Étiquette : réussite

Brevet et Baccalauréat : félicitations à la promotion 2018 !

Avec le mois de novembre est venu le temps de la traditionnelle remise des diplômes, fruit de longues années de travail pour les collégiens et les lycéens. Petit tour d’horizon des résultats de la promotion 2018 à Val-de-Reuil.

Collège Alphonse Allais : 95,95 % de réussite !

Grande satisfaction pour tous, anciens collégiens, parents et toute l’équipe administrative et enseignante du collège Alphonse Allais vendredi 17 novembre. La promotion 2018  du Diplôme National du Brevet (DNB)  a en effet été exceptionnelle ! D’un point de vue comportemental, comme le soulignait la principale Estelle Morin, mais aussi des résultats avec 95,95% d’admis, alors que le taux de réussite dans le département de l’Eure a été de 86,36 % !

Une cérémonie où se succédaient nominations et applaudissements de parents très fiers venus en nombre récupérer le premier diplôme de leurs enfants. A noter que 81,69% des admis ont décroché une mention dont 35% de très bien, 22,54% de bien et 23,94% d’assez bien.

Lycée Marc Bloch : 19,91 de moyenne pour le major de la promotion !

La semaine suivante c’est la joie des retrouvailles qui imprimait l’ambiance au lycée Marc Bloch. Six mois sans se voir… L’occasion de cette remise du diplôme du Baccalauréat, et du dossier scolaire de l’élève depuis le Cours préparatoire, a permis à chacun de prendre des nouvelles de ses anciens camarades, permis de faire des comparaisons entre les différentes facs, les différents cursus, de revoir ses photos portraits de primaire. Elle a surtout permis d’applaudir à tout rompre les 28 lauréats de la mention très bien pendant la cérémonie organisée à cet effet par le proviseur Joël Garnier et toute  l’équipe pédagogique.

La série Générale a en effet obtenu 93,25 % de réussite (91,10% en moyenne au niveau national) et la série technologique 82,25%. Sur 201 admis, 84 bacheliers ont été reçus avec mention :  28 assez bien, 28 bien et 28 très bien. Félicitations particulières au 3 premiers qui ont obtenu leur diplôme avec plus de 19 de moyenne dont le major de la promotion Adrien Sarg (photo ci-dessus), en série ES, avec 19,91 !

Marc-Antoine Jamet à la dernière promotion du collège Pierre Mendès France : Que chacun d’entre-vous réussisse !

Ambiance solennelle et empreinte d’émotion  un peu plus tard au collège Alphonse Allais qui a accueilli la remise du DNB de la dernière promotion du collège Pierre Mendès France (fermé en juin sur décision du Conseil départemental) devant une assistance très nombreuse. Sur 67 inscrits à l’épreuve, 47 ont été reçus dont 30 avec mention (12 assez bien, 10 bien et 8 très bien).

Marc-Antoine Jamet, maire de la ville, a félicité enseignants, parents  et élèves, prodiguant à ces derniers quelques conseils : « J’espère que vous continuerez ce travail…Vous avez franchi un grand pas. Ce Brevet est une petite feuille mais un grand pas pour vos familles et j’en suis fier pour vous et pour Val-de-Reuil ».  Et d’ajouter « Je suis triste aussi car ce Brevet ne vous est pas remis dans votre collège de proximité…c’était plus d’intérêt général et d’éducation dans le quartier… On a fermé PMF, c’est dommage !  Mais je vais vous dire, je suis surtout heureux et je laisse ma tristesse de côté car ce qui compte pour moi et c’est le plus important : que chacun de vous réussisse ! »

L’enfance et la jeunesse à Val-de-Reuil

petite enfance crèches enfance jeunesse

Inscriptions, tarifs, prix, paiements des services enfance & jeunesse

Inscrire son enfant en crèche, à l'école, dans un centre de loisirs, à la restauration scolaire, connaître les tarifs, payer ...
Lire La Suite…
La maison de l'enfance

Crèches, Relais d’assistantes maternelles, la Parent’aise

Les adresses, les crèches, le relais d'assistantes maternelles, la maison de l'enfance, les infos utiles pour la petite enfance La ...
Lire La Suite…
Pour tous les jeunes rolivalois(es)

