Étiquette : industrie

Janssen-Cilag : 300 personnes mobilisées pour dire non à la fermeture ! 

Près de 300 personnes, élus locaux, salariés et syndicalistes se sont réunis, ce mercredi-midi, pour exprimer leur mécontentement et leurs inquiétudes suite à l’annonce faite par le géant Américain de fermer prochainement le centre de recherche « pharmaceutique » de Janssen-Cilag.

Des blouses au sol, d’autres accrochées sur le grillage de l’entrée de l’entreprise Janssen-Cilag… La récente annonce concernant la fermeture prochaine du centre de recherche pharmaceutique du site rolivalois qui emploie actuellement 42 personnes, ne passe pas. En effet, près de 300 personnes, élus locaux (dont de nombreux élus Rolivalois), salariés de tous les secteurs et syndicalistes se sont réunis, ce mercredi midi, pour exprimer leur mécontentement et leurs inquiétudes suite à l’annonce faite par le géant américain Johnson et Johnson de recentrer son pôle recherche sur son site de Beerse, en Belgique, à une quarantaine de kilomètres à l’est d’Anvers.

Incompréhension générale

« Nous nous sommes donnés rendez-vous aujourd’hui à l’occasion du deuxième Comité Social Économique (CSE) de notre entreprise afin de sensibiliser la direction, qui est présente actuellement, de notre incompréhension, de nos inquiétudes et mécontentements face à leur décision », explique Virginie Poncelet, Senior Associate Scientist en chimie médicinale depuis 28 ans chez Janssen-Cilag. Elle revient sur l’incompréhension générale régnant au sein des salariés et leur volonté d’obtenir « les vraies raisons » de la fermeture. « On nous a avancé un licenciement économique, ce qui n’est pas acceptable », précise-t-elle soulignant la bonne santé du site rolivalois. « Quand nous recevons des mails qui nous disent que l’on fait une progression à deux chiffres depuis dix ans et qu’en plus de cela nous sommes assujettis à un bonus qui est calculé par rapport aux bénéfices de l’entreprise et que ce dernier n’a jamais été aussi élevé que depuis cette année, on ne peut pas accepter le licenciement économique ».

Un site d’excellence

Un sentiment partagé par l’ensemble des salariés qui pointent également l’excellence de leur site en matière de recherches. « Bien que l’on ait des résultats super intéressants comme la mise sur le marché de trois médicaments issus du centre de recherches de Val-de-Reuil en dix ans, on décide de fermer notre site », ironise Laurence Queguiner, employée depuis 24 ans au centre de recherche pharmaceutique, au laboratoire support en analyses. « Et pourtant, c’est nettement mieux que nos collègues belges et espagnols qui n’ont rien produit ». En effet, il faut savoir que depuis une décennie, les chercheurs rolivalois sont à l’origine de découvertes majeures comme 20 nouveaux traitements mis au point dont 3 progrès essentiels sur le VIH, les tuberculoses multi-résistantes et le cancer de la vessie. Une excellence d’ailleurs saluée et reconnue au travers de nombreuses récompenses internationales prestigieuse, dont la désignation du « chercheur européen de l’année » il y a dix ans et le Prix Galien en 2016.

10 postes par an crées à l’échelle nationale

Enfin, au cœur des discussions la question du devenir des chercheurs inquiète. « Nous exerçons des métiers extrêmement spécifiques. Il y a tout au plus, dix créations de postes par an à l’échelle nationale », indique Virginie Poncelet rappelant la suppression prochaine de 42 postes soit 4 années d’embauche à l’échelle nationale, et qui attend comme tout le monde une attention, une écoute de la part de la direction. « On attend que les primes de licenciements soient en accord avec ce que nous avons donné à l’entreprise depuis toutes ces années, que les personnes embauchées récemment puissent repartir dignement, et que l’entreprise accompagne les personnes dans leur reclassement ou recherche d’emploi ». Une inquiétude, d’autant plus grande qu’à l’heure actuelle, cette annonce de fermeture a déjà des répercussions sur le tissu économique local avec la perte d’environ une vingtaine de postes chez les entreprises prestataires. Selon les réponses de la direction, les salariés de Janssen-Cilag se réservent le droit d’engager d’autres actions à venir. Affaire à suivre…

Les actus commerces à Val-de-Reuil

La Ressourcerie a pris d'importantes mesures de précaution pour rouvrir ses portes en toute sécurité

La Ressourcerie reprend vie

Bonne nouvelle pour les fidèles de la Ressourcerie : la boutique rolivaloise a rouvert ses portes il y a quelques ...
Lire La Suite…
Val de Reuil_Infos n°17 - Mai - Juin -Juillet 2020

Val de Reuil_Infos n°17 – Mai – Juin -Juillet 2020

En une de ce numéro : Pour faire face à l’épidémie, la Ville déploie les grands moyens - 100 mesures ...
Lire La Suite…

La vie commerçante reprend ses quartiers

A Val-de-Reuil, les différents commerces reprennent du service et accueillent, depuis le début de la semaine dernière, un grand nombre ...
Lire La Suite…
Chaque dimanche, la boulangerie Covin offre des pâtisseries aux résidents de l'Espages.

