Auteur/autrice : Coline Lefèvre

Méba-Mickaël Zeze : un Rolivalois qui rentre dans l’histoire

Dimanche dernier, cet enfant de Val-de-Reuil est devenu le 4ème Français à courir en moins de 10 secondes sur 100m et le 2ème en moins de 20 secondes sur 200m. Un exploit qu’il est venu partager dans sa Ville de cœur. Rencontre. 

Il a le sourire aux lèvres. Et pour cause, Méba-Mickaël Zeze a pulvérisé son record et celui de la France ! Dimanche 3 juillet, le jeune athlète de 28 ans, s’inscrit dans l’histoire en devenant le quatrième Français à courir en moins de 20 secondes sur 100m (9.99) puis le deuxième en moins de 20 secondes sur 200m (19.97) à La Chaux-de-Fonds en Suisse. Un exploit qu’il dédie à sa Ville, là où tout a commencé. 

“Je suis hyper redevable de toutes les personnes ici !”

« C’est une satisfaction, quelque chose que je voulais depuis très longtemps. C’est un objectif que j’atteins et j’en suis fier », s’exclame Mickaël devant l’esplanade de la mairie.  Un retour aux sources pour l’athlète qui se souvient encore de ses premiers pas dans l’athlétisme. Après une scolarité aux Cerfs-Volants, à 10 ans, le jeune homme rentre au collège et commence le football. Pierre Grondin, alors entraîneur au VRAC (Val-de-Reuil athlétisme club)  lui fait découvrir l’athlétisme lors d’une rencontre inter-scolaire : “J’étais le plus rapide de tous les élèves de ma classe, j’avais fait un sprint et terminé deuxième ! C’était mon premier sur la piste du stade, je me dis que c’est dingue, là où tout a commencé !”

À 11 ans, il signe au VRAC et tombe amoureux de la vitesse, cette adrénaline qui le fait vibrer à chaque foulée. “C’est symbolique de revenir ici, sur mes terres, le fait de revoir des têtes, des visages… J’ai percé à 21 ans, ce qui fait la différence, c’est l’abnégation, je n’ai pas lâché et je suis hyper redevable de toutes les personnes ici”, souligne l’athlète qui, en 2015, lâche ses études pour se consacrer au sport de haut niveau. Soutenu par la municipalité, il s’envole pour participer aux Jeux Olympiques de RIO en 2016. Le début d’une belle histoire qui le mène jusqu’à aujourd’hui. “J’ai deux médailles de bronze aux championnats du monde cadets, je suis champion d’Europe espoirs, vice-champion d’Europe et maintenant dans l’histoire du sport Français !” 

Et la suite ? Mickaël est déjà plus que motivé, son prochain objectif : “faire des médailles internationales ! On retient autant la performance que les médailles. Mentalement, je suis un autre homme donc tout est possible !” 

Une chose est certaine, il n’oublie pas Val-de-Reuil où ses parents habitent encore actuellement !

Source : https://twitter.com/FFAthletisme/



Partagez :

Championne de badminton à 18 ans

Doublement championne de France, médaillée d’or aux gymnasiades, Téa Margueritte porte les couleurs du BVRL à travers le monde entier. 

Depuis plus de 10 ans, Téa monte sur les podiums des compétitions. À 18 ans, cette jeune femme peut être fière de son parcours. Licenciée au club de badminton de Val-de-Reuil, elle vient d’obtenir une médaille d’or et une d’argent aux Gymnasiades 2022 ainsi que le titre de championne de France Junior et médaillée de bronze sénior. 

De Grand-Quevilly, Val-de-Reuil à Strasbourg 

Tout a commencé à l’âge de 6 ans, alors qu’elle a débuté dans le sport avec le basket, la petite sportive se tourne par hasard vers le badminton par le biais d’un de ses meilleurs amis qui pratiquait ce sport qu’elle ne connaissait pas. Habituée au sport collectif, elle découvre une discipline qui l’a fait vibrer : “J’ai débuté au club de Grand-Quevilly puis je suis arrivée au pôle espoir de Caen à l’âge de 14 ans.”  Consciente de ses capacités sportives, elle décide de suivre les conseils de son entraîneur Maxime qui l’entraîne depuis ses débuts : “Grand-Quevilly était en N3 alors qu’à Val-de-Reuil on est en N1 avec les meilleurs classements du département. En plus, il y a une super bonne ambiance ici !” 

Après quelques années à Caen, elle rejoint le pôle France de Strasbourg, où elle vit actuellement et vient de passer le bac  : “Je suis toujours rattachée au club de Val-de-Reuil, je m’entraîne un peu partout ! Je joue beaucoup en double, je trouve ça mieux, ayant fait du basket, je reste dans cet esprit collectif et sur le terrain ça rassure.” 

En mai dernier, Téa part à Deauville participer aux Gymnasiades où elle pulvérise les scores et revient avec une médaille d’or et une d’argent. “C’était génial que ce soit en France, je connaissais un peu tout le monde, l’ambiance était sympa, c’était très chaleureux, je ne me suis pas rendue compte que c’était scolaire !” 

Début juin, direction Mulhouse pour les championnats de France. Attendue par tous, elle affronte des joueurs beaucoup plus âgés qu’elle et décroche le titre de championne de France junior qu’elle détenait déjà en 2021 et une médaille de bronze senior : “Je suis également vice-championne d’Europe !” 

À la rentrée, la jeune femme s’envole vers des études de secrétariat, gestion et comptabilité, mais elle compte bien continuer sa passion pour aller le plus haut possible avant de se lancer dans la vie active et passer le flambeau. “Je vise les Jeux Olympiques de 2028, pas 2024, car c’est trop tôt pour nous.” 

Une jeune espoir, vectrice de la démocratisation de ce sport peu médiatisé !



Partagez :

Bienvenue au nouveau club de boxe Diva !

Dès la rentrée, un nouveau club de boxe anglaise ouvrira ses portes à Val-de-Reuil. Rencontre avec sa présidente qui veut transmettre les valeurs de cette discipline. 

Un retour aux sources. C’est ce que Fatima Tadjer vient de faire en revenant s’installer dans la commune nouvelle. À la rentrée, cette enfant de Val-de-Reuil ouvrira son association de boxe anglaise “Diva”, un club qui lui tient à cœur. 

“Chacun peut être la star de sa vie !” 

Fatima a vécu toute son enfance à Val-de-Reuil et a vite succombé à l’amour du sport : “ J’ai d’bord fait du hand puis ensuite du basket au DBVR et dans d’autres clubs pendant 20 ans. J’ai ensuite voulu passer au sport individuel, mais j’avais cette réticence à faire de la boxe, car c’était un univers très masculin. J’avais l’impression de ne pas être à la bonne place.” Animatrice jeunesse pour la Ville, elle continue son parcours professionnel en région parisienne et se lance enfin dans la boxe. Elle tombe amoureuse de ce sport qui lui permet de se défouler. Quelques années plus tard, la jeune femme prend la présidence de la section de boxe anglaise omnisports à Pierrefitte-sur-Seine et devient également secrétaire du club Nor’Essort. Bagages en main, la tête ailleurs, Fatima pense à sa ville d’origine et rêve de créer un club. “On revient toujours aux sources, quand on va ailleurs, ça nous ouvre l’esprit que l’on peut injecter sur le territoire. On n’oublie pas d’où on vient ! Je veux transmettre mes connaissances aux Rolivalois !” 

C’est ainsi qu’elle fonde DIVA, un club de boxe anglaise qui a un nom très symbolique pour la sportive de 35 ans : “ Cela signifie D’ames investies, volontaires et actives, c’est aussi un nom qui reflète que chacun peut être la star de sa vie si on s’en donne les moyens et d’atteindre son rêve !” 

En lien avec ses amis rolivalois, soutenue par la municipalité, Fatima ouvrira plusieurs créneaux à Léo Lagrange et à la Détente, de boxe éducative pour les jeunes à partir de 6 ans, de la boxe loisirs mixte pour les adultes et une section qui lui tient à cœur : du fit-boxing féminin pour inviter les femmes à se lancer dans la pratique. 

Alors n’attendez plus, devenez Diva et montez sur le ring !

Plus d’infos : 

DIVA boxe anglaise 

Renseignements au 06 48 10 96 38 

ou à l’adresse Infoasso.diva@gmail.com



Partagez :

La Laverie, le bar associatif et espace de remue-méninges rolivalois

Prendre un café, discuter, se donner des idées, débattre, s’inspirer… Depuis le 9 juin, le premier bar associatif de Val-de-Reuil a ouvert ses portes. Un lieu de vie unique en son genre.

Il était en projet depuis quelques années, ralenti à cause de la crise sanitaire, le bar associatif rolivalois peut désormais trouver son public. Le 9 juin dernier, “la Laverie” ouvrait pour la première fois sur la dalle piétonne. Situé face Kiosque et du Cinéma des Arcades, ce lieu de vie est un véritable activateur de projets décalé.

“Ce n’est pas un simple bar, c’est un incubateur de projets” 

Des vinyles sur une étagère, des T shirts qui pendent sur un fil à linge au plafond, un tambour de machine à laver où l’on peut lire “Caisse noire pour blanchiment d’argent”… Un décor atypique qui ne laisse pas indifférent. Ce nouveau lieu créé de toutes pièces par des enseignants et parents d’élèves des écoles de la Ville fait déjà de nombreux adeptes depuis quelques jours. Imaginé il y a près de trois ans par Laurent Avenel, enseignant à l’école des Dominos et Gilles Fleury, le directeur, ce bar associatif est un véritable lieu de rencontre. “Ce n’est pas simplement un bar, c’est un incubateur de projets. Quand on discute autour d’un verre ou d’un café, les i

dées fusent. Nous, on peut mettre en relation des gens et créer un véritable réseau pour aboutir aux projets de chacun”, explique Laurent Avenel derrière le comptoir. 

10 euros l’adhésion annuelle 

Les membres du bureau

Baby Foot, musique, boissons fraîches et chaudes, tennis de table… L’ensemble du mobilier a été 100 % récupéré ! En plus d’un lieu de loisirs, ce bar offre la possibilité à tous de venir exposer leurs œuvres en tous genres : “Le local nous est gracieusement et généreusement mis à disposition par la Ville ! Nous avons accroché une expo de photos d’une enseignante, on a également sur la vitrine des œuvres de Jérémy Chouette qui resteront jusqu’à l’automne. Le but est de mettre en avant les talents locaux, s’il y a des peintres, des photographes, des musiciens, réalisateurs à Val-de-Reuil, ils peuvent venir nous voir !” 

Après un bouche-à-oreille fulgurant et une inauguration à succès, le bar compte plus de 50 adhésions. Car si les habitants (ou personnes des environs) veulent consommer les boissons, ils doivent s’acquitter de 10 euros tous les ans afin de contribuer aux frais de fonctionnement de l’association comptant 6 bénévoles rolivalois. Les adhérents peuvent ensuite acheter leurs boissons à moindres coûts : comptez 50 centimes pour un café ou encore 1 euro pour du jus de tomate ! 

“C’est très sympa, c’est beaucoup mieux que d’aller au bistro ou au tabac.”

Avide de projets, La Laverie projette d’organiser des conférences, débats, des soirées musicales ou encore des collaborations avec les lieux culturels de la Ville. Intriguée par le projet, Tessa a tout de suite adhéré : “Je voulais laver mon linge à la laverie, j’ai découvert par hasard ce bar et j’ai rencontré Laurent ! C’est très sympa, c’est beaucoup mieux que d’aller au bistro ou au tabac. Ils ne vous pressent pas pour partir ou renouveler ma boisson ! Je prends le temps de faire ce que je veux.” 

En plein service, Laurent est déjà accosté par une jeune Rolivaloise qui rentre lui poser des questions sur le lieu. Peu après, Marie-Nathalie vient chercher son porte-clés d’adhérente,  elle aussi a succombé au charme de la Laverie : “C’est très sympa ! L’accueil est bien chaleureux !” 