Centres de loisirs de 3 à 25 ans

Infos utiles sur les lieux d'accueil jeunesse qui reçoivent les jeunes âgés de 3 à 25 ans, dans 9 lieux, ...
Lire La Suite…
La cyberbase Isaac Asimov à Val de Reuil

La cyberbase

L’objet d’une cyber-base est d’initier, des débutants aux plus confirmés, aux technologies de l’information et de la communication (TIC), dans ...
Lire La Suite…
L’éducation et la formation : une priorité de tous les instants

L’éducation et la formation

Chaque année, la ville consacre 10 % du budget municipal aux écoles. Rentrée scolaire : ce que les établissements scolaires ...
Lire La Suite…
menu de la cantine

Le menu des cantines

L'enfance et la jeunesse à Val-de-Reuil Nos actualités sur l'enfance et la jeunesse ...
Lire La Suite…

Nos actualités jeunesse

La Ludothèque prête ses jeux !

COVID-19 oblige, jouer entre amis dans une même pièce est déconseillé. Mais pas question de renoncer à la joie du ...
Lire La Suite…

Les porte-clés du bonheur !

Mary Babojian et Émeric Feuillolay, deux jeunes résidents du Foyer de Jeunes Travailleurs (FJT) de l’ESPAGES ont offert des porte-clés ...
Lire La Suite…

ATSEM (H/F)

Cadre d'emploi : Vous assistez le personnel enseignant pour la réception, l’animation et l’hygiène des très jeunes enfants. Vous préparez ...
Lire La Suite…

Le Père Noël a conquis le cœur des Rolivalois

Trois jours durant, en guise de répétition générale avant sa grande tournée, le Père Noël était de passage à Val-de-Reuil ...
Lire La Suite…

Valdereuil_infos n°20 – DECEMBRE 2020 – JANVIER 2021

En une de ce numéro : Nos commerçants ont du talent ! - Plateforme clic et collecte, plan de soutien ...
Lire La Suite…
Conseil municipal - gestes barrières

Conseil municipal du 16 Décembre 2020

Retrouvez la retransmission en direct du Conseil municipal du 16 Décembre L’organisation de la séance prend en compte le respect ...
Lire La Suite…

Une semaine pour concrétiser son projet professionnel

Le CCAS de Val-de-Reuil déploie régulièrement le dispositif "100 chances,100 emplois". Son objectif : concrétiser les projets professionnels des Rolivalois et habitants ...
Lire La Suite…
Conseil municipal - gestes barrières

Conseil Municipal du 23 Novembre 2020

Retrouvez la retransmission en direct du Conseil municipal du 23 Novembre L’organisation de la séance prend en compte le respect ...
Lire La Suite…

Une infirmière apprend aux écoliers de Louise Michel à bien porter le masque

Vendredi 6 novembre, les élèves de l'école Louise Michel ont pu poser toutes leurs questions à l'infirmière du collège Montaigne, ...
Lire La Suite…

Brevet des collèges : 81 % de réussite à PMF

L’émotion était palpable vendredi 24 novembre au collège Pierre Mendès France pour la remise du Diplôme National du Brevet (DNB). Une émotion particulière ressentie par Jean-Jacques Coquelet, Conseiller départemental et adjoint au maire « de savoir si on sera là l’année prochaine… je vous promets de continuer à me battre avec vos parents et vos enseignants pour sauver ce collège, acteur de votre réussite. »

La session 2017 des collégiens de PMF avec leur diplôme
La session 2017 des collégiens de PMF avec leur diplôme
Marc-Antoine Jamet, entouré du Principal Etienne Crétu et de son adjointe Kattel Gaillardou, est venu saluer les élèves
Marc-Antoine Jamet, entouré du Principal Etienne Crétu et de son adjointe Kattel Gaillardou, est venu saluer les élèves
Une belle réussite en effet, à hauteur de 81 %, rappelée par le Principal Etienne Crétu, dont 6 mentions très Bien, 7 bien et 12 assez bien sur les 58 élèves qui se sont présentés à l’épreuve.

« Ce qui compte c’est de faire ce dont vous rêvez » et  Catherine Duvallet, 1ère adjointe au maire de les féliciter au nom du Conseil municipal et de leur souhaiter tous ses vœux de réussite scolaire et professionnelle.

Après avoir signé le registre les élèves ont apposé une seconde fois leur signature sur leur diplôme remis par leurs professeurs… assorti de deux places de cinéma en signe de récompense. Un petit souvenir  culturel, pour ces jeunes « fierté de cette commune qui mise sur la jeunesse ».