Solidaire, la boulangerie Covin offre pains et pâtisseries

Plus que jamais à Val-de-Reuil, la solidarité se décline au pluriel. Que ce soit les services municipaux, les Rolivalois par ...
Lire La Suite…

La solidarité au rendez-vous

Avec le soutien de la Ville de Val-de-Reuil et la solidarité des habitants, les maraîchers de Martot retrouvent une pleine ...
Lire La Suite…

Janssen-Cilag : 300 personnes mobilisées pour dire non à la fermeture ! 

Près de 300 personnes, élus locaux, salariés et syndicalistes se sont réunis, ce mercredi-midi, pour exprimer leur mécontentement et leurs ...
Lire La Suite…

L’emploi à Val-de-Reuil

Forum de l'emploi 2019

L’emploi

Nos actualités concernant l'emploi ...
Lire La Suite…
candidature spontanée

Envoyer une candidature spontanée

Vous recherchez un stage ? La Ville de Val-de-Reuil accueille en son sein des stagiaires. Malheureusement le nombre de places ...
Lire La Suite…
Crée ta boîte

Rolivalois, crée ta boîte !

Vous êtes Rolivalois et voulez monter votre entreprise ? Avec Crée ta boîte, vous êtes guidés au fil de votre ...
Lire La Suite…
Partagez :

2017 année record pour l’immobilier à Val de Reuil

C’est confirmé, 2017 sera une année record pour l’immobilier à Val-de-Reuil, probablement très en tête pour le département de l’Eure.

Le développement de la ville se poursuit
Le développement de la ville se poursuit

Les permis déposés représentent un total de 59.184m², soit 9.000m² de plus que notre précédent record de 2007.

L’activité économique en pointe
Xcrusher, chez Sopréma, à Val-de-Reuil, sera un bâtiment à "énergie positive" faisant appel à la géothermie, à des ruches, et des technologies de pointe respectueuses de l'environnement
Photo du projet du Cabinet d’architecte Robinson pour X-Crusher

Dans la montée de l’immobilier rolivalois, l’activité représente 35.248m², on note entre autres, le bâtiment Linkcity, la 2ème tranche du data center Orange (voir la présentation du data center) , 5 permis pour Sanofi représentant 2.600m²), l’extension du bâtiment de fabrication de macarons d’Auzou et l’arrivée d’une start-up « x crusher » Soprema si innovante qu’elle devrait faire parler.Et qui sera un bâtiment à “énergie positive” faisant appel à la géothermie et permettant des prises de chargements électriques pour les véhicules des salariés. 4 ruches sont installées et tout est prévu pour rendre leur usine la plus «verte» possible (Projet du Cabinet d’architectes Robinson).

Le logement en flèche

Énorme percée du logement à Val de Reuil avec 19.895m² (record absolu) pour 177 logements (tranche 1/2 d’Altitude, tranche 1 de la Comminière, 13 maisons Amex Courtine, 15 maisons Amex Bachelière, 14 maisons Amex Clos Guillaume et 82 pour 3 permis Amex au nord de la Ville dont une résidence de luxe.

Dans la mesure où le rythme de vente est soutenu à Val-de-Reuil, la tendance devrait se confirmer en 2018 avec 275 logements (tranche 2, 3, 4 de la Comminière, tranche 3 d’Altitude, tranche 2 voie Bachelière dont 3 maisons COMEPOS, tranche 2 et 3 du Parc et, la tranche 2 Mon Veto.

Les commerces et l’artisanat : pas en reste !

La partie commerce avec 3.741m² confirme la pression dans ce domaine et l’attente de l’ilot 14. En témoignent l’extension du centre commercial des Falaises mais également la concession Citroën/Opel DUBREUIL ou la boulangerie des Noës.

Partagez :

Vie économique, les commerces, les artisans, les industries – guide pratique

Créée en 1975 entre Seine et Eure, rebaptisée Val de Reuil en 1985, la cité rolivaloise, maintenant quatrième ville du département a conquis en vingt ans son autonomie démographique, économique, budgétaire et politique. D’une superficie totale de 3 100 ha pour 9,5 et 4,5 kms de longueur et largeur moyennes, elle compte 15 000 habitants issus de 70 nationalités. Pour la connaître un peu mieux découvrez-là en bref, prenez connaissance des évènements et manifestations, découvrez son plan local d’urbanisme, constatez les efforts réalisés en matière d’emploi, apprenez que l’éducation et la formation est la 1ère de nos priorités, que l’environnement est naturellement une richesse rolivaloise, et que notre commune bénéficie de soutiens forts pour mener un ambitieux programme de renouvellement urbain.

