Auteur/autrice : Coline Lefèvre

Venez encourager les cyclistes du Triathlon des 2 Amants ce dimanche 19 septembre !

À l’occasion de la première édition du Triathlon des 2 amants, 500 cyclistes feront un détour sur l’Avenue des Falaises jusqu’à la place des Chalands. Deux kilomètres de spectacle en plein air ouvert à tous !

Les fans de cyclisme seront servis dimanche ! La Ville a l’honneur d’accueillir les participants du Triathlon des 2 amants. De 9h30 à 17h, des centaines de coureurs de renommée dévaleront l’Avenue des Falaises à la force de leurs mollets pour un virage exceptionnel sur la place des Chalands. 

Un détour spectaculaire plein de surprise 

La météo prévoit du soleil, et ça tombe bien, car les sportifs auront besoin de vitamines pour l’étape rolivaloise ! Dès 9h, après un passage à la nage dans le lac de Poses, plus de 500 coureurs enclencheront leurs pédales au départ de la Base de Loisirs de Léry-Poses. Deux tranches du parcours longue distance feront étape dans la commune nouvelle. Les premiers cyclistes passeront entre 9h30 et 13h30, le plus sensationnel est attendu l’après-midi pour l’épreuve de sprint : environ 250 sont inscrit de 16h20 à 17H.

Après l’annulation de l’événement l’an dernier, le club Team Val’Eure de Gaillon est heureux de pouvoir lancer cette première édition qui rassemblera des amateurs, mais également des athlètes régionaux qui ont brillé sur les podiums nationaux. Après un ravitaillement mérité, les cyclistes feront demi-tour sur un virage serré sur la place des Chalands, avant de repartir en direction de leur point de départ. Ils termineront leur course en posant leurs casques et en chaussant leurs baskets pour une course à pied autour du lac. Tout au long des étapes, les participants décrocheront des bracelets en fonction de leurs performances.

Courses juniors 

Les inscriptions sont fermées pour les courses adultes, mais il n’est pas trop tard pour les enfants de 8 à 11 ans et de 12 à 15 ans ! Un mini Triathlon est spécialement organisé par le club pour les jeunes athlètes de 10h15 à 10h45 à la Base de loisirs de Léry-Poses. (inscription en ligne sur https://triathlon2amants.com)

Un événement à ne pas manquer et une bonne raison de s’entrainer sur les 15 kilomètres de pistes cyclables de Val-de-Reuil avant le grand départ dimanche !

Organisation de la circulation de 7h à 19h

Pour assurer la sécurité des coureurs et des visiteurs ainsi que l’accessibilité aux voies par les habitants, la Ville met en place un système de déviation. La Route des Falaises sera fermée à partir de la Gare SNCF jusqu’à la Place des Chalands. Afin d’accéder au parking de la gare, une déviation sera mise en place en double sens en passant par la Chaussée des Berges. L’accès aux espaces situés sur l’Avenue des Falaises jusqu’à la Place des Chalands sera possible Route de Seine. 

Retrouvez le plan en détail ci-dessous : 

 

Partagez :

Une nouvelle proviseure au Lycée Marc Bloch !

Depuis la rentrée, une nouvelle proviseure a pris ses fonctions au lycée Marc Bloch. À 55 ans, Thi-Hoa-Phuong Lefèvre a déjà plusieurs projets en tête. Portrait.

L’année scolaire débute avec quelques nouveautés. Dans les classes, Thi-Hoa Phuong Lefevre s’est présentée aux 750 élèves du lycée Marc Bloch. Cette Mont-Saint-Aignanaise vient succéder à Joël Garnier, à la direction de l’établissement. 

Enseignante puis principale 

Née au Vietnam, Thi-Hoa-Phuong est arrivée en France dans les années 80. Toute jeune, elle fait ses études au Havre, puis à l’université de Rouen où elle ressort diplômée d’un Master de chimie. “J’ai toujours su que je voulais enseigner” , souligne-t-elle se rappelant de ses premiers pas dans l’éducation nationale au lycée Jean-Rostand de Mantes-la-Jolie.

Après avoir fait ses armes en tant que professeur de sciences physiques au Lycée Sanghor d’Évreux, Thi-Hoa-Phuong s’est lancée dans la formation des enseignants dans un IUFM (Institut universitaire de formation des maîtres) : “J’ai arrêté, car le contact avec les jeunes me manquait, j’ai donc commencé en adjointe à la direction du lycée Pierre Corneille de Rouen puis au collège d’Isneauville. En 2014, je suis devenue principale au collège Le Roumois de Routot.”  Jusqu’à l’année dernière, où elle dirigeait le collège Henri Dunant d’Evreux qu’elle a laissé, fière d’avoir tissé des liens entre l’établissement et les entités locales. “J’aime bien bouger, ouvrir les yeux et les oreilles pour m’adapter. C’est enrichissant, ça permet de développer des compétences professionnelles et humaines riches de sens.”

“Je veux faire rayonner le lycée et les élèves à l’extérieur” 

 Pour cette nouvelle année scolaire, elle a décidé de revenir dans sa ville de cœur qu’elle a quitté il y a 30 ans : “ Le lycée Marc Bloch de Val-de-Reuil était dans mes premiers vœux ! J’ai vu sa construction, je suis arrivée aux débuts de la ville, revenir ici est un pur plaisir”. 

Le 2 septembre, elle a posé ses dossiers dans son nouveau bureau prête à faire la rencontre des jeunes à la quête de leur bien-être : « J’ai plusieurs idées en tête. Je veux surtout faire rayonner le lycée dans le contexte local, pour qu’il soit plus visible de l’extérieur. Je veux valoriser le travail des élèves en tissant des liens avec les acteurs locaux !” Des associations aux collectivités, en passant par les entreprises et les médias, Thi-Hoa-Phuong travaille déjà à la création de partenariats qui permettront aux jeunes de se développer à l’intérieur du lycée, mais également en dehors des salles de classe : “Je veux donner un sens aux études des jeunes, les faire réussir tout en mettant en place des actions externes. Si un jeune participe à une compétition de sport par exemple, je viendrais le voir. Il faut qu’il soit pris en considération. Surtout dans le contexte actuel.” 

Le contact, la coopération, l’humain… des valeurs que cette nouvelle proviseure compte bien renforcer à Marc Bloch. Comme un lien commun avec la commune nouvelle…

 

Partagez :

Apprendre à nager tout au long de l’année

Pendant les vacances ou en période scolaire, la Ville propose aux enfants des stages de natation gratuits. Un dispositif national ouvert aux jeunes âgés de 4 à 12 ans résidant à Val-de-Reuil et ses alentours. 

Connaître les techniques de nage, prendre confiance, découvrir le milieu aquatique… Tout au long de l’année, la ville de Val-de-Reuil déploie le dispositif national “j’apprends à nager”. Des stages de natation gratuits sont proposés aux jeunes enfants de la ville et des communes environnantes. 

“Je vais pouvoir rentrer en sixième en sachant nager !” 

À la piscine, les bassins s’agitent. Sarah est en plein apprentissage de la brasse. “On part sur le dos ! Mettez vos lunettes”, lance Benoît Lechêne, l’un des maîtres-nageurs de la piscine rolivaloise. Pendant 45 minutes, une dizaine d’enfants se sont élancés dans l’eau. Comme Jules qui était heureux de pouvoir maîtriser le crawl sur le dos : “Je vais pouvoir rentrer en sixième en sachant nager !”  Frite dans les mains, Nadia n’a pas échappé au conseil du professeur de natation : “Le but, c’est qu’ils aient une aisance aquatique, on voit avec eux les premiers apprentissages, la maîtrise de stabilité…” 

À l’issue du stage de deux semaines, les enfants âgés de 7 à 12 ans ont pu passer le test d’aisance aquatique afin de valider leurs compétences. 

Cet été, ils étaient plus de soixante à avoir profité du dispositif, tous prêts pour plonger vers la rentrée !

 Comment s’inscrire ?

Deux formules d’apprentissage existent : une pour les enfants âgés de 4 à 6 ans et une autre pour ceux âgés de 7 à 12 ans. Chaque session comprend dix séances de 45 minutes et sont ouvertes à 15 enfants pour la section 7 – 12 ans et de 10 places pour les 4 – 6 ans. Le déroulement des sessions durant les périodes scolaires s’étalent sur les mercredis de 14h15 à 15h15 pour les 7 – 12 ans, les vendredis de 16h45 à 17h45 et les samedis matin de 11h00 à 12h00 pour les 4 – 6 ans. Pour les périodes de vacances, les sessions sont regroupées sous forme de stage s’étalant sur deux semaines. Une seule participation par an est possible. Renseignements et inscriptions sur www.valdereuil.fr ou à l’accueil de la piscine :  Place aux Jeunes, 27100 à Val-de-Reuil/ 02 32 59 19 70 

 

Partagez :

Intervention de Marc-Antoine Jamet suite aux événements de ces derniers jours

Après l’enchaînement des événements qui ont atteint la Ville depuis dimanche 5 septembre, Marc-Antoine Jamet a tenu  à s’adresser aux Rolivalois.

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

Partagez :

Déclaration de Marc-Antoine JAMET Maire et Conseiller départemental de Val-de-Reuil

Déclaration de Marc-Antoine JAMET Maire et Conseiller départemental de Val-de-Reuil

 

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partagez :

Les clubs vous donnent rendez-vous ce samedi 11 septembre !

Renouer avec l’activité sportive ou découvrir d’autres disciplines ; c’est la mission du forum des associations sportives de Val-de-Reuil qui fait sa rentrée ! De 13h30 à 18h, venez à la rencontre des clubs de sport : animations, démonstrations, inscriptions… Il y en aura pour tous les goûts et tous les âges ! 

Ce samedi 11 septembre, de 13h30 à 18h00, près de 40 clubs sportifs deVal-de-Reuil, représentant une soixantaine de disciplines, vous donnent rendez-vous au Stade Jesse Owens ! Envie de faire du foot ? De la danse ? De la gym ? Riche de son maillage associatif, la Ville permet aux Rolivalois et aux habitants des communes voisines de venir découvrir ses activités sportives ainsi que ses associations sociales et solidaires.

 

                                                                     Démonstrations et animations

L’été est terminé, place à la reprise du sport ! En amateur, débutant, ou en compétiteur, petits et grands pourront choisir le ou les sports qu’ils voudront faire cette année. Pour faciliter les choix de chacun, les entraîneurs, présidents et licenciés seront présents tout au long de la journée pour parler de leurs disciplines. Du VRAC (Val-de-Reuil athlétique club) au FCVR (Football club de Val-de-Reuil) en passant par le VRTS, le BVRL ou encore le club de plongée, ils seront tous au rendez-vous pour offrir une rentrée sportive de qualité. Venez vous essayer au tir au but ou au badminton, à la gym ou à l’athlétisme ! Afin de faciliter les choix, parfois compliqués, et de lever les doutes des indécis, des démonstrations seront organisées au pied des stands ou dans les espaces du parc des sports.