 

Joie et fierté à la remise du dipôme
Joie et fierté à la remise du dipôme
 

Maintenant que l’on sait, Pierre Mendes France doit rester ouvert ! – réaction de Marc-Antoine Jamet

Maintenant que nous savons que le Ministre compétent est contre, que le Préfet de l’Eure est contre, que le recteur de Normandie est contre, que le directeur académique de notre département est contre, que les conseillers départementaux de notre canton sont contre, que le Maire et le conseil municipal de Val-de-Reuil sont contre, que le chef d’établissement et les professeurs du collège Pierre Mendès France sont contre, que les parents des 350 élèves inscrits (qui seront 450 l’année prochaine) sont contre.

Maintenant que nous avons été informés que la principale du collège Alphonse Allais prévoit des effectifs pour la rentrée 2018 de près de 500 élèves, ce qui met son établissement dans l’incapacité d’accueillir un enfant de plus.

Maintenant qu’il est de notoriété publique que le Collège Michel de Montaigne a refusé l’inscription de plusieurs enfants issus des CM2 de Val-de-Reuil à la rentrée 2017 alléguant qu’il était saturé et que c’est la vérité.

Maintenant qu’il est établi que jamais le collège Pierre Mendes France n’a été un collège du type Pailleron et que le prétendre était un grossier mensonge ou une la preuve d’une parfaite ignorance de la réalité.

Maintenant que l’on se souvient que M. Sébastien Lecornu, jeune exécutif départemental devenu jeune secrétaire d’Etat au prix d’une grande souplesse idéologique, rompant avec la gestion brutale et secrète du dossier qui avait prévalu, avait indiqué, par une lettre reçue à la Communauté d’agglomération, qu’il fallait, localement, pendant un an, en engageant la concertation avec tous les acteurs, mener une réflexion sur le principe même de la fermeture de cet établissement plutôt qu’un autre et que ce travail n’a connu aucun début de concrétisation, ce qui pourrait montrer, chose impossible à croire, que les promesses varient d’un exécutif à un exécutant départemental en seulement quatre mois.

Maintenant que l’on se rappelle que l’agglomération Seine Eure, unanime, a voté en juin dernier un moratoire d’au moins deux ans reportant toute décision tant une fermeture paraissait déstabilisatrice pour notre territoire, que cette volonté politique rassemble localement Gauche et droite, et qu’il faut respecter cette unité.

Maintenant que nul n’ignore que le Conseiller départemental LR de Louviers M. Jubert, convaincu de sa stupidité, avait fait son affaire du retrait rapide de la mesure décriée.

Maintenant que l’on constate que les 200 logements annoncés à Val-de-Reuil (AMEX, Extraco, Nexity, Altitude) sont en train de se construire pour la prochaine rentrée et que 500 autres sont lancés.

Maintenant que l’on observe que Val-de-Reuil est lancé dans un nouvel ANRU, le PNRU2, et que le but de ce projet est précisément d’éviter les friches administratives grâce à la participation budgétaire du département que la fermeture de PMF par le même département créerait, schizophrénie pour le moins ubuesque, voire kafkaïenne.

Maintenant que, sous l’autorité du Président de la République Emmanuel Macron que je vais saisir, le Gouvernement de Edouard Philippe, que je vais saisir, a donné la priorité au soutien des élèves de ZEP et que, comme pour le Collège Pablo Neruda d’Evreux, le ressort du Collège Pierre Mendès France de Val-de-Reuil est le plus directement concerné par cette initiative, initiative à laquelle on imagine mal que le Conseil Départemental de l’Eure s’oppose, puisque c’est le département de M. Bruno Le Maire, département qui compte cinq députés En Marche (tous muets sur ce sujet qui va pourtant contre le programme de leur Majorité Parlementaire).

Maintenant qu’une rumeur folle prétend qu’il s’agira pour M. Le Hongre d’envoyer les enfants qui allaient naguère à Louviers à Michel de Montaigne au Vaudreuil pour mieux envoyer sur des routes encombrées de camions les petits rolivalois (dont on sait qu’ils sont évidemment pauvres, étrangers, en difficulté, et sans doute un peu bêtes !) à Pont de l’Arche ou à Louviers (deux heures de trajet/jour et, hélas, potentiellement des accidents dont M. Le Hongre sera personnellement responsable) avec les répercutions que l’on sait sur la santé, le sommeil, les résultats d’enfants de 10 à 14 ans, laissant place à toutes les stratégies familiales de contournement qui asphyxieront Montaigne, sans parler du coût faramineux du transport pour la collectivité publique.