Le guide de la vie économique : les commerces, entreprises artisanales et industrielles

Vous retrouvez également ce guide dans notre page «Vie économique : les commerces, entreprises artisanales et industrielles»
Si vous constatez une imprécision, une correction à apporter, une modification, merci d’utiliser ce formulaire de contact pour nous en informer. Merci de votre participation !

Le guide pratique des commerces, entreprises artisanales et industrielles de Val-de-Reuil
Les commerces à Val de Reuil sur notre site
La Ressourcerie a pris d'importantes mesures de précaution pour rouvrir ses portes en toute sécurité

La Ressourcerie reprend vie

Bonne nouvelle pour les fidèles de la Ressourcerie : la boutique rolivaloise a rouvert ses portes il y a quelques ...
Lire La Suite…
Val de Reuil_Infos n°17 - Mai - Juin -Juillet 2020

Val de Reuil_Infos n°17 – Mai – Juin -Juillet 2020

En une de ce numéro : Pour faire face à l’épidémie, la Ville déploie les grands moyens - 100 mesures ...
Lire La Suite…

La vie commerçante reprend ses quartiers

A Val-de-Reuil, les différents commerces reprennent du service et accueillent, depuis le début de la semaine dernière, un grand nombre ...
Lire La Suite…
Chaque dimanche, la boulangerie Covin offre des pâtisseries aux résidents de l'Espages.

Solidaire, la boulangerie Covin offre pains et pâtisseries

Plus que jamais à Val-de-Reuil, la solidarité se décline au pluriel. Que ce soit les services municipaux, les Rolivalois par ...
Lire La Suite…

La solidarité au rendez-vous

Avec le soutien de la Ville de Val-de-Reuil et la solidarité des habitants, les maraîchers de Martot retrouvent une pleine ...
Lire La Suite…

Janssen-Cilag : 300 personnes mobilisées pour dire non à la fermeture ! 

Près de 300 personnes, élus locaux, salariés et syndicalistes se sont réunis, ce mercredi-midi, pour exprimer leur mécontentement et leurs ...
Lire La Suite…

L’emploi sur notre site

 

Crée ta boîte

Rolivalois, crée ta boîte !

Vous êtes Rolivalois et voulez monter votre entreprise ? Avec Crée ta boîte, vous êtes guidés au fil de votre ...
Lire La Suite…
candidature spontanée

Envoyer une candidature spontanée

Vous recherchez un stage ? La Ville de Val-de-Reuil accueille en son sein des stagiaires. Malheureusement le nombre de places ...
Lire La Suite…
Carte de Val-de-Reuil

Vie économique : Les commerces, entreprises artisanales et industrielles

Créée en 1975 entre Seine et Eure, rebaptisée Val de Reuil en 1985, la cité rolivaloise, maintenant quatrième ville du ...
Lire La Suite…
Forum de l'emploi 2019

L’emploi

Nos actualités concernant l'emploi ...
Lire La Suite…

 

L’actualité de l’emploi

 

rejoignez-nous

GESTIONNAIRE DE PAIE ET DE CARRIERES (H/F) CDD D’UN AN

Cadre d'emploi : Adjoint administratif ou rédacteur territorial Sous l’autorité de la Directrice des Ressources Humaines, vous réalisez la paie ...
Lire La Suite…
rejoignez-nous

RESPONSABLE DE L’ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE (H/F)

Cadre d'emploi : Ingénieur territorial / Attaché territorial Les candidatures seront closes le 15 Septembre 2020 Enjeux et Missions Sous ...
Lire La Suite…
rejoignez-nous

DIRECTEUR / DIRECTRICE DE L’ACTION CULTURELLE (H/F)

Cadre d'emploi : Attaché territorial/ Attaché principal / Attaché hors classe/ Conservateur territorial du patrimoine/ Conservateur territorial de bibliothèque Les ...
Lire La Suite…
rejoignez-nous

AGENT DE MÉDIATION SOCIALE RÉFÉRENT (H/F)

Cadre d'emploi : Animateur Enjeux et Missions Sous l’autorité du responsable de service médiation, vous supervisez l’équipe de médiation de ...
Lire La Suite…
rejoignez-nous

AGENT COMPTABLE (h/f) dans le cadre d’un contrat à durée déterminée de 12 mois

Cadre d'emploi : Adjoint administratif Enjeux et Missions Sous la responsabilité de la Directrice des finances, vous assurez la gestion ...
Lire La Suite…
rejoignez-nous

MAITRE NAGEUR SAUVETEUR (h/f) – été 2020

Ville ludique et sportive, elle a rénové les deux bassins de 25m et le hall d’entrée de sa piscine municipale ...
Lire La Suite…
Partagez :

Sanofi investit 170 millions d’€ à Val-de-Reuil

Une nouvelle unité de production de vaccins contre la grippe se construit chez Sanofi à Val-de-Reuil. Opérationnelle en 2022, elle renforcera la position de leader mondial de l’entreprise en vaccins contre la grippe saisonnière. 