Village loisirs

À l’entrée : place aux loisirs ! Origami, ateliers graphique et structures gonflables vous accueilleront sur l’espace extérieur du stade Jesse Owens. Organisé par l’association Val Mix Cité, ce village loisirs, ouvert à tous, permettra de créer du lien entre les nouveaux licenciés, les futurs adhérents des clubs et même les membres du bureau !

Pour venir en toute sécurité, prise de température, lavage des mains, respect de la distanciation physique et port du masque devront naturellement être respectés. Le pass sanitaire est obligatoire pour accéder au forum (Parcours vaccinal complet ou test négatif de moins de 72h).

L’info en +  : Le pass’Sport 

Proposé par le CNOSF, le pass’Sport est une aide de 50 euros délivrée à l’inscription dans un club affilié à une fédération sportive. Ce coup de pouce concerne les jeunes âgés de 6 à 17 ans qui bénéficient : soit de l’allocation de rentrée scolaire, soit de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé ou de l’allocation aux adultes handicapés. (Demande directe auprès du club)

 

 

Partagez :

Des purificateurs d’air en expérimentation à la cantine

À l’occasion de la rentrée scolaire, la Ville de Val-de-Reuil s’est associée à la société rolivaloise Erlab pour expérimenter sept purificateurs d’air dans le réfectoire de l’école Louise Michel. Explications.

Une rentrée scolaire à l’ère des nouveautés ! Pour soutenir son économie locale, la Ville mène régulièrement des partenariats avec ses entreprises. Depuis le début de la pandémie de COVID-19, Val-de-Reuil se mobilise sans relâche pour faire face au virus. Après les campagnes de distribution de masques, de dépistages gratuits ou encore la campagne de vaccination, la Ville a décidé d’investir 15 000 euros dans des purificateurs d’air, installés dans le restaurant scolaire de l’école Louise Michel. Une innovation révolutionnaire à l’initiative de la société rolivaloise Erlab reconnue à l’international et leader mondial des systèmes de filtration d’air. 

Piéger les virus

“Avant la mise en place, nous avons effectué une étude avec des médecins et des épidémiologistes. La cantine de Louise Michel est une pièce avec un gros volume. Il fallait donc un dispositif qui puisse couvrir l’intégralité des zones occupées”, explique Cédric Herry, directeur de la recherche et développement d’Erlab. Au-dessus des têtes des écoliers, en plein repas de rentrée, sept purificateurs prénommés “Halo P” sont alignés au dessus de chacune des tables. Discrets et autonomes, ces dispositifs captent les particules émises par les gouttelettes rejetées lors d’une conversation dans les lieux clos. “Ici, il y a plus de brassages que dans d’autres endroits de l’école. Chaque hotte vient aspirer l’air par un aérosol. Ensuite,un filtre vient piéger les bactéries et les virus. Cela permet de créer un halo d’air au-dessus de chaque table” , indique Antoine Hauville, directeur général de la firme, en précisant que de nombreux tests biologiques ont été effectués, prouvant l’efficacité de ce dispositif crée en 2013 et adapté en 2020 avec un filtre HEPA H14, permettant de vaincre le Strascov2 (la souche du COVID19): “une société Américaine nommée ARE Lab, a simulé une contamination dans une chambre étanche avec une bactérie proche de l’épidémie virale avec et sans le Halo. Au bout de 90 minutes, 99,999 % de l’air infecté était éliminé.”

“Un suivi hebdomadaire sera diffusé.” 

Pour connaître l’efficacité des purificateurs, des analyses seront réalisées toutes les semaines.“Ce suivi hebdomadaire sera diffusé pour voir l’activité des pics de pollution. La modernité du bâtiment et sa haute efficacité énergétique viennent accentuer l’efficience de cette expérimentation”, confient les deux dirigeants d’Erlab qui ont été reçus, la semaine dernière, à l’Élysée par Celia Agostini et Lucile Poivert, les conseillères d’Agnes Pannier-Runacher, Ministre en Charge de l’Industrie. Prochainement, c’est dans le cabinet d’Olivier Véran que l’entreprise Rolivaloise sera reçue pour présenter ses solutions.  

“Cette fabrication rolivaloise, cette force normande doit être impulsée. Ce partenariat est gagnant-gagnant, leurs produits sont de haute technicité avec une exigence et des qualifications de haut niveau. Nous voulons montrer que le savoir-faire rolivalois peut profiter au plus grand nombre en implantant les premiers purificateurs dans un lieu public”, souligne Marc-Antoine Jamet qui prévoit d’étendre l’installation, si les tests sont concluants, aux six autres écoles de la Ville à partir de la rentrée 2022. 

En attendant, d’autres purificateurs vont être installés dans les lieux où le port du masque est impossible comme des crèches et des cabinets dentaires du canton. 

Économie d’énergie

La Haute Autorité de Santé Publique indique qu’il faut privilégier le renouvellement de l’air à raison de 5 à 6 fois par heure. La possibilité de cette action est impossible, notamment dans les pièces aux volumes denses. Dans les 150 m2 de la cantine de l’école, les sept purificateurs d’air ne consomment que 3 000kwh, soit à peine 450 euros par an. “ L’objectif des 7 dispositifs est d’apporter une équivalence de renouveau de l’air en 24h pour avoir la même proportion qu’en ouvrant des fenêtres plusieurs fois. C’est un avantage surtout en hiver”,  précisent les deux scientifiques. 

Erlab en chiffres

Implantée à Val-de-Reuil depuis 1995, riche de sa fabrication locale, 70% du chiffre d’affaires d’Erlab provient de l’exportation de ses innovations. De la Chine aux États Unis, près de 250 salariés travaillent pour la société de recherche et développement, dont 200 uniquement au pôle production et 20 au département de recherche et développement du siège rolivalois . Aujourd’hui, elle détient 20 brevets internationaux. 

Plus d’informations : https://halo.erlab.com/fr/ 

Partagez :

La Croix-Rouge française vient à la rencontre des Rolivalois

Du 6 septembre au 2 octobre 2021, la Croix-Rouge Française viendra à la rencontre des habitants de Val-de-Reuil pour trouver de nouveaux soutiens réguliers.

La Croix-Rouge française lance une campagne de sensibilisation auprès du grand public. Durant cette
période, les équipes de l’association viendront à la porte des habitants de Val-de-Reuil pour leur présenter leurs actions menées pour soliciter de nouveaux soutiens réguliers et donateurs.

Porte-à-porte du 6 septembre au 2 octobre 2021

De 10h à 20h du lundi au vendredi et de 10h à 18h le samedi, les équipes de l’association viendront frapper aux portes des Rolivalois.
Par mesure de sécurité, ils seront identifiables grâce à un badge et une tenue aux couleurs de la Croix-Rouge. Chaque personne portera un badge de distanciation sociale et sera porteur d’une lettre de mandat de la Croix-Rouge française.

Un “Code de conduite” a été signé par chaque ambassadeur pour suivre les règles à suivre sur l’hygiène, la distanciation sociale et l’assainissement, basées sur les conseils les plus récents du gouvernement. Ces consignes seront régulièrement révisées pour s’assurer qu’elles sont conformes aux meilleures pratiques actuelles.

Qu’est ce qu’un don solidaire régulier ?

Ponctuel ou régulier, le don vous permet d’exprimer votre engagement et votre générosité, en aidant une cause qui vous tient à cœur. Faire des dons solidaires réguliers à la Croix-Rouge française revient à vous engager durablement aux côtés de l’association.

Secourisme, lutte contre la précarité et l’exclusion, aide alimentaire, matérielle et sanitaire pour les personnes les plus démunies, accompagnement et soins aux personnes âgées et en situation de handicap… Les dons permettent de mener à bien toutes leurs missions, qu’il s’agisse de prévention des risques, d’aide aux plus démunis ou de protection des plus vulnérables.

La Croix-Rouge plus de 157 ans de solidarité

Depuis toujours, la Croix-Rouge française s’engage sur tous les fronts pour prévenir et apaiser les souffrances : aide alimentaire et vestimentaire, samu social, lutte contre l’isolement des personnes âgées, Haltes Répit Détente, Alzheimer, postes de secours, Croix-Rouge sur Roues (dispositif mobile d’accompagnement social), actions à l’international… Toujours reconnues parfois aussi méconnues, les actions menées au quotidien par la Croix-Rouge au sein de ses 1 000 unités locales par ses 60 000 bénévoles sont multiples et très étendues.

Partagez :

La Ville de Val-de-Reuil vous souhaite une bonne rentrée !

Retour des cartables, stylos et tableaux, les écoliers, collégiens et lycées feront leur rentrée demain dans les établissements de Val-de-Reuil ! La Ville vous souhaite une joyeuse rentrée 2021 !

Tournage & montage : Olivier Bonnet
Rédaction : Coline Lefèvre
Organisation : Benjamin Barber

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

Partagez :

Après 33 ans à Léon Blum, la directrice de l’école tire sa révérence

Elle est arrivée à Léon Blum en 1987, depuis elle ne l’a jamais quittée. Cet été, Christine Desbois, directrice de l’école maternelle, fera ses valises pour une retraite bien méritée. Portrait. 

Elle a appris à enseigner sur le terrain. Des projets, elle en a réalisé des milliers. À 60 ans, Christine Desbois signe son départ en retraite, fatiguée mais heureuse des écoliers qu’elle a accompagné tout au long de sa carrière.

Institutrice à 20 ans 

“À la base je voulais enseigner les langues. J’ai fait deux ans d’études en Licence de langues étrangères appliquées et je me suis dit que ce n’était pas pour moi. Alors je suis passée par la petite porte” , se souvient la directrice de Léon Blum, les yeux pétillants en se rappelant ses premiers remplacements dans les écoles locales : “J’ai répondu à l’appel de recrutement massif en 1981. À l’époque, on passait un simple entretien.” C’est ainsi que Christine débute sa carrière à 20 ans en remplacement dans plusieurs écoles, sur le plateau du Roumois d’abord, puis à Igoville, Louviers et Thuit-de-l’Oison (anciennement Thuit-Signol)  : “Je me rapprochais de plus en plus de Val-de-Reuil”, sourit-elle dans le couloir qui mène à son bureau. Son métier, elle l’a appris sur le terrain appuyée par ses collègues et son passé d’animatrice qui lui est chère :  “Je faisais partie des Francas, un mouvement de formation populaire. À 15 ans j’étais animatrice dans les centres de loisirs. Ça m’a beaucoup aidé dans mon métier !” 

