La Cité de l’emploi s’installe à Val-de-Reuil

Travailler à la réinsertion des Rolivalois éloignés de l’emploi, c’est l’objectif de la nouvelle Cité de l’emploi. Une première dans le département de l’Eure.

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

Favoriser le retour vers l’emploi en mobilisant les acteurs de proximité, c’est le challenge qui attend Paula de Araujo, fraîchement nommée coordinatrice de la Cité de l’emploi de Val-de-Reuil. Lauréate d’une expérimentation lancée par l’État, la Ville fait partie des 24 premiers territoires de l’Hexagone concernés par ce dispositif. Dès la fin du mois de janvier, il permettra aux Rolivalois non connus des organismes d’aide au retour à l’emploi et issus des quartiers prioritaires, d’être mieux identifiés et suivis dans leurs démarches, grâce à un accompagnement personnalisé et une coordination de tous les dispositifs existants.

Rendre visible les invisibles

Vendredi 8 janvier, l’ensemble des acteurs du projet se sont réunis à la Maison de la Jeunesse et des Associations pour travailler à la mise en place prochaine de la Cité de l’emploi. En présence de Marc-Antoine Jamet, et de la Sous-préfète des Andelys, Virginie Séné-Rouquier, Paula de Araujo a expliqué l’enjeu du label aux représentants des associations présentes : « On  ne peut capter les Rolivalois qu’avec l’aide des associations de la ville et du territoire. Une fois que ces associations ont repéré de potentiels bénéficiaires, ils les orientent vers nous pour que l’on analyse leur situation. Selon leurs parcours et leurs profils, il nous revient de les aiguiller vers les dispositifs et les institutions qui correspondent le plus à leurs besoins et de solliciter, à leur place, la Mission Locale, Pôle emploi ou Humando…» Au total, 28 associations travailleront de concert avec le service emploi de la Ville. « Ce sont elles qui ont un contact direct et quotidien avec les demandeurs d’emploi. Un référent sera nommé dans chaque association pour faire la liaison avec moi.» explique Paula de Araujo en projetant de créer des groupes de travail, ou « cohortes », de taille limitée, pour mener un travail : « On pourra par exemple réviser leurs CV, préparer la tenue de futurs entretiens, travailler sur la confiance en soi, ou régler des problèmes de garde d’enfants… Mais aussi travailler sur leur expression orale ou encore les savoirs essentiels.» Pour Marc-Antoine Jamet, le tissu associatif est une richesse : « Amplifier, fédérer et simplifier les dispositifs de retour à l’emploi, c’est le sens du travail engagé depuis plusieurs années par la municipalité. La Cité de l’Emploi qui verra le jour dans quelques semaines répond à cette triple priorité. Aux côtés de la Ville et des acteurs mobilisés contre le chômage, le rôle des associations est fondamental. Pour repérer, identifier et apporter une réponse adaptée à chaque demandeur d’emploi, vous êtes les mieux placés. Le temps que chaque Président d’association, bénévole ou référent consacre à ce dispositif est donc indispensable. La Ville tient à travers le service public et la richesse de ses associations. »

Maintenir un lien de proximité 

Après avoir été identifié, chaque Rolivalois à la recherche d’une formation ou d’un emploi sera reçu par un agent du service emploi de la Ville afin d’analyser sa situation. Un lien de confiance solide sera créé entre l’ensemble des acteurs du projet. « Chaque personne sera suivie individuellement et les associations seront systématiquement informées de l’évolution de leur parcours. L’objectif, c’est qu’il n’y ait jamais de rupture» explique Virginie Séné-Rouquier, sous-préfète des Andelys, en soulignant l’incroyable travail de la municipalité en terme d’actions pour l’emploi : « Les Rolivalois ne bénéficient pas assez des actions entreprises sur le terrain. L’objectif des Cités de l’emploi est de les amener jusqu’à ces dispositifs ! » 

Prochainement, des entreprises seront contactées afin d’y organiser des visites ou des ateliers. « Ce nouvel outil sera installé au cœur du futur hub de l’emploi, dans l’immeuble Morillon Corvol, au niveau du 101 rue Grande » projettePaula de Araujo, fière d’apporter son expérience et ses compétences pour lever les freins à l’emploi des Rolivalois. Le 28 janvier, la signature de la charte d’engagement marquera le début de cette aventure à la conquête des invisibles !

Plus d’informations :

CCAS Val de Reuil

Tel : 02 32 09 51 41 

 

Partagez :

Vous êtes sans connexion