Et pour preuve : depuis l’ouverture, personne n’est sur son téléphone dès qu’ils mettent un pied dans la Laverie, à vous de tester la tournée  ! 

L’association organisera également un after work tous les premiers jeudis du mois, notez le prochain en date : le 7 juillet à partir de 17h ! 

Horaires d’ouverture temporaire jusqu’au 8 juillet puis reprise en août (susceptible d’évoluer) 

Mardi et jeudi : de 12h à 13h10 et de 17h à 20h 

Mercredi de 14h à 18h

Plus d’informations sur https://lalaverievdr.wixsite.com/la-laverie

Partagez :

Le rassemblement de voitures a battu son plein !

Des centaines de visiteurs sont venus admirer la cinquantaine de voitures de collection sur l’esplanade de la mairie ce dimanche. Reportage. 

BMW, Lotus, Cadillac, Ferrari, Citroën des années 1930, Ducati, Alpine… Des bijoux uniques qui étaient à découvrir sur l’esplanade de la mairie ce week-end ! Un premier rassemblement de voitures de collection et de prestige qui a fait le bonheur des amateurs d’automobiles. 

“C’est une superbe idée !”

Organisé par la Ville et le concours de François Régnier, président de l’Automobile Club d’Ezanville, et de David Marie, président d’Historik Auto, cet événement était le premier dans l’histoire rolivaloise. Dès 12h, des familles et fans d’autos ce sont précipités pour prendre en photo les voitures exposées. Comme Françoise, une Rolivaloise fan incontestée de belles voitures et motos : “C’est une superbe idée, j’adore la Mustang, ça change un peu des événements habituels, je suis allée voir les collectionneurs pour me renseigner !”

Seules, en famille ou entre amis, de nombreuses personnes sont venues de loin profiter du soleil rolivalois pour une virée dominicale en plongeant dans le passé. “Je suis de Caudebec-lès-Elbeuf, j’ai vu l’événement sur Facebook donc j’ai accompagné beau papa et belle maman pour montrer à mes enfants ce qui se faisait avant”, explique Laetitia, devant une ancienne 4L des années 30. 

Des collectionneurs passionnés 

Des visiteurs mais également des collectionneurs venus nombreux ce dimanche partager leur passion. Comme Frédéric Lemos qui a fait le choix de faire découvrir une magnifique Jaguar grise chromée, une Mustang et une Porsche bleue flamboyante : “Depuis le berceau, j’ai toujours été baigné dans l’automobile. Pendant 30 ans, je n’ai pas pu me les payer, maintenant à 48 ans j’achète des voitures qui me faisaient rêver quand j’étais enfant, j’en possède une quarantaine. Cette exposition est très sympa, c’est très authentique, en général j’organise de grands événements comme Le Mans, ici, c’est convivial, il y a des voitures avec beaucoup de valeur comme des 204, R16, 4L qui sont dans un état impeccable !”

Un peu plus loin, Alain, Jean-Marie et Maryse répondent aux questions des visiteurs. Pour ces passionnés venus avec leurs Renault 16, Peugeot 104 et leur 505 qui ont plus de 30 ans, ce rassemblement est parfaitement organisé : “C’est très sympa, les gens viennent vers nous et nous posent des questions.” Des questions, Alain en reçoit des dizaines depuis l’ouverture de l’événement. Rouennais, il est arrivé avec une Dodge Chargeur de 2016. “Je vais au travail tous les jours, j’aime bien faire découvrir les voitures aux gens, notamment les Américaines, pour briser les préjugés ! » 

Une première édition qui a fait sensation, un plaisir pour le coorganisateur de l’événement, François Régnier, président du club d’Ezanville : “Monsieur le maire est un ami d’enfance. Sur un coup de tête, ça nous faisait plaisir d’organiser notre deuxième événement annuel à Val-de-Reuil !” 

Une journée qui s’est terminée sous le soleil aux bruits des voitures, certaines datant de plus de 100 ans !

Photos souvenirs



Partagez :

Médaillé de bronze aux championnats du monde de Kayak

À 60 ans, Jean-Michel Moreau vient de monter sur le podium des championnats du monde de Kayak, une victoire qu’il partage avec son club de cœur : Pagaie Passion 

Après plus de 50 ans à pratiquer le kayak de rivière, Jean-Michel peut être fier de lui. Début juin, ce licencié pionnier du club pagaie Passion de Val-de-Reuil a remporté la médaille de bronze aux championnats du monde de Kayak en descente. 

“C’est une joie collective !” 

Tout a commencé à l’âge de 7 ans. Jean-Michel découvre le Kayak dans un club municipal de Niort dans les Deux-Sèvres. Il tombe tout de suite amoureux de cette discipline qui le fait vibrer : “J’adore le fait de voir des paysages magnifiques. Qu’il vente ou qu’il neige, on assiste à des paysages incroyables qui parfois sont inaccessibles ! On peut être au milieu d’une falaise, seul, face à la rivière… C’est magique”.   

Quelques années plus tard, son frère jumeau co-créer un club de canoë-kayak à Val-de-Reuil. Même si Jean-Michel habite à plus de 100 km de la commune nouvelle (à Eu, en Seine-Maritime) il décide de s’y licencier dès l’ouverture : “L’ambiance de ce club est incroyable, on est tous des copains et on s’entraide à chaque effort. Cela fait presque 30 ans que j’y suis et je m’entraîne régulièrement avec eux sur les bords de l’Eure. Le kayak est un sport qui me permet d’entretenir mon cardio, la musculature et m’oblige à rester tonique. ” 

Le 5 juin dernier, après avoir participé à plusieurs compétitions nationales, Jean-Michel brille aux championnats du monde de descente organisés à Treignac à côté de Limoges, et arrive troisième sur le podium. “C’est une joie collective. Même s’il y avait une rivalité, sur l’eau, tout le monde était soudé, l’entraide et la sécurité priment sur la compétition”, explique-t-il, sa médaille de bronze autour du cou. 

Fier de lui, il continue de pratiquer seul et avec son frère jumeau en équipe, avec qui il partage ses émotions sur l’eau. Une aventure unique a chaque pagaïe, avant de reprendre les compétitions à la rentrée.



Partagez :

Tous à la fête de la musique en plein air !

À Val-de-Reuil, la culture, c’est précieux ! Pour l’édition 2022 de la fête de la musique, la Ville a concocté une programmation éclectique pour danser et se retrouver le temps d’une soirée sous le soleil rolivalois !  

Après une édition 2022 à succès où DJ et musique folklore se sont rencontrés, cette fois-ci, la commune nouvelle voit plus large et propose une programmation fournie, aux ambiances variées. Un instant unique, magique et convivial auquel on le sait, les Rolivalois et habitants des alentours sont très attachés. Ainsi, cette année, vous retrouverez 4 heures de musique sur le parking de l’Arsenal ! 

Sur le parking de l’Arsenal 

Ce mardi 21 juin, entre 17h00 et 21h30, c’est sur un camion “scène” que 5 groupes d’artistes se relaieront pour un voyage musical des plus exceptionnels : Emcee Agora, le groupe de musique du lycée et Moonsteach & Arthvr. 

Et pour passer une bonne soirée, rien de mieux qu’un rafraîchissement ou une collation sucrée ou salée 100%  faites maison (Burgers, frites, boissons, desserts…) !  Le foodtruck “Black Pearl” s’installera autour de la scène dès 17h ! 

Le programme de la soirée : 

Emcee Agora (Jazz/ hip hop) de 18h à 19h 

Rappeur, musicien, EMCEE AGORA s’est bercé par le hip-hop des années 90. Sensible à cette esthétique née du métissage des genres, c’est naturellement qu’il collabore avec différents artistes tels que BROOK LINE, THE EVERLASTERS ou GAUMAR. Originaire d’Evreux, son flow s’inspire d’artistes afro-américains tel que Tyler The Creator, Black Thought, Krs-One ou encore MF Doom. Fin 2020 il sort enfin son premier EP « Peace », à découvrir lors de son set d’une heure !

Pour écouter : Emcee Agora – PEACE (Official Video)

 

Groupe de musique du lycée Marc Bloch de 19h10 à 20h15 

À travers leur projet pédagogique sur les valeurs de la République, les jeunes lycéens de Marc Bloch vous offriront un concert d’exception à travers des reprises de musiques actuelles et plus anciennes. Découvrez ces graines d’artistes !

 

MOONSTEACH & ARTHVR ( DJ set électro) de 20h25 à 21h30 

Arthvr, alias David Philippe est né en 1994 à Maurice. Il a découvert sa passion pour le son à l’âge de 13 ans et a commencé le DJing en 2008 (Maurice, France, Rhodes, Espagne) en 2013 il a commencé le beatmaking sous une énorme influence hip hop/trap et aujourd’hui il peut produire presque tous les genres. Il clôtura la soirée en beauté !

Pour écouter : Goodies x Get Ur Freak On (Arthvr DJS1000 Live Bootleg)

Son acolyte,MOONSTEACH, alias Mounir, est né à Louviers en 1990. Influencé dès son plus jeune âge par le hip-hop, il décide à 25 ans d’acheter ses premières platines pour se lancer dans le deejaying. Entre hip-hop et éléctro, il développe son style et fera danser le public jusqu’à la fin de la soirée !

Pour écouter : https://www.facebook.com/levrais.peterpan/videos/10221347241131465

Partagez :

Travaux de la rue du Lierre : organisation du chantier

À partir du 1er juillet, les travaux de rénovation des espaces publics de la dalle débutent. Zoom sur la rue du Lierre, première étape d’un chantier de 16 mois qui s’étendra sur cinq rues. 

Certains habitent rue du Lierre ou rue Traversière, d’autres, rue Pierre Première ou rue Payse / Bonvoisin… Tous ces Rolivalois ont un point commun : ils profiteront bientôt d’espaces publics plus sûrs, plus agréables, plus accessibles à proximité de leur domicile. Les travaux de transformation de la dalle, confiés au cabinet de paysagistes Espace Libre, ont débuté le 20 juin et se poursuivront jusqu’à l’automne 2023. 

Reportés lors des deux précédentes opérations de rénovation urbaine pour des contraintes juridiques et financières, ces travaux étaient classés parmi les priorités de la Ville pour ce nouveau plan 2020-2025 (NPNRU). Cette fois, tous les obstacles sont levés. « Nous allons pouvoir reprendre l’étanchéité de la dalle, réaménager les circulations, végétaliser davantage ces axes piétons et résidentialiser à certains endroits les pieds d’immeubles », indique Anne Lehelloco, responsable développement durable à la mairie. 

Moderne et verte 

Ces prochains mois seront consacrés à la rue du Lierre – soit une longueur d’environ 170 mètres entre la médiathèque et le pont au-dessus de la route de Louviers. Ici, en plus de la réfection du sol (étanchéité et nouveau revêtement) et des travaux d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite, d’importants aménagements paysagers seront réalisés, l’éclairage public refait à neuf et de nouveaux mobiliers urbains aux couleurs de la ville installés. 

Quant à la place située aux abords de l’entrée de l’école des Dominos (par la rue du Lierre), elle sera totalement repensée, végétalisée et l’escalier comme la rampe PMR restructurés pour y créer un parvis à la fois convivial et sécurisé.

 

“Nous allons mettre tout en œuvre pour assurer l’accessibilité à vos logements”

 

Mercredi 15 juin, une dizaine de riverains de la rue du Lierre ont participé à une réunion publique organisée par la Ville, pour connaître les étapes du chantier et poser leurs questions autour des nuisances sonores et de l’accessibilité à leur domicile. «L’idée, c’est de transformer le quartier comme on l’a fait avec les autres.On vous promet que du paradis ! » , a commencé Fadilla Benamara, adjointe au maire chargée du renouvellement urbain. Si les travaux ne seront pas tous effectués d’une traite, la Ville a soigneusement pensé, avec les entreprises de maître d’œuvres, à un système de phasage (disponible ci-dessous) afin de limiter les désagréments pour les habitants et les passants. « Nous allons mettre tout en oeuvre pour assurer l’accessibilité à vos logements, de maintenir au mieux l’accès à vos portes d’immeubles, au rez de sol, nous travaillons avec les responsables de chantier qui aménagent des adaptations à chaque phase pour que cela soit le moins pénible possible », a assuré Anne Lehelloco aux habitants.