“C’est l’ouverture culturelle qu’il faut prôner” 

Christine lors de son dernier projet "au bout du rouleau" lors des fêtes de fin d'année
Christine lors de son dernier projet “au bout du rouleau” lors des fêtes de fin d’année

Titularisée, elle pose ses valises à Val-de-Reuil en 1985. Même à cette époque, la ville avait déjà une attractivité culturelle exemplaire face aux autres communes. “Il y avait, et encore aujourd’hui, tout ! Une médiathèque, un théâtre, des commerces…” , se souvient la Rolivaloise en sortant d’anciennes photos de classe lors de sa prise de fonctions à l’école Jean-Moulin la même année. Après deux ans à enseigner dans une classe de maternelle, elle est nommée à Léon Blum. Sa force de proposition et ses projets qui fédèrent les jeunes, lui ont permis de prendre la direction de l’école en 1994. Tout au long de sa carrière, Christine a toujours prouvé qu’à Val-de-Reuil tout était possible, que rien n’est inatteignable : “Je pense que la culture, c’est la base de tout. On s’amuse, on s’autorise des choses, on ne s’arrête jamais ! Je me souviens du premier projet de danse qu’on avait eu avec la compagnie Beau geste en 2003, c’était incroyable ! C’est ça, l’ouverture culturelle qu’il faut prôner à l’école.”

Pour les dernières heures de cours de ses 123 écoliers, avec ses collègues, elle n’a pas manqué d’idées. Un travail d’équipe qu’elle compte bien affirmer jusqu’à la fin de l’été où elle tournera une page de sa vie pour enfin se reposer et voyager. “Je vais pouvoir profiter des miens et partir hors vacances scolaires. C’est sur ça va me faire un grand vide , mais je viendrais leur apporter des biscuits !”, projette-t-elle se hâtant de passer du temps avec ses deux enfants infirmiers et ses petits enfants, pour un nouveau chapitre loin des pupitres… 

 

Partagez :

La Directrice de l’école Coluche prend sa retraite

Après 25 ans à diriger l’école Coluche, Nathalie M’Bongo M’Bappe tire sa révérence avec émotion. Portrait.

Son humanisme et sa curiosité avérée font de Nathalie un modèle pour tous les élèves qu’elle a accompagnés pendant plus d’un tiers de siècle. À 63 ans, cette travailleuse acharnée, à la tête de l’école Coluche, part en retraite à la fin de l’été.

“Ici, c’est comme ma seconde maison”

Dès qu’elle pousse la porte de son école, Nathalie M’Bongo M’Bappe est chez elle.“Je suis à l’aise partout ici, c’est comme ma seconde maison. J’y reste toute la journée, des fois tard le soir ”, confie-t-elle en se souvenant de ses premiers pas dans l’Éducation Nationale : “Je suis arrivée à Val-de-Reuil en 1982, remplaçante au Pivollet puis aux Dominos, je suis ensuite nommée aux Cerf-Volants où je reste pendant 5 ans.” Mais avant d’enseigner, Nathalie n’était pas destinée à devenir maîtresse. Originaire d’Évreux, elle a d’abord entrepris une année de littérature à l’université de Caen avant de se tourner vers la culture en partant à l’IUT de Bordeaux puis en psychologie et sociologie.“J’adore apprendre, j’aurais pu faire des études toute ma vie !”, souligne-t-elle sans savoir à l’époque, qu’un concours allait changer sa vie. “L’école a toujours eu une grande place à la maison, mon père était enseignant et principal. Mais au début je n’étais pas en accord avec le système. Un jour, mon ancienne maîtresse de CP m’a parlé d’un concours organisé pour créer des postes dans les écoles locales. Je me suis dit pourquoi pas.” Ni une ni deux, elle obtient le concours et débute dans les écoles rolivaloises en adoptant une pédagogie personnelle qui lui tient à cœur.

À Coluche depuis sa création

En 1988, une nouvelle école est ouverte à Val de Reuil : l’école Coluche. Nathalie y est nommée dès la première rentrée. Elle en deviendra la directrice en 1996. Depuis le début, elle apporte ses idées, concrétise des projets pour les élèves de maternelle et plus particulièrement de grande section. “ J’ai toujours voulu une école où l’on pouvait vivre, apprendre, sans jugements ni barrière institutionnelle. Un lieu en lien avec mes valeurs qui permet aux enfants et aux parents de se sentir bien » déclare-t-elle le sourire aux lèvres. Un espace de partage qu’elle a réussi à instaurer avec sa grande complice Nathalie Suzeau, enseignante en maternelle : “Nous avons eu de nombreux projets ensemble, notre lien est très fort. Toutes les deux, nous sommes complémentaires ! ”

Nathalie M’Bongo (à droite) avec son acolyte Nathalie Suzeau (à gauche)

Le 31 août, elle refermera la porte de son école pour la dernière fois. Les larmes coulent déjà mais elle est loin de s’arrêter et continuera toujours à transmettre ses connaissances et ses valeurs : “ Je pense peut-être à donner des cours de français aux femmes et aux mineurs isolés. Je suis également passionnée de cinéma, je passe des journées à lire, j’aime apprendre, découvrir de nouveaux univers. »

 En plus de quitter ses fonctions, Nathalie déménage pour se rapprocher de sa famille. Même si elle ne pourra pas être là lors de la rentrée car l’émotion sera trop vive, elle laisse derrière elle des enfants, des collègues, une ville, qui aura toujours le souvenir d’une directrice aux valeurs symboliques, contribuant au développement de nombreux petits rolivalois.

 

 

Partagez :

La plus belle photo instagram decernée à Marge Fontaine

227, c’est le nombre de personnes qui ont donné un “j’aime” à la photo capturée par Marge Fontaine. Une belle récompense pour cette Rolivaloise passionnée de photographie.

Elle est l’heureuse gagnante du concours instagram de la Ville de Val-de-Reuil ! Organisé tout au long de l’été, ce concours a mis en compétition de nombreux “instagrameurs” qui devaient partager leur endroit favori de la commune nouvelle. Parmi les photos postées, trois clichés ont été sélectionnés dont celui de @photos.du.margou, de son vrai nom Marge Fontaine. Habitante de la Ville depuis 2012 , elle a réussi à décrocher 227 “likes” sous sa photo de la Fontaine des Droits de l’Homme. Un cliché qui n’est pas anodin pour cette passionnée de photographie : “ J’ai voulu prendre en photo un lieu de Val-de-Reuil que tout Rolivalois peut connaître. Cette fontaine m’a paru une évidence. Elle est très photogénique et surtout en fin de journée ensoleillée. Elle est superbe et la Marianne est hyper élégante”.

Marge a débuté la photo dans les rues rolivaloises. Sur son compte instagram, on retrouve des lieux insolites de la commune nouvelle : ” cette ville est mon terrain de jeu photographique favori.La photo est une passion pour moi depuis quelques années, mais toujours en amateur. J’adore partager avec les autres, l’œil que je pose sur les choses qui m’entourent, la magie qui peut s’en dégager. J’ai gardé une âme d’enfant et parfois je m’émerveille de peu de chose !” .

Une chose est certaine, son cliché a émerveillé nos abonnés ! Vous retrouverez la “Fontaine ensoleillée” sur papier glacé dans le prochain numéro de Val-de-Reuil Infos ! En attendant vous pouvez la consulter par ici : www.instagram.com/p/CR9RXshsdEx/

 Faites comme Marge, partagez-nous vos plus beaux clichés avec le hashtag : #naturellementvaldereuil ! Pour retrouver toutes nos publications, rendez-vous sur @val_de_reuil.

 

 

Suivez-nous sur Instagram !

 

Partagez :

Venez finir l’été en musique à Val-de-Reuil !

Les festivités de l’été ne sont pas encore terminées à Val-de-Reuil ! Après le succès de Val-de-Reuil Côté Plage, la Ville invite habitants, voisins et amis à prolonger l’été en musique avec deux concerts gratuits donnés en plein-air. Pendant deux jours de suite, le 26 et 27 août, en fin d’après-midi, venez assister à deux concerts devant la Mairie pour venir applaudir des musiciens de talent.  

Après le succès de Val-de-Reuil Côté Plage qui, avec plus de 10000 personnes accueillies depuis son ouverture, a rythmé la vie des Rolivalois pendant près de deux mois et permis aux jeunes et moins jeunes de profiter des beaux jours et des animations sportives et culturelles proposées au Jardin Sportif, la Ville invite habitants, voisins et amis à prolonger l’été en musique avec deux concerts gratuits donnés en plein-air.

Malgré les difficultés liées à la situation sanitaire, il est essentiel que la culture, ses artistes et son public se retrouvent et puissent communier de nouveau. La Ville de Val-de-Reuil vous invite donc deux jours de suite, jeudi 26 et vendredi 27 août, en fin d’après-midi, à deux concerts devant la Mairie pour venir applaudir des musiciens de talent.

 

Jeudi 26 août à 17h00, le festival des Etoiles symphoniques fait étape à Val-de-Reuil pour un concert qui viendra clore une tournée estivale de 60 dates à travers la Normandie ! Créé en 2005, l’Orchestre des Petites Mains Symphoniques rassemble de jeunes musiciens âgés de 6 à 17 ans. À l’origine du projet et à la baguette de l’orchestre, Éric du Faÿ a collaboré avec plusieurs grands ensembles nationaux (Orchestre National de France, Orchestre Philharmonique de Radio France, Ensemble Fa, Ensemble Ars Nova) et travaillé avec de nombreux artistes dans tous les registres, de la musique de chambre, à la comédie musicale ou bien au jazz ce qui l’a notamment amené, en septembre 2020, à prendre la direction artistique du « Calvi Jazz Festival ».

Parce que l’art est essentiel à l’épanouissement des enfants, l’ambition de l’association Petites Mains Symphoniques est de mettre à la portée de tous la pratique chorale et orchestrale et d’apprendre à à vivre en harmonie, à dialoguer et à se surpasser par la joie du travail en commun. La 23ème Académie qui se déroule cette année du 15 au 28 août en Normandie n’accueillera pas moins de 280 musiciens de 6 à 24 ans, encadrés par 20 professeurs sous le parrainage exceptionnel du grand pianiste François-René Duchâble. Au cours de ces deux semaines, les jeunes talents ont participé à plus de 60 rencontres, source d’échanges entre les artistes, les bénévoles, les choristes et l’ensemble des habitants du territoire.

La Ville de Val-de-Reuil est fière d’en faire partie et d’accueillir un orchestre invité chaque année à se produire dans le monde entier. Ne manquez sous aucun prétexte 30 jeunes virtuoses, âgés de 14 à 17 ans, réunis, devant la Mairie, sous un ciel que l’on annonce ensoleillé, pour vous faire voyager pendant une heure à travers la musique classique.