Première pierre du futur site
Première pierre du futur site

Sanofi, un des leaders mondiaux dans l’approvisionnement des vaccins contre la grippe saisonnière, investit 170 millions d’euros pour l’agrandissement de son site de production de vaccins de Val de Reuil. Une nouvelle unité qui lui permettra d’augmenter l’approvisionnement de VaxigripTetra® jusqu’à 70 pays sur six continents. 

« La grippe représente toujours un enjeu majeur de santé publique dans le monde, entraînant de graves complications, des hospitalisations et des décès, en particulier pour certaines personnes à haut risque », a déclaré David Loew, Vice-Président Exécutif de Sanofi et Responsable de Sanofi Pasteur. « En tant que leader mondial des vaccins contre la grippe, cet agrandissement renforce la capacité de Sanofi Pasteur dans sa lutte contre ce problème de santé publique sous-estimé. »

Seul producteur de vaccin anti-grippal en France

« Ce projet combine l’expertise de nos collaborateurs avec notre savoir-faire industriel de pointe, et illustre notre engagement à fournir des solutions d’excellence », a indiqué Philippe Luscan, Vice-Président Exécutif, Affaires industrielles mondiales de Sanofi.« Notre investissement souligne la volonté de Sanofi de renforcer notre puissance industrielle en France, avec un centre majeur de production de vaccins contre la grippe dédié aux marchés mondiaux. »

La nouvelle installation de Val de Reuil sera le seul site de ce type en France, Sanofi Pasteur étant le seul producteur de vaccin antigrippal dans le pays.

Cet investissement représente l’une des grandes dépenses réalisées par Sanofi ces dernières années pour améliorer et augmenter ses capacités de production de vaccins en France, aux États-Unis et au Mexique.

Le groupe prévoit que l’agrandissement sera achevé d’ici à 2021, sous réserve de l’obtention de l’approbation des autorités sanitaires compétentes, et commencera à produire des vaccins dans cette nouvelle unité en 2022.

Début de la production en 2022
Début de la production en 2022

Zoom sur le site de production

Le site de Val de Reuil est leader mondial dans la production de vaccins contre la grippe. Créé en 1973 en Normandie, il couvre toutes les étapes de la fabrication de vaccins : la production d’antigène, la formulation, les différentes phases de la préparation pharmaceutique (remplissage, inspection et conditionnement) et les contrôles de qualité.

Le site comprend également la plate-forme logistique internationale de distribution des vaccins de Sanofi Pasteur, d’où sont expédiées chaque année dans le monde entier environ 900 millions de doses de vaccin.

900 millions de doses de vaccins par an
900 millions de doses de vaccins par an

La grippe : une infection virale très répandue

La grippe saisonnière est une infection virale aigüe provoquée par les virus grippaux. Elle se propage facilement d’une personne à l’autre et circule à travers le monde tout au long de l’année. La grippe saisonnière se caractérise par l’apparition brutale d’une forte fièvre, de toux (généralement sèche), de céphalées, de douleurs musculaires et articulaires, de malaise général, de maux de gorge et d’écoulement nasal. La toux peut être grave et durer jusqu’à 2 semaines et plus.

La plupart des sujets guérissent en une semaine sans avoir besoin de traitement médical. Mais la grippe peut entraîner des complications graves ou même la mort chez les personnes à haut risque. Le plus haut risque de complications concerne les femmes enceintes, les enfants de 6 à 59 mois, les personnes âgées et les individus de tout âge présentant certaines affections chroniques, telles que le diabète, le VIH/sida, l’asthme, ou des cardiopathies ou pneumopathies chroniques.

D’après les estimations de l’OMS, le taux d’attaque annuel de la grippe est estimé à 5-10% chez l’adulte et à 20-30% chez l’enfant. Au niveau mondial, ces épidémies annuelles sont responsables d’environ 3 à 5 millions de cas de maladies graves, et 250 000 à 500 000 décès.

Quatre sites de production dans le monde

Sanofi Pasteur produit chaque année 200 millions de doses de vaccin contre la grippe saisonnière sur ses quatre sites : Swiftwater (Pennsylvanie, États-Unis), Val de Reuil (France), Ocoyoacac (Mexique) et Shenzhen (Chine). Les vaccins contre la grippe saisonnière de Sanofi Pasteur sont homologués et distribués dans plus de 150 pays. Plus de 3,5 milliards de doses de vaccins contre la grippe saisonnière de Sanofi Pasteur ont été distribuées dans le monde au cours des 60 dernières années.

