Étiquette : soutien

Zumbathon #4

Pour la 4 ème année, l’association Z-Addict organise un Zumbathon 100 % au profit de l’association l’Oiseau Bleu 27 (en soutien aux autistes et familles d’autistes).

Le prix de l’entrée est fixé à 10€ minimum, vous permettant de DONNER PLUS si vous le souhaitez. Le paiement se fait à l’entrée car vous donnez DIRECTEMENT à L’Oiseau Bleu 27.

Partagez :

Marie Nimier au secours de PMF

Marie Nimier, célèbre romancière et parolière, est très attachée à sa ville : Val-de-Reuil. Dans un texte qu’elle vient de diffuser, elle défend avec conviction le collège Pierre Mendès France qu’elle refuse de voir fermer. 

Marie Nimier s'oppose à la fermeture de PMF
Marie Nimier s’oppose à la fermeture de PMF

«Je suis la mère de deux enfants, anciens élèves du collège Pierre Mendès France de Val de Reuil, et c’est à ce titre que je vous écris. À ce titre, et parce que je me souviens du jour où le cadet est revenu à la maison avec des champignons – leur professeur de sport avait profité d’une belle journée d’automne pour aller avec ses élèves, à pied, en forêt de bord. Il leur avait expliqué, en prime, comment non seulement reconnaître, mais aussi préparer les champignons. 

Je me souviens du professeur d’anglais qui, en plus de ses cours, menait avec un enthousiasme contagieux les ateliers de théâtre d’improvisation. Ce fut une véritable découverte pour l’aîné – avant, il voulait être pizzaïolo – président de la République. Après, comédien. Ou acteur, selon les jours.

Je me souviens du correspondant anglais et du dîner où il nous a appris à imiter le cri de la chouette. Il se promenait toujours en tee-shirt, il n’avait jamais froid.

Je me souviens du rendez-vous au petit matin pour partir vers le nord de l’Angleterre, et découvrir la petite ville où il habitait. Nous, les parents, courant derrière le car en agitant les bras.

Je me souviens du projet « Les couleurs du vide », sélectionné par le CNES pour envoyer dans l’un de ses avions gravité zéro une expérience artistique conçue par les élèves.

Je me souviens de Madame Brassier, professeur de latin, français et histoire, les larmes quand elle a pris sa retraite.

Je me souviens de la jeune professeur de chinois qui a vidé les classes d’allemand – et des heures, des heures à copier les idéogrammes.

Je me souviens des allers à vélo, des retours à vélo. Un collège, ce ne sont pas seulement des murs. On ne peut pas s’en débarrasser comme ça.

Mes enfants ont poursuivi leurs études au lycée Marc Bloch, ils sont maintenant tous les deux étudiants, l’un commence une thèse en informatique, l’autre a intégré l’École normale supérieure de Cachan, en économie publique, et moi je suis toujours ici, j’ai vu les chaussées rétrécir, les arbres pousser, le théâtre sortir de terre à la place de l’ancienne caserne des pompiers, le marché se couvrir, la dalle se piquer d’étoiles.

Quand je passe aujourd’hui à côté du collège, je n’arrive pas à imaginer qu’il puisse être fermé. Tout aux alentours crie au contraire qu’il faut le laisser ouvert, et lui donner les moyens de se développer. De nouvelles maisons voient le jour, la passerelle vers la gare prend ses marques, les familles s’installent dans l’éco-village. On a besoin, là, d’un établissement scolaire de proximité. Un endroit où l’on est attentif aux jeunes, où ils peuvent apprendre, dans des classes aux effectifs raisonnables, sans perdre leur temps dans les transports.

S’il n’existait pas, il faudrait le construire. Mais il existe, alors pourquoi le rayer de la carte ? J’ai entendu parler d’un projet d’internat attenant au collège, c’est une bonne idée, non ?

Quand on est menacé de disparition, la meilleure façon de s’en sortir, c’est de grandir.»

 

Marie Nimier

Partagez :

« Un champion pour Rio : aidons-le à gagner! »

Mickaël Zézé : un rolivalois à Rio ! Soutenons-le !

Je connais Mickael Zézé depuis longtemps. Je l’ai vu évoluer, prendre du galon, gravir une à une les marches des podiums des compétitions. La Ville de Val-de-Reuil, dans l’Eure, en Normandie, plus jeune commune de France dont je suis le Maire depuis 15 ans, a toujours été particulièrement attentive à sa progression. Parce qu’il y a grandi, parce qu’au-delà du club auquel il est affilié il y reste profondément attaché. Personnellement, je suis engagé à ses côtés pour que d’une passion pour l’athlétisme il puisse en faire sa profession. Il souhaite aujourd’hui donner un nouveau virage à sa jeune carrière. Contrairement à celui d’un 200 mètres dont il maitrise parfaitement la trajectoire, il vient de lancer sa propre plateforme de financement participatif pour l’aider à prendre celui qui le conduira tout droit, dans quelques mois, jusqu’aux Jeux Olympiques de Rio. Une collecte de fonds participative dont l’objectif est de réunir d’ici au 30 mai prochain la somme de 5000 euros destinée à subventionner un stage de préparation que ses seuls fonds propres ne suffiraient à financer. C’est la réalité peu connue et répandue d’un jeune sportif de haut niveau. Elle est bien éloignée de celle des sportifs aux revenus mirobolants et indécents. Il n’a pas la demande facile, c’est un garçon au naturel réservé et plutôt discret mais son talent comme sa générosité à l’égard de jeunes en mal d’exemple et de repères méritent d’être promus et encouragés. Je veux continuer à l’aider et par ces quelques mots vous convaincre de le rejoindre.