Nuisances sonores, poussière, vibrations.. 

Dans le cadre du PNRU, la Ville exige que l’ensemble des entreprises intervenant sur les chantiers, appliquent une charte de bonne conduite écologique et sociale. « Ne vous inquiétez pas sur les vibrations, les fragments sont relâchés légèrement au sol, mais les bâtiments d’IBS sont complètement aptes à recevoir ces vibrations, donc très légères quand nous sommes à l’intérieur. Nous travaillons au chalumeau, le bruit est un peu fort, mais tout à fait correct. Il y aura quelques phases de marteau-piqueur et des évacuations d’engins, mais ce ne sera pas toute la journée”, explique Gregory Brillet, ingénieur travaux chez ASTEN. Les émulsions de poussières seront également légères, Espace Libre conseille tout de même aux habitants de fermer leurs fenêtres la journée en cas de fortes chaleurs. Le tri des déchets issus du chantier ainsi que le réemploi des matériaux sera également effectué. Les fenêtres des logements et halls au rez-de-chaussée seront protégés afin d’exclure tout éclat. Concernant les enfants, l’accès à l’école des Dominos se fera en faisant le tour par la voie de la Ferme. Des plots seront installés pour protéger les familles. Un accès pour les personnes à mobilité réduite sera par ailleurs envisagé en mobilisant le CCAS afin d’aider les plus fragiles pendant les travaux. 

Si bien que dans la rue du Lierre comme dans les rues qui suivront, « nous garantirons la pérennité de la dalle pour les 50 prochaines années », assure le maire, Marc-Antoine Jamet.

Vous avez des questions ou rencontrez des difficultés pour accéder à votre domicile ?

Un interlocuteur unique à votre service :
la Gestion Urbaine Sociale de Proximité (GUSP)

02 32 09 51 41 / gusp@valdereuil.fr

Les séquences de chantier :

Partagez :

Le FCVR monte en puissance !

Après avoir battu Madrillet Château blanc en mai dernier, le football club rolivalois vient de monter en Régional 1 ! Une victoire pour les joueurs et le président qui atteignent des sommets ! 

Le FCVR ne s’arrête plus ! Après son extraordinaire exploit en novembre dernier en arrivant en 8ᵉ tour de la Coupe de France, l’équipe première du club de foot de Val-de-Reuil vient de signer sa montée en Régional 1… dans la ligne des autres équipes qui grimpent de plus en plus chaque dimanche.

De 265 à 430 licenciés

L’équipe première lors de leur match en 8ᵉ de coupe de France contre Ajaccio

C’est à la grande satisfaction de Daniel Portier, Président du FCVR, que les joueurs du club ont atteint des sommets cette année. Du passage de l’équipe première en R1, de la progression de l’équipe B et des féminines, des U18 et U15 en ligue et des U13 en district, le FCVR est dans la lignée de devenir l’un des plus grands clubs de Normandie : “La victoire est due aux joueurs, entraîneurs, membres du bureau, éducateurs… C’est toute une famille qui œuvre ! Sans compter l’aide de la mairie et du maire qui nous apporte un grand soutien !”

En 1 an, le club rolivalois a su se démarquer, créant une notoriété qui fait son bout de chemin à travers le Département et la Région. Depuis le changement de nom du club, les effectifs ont doublé, passant de 265 à 430 licenciés. “ Les gens se sont aperçus que l’on existait ! Avant, nous n’avions pas le mot foot dans notre nom, le club a également changé grâce au terrain synthétique qui nous a permis d’obtenir une qualité d’entraînement digne des grands clubs !” s’exclame Daniel Portier en longeant les buts du terrain aménagé par la Ville. Encore quelques semaines de patience et les joueurs pourront également savourer les plaisirs d’un nouveau terrain d’honneur, dont le réaménagement est en cours au stade Jesse Owens. 

“Maintenant, tous les jeunes veulent venir !” 

L’équipe sénior féminine !

Si l’équipe première est la locomotive du club, les autres joueurs peuvent être fiers de leur parcours et pour preuve, à la rentrée, une nouvelle équipe fille, une 3ᵉ en U11 et une U16 bientôt vont être créées : “Maintenant, tous les jeunes veulent venir au FCVR, c’est une belle année qu’il faut prolonger et donner l’envie de progresser aux jeunes notamment et continuer de monter. Cela passe par la formation de tous les éducateurs qui est un gage de qualité de joueurs.” 

Une pédagogie sportive qui s’est déjà démarquée, un jeune de ligue 1 vient de signer à Clermont-Ferrand en pôle espoir ! Si la saison est terminée, les entraînements reprennent en août. De quoi donner envie à tous les fans de foot de rejoindre le FCVR !

Renseignements : footballclubfcvr@gmail.com

Partagez :

Rencontre avec la gagnante des jardins fleuris 2022

Un paradis végétal : le jardin de Marie-Christine Grolaud. 1ère ex æquo du concours des jardins fleuris, cette Rolivaloise nous révèle ses secrets.

On s’émerveille devant les buis, Lilas, Rhododendrons, Hibiscus ou encore anémones du japon qui jonchent le devant de leur maison. Marie-Christine et Stéphane Grolaud s’affairent depuis 19 ans à embellir les extérieurs de leur demeure. Sacré plus beau jardin de Val-de-Reuil cette année, cette œuvre d’art aux centaines de variétés, ne laisse pas indifférent. 

“C’est un plaisir, c’est un émerveillement, c’est aussi important que de visiter un musée !” 

C’est sous cette brise printanière que nous rencontrons Marie-Christine et son mari Stéphane devant leur parterre face à leur entrée. Un triangle de quelques mètres qui embellit la voie de la Pommeraie depuis leur arrivée à Val-de-Reuil. “Vous avez ici des buis, par là des Violettes, un forsythia, ici du fenouil… Avant, il n’y avait qu’un rosier. On essaye de fleurir toute l’année. Par exemple au printemps nous allons avoir le fleurissement de narcisse, d’iris et de magnolia, en été des hibiscus… C’est un plaisir, un loisir, une passion de jardiner ! C’est un émerveillement qui est aussi important que de visiter un musée !”, explique la gagnante en nous faisant sentir une hélichryse, la plante à l’odeur de curry. À gauche de leur barrière, une petite haie de fusains et de lilas offre aux passants un spectacle de verdure apaisant : « Je trouvais ça dommage de pas l’embellir, dans tout le quartier, les habitants fleurissent les abords de leurs habitations. Même le massif en face qui est géré par les services de la Ville, je m’en occupe de temps en temps.”

Aromates, fruitiers et Hortensias

Sur les fenêtres, dans les pots, sous les tiges qui tombent, des petites statuettes et jardinières fabriquées par les mains de monsieur. Un mélange entre la terre et la faune, artistique et coloré qui agrémente la magie du lieu. À côté de leur porte d’entrée, une glycine vieille de 10 ans accueille leurs invités. Passé leur salon, un tableau digne de Monet s’offre à nos yeux mélangeant les plantes vertes aux petits arbres et fleurs déjà colorées. “En été, j’aime surtout le blanc, le rose et le mauve, ce sont mes couleurs préférées ”, signale notre hôte en nous faisant découvrir sa fleur favorite, l’hortensia, que l’on peut découvrir sous une vingtaine de formes et couleurs : “ elle fleurit plus de 4 mois dans l’année, à l’automne, elle change de couleur, il y a des variétés incroyables. Elle aime un peu l’ombre et a besoin d’eau, en plus il n’y pas de taille à faire !” Sur 350 mètres carrés de leur havre de paix, on trouve aussi bien des aromatiques que des arbres fruitiers miniatures : pommier, fraisiers, framboisiers, citronniers, figuier, raisins… Un univers où les 5 sens sont en éveil ! “ Il y a beaucoup de travail, on y passe des heures, renouveler la terre, rempoter, dépoter, quand je travaillais, c’était mon moment de détente de fin de journée !  » Une passion qui a évolué au fil des années pour cette férue de nature dévorant les magazines, livres et les émissions de jardinage : “Même en vacances nous achetons des plantes et nous visitons des jardins, c’est là que je puise mes idées.”

Participante chaque année, inscrite par son mari, au concours des jardins fleuris, Marie-Christine n’avait jamais atteint la première place : “j’étais toujours sur le podium, c’est une reconnaissance d’être première !” 

Aidée par son mari dans les plantations, cette jardinière rolivaloise ne compte pas ses heures passées à travailler la terre. Si l’hiver Normand peut-être rude, ses plantes ont leur petite serre : la véranda ! Et l’été, si la canicule pointe le bout de son nez, Marie-Christine à sa petite technique : des minis parasols ! 

Vous aussi vous voulez embellir vos jardins ou balcons ? Marie-Christine conseille à tous les novices de ne pas prendre de plantes qui gèlent, faciles à planter et adaptées à la Normandie !

Le podium des gagnants 2022 :

1ère place ExAequo Mme CHAP Houng Rue de la Torquette
1ère place ExAequo Mme GROLAUD Marie-Christine Voie Pommeraie au Cavé
2ème place Mr VIGOR Pascal Rue de la Bucaile
3ème place ExAequo Mme POTIN Christine Rue du Terpat
3ème place ExAequo Mme Michèle JAMBU Voie de la Marelle

 

Partagez :

Un Rallye citoyen pour découvrir la nature rolivaloise

À l’occasion de la journée mondiale des parents, la Ville de Val-de-Reuil vous invite à découvrir sa faune et sa flore à travers un rallye citoyen le mercredi 1er juin ! Explications. 

Afin de mettre en avant le patrimoine végétal de la commune nouvelle, les services socio-éducatif, jeunesse et environnement, vous invitent à participer à une balade à travers la Ville. Des rives de l’Eure en passant par l’écoquartier, venez découvrir les actions mises en place pour l’écologie. 

2h30 de balade

Carte en main, départ de la plaine Saint-Jean à 13h30, les participants devront suivre un parcours défini. “Ce rallye est à la fois convivial, car il permet à tous de se rencontrer, mais c’est aussi une valorisation du travail mené sur l’environnement”, explique Isabelle Avenel, responsable du service socio-éducatif. Nichoirs, fauchage tardif, bacs de rives… Les Rolivalois pourront découvrir toutes ses actions le long de leur marche collective. 

À la fin de la journée, sous le soleil et en musique, petits et grands pourront profiter d’un goûter festif sur la plaine Saint-Jean accompagné de jeux en bois animés par la ludothèque des 4 jeudis. 

 

Envie de participer ? Inscription gratuite et obligatoire 02 32 09 51 41 ou par E-mail : msonmez@valdereuil.fr

 

Partagez :

Nouvelles ambitions pour le VRAC : Florian Vidal, manager d’exception

Du EAC d’Evreux en passant par la ligue de Normandie d’athlétisme, Florian Vidal vient d’être nouvellement recruté comme manager général du VRAC. Une nouvelle tête pleine d’ambition. Portrait. 

Propulser le Val-de-Reuil athlétique club en N2, tel est le challenge de Florian Vidal, le nouveau manager général du club rolivalois. À seulement 39 ans, ce passionné de sport a déjà officié dans de nombreuses structures. Formateur, intervenant, arbitre, ancien animateur, manager, gestionnaire de partenaires, assistant d’éducation, marketing…Des compétences par dizaines !