Maintenant qu’on s’aperçoit que rompre la chaîne éducative d’excellence qui unit les écoles rolivaloises au meilleur lycée du département, Marc Bloch, via le collège Pierre Mendes France est une absurdité sans nom, l’exemple même du mauvais service public.

Maintenant que l’on discerne que ceux qui mettent en oeuvre cette décision ont certainement des qualités, mais n’ont aucune légitimité pédagogique (en tant que Président actuel du CNED et ancien président de la commission paritaire d’un de nos établissements universitaires les plus prestigieux, j’en ai à peine…) et n’agissent qu’au nom d’une logique comptable que, en magistrat de la Cour des comptes, je recommanderais fermement à mes collègues de la Chambre Régionale des Comptes, de juger comme une politique de Gribouille ou une stratégie du sapeur Camembert.

Maintenant que l’ont sait que le bailleur social IBS est prêt à affecter le bâtiment mitoyen du collège à un internat.

Maintenant que le Ministre de l’éducation a demandé que le dossier soit évoqué à son cabinet.

Il apparaît évident, à tous les esprits logiques, éclairés, républicains, qu’il faut ajourner sine die le conseil d’administration du Collège Pierre Mendès France du 2 octobre 2017. C’était au cours de cette réunion que la décision sans aucun fondement de fermer l’établissement devait être prises. A contrario, il est temps de se mettre enfin à travailler sérieusement, entre professionnels, sans politiciens, et d’examiner le maintien du Collège Pierre Mendes France grâce à la création d’un Internat d’Excellence (astucieusement à 1000 mètres d’une gare !) piste que, sur la suggestion des services de Jean-Michel Blanquer alors directeur de l’enseignement scolaire au Ministère de l’éducation, le département de l’Eure avait étudié lorsqu’il était –bien- géré par Jean Louis Destans.

Marc-Antoine JAMET
Maire de Val-de-Reuil

[embeddoc url=”https://www.valdereuil.fr/wp-content/uploads/2017/10/vdrmagedito004.pdf” width=”100%” download=”all” viewer=”google”]

Palmarès des lycées : Marc Bloch en tête dans l’Eure

Le Ministère de l’Education Nationale vient de le confirmer : le lycée Marc Bloch à Val-de-Reuil retrouve sa place habituelle en tête des 18 lycées d’enseignement général de l’Eure. Ce titre vient couronner les efforts collectifs menés par l’équipe éducative de Marc Bloch pour conduire leurs élèves vers la réussite au baccalauréat, un parcours universitaire de qualité, une situation forte sur le marché de l’emploi.

Le baccalauréat 2016 a été un excellent cru pour le lycée Marc Bloch, le meilleur même depuis de nombreuses années. Fort d’un taux de réussite atteignant le record de 93,2%, le lycée rolivalois peut être particulièrement fier de ses 178 admis, toutes séries confondues (L ; ES ; S ; STMG).

Cela d’autant plus que l’établissement a également battu son record de mentions (assez bien, bien et très bien) pour atteindre les 48,3% : près d’un bachelier sur deux ayant ainsi obtenu une des trois mentions ! C’est donc officiel depuis quelques jours : le lycée Marc-Bloch est en tête des 18 lycées de l’Eure. La performance est d’autant plus exceptionnelle que le Ministère de l’Education Nationale établit son classement en fonction de plusieurs critères complexes : outre le taux de réussite, il prend en compte différents indicateurs sociologiques, mais aussi les modes d’accompagnement des élèves.

 40 % d’élèves issus de milieux fragiles

Le lycée rolivalois, qui compte un peu plus de 800 élèves, accueille 40 % de jeunes issus de milieux fragiles, alors que la moyenne nationale s’élève à 25 %. C’est dire la prouesse réalisée. C’est la preuve, en était-il besoin, que l’équipe éducative, très impliquée dans la vie de l’établissement et soucieuse de la réussite de ses élèves, multiplie les initiatives pour donner à tous, quel que soit l’environnement familial, les meilleures chances de réussite.