Vendredi 27 août à 18h00, musique à plein poumons avec les cuivres de l’Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie ! Cor, tuba, trompette, trombone… la famille des cuivres – synonyme de puissance mais aussi de finesse – traverse tous les répertoires, qu’il s’agisse de musique baroque, d’opéra, de jazz ou de musique de film. L’Opéra de Rouen Normandie présente à Val-de-Reuil une configuration inédite née à l’initiative des musiciens de l’orchestre de Rouen. « Cuivres en fête », une formation inédite de 11 cuivres qui promet assurément de bousculer les codes lors d’un concert qui revisitera trois siècles de musique !

Vivez pendant 1h15 un programme ouvert à toutes les sensibilités musicales du baroque avec L’Arrivée de la Reine Saba de Haendel ou le Canon de Pachelbel aux partitions de Jim Parker, compositeur britannique de musique de films, et Chris Hazell. Retrouvez aussi Pavane de Gabriel Fauré et les rythmes latins de Suspiros de Espana d’Antonio Alvarez et le tango d’Astor Piazzola.

Ne perdez pas une minute. En accès libre et gratuit, sur simple présentation d’un passeport sanitaire, venez prendre place jeudi 26 août à 17h00 et vendredi 27 août à 18h00 devant la Mairie de Val-de-Reuil pour finir l’été en musique avec les Orchestres des Petites Mains Symphoniques et de l’Opéra de Rouen Normandie !

Partagez :

Distribution des bacs jaunes devant les écoles du 23 au 27 août

Du lundi 23 au vendredi 27 août, les habitants de Val-de-Reuil pourront récupérer leurs bacs jaunes de tris sélectifs. De 13H30 à 19H, des permanences seront organisées devant chacune des écoles de la Ville.

À partir du lundi 23 août et jusqu’au vendredi 27 août les résidents pourront récupérer à l’intérieur de la cour de l’école la plus proche de leur domicile leurs bacs jaunes (sous présentation d’un justificatif de domicile). Pour les personnes à mobilité réduite et/ou fragiles, il est possible de se faire livrer à domicile sur rendez-vous en téléphonant au 02 32 09 51 33 ou par mail à servicestechniques@valdereuil.fr

Points de récupération par quartier : 

Du Lundi 23 au vendredi 27 août de 13h30 à 19h00, devant les écoles suivantes :

  • Lundi 23 août : École Coluche
  • Mardi 24 août : École Jean Moulin
  • Mercredi 25 août : École Les Dominos
  • Jeudi 26 août : École Louise Michel
  • Vendredi 27 août : École Léon Blum

Pour les résidents ne pouvant pas être présents cette semaine, une permanence reprendra le 30 août au Service technique municipal, Chaussée des Berges (à côté de la gare SNCF)Du lundi au vendredi, de 9h00 à 12h00 et de 13h30 à 17h00. 

Pour toute question relative à la gestion des déchets, adressez un mail à proprete.urbaine@seine-eure.com

Partagez :

Un centre de vaccination ouvert au gymnase A.Allais les 24, 25, 26 et 27 août

Un centre de vaccination contre le COVID s’installe à nouveau au gymnase Alphonse Allais le mardi 24, mercredi 25, jeudi 26  et le vendredi 27 août de 12h à 20h. Des injections du vaccin Pfizer pourront être réalisées sur l’ensemble des trois journées. Ouvert à tous, SANS RENDEZ-VOUS

Nouvelles opérations de vaccination à Val-de-Reuil ! La Ville a une nouvelle fois saisi l’opportunité offerte ces derniers jours par l’Agence Régionale de Santé (ARS) pour ouvrir, à nouveau, un centre de vaccination éphémère au cœur de la plus jeune commune de France. Accessible le mardi 24 août, le mercredi 25 août et jeudi 26 août et le vendredi 27 août de 12h00 à 20h00 au gymnase Alphonse Allais, ce dernier offrira ainsi la possibilité aux Rolivalois et habitants des communes alentour, âgés d’au moins 12 ans, de recevoir leur première ou deuxième dose du vaccin Pfizer, sans rendez-vous, sans être contraints de parcourir plusieurs dizaines de kilomètres.

Soutien logistique et humain

Outre la mobilisation du personnel municipal autour de la prise de rendez-vous et de l’accès à la vaccination, de nombreux agents de la Ville seront déployés tout au long de ces trois journées afin d’apporter un soutien logistique aux médecins et infirmier(e)s mobilisés, que ce soit pour acheminer les doses de vaccins, assurer l’accueil des patients et désinfection continue des locaux.

Partagez :

Guinguettes de l’été

L’été en musique, c’est à Val-de-Reuil Côté Plage !Pour terminer la période estivale en beauté, quoi de mieux que les soirées guinguettes pour rythmer vos soirées…  Découvrez le programme de cette dernière semaine !

Et si vous profitiez de vos fins de journée pour savourer les plaisirs des soirées guinguettes sur la plage rolivaloise ?
C’est à partir de 17h00 au jardin sportif ! Pour cette dernière semaine, trois groupes vous feront vibrer au rythme de jazz, musique gipsy, salsa !
Tout le programme ici :
Partagez :

À la découverte de la ferme pédagogique Anymania

Ouverte depuis l’année dernière à Val-de-Reuil, Anymania est la première ferme découverte de l’Eure ! Chevaux, vaches, chèvres, moutons, cochons… A mi-chemin entre ferme pédagogique et parc animalier, elle fait le bonheur des petits comme des grands. Un projet d’envergure qui s’étend sur un terrain de 10 hectares situé derrière le théâtre de l’Arsenal. Un lieu idéal pour faire une rupture avec la vie quotidienne, un incontournable à visiter cet été et toute l’année !

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

Avec les témoignages de Marie-Morgane Trémollières et Manon Richer.

 

 

Tournage et montage : Olivier Bonnet

Rédaction et voix off : Coline Lefèvre

Partagez :

Les projets des jeunes architectes prennent vie !

Dans le cadre du projet “C’est mon patrimoine”, deux nouveaux mobiliers urbains ont été construits devant le lycée Marc Bloch et le collège Alphonse Allais. Des créations architecturales élaborées de A à Z par une vingtaine de jeunes lycéens et collégiens.  

Les architectes en herbe peuvent être fiers d’eux ! Du 12 au 23 juillet, le collectif Yakafokon a réinvesti la commune nouvelle pour faire vivre les maquettes élaborées par une vingtaine d’adolescents en mars dernier. Deux semaines qui viennent clore le projet “C’est mon Patrimoine !” porté par la DRAC Normandie(Direction Régionale des Affaires Culturelles de Normandie. Ces deux œuvres en bois de pin ont été construites devant le lycée Marc Bloch et le collège Alphonse Allais. 

Deux oeuvres, deux architectures 

Sous le soleil, Thibaut Terrier et Louise Granger étaient déjà en prospection ce lundi matin. La semaine dernière, les deux architectes du collectif Yakafokon ont retroussé leurs manches pour fabriquer un banc-gradin devant le collège Alphonse Allais avec les jeunes collégiens. “On formalise en vrai ce que les jeunes ont imaginé ”, souligne Louise en montrant l’emplacement du deuxième projet ; devant l’entrée du lycée rolivalois. 

En plus de permettre aux jeunes élèves et aux habitants de s’asseoir, cette création  longue de 3 mètres 50 et large de 4 mètres 50, vient s’harmoniser avec la commune nouvelle, déjà riche d’une architecture exceptionnelle et singulière. 

Marteau, clous, vis… Quatre membres du collectif ont débuté le deuxième chantier, aidés par une dizaine de jeunes comme Seyda, qui entre au lycée à la rentrée : “Je veux être décoratrice d’intérieur plus tard, ce stage m’a appris beaucoup de choses, notamment comment on se sert des machines, comment prendre des cotes… En plus c’est mon frère, Omer, qui a imaginé l’idée de départ de ce banc !” Sa copine, Irem-Sahra est elle aussi enchantée. Du haut de ses 15 ans, cette jeune Rolivaloise a déjà le compas dans l’œil : “l’architecture c’est un métier que je veux faire depuis que je suis toute petite. J’avais même réalisé mon stage de 4e avec une architecte de Yakafokon, c’est elle qui m’a inscrite !” Pendant ces deux semaines, les deux jeunes filles ont participé aux deux chantiers. Un travail épuisant mais revigorant : “La découpe et l’assemblage, on aime beaucoup ! L’odeur du bois c’est agréable.”

Je suis contente de faire connaître notre métier !” 

Du côté de la scie à onglet, Marie Deruyter, membre du collectif, apprend à Ibrahim à découper les tasseaux de bois.« Ce sont des moments privilégiés, on se rend compte qu’on a des choses à transmettre . Construire à plusieurs, c’est très enrichissant, être dans le concret, mixer dessin et conceptualisation. Je suis contente de faire connaître notre métier et de leur donner des outils et le pouvoir de faire des choses.  Leur prouver qu’ils ne sont pas juste des consommateurs mais des citoyens et acteurs dans leur ville !”, explique la jeune architecte le mètre en main.

Similaire à celle du collège, la création du lycée se pose dans la continuité du bâtiment. Les deux bancs disposent d’une architecture boisée propre à chaque lieu. Ce concept est à l’initiative d’un groupe de quatre jeunes lycéens dont Alexis. À 17 ans, il a déjà tout d’un grand : “On a fait le choix du lycée car c’est un endroit de passage, c’est pratique pour les lycéens mais aussi pour les habitants qui se baladent devant.” Bientôt en terminale à Marc Bloch, ce jeune Valderolien envisage de faire des études dans une grande école d’architecture. Le design du banc a également été trouvé par Omer, 12 ans, qui a déjà trouvé son avenir professionel  : “Je voulais un mobilier urbain qui soit original, confortable et écologique. J’adore créer et manager des équipes, d’où le fait de vouloir devenir architecte ! Un apprentissage sur le tas qui lui a permis de s’enrichir et de confirmer sa volonté de s’engager dans ce métier. “C’est très sympa et agréable. On est très content de construire pour eux et avec eux ! ”, s’exclame Thibaut, architecte de métier, en lui montrant comment bien positionner ses mains lors de la découpe. 

L’ensemble des architectes en herbe ont eu le privilège de signer leurs oeuvres et d’obtenir un diplôme de fin de stage.Ces deux constructions sont à découvrir dès maintenant !  Le collectif Yakafokon projette déjà de renouveler l’expérience pour sensibiliser la jeunesse rolivaloise à l’architecture tout en mettant en avant leur environnement de vie.

Partagez :

750 vaccinations effectuées en une journée !

