Gérard THURNAUER 1926/1975/2014

Gérard Thurnauer, toujours présent pour la Ville, lors d'une réunion du Plan Stratégique Local en mars 2012

Gérard Thurnauer, toujours présent pour la Ville, lors d'une réunion du Plan Stratégique Local en mars 2012

image_pdfTélécharger en PDF

L’architecte et urbaniste Gérard Thurnauer vient de mourir, peu avant Noël, à l’âge de 88 ans

Gérard Thurnauer, toujours présent pour la Ville, lors d'une réunion du Plan Stratégique Local en mars 2012
Gérard Thurnauer, toujours présent pour la Ville, lors d’une réunion du Plan Stratégique Local en mars 2012

. C’était un grand homme, à la fois très beau et très bon. Son regard limpide en imposait. Son intelligence également. Sa simplicité aussi. Il pétillait d’esprit et de charme. Son charisme ne laissait personne indifférent.

Né aux confluents du judaïsme et du protestantisme, résistant à 15 ans, élève des Beaux-Arts de Paris à 20 ans, à l’origine de travaux sur l’agencement moderne de Karachi, au Pakistan, à 25 ans, avant de se passionner pour le renouveau de quartiers populaires de Paris (La Villette, en 1984, ou la Goutte d’Or, en 1986), la transformation de Bagnolet (en 1986) ou, plus récemment, en 2000, pour l’aménagement de la baie de Tarhazoute, au Maroc, auteur, parmi d’innombrables projets de logements ou d’équipements, du siège d’EDF à Issy-les-Moulineaux (auquel une exposition à la Cité de l’Architecture avait rendu hommage avant sa destruction), de la Petite Bibliothèque Ronde de Clamart (Hauts-de-Seine) qu’il affectionnait, du bâtiment 264 d’Aubervilliers, du centre des Mureaux ou du Village de Vacances du Merlier à Cap Camarat (Var) qui devait précéder d’importantes réflexions sur l’Île de Porquerolles ou, encore, artisan du choix de l’Arche de Spreckelsen pour conclure le quartier d’affaires de La Défense, grand prix national d’architecture en 1981, il était, avec l’atelier de Montrouge (fondé avec Jean Renaudie, Pierre Riboulet et Jean-Louis Véret), le concepteur de Val-de-Reuil.

Influencé évidemment par Le Corbusier, inventeur de son plan de voirie en grille, adepte d’une construction de forme scandinave, passionné d’écologie avant l’heure voulant une « ville-pilote en matière de qualité environnementale« , il avait toujours soutenu la « cité contemporaine ». Elle occupait dans son coeur une place à part et, comme au premier jour, il y croyait dur comme fer, s’enthousiasmant de chacune de ses réalisations, même les plus récentes ou les plus lointaines. Comme Jean-Paul Lacaze, ancien directeur de l’établissement public du Vaudreuil-Ville Nouvelle et autre père fondateur de notre commune, décédé l’année dernière, dont la sévérité amère à l’égard de notre Commune avait peu à peu disparu devant ses efforts, il y voyait le renouveau ou la prolongation de son propre dessein. A grands pas, veste de tweed, pantalon de velours, chemise écossaise, épaisses et élégantes chaussures de marche, écharpe de laine, il arpentait la dalle qu’il voulait poursuivre jusqu’à la Gare nouvelle pour donner de l’urbanité à l’Eure, pour lui extension naturelle, sur l’eau, de Val-de-Reuil. Il y était chez lui. Chaque année amenait une de ses visites de chantier. C’était une tradition sacrée. Nous nous réunissions autour de lui. Ce n’était ni un prophète, ni un oracle, encore moins un des ces pénibles gardiens du temple implorant qu’on ne change rien à rien. Pourtant ce n’était pas un témoin. Il était resté un acteur proposant des solutions, des évolutions, des réparations. Jamais il ne critiquait. Il commentait. Il conseillait. Il corrigeait. Avec bienveillance. L’humain était au coeur de sa démarche. Le renouvellement urbain, celui de l’ORU, celui de l’ANRU, celui du PNRU2, n’avait pas de plus grand partisan. Il en demandait des nouvelles, guettait ses avancées, constatait, avec délectation, ses résultats. Subtil, moderne et drôle, il était tout sauf un conservateur et détestait qu’on enveloppe son oeuvre dans une naphtaline imbécile.

La Ville Nouvelle se souvient de sa participation au dernier débat d’orientations budgétaires de la municipalité, en février 2014, où, déjà malade, il avait donné à chacun une leçon de courage, de force, d’engagement. Le Monde du 26 décembre rappelle que c’est à Val-de-Reuil, évoquant une donation d’une soixantaine d’oeuvres qu’il souhaitait faire aux Rolivalois, qu’il avait déclaré : « les sociétés modernes ne peuvent survivre sans l’art et sans regarder le passé« . Il était, en effet, notre avenir. Depuis le 22 décembre et son départ, la plus jeune commune de France est orpheline. Nous portons tous ce chagrin et ce deuil.

Marc-Antoine JAMET