Parmi ces dispositifs, les groupes de soutien (petits groupes de quelques élèves) proposés en plus de la classe fonctionnent très régulièrement tandis que les préparations soutenues au baccalauréat, un samedi matin sur deux pour les élèves de Terminale et un samedi matin sur quatre pour les élèves de Première, sont particulièrement appréciées des élèves comme des familles.

Par ailleurs, dans ce lycée à taille humaine, réputé convivial et familial, que la Région avait agrandi et rénové à la demande de Marc-Antoine Jamet, les enseignants travaillent en permanence dans la concertation afin d’optimiser les chances de réussite des lycéens.

Un gain de 2 points

Toutes ces initiatives ont, sans aucun doute, permis d’aboutir à cet écart de deux points qui sépare le taux de réussite qu’attendait le Ministère de l’Education Nationale de celui réalisé par l’établissement. Toutes séries confondues, le gain s’élève en effet à 2 points (alors que 15 des 18 lycées de l’Eure affiche une écart de 0 à -9).

Ce qu’en pense le maire

Au final, le Maire de Val-de-Reuil a déclaré : « Je veux féliciter l’ensemble de l’équipe éducative emmenée par notre remarquable Proviseur, Jean-Pierre Cantrelle. Ces résultats me confortent dans l’idée que l’école est la priorité. Elle continuera donc à être notre premier budget. Si seulement le département voulait bien le comprendre et rénover le collège Pierre Mendes France, antichambre du lycée Marc Bloch. On ne change pas une équipe qui gagne ! ».

De l’oxygène pour les collégiens !

Des ateliers pour lutter contre le décrochage scolaire : c’est le principe du dispositif Oxygène dont a bénéficié un premier groupe de 17 collégiens d’Alphonse Allais. Rencontre.

Des ateliers contre le décrochage scolaire
Des ateliers contre le décrochage scolaire

Pas de classe le jeudi après-midi pour les 17 élèves du collège Alphonse Allais engagé dans le dispositif Oxygène ! A la place, ces collégiens de 6e et 5e ont bénéficié, pendant 11 semaines, d’un programme pédagogique hors du commun : trois heures d’ateliers où chacun pouvait respirer.

« Tous ces enfants ont été repérés au collège : certains sont confrontés à des difficultés scolaires qui s’accumulent, d’autres pourraient bientôt être submergés par ces difficultés si on ne les aide pas maintenant », indique Catherine Jarry, enseignante coordinatrice du dispositif à Alphonse Allais.

S’épanouir autrement

Proposés dans le cadre du programme de réussite éducative (PRE), ces ateliers pour le moins éclectiques répondent à une ambition majeure : lutter contre le décrochage scolaire.

Pour cela, dès le début de la session, chaque jeune choisit un atelier parmi les trois proposés : musique & danse ; cirque ; découverte de l’environnement à la loupe. « Toutes les semaines, ils pratiquent cet atelier pendant deux heures et pendant une heure ensuite, poursuivent au collège avec leur enseignant ».

La clé de la confiance en soi

Ce jeudi 26 janvier, pour la dernière des 11 séances d’Oxygène, les six collégiens de l’atelier musique & danse (organisés en partenariat avec le conservatoire intercommunal de musique et de danse) avaient à cœur de faire une présentation publique de leur travail.

Devant leurs camarades des autres ateliers, ils ont montré leur talent de musicien et de danseur. Une belle démonstration de la confiance en soi retrouvée, de leur fierté à avoir mené à terme ce projet.

« C’est la 3e année que ce dispositif existe et le bilan est très positif, précise Catherine Jarry. Les enfants sont heureux, arrivent ensuite à mieux vivre avec les autres et gardent un excellent souvenir de ces séances ». Après les vacances de février, un autre groupe d’enfants de CM2 et 6e prendra le relais pour vivre à leur tour la même aventure.

Marwa, 13 ans, championne de taekwendo !

Dans la famille Ikhrazzen, le Taekwendo est dans les gènes. Après Hassan le père, après Soulaiman le fils, c’est Marwa, la fille qui met le feu sur les tatamis. Rencontre.

Graine de championne
Graine de championne

A peine 14 ans et déjà un palmarès exceptionnel ! Licenciée du club de Taekwendo de Val-de-Reuil, Marwa Ikhrazzen ne compte plus les titres : en plus des nombreux opens remportés un peu partout en France en 2015 et 2016, elle a décroché la 2e place au championnat de France cadette à Lyon avant de s’imposer au championnat et à la coupe de Normandie en décembre dernier.

Acteur sportif normand

Des performances époustouflantes qui lui ont valu tous les honneurs du comité régional olympique et sportif français (CROS), lequel vient de lui décerner le titre d’acteur sportif normand du 4e trimestre 2016 !

Une belle récompense pour cette jeune athlète que plus rien ne semble aujourd’hui pouvoir arrêter. « Mon objectif : c’est la première place au championnat de France, en avril à Lyon ». Ce titre en poche, c’est le billet pour les championnats du Monde en octobre prochain en Australie que Marwa décrocherait. Autant dire que la collégienne, qui soufflera ses 14 bougies en mars, a décidé de mettre les bouchées doubles pour y parvenir. « Je m’entraîne encore plus que d’habitude : l’enjeu est énorme ».

Sur les pas de son père

Hassan Ikhrazzen, à la fois son père et son coach, est tout aussi déterminé à emmener Marwa au zénith… Comme pour son fils Soulaiman il y a quelques années (champion de France à 12 ans), il est particulièrement fier que sa fille marche sur ses propres pas, lui qui a mené une brillante carrière internationale (champion du monde arabe, champion d’Afrique, 4e au championnat du Monde en 2009, 6e aux jeux olympiques de Sidney…).

« Marwa a envie : elle s’entraîne tous les jours, pendant au moins deux heures et demi après les cours, à Val-de-Reuil mais aussi à Clichy et à Champigny ». En fonction de ses performances en avril, elle pourrait d’ailleurs même être sélectionnée pour rejoindre l’INSEP (centre d’excellence du sport de haut niveau en France) l’an prochain.

Un club qui monte

En attendant, c’est déjà une véritable championne que Val-de-Reuil compte parmi ses sportifs. Un parcours d’exception qui motive aussi les autres licenciés du plus jeune club normand. « J’ai créé ce club il y a 3 ans maintenant et nous avons déjà plus de 80 licenciés », se réjouit Hassan Ikhrazzen également président du TKD VDR. Des enfants dès l’âge de 4 ans mais aussi des adultes (le doyen a 73 ans), des hommes mais aussi des femmes (une équipe féminine de self défense a été créée l’an passé) font vivre ce club, un des meilleurs de Normandie en termes de résultats. « En 2016, nous avons décroché 17 médailles sur l’open international de Normandie : ce qui fait de nous le meilleur club de la région ». Et le club n’a pas dit son dernier mot !

Le Goupe Up offre pour Noël 20 ordinateurs aux écoliers Rolivalois

Un Noël bien mérité pour les élèves d’une Ville engagée depuis 2005 dans un Programme de Réussite Educative (PRE), visant à assurer l’égalité des chances

20 ordinateurs offerts à des collégiens
8 ordinateurs offerts à des collégiens

C’est à Val-de-Reuil que le Père Noël a décidé d’entamer sa tournée. Sous l’impulsion d’Ousmane Ndiaye, adjoint municipal à la transition numérique, un lot de 10 nouveaux ordinateurs, offert aux écoles par le “Groupe Up” anciennement “Groupe Chèque Déjeuner”,vient d’être livré. Dans les prochaines semaines, un second lot identique portera à 20 le nombre total des ordinateurs offerts à Val-de-Reuil saluant ainsi l’engagement de la Ville, labellisée cette année « Ville Internet », en matière de développement du numérique pour tous.

Un Noël bien mérité pour les élèves d’une Ville engagée depuis 2005 dans un Programme de Réussite Educative (PRE), visant à assurer l’égalité des chances. Lutter contre la fracture numérique pour offrir à tous les mêmes chances de réussite dans leur parcours est un véritable défi que la municipalité relève au quotidien. Ecoles, collèges, lycée, l’ensemble des établissements scolaires de la commune est d’ores et déjà connecté au très haut débit. Une connexion dont bénéficiera progressivement l’ensemble des habitants de la cité contemporaine. Pour assurer sa maintenance au quotidien, la Ville procèdera dès le début de l’année 2016 au recrutement d’un agent technique supplémentaire. Par ailleurs, après l’opération « un ordinateur pour chaque collégien » qui a permis, pour la deuxième année consécutive, d’attribuer à 8 collégiens un ordinateur, la Ville s’apprête, après avoir doté 2 écoles en tablettes numériques dès 2013, à mettre à disposition des écoliers 108 nouvelles tablettes dès la rentrée de janvier.

À l’instar du premier collège « CoCon » de l’Eure, le collège connecté Pierre Mendès France, la transition numérique passe à Val-de-Reuil par la solidarité et la pédagogie ! Grâce à ces nouveaux outils, c’est un véritable pack éducatif et numérique qui attend l’ensemble des jeunes élèves rolivalois pour la nouvelle année.

Baccalauréat : remise des diplômes 2014

Remise traditionnelle du Bac au lycée Marc Bloch vendredi soir

Après les excellents résultats au baccalauréat en 2013, le lycée Marc Bloch s’est illustré cette année en battant le record des records : 94,6 % de réussite pour le Bac général (séries L, ES et S), soit 1,5 point de mieux que l’année dernière. Les littéraires (série L) se sont particulièrement illustrés avec 100 % ! Du jamais vu depuis sa première session en 1993. Le Bac T (STG) perd 1 point mais reste à un niveau très élevé avec 89,8% de réussite dont un record pour le Bac GT avec 92,3 %. Ce taux exceptionnel de réussite s’accompagne de l’excellence avec un record de mentions : 47,70% dont 5,70 % de mention Très bien, 14,02 % de mention Bien et 27,80% de mention Assez bien.

La priorité à l’éducation déterminée par la commune trouve aujourd’hui sa récompense autour d’un lycée, pilier de la réussite et de l’attractivité de la Ville.

Passer Sciences-Po à Val de Reuil

Un atelier Sciences-Po existe au lycée Marc Bloch depuis septembre 2008. Cette création est la conséquence majeure de la signature, l’année précédente, entre la ville et le célèbre établissement universitaire parisien, à la suite d’un accord entre son directeur Richard Descoings et le Maire de la Ville, d’une Convention d’Education Prioritaire. Cette procédure spéciale permet à des lycéens issus des zones d’éducation prioritaire d’intégrer la rue Saint-Guillaume par une sélection où entrent en compte, à côté des connaissances académiques, la motivation et le projet personnel du candidat.

Deux élèves du lycée Marc Bloch de Val-de-Reuil ont donc présenté leur candidature et vaillamment défendu leurs chances vendredi dernier devant le jury d’admissibilité à Sciences-Po. Celui-ci, présidé par Marc-Antoine Jamet, qui renouait pour l’occasion avec son long passé de président du jury de Grand’Oral de la section “service public” de l’IEP de Paris, était composé, selon les voeux de Jean-Pierre Cantrelle, le proviseur du lycée Marc Bloch qui sait donner force et élan à son établissement, de Jean-Marc Goglin, docteur en histoire de la philosophie et agrégé d’histoire, professeur au Lycée Marc Bloch, de Guillaume Lefebvre, directeur adjoint du Crédit Agricole Normandie-Seine et grand mécène autant qu’ami de l’établissement, de Valérie Reber-Adler, directrice d’Evol’Action, cabinet de consultants en management des ressources humaines en entreprise.

L’année dernière, sept candidats avaient passé l’épreuve et cinq l’admission finale. Deux d’entre eux, Assia Hassani et Quentin Gossent, ont intégré l’école et y obtiennent d’excellents résultats. Leurs ainés, les premiers à avoir réussi l’entrée, achèvent bientôt leur cycle de formation. Ainsi Grâce Loubassou, l’une des premières Rolivaloises étudiantes de Sciences Po, membre du Bureau des étudiants de l’école, que le magazine Elle a interrogée ces jours-ci sur l’actualité présidentielle (Voir l’article ICI), termine actuellement sa quatrième année à San Francisco chez Séphora, tandis que Kahdija Atif, la pionnière, après une année passée chez LVMH à New York, termine sa cinquième année. Faut-il démontrer autrement que, venant de la plus jeune commune de France, on peut devenir un pilier d’une grande école ?

Leurs noms et ceux de ses camarades qui ont connu la même réussite sont cités en exemples dans les couloirs et du lycée et à Val-de-Reuil. Le plus important, néanmoins, c’est qu’ils ne soient plus des exceptions. A Val-de-Reuil, aujourd’hui, on passe Sciences Po. A Val-de-Reuil, aujourd’hui, on réussit Sciences Po.

Vous êtes sans connexion