Le carnet de rendez-vous affiche déjà complet depuis plusieurs jours. Ce jeudi, pour sa deuxième ouverture, le centre de vaccination éphémère rolivalois enregistre plus de 300 secondes injections et 450 premières doses ! 

Se faire vacciner à deux pas de chez soi. C’est désormais possible avec le centre de vaccination éphémère rolivalois implanté au gymnase Alphonse Allais. La Ville, engagée depuis le début de la pandémie dans la lutte contre le COVID-19, a ouvert pour la deuxième fois, un centre de vaccination éphémère ce jeudi après-midi. Sur les 750 inscrits, près de 300 sont venus réaliser leur seconde injection administrée le 30 juin, les autres ont, quant à eux, décidé de franchir le cap du vaccin pour une première dose.

“Je veux me protéger et protéger les autres “

Dès 12H, le centre a ouvert ses portes pour les premiers rendez-vous. Devant l’entrée, pas d’attente ! Tout est organisé pour fluidifier les passages en fonction des horaires attribués. Une prise de température, un coup de gel sur les mains… Et chacun peut pénétrer à l’intérieur du gymnase en toute sécurité. Carte vitale dans les mains, Patrick et Murielle s’avancent le long de la file pour leur première injection. Ces deux habitants d’Alizay ont réservé leurs créneaux de justesse :  “On doit partir en vacances en septembre, on devait se faire vacciner en juin mais il n’y avait plus de places. Là c’est à côté de chez nous donc c’est parfait !”

Marc a quant à lui profité d’être en déplacement en Normandie cette semaine pour se faire vacciner dans la commune nouvelle : “J’aime pas les aiguilles mais il faut bien le faire, je veux protéger mes proches.”  

Vers 14H, les entrées se sont densifiée. Certains jeunes ont profité de leurs vacances d’été pour prendre un rendez-vous ensemble comme Thomas et ses deux amis. Ces trois Rolivalois ont pleine conscience de leur action. “Perso, je le fais pour me protéger mais aussi protéger les autres. C’est très bien organisé, ça donne envie et ça rassure”, souligne Boris qui vient de prendre ses 19 ans.

Profiter de l’été tout en étant protégé

Une jeunesse rolivaloise qui était très présente pour cette deuxième ouverture. Manon, 20 ans, est déjà habituée. “J’ai fait ma première dose à Louviers, c’était il y a plus de 5 semaines. Quand j’ai vu que je pouvais changer de centre j’ai vite choisi celui-ci. Au lieu de 30 minutes, en 5 minutes je vais pouvoir me faire vacciner. Je le fais surtout pour voyager, protéger les autres mais surtout pour moi-même. Je ne regrette vraiment pas ! ” lance-t-elle en partant en direction d’un box pour sa seconde injection.

Un peu plus loin, Dylan attend une feuille à la main pour récupérer son pass sanitaire. À 23 ans, ce rolivalois a lui aussi fait le choix de se faire vacciner à Val-de-Reuil pour voyager sans contrainte :  “C’est au pied de chez moi donc c’est tout réfléchi. En plus, c’est joli contrairement à certains centres….”

Un avis partagé par un couple de Saint-Pierre-du-Vauvray, soulagés de ne pas a avoir à faire des kilomètres. “Moi je dois faire qu’une seule dose car j’ai eu le COVID, c’est n’est pas mal comme lieu, on n’est pas attroupé”, confie Stéphanie qui envisage de partir en vacances une fois que le parcours vaccinal de son mari Jérôme sera complété.

Le centre ouvrira de nouveau ses portes les 29,30 et 31 juillet pour les prochains rendez-vous (première et deuxième injection) Pour ceux ayant réalisé leur première injection ce 22 juillet, il sera possible de revenir le 26 août, la prise de rendez-vous sera obligatoire sur Doctolib ou au 02.32.59.35.05. De nouveaux créneaux seront disponibles dans les prochains jours sur la plateforme Doctolib.fr.

Partagez :

Ils s’engagent pour leur Ville : les bénévoles de la plage rolivaloise

Tout au long de l’été, 42 jeunes se portent volontaires pour encadrer Côté Plage. Une expérience de bénévolat unique ! 

S’occuper, rendre utile, servir leur commune… Les jeunes bénévoles de Val-de-Reuil Côté Plage étaient nombreux cette année ! 42 adolescents âgés de 13 à 21 ans ont profité de leurs vacances d’été pour aider les animateurs du service des sports de la Ville.

Un engagement citoyen 

“Attention les enfants ! ” , s’exclame Fanta, 15 ans, en demandant d’ôter leurs chaussures. Depuis 2 semaines, elle se porte bénévole sur la plage de la commune nouvelle. Une première expérience pour cette jeune fille qui est venue le premier jour de l’ouverture : “Mon amie Théa était inscrite, je l’ai suivie. C’est super sympa de se rendre utile pour la ville ! Je pense revenir après ma semaine de vacances.” 

Comme elle, ils sont plus de 40 à se porter bénévoles. Un engagement symbolique qui fait sens. “En contrepartie de leur engagement, la ville leur remet un passeport du bénévolat pour valoriser leur temps de travail. On organise également des actions collectives ou individuelles en fonction de leurs âges et de leur projet professionnel. Ça peut être un barbecue, des bons cadeaux…” , explique Fouzia Nouicer, chargée de mission au service jeunesse de la Ville de Val-de-Reuil.

Sous le soleil estival, Antoine et Aya Elenga animent le “foot savon”. Les deux jeunes de 18 ans ont entendu parler de cet engagement par leurs amis. Un bouche à oreille qui a du bon. “ On va sûrement rester jusqu’à la fin de l’été. Ça permet de nous occuper car on ne part pas en vacances, on ne s’ennuie pas et on s’amuse bien !”, lancent les deux rolivalois tout souriants.

“Faire une action pour la ville voisine” 

D’autres sont même venus de loin comme Louane qui a rejoint son ami, Samy surveillant de la piscine municipale. “Je suis de Pont-de-L’arche. Je trouve ça super de faire une action pour la ville qui est à côté de chez moi. Je prends le bus tous les matins pour venir ici. Je pense que je vais revenir au mois d’août”, projette l’Archepontaine de 17 ans en rejoignant son complice au pédalo. 

Un engagement solidaire qui se prolonge tout au long de l’année. 

Du nettoyage des rives de l’Eure aux actions citoyennes temporaires, comme l’aide aux personnes fragiles pendant les fortes chaleurs, les jeunes bénévoles se comptent par centaines tous les ans. Chacun est suivi personnellement par le service jeunesse de la Ville qui valorise le travail effectué. Une contribution à la vie locale pour continuer à vivre ensemble !

 

Partagez :

Deux rolivalois aux championnats du monde de Para-Rafting !

Début juillet, deux Rolivalois ont fait des exploits aux championnats du monde de para-rafting. Un événement international inédit ! 

Ils ont ramé pour atteindre des sommets. Du 26 juin au 4 juillet, deux adhérents du club de kayak “Pagaie passion”, ont participé aux championnats du monde de para-rafting. Une semaine de navigation intensive qui a permis à Thomas Caviole et Steven Batellier de décrocher la troisième place du podium !

Médailles de bronze 

Pour la première fois, la Fédération Française de Canoë-Kayak (FFCK) a organisé un championnat d’handisport. Pendant 7 jours, des sportifs licenciés des clubs du monde entier se sont défiés en plusieurs épreuves. Au milieu des équipes adaptées, un duo de Rolivalois s’est démarqué.Thomas, 37 ans et Steven, 28 ans, ont porté les couleurs de leur club dans la Durance de l’Argentière en Besse, dans les Hautes-Alpes. “On a passé beaucoup de tests pcr mais c’était super sympa ! Je suis vraiment content”, sourit Thomas qui est licencié au club depuis plus de 20 ans. Tout au long de la compétition, les deux kayakistes ont enchainé les épreuves : Sprint contre la montre, cross, slalom, raft extrême… À la force de leur bras, les deux navigateurs ont réussi à décrocher la troisième place, devancé par des Italiens.

“Ça m’a permis de dépasser mes limites et de diminuer mon appréhension, je me suis surpassé” s’exclame Steven qui travaille juste à côté de son club, à l’ESAT de Val-de-Reuil. Face à leurs médailles au cou, Serge Marcen leur formateur depuis toujours, et Jérôme Bourlet, le président du club, ne cachent pas leur fierté : “Ils sont connus de la fédération, ça ne m’a pas étonné quand ils ont été sélectionné. Je suis très fier de leur parcours, ils représentent les valeurs de Pagaie Passion qui oeuvre pour ouvrir à un public varié !” 

Le 24 septembre prochain, les championnats de France de kayak se dérouleront à Val-de-Reuil. D’ailleurs, sur l’affiche, on retrouve Thomas en pleine descente !  Bientôt, il deviendra formateur pour aider les jeunes dans les écoles et les lycées. Un bel avenir dans l’eau mais aussi sur la Terre ferme pour ces deux graines de talent !

 

Partagez :

Chantiers jeunes : Tous recrutés !

Cet été, les chantiers jeunes prennent une allure colossale. Pour ces vacances de juillet et août , l’ensemble des candidats a été recruté, soit 88 jeunes rolivalois ! 

Ils sont nombreux et heureux d’être saisonniers ! Habituellement, les jeunes embauchés pour les chantiers jeunes s’échelonnent tout au long de l’année lors des vacances scolaires. Au total, tous les ans, la Ville de Val-de-Reuil propose des contrats à environ 70 adolescents. Mais cette année, les chantiers jeunes prennent de l’ampleur ! Du 6 juillet au 27 août, 88 Rolivalois vont travailler dans divers services de la Ville. Un premier contrat pour certains, de l’argent de côté pour d’autres ou juste l’envie de servir leur commune. Ils sont tous embauchés et motivés !

Animation d’été et entretien des équipements sportifs 

À l’occasion de Val-de-Reuil plage, une dizaine d’animateurs, peintres et techniciens en herbe viennent apporter de l’aide au service des sports jusqu’à la fin du mois de juillet. Au jardin sportif, une dizaine de petites mains s’affairent à la mise en oeuvre des animations comme Deborah et Yani qui ont installé toutes les structures gonflables. “Tous les matins on remet en ordre et on place les jeux correctement. C’est sympa, on s’amuse bien” sourit la jeune animatrice qui vient de souffler ses 17 bougies en compagnie de ses collègues. Un peu plus loin, au skimboard, Maxime, 16 ans, vérifie que les enfants ne se blessent pas. Pour ce jeune rolivalois, cette première expérience dans le monde du travail est enrichissante : “je n’avais rien à faire de l’été. Ça me permet de me faire de l’argent de poche tout en acquérant des compétences.” Un premier contrat pour Zoë, 17 ans, qui est ravie d’être affectée à Côté Plage. “J’aime bien être en contact avec les enfants, les encourager, voir qu’ils prennent du plaisir. Je pense que je reviendrais en tant qu’animatrice pour des jobs d’été !” s’exclame-t-elle en repartant gérer la sécurité du mini-golf. 

