Gens du Voyage : la Ville interpelle l’Etat et l’Agglomération

image_pdfTélécharger en PDF

Alors que 300 caravanes de gens du voyage viennent de s’installer illégalement au Parc Sud, la Ville crie son ras le bol et appelle l’Etat et l’Agglomération Seine-Eure à réagir

Grand passage des gens du voyage à Val-de-Reuil, ça suffit : la Ville exige de l’État une réaction rapide et de l’Agglomération Seine-Eure l’aménagement sans délai d’une aire d’accueil adaptée

Communiqué de la Ville de Val-de-Reuil

 Mardi 30 juillet, à la mi-journée, pour la quatrième fois en deux mois, plus de 300 caravanes appartenant à des « gens du voyage » ont forcé, en plusieurs points, grâce à des engins de chantiers loués, le dispositif de sécurité mis en place par la Ville, à la limite du Vaudreuil, autour du Parc Sud. Ce sont ainsi 800 personnes qui se sont introduites, sans droit ni titre, sur un terrain appartenant à la commune. Cette situation devenue insupportable pour les riverains et les usagers de cette aire de promenade particulièrement fréquentée a amené la municipalité, qui partage l’exaspération et comprend la colère des habitants face à la multiplication de ces nuisances, à réagir avec rapidité et fermeté. Une fois de plus, une fois de trop, l’Agglomération, indifférente aux obligations liées à ses compétences, se mure dans le silence, ne respecte pas ses engagements et se réfugie dans l’inaction. Seine-Eure est en vacances ou bien aux abonnés absents. La Ville condamne cette attitude irresponsable.

Le démantèlement immédiat exigé

Dès mardi midi, la Ville a donc demandé au Préfet de l’Eure et au Procureur de la République de mettre en demeure les occupants de quitter les lieux et, dans un délai de 24 heures si cette procédure n’était pas suivie d’effets, de recourir à la force publique. Ce jeudi, le Maire, Marc-Antoine Jamet, accompagné de Dominique Lego, Adjoint en charge de la sécurité, s’est rendu sur place pour rencontrer les responsables du campement et exiger son démantèlement immédiat. Il leur a été indiqué que la commune ne pouvait faire face à une augmentation brutale de 5% de sa population, laisser des feux allumés à même le sol pour la cuisson dégénérer en incendies, des latrines improvisées le long de l’Eure, des branchements électriques sauvages et dangereux, des stades dévastés par la circulation des véhicules. Quelle commune de France pourrait supporter cela ?

Après une heure de négociations, et devant le refus d’obtempérer des intéressés, le Maire de Val-de-Reuil a interpellé le Préfet, par l’intermédiaire du Secrétaire Général de la Préfecture de l’Eure, Jean-Marc Magda, pour lui demander d’intervenir dans les meilleurs délais. Dès la nuit suivante, les agents de la Police Nationale ont effectué des rondes aux abords du site pour contrôler identités et véhicules. À 10h30 ce matin, le Secrétaire Général de la Préfecture et le Directeur Départemental de la Sécurité Publique, Bernard Le Hir, se sont rendus à Val-de-Reuil pour ordonner l’expulsion des caravanes. Les négociations se poursuivent actuellement.

Si la Ville tient à saluer la réactivité avec laquelle la Préfecture et les forces de l’ordre ont répondu aux sollicitations de son Maire, elle en attend les résultats concrets. Elle s’inquiète, une fois encore, du manque d’effectifs de Police affectés à Val-de-Reuil pour remplir cette mission. Aucun rapport de force crédible, sérieux et efficace ne pourra être engagé avec les occupants tant que 50% des effectifs d’un commissariat qui comptait 110 fonctionnaires à l’origine resteront manquants.

Quand l’Agglomération tiendra-t-elle ses engagements ?

Par ailleurs, depuis deux ans, devant la répétition de ces intrusions, la municipalité n’a cessé d’interpeller l’Agglomération pour qu’elle respecte les engagements pris devant l’État de mettre à la disposition des gens du voyage, pour leurs « grands passages », un terrain d’accueil capable d’absorber, dans la dignité, le nombre croissant de personnes en itinérance sur son territoire. Un terrain, situé dans le parc de Saint-Pierre, a bien été identifié. Mais l’agglomération a oublié d’y effectuer les aménagements permettant son alimentation en eau et en électricité et se refuse à les faire. L’Agglomération, au prétexte sophistique que cette nouvelle aire n’empêcherait pas les gens du voyage de continuer à occuper illégalement le Parc Sud ou qu’elle créerait une augmentation de la fréquence des grands passages sur le territoire intercommunal, préfère l’attentisme au pragmatisme. D’un point de vue juridique, politique et pratique, cette position absurde est révélatrice soit d’une absence de vision, soit d’un manque de volonté soit d’un défaut de capacité de l’Agglomération.

Juridiquement, il revient à la charge de l’intercommunalité, dans le cadre d’un schéma départemental d’accueil des gens du voyage, de mettre à leur disposition, notamment en vue des périodes de grand passage, des terrains aménagés. C’est leur droit le plus strict. Lorsque l’on prétend respecter les gens du voyage, leur mode de vie, leurs traditions, il est du devoir des élus à qui incombe la responsabilité de cet accueil de mettre en œuvre les moyens les plus adaptés. Tant que l’Agglomération continuera à ne pas assumer réellement cette compétence, elle donnera aux occupants l’argument de droit qu’ils attendent pour continuer à s’installer dans des espaces publics sur lesquels il leur est interdit de stationner. Sans doute faudrait-il que le parking de sa pharaonique place Thorel, morne plaine minérale, dispendieuse et dispensable, subisse les mêmes assauts, les mêmes dégradations pour que se réveillent enfin sens du devoir et bon sens chez le Président d’Agglomération, sur d’autres sujets moins pusillanime, mais qui, ici, ne dit mot et fait le soliveau.

70 000 € à investir

Politiquement, il revient à l’Agglomération la responsabilité d’engager les actions qui structurent l’ensemble de son territoire. Pourtant, sur un dossier qui concerne aussi bien les habitants de Pont de l’Arche, des Damps et de Val-de-Reuil, aucun soutien ne s’est manifesté, aucune disposition n’a été prise, aucune mesure d’ordre public n’a été décidée pour que cessent des troubles qui nuisent directement à la population, perturbent le voisinage, nécessitent des réparations dont la charge est entièrement assumée par les communes. Combien de terrains hors d’usage, d’eau et d’électricité dérobés, d’espaces verts détériorés faudra-t-il compter pour que l’Agglomération daigne débloquer les 70.000 euros nécessaires à l’aire d’accueil de grands passages à l’intérieur d’un budget qui s’élève chaque année à plus de 140 millions d’euros. C’est ce que l’on appelle parfois la bonne gestion. L’Agglomération s’en éloigne chaque jour un peu plus par ses indécisions.

La Ville invite donc les dirigeants de Seine-Eure à sortir de leur torpeur et réclame, sans délai, que les aménagements du terrain identifié pour accueillir les gens du voyage lors des grands passages soient réalisés. Au cœur du mois d’août, il existe des sujets de préoccupation plus décisifs que de préparer l’inauguration d’une patinoire. Nos administrés attendent des collectivités sécurité, proximité et efficacité. L’Agglomération doit enfin l’entendre et accompagner, lorsqu’elle en a la compétence, les communes à assurer ces missions essentielles. Au cas présent, après le désintérêt pour la fermeture du Guichet SNCF de la gare intercommunale de Val-de-Reuil, après l’inertie devant les difficultés du commissariat de la circonscription, assez c’est assez. L’indifférence aux nuisances et aux incivilités que subissent notamment les habitants de Val-de-Reuil et du Vaudreuil n’a que trop duré.