Étiquette : lycée

Une lycéenne Syrienne remporte un concours national d’écriture en anglais

À tout juste 17 ans, Lobna El Kaisi vient de remporter un concours national d’écriture en langue britannique. Portrait d’une jeune fille brillante qui s’est parfaitement intégrée à sa ville d’adoption.

L’émotion était intense ce mardi au lycée Marc Bloch. Accueillie avec sa famille par la Ville de Val-de-Reuil en 2016, Lobna El Kaisi, une jeune Syrienne de 17 ans, vient de décrocher la première place d’un concours d’écriture en anglais. Une fierté pour ses parents émus de voir leur fille s’épanouir. 

Publiée dans un journal pour adolescents

Une fierté pour ses parents.

Le 24 novembre dernier, Tatiana Gebuhrer, la professeure de spécialité anglais de Lobna emmène ses élèves voir une exposition mettant en avant des femmes artistes , au musée du Luxembourg à Paris. “L’exposition mettait en avant les photos de Vivian Maier et Georgia O’Keefe. Les élèves de 1ère et terminale devaient choisir une photo de l’expo et écrire un texte de 200 mots sur celle-ci”, explique l’enseignante qui avait déjà reçu un premier texte de la jeune fille : “Beaucoup de leurs textes étaient trop longs. Alors j’ai demandé à ce qu’ils me rendent une autre version, Lobna a été dans les premiers à me rendre le sien. Ils pouvaient écrire en adoptant le point de vue d’un des personnages de la photo ou de la photographe.” Séduite, Tatiana envoie le texte au jury de Speak Easy, un journal pour adolescents qui organise chaque année un concours national. Le texte de Lobna fait alors sensation ; il est sélectionné pour être publié dans les pages web de la revue. “Mon texte parle d’amour, j’écris beaucoup sur le sujet et j’adore l’anglais ! J’ai choisi cette photo, car je trouve ça fort de voir des personnes âgées amoureuses”, explique la jeune fille qui a fait sa scolarité aux collèges Pierre Mendes France et Montaigne avant d’arriver au lycée Marc Bloch. 

“ Je suis contente d’avoir représenté le lycée ! »

Fière de gagner un prix étudiant, les larmes de joie coulent sur ses joues. Mes parents sont fiers de moi, je suis contente d’avoir représenté le lycée » , souligne la jeune fille qui atteint 18/20 de moyenne dans sa spécialité qu’elle compte bien garder l’année prochaine. Pour la récompenser de ses efforts, l’équipe enseignante lui a offert un livre sur la photographe Vivian Maier, Catherine Duvallet, première adjointe au maire, lui a également remis quelques cadeaux. Parmi eux :  des places pour le théâtre de l’Arsenal, pour le cinéma les Arcades ainsi que des tickets de piscine  : “Elle était mon élève en 6ème à PMF, se souvient Catherine Duvallet.  C’était une très bonne élève attentionnée. Elle a deux points communs avec la photographe. Elle est très discrète comme était Vivian dans ses prises de vues et elle a des compétences uniques ”. 

L’exemple d’une intégration réussie pour cette jeune réfugiée qui attendra, on est sûr, des sommets ! 

Le texte de Lobna disponible ici :

https://www.speakeasy-news.com/vivian-maier-winners-premiere/


 

SOULMATE

True love? I thought it was a lie that generations have circulated over the years until I met him, the man who made a perfect adjustment to my life, not only did he make me believe in love, he made me believe in soul mates, sacrifice for the people we love. He made us perfect together, he always made sure to do things that make me happy and comfortable. I looked at him and at the wrinkles that tell the story of our love, our misery and our sacrifice, listing all the obstacles and happy moments we spent together. I smiled when he looked at me and said: « I love you », I answered him, « I love you, too », he said, « You look tired, sleep on my shoulder if you want to ». I didn’t hesitate and rested my head on his shoulder, and I’m thankful he’s been in my life all these years. He wasn’t just my husband, he was my friend, my lover, my family. A woman who was sitting in front of us on the bus told us: “Hello, my name is Vivian Maier, and I’m a photographer, I took a great picture of you both”, we saw the picture, and it was really great and we’ve agreed with her to publish it, of course. Under the title: SOULMATE

 

Traduction : 

Véritable amour ? Je pensais que c’était une blague entre générations qui circulait au fil des années avant que je le rencontre, l’homme qui a fait le parfait ajustement à ma vie, pas seulement fait croire en l’amour. Il m’a fait croire aux âmes-sœurs, aux sacrifices pour les gens que l’on aime. Il nous a rendu parfait ensemble, il s’est toujours assuré de faire les choses qui me rendent heureuse. Je l’ai regardé et les rides qui racontent l’histoire de notre amour, nos misères et nos sacrifices, en écoutant tous les obstacles et moment heureux que nous avons passés ensemble. J’ai souris quand il m’a regardé et dit : “Je t’aime”, je lui ai répondu : “Je t’aime aussi” et il m’a répondu : “Tu as l’air fatiguée, dors sur mon épaule si tu veux.” Je n’ai pas hésité et j’ai baissé ma tête sur son épaule. Je suis reconnaissante de l’avoir dans ma vie depuis toutes ces années. Il n’était pas seulement mon mari, il était mon ami, mon amant, ma famille. Une femme qui était assise en face de nous dans le bus nous a dit : “Bonjour, je m’appelle Vivian Maier et je suis photographe, j’ai pris une très belle photo de vous deux !” Elle nous a montré la photo et elle était vraiment belle, nous étions d’accord pour qu’elle la publie. Sous le titre de : âme-soeur. 