“Je vais pouvoir payer mes études à Bordeaux !

Aux quatre coins de la commune, 25 autres jeunes s’attellent au rafraîchissement des places de parking à mobilité réduite. Rue du Moulin Bachelet, le groupe est déjà bien avancé. Casquette sur la tête, pinceau en main, Ishak, 16 ans, se lance dans son premier chantier. “J’ai jamais essayé, et là ils ont embauché tout le monde donc j’ai pu participer ! C’est cool, ça permet d’avoir une première expérience et je vais pouvoir mettre de l’argent de côté pour mon permis !”, se ravit le rolivalois en ouvrant un pot de peinture bleue pour créer une place à destination des personnes à mobilité réduite. Une première aussi pour Alhem qui a signé pour deux semaines : “pour un premier job c’est intéressant. Même si je ne connais pas grand chose j’apprends !” 

Un peu plus haut, rue des Thuillières, Quentin est en train de tracer une ligne jaune au bord du trottoir pour empêcher les véhicules de stationner : “J’aime bien ce côté d’aider la mairie, au moins les gens pourront voir que les jeunes on est actifs  !” 

Au niveau de la dalle piétonne, un autre groupe de 5 rolivalois viennent de terminer de nettoyer le local poubelle. Manie, 20 ans, compte beaucoup sur ces deux semaines de travail. “Je pars faire des études de mode à Bordeaux. Je vais pouvoir financer mon appartement et mon permis grâce aux chantiers ! En plus, l’ambiance est bonne et le tuteur est super cool, il nous apprend les gestes pour peindre, nettoyer son espace de travail… “ explique la future étudiante qui projette déjà de reprendre le pinceau pour les murs de son logement bordelais. 

Dans le parking d’un immeuble, Loane met en pratique les conseils de son père, lui-même peintre de métier. “Je connais quelques bases. Je fais ça pour mettre de l’argent de côté mais aussi pour ajouter une ligne à mon Cv”, confie l’adolescente de 17 ans le T-shirt taché de peinture blanche.

Prochainement, les chantiers jeunes iront à l’école Léon Blum, pour rafraîchir le traçage des jeux extérieurs ainsi qu’au Centre de loisirs Jean Moulin pour donner un coup de magie aux murs et murets. La marelle sera flambant neuve à la rentrée, prête à accueillir les petits frères et les petites sœurs des jeunes travailleurs !

Partagez :

Il descend la Seine à la nage ! : Arthur Germain a fait escale à Val-de-Reuil

Le jeune nageur qui s’est lancé le défi de descendre la seine à la nage, est passé à Val-de-Reuil ce jeudi en début d’après-midi ! Une quarantaine de petits Rolivalois des centres de loisirs ont pu échanger sur son aventure !

Il n’a que 19 ans mais a déjà plein de projets en tête. Après avoir été le premier jeune français à avoir traversé la Manche à la nage en 2017, Arthur Germain, fils d’Anne Hidalgo la maire de Paris, a décidé de descendre la seine à la force de ses membres pour sensibiliser à l’écologie. Jeudi 15 juillet, aux alentours de 14H,  il a fait escale au bord de la Passe Marinière de Val-de-Reuil pour rencontrer des petits Rolivalois des centres de loisirs. Quelques petits curieux n’ont pas hésité à lui poser des questions sur sa vie sous l’eau !

50 jours de nage, 784 kilomètres 

“Allez Arthur !! Allez Arthur !!” ont crié haut et fort les jeunes rolivalois avec leurs pancartes pour encourager le nageur qui est venu accoster dans la commune nouvelle. Seul, avec son kayak qu’il tire à la force de ses bras contenant son matériel nécessaire (soit 100 kg), en totale autonomie et sans assistance, Arthur Germain parcourt chaque jour une quinzaine de bornes dans les eaux de la Seine. Cette aventure a débuté le 6 juin de Source-Seine, en Côte-d’Or (à côté de Dijon). Ce jeune sportif de 19 ans ne s’est pas lancé ce défi par hasard : “ je l’ai construit dans l’optique de montrer qu’on pouvait vivre heureux avec pas grand chose. C’est pour ça que je suis en autonomie complète, j’emporte avec moi le nécessaire : la nourriture, l’eau, un petit panneau solaire… Pour moi le fleuve montre le lien qu’il y a entre les villes et l’environnement, il reflète notre mode de vie : les pesticides,les déchets… Je montre à la fois le problème et la solution.”  Car à chaque kilomètre qu’il parcourt, 2 arbres sont plantés dans une forêt du Morbihan. Un enjeu écologique mais aussi humaniste. 

“La seule chose que les gens peuvent me donner c’est eux-même”

Six heures par jour, il traverse l’eau douce sans s’arrêter. Un exploit sportif auquel il faut ajouter une grande force mentale sur laquelle il puise dans ses échanges. Tout au long de son périple, le jeune aventurier a rencontré des milliers d’habitants de plus de 350 communes ! “Il me reste encore 9 jours, je commence à réfléchir à tout ce que j’ai appris sur les enjeux environnementaux, c’est une expérience à la fois humaine et personnelle qui était hyper intense. Ce que je retiens aussi c’est, vu que je refuse tout ce qui est matériel, la seule chose que les gens peuvent me donner c’est eux-même !” a souligné l’éco-aventurier en allant voir les petits brandissant leurs dessins devant lui.

Il a bravé le froid, la crue, la pluie, les chutes d’arbres…Le courage d’Arthur a vivement étonné les enfants. “Tu n’as pas mangé ?” lance un jeune garçon, les yeux pétillants. Arthur le rassure en lui expliquant que tout est dans son bateau et qu’il dort sur le bord de seine où il attache un bivouac ou monte sa tente. “ La chance !!!” se sont étonnés les enfants en le laissant repartir pour une collation bien méritée. 

Arthur est arrivé à Val-de-Reuil avec plus de 600 kilomètres à son compteur. Un exploit qui le mènera jusqu’à son arrivée au Havre le 24 juillet prochain. “C’est génial de voir ses enfants ici ! De voir leurs sourires et qu’ils sont à fond derrière moi ! Car, ce sont eux qui vont changer les choses, ils vont vivre le dérèglement climatique. Je veux aussi leur donner de l’espoir car on a tendance, quand on parle d’écologie, à être pessimiste moi je veux leur montrer qu’on peut profiter de la nature d’une belle manière.”

Un moment unique, de partage qui a requinqué le nageur pour terminer son aventure. Il est possible de le suivre en temps réel sur son site internet avec une carte interactive tenue par son père !  Au total, il aura parcouru 784 kilomètres à la nage !

Partagez :

Opération Terre de Jeux : l’inclusion par le sport

Ce mardi 13 juillet, le CCAS a organisé une rencontre entre les enfants des établissements spécialisés du département. Plus de 15 jeunes dont 9 Rolivalois ont participé à plusieurs activités sportives adaptées. Une journée de sensibilisation au handicap qui sera renouvelée jusqu’aux JO de 2024 !  

Vivre ensemble, cela passe aussi par le sport !  Depuis toujours, la ville de Val de Reuil se mobilise pour l’inclusion des personnes en situation de handicap. Dans le cadre du label de Terre de Jeux 2024, certaines infrastructures sportives vont accueillir des athlètes internationaux pour les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024. Une occasion de mener des actions inclusives qui fédèrent la jeunesse rolivaloise au sport adapté et handisport. Tout au long de la journée du 13 juillet, le parc des sports a accueilli une quinzaine d’enfants des IME(Instituts Médicos Pédagogiques)du Moulin Vert, de Louviers, et du Château des Andelys ainsi que le SESSAD (Service d’éducation spéciale et de soins à domicile).

« Promouvoir le handicap dans la ville, avec à terme, les JO paralympiques 2024 » 

Dès 10h, les jeunes enfants ont débuté par des jeux de grimpes. Encadrés par Stéphane Chemin de la fédération départementale de Handisport, ils ont appris à escalader un mur de 2 mètres 50. “On a fait venir des enfants en situation de handicap mental, le but de cette journée est de montrer que le sport permet à tous de vivre ensemble. Qu’il est possible d’adapter chaque discipline en fonction du handicap. Ça permet de montrer une autre façon de voir les choses”, souligne Mireille Fresne responsable du pôle handicap au CCAS, porteuse du projet. Tous assis en rang d’oignons, les jeunes Olympiens en herbe ont appris à faire du bowling comme s’ils étaient en fauteuil roulant. “Stéphane leur a fait une initiation au handisport, et là ils vont faire du Cécifoot. On va leur bander les yeux afin qu’ils se mettent dans la peau d’une personne mal voyante. Dans chaque sport, quel que soit le handicap on peut s’adapter, on n’est pas obligé d’être sédentaire. On souhaite vraiment promouvoir le handicap dans la ville, avec à terme les JO Paralympiques de 2024 », explique Quentin Baugue entraineur au VRAC, qui envisage même d’obtenir des places aux Jeux Olympiques et paralympiques de 2024 pour émerveiller les jeunes et peut-être susciter des vocations…

D’autres activités seront proposées à partir de septembre, pour les petits mais aussi pour les plus grands afin de véhiculer le message au plus grand nombre.

 

Partagez :

Place aux Jeux Olymp’EPIDE !

Pour la première fois, l’EPIDE rolivalois organisait hier un événement autour des jeux Olympiques. Expositions, quiz, conférences, tournois… Une journée de partage avec un parrain exceptionnel ! 

Les JO c’est pour bientôt ! Depuis plusieurs semaines, les actions autour des Jeux Olympiques fleurissent à Val-de-Reuil. Sélectionnée comme base arrière pour Paris 2024, la commune nouvelle se met déjà à la pointe de la flamme. Et le centre EPIDE rolivalois porte le drapeau avec un tout nouvel événement qui a eu lieu ce mercredi : les Jeux Olymp’EPIDE ! Une journée autour de l’Olympisme mêlant exposition, tournois, conférences ou encore quiz. Plus de 100 volontaires en insertion ont partagé, avec leurs encadrants, un moment unique au goût des valeurs olympiques en compagnie du Judoka David Larose !