Mickael Zézé, de Val-de-Reuil à l’équipe de France d’athlétisme. Les espoirs que ses aptitudes physiques laissaient entrevoir demandaient à être confirmés. A force de travail et d’obstination, il est peu à peu devenu l’un des plus grands talents de sa génération. Médaillé mondial chez les cadets, sélectionné à plusieurs reprises en équipe nationale chez les seniors, du haut de son mètre 74 qui le rapproche davantage de Carl Lewis que d’Usain Bolt, Mickael Zézé s’est fait un nom. En France comme en Europe. En apothéose d’une saison hivernale déjà prometteuse, il a terminé sur les talons de Christophe Lemaitre, figure incontestée du sprint français. Performance exceptionnelle, il signait ce jour là le 4ème temps mondial de la saison sur un 200 mètres devenu sa distance de prédilection. Il y a fort à parier qu’il sera un formidable atout pour relever les chances du carré de sprinteurs français qui tentera de détrôner américains et jamaicains dans l’exercice périlleux du passage de témoin. Individuellement, sur 100 ou 200 mètres, comme au sein de l’équipe de France de relais, il a le potentiel pour se révéler aux yeux du grand public cet été.

Mickael Zézé, un projet individuel, un soutien collectif, un rêve olympique. Depuis deux ans, avec l’appui d’ENGIE et de son Président Gérard Mestrallet, c’est un programme draconien auquel Mickael Zézé s’astreint pour faire descendre le chronomètre sous la barre fatidique des minimas imposés pour valider définitivement son billet. Rio, comme une obsession. Rio, comme une quête individuelle. Rio, comme l’accomplissement d’un rêve d’enfant. Pour fouler la piste aux étoiles et voir s’embraser les cinq anneaux du Stade Olympique de Janeiro, il poursuit actuellement avec sérieux, rigueur et abnégation son ambitieux travail de préparation. Alors que s’ouvre depuis quelques jours une saison estivale qui le conduira de meeting en meeting, de championnat en championnat, jamais son rêve olympique n’aura été aussi prêt de se réaliser. Une dernière étape reste à franchir. Pour lui donner toutes les chances de réussir, pour se hisser au niveau des meilleurs de sa catégorie, il lui faut s’exiler pour aller à la rencontre d’une météo plus brésilienne que celle qu’il ne trouve au quotidien le long du premier méridien. Pour cela, il a besoin de soutien, le vôtre, et de la participation du plus grand nombre. Celle-ci ne peut-être que financière. Par votre concours, à la hauteur des possibilités qui sont propres à chacun, vous contribuerez à son succès et deviendrez un acteur engagé dans la réalisation de son projet. Il ne s’agit pas là ni d’un don ou d’une somme versée mais d’un partenariat, d’une collaboration. En échangeant avec lui sur Internet, en ayant la possibilité d’assister à ses meetings, en recevant l’un de ses équipements d’entrainement, en suivant le temps d’une journée le rythme de sa préparation, il vous propose de rejoindre son équipe et de participer avec lui à la préparation du plus grand évènement sportif de la planète.

Mickael Zézé, une fidélité à ses racines,une force pour toute une jeunesse. Il a toujours privilégié la fidélité à sa commune, l’attachement à son club et à son entraineur quand d’autres auraient pu céder aux sirènes des couveuses de champions. Ce choix tient d’abord à sa personnalité où engagement, sens du partage et de la transmission font figure de référence et de boussole. Il force le respect et fait l’admiration de centaines de jeunes passionnés et licenciés. Parce qu’ils s’identifient à lui, voient en son parcours une ouverture, un horizon, un espoir. C’est d’autant plus fondamental qu’il démontre que le sport, repoussant les limites du corps et de l’esprit, permet à une jeunesse trop souvent oubliée de se transcender, de se dépasser, de renouer avec la confiance que l’isolement et la précarité ont pu fragiliser ou altérer. Le soutenir, c’est donc raviver une autre flamme que celle de l’olympisme. C’est laisser allumer celle qu’il fait briller dans les yeux de centaines d’enfants issus de quartiers de grande pauvreté.

Pour toutes ces raisons, aidons-le à accomplir son rêve et à gagner. Sprintons-tous ensemble avec lui vers Rio !

Marc-Antoine Jamet
Maire de Val-de-Reuil

La vidéo

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

Partagez :

Maternelle Léon Blum : la municipalilté soutient les parents d’élèves

Les parents d’élèves de l’école Léon Blum ont organisé jeudi -21 mars- matin un blocage symbolique de l’école pour manifester leur opposition au projet de fermeture d’une classe de maternelle.

Soutien à l'école Léon Blum
Soutien à l’école Léon Blum

Une réunion se tenait la veille à la Direction académique. Le Maire, Marc-Antoine Jamet, avait demandé qu’aucune classe ne ferme à Val-de-Reuil. Plusieurs élus du Conseil municipal, Catherine Duvallet, 1ère adjointe, Fadilla Benamara et Bernard Cancalon étaient présents aux côtés des enseignants, des parents et de leurs représentants, Madame Erdem et Monsieur Delaunay, pour soutenir leur action.

Partagez :

Vous êtes sans connexion