Étiquette : tourisme

À la découverte de la ferme pédagogique Anymania

Ouverte depuis l’année dernière à Val-de-Reuil, Anymania est la première ferme découverte de l’Eure ! Chevaux, vaches, chèvres, moutons, cochons… A mi-chemin entre ferme pédagogique et parc animalier, elle fait le bonheur des petits comme des grands. Un projet d’envergure qui s’étend sur un terrain de 10 hectares situé derrière le théâtre de l’Arsenal. Un lieu idéal pour faire une rupture avec la vie quotidienne, un incontournable à visiter cet été et toute l’année !

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

Avec les témoignages de Marie-Morgane Trémollières et Manon Richer.

 

 

Tournage et montage : Olivier Bonnet

Rédaction et voix off : Coline Lefèvre

Partagez :

Samedi, le mois de l’architecture a pris la forme inédite d’une balade urbaine dans l’Art contemporain

Samedi 15 mars 2014, dans le cadre du 9ème mois de l’Architecture, a été organisée à Val-de-Reuil une balade urbaine et culturelle, particulièrement originale, prélude à la création du Musée de la Ville qui va se construire autour de la collection de Gérard Thurnauer, architecte fondateur de la plus jeune commune de France et des maquettes, esquisses, plans, archives de la Ville Nouvelle que la médiathèque conserve

Une promenade urbaine dans l'art contemporain
Une promenade urbaine dans l’art contemporain

La “cité contemporaine” a, en effet, décidé, depuis 2007, de mettre en valeur ce qui fait son originalité et qui avait été trop longtemps délaissé : la multitude d’œuvres artistiques situées au cœur de la Ville, témoignage de l’art le plus récent ou, comme le plan de la Ville et son inspiration architecturale, de l’esthétique des années Pompidou. Parfois conçus comme des repères, parfois utilisés comme jeux, souvent oubliés, les habitants doivent se ré-approprier ces murs peints, ces sculptures qui sont parties intégrantes de leur quotidien. C’est pourquoi la Ville a commandé une vingtaine de panneaux pédagogiques et artistiques qui, dorénavant, expliqueront aux passants l’histoire de l’œuvre qu’ils côtoient.  Un important travail de recherches dans les archives de la Ville et la Médiathèque ainsi que celles du département de l’Eure et du service de l’inventaire et du patrimoine de la Région Haute-Normandie a permis de récolter photographies et informations. Les panneaux explicatifs seront bientôt munis de QR Codes qui renverront à un site web mobile créé par une dizaine d’habitants utilisateurs des pôles multimédias de la ville et par les élèves du collège Pierre Mendès France, sur une plateforme proposée par Orange. On y trouvera des audio-descriptions, des vidéos d’interviews d’artistes ou encore des photographies d’archives.

Samedi matin, sept des artistes-créateurs ont accompagné cette “balade” inédite. Le parcours lui-même a été commenté par Daniel Rémy, sociologue et historien. Il était le plus averti des “cicérone” puisqu’il fut pour l’ensemble urbain à l’origine du fameux concours des murs peints en 1976, ainsi que de l’exposition internationale de sculptures en plein air de l’établissement public du Vaudreuil Ville Nouvelle avait organisé en 1979.

14 étapes  ont jalonné  cet itinéraire :  Le Portique de Marthe et Jean-Marie SIMONNET (restauré il y a peu et érigé par les habitants eux-mêmes), Entre Ciel et Terre, Le monument à la mémoire et à la paix de Dominique JAKOB  et  Brendan MACFARLANE, Franck VIALET et Christine MOSBACH, La Fontaine de la République de Christian ZIMMERMANN installée au coeur de la Ville, L’Astrolabe Alain LEBOUCHER et Bernard TREZEGUET réinitialisé voici trois mois, Rayon de soleil dans la forêt de Michel Henri VIOT  (en cours de restauration), Les Chiens de Henri CUECO réhabilité grâce à l’ANRU, Les Masses de granit du jardin de la grosse Borne de Shamaï HABER, L’échiquier du bonheur d’Emanuel PROWELLER lui aussi bénéficiaire de l’opération de rénovation urbaine, Cinétisme de Luis TOMASELLO (décédé voici quelques jours), Dans ses limites de Marc CHARPIN, Pensée-refuge de Vincent STREBELLE, Arc-en-Ciel de Jean-Philippe LENCLOS, Harmonie de Yuri VASSILIEV (réinstallé devant la mairie), Le Polymorphe rouge et jeux pour enfants de Marthe et Jean-Marie SIMONNET sur l’esplanade de la Mairie. Une manière inédite et tranquille de redécouvrir le mouvement formidable de création artistique qui accompagna la naissance de Val-de-Reuil et continue de l’animer.

