Le Département signe la mort de PMF

Ce matin, au terme de deux longues heures de débats, le conseil départemental a entériné l’impensable : la fermeture du collège PMF. Un triste jour pour Val-de-Reuil et toute l’agglomération.

Derrière le slogan "Le CD 27 nous fout à poils", des opposants ont manifesté en nuisettes et torse nu
Derrière le slogan “Le CD 27 nous fout à poil”, des opposants ont manifesté en nuisettes et torse nu

Jusqu’au bout, ils ne pouvaient croire à l’impensable ! Jusqu’au bout, les défenseurs du collège PMF voulaient s’en convaincre : la raison l’emporterait forcément sur une irrationnelle obstination à vouloir fermer l’établissement scolaire, quoi qu’il en coûte.

Pourtant, ce matin, le Conseil Départemental, réuni en séance plénière, a bel et bien entériné la fermeture de PMF et, de ce fait, validé la nouvelle carte scolaire. 31 conseillers départementaux ont validé cette carte ; 11 s’y sont opposés et 4 se sont abstenus.

Le CD 27 était bien décidé à fermer PMF
Le CD 27 était bien décidé à fermer PMF

Que ce soit du côté des 36 maires de l’Agglomération Seine-Eure et leurs élus, des parents d’élèves, des enseignants ou des acteurs locaux mobilisés au nom de la réussite éducative des enfants du territoire, c’est à la fois l’incompréhension, le désarroi et un effroyable sentiment d’injustice qui dominent aujourd’hui : comment se résigner à voir leurs enfants sacrifiés au nom d’une logique « obscure » ?

Avant le vote pourtant, plusieurs conseillers départementaux – opposés à l’hypothèse du CD27 – avaient pris la parole, une dernière fois, pour tenter de convaincre Sébastien Lecornu & Pascal Lehongre et leur majorité. De Janick Léger qui d’emblée rappelait que cette décision reposait sur une série de mensonges : que ce soit le nombre limité de collèges dans le département, les problèmes de sécurité du bâtiment de PMF ou encore le fait qu’il soit un établissement dit « Pailleron ».

Le plaidoyer des élus opposés à la fermeture de PMF

« Cette décision est injuste : alors même que dans la SNA (communauté d’agglomération de Vernon où Sébastien Lecornu est élu) dispose du même nombre de places vacantes que dans l’agglomération Seine-Eure, on y reconstruit là-bas un collège. Vous imposez un traitement inéquitable entre les territoires ».

De son côté Marie-Annick Deshayes (conseillère départementale canton de Pont de l’Arche). « Vous allez déraciner encore un peu plus des enfants fragiles et favoriser leur échec scolaire alors que la logique voudrait qu’on donne plus à ceux qui ont moins ». Et la conseillère départementale d’ajouter que cette nouvelle carte scolaire imposera « 35335 km en plus de bus pour transporter tous les enfants ».

Egalement opposé à la fermeture de PMF, Francis Courel (conseiller de Montfort sur Risle) et ancien vice-président du conseil général chargé des collèges (sous la mandature de JL Destans) réclamait pour sa part un report de ce vote pour approfondir le sujet et rendre une décision éclairée.

Jean-Jacques Coquelet enfin mettait le doigt sur « les conséquences de cette décision sur la vie quotidienne de centaines de familles. L’écosystème éducatif risque d’être tout simplement rompu ». C’est en effet tout un parcours éducatif qui est mis en place à Val-de-Reuil pour favoriser la réussite des petits Rolivalois.

Pour celui qui est également adjoint au maire de Val-de-Reuil, cette décision est par ailleurs un non-sens eu égard aux 660 constructions neuves prévues sur la ville d’ici 2020.

Malgré la mobilisation, rien n’y a fait !

Symboliquement, les manifestants ont brandi le chèque de 10 millions d'euros issu de la proposition de l'agglo
Symboliquement, les manifestants ont brandi le chèque de 10 millions d’euros issu de la proposition de l’agglo

Autant d’arguments qui n’ont malheureusement pas suffi à infléchir la position du Conseil départemental, bien décidé à fermer le collège PMF tout comme le collège Neruda à Evreux.

C’est ainsi qu’il avait balayé d’un revers de main l’ensemble des propositions concrètes mises sur la table par l’Agglomération et la mairie de Val-de-Reuil, de financer à hauteur de 75 % la construction du nouveau collège (50 % par l’Agglo et 25 % par la Ville) mais aussi d’assurer l’ensemble de ses coûts de fonctionnement jusqu’à la reconstruction (proposition de l’agglomération).

La bataille est donc finie autour du collège PMF ? Il semble bien que non… Plus de détails dans les prochaines heures !

En attendant, jusqu’au bout, les opposants se seront fait entendre. Ils étaient plusieurs centaines ce matin, alors que les débats s’intensifiaient dans l’hémicycle à crier leur colère devant l’Hôtel du Département.

Banderoles déployées, parents d’élèves, enseignants, habitants… voulaient garder l’espoir jusqu’au bout. Lorsqu’à 13h30, le couperet est tombé : les cris, les larmes, la colère ont redoublé dehors… et surtout l’inquiétude et la détresse pour les mois et les années à venir !

Les photos