Multiples casquettes 

Originaire de Corrèze, à Tulle, Florian a fait ses premiers pas dans le sport dans  un club de basket montant de niveau jusqu’en régional. À 17 ans, il prend la place d’arbitre fédéral avant de poser ses valises à Limoges pour ses études. “J’ai fait une licence STAPS car au début, je voulais être prof d’EPS. J’ai débuté dans l’enseignement à Brives-la-Gaillarde en tant que contractuel”, explique-t-il en se remémorant ses premières expériences professionnelles. Peu après, il fait la rencontre de sa femme, professeure dans les écoles qui est originaire de l’Eure. Du jour au lendemain, il plaque tout pour la rejoindre en Normandie et prend le poste d’assistant d’éducation au collège du Hamelet à Louviers : “J’ai ensuite travaillé pendant 10 ans au EAC d’Evreux où j’ai grimpé en échelon pour devenir le manager général du club. Puis, j’ai décidé en 2013 de reprendre mes études et de faire un DU en marketing et management professionnel du sport et un 3ᵉ degré pour former les formateurs. »  Intervenant à la faculté de Rouen,formateur au GRETA de l’Eure,encadrant dans l’équipe technique régionale… Florian est un boulimique de travail qui aime accompagner et faire monter les compétences de ses collaborateurs. Un management basé sur la discussion et le respect des valeurs de confiance, d’altérité,de respect… En 2019, un poste se crée à la ligue d’athlétisme de Normandie : Florian postule et devient directeur technique. Il ouvre la porte aux partenaires, officie sur les manifestations telles que le meeting de l’Eure organisé tous les ans au stade Jesse Owens. 

« J’ai senti que les gens avaient vraiment envie de voir le club monter en compétences”

Au départ de Bouba Sissoko, l’entraîneur du VRAC, il parle de la volonté de la montée en puissance du club à son ami. Après une réunion avec les élus du bureau, une rencontre avec la municipalité ainsi que le service des sports de la Ville, Florian, appuyé par toutes les entités rolivaloises, décroche le poste de Manager Général. “Je voulais me rapprocher de chez moi et pouvoir allier ma vie pro et perso. J’ai senti que les gens avaient vraiment envie de voir le club monter en compétences”, explique le nouveau salarié du VRAC qui vient tout juste de prendre ses marques. 

Grâce à Florian, le club d’athlétisme de Val-de-Reuil va pouvoir se développer davantage : “Je veux faire monter le club en N2, restructurer l’école d’athlétisme en recrutant et en formant plus d’encadrants. Nous avons également une envie collective de voir plus de jeunes s’inscrire et notamment plus de Rolivalois pour les envoyer en compétition vers le haut niveau. Mais aussi faire revenir ceux qui ont rendu leur licence.” Mais pas de précipitation ! Le VRAC se laisse le temps pour travailler et grimper. Selon Florian, il faut plusieurs années pour restructurer le club : “J’aime bien dire que je suis un accélérateur de particules. Je viens en soutien au président, Christophe Leterme, pour gérer les RH, les projets, les partenaires, la représentativité du club…” 

Si l’on calque l’image des autres disciplines et clubs, l’excellence rolivaloise est vite de mise, le challenge de Florian sera bel et bien atteint !



Partagez :

Shannon Bennett : en lice pour le concours miss Intercontinental

À 26 ans, cette Rolivaloise s’apprête à participer à l’un des concours de beauté les plus prisés dans le monde. À travers son engagement pour Vivre ensemble et le soutien pour les femmes atteintes de maladies hormonales, Shannon espère être sélectionnée pour la finale internationale. Rencontre. 

À Val-de-Reuil, on connaît bien son visage, cette jeune Rolivaloise engagée depuis plus de 4 ans dans le collectif Vivre Ensemble, excelle sur les podiums des concours de beauté. Le 21 mai, elle défilera sur le catwalk du concours miss intercontinental, une compétition pilotée par son nouveau comité “Les Beautés de la Couronne”. Une occasion pour elle d’apporter son soutien aux femmes ayant des maladies hormonales, elle-même atteinte du syndrome des ovaires polykystiques. 

“Je veux montrer que même si on est malade, on peut avoir confiance en soi !” 

Avant de défiler, Shannon maquillait et coiffait les femmes sur les événements organisés par le collectif Vivre ensemble à Val-de-Reuil. Repérée par Ilona Bastian, la directrice du comité AMS “ Artiste et Modèles de Scène” , la jeune femme de 26 ans défile pour la première fois dans la commune nouvelle et accepte de participer à des concours. “Au début, c’était surtout pour le côté compétitif, j’adore ça ”, souligne-t-elle en se souvenant de ses premiers pas en talons. Arrivée 2ᵉ dauphine au concours Miss Pays de Bray en 2019 et 2ᵉ dauphine au concours Miss Euro-Région, Shannon s’apprête à partir à Paris participer à son troisième concours dans l’optique de devenir miss intercontinental. “Avec miss France et miss univers, ce concours est l’un des plus prestigieux. Il existe depuis 50 ans. Là, c’est une sélection de la Française qui va participer pour affronter les autres pays ”, explique la miss qui va en profiter pour soutenir une cause qui la concerne tout particulièrement : “Je suis atteinte du SPOK (syndrome des ovaires polykystiques). Participer à des concours de beauté permet de montrer à toutes les femmes que, même si les symptômes que laisse la maladie peuvent être compliqués à vivre au quotidien, on peut avoir confiance en soi et être valorisées !” Une maladie qui touche près de 10% des femmes en France et souvent entraîne de l’infertilité ou des complications pour avoir des enfants. “J’ai entrepris une démarche de PMA (Procréation médicalement assistée), car nous essayons d’avoir un enfant avec mon conjoint. Je veux donc soutenir toutes les femmes qui sont atteintes de maladie hormonale”, explique l’aide-soignante qui travaille au CHU de Rouen.

3 mois de préparation 

Soutenue par son comité, Shannon vient de terminer trois mois de préparation intensifs pour affronter les 10 autres participantes : “ Mon comité m’a donné un programme sportif, un régime alimentaire, j’ai sélectionné les tenues, je suis encore en train d’apprendre par cœur mon discours en Anglais et je peaufine les réponses au questionnaire. J’aime ce concours car il n’y a pas de critère de taille ou de poids.” Située dans top 4 des favorites, la jeune femme est fière de représenter sa Ville avec qui elle a des liens forts : “Chaque année, je participe au repas partage, j’ai récemment aidé à la collecte de dons pour l’Ukraine, je trouve que nous sommes dans une ville multiculturelle bienveillante”. 

Avec elle, 15 de ses proches viendront la soutenir le soir du concours. Si elle est sélectionnée, Shannon sera la 2ᵉ Française à partir pour le concours national. Une chance qu’elle espère ne pas laisser filer. 

Vous voulez soutenir Shannon ? Trois éléments lui permettront de faire la différence lors du concours : le prix du jury, le prix du comité et le prix du public. Pour l’aider à décrocher la couronne, vous pouvez voter pour elle par ici (numéro 4)  : https://www.helloasso.com/associations/les-beautes-de-la-couronne/boutiques/vote-miss-intercontinental-france-2022 

 

Les beautés de la Couronne, un comité d’exception 

Crée il y a un an par Scheryna, Élise et Anastasie, ce comité d’organisation de concours de beauté locaux, départementaux, régionaux, nationaux et internationaux prend en charge également la réalisation des défilés, shootings, ateliers ainsi que le coaching, communication et la formation des miss.

Partagez :

Repar’café : apprendre à détecter la panne de ses appareils

Diagnostiquer la panne de son ordinateur en toute convivialité : c’est l’objectif du “Repar Café” un nouveau service de la Cyberbase qui permet à tous les rolivalois d’être conseillés dans l’entretien de leurs appareils.

Logiciel qui bug ? Windows qui ne répond plus ? Votre écran ne s’allume pas ? Pas de panique ! Avant d’aller le mettre en réparation, la cyberbase rolivaloise propose gratuitement un accompagnement au diagnostic de panne tous les vendredis de 13h30 à 17h30 !

“Ils peuvent trouver des solutions ensemble !”

Sur un espace dédié, la Cyberbase met à disposition des Rolivalois du matériel de diagnostic informatique. “Il y a divers processeurs, de la visserie, des tournevis, des boitiers de lecture 2.5 et 3.5, des câbles… Le but de ce dispositif n’est pas de réparer, mais d’apprendre à détecter un dysfonctionnement pour qu’ensuite ils achètent le matériel pour réparer leur appareil”, explique Steve Kong-Sinh animateur de la Cyberbase.

Un moment de découverte qui permet à tous ceux qui viennent réaliser un diagnostic de bénéficier des conseils des 4 animateurs du lieu. En plus des pannes physiques, il est possible de venir avec un appareil ayant des problèmes avec leurs logiciels : “Ils peuvent découvrir des solutions OS et Sofwares (libres de droits) afin d’entretenir leurs ordinateurs et d’optimiser leur fonctionnement pour qu’ils durent dans le temps.”

Une fois diagnostiqué, les informaticiens en herbe bénéficient d’indications des experts dans l’achat de matériaux pour la réparation. “C’est un moment convivial, certains peuvent apprendre à se connaître et trouver des solutions ensemble !”, souligne Steve.

Économique, pédagogique, le Repar’café est ouvert à tous et sans inscription !

Repar Café , gratuit et ouvert à tous les vendredi de 13h30 à 17h30 à la Cyberbase

5 voie Palestre à Val-de-Reuil.

Renseignements au 02 32 59 83 94.

 

Partagez :

EPIDE : les clés de la réussite (Vidéo)

Toutes les clés pour s’accomplir et réussir. C’est ce qu’offre l’établissement pour l’insertion dans l’emploi (EPIDE) de Val-de-Reuil aux jeunes de 17 à 25 ans admis chaque mois dans les murs de cet établissement. Deuxième plus grand centre de France, l’un des premiers créés, l’EPIDE rolivalois recrute tous les mois de nouveaux volontaires, bacheliers ou sortis du système scolaire dans la réussite de leur projet social et professionnel. Actuellement, ils sont plus de 136 à cohabiter dans ce campus dont 14 jeunes habitant de la Ville nouvelle. Vivez 24H au cœur du quotidien des jeunes où la volonté dépasse l’engagement.

Avec les témoignages de Nelson Lambert volontaire rolivalois, Athena Wurtz volontaire rolivaloise, Emilie Cezarine cheffe du service éducation et citoyenneté, Damien Mauger conseiller en insertion professionnelle et Benoit Balut éducateur sportif. 

  

Tournage : Olivier Bonnet

Rédaction, voix off et montage : Coline Lefèvre 

 

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

Partagez :

Quinzaine du bien-être : 15 ateliers pour changer les idées des parents Rolivalois

Relaxation, sport, art,cuisine, massage… Du 9 au 20 mai, la Ville de Val-de-Reuil organise sa “Quinzaine du bien-être” ! Près de 15 ateliers destinés aux parents qui veulent se détendre ! Le programme.

Offrir un moment de répit aux familles rolivaloises, c’est l’objectif de la quinzaine du bien-être organisée par le service socio-éducatif de la Ville de Val-de-Reuil. Pendant 11 jours, 15 ateliers gratuits avec plusieurs créneaux disponibles en fonction de l’emploi du temps de chacun sont organisés dans diverses structures de la Ville.

Créer du lien social et gérer son stress

“Le but de ces ateliers est de permettre aux parents de prendre soin d’eux,de leur montrer comment gérer leur stress au quotidien, l’estime qu’ils ont d’eux…” explique Isabelle Avenel responsable du service socio-éducatif. Habituellement, la Ville organise des ateliers échelonnés tout au long de l’année, cette semaine est la parfaite occasion de rassembler les ateliers. Quatre actions sont proposées gratuitement à tous les parents habitant la ville nouvelle : sport, art, culinaire, bien-être et relaxation. 

Sur le temps scolaire, en soirée, dans la matinée, sur la pause déjeuner, les
créneaux sont tous adaptés en fonction des emplois du temps de chacun. Des agents du service des sports, des associations et artistes prendront part aux activités proposées. Dépêchez-vous les places sont limitées ! 

Attention ! L’inscription est obligatoire auprès du CCAS en demandant le service socioéducatif.