Des conférences qui prennent tout leur sens

Depuis le début de la semaine, les jeunes de l’établissement d’insertion rolivalois peuvent venir s’enrichir sur l’histoire des Jeux Olympiques avec une exposition inédite confiée par le Comité Régional Olympique et Sportif de Normandie. Dans le couloir central de l’EPIDE, on retrouve l’historique des Jeux et les grands athlètes qui ont marqué le sport. Afin de sensibiliser à cet événement international, les formateurs sportifs de l’EPIDE de Val-de-Reuil se sont démenés pour proposer une journée exceptionnelle aux volontaires et aux agents de l’établissement. Mercredi, tout au long de la journée, plusieurs animations se sont déroulées en plein air. “C’est un concept qu’on a lancé début juin, le but était que chaque section travaille sur un pays des JO théoriquement, puis ensuite, ils se sont sélectionnés entre eux pour s’attribuer un niveau afin de participer aux différents sports proposés. Il n’y a pas de moins fort ou de plus fort, ce n’est pas une compétition” , explique Benoît Balut, éducateur sportif à l’EPIDE et conseiller municipal chargé des associations à la Ville de Val-de-Reuil. 

Avant de se défouler autour des diverses disciplines, les jeunes des 7 sections ont assisté à une conférence du judoka David Larose, ancien numéro 1 mondial, champion du monde et participant aux jeux olympiques de Londres 2012 : “Je voulais leur montrer que mon vécu d’enfant placé m’a permis de construire ma carrière d’athlète. Je leur ai donné toutes les clés, en axant sur la résilience, pour leur prouver qu’il est toujours possible de sortir avec quelque chose de positif en apprenant de ses erreurs et en tirant le meilleur de soi-même.C’était très sympa, les jeunes étaient réceptifs !”  

Briser la glace 

Des conférences suivies de la fameuse cérémonie mise en scène avec le porter de drapeau et l’hymne national Olympique, raisonnant à travers la cour de l’établissement. Le top départ des Jeux Olymp’EPIDE donné, les jeunes se sont lancés dans un échauffement intense qui a plu même aux novices comme Marie, une jeune volontaire de 18 ans qui a tout donné : “ça fait du bien de sortir, on bouge, surtout après les confinements !” 

Entre deux, trois pompes et jumping jacks, les jeunes se sont initiés à la thèque, une sorte de Baseball ludique originaire de Normandie. “C’est génial de tester des sports qu’on n’a jamais testé ” , s’écrit Nolan en plein relais du biathlon sur le terrain synthétique. 

Après une pause déjeuner aux saveurs asiatiques pour rester dans le thème des JO de Tokyo, les jeunes ont enchaîné des tournois avec leurs CIP (conseillers en insertion professionnelle). Un moment d’échange qui vient briser la glace des liens hiérarchiques . “Avec tout ce qu’on vient de vivre, cette journée est le parfait moment pour tisser des liens. C’est très bon enfant entre nous !” souligne la directrice Delphine Magny, baskets aux pieds, prête à affronter ses collègues et volontaires déjà sur le terrain de volley. Un avis partagé par Didier Nicol, CIP, qui encadre les quiz : “C’est fair play, tout le monde est mélangé, en plus la météo est avec nous ! ” 

“C’est un super moment de convivialité !” 

Une cohésion qui se fait sentir dehors, mais aussi à l’intérieur dans une salle aménagée pour l’occasion. “Vous allez rencontrer l’Australie !”, clame Damien Mayer, CIP, en inscrivant les scores des équipes de ping-pong sur une affichette scotchée au mur. C’est au tour d’Armand, 19 ans, d’affronter Carole Franjus, chargée de recrutement, dans une partie endiablée de raquettes :  “C’est un beau moment de convivialité, ça permet de sortir du cadre, on peut même voir des compétences chez certains qu’on aurait pas discerné avant. ” 

Un moment unique en lien avec les valeurs Olympiques. Épuisés, le sourire aux lèvres, volontaires et cadres éducatifs se sont retrouvés une dernière fois sous le soleil rolivalois pour une remise de récompenses et un goûter collectif. “J’ai passé un excellent moment, même si je ne pouvais pas jouer à cause de mon handicap, j’ai retrouvé mes copains des autres sections que je n’avais pas vu depuis longtemps !”, sourit Cédric, en admirant ses camarades monter sur le podium. 

L’établissement compte renouveler l’expérience l’année prochaine en invitant tous les jeunes des EPIDE du nord de la France. Tout au long de l’année, des travaux autour des JO seront proposés aux jeunes olympiens en herbe qui auront de beaux souvenirs à raconter ! 

Partagez :

Concours instagram : Il reste trois semaines pour participer

 Il vous reste trois semaines pour participer au concours Instagram ! Jusqu’au 31 juillet, sortez vos smartphones ou vos appareils photo pour réaliser la plus belle photo de votre lieu fétiche rolivalois ! À la clé pour le meilleur cliché : sa publication dans le magazine municipal de la rentrée.

Pour participer rien de plus simple 👇🏻
 
🔵Capturez votre photo
⚪️Postez-la sur votre compte Instagram
🔴Identifier @val_de_reuil
⚫️Ajoutez dans la description le hashtag #naturellementvaldereuil
🔵Abonnez-vous au compte 
 
Un jury de photographes professionnels sélectionnera 5 photos. Ces cinq personnes auront jusqu’au 23 août pour maximiser le nombre de « j’aime » sur leurs photos. Celle qui aura récolté le plus de « j’aime » le 30 août, aura la chance d’être publiée dans le prochain magazine municipal Val-de-Reuil infos ! Les autres participants auront l’occasion de voir leurs posts partagés sur la story du compte officiel de Val-de-Reuil.
Alors, à vos appareils ! On vous attend sur @val_de_reuil ⤵️

Infos pratiques :

Concours ouvert à tous du 1er juin à 9h00 jusqu’au 31 juillet 18h00.

Compte Instagram @val_de_reuil

#NaturellementValdeReuil

Renseignements sur valdereuilinfos@valdereuil.fr

Suivez-nous sur Instagram !
Partagez :

Pleine saison : Les horaires de la piscine changent

Envie de vous rafraichir ? La piscine rolivaloise reste ouverte tout au long de l’été avec des horaires adaptés du 7 juillet au 1er septembre :

Horaires d’ouverture du 07/07 au 01/09

Horaires : 
  • Lundi fermé
  • Mardi de 12h à 19h30
  • Mercredi de 14h à 19h30
  • Jeudi de 12h à 19h30
  • Vendredi de 12h à 19h30
  • Samedi de 14h à 19h30
  • Dimanche de 9h à 14h00

Exceptions :

  • Les Mercredis (soirée estivales) du 7 juillet et du 25 aout la piscine sera ouverte de 14h à 20h30
  • Les Jours Fériés du 14 juillet et du 15 aout la piscine sera ouverte du 9h à 13h30

Pour respecter le protocole sanitaire en vigueur, un dispositif d’entrée sur réservation est toujours en place afin de pouvoir maîtriser les flux, éviter les files d’attente trop importantes ou un déplacement inutile des usagers. Les Rolivalois devront donc s’inscrire au préalable sur la tranche horaire sur laquelle ils souhaitent nager. Les inscriptions s’effectuent :

  • soit par téléphone au 06 99 54 20 64
  • soit à la piscine aux horaires d’ouverture
  • soit en ligne : voir ci-dessous

Retrouvez ici les modalités pratiques, le règlement intérieur, et le lien vers les réservations

Réserver un accès à la piscine

La piscine

La piscine sera accessible au public à compter de lundi 8 Mars. Seul le grand bassin avec le toit ouvert et l'eau à 27° sont accessibles jusqu'à nouvel ordre. L'agenda ...
Lire La Suite…

L’actualité du sport à Val-de-Reuil

Poursuivre ses rêves !

A 13 ans, Florian Mekue N’Diaye a été sélectionné pour intégrer le pôle espoir de la ligue de Football de ...
Lire La Suite…

Pleine saison : Les horaires de la piscine changent

Envie de vous rafraichir ? La piscine rolivaloise reste ouverte tout au long de l’été avec des horaires adaptés du 7 juillet ...
Lire La Suite…
La vie municipale

Conseil Municipal du 7 Juin 2021

L’organisation de la séance prend en compte le respect des gestes barrières et les recommandations émises par le gouvernement dans ...
Lire La Suite…

Un nouveau directeur sportif pour le club de foot

Vendredi soir, le président du club de foot de Val-de-Reuil (FCVR) a présenté son nouveau directeur sportif, André Auzoux. Rencontre ...
Lire La Suite…
Valdereuil_infos n°21 - MAI - JUIN - JUILLET 2021

Valdereuil_infos n°21 – MAI – JUIN – JUILLET 2021

En une de ce numéro : Le temps des retrouvailles ! - Culture, commerces, restaurants, loisirs… à l’heure des réouvertures, ...
Lire La Suite…

Des balades printanières à moins de 10km

Depuis que le soleil a pointé le bout de son nez, les promenades sur les espaces extérieurs de Val-de-Reuil se ...
Lire La Suite…

A la découverte du chantier de Léo Lagrange

Après les clubs sportifs, ce fut au tour des riverains de découvrir mardi le chantier du nouveau gymnase Léo Lagrange ...
Lire La Suite…

La piscine rolivaloise reste ouverte au grand public !

Même avec les nouvelles restrictions, la piscine de Val-de-Reuil reste ouverte pour les particuliers comme les scolaires ! A la ...
Lire La Suite…

Le club de judo se mobilise pour les femmes et les restos du cœur

Mercredi après-midi, les femmes étaient à l’honneur lors de la séance hebdomadaire du Judo des 2 RIV. Au programme, initiation ...
Lire La Suite…

Le sport à Val-de-Reuil

Le sport à Val-de-Reuil

Les sports

Le sport fait partie de l’ADN, de l’identité, des passions de Val-de-Reuil. Il y a grandi à l’ombre de clubs ...
Lire La Suite…
Réserver un accès à la piscine

La piscine

La piscine sera accessible au public à compter de lundi 8 Mars. Seul le grand bassin avec le toit ouvert ...
Lire La Suite…
à Val de Reuil des activités sportives pour tous les goûts et à tout âge

Les activités sportives à Val de Reuil

De nombreuses activités sportives sont proposées par le services des sports de Val-de-Reuil ainsi que par plus de 50 associations ...
Lire La Suite…
Sport santé sur ordonnance

Sport Santé sur ordonnance

Depuis le 1er juin 2017, la Ville de Val-de-Reuil, est engagée dans le dispositif « Sport sur Ordonnance ». A ...
Lire La Suite…
Le stade couvert Jesse Owens en configuration de meeting international

Stade couvert Jesse Owens

Jesse Owens reçoit régulièrement des manifestations diverses (meetings sportifs, colloques, conférences, repas et spectacles). Citons pêle-mêle : le Forum des ...
Lire La Suite…
La Rolivaloise 2021

La Rolivaloise

« La Rolivaloise » est de retour, du 20 au 28 Mars, sur 5 ou 10 kilomètres, ou plus si ...
Lire La Suite…

Made In Val-de-Reuil : La Ferme des 2 Rives

Située à Val De Reuil entre la Seine et l’Eure, le long de la voie verte, la Ferme des 2 Rives, inaugurée en septembre 2019, est une ferme maraichère en Agriculture Biologique, permaculture, agroécologie de l’Association YSOS une filiale du Groupe SOS Solidarités. Cette association déploie tout un panel d’actions autour du logement et de l’insertion professionnelle. En plus de produire des fruits et des légumes de qualité, cette exploitation forme et accompagne des personnes vers la réinsertion professionnelle. Un havre écologique et éthique de 2,5 hectares, sur 5 qu’elle dispose, 100% Made In Val-de-Reuil !