Partagez :

Hermès : des nouveaux emplois créés à Val-de-Reuil

Le groupe de luxe Hermès a inauguré hier sa nouvelle maroquinerie à Val-de-Reuil. 130 personnes y travaillent aujourd’hui et 250 dans les 5 ans. Rencontre.

Hermès - la coupure de ruban pour l'inauguration
Hermès – la coupure de ruban pour l’inauguration

Des sacs à mains, des portefeuilles, des porte-valeurs, des porte-clés… le nouveau site rolivalois de l’enseigne de luxe mondialement connue est opérationnel depuis janvier 2017. Spécialisé dans la petite maroquinerie, il développe un savoir-faire traditionnel auquel sont très attachés les dirigeants d’Hermès et qui séduit les clients à travers le monde. A tel point que les ventes de produits Hermès sont aujourd’hui en  forte hausse.

Trop à l’étroit dans son atelier de maroquinerie du Vaudreuil créé il y a 20 ans, Hermès a donc choisi de s’agrandir. « Nous cherchions un site proche du Vaudreuil ; C’est dans la commune voisine, à Val-de-Reuil que nous avons trouvé notre bonheur », indiquait Axel Dumas, dirigeant d’Hermès, lors de l’inauguration du nouveau site ce mardi 13 juin. Et d’ajouter avec une pointe d’humour : « Ici, le maire s’intéresse beaucoup à nos métiers ».

Un lieu métamorphosé

Une usine métamorphosée, des métiers de haute tradition
Une usine métamorphosée, des métiers de haute tradition

C’est sur l’ancien centre des affaires des Falaises, dans des locaux de 5700 m2 au rond-point du Fantôme, que le groupe de luxe a ainsi jeté son dévolu. Un lieu qu’il a totalement métamorphosé pour y accueillir ses ateliers.

« Merci d’avoir transformé cet endroit. Votre architecte a réalisé un magnifique travail, que ce soit dans le choix des couleurs, des matériaux, des formes… », insistait Marc-Antoine Jamet devant un parterre d’invités alors que Bernard Leroy, président de l’Agglomération, renouvelait sa gratitude envers Hermès pour cet investissement sur notre territoire.

Ce nouvel atelier de maroquinerie abrite donc désormais les 100 artisans de l’atelier jusqu’alors implanté au Vaudreuil mais aussi de nouveaux salariés. Aujourd’hui, 130 femmes et hommes travaillent au quotidien sur ce site ouvert depuis seulement cinq mois. Ils seront 250 d’ici cinq ans.

Formation interne de 9 mois

Une formation interne de 9 mois
Une formation interne de 9 mois

Le travail mené avec les partenaires de l’emploi, avec la ville, a permis de recruter un certain nombre de candidats locaux. Une dynamique qui devrait se poursuivre ces prochaines années. « Nous recrutons les artisans sans a priori ; ils bénéficient tous ensuite d’une formation spécifique de 9 mois ». Deux sessions annuelles de formation sont organisées pour les nouveaux artisans, en partenariat avec le lycée Boismard à Brionne. Elles permettent à tous,  quels que soient leur bagage, leur parcours,  d’être formés au savoir-faire Hermès.

Témoignages

Valérie, 53 ans, achève tout juste sa formation : « Ce métier est une une reconversion totale pour moi. C’est un vrai bonheur de finir ainsi ma carrière car c’est passionnant. Je suis très épanouie ». Baptiste, 26 ans, est tout aussi enthousiaste. « Je me plais beaucoup ici. D’autant que nous avons la satisfaction de fabriquer nous même un produit de A à Z ».

C’est en effet une remarquable spécificité : chaque artisan façonne son objet jusqu’à l’ultime finition. « Le plus simple des objets peut prendre six heures quand d’autres nécessitent plusieurs dizaines d’heures de travail. C’est extrêmement minutieux ». Grâce à tout ce soin accordé à la fabrication, Hermès a gagné ses lettres de noblesse, que ce soit en termes de qualité, de solidité ou du durée. “Nous sommes heureux si un produit peut se transmettre d’une personne à une autre, d’une génération à une autre”.  

Une visite du site appréciée de toutes et tous
Une visite du site appréciée de toutes et tous

3 questions à Guillaume De Seynes, n°2 du groupe Hermès

Guillaume de Seynes n°2 du Groupe Hermès
Guillaume de Seynes n°2 du Groupe Hermès

Pourquoi avoir choisi de vous implanter à Val-de-Reuil ?

Nous étions implantés de longue date au Vaudreuil. Lorsque le projet d’agrandissement s’est fait jour, nous souhaitions installer le nouvel atelier le plus près possible de l’ancien site pour que cela n’augmente pas le temps de transport de nos employés. Ce lieu s’est très vite avéré idéal, d’autant qu’il était très visible.