Par téléphone au 02-32-09-51-41 ou par mail « msonmez@valdereuil.fr »

Mme Mayide DUMAN et Mme Isabelle AVENEL répondrons à toutes vos questions.

Le programme :

 

Partagez :

Amandine Petit, Miss France 2021, ambassadrice du CFAIE !

Ce mardi 3 mai, Amandine Petit, Miss France 2021, était en visite au CFAIE de Val-de-Reuil pour promouvoir l’apprentissage. Reportage. 

Changer des essuie-glace, fabriquer un bracelet de fleurs ou encore ficeler de la viande : Amandine Petit, Miss France 2021, a endossé le rôle d’apprentie le temps d’une journée ! Une visite inédite au cœur du centre de formation interconsulaire de l’Eure de Val-de-Reuil. À la découverte des formations et métiers d’excellence de l’établissement. 

Depuis quelques mois, l’ancienne Miss France a noué un partenariat avec la CCI de Normandie Formation et 7 établissements normands afin de nouer et de mettre en avant l’offre de formation en apprentissage proposée par les 7 établissements de la région qui composent le réseau CCI, dont le CFAie fait partie.

«L’idée était de se mettre à la page, les jeunes regardent les réseaux sociaux, ils étaient tout de suite séduits par la venue d’Amandine. De plus, son parcours est atypique et malgré des échecs dans son parcours scolaire, elle montre à tous que l’on peut réussir», explique Murielle Roche-Brunet, responsable du pôle services aux entreprises du CFAIE. En effet, la Normande a échoué deux fois aux concours d’infirmière. Avant de retenter sa chance, elle s’est lancée dans un BTS Négociation de la Relation Client. Elle obtient ensuite, au bout de la troisième tentative, le concours d’entrée d’infirmière, mais continue finalement dans le management en intègrent l’IAE de Caen pour terminer ses études en Master.

Une Olympiade des métiers

Tout au long de la matinée, la jeune femme originaire de Caen a expérimenté les 7 métiers proposés au CFA rolivalois. Face à deux apprentis à chaque fois, la Miss a pu apprendre les spécificités techniques de chaque pôle en échangeant avec les jeunes. «C’est un peu comme un Fort Boyard, mais version CFAIE» , a-t-elle ironisé en commençant le premier défi : changer les essuies-glaces d’une voiture en moins de 5 minutes. 

Face à Clément et Maxime, Amandine a réussi à atteindre la deuxième place en terminant la première. Devant les yeux des apprentis fleuristes, la jeune femme a confectionné un bracelet de fleurs qu’elle compte bien refaire pour un mariage auquel elle est invitée prochainement.

Une visite qui n’est d’ailleurs pas passée inaperçue, les jeunes coiffeurs en herbe étaient aux fenêtres du pôle fleurs pour tenter d’obtenir un selfie avec la jeune femme. 

Après ces quelques heures passées « dans la peau d’une apprentie », l’événement a été clôturé par un temps d’échanges. Un partenariat qui continuera jusqu’à la fin de l’année pour communiquer autour de l’apprentissage et des bénéfices d’apprendre sur le terrain ! 

La galerie photos de la visite d’Amandine Petit

Partagez :

Mai à Vélo : Comment participer ? (Vidéo)

🚴Vous l’avez remarqué, les beaux jours sont de retour. À Val-de-Reuil, le vélo à une place primordiale. Classée deuxième ville cyclable au niveau national et première de Normandie, nous continuons d’encourager les cyclistes à dévaler les 13 kilomètres de voies cyclables qui parcourent la Ville. C’est pourquoi, nous nous associons au dispositif Mai à Vélo ! Une initiative nationale visant à promouvoir et encourager l’usage du vélo tout au long du mois de mai, Val-de-Reuil s’est inscrits au Challenge organisé sur l’application Geovelo. 

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

Celui-ci visera à faire parcourir le plus de kilomètres à vélo possible à sa communauté. Chacun des kilomètres que vous parcourrez sur notre territoire au cours du mois de mai avec l’application contribuera à faire progresser notre compteur, et ainsi notre classement national. Télécharger l’application ici : https://geovelo.fr/fr/route?bike-type=own&e-bike=false  

Tournage : Olivier Bonnet

Rédaction, montage et infographie : Coline Lefèvre

Partagez :

Tuto fabrication nichoirs à mésanges

🐦C’est le printemps et vous avez peut-être remarqué que les mésanges viennent d’arriver dans vos jardins ! Aujourd’hui, on vous propose de fabriquer des nichoirs !

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

L’installation de nichoirs s’inscrit dans la dynamique globale de la ville de #valdereuil en faveur de la préservation de l’environnement.Tout a commencé avec l’abandon des produits phytosanitaires, bien avant l’interdiction nationale. Ces produits particulièrement dévastateurs pour les insectes, ont été rayés des espaces verts de la ville, nécessitant alors de réfléchir à de nouveaux modes de gestion et d’entretien.Aussi, depuis quelques années, la ville a mis en place des espaces où la tonte est limitée à un passage par an, pour que les plantes, herbes et fleurs puissent se développer et offrir ainsi un garde-manger et un refuge pour les insectes. (À découvrir en fin de vidéo !)
Tournage & montage Olivier Bonnet
Rédaction Coline Lefevre 
Partagez :

VOTONS POUR KIDROMI ! (Vidéo)

 🎤Samedi, Kidromi , le premier artiste Rolivalois à participer au tremplin du festival du Printemps de Bourges,partira dans le département du Cher pour commencer une formation artistique et se produire sur scène le 22 avril ! Aidons Romi et son groupe à remporter le prix du public !

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

Dès aujourd’hui, le public est invité à voter pour son artiste favori parmi les artistes issus de la sélection Les iNOUïS du Printemps de Bourges 2022, sur la plateforme musicale RIFFX.fr . Le lauréat se verra remettre une session d’enregistrement en studio ou une bourse de 2000 euros ainsi que 4 participations à des festivals nationaux ! Ensemble, nous pouvons attribuer 15 000 votes et propulser la carrière de KIDROMI !!! Pour cela, rien de plus simple : votez par ici : https://riffx.fr/artiste/kidromi/?vote=added ou en scannant le QR code disponible en fin de vidéo.
Rédaction & montage Coline Lefevre Pro
Partagez :

Joris Jagu devient champion de France de Lutte adaptée !

À tout juste 25 ans, Joris Jagu, apprenti initiateur sportif au VROL vient de remporter les championnats de France de lutte adaptée. Un modèle pour tous les jeunes lutteurs. Rencontre. 

Il est fier de porter la voix des personnes en situation de handicap. Jeudi 7 avril, ce jeune apprenti BPJEPS au Val-de-Reuil Olympique Lutte, a remporté les championnats nationaux de lutte adaptée en -80kg catégorie CD de niveau 1. En plus de cette prouesse sportive, Joris a montré à tous qu’il est possible d’atteindre ses objectifs tout en ayant un handicap. 

Premier Normand encadrant dans un club

La médaille autour de son cou, le trophée dans sa main, Joris a le sourire. Avant de se lancer dans la lutte, ce jeune Rolivalois âgé de 25 ans a fait ses premiers pas dans le Kun Fu. “J’ai commencé le sport à 13 ans, d’abord dans des clubs d’arts martiaux dont la Boxe thaï et le Kun Fu à Val-de-Reuil. J’avais un projet de devenir éducateur sportif et le conseiller technique régional de lutte m’a vite mis en relation avec le VROL”, se souvient le sportif qui passe à cette époque les tests d’entrée au CFA de l’ASRUC à Mont-Saint-Aignan. Un parcours du combattant pour ce jeune autiste asperger qui a dû faire appel à des médecins et à la ligue régionale de lutte pour réussir les tests qui n’étaient pas adaptés : “Je pense que je suis l’un des premiers Normands à réussir une formation d’encadrement en éducation sportive. Peu de personnes en situation de handicap se lancent. J’ai envie d’être un exemple.” 

Accepté en BPJEPS ( Brevet Professionnel de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et du Sport), il rentre en alternance au club de lutte rolivalois début 2020. Pendant 2 ans, il initie les jeunes âgés de 3 à 13 ans à la lutte et il officie en tant qu’encadrant du sport santé. 

J’ai un rôle à jouer autour de la question du handicap dans le sport.”

Riche d’apprendre, l’esprit compétitif, la technique parfaite, la Présidente du club et son coach Robin Mullet lui proposent de participer en tant que licencié aux championnats de France de lutte adaptée, un challenge qu’il accepte sans objectif particulier. Avant de participer à cette compétition, Joris essayait de mettre de côté son handicap. “Je voulais l’effacer, je ne voulais pas le mettre en avant ni en parler”, se souvient-il alors qu’il s’entraîne d’arrache-pied pour remporter les combats, soutenu par son club et son école. 

Le jeudi 7 avril, il part à Mulhouse, en Alsace, affronter les plus grands clubs nationaux. Il atterrit sur la première place du podium dans sa catégorie CD (handicap léger). Pendant la compétition, il discute avec ses adversaires, donne des conseils, partage ses pensées autour de la lutte. Un championnat qui lui ouvre l’esprit : il a un rôle à jouer. “Ça a bouleversé la vision que j’avais de mon handicap. Les autres athlètes avaient une certaine admiration de voir que j’étais sur la bonne voie pour devenir éducateur sportif. J’avais l’impression d’être utile ; j’ai désormais un rôle à jouer autour de la question du handicap dans le sport ”, explique le jeune homme qui a même eu l’honneur de discuter avec l’organisateur de la compétition et président du club de Moosch afin de lui donner des conseils pour sa section adaptée. Un champion qui veut faire bouger les choses et s’engager pour briser les clichés et rendre toutes les disciplines inclusives. 

Joris terminera sa formation dans quelques mois pour ensuite se lancer dans un DEJEPS pour porter la bonne parole et devenir un modèle pour tous. En attendant, il participera ce samedi au tournoi Ranking de lutte olympique libre entouré de lutteurs de haute renommée. Une chose est sûre : il est mentalement prêt !

 

Partagez :

Chantiers jeunes : premier job, premier salaire !

Comme à chaque vacance scolaire, les chantiers jeunes prennent leurs quartiers ! Pour les vacances de printemps, 12 adolescents se sont immergés dans le monde du travail et pour plus de la moitié, ce sont leurs amis, frères et sœurs qui les ont motivés ! Reportage

Passer le temps, se faire de l’argent, apprendre la peinture, ajouter une ligne à son CV… Depuis 2011, la Ville de Val-de-Reuil organise ces chantiers jeunes (en partenariat avec plusieurs des bailleurs de la commune) pendant chacune des périodes de vacances scolaires. 12 jeunes embellissent leur Ville depuis le début de la semaine.

Une tradition familiale  

Depuis le début de la semaine, les automobilistes et les passants ont pu venir à leur rencontre le long de l’Avenue des Falaises. En effet, 6 jeunes Rolivalois repeignent les boîtiers de télécommunication qui jonchent les trottoirs de la pharmacie jusqu’au monument Mémoire et Paix. Sous le soleil, Denia et Hayet, toutes les deux 16 ans, profitent de leurs vacances pour s’essayer à la peinture. “Mes frères et sœur l’ont fait quand ils étaient plus jeunes. Alors je me suis lancée pour payer mon permis et servir la Ville”, explique Denia à côté de sa collègue qui, elle aussi, a été poussée par ses amis rolivalois. Encadrées par un agent qui s’occupe de faire le relai tout le long de la route, les jeunes femmes peuvent être fières de contribuer à la beauté de leur commune.

« Tous mes amis avaient déjà participé, il manquait que moi.”

Sur la dalle piétonne, c’est au tour d’une autre équipe de charbonner. Khairin, 16 ans également, s’affaire à repeindre les murs d’un local destiné à la boutique d’une nouvelle association : “ Ma soeur m’en a parlé donc je me suis dit que c’était pas mal pour faire passer mes vacances et récolter de l’argent pour passer mon code.” 

