Des achats de nécessité en toute sécurité

Les commerçants rolivalois peuvent avoir la conscience tranquille. Depuis lundi 2 novembre, la municipalité a renforcé le protocole sanitaire aux abords et à l’intérieur des magasins qui continuent à accueillir du public. Les clients peuvent acheter leurs journaux et leurs gâteaux sans soucis.

Barrières, affiches, gel hydroalcoolique… Des équipements qui resteront dans les mœurs. Depuis l’annonce du gouvernement de re-confiner la population, la mairie de Val-de-Reuil a pris les devants pour renforcer le protocole sanitaire dans les commerces qui vendent des produits essentiels. Une démarche qui rassure les commerçants et leurs clients.

Affiches et marquages au sol

“Ici le nombre maximum de clients présents dans l’enceinte du magasin est limité à …” c’est que l’on peut lire sur les affiches à l’entrée de chaque commerce. Lundi et mardi après-midi, Fadilla Benamara, adjointe au maire en charge du renouvellement urbain et des commerces, Christian Avollé, adjoint en charge du cadre de vie et Nabil Gouhl, adjoint en charge des manifestations, ont fait une tournée de tous les commerces de la ville pour recueillir leurs besoins et distribuer de nouvelles affiches. “On a distribué une trentaine d’affiches qui indiquent les gestes barrières à respecter et la règle d’une personne pour 4m². Ça permet à nos commerçants de ne pas faire la police. Ce sont des signalétiques visibles et claires et tout le monde a les mêmes. C’est une caution municipale qui indique que c’est la ville qui demande aux habitants de respecter, pas aux commerces, ils ont déjà très bien géré les mois qui viennent de passer.” indique Fadilla qui veille que rien ne manque à l’appel.

En même temps, des marquages au sol ont été multipliés devant toutes les entrées où la queue est possible. Des nouvelles mesures qui enchantent Stéphanie Huang, à la tête du tabac Signal : “ça rassure, c’est très bien. On nous a donné une dizaine d’affiches, des attestations, du gel et ce matin on nous a remis des balises au sol devant l’entrée.”  Dana est venu chercher son journal et trouve que le matériel permet de “sensibiliser, et de responsabiliser les clients.” Samuel est du même avis, la file d’attente ne le stresse plus : “on est loin les uns des autres et c’est limité à trois personnes à la fois donc il y a aucun souci.” Le nouveau réparateur de téléphone, York Connect, fait respecter à la lettre les mesures à l’aide des affichettes. “C’est important, il faut faire attention, alors s’ils ignorent, je leur dis de lire ce qui est écrit. Sinon, ils ne rentrent pas ! ”

Un chemin de barrières aux abord des boulangeries

Du côté de la zone commerciale des Falaises, quatre barrières Vauban longent l’entrée de la boulangerie Covin. Après analyse des élus, seules les boulangeries ont besoin de barrières. Un choix qui fait sens selon Claude Godefroy, responsable des ateliers municipaux : ” Les barrières sont vraiment nécessaires au niveau des boulangeries, c’est là où il y a plus de files et les travailleurs mangent le midi.” La boulangère Anna Covin n’a plus besoin de faire la loi : “ça nous convient, c’est aux personnes de faire attention maintenant.”

Pierrick ressort avec un sandwich. Ce commercial se sent plus en sécurité avec les barrières : “Je viens de temps en temps quand je n’ai pas le temps de me poser pour manger. Et c’est vrai que quand il y a un peu de file, ça dissuade de se rapprocher.” Devant la boucherie BVM, les clients se régulent. Nadine est venue acheter de la charcuterie pour passer le week-end avec son mari bien au chaud devant la télévision. “Les affiches indiquent très bien le maximum de personnes à faire rentrer. Il faut vraiment avoir la tête ailleurs pour ne pas voir !”  souligne la Rolivaloise en rentrant dans le magasin.

Un peu plus loin, la boulangerie des 4 saisons note le soutien de la mairie pour les petits commerces. “C’était déjà quelque chose qu’ils ont fait pendant le premier confinement, C’est vraiment énorme, sans ça on ferait le gendarme, ça rend les choses beaucoup plus facile ! “ soulignent Anaëlle Pain et Romain Letellier les gérants boulangers qui ont en complément, fait l’acquisition de gants pour réduire au maximum les transmissions. “Depuis on ne touche plus les baguettes, sandwichs ou les gâteaux ! C’est sécurisant pour nos salariés et pour nos clients !” se ravit Anaëlle à côté du présentoir à attestations fournies par la ville.  Mireille est d’ailleurs venue chercher une religieuse pour se faire plaisir. Considérée comme personne fragile, cette Rolivaloise suit les indications à la lettre : ” Au début j’avais du mal avec les entrées et sorties qui ne sont pas les mêmes. Maintenant je suis rodée ! “

 

Retrouvez-les commerces rolivalois sur vdremarket.fr

Vdr-emarket.fr

Partagez :

Vous êtes sans connexion