Nous avons eu un très bon accueil de la part de Marc-Antoine Jamet qui a très vite délivré le permis de construire et facilité notre installation.

Quelles sont les perspectives pour ce site ?

Aujourd’hui, nous employons 130 personnes et nous allons progressivement monter en puissance ces prochaines années. Nous prenons le temps de former nos artisans grâce à une formation que nous assurons nous-même, à raison de deux promotions de 25 personnes par an. L’objectif étant d’atteindre 250 à 300 personnes d’ici 5 ans. Ce qui, pour nous, est un effectif raisonnable pour permettre à tout le monde de se rencontrer. Et si à terme, la croissance de nos ventes est toujours au rendez-vous, nous aviserons sur l’éventualité d’autres projets.

L’atelier de maroquinerie rolivalois est-il un site sur lequel vous vous déplacez souvent ?

Il y a 50 sites de production en France, dont 15 ateliers de maroquinerie ; nous avons ouvert le dernier atelier la semaine dernière en Aquitaine. Je ne peux bien sûr pas aller sur tous les sites mais. Mais à Val-de-Reuil, je suis venu poser la première pierre, je suis aussi venu au début de l’activité ces derniers mois puisqu’au sein du groupe, je dirige les activités de production de cuir, de textile et de soie… Il faut savoir que cet atelier est pour moi empreint d’une grande symbolique. Je suis personnellement très attaché à ce secteur car mon père a dirigé l’usine de parfum du Vaudreuil à partir de 1977.

L’emploi à Val de Reuil

 

Crée ta boîte

Rolivalois, crée ta boîte !

Vous êtes Rolivalois et voulez monter votre entreprise ? Avec Crée ta boîte, vous êtes guidés au fil de votre ...
Lire La Suite…
candidature spontanée

Envoyer une candidature spontanée

Vous recherchez un stage ? La Ville de Val-de-Reuil accueille en son sein des stagiaires. Malheureusement le nombre de places ...
Lire La Suite…
Carte de Val-de-Reuil

Vie économique : Les commerces, entreprises artisanales et industrielles

Créée en 1975 entre Seine et Eure, rebaptisée Val de Reuil en 1985, la cité rolivaloise, maintenant quatrième ville du ...
Lire La Suite…
Forum de l'emploi 2019

L’emploi

Nos actualités concernant l'emploi ...
Lire La Suite…

 

L’actualité de l’emploi à Val de Reuil

 

rejoignez-nous

GESTIONNAIRE DE PAIE ET DE CARRIERES (H/F) CDD D’UN AN

Cadre d'emploi : Adjoint administratif ou rédacteur territorial Sous l’autorité de la Directrice des Ressources Humaines, vous réalisez la paie ...
Lire La Suite…
rejoignez-nous

RESPONSABLE DE L’ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE (H/F)

Cadre d'emploi : Ingénieur territorial / Attaché territorial Les candidatures seront closes le 15 Septembre 2020 Enjeux et Missions Sous ...
Lire La Suite…
rejoignez-nous

DIRECTEUR / DIRECTRICE DE L’ACTION CULTURELLE (H/F)

Cadre d'emploi : Attaché territorial/ Attaché principal / Attaché hors classe/ Conservateur territorial du patrimoine/ Conservateur territorial de bibliothèque Les ...
Lire La Suite…
rejoignez-nous

AGENT DE MÉDIATION SOCIALE RÉFÉRENT (H/F)

Cadre d'emploi : Animateur Enjeux et Missions Sous l’autorité du responsable de service médiation, vous supervisez l’équipe de médiation de ...
Lire La Suite…
rejoignez-nous

AGENT COMPTABLE (h/f) dans le cadre d’un contrat à durée déterminée de 12 mois

Cadre d'emploi : Adjoint administratif Enjeux et Missions Sous la responsabilité de la Directrice des finances, vous assurez la gestion ...
Lire La Suite…
rejoignez-nous

MAITRE NAGEUR SAUVETEUR (h/f) – été 2020

Ville ludique et sportive, elle a rénové les deux bassins de 25m et le hall d’entrée de sa piscine municipale ...
Lire La Suite…
Partagez :

Reprise du site Cassidian/Airbus à Val-de-Reuil par Cordon Electronics

Reprise du site Cassidian/Airbus à Val-de-Reuil par Cordon Electronics : les emplois sauvegardés, des savoir‐faire et des compétences préservées, l’activité locale renforcée

Manifestation des salariés de Cassidian/Airbus le 19 mars 2015 devant la mairie de Val-de-Reuil
Manifestation des salariés de Cassidian/Airbus le 19 mars 2015 devant la mairie de Val-de-Reuil
Marc‐Antoine Jamet, Maire de Val‐de‐Reuil et Nicolas Mayer‐Rossignol, Président de la Région,
réagissent à l’annonce de la reprise du site de Cassidian/Airbus à Val‐de‐Reuil par Cordon Electronics.
Une bonne nouvelle pour l’activité économique et l’emploi.