À côté de lui, Ricka, 19 ans, attendait patiemment de venir expérimenter le dispositif. “Je candidate chaque année depuis que j’ai 16 ans, mais je dois m’y prendre trop tard et les candidats sont nombreux. J’ai enfin pu intégrer les chantiers ! Tous mes amis avaient déjà participé, il manquait que moi”, souligne l’étudiante qui vient d’avoir son permis au mois de septembre : “J’aimerais bien m’acheter une voiture, étant à la Fac en licence de LEA à Rouen, cela serait un plus.” 

La semaine prochaine, ils s’attèleront aux places de parking des Chalands, à la voûte de l’école du Pivollet et à un autre local ! 

Une bonne ambiance, une ligne sur le CV, un salaire… De quoi donner envie à tous les Rolivalois de s’inscrire pour les prochains congés scolaires ! N’attendez pas que vos amis ou votre fratrie vous parlent des chantiers jeunes ! 

Candidatez dès maintenant  Cliquez ici

 

Partagez :

AGENT DE MEDIATION SOCIALE (H/F) CONTRAT ADULTE RELAIS

La Ville de Val-de-Reuil, 15.000 habitants, surclassée 20/40.000 habitants, est la plus jeune commune de France et la dernière-née des villes nouvelles. Située dans l’Eure à 100 km de Paris et à 30 km de Rouen, sur l’autoroute A13 et la ligne SNCF qui va de la Gare Saint-Lazare au Havre. Elle est dotée de très importantes infrastructures et forme un pôle de développement économique parmi les plus dynamiques de Normandie, sans doute le plus important de l’Eure.

Elle compte 418 agents (Ville et CCAS) tous statuts confondus.

Dans le cadre du renforcement des équipes, le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) recherche un /une :

AGENT DE MÉDIATION SOCIALE (H/F)

CONTRAT ADULTE RELAIS

MISSIONS

 

Sous l’autorité du responsable de service médiation, vous mettez en œuvre des missions de médiation sociale dont l’objectif est de renforcer la politique du « Vivre ensemble » de la Ville.

Vos missions principales sont de :

  • Assurer une présence active de proximité par des déambulations quotidiennes au sein des différents quartiers ;
  • Assurer une veille sociale territoriale (Quartiers Politique de la Ville) afin de comprendre et d’analyser les interactions au sein du site ;
  • Assurer une veille technique de proximité concernant des désordres urbains, en les signalant aux services techniques municipaux ou aux interlocuteurs privés et en suivant leurs réparations réelles ;
  • Prévenir et gérer les situations de conflits ;
  • Favoriser l’accès au droit des usagers par la mise en relation avec le Point d’Accès au Droit Municipal ;
  • Mener des actions de concertation avec les habitants ;

Dans le cadre des chantiers jeunes et d’accueillir des personnes en travaux d’intérêts généraux et réparations pénale :

  • Participer aux repérages des chantiers à mettre en œuvre ;
  • Accompagner les jeunes qui effectuent des travaux de second œuvre du bâtiment (Nettoyage, entretien et peinture) ;
  • Veiller à l’approvisionnement et à la bonne utilisation des matériels et matériaux utilisés ;
  • Accueillir et accompagner les personnes en respectant les prescriptions de leurs organismes de tutelle

 

PROFIL

 

  • Former au métier de la formation ;
  • Avoir un bon relationnel et se sentir à l’aise en public ;
  • Qualité d’analyse et d’écoute ;
  • Être capable de travailler en équipe ;
  • Capacités à travailler de manière autonome et avec un réseau de partenaires ;
  • Faire preuve de discrétion, de distance et de neutralité ;
  • S’adapter aux situations d’urgence ;
  • Permis B.

 CONDITIONS D’EXERCICE

  • Contrat Adulte Relais d’une durée de 3 ans ;
  • Temps de travail hebdomadaire : 39 heures
  • Poste à pourvoir à compter du 1er mai 2022.

Bénéficiaire du Contrat Adulte Relais :

  • Être âgé(e) d’au moins 26 ans ;
  • Être sans emploi ou bénéficier d’un contrat d’accompagnement dans l’emploi, sous réserve qu’il soit mis fin à ce contrat ;
  • Résider dans un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV), ou dans un autre territoire prioritaire des contrats de ville. Les candidatures ne respectant pas ces conditions ne pourront être étudiées.

 

Fière de sa diversité et de sa jeunesse, rejoignez une collectivité qui offre des projets ambitieux, une carrière épanouissante et qui agit dans le cadre d’une politique éco-citoyenne.

Adresser votre candidature, curriculum vitae et lettre de motivation, avant le 20 avril 2022 à l’attention de la Direction des ressources humaines, recrutement@valdereuil.fr.

 

Pour tout renseignement :

Contacter M. ATIF, Responsable du service Médiation, mohamed.atif@valdereuil.fr.

 

Partagez :

Des comédiens en herbe montent une pièce de théâtre ambulante !

Pendant 4 semaines, 8 jeunes âgés de 11 à 16 ans se sont immergés dans la mémoire de Val-de-Reuil. Avec l’aide du collectif de La Bourlingue, ils présenteront leur création lors d’une déambulation dans le quartier du Mail vendredi 15 avril à 15h30. Rencontre. 

Et si on se racontait Val-de-Reuil ? Et si on plongeait dans les années 70, à l’ère des premiers conseils municipaux, des premiers clubs sportifs ? Et si les jeunes prenaient part à ce retour dans le passé ? Des questions, que 8 jeunes rolivalois et les architectes et comédiens de La Bourlingue ne se posent plus. Pendant les vacances d’hiver et de printemps, la petite troupe de théâtre a travaillé des scènes variées retraçant l’histoire de la commune Nouvelle. 

À la découverte des archives 

Quand l’architecture rencontre le théâtre, quand l’histoire se confronte au regard des ados… c’est un cocktail aux mille saveurs qui s’invente au fil des jours. « Ils se sont inspirés d’anecdotes, de faits marquants sur l’histoire de Val-de-Reuil pour créer des scènes », indique Victor Toutain, membre du collectif. 

Pour mener à bien leur projet, direction les archives de la médiathèque pour faire rejaillir quelques bribes de la mémoire rolivaloise. Parmi les faits historiques qui les ont passionnés : le premier mariage célébré en 1973 dans un bâtiment agricole ; la construction de la gare en 1969 ou encore l’arrivée, en 1986, du 10 000ehabitant, à qui la Ville a offert un séjour en Grèce ! « Je ne connaissais pas l’histoire de Val-de-Reuil, c’est passionnant », confie Seyda, 16 ans, séduite par ces ateliers.

Scène ouverte le 15 avril

Après ce passage historique, les jeunes ont posé leurs idées sur papier, imaginant leurs personnages : Le polytechnicien, le maire, la Présidente de la République ou encore l’élu au sport.  Une pièce en 6 actes retraçant divers moments de Val-de-Reuil. Avec ironie et mystère, leur chef-d’œuvre met en avant la création de la Ville Nouvelle du Vaudreuil, des premières infrastructures inaugurées par les élus, les chantiers de démolition ou encore l’inauguration de la Gare SNCF. “Toutes les scènes ont été imaginées à partir des articles de journaux qu’ils ont découvert. Au début, ils ont fait de l’improvisation et ensuite ils ont rédigé le scénario que l’on peaufine aujourd’hui en leur montrant comment penser la structure d’une scène dans son intégralité”, explique Marie Foucault une des comédiennes du collectif.  En pleine répétition, Sayda ne cache pas sa joie. Avec ses 3 frères et sœurs, cette jeune Rolivaloise de 2nd avait déjà participé à des ateliers d’architecture : “J’oscille entre devenir architecte ou avocate et le fait d’écrire et m’exprimer en public est un bon entrainement. C’est enrichissant, notamment pour la culture générale !” 

Un avis partagé par Omer et Ibrahim, ses deux petits frères : “Il y a plein de choses qu’on ne connaissait pas, comme la création de la gare, les œuvres de Thurnaurer ou encore des mots de la comédie.”

Une comédie qu’ils joueront vendredi devant les habitants de leur Ville, traversant le quartier du Mail pour un départ entre la voie de la découverte et la Cour du feu jusqu’à la Cour de la Lance. (voir sur le plan). “Ils se sont emparés de l’architecture de la Ville et on a décidé de jouer dans ce quartier, car c’est une zone où nous sommes libres pour peindre et laisser vaguer leur imagination”, précise Aurèle Rattez, architecte au sein du collectif. 

Pour permettre aux jeunes ados de faire vivre leur pièce, une scénographie sera mise en place à l’image de tableaux vivants. Un spectacle de 45 minutes qu’Eda, 15 ans, attend patiemment : “ J’ai appris à m’exprimer devant tout le monde, chose que je n’arrivais pas avant. Je jouerai une journaliste, Nathalie, qui interroge une architecte sur un plateau TV au sujet des activités proposées dans la Ville nouvelle du Vaudreuil.” Sereine, la jeune fille n’a plus peur de se mettre en scène. Le collectif La Bourlingue leur propose même des échauffements pour les aider à articuler et bien porter leur voix afin d’être les plus audibles possible. 

Les 8 ados sont même allés plus loin encore en imaginant, dans un dernier tableau, la ville de demain. Une ville dans laquelle s’est projeté Omer, 12 ans : « En 2032, je serai maire de Val-de-Reuil ». 

Rendez-vous vendredi à 15H30 pour découvrir de futurs comédiens et architectes qui vous en mettront plein les yeux !

Le plan de la déambulation : 

Partagez :

Une lycéenne Syrienne remporte un concours national d’écriture en anglais

À tout juste 17 ans, Lobna El Kaisi vient de remporter un concours national d’écriture en langue britannique. Portrait d’une jeune fille brillante qui s’est parfaitement intégrée à sa ville d’adoption.

L’émotion était intense ce mardi au lycée Marc Bloch. Accueillie avec sa famille par la Ville de Val-de-Reuil en 2016, Lobna El Kaisi, une jeune Syrienne de 17 ans, vient de décrocher la première place d’un concours d’écriture en anglais. Une fierté pour ses parents émus de voir leur fille s’épanouir. 

Publiée dans un journal pour adolescents

Une fierté pour ses parents.

Le 24 novembre dernier, Tatiana Gebuhrer, la professeure de spécialité anglais de Lobna emmène ses élèves voir une exposition mettant en avant des femmes artistes , au musée du Luxembourg à Paris. “L’exposition mettait en avant les photos de Vivian Maier et Georgia O’Keefe. Les élèves de 1ère et terminale devaient choisir une photo de l’expo et écrire un texte de 200 mots sur celle-ci”, explique l’enseignante qui avait déjà reçu un premier texte de la jeune fille : “Beaucoup de leurs textes étaient trop longs. Alors j’ai demandé à ce qu’ils me rendent une autre version, Lobna a été dans les premiers à me rendre le sien. Ils pouvaient écrire en adoptant le point de vue d’un des personnages de la photo ou de la photographe.” Séduite, Tatiana envoie le texte au jury de Speak Easy, un journal pour adolescents qui organise chaque année un concours national. Le texte de Lobna fait alors sensation ; il est sélectionné pour être publié dans les pages web de la revue. “Mon texte parle d’amour, j’écris beaucoup sur le sujet et j’adore l’anglais ! J’ai choisi cette photo, car je trouve ça fort de voir des personnes âgées amoureuses”, explique la jeune fille qui a fait sa scolarité aux collèges Pierre Mendes France et Montaigne avant d’arriver au lycée Marc Bloch. 

“ Je suis contente d’avoir représenté le lycée ! »

Fière de gagner un prix étudiant, les larmes de joie coulent sur ses joues. Mes parents sont fiers de moi, je suis contente d’avoir représenté le lycée » , souligne la jeune fille qui atteint 18/20 de moyenne dans sa spécialité qu’elle compte bien garder l’année prochaine. Pour la récompenser de ses efforts, l’équipe enseignante lui a offert un livre sur la photographe Vivian Maier, Catherine Duvallet, première adjointe au maire, lui a également remis quelques cadeaux. Parmi eux :  des places pour le théâtre de l’Arsenal, pour le cinéma les Arcades ainsi que des tickets de piscine  : “Elle était mon élève en 6ème à PMF, se souvient Catherine Duvallet.  C’était une très bonne élève attentionnée. Elle a deux points communs avec la photographe. Elle est très discrète comme était Vivian dans ses prises de vues et elle a des compétences uniques ”. 

