Les tests salivaires déployés dans toutes les écoles de la ville

La campagne de tests salivaires a débuté mardi pour les élèves de toutes les écoles de Val-de-Reuil. Objectif : rompre au plus vite la chaîne de contamination.

Des chiffres qui flambent… Depuis plusieurs semaines, tous les indicateurs virent au rouge sur le département de l’Eure où l’épidémie enregistre une envolée exceptionnelle. Val-de-Reuil, n’échappe pas au phénomène. Confrontée à un pic de contamination et à une augmentation fulgurante des cas contact, la ville s’organise pour faire face. « Dans les écoles, dans les services de la mairie, les entreprises de la ville…toutes les sonnettes s’agitent en même temps. Le nombre de personnes contaminées et de cas contacts grimpe en flèche. Particulièrement depuis une semaine », confirme Marc-Antoine Jamet quijour après jour, suit de très près l’évolution de la situation sanitaire ; reste en contact étroit avec les autorités de santé ; multiplie démarches et initiatives pour tenter de freiner la progression de l’épidémie sur notre territoire.

Les biologistes d’école en école

Des salles aménagées pour effectuer les tests dans les écoles
Des salles aménagées pour effectuer les tests dans les écoles

C’est ainsi que depuis mardi, d’importants moyens sont déployés dans les écoles rolivaloises où une vaste campagne de tests salivaires à destination  des écoliers a débuté. L’objectif ? Renforcer le dépistage et rompre le plus rapidement possible la chaîne de contamination.

Après les écoliers de Léon Blum en début de semaine, l’opération se poursuit ce jeudi à Coluche et demain, vendredi aux Dominos. Sur la demande du maire, l’Agence Régionale de Santé a finalement accepté que l’ensemble des autres écoles de la ville bénéficient des mêmes tests. Ces derniers seront réalisés dans le courant de la semaine prochaine.

Moins désagréables que les tests PCR, plus simples à réaliser auprès des plus jeunes, ces prélèvements salivaires effectués sous le contrôle des biologistes du laboratoire Bio Eure Seine, permettent en quelques heures de déterminer si un enfant est contaminé.

« Seuls les élèves dont les familles ont donné leur autorisation peuvent être testés. S’ils ne sont pas obligatoires, ils sont malgré tout conseillés compte tenu du nombre de contaminations grandissant dans les écoles », indique Catherine Duvallet, première adjointe en charge de l’Education.

Une languette sous la langue

Carole, maman de la petite Théa, n’a d’ailleurs pas hésité une seconde : « C’est vrai qu’on est inquiets pour nos enfants : on constate qu’il y a de plus en plus de cas à l’école. Pouvoir les tester sans leur imposer l’écouvillon dans la narine est vraiment rassurant ». Rien de traumatisant en effet dans ce prélèvement que certains ont même accueilli comme un jeu ! « C’est comme si tu avais une sucette dans la bouche », expliquent inlassablement les biologistes à leurs jeunes patients. La salive est en effet prélevée à l’aide d’une languette glissée sous la langue pendant quelques secondes et le tour est joué… Suivant !

Dans chacune des écoles, classe après classe, les élèves se succèdent sans répit sous les tentes installées dans les cours d’école ou dans des salles spécifiques aménagées pour l’occasion. Avec une rapidité et une efficacité déconcertantes.

Reste ensuite à attendre le résultat des tests, disponible en moins de 24h00 auprès du laboratoire Bio Eure-Seine.  « Les codes d’accès permettant aux familles, et à elles seules, d’obtenir les résultats du test de leur enfant sont glissés chaque soir dans les cahiers de liaison », précise Catherine Duvallet. Il suffit alors simplement de se connecter sur le site internet du laboratoire.

Tests PCR gratuits jusqu’au 16 avril

Le centre de dépistage a été installé au 9020 voie des Clouets
Le centre de dépistage a été installé au 9020 voie des Clouets

Pour les Rolivalois qui souhaiteraient également se faire dépister, la campagne de tests (PCR) gratuits initialement prévue jusqu’à demain, vendredi 26 mars, dans les anciens locaux d’Altitude Infrastructure, au 9020 voie des Clouets, se poursuit jusqu’au 16 avril. “Les chiffres de l’ARS sont glaçants : dans l’agglomération Seine-Eure, le taux d’incidence est passé de 410 pour 100 000 habitants la semaine dernière à 575 cette semaine ; avec un taux de positivité de 10 %. Si bien que nous laissons le centre ouvert pour trois semaines de plus”, confiait hier Marc-Antoine Jamet.

Volontairement installé au cœur des parcs d’activités pour permettre aux salariés des entreprises alentour d’être testés à deux pas de leur lieu de travail, ce centre a reçu depuis son ouverture le 16 mars plusieurs centaines de personnes. Il n’est donc pas trop tard pour participer à cette campagne proposée sans ordonnance et sans rendez-vous, du lundi au vendredi de 10h00 à 17h00.

 

Partagez :

Vous êtes sans connexion