« Après plusieurs mois de difficiles négociations avec les plus hauts responsables d’Airbus, en Normandie comme à Paris, d’hésitations qui ont parfois paru être des tergiversations de la part de la direction de l’avionneur, de réunions secrètes, le site Cassidian/Airbus défense de Val‐de‐Reuil semble définitivement sauvé. C’est une très bonne nouvelle pour Val‐de‐Reuil et la Région Haute‐Normandie qui, avec les syndicats et les salariés, ont conduit cette discussion depuis l’origine, comme pour l’Agglomération et le Département qui ont été régulièrement tenus informés des étapes d’une solution qui n’aurait pu être trouvée sans l’appui décisif des Ministres de l’Industrie successifs, Arnaud Montebourg, puis Emmanuel Macron, tous deux personnellement investis sur ce dossier et qui ont mis tout leur poids dans la balance.

Ce soutien, comme pour Double A, a, une nouvelle fois, été déterminant. Il rappelle que, en matière de défense de l’emploi et de l’activité, il n’est jamais de combats isolés, de mérites individuels, mais bien toujours des succès collectifs, des victoires concertées », commentent Marc‐Antoine Jamet et Nicolas Mayer‐Rossignol.

Une solution ferme de reprise a donc été trouvée  mercredi 22 juillet entre Cordon Electronics et Airbus. Un premier contrat prévoit notamment que l’intégralité des activités conduites jusqu’à présent par Airbus soient poursuivies. Il prendra effet au 1er octobre prochain.

Les deux parties se sont dans le même temps engagées à conclure, à compter de la prise d’effet de l’opération, un contrat de sous‐traitance portant sur les différents marchés conclus par Airbus avec la Direction Générale de l’Armement, marchés aujourd’hui exécutés sur le site de Val‐de‐Reuil.

Ainsi, comme Marwan Lahoud, pour Airbus Industries, et Jean‐Marc Nasr, pour Aibus défense l’avaient personnellement promis au Maire de Val‐de‐Reuil voici deux ans, l’entreprise européenne accompagnera‐t‐elle concrètement son sous‐traitant eurois pour conduire l’opération de reprise vers sa réussite. C’était indispensable.

Cet accord marque la fin de dix‐huit longs mois d’incertitudes, de doutes et d’inquiétudes pour les salariés de l’entreprise Cassidian qui ont d’ores et déjà manifesté leur approbation à la solution retenue. Leur expérience, leur savoir‐faire, leurs compétences seront préservées. Des solutions de reprise et de reclassement permettront demain à l’ensemble des salariés de voir leurs emplois sauvegardés. Il faut s’en féliciter. C’est le premier combat qu’il fallait remporter.

Cet accord vient conforter une entreprise attachée à Val‐de‐Reuil depuis 1979 et dont l’implantation n’avait alors pu se faire qu’avec le soutien appuyé et renouvelé des pouvoirs publics. En ce sens, la création en mai 2014 d’un comité de suivi, réuni à de nombreuses reprises à l’initiative et sous l’égide de M. René Bidal, le Préfet de l’Eure, dont nous voulons saluer l’action , a été décisive. De la même manière que les interventions répétées de la Ville et de la Région, accompagnées de la CASE, du Département et à sa tête Jean‐Louis Destans, ont permis à ce dossier d’avancer, d’aboutir et de trouver l’issue espérée. La mobilisation de l’ensemble des acteurs politiques et institutionnels a porté. Le combat mené de concert avec l’ensemble des collectivités a montré sa pleine efficacité.

C’est, aujourd’hui, grâce à la reprise du site et des activités qui le font vivre, une nouvelle qui vient conforter l’activité industrielle dans toute l’Agglomération Seine Eure, dont l’essentiel se fait à Val‐de‐Reuil, consolider le développement de l’activité défense sur son territoire (comme l’augmentation des effectifs de l’EPIDE de Val‐de‐Reuil qui deviendra le premier centre de France ou la conformation du bassin d’essais des Carènes), donner à la Région Normandie nouvelle l’assise économique nécessaire à son épanouissement. C’est pour Val‐de‐Reuil, pour l’emploi, pour son commerce, pour tout un bassin économique qui en dépend, une belle victoire. C’est pour la Région une nouvelle preuve de son efficacité.