L’exemple d’une intégration réussie pour cette jeune réfugiée qui attendra, on est sûr, des sommets ! 

Le texte de Lobna disponible ici :

https://www.speakeasy-news.com/vivian-maier-winners-premiere/


 

SOULMATE

True love? I thought it was a lie that generations have circulated over the years until I met him, the man who made a perfect adjustment to my life, not only did he make me believe in love, he made me believe in soul mates, sacrifice for the people we love. He made us perfect together, he always made sure to do things that make me happy and comfortable. I looked at him and at the wrinkles that tell the story of our love, our misery and our sacrifice, listing all the obstacles and happy moments we spent together. I smiled when he looked at me and said: « I love you », I answered him, « I love you, too », he said, « You look tired, sleep on my shoulder if you want to ». I didn’t hesitate and rested my head on his shoulder, and I’m thankful he’s been in my life all these years. He wasn’t just my husband, he was my friend, my lover, my family. A woman who was sitting in front of us on the bus told us: “Hello, my name is Vivian Maier, and I’m a photographer, I took a great picture of you both”, we saw the picture, and it was really great and we’ve agreed with her to publish it, of course. Under the title: SOULMATE

 

Traduction : 

Véritable amour ? Je pensais que c’était une blague entre générations qui circulait au fil des années avant que je le rencontre, l’homme qui a fait le parfait ajustement à ma vie, pas seulement fait croire en l’amour. Il m’a fait croire aux âmes-sœurs, aux sacrifices pour les gens que l’on aime. Il nous a rendu parfait ensemble, il s’est toujours assuré de faire les choses qui me rendent heureuse. Je l’ai regardé et les rides qui racontent l’histoire de notre amour, nos misères et nos sacrifices, en écoutant tous les obstacles et moment heureux que nous avons passés ensemble. J’ai souris quand il m’a regardé et dit : “Je t’aime”, je lui ai répondu : “Je t’aime aussi” et il m’a répondu : “Tu as l’air fatiguée, dors sur mon épaule si tu veux.” Je n’ai pas hésité et j’ai baissé ma tête sur son épaule. Je suis reconnaissante de l’avoir dans ma vie depuis toutes ces années. Il n’était pas seulement mon mari, il était mon ami, mon amant, ma famille. Une femme qui était assise en face de nous dans le bus nous a dit : “Bonjour, je m’appelle Vivian Maier et je suis photographe, j’ai pris une très belle photo de vous deux !” Elle nous a montré la photo et elle était vraiment belle, nous étions d’accord pour qu’elle la publie. Sous le titre de : âme-soeur. 

 

Partagez :

Kidromi : un artiste Rolivalois sur la scène du Printemps de Bourges !

Le 16 avril prochain, Romi Chen et ses 3 acolytes partiront se produire sur la scène du festival du Printemps de Bourges ! Une « Success story » à la Rolivaloise ! Rencontre. 

Ils en rêvaient, ils l’ont fait. Du 17 au 24 avril prochains, Romi Chen, Gaëtan Martin, Gauthier Levy et Chahine Bahloul auront la chance de participer au festival du Printemps de Bourges en tant que “Inouïs” aux côtés de Kungs, Gaëtan Roussel, Dutronc ou encore Vendredi Sur mer. Le fruit d’un travail mené en trois ans. 

“On a eu 10 jours pour monter un dossier “

Tout a commencé dans une chambre, en 2019. Romi, le chanteur, et Chahine, le compositeur, écrivaient des textes ensemble, sans objectif en particulier au départ. “On était ensemble au lycée Marc Bloch. Je faisais déjà de la musique avec des amis avant. J’avais déjà fait de la scène, mais jamais en solo”, explique l’artiste de 23 ans, un enfant de la Balle baigné dans les traces de sa mère circassienne. À l’arrivée du premier confinement en mars 2020, les deux amis ont saisi l’opportunité pour commencer à produire avec les moyens du bord. “On avait énormément de temps libre. Au début, c’était loin de ressembler à ce que nous produisons aujourd’hui” , se souviennent les deux jeunes avant de compléter le groupe. “Ma soeur était au lycée Marc Bloch, elle nous a mis en contact avec eux. Ils nous ont envoyé un morceau et on a tout de suite accroché. On venait tout juste de terminer un projet avec un autre artiste”, explique Gauthier, 26 ans, l’un des deux producteurs du duo Disguise. Et la magie a opéré. Confinés ensemble au deuxième confinement d’octobre à Val-de-Reuil, les 4 artistes ont enregistré 6 morceaux  pour créer leur premier EP “Wake Up Young Kid”, un disque hyperpop où se rencontrent pop urbaine, rock et trap. Des paroles sur l’amour, un shot émotionnel aux vagues psychés, imagées et métaphoriques.  “Ma mère m’avait dit de passer nos musiques dans le jardin. Quelques personnes se sont penchées aux fenêtres”, raconte Romi. 

Ils décident alors de contacter la salle de spectacle Rouennaise le 106 pour être parrainés, leur offrant l’accès à la salle de répétition gratuitement. “C’est eux qui nous ont proposé de participer au concours des iNOUïS , le plus important dispositif national de repérage, sélection et accompagnement de jeunes artistes. On n’avait jamais fait de concert auparavant. On a eu 10 jours pour monter un dossier avec le peu d’éléments qu’on avait. Il nous manquait le Live, on a dû l’envoyer un jour avant la dead-line !”, se rappelle Gaëtan, le deuxième producteur de 27 ans, enfant de Val-de-Reuil, étonné d’avoir passé la première étape de sélection fin décembre 2021.

Sur les traces de Rilès, Christine And the Queen et Eddy De Pretto

Pour avoir leur place sur la scène du festival, les 4 jeunes ont dû affronter 9 autres groupes de Normands présélectionnés sur scène en direct devant des professionnels de la musique. Le 22 janvier 2022, Kidromi signait son premier Live au Havre sur la scène du Tetris devant 150 personnes. “Je me suis amusé ! C’était une superbe expérience d’être seul sur scène”,  souligne Romi avec une performance bien précise. Sans interaction avec le public, son univers se traduit par un show scénographié par une Voix off qui fait la bascule entre les différentes chansons. Une originalité qui a séduit les directeurs artistiques, chanteurs, directeurs de salle et tourneurs présents dans le jury. Filmé, leur concert a ensuite été envoyé à un autre jury de professionnels du monde de la musique : “Après ce concert, on a tout de suite capté plusieurs contacts et été approchés par des pros !” 

Un mois plus tard, un mail tombe : Kidromi est sélectionné avec 4 autres Normands pour partir au festival. Une joie extrême pour les 4 amateurs qui marchent sur les traces du chanteur Rouennais Riles, du groupe Hyphen Hyphen, de la célèbre Christine And the Queen, du groupe de Rock Last Train, d’Eddy De Pretto ou encore Petit Biscuit. Une chance incroyable qu’ils n’auraient jamais imaginé. “Par rapport aux autres participants, on n’avait aucun technicien du son, pas de matériel, pas de lumière, on n’avait jamais fait de concert… Ils nous ont jugés sur la musique et ça, c’est dingue !”, s’exclame Gaëtan qui compte bien tirer profit de ce tremplin. 

Formation, Speed-Meeting et concert 

Samedi 16 avril au matin, ils partiront à Bourges, dans le Cher, à 260 kilomètres de la commune nouvelle, pour commencer leur formation artistique : “Tous les jours de 9h à 17h, on assistera à divers cours. De la gestion de contrat, de la communication, de la création artistique, des séances de sophrologie pour Romi… C’est très complet.” En complément, ils auront accès à des “Speed-meeting” avec des professionnels tels que des représentants de maisons de disques et de labels leur permettant d’étoffer leur réseau et pourquoi pas signer un contrat ! Cette semaine intense se terminera avec le fameux concert attendu par tous, le vendredi 22 avril à 14h30 ! Si le festival a plusieurs scènes, deux sont consacrées aux inouïs sur le village “pro” également accessible au public. Des exemples pour tous les jeunes qui rêvent eux aussi de vivre de la musique !

7 jours d’aventure à suivre sur les réseaux sociaux de Romi (@kidromi) et ceux de Val-de-Reuil ! 

Tous derrière eux !

Chaque année, une grande partie du budget de la Ville est consacré à la culture. Première collectivité à avoir répondu à l’appel de Kidromi, la Ville de Val-de-Reuil, très proche de ses artistes, s’engage à soutenir les 4 jeunes en leur finançant leur matériel professionnel musical pour performer au mieux sur la scène du festival et s’épanouir dans leur carrière à la suite du tremplin. Ensemble, aidons Kidromi à gagner le prix du Public ! Plusieurs prix seront décernés par un jury de professionnels de la musique dont la présidence est assurée par un artiste. Le prix du public sera, quant à lui, décerné par le public, en partenariat avec le Crédit Mutuel. 

Le public sera invité à voter pour son artiste favori parmi les artistes issus de la sélection iNOUïS 2022, sur la plateforme musicale RIFFX. Les 3 lauréats se verront remettre leurs prix à la conférence de presse bilan du Printemps de Bourges Crédit Mutuel. Envie d’aider des jeunes artistes Rolivalois ? Ensemble, nous pouvons attribuer 15 000 votes en faveur de Kidromi !!! Pour cela, rien de plus simple : votez par ici : https://riffx.fr/artiste/kidromi/?vote=added 

L’info en + :

Les Inouïs, depuis 1985

Crée en 1977, le festival du Printemps de Bourges organisait des scènes ouvertes permettant aux artistes indépendants de se mettre en lumière devant le grand public. Un succès.  L’équipe du festival ouvre alors un réseau d’antennes sur tout le pays, en s’appuyant sur des professionnels associés qui ont commencé dans leur région un travail d’exploration, de repérage local, et déjà établi un début de circuit parallèle, underground. En 1985, le Printemps de Bourges lance les Découvertes du Printemps de Bourges. L’association ne compte alors que trois Antennes territoriales ; elles seront huit l’année suivante, puis vingt-deux dès 1988. En 1989 leur maillage couvrira tout le territoire, et au-delà, jusqu’aux pays francophones, Québec, Suisse, Belgique. En 2012, le dispositif prend le nom d’Inouïs du Printemps de Bourges Crédit Mutuel. Sous la tutelle artistique de l’équipe de programmation du festival, le dispositif des iNOUïS explique en partie la forte fréquentation des professionnels et journalistes.
Il a acquis la reconnaissance et l’aide de l’ensemble du milieu professionnel (CNV, SACEM, FCM et SPPF), ainsi que du Ministère de la Culture (DGCA) et de la Ville de Bourges.

Écouter Kidromi :

Sur Spotify

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

File name : 1185x1750_kidromi-4HD.pdf

Partagez :

Hygiène : des kits santé et un distributeur de protections hygiéniques offerts à la Mission Locale

La Ville continue de lutter contre la précarité menstruelle en installant un distributeur de protections à la Mission Locale. En complément, 207 kits santé seront distribués aux jeunes par le Crédit Agricole.

Etre bien dans ses baskets et s’épanouir. C’est ce que la Mission locale rolivaloise veut permettre aux jeunes accompagnés par son antenne. En partenariat avec le Crédit Agricole Normandie et Normandie Seine ainsi qu’ EPIREUIL, 10 kits santé ont été distribués ce mercredi, ainsi qu’un distributeur de protections hygiéniques offert par la Ville. 