La galerie photos

Un guide pratique

[embeddoc url=”https://www.valdereuil.fr/wp-content/uploads/2017/10/dépliant-promenade-art-contemporain1-002.pdf” width=”100%” download=”all” viewer=”google”]
Partagez :

Une promenade dans l’Art contemporain

Un parcours architectural à l’occasion du Mois de l’architecture contemporain vous est proposé samedi 15 mars de 10h00 à 12h00 “VAL-DE-REUIL, UNE PROMENADE DANS L’ART CONTEMPORAIN”

invitation à une promenade urbaine
invitation à une promenade urbaine

Rendez-vous  devant la mairie à 10h00, 70 rue Grande à Val-de-Reuil
Information / réservation : 02 35 71 85 45 ou au 02 32 09 50 10

La ville est parsemée d’oeuvres contemporaines qui forment un circuit de découverte à découvrir ici :

Voir également notre page : https://www.valdereuil.fr/val-de-reuil-en-bref/promenade-urbaine ‎

Partagez :
Les Clouets une réussite économique

Les Clouets une réussite économique

Les Clouets attirent les dragons !

Le rond-point des Clouets avait mauvaise figure. Talus herbeux informe, bas-côtés douteux, environnement glauque. En quelques années, il aura changé de visage. Depuis que la Ville a repris la maîtrise de son urbanisme, elle a d’abord voulu transformer le parc des Saules, de la zone logistique assez triste, recouverte de bâtiments incohérents, qu’il était malheureusement devenu, en parc hôtelier, de services et de restauration.

Pari gagné, le Mercure est resté un “trois étoiles”, ce qu’il était menacé de ne plus être, et construit actuellement, une grue en témoigne, treize chambres supplémentaires. Les Baladins se sont considérablement développés grâce au talent de la famille Noguéra. Un “Première classe” va ouvrir ses 70 chambres dans 6 mois surgi du sol par la baguette de deux “investisseusses” audacieuses. Tous les hôteliers ont fait des efforts… Les Clouets sont devenus le deuxième réservoir de chambres de l’Eure, le lieu d’accueil des sportifs du stade Jesse Owens, des artiste des Chalands, demain des visiteurs de Biotropica, et un complément utile aux établissements de Rouen.

Côté restauration, même embellie. A côté du Buffalo Grill, après que Mac Donald a installé son nouveau concept, en premier à Val-de-Reuil, voici quelques années, Courte Paille, l’excellent Poivre Rouge et La Pataterie ont précédé Pizza delle Arte qui ouvrira bientôt et peut être un “gastronomique” qui s’installerait non loin de Maillot. Pas moins intéressantes furent les implantations d’une clinique vétérinaire, d’un établissement de formation affilié à la “cosmetic valley” et d’un cabinet d’experts comptables.

Des emplois, des emplois, des emplois, de la croissance et des activités… Sans parler du tourisme pour faire plaisir à Jean-Pierre Auger. La CASE a fait une jolie création paysagère sur les côtés. Il restait à la ville avec un fonds de concours intercommunal à réhabiliter le rond-point. Ce fût chose faite l’année dernière avec la plantation de quelques beaux lampadaires et la reprise des trottoirs et terre-pleins.

Mais comment orienter nos visiteurs et donner une identité à cet endroit qui n’est jamais que le centre de Seine-Eure, entre Louviers et Val-de-Reuil, au milieu de nos 100.000 habitants et des 10.000 emplois des parcs d’activités, non loin de l’autoroute qui traverse le Grand Paris pour aller vers la mer et et de la plus grande usine du département ? C’était il y a un an. Nous pensions tous au Japon durement frappé par une triple catastrophe. L’idée d’un “jardin japonais”, comme celui que nous avions -enfants- dans de petits pots, tranquillement est née. Les lanternes nippones d’abord sont arrivées et ont produit leur petit effet à tel point que nous les avons scellées profondément. Phyto a aménagé un amas de roches et de pins comme si on était à Tokyo. Restait le principal. L’entreprise Sauvage, qu’on ne savait pas avoir des accointances asiatiques, a fabriqué un torii, cette porte rouge traditionnelle placée à l’entrée des villages traditionnels japonais.

C’est un clin d’oeil à l’histoire de la ville et aux difficultés qu’elle a surmontées. La légende veut, en effet, que le Torii attire les dragons divins qui ne peuvent passer que sous son porche pour entrer dans la ville (au sommet des gratte-ciels chinois, à HongKong, à Shanghai, on trouve des portes identiques), ce qui les détourne d’autres “cibles” potentielles.

A Val-de-Reuil, pour se préserver des dragons, nous avons donc posé cette porte (-bonheur) qui écarte le mauvais oeil… Celui qui entre dans la ville nouvelle, habitant ou entrepreneur, est ainsi protégé. Il ira son chemin dans une ville paisible, heureuse, où il fait bon vivre. Et puis Val-de-Reuil est une ville cosmopolite, diverse, aux multiples origines, européennes, africaines comme asiatiques. Cette porte le rappelle avec fierté. On se demande même si nous n’organiserons pas une  cérémonie shintoïste, foin de laïcité, pour l’inauguration officielle de ce rond-point, au printemps.

Partagez :

Vous êtes sans connexion