Partagez :

Pour le maintien des activités et de l’emploi sur le site d’Airbus Val-de-Reuil

Le Conseil municipal exprime sa très vive inquiétude devant les menaces qui, depuis plusieurs mois, pèsent sur l’avenir des emplois et des activités du site d’Airbus à Val-de-Reuil

Rassemblement des salariés d'Airbus Val-de-Reuil devant la mairie jeudi 19 mars 2015 - Lecture de la motion votée en Conseil municipal  par Géraldine Deliencourt-Godefroy, en charge de l'emploi et des relations avec les entreprises et Jean-Jacques Coquelet 2ème adjoint en charge du contrôle des finances et de la modernisation de l'administration
Rassemblement des salariés d’Airbus Val-de-Reuil devant la mairie jeudi 19 mars 2015 – Lecture de la motion votée en Conseil municipal par Géraldine Deliencourt-Godefroy, en charge de l’emploi et des relations avec les entreprises et Jean-Jacques Coquelet 2ème adjoint en charge du contrôle des finances et de la modernisation de l’administration
Motion votée par le Conseil municipal du 18 mars 2015

Le Conseil municipal exprime sa très vive inquiétude devant les menaces qui, depuis plusieurs mois, pèsent sur l’avenir des emplois et des activités du site d’Airbus à Val-de-Reuil. Il exprime sa totale solidarité avec les salariés de cette entreprise, salariés qui sont souvent habitants de la commune.

Le silence qui entoure les négociations entamées par la société Airbus pour garantir l’avenir de cet établissement est anormal. En effet, en décembre 2013, la direction d’Airbus avait annoncé qu’elle renonçait à fermer le site de Val-de-Reuil, 35 ans après que Matra s’y soit implanté, en 1979, à grands renforts de subventions publiques. La promesse en avait été faite, après l’intervention du Maire de Val-de-Reuil, au directeur de l’agence des participations de l’Etat, David Azéma, et au Ministre de l’Industrie, Arnaud Montebourg, par le numéro 2 du consortium européen Marwan Lahoud. Peu après, Jean-Marc Nasr, dirigeant de la branche, confirmait qu’une solution de reprise était envisagée à la demande des pouvoirs publics. Il était clair qu’elle aurait un coût.

Quoi qu’il en soit, Val‑de‑Reuil ne devait pas faire partie du plan de sauvegarde pour l’emploi qui frappait 3500 salariés en Europe.

Pourtant, malgré cette promesse, depuis des mois, la rumeur que l’engagement ne serait pas tenu ne cesse de revenir sans que jamais les salariés ne parviennent à avoir des réponses fiables à leurs interrogations de la part des représentants de la direction.

Les salariés d’Airbus sont déjà venus en septembre 2014 devant le Conseil municipal exprimer leur crainte concernant l’avenir de l’établissement. Airbus semblait jouer la montre et espérer l’essoufflement des salariés, proposant aux uns une mutation à Toulouse, aux autres des mesures d’âge pour les diviser et les affaiblir.

Néanmoins, en décembre 2014, la direction d’Airbus, sous pression de l’ensemble des salariés et des élus, confirmait l’existence d’une négociation visant à accepter une offre sérieuse : celle de « Cordon Electronics ».

Dans ce contexte, la création, en mai dernier, d’un comité de suivi, qui s’est déjà tenu à 4 reprises sous la responsabilité de M. le Préfet de l’Eure, a été une bonne nouvelle.

Depuis, à nouveau, malgré les interventions de la Ville, accompagnée de la CASE, de la Région et du Département qui recherchent une sortie de crise pour ce dossier, malgré la présence d’un repreneur « fiable », début mars 2015, Airbus semble tergiverser prétextant que la fermeture pure et simple lui coûterait moins cher qu’une reprise.

Alerté par le maire de Val‑de‑Reuil, le Ministre de l’Industrie, Emmanuel Macron, s’est impliqué fortement dans ce dossier pour trouver dans l’intérêt des salariés une solution négociée qui puisse répondre à la double attente qu’ils expriment : préserver un savoir-faire et des compétences à Val-de-Reuil, sauver l’ensemble des emplois concernés.

Conscient du risque que ferait courir à l’activité industrielle dans toute l’agglomération, un signal d’abandon adressé à la nouvelle Région Normandie, par une entreprise européenne, en pleine croissance et fortement soutenue par l’Etat, le Ministre de l’industrie, Emmanuel Macron a rappelé aux élus de Val-de-Reuil qu’il voulait qu’une solution soit trouvée rapidement entre Cordon Electronics et Airbus.

La présence d’Airbus a symbolisé le développement de notre ville et contribué au rayonnement d’excellence de nos parcs d’activités. La centaine de salariés qui y travaillent fournissent, par leur dynamisme et les projets qu’ils portent, de l’activité à un grand nombre de sous-traitants, de fournisseurs ou de commerçants. C’est pourquoi, les élus du Conseil municipal de Val-de-Reuil aux côtés des salariés et de leurs représentants syndicaux, demandent avec la plus grande fermeté à la direction d’Airbus de tenir ses engagements, de renoncer à la fermeture du site de Val-de-Reuil et à tout licenciement, d’accepter la proposition du repreneur.

Partagez :

Vous êtes sans connexion