Santé physique, santé mentale 

Serviettes hygiéniques, rasoirs, produits de beauté, brosses à dent… Les premiers tôte bag “Le Combo” ont été distribués à 10 jeunes de la Mission Locale de Val-de-Reuil ce mercredi 6 avril ! Un kit santé permettant aux jeunes en situation de précarité de disposer de produits d’hygiène de première nécessité. Un facteur essentiel pour prendre confiance en soi et trouver un emploi. “ C’est le fruit d’un partenariat avec le Crédit Agricole qui va financer 6 000 kits dans les 204 antennes. Cette action vient s’ajouter à l’accompagnement des jeunes qui ont commencé des actions autour de la santé. Ils sont accompagnés depuis février par une diététicienne qui a mené des ateliers petits-déjeuners. Ils vont également avoir des ateliers sur comment prendre soin de soi, des fabrications de produits maison…”, explique Christine Rannou, directrice de l’antenne de Val-de-Reuil qui est la première à recevoir les kits. Un geste fort pour le réseau bancaire qui ne cesse de mener des actions autour de la jeunesse. « Nous sommes très heureux que cela arrive jusqu’au public. Les jeunes sont une des priorités du crédit agricole ! Les difficultés sur la précarité menstruelle nous ont interpellés, la force de notre modèle est de pouvoir redistribuer sur notre territoire » , lance Emilie Fabert, Présidente de la caisse locale de Fleury sur Andelle. 

Protections en libre-service. 

En plus de ces kits santé, la Ville a, quant à elle, généreusement offert un distributeur de protections hygiéniques. Au lycée Marc Bloch, aux collèges Alphonse Allais et Montaigne, au CCAS, à EPIREUIL et maintenant à la Mission Locale, ce distributeur  en libre-service permet à toutes les jeunes femmes déambulant dans l’antenne Rolivaloise de s’approvisionner en protection. Oubli, problèmes financiers, tabou, chacune ses raisons pour piocher dans le distributeur. “ Nous avons commencé à travailler sur le sujet de la précarité menstruelle en 2016 pour permettre aux jeunes femmes d’avoir accès gratuitement à des protections”, explique Maryline Deslandes, adjointe au maire en charge de l’action sociale et présidente du CCAS. Fabriqué par une startup bretonne, une des rares en France, Marguerite & Cie, ce distributeur rassemble des centaines de protections saines, sans chlore, colorants ni pesticides.C’est une expérimentation, pour voir s’il y a un réel besoin, notamment pour les jeunes comme ici. Nous avons également installé des boîtes à dons dans plusieurs entreprises de la Ville (Auchan, Val2Bio et TF Chem). En 1 an, nous avons récolté près de 2 500 protections généreusement données par leurs clients et salariés. Ils ont été donnés à l’association Régles élémentaires qui va les redistribuer aux plus modestes. Une partie a de plus été donnée aux réfugiées Ukrainiennes”, précise Inci Altuntas, adjointe en charge de la santé et du handicap. 

Bientôt, d’autres sites de la Ville en seront équipés pour permettre à toutes d’avoir une protection, où elles se trouvent ! Un produit essentiel à la vie des Rolivaloises ! En effet, au cours de sa vie, une femme dépense environ 3 800 euros ! 

 

Partagez :

Le deuxième convoi de dons pour l’Ukraine en route vers la Pologne

Grâce au soutien de l’entreprise rolivaloise Biopack, un second camion vient de prendre la route vers la Pologne ! À son bord,  60 m3 de dons pour le peuple Ukrainien ! Reportage. 

Depuis le début du mois de mars, la Ville de Val-de-Reuil ne cesse de se mobiliser pour exprimer sa solidarité aux Ukrainiens. Après une cérémonie riche en émotion et l’accueil de 15 réfugiés, la municipalité a mobilisé ses forces dans l’ouverture d’un lieu unique dédié à la collecte de matériel et de produits de première nécessité destinés au peuple ukrainien et aux personnes déplacées. Pendant 3 semaines, des centaines de bénévoles et donneurs ont donné, stocké, trié plusieurs tonnes de matériel de première nécessité. Après un premier départ le 15 mars dernier, un deuxième convoi est parti le 7 avril avec l’aide de Mathieu Guilluy, directeur de l’entreprise Rolivaloise Biopack.

2,3 tonnes de nourriture pour animaux

Dès 9h, une vingtaine de bénévoles se sont rassemblés au 101 rue Grande pour un dernier chargement riche en émotion. Dans les pièces du centre de collecte, les derniers cartons attendent d’être empalés. “ Un premier trajet va être effectué vers Lubaczow en Pologne avec tous les dons animaliers qui seront redistribués à Lviv car il y a une fondation pour animaux là-bas. Ensuite, le reste des dons va être acheminé vers la destination du premier convoi, à Korkozwa, puis à Ivano-Frankisvk, à l’Ouest de l’Ukraine”, explique Nadia Benamara, la présidente du collectif Vivre-Ensemble qui chapeaute le centre depuis son ouverture. En pleine action, 9 volontaires de l’EPIDE aident au chargement. Depuis deux jours, ces jeunes s’attèlent à empaqueter les derniers dons. “Cette action intervient dans le cadre de leur parcours citoyen, mais évidemment , c’est la solidarité qui prime par-dessus tout. Ils étaient nombreux à répondre présent. On ferait ça pour n’importe quel autre peuple de la planète”, souligne Florent Mesnil, conseiller en citoyenneté à l’EPIDE qui a monté, avec ses collègues cadres, une collecte en interne. 

Au total, plus de 2,3 tonnes de croquettes et pâtés pour chiens et chats ainsi que plusieurs tonnes de matériel vétérinaire, des accessoires, couvertures, banettes… sont acheminés jusqu’en Pologne. “C’est une première pour nous d’aider les animaux étrangers. Ça pourrait être nous, il est important de se mobiliser. Les quantités sont énormes, mais ça va partir vite !”, soulignent Elise Friboulet Perrier, assistante vétérinaire bénévole, et son mari Pascal. 

 “Nous avons une usine en Pologne où nous avons environ 60 salariés Ukrainiens qui y travaillent et ont de la famille en Ukraine.” 

Une quantité qui vient s’ajouter aux produits d’hygiène, aux cartons d’alimentation non périssable, aux vêtements chauds, aux piles, torches, médicaments (triés par une équipe médicale d’infirmières), matelas, lits de camps, draps… Près de 60 m3 affrétés par la société Biopack qui se mobilise sur toute la France. « C’est une action tout à fait normale, nous avons une usine en Pologne où nous avons environ 60 salariés Ukrainiens qui y travaillent et ont de la famille en Ukraine.  On aide comme on peut ! Nous avons organisé une collecte dans toutes les usines et des camions partent dans toutes les régions. Ici, nous avons mené une collecte, nos 300 salariés ont contribué”, explique Mathieu Guilluy, le directeur du site de Val-de-Reuil qui a mobilisé un poids-lourd Polonais pour l’occasion ainsi que des palettes et cartons : “La société Schenker nous fait le transport à prix coûtant, les deux chauffeurs sont eux-mêmes des salariés Polonais. Ils ont l’habitude de faire la route.” 

En plus des 3 palettes collectées par l’entreprise, l’entreprise Lampe Berger de Grand Bourgtheroulde à fait don de 200 flacons de gel hydroalcoolique et le centre de détention plusieurs kilos de produits alimentaires. 62 dessins réalisés par les enfants des centres de loisirs de la Ville viendront compléter le convoi pour réchauffer les cœurs des soldats Ukrainiens engagés pour défendre leur pays. 

Contraint par la législation, le camion ne pourra pas circuler ce week-end sur les routes Polonaises. Les deux chauffeurs arriveront à leur première destination lundi, à 1 903 kilomètres de la commune nouvelle. 

Une partie des dons est restée à Val-de-Reuil pour être redistribuée aux 15 réfugiés Ukrainiens que la Ville a accueillis.

Même si le centre de dons a fermé ses portes, une adresse mail générique est mise en place pour toutes les questions relatives aux dons, solutions d’hébergement et autres demandes :  solidarité-ukraine@valdereuil.fr

Partagez :

Du 9 au 25 avril, la Cyberbase lance son Rallye numérique

Du 9 au 25 avril, partez à la conquête de la Ville avec le géocaching ! Une dizaine de galets sont cachés aux quatre coins de Val-de-Reuil : saurez-vous les retrouver ? De nombreux lots à la clé !  Les règles du jeu numérique. 

Seul, en famille, entre amis… Pas de chasse aux œufs, mais une chasse aux galets vous attend  ! Pour la première fois, la Cyberbase organise son Rallye Numérique du 9 au 25 avril. Ce jeu permet à tous de découvrir le territoire rolivalois tout en essayant de trouver les cachettes. 

Des indices en lien avec le patrimoine Rolivalois

Et si vous profitiez de vos balades printanières pour découvrir la Ville ? Partez à la conquête des galets ! Pour participer, rien de plus simple : munissez-vous d’une tablette ou d’un smartphone avec une connexion à un réseau internet (Wifi ou date 4G ou 5G). Il suffit ensuite de scanner le QR code sur l’affiche ci-dessous. Vous allez atterrir sur l’interface du jeu où se situe la carte. Des pictos de diverses couleurs représentent les lieux où se trouvent les galets. “Les galets peints sont apparus lors du premier confinement en Angleterre, les gens laissaient des messages positifs ou des dessins sur des galets afin de distraire les personnes qui tombaient dessus par hasard. On s’est saisis de l’idée”, explique Steve Kong-Sinh, animateur de la cyberbase.  En appuyant sur n’importe quel picto, une question apparaît à l’écran, laissant un indice au joueur :  Par exemple, le galet “abeille” est géolocalisé au théâtre de l’Arsenal. L’indice est : «  L’abeille est une ouvrière, capable de construire comme de réparer. » Cette référence doit renvoyer le participant vers l’œuvre «  IP1 » en face du théâtre, composé de poutres IPN pour la construction et la consolidation de gros œuvres”

En plus de découvrir la commune nouvelle, ce safari urbain est un véritable outil pédagogique permettant à chacun d’en apprendre un peu plus sur les œuvres et les lieux rolivalois. Une fois le galet trouvé, le participant doit le prendre en photo et l’envoyer à cyberbase@valdereuil.fr

Une fois tous les clichés rassemblés, les participants pourront tenter de gagner des cadeaux ! 

À vous de jouer !

*Rens. 02 32 59 83 94 ou cyberbase@valdereuil.fr

 

 

Partagez :

Inscrivez-vous à la “Speed Run’eure” du 9 avril !

Course, marche nordique, relais… Le Comité départemental d’athlétisme de l’Eure revient avec un nouvel évènement le 9 avril prochain : la Speed Run’Eure !  

Un challenge sportif pour tous les profils au stade Jesse Owens et en extérieur. Que vous soyez sportif ou non, seul, avec des amis ou en famille, cette course ravira les amateurs de foulées printanières ! Envie de participer ? Les inscriptions sont ouvertes sur http://www.normandiecourseapied.com. Il sera également possible de s’inscrire sur place le jour de l’événement. Le retrait des dossards se fera au Stade Jesse Owens le vendredi 8 avril de 14h à 19h et le samedi de 10h à 16h.

Le petit plus ?  Un cadeau personnalisé sera distribué aux trois premiers participants de chaque course franchissant la ligne d’arrivée !

Programme des départs : 

15h30 : Course 5 km – Course ouverte à partir des minimes

15h40 : Marche Nordique « Open » 5 km – sans classement

16h30 : Course poussins (2011-2012), 1.500 km

16h45 : Course benjamins (2009-2010), 2.500 km

17h00 : Course à l’américaine

Course à élimination sur un circuit de 1.5 km avec départ toutes les 10 min

18h30 : Relais Mixte 2 x 5 km (5 km pour l’homme, puis 5 km pour la femme) – à partir des minime

Les tarifs : 

8€ par participant (16€ pour le relais)

4 euros pour les courses enfants

Renseignements au 06 62 34 51 31 ou à l’adresse athletismedeleure@gmail.com

Partagez :

Vous êtes sans connexion