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

Avec les témoignages de Romain Carvahlo directeur des filiales de l’association YSOS, Arnauld Chappedelaine Responsable d’exploitation et Sophie Habbar salariée en insertion.

L’ensemble de la production est commercialisé auprès des magasins bio comme Val2Bio, des grossistes bio ou encore des conciergeries d’entreprise.

D’autres circuits sont également développés avec la vente directe à la Ferme le vendredi après-midi de 14H à 17H et le samedi matin de 10H à 13H ainsi que sur coopcircuits.fr, une plateforme de vente en ligne.

Tournage et montage : Olivier Bonnet

Rédaction et voix off : Coline Lefèvre

 

Plus de renseignements : 

La Ferme des 2 rives Sente Maraichère (derrière la gare SNCF) 

27100 à Val-de-Reuil

Tél : 02 32 63 08 47

 

 

Un avant goût des Jeux Olympiques !

À l’occasion de la journée olympique et paralympique organisée ce mercredi 23 juin au stade Jesse Owens, des jeunes Rolivalois fréquentant les clubs sportifs de la Ville, ont pu découvrir, aux côtés d’athlètes de renommée, une dizaine de disciplines phares des Jeux Olympiques ! 

Fédérer, créer du lien, se défouler… Des valeurs sportives bien connues à Val-de-Reuil. À l’occasion de la journée olympique et paralympique, la Ville s’est associée au Comité Départemental Olympique Sportif de l’Eure (CDOS 27)ainsi qu’au Comité d’Organisation des Jeux Olympiques pour une journée exceptionnelle organisée au stade Jesse Owens ! Plus de 200 jeunes âgés de 6 à 13 ans, licenciés des clubs sportifs, ont pu découvrir, auprès d’athlètes d’exception, une dizaine de disciplines des Jeux Olympiques ! Du football à l’escrime en passant par le golf, le basket-ball, le badminton, la lutte… les sportifs en herbe se sont défoulés en créant du lien avec ces athlètes professionnels !

Tous unis par le sport 

“Ça fait bizarre d’avoir des grands sportifs en face de nous” souffle Léa devant Kséniya Moustafaeva, ancienne gymnaste rythmique quintuple championne de France, qui lui montre comment manier le ruban. Tout comme cette jeune Rolivaloise âgée de 10 ans, des licenciés de tous les clubs sportifs de la ville se souviendront longtemps de cette journée et de ces trois heures passées aux côtés des plus grandes stars du haut-niveau. “ C’est une superbe initiative cet événement. Je peux à la fois répondre aux interrogations des enfants et leur faire partager mon savoir. J’étais même très étonnée de voir qu’il n’y a pas que les filles qui sont venues me voir ! Les jeunes garçons voulaient eux aussi essayer le ruban et ballon, c’est génial pour casser les clichés autour de ma discipline”, souligne la finaliste aux Jeux Olympiques de Rio en 2016, qui a mis pour la première fois les pieds à Val-de-Reuil : “C’est dingue les installations ici, les clubs ont tout ce qu’il faut. J’aurais aimé avoir ça lors de ma première licence !”

Un peu plus loin, dans la salle d’échauffement, une trentaine de petits basketteurs s’agitent. C’est aux côtés d’Emilie Gomis, vice-championne Olympique de Basket aux JO de Londres en 2012, que ces Olympiens en herbe apprennent à dribbler et mettre des paniers avec précision.“Moi aussi j’ai débuté dans un milieu amateur. Être dans un club c’est l’école de la vie ! C’est d’ailleurs pour ça que je suis là, je viens régulièrement à Val-de-Reuil pour venir au contact des plus jeunes. C’est en faisant des actions collectives comme celle-ci qu’on montre que nous sommes unis”,  sourit-elle en repartant mettre un panier sous le regard attentif de Mathias. “Je l’ai déjà vu à l’école, en vidéo elle répondait à nos questions. C’est trop bien de jouer avec”, s’exclame le petit légèrement timide face à la basketteuse. 

“Raviver la flamme en se rassemblant” 

De l’autre côté du stade, Brice Guyart, champion Olympique de fleuret aux JO d’Athènes en 2004, est en pleine partie d’escrime avec Donovan. Une fente, une parade et l’Olympien du fleuret laisse son adversaire de 12 ans remporter le match haut la main. “Ça me fait plaisir de jouer contre eux. Être au contact des jeunes c’est aussi la magie des Jeux, surtout après ces longs mois sans pratiquer pour certains à cause de la pandémie. C’est indispensable de se rassembler autour du sport”, s’exclame l’athlète en ôtant la chasuble qu’un club lui a prêté.  Pour lui, cette journée c’est aussi de fédérer la jeunesse rolivaloise en leur montrant et en leur inculquant toutes les clés pour atteindre des sommets : “Je leur montre mes médailles d’or olympique, je donne beaucoup de conseils aussi ! Disons qu’on ravive la flamme ensemble, à l’approche des JO, ça prend tout son sens…”

Vers 16H, les jeunes se sont tous rassemblés pour profiter d’un spectacle de démonstration. Notamment un show avec le club rolivalois de BreakDance, une nouvelle discipline qui figurera aux Jeux Olympiques de Tokyo. Le calme s’est vite dispersé pour laisser place à des applaudissements et des cris d’impressionnants de la part des enfants quand Jonathan Ith, animateur sportif à la Ville et finaliste de la France a un Incroyable Talent en 2015,  s’est mis à tourbillonner sur lui-même. 

Un après-midi de partage qui s’est terminé par une séance de photos-dédicaces avec l’ensemble des athlètes telle que Perrine Saint-Etienne, championne de France de Judo ou encore Muriel Hurtis, championne du monde du relais 4X100 mètres en 2003. Le stylo en main, l’ancienne sprinteuse a signé une ribambelle d’autographes : “c’était un beau moment d’échange, j’ai pu les encourager et leur transmettre les valeurs Olympiques. C’est drôle car les questions étaient toutes les mêmes : Combien de médailles j’ai gagné, combien de kilomètres j’ai fait…. C’est mignon et très flatteur”

Sac sur le dos, maillots floqués “Val-de-Reuil, Terre de Jeux  2024” et autographes en main, les petits Rolivalois sont rentrés chez eux des souvenirs et des conseils qu’ils garderont à jamais dans leurs mémoires !  

 Une  journée qui marque le début d’une longue série pour la Ville, sélectionnée comme base arrière des Jeux Olympiques de 2024.

 

 

 

 

La Ludothèque : Un jeu d’enfant mais aussi d’adulte !

La Ludothèque rolivaloise a rouvert ses portes ! Un plaisir pour les joueurs qui peuvent revenir se creuser les méninges et se faire plaisir avec plus de 300 jeux et jouets mis à leur disposition ! 

Échecs, dominos, jungle speed ou encore Uno, la Maison du Jeu de Val-de-Reuil peut enfin accueillir du public ! Fermée depuis octobre dernier en raison de la crise sanitaire, la ludothèque située rue Grande a déjà des adeptes. 

Le plaisir du jeu retrouvé

Il est 16h et les rayons du soleil sont au plus fort. Dans les rues, des enfants défilent sur la dalle piétonne pour aller se rafraîchir à la piscine. D’autres sont plus intrigués par les jeux en bois installés à l’extérieur de la ludothèque. Un pion sur le côté, un autre à gauche, et Amed gagne la partie ! Ce petit Rolivalois ne connaissait pas la maison du jeu, une trouvaille qui semble le convaincre de venir plus souvent : “On est passé par là et on s’est dit qu’on allait essayer”. Sur la table, Mohamed s’initie au quoridor, un jeu de réflexion en bois. “Maintenant c’est moi qui ai gagné” , tonne le jeune homme face à son copain avant de déguerpir vers une autre activité.

Nouveaux aménagements 

À l’intérieur, Elsa Barré et Svetlana Rossi font une pause dans leur journée. Pour les deux animatrices, cette réouverture est une véritable bouffée d’air frais. “ Notre travail ne s’est pas arrêté pour autant pendant la fermeture. On a repensé l’aménagement, on a fait l’acquisition de nouveaux jeux, on a inventorié et classifié chaque nouvelle pièce…” explique Elsa qui a passé son diplôme de ludothécaire récemment : “Ça fait du bien de revoir du monde et de voir le lieu fonctionner à nouveau !” 

Grâce à ses nouvelles qualifications, cette professionnelle du jeu a repensé le lieu avec des parties significatives adaptées aux enfants et aux plus grands : “Il y a un espace d’exercice et de manipulation qui fait appel au visuel et au toucher, ensuite l’espace symbolique qui permet d’incarner un rôle comme les mimes, suivi par l’espace de mise en scène où les enfants peuvent faire vivre des personnages et enfin les jeux de règles qui mixtent les compétences acquises.” L’espace d’assemblage, quant à lui, ne vise pas uniquement les enfants mais aussi les adultes en réunissant toutes les compétences transversales acquises au fil du jeu.

“Ça me fait tellement plaisir” 

Une nouvelle disposition qui ravit Christine, adhérente depuis l’été dernier à la ludothèque. “Je me souviens que des enfants rentraient ici. J’ai été curieuse alors je suis rentrée et m’y suis inscrite”, s’exclame la Rolivaloise, heureuse de pouvoir rejouer aux échecs et retrouver de l’interaction sociale  : “Quand j’ai appris la réouverture, ça m’a fait tellement plaisir ! Surtout pour revoir du monde”. 

Pour profiter et explorer les divers aspects du jeu, la maison propose une adhésion à l’année par famille (parents et enfants) et une adhésion annuelle pour les demandeurs d’emploi. Chaque adhérent peut venir s’amuser sur place ou emporter ses jeux favoris chez lui. 

Plus de renseignements au 02.32.40.50.41 ou par mail ls4j@wanadoo.fr

Ouvert le mardi et jeudi de 16h30 à 18h30,  le mercredi et samedi de 14h à 18h30. Et pendant les vacances scolaires du mardi au samedi de 14h à 18h30.

Réservation des jeux possible sur  www.myludo.fr

Ludothèque de Val-de-Reuil 136 Rue Grande 

 

Vous êtes sans connexion