.valdereuil.fr/vous-recherchez-un-stage Vous souhaitez déposer une candidature spontanée ...
    Lire La Suite…
    Crée ta boîte

    Rolivalois, crée ta boîte !

    Vous êtes Rolivalois et voulez monter votre entreprise ? Avec Crée ta boîte, vous êtes guidés au fil de votre ...
    Lire La Suite…

    Des achats de nécessité en toute sécurité

    Les commerçants rolivalois peuvent avoir la conscience tranquille. Depuis lundi 2 novembre, la municipalité a renforcé le protocole sanitaire aux abords et à l’intérieur des magasins qui continuent à accueillir du public. Les clients peuvent acheter leurs journaux et leurs gâteaux sans soucis.

    Barrières, affiches, gel hydroalcoolique… Des équipements qui resteront dans les mœurs. Depuis l’annonce du gouvernement de re-confiner la population, la mairie de Val-de-Reuil a pris les devants pour renforcer le protocole sanitaire dans les commerces qui vendent des produits essentiels. Une démarche qui rassure les commerçants et leurs clients.

    Affiches et marquages au sol

    « Ici le nombre maximum de clients présents dans l’enceinte du magasin est limité à … » c’est que l’on peut lire sur les affiches à l’entrée de chaque commerce. Lundi et mardi après-midi, Fadilla Benamara, adjointe au maire en charge du renouvellement urbain et des commerces, Christian Avollé, adjoint en charge du cadre de vie et Nabil Gouhl, adjoint en charge des manifestations, ont fait une tournée de tous les commerces de la ville pour recueillir leurs besoins et distribuer de nouvelles affiches. « On a distribué une trentaine d’affiches qui indiquent les gestes barrières à respecter et la règle d’une personne pour 4m². Ça permet à nos commerçants de ne pas faire la police. Ce sont des signalétiques visibles et claires et tout le monde a les mêmes. C’est une caution municipale qui indique que c’est la ville qui demande aux habitants de respecter, pas aux commerces, ils ont déjà très bien géré les mois qui viennent de passer. » indique Fadilla qui veille que rien ne manque à l’appel.

    En même temps, des marquages au sol ont été multipliés devant toutes les entrées où la queue est possible. Des nouvelles mesures qui enchantent Stéphanie Huang, à la tête du tabac Signal : « ça rassure, c’est très bien. On nous a donné une dizaine d’affiches, des attestations, du gel et ce matin on nous a remis des balises au sol devant l’entrée. »  Dana est venu chercher son journal et trouve que le matériel permet de « sensibiliser, et de responsabiliser les clients. » Samuel est du même avis, la file d’attente ne le stresse plus : « on est loin les uns des autres et c’est limité à trois personnes à la fois donc il y a aucun souci. » Le nouveau réparateur de téléphone, York Connect, fait respecter à la lettre les mesures à l’aide des affichettes. « C’est important, il faut faire attention, alors s’ils ignorent, je leur dis de lire ce qui est écrit. Sinon, ils ne rentrent pas !  »

    Un chemin de barrières aux abord des boulangeries

    Du côté de la zone commerciale des Falaises, quatre barrières Vauban longent l’entrée de la boulangerie Covin. Après analyse des élus, seules les boulangeries ont besoin de barrières. Un choix qui fait sens selon Claude Godefroy, responsable des ateliers municipaux :  » Les barrières sont vraiment nécessaires au niveau des boulangeries, c’est là où il y a plus de files et les travailleurs mangent le midi. » La boulangère Anna Covin n’a plus besoin de faire la loi : « ça nous convient, c’est aux personnes de faire attention maintenant. »

    Pierrick ressort avec un sandwich. Ce commercial se sent plus en sécurité avec les barrières : « Je viens de temps en temps quand je n’ai pas le temps de me poser pour manger. Et c’est vrai que quand il y a un peu de file, ça dissuade de se rapprocher. » Devant la boucherie BVM, les clients se régulent. Nadine est venue acheter de la charcuterie pour passer le week-end avec son mari bien au chaud devant la télévision. « Les affiches indiquent très bien le maximum de personnes à faire rentrer. Il faut vraiment avoir la tête ailleurs pour ne pas voir ! »  souligne la Rolivaloise en rentrant dans le magasin.

    Un peu plus loin, la boulangerie des 4 saisons note le soutien de la mairie pour les petits commerces. « C’était déjà quelque chose qu’ils ont fait pendant le premier confinement, C’est vraiment énorme, sans ça on ferait le gendarme, ça rend les choses beaucoup plus facile ! «  soulignent Anaëlle Pain et Romain Letellier les gérants boulangers qui ont en complément, fait l’acquisition de gants pour réduire au maximum les transmissions. « Depuis on ne touche plus les baguettes, sandwichs ou les gâteaux ! C’est sécurisant pour nos salariés et pour nos clients ! » se ravit Anaëlle à côté du présentoir à attestations fournies par la ville.  Mireille est d’ailleurs venue chercher une religieuse pour se faire plaisir. Considérée comme personne fragile, cette Rolivaloise suit les indications à la lettre :  » Au début j’avais du mal avec les entrées et sorties qui ne sont pas les mêmes. Maintenant je suis rodée ! « 

     

    Retrouvez-les commerces rolivalois sur vdremarket.fr

    Vdr-emarket.fr

    Vous êtes sans connexion