 

Partagez :

Journée portes ouvertes du lycée Marc Bloch

Le Lycée Marc Bloch vous invite à venir découvrir son établissement, le samedi 26 mars de 9h à 12h. Au programme de cette matinée : des ateliers animés par les enseignants et les élèves sur les enseignements, les spécialités, la nouvelle section sportive de Canoë Kayak, ainsi que sur les projets pédagogiques et éducatifs du lycée. Les élèves de la MDL (Maison Des Lycéens) animeront en musique leur atelier.

*Rens 02 32 59 50 75

Partagez :

Lycée Marc Bloch – Journée portes ouvertes BTS Optique

👓🕶Vous aspirez à devenir opticien ? Bonne nouvelle ! Le Lycée Marc Bloch de Val-de-Reuil ouvre les portes de son BTS Optique au public !

À partir de 9h, samedi 29 janvier, venez découvrir cette formation d’exception au taux de réussite très élevé pour la profession (90 % en 2020), le BTS rolivalois est une des rares formations de la région avec Vire.

Plus de renseignements au 02 32 59 50 75.

Partagez :

Une journée de la laïcité pas comme les autres au lycée Marc Bloch

Tout au long de la journée d’hier, l’ensemble du corps éducatif du Lycée Marc Bloch s’est mobilisé en faveur de la laïcité. Lecture de textes, chansons, inaugurations… Reportage fort en émotion ! 

Chaque année depuis sa création, la Ville de Val-de-Reuil célèbre la journée de la laïcité pour rendre hommage à la loi de 1905 qui sépare l’église de l’État. 24h de mobilisation autour d’une seule et même valeur : le vivre ensemble. Au lycée Marc Bloch et dans les écoles rolivaloises, diverses actions ont été menées dont un hommage significatif au professeur Samuel Paty, décédé en 2020. 

Une salle au nom de Samuel Paty 

Jeudi midi, les couloirs du lycée Marc Bloch étaient bien remplis. Non pas pour la pause méridienne, mais pour une cérémonie symbolique, préparée depuis de nombreuses semaines par les élèves et leurs enseignants. “Aujourd’hui, c’est un mélange d’émotions qui règne dans notre établissement. Cette salle de conférences qui est derrière moi a longtemps accueilli nombre de réunions, prestations musicales, des débats sur lesquels jeunes et moins jeunes ont pu débattre sur des sujets avec liberté et respect. Sur des valeurs, celle de la République qui vous aident, vous jeunes adultes, à devenir des citoyens responsables”, introduit Thi Hoa Phuong Lefevre, la proviseure de l’établissement, devant une horde de lycéens de tous les niveaux. Un coup de ciseau pour inaugurer le nom de cette nouvelle salle : “Salle Samuel Paty”. À l’intérieur, des écrits et des illustrations, toutes en lien avec un seul et même principe, celui d’être laïque. Au milieu de celle-ci trône la photographie de l’enseignant, un geste fort pour l’établissement qui déroule une cérémonie forte, poignante et pleine de sens.

Poèmes et chansons

“Je suis l’enseignant, de toléré à banni, puis, acidulé comme héros de la belle France. Tous m’ont dit : Au revoir notre cher Monsieur Paty…” commence alors Antoine, un Rolivalois de 16 ans qui a écrit son texte en une soirée. “ Ce projet est génial, il y a beaucoup de cohésion entre nous tous. La laïcité est quelque chose qui règne, on doit la conserver. Ce texte est un hommage qui permet d’expliquer ses enjeux et ce qu’elle représente” , explique le jeune homme qui n’est pas le seul à passer devant le public. Musiciens, chanteurs, slameurs… De 15 à 18 ans, une dizaine de jeunes adolescents ont préparé des écrits riches de sens. Après une interprétation de la chanson de U2 “One Love”, c’est au tour de Medhi, 15 ans, de se lancer dans la lecture d’un texte de Gauvain Sers. Pour le jeune homme, la laïcité est dans les veines de sa Ville : “À Val-de-Reuil, il y a un rassemblement culturel très important, les habitants viennent de tous les horizons et vivent ensemble sur un pied d’égalité.”  Vivre en société, c’est également ce que Kawtar a voulu exprimer. À travers son texte, la jeune femme de 18 ans ne s’attendait pas à faire d’un exercice de classe une présentation devant une centaine de personnes : “On vit en France, on est une diversité, il y a tellement de religions, il faut vivre tous cohabiter.” 

Une Marianne et un arbre de la laïcité

Diversité, Together, harmonie… Des mots et des textes que l’ensemble des lycéens ont ensuite accrochés dans un “arbre de la laïcité” pour exprimer, parfois anonymement, leurs pensées. Puis, au premier étage, le tableau d’une Marianne a été divulgué. Un symbole fort de la République bercé par une Marseillaise en chœur. 

“Cette salle, cette Marianne, ce tableau est original, ce sont les valeurs de la république, on nait laïque et il faut continuer à l’être. On le voit d’ailleurs avec les photos réalisées dans les écoles de la Ville,  c’est important tout petit de continuer, la fierté de notre territoire réside dans la laïcité” , a lancé Catherine Duvallet, première adjointe au maire, face à ces regards, ces personnalités, tous unis dans un lycée, une Ville, un pays qui permet à tous de vivre libres et égaux en droit.

“Ensemble, un projet qui rassemble. » Un crédo pour cette journée que Mahylis a cloturé par ses écrits : “Je voulais émouvoir le public, prendre part de l’actualité qu’il ne faut pas oublier.” 

Tout au long de l’année scolaire, des actions continueront d’être portées par les lycéens et enseignants.

Partagez :

Une fresque pour symboliser le mouvement “Black Lives Matter” au lycée

Des enseignants du lycée Marc Bloch ont récemment inauguré une fresque réalisée par quatre de leurs élèves. Une toile colorée pour lutter contre les discriminations.

