Ouverture de la nouvelle gare de Val-de-Reuil : le long combat d’une décennie et demi qui s’achève

Le maire de Val-de-Reuil, Marc-Antoine Jamet, entouré d’élus et d’agents de la municipalité, accueillaient ce matin autour d’un café les usagers quotidiens des TER et des Intercités pour l’ouverture de la nouvelle gare SNCF de Val-de-Reuil

 Sécurité, Qualité, Accessibilité pour l’ensemble des usagers

. Un moment convivial pour une ouverture très attendue. Il y a 15 ans, en effet, commençait un combat difficile pour la ville de Val-de-Reuil entre tensions et partenariat : obtenir que la gare SNCF, construite en 1978, gare nationale, soit rénovée ; l’équipement n’a jamais vraiment répondu aux besoins : pas d’ascenseur,  pas de salle d’attente accueillante, des places de parking en nombre insuffisant, une passerelle enjambant les voies qui avait fort mal vieillie. Point de départ et d’arrivée de 500 000 passagers chaque année, elle ne portait même pas en 2001 le nom de sa propre ville.

Ce fut le premier combat du conseil municipal, symbolique : celui du nom : Louis Gallois, alors président de la SNCF, fit procéder au changement de la signalétique des quais et de l’équipement. La gare jusqu’alors hors sol devenait en 2001 la gare de Val-de-Reuil. Toutefois, malgré l’évidence d’un service au public imparfait qui entachait l’image de la SNCF tout autant que celle de la ville et de son agglomération, il fallut que le maire de Val-de-Reuil et son conseil « mouillent la chemise », prennent le taureau par les cornes afin d’obtenir satisfaction.

Le 25 octobre 2005 devant l’assemblée régionale, Mme Anne-Marie Idrac, future présidente de la SNCF, annonce la rénovation de la gare de Val-de-Reuil et en fait l’une des priorités pour la Haute-Normandie. Une étape décisive est franchie. Le constat porté depuis des années par la commune est confirmé.

Cinq années plus tard, après un grand nombre de courriers aux différents responsables, de réunions à St Lazare, d’interventions de toute nature, de conflits parfois, à la demande de la Ville, Guillaume Pépy, nouveau président de la SNCF, vient à Val-de-Reuil et rencontre en 2010  les partenaires du projet de modernisation. Sa visite est fondatrice. Le projet est enfin définitivement sur rails. La première difficulté rencontrée, la multiplicité de partenaires aux intérêts divers qui avait obligé la ville à jouer les chefs d’orchestre, parait enfin surmontée.

– La SNCF au travers de gare et connexions  pour le bâtiment ;
– Réseau Ferré de France pour les quais et les passerelles ;
– la Région, responsable du transport régional, engagée dans son plan « gares » de modernisation et de travaux d’accessibilité en faveur des personnes handicapées ;
-la CASE au côté de la ville pour les aménagements extérieurs et les parkings

En novembre 2011, le projet de modernisation de la gare est validé par le Président de la région Haute-Normandie, Alain Le Vern.  Sa parole est déterminante. Ce projet s’inscrit désormais dans l’aménagement d’un grand ensemble multimodal et accessible pour tous, de dimension régionale.

Nicolas Mayer-Rossignol, son successeur, a poursuivi ce partenariat et a accru la volonté collective de développer de nouvelles modalités de transport. Cette même année, à la demande de la Ville, est actée avec la Région, la gratuité des 460 places de parking et la première pierre posée en novembre 2014.

L’ouverture de la nouvelle gare ce matin est donc le fruit du travail de conviction menée par Val-de-Reuil qui a réussi à mettre, non sans difficultés, tous les partenaires autour d’une même table pour que notre gare, l’une des les 10 gares régionales les plus importantes en terme de fréquentation, premier visage de la Ville puisse enfin lui ressembler en terme de qualité de modernité et de services. La gare de Val-de-Reuil sera donc plus moderne, plus accessible, plus accueillante, répondant aux critères du développement durable. Elle gagne en convivialité et en services, avec ascenseurs (mis en service début mai), escalier couvert, 460 places de parking, toilettes et distributeur de boisson et friandises.

Pour notre territoire, c’est une victoire. Ce projet historique va changer la vie du demi-million d’usagers qui la fréquentent chaque année. Autant d’étudiants, de salariés, de touristes qui profiteront d’un service public de grande qualité, au juste niveau des ambitions fixées à Val-de-Reuil.

Pour l’emploi et la croissance. Elle est le point d’orgue d’un projet plus global voulu par la municipalité, ce nouveau quartier à l’Est de la Ville qui se crée autour de 4 axes majeurs :
accroître l’activité économique : le projet de 4 bâtiments de 1500m² chacun, porté par SPie Batignolles dans le cadre du quartier numérique de la Caisse des Dépôts et Consignations,  proposant une offre immobilière attractive pour les entreprises du numérique ;
construire de nouveaux logements, locatifs ou en accession : la Chênaie, l’éco village des Noës, dont les premiers logements seront livrés courant avril, et Altitude lotissement.
implanter de nouvelles activités ludiques, sportives et culturelles avec le théâtre de L’Arsenal, ouvert en janvier et d’une capacité de 600 places assises, Toukiland et le futur complexe de futsal ;
privilégier la proximité des services publics : juste à côté du Centre Technique Municipal et de la maison du Département, non loin de la mairie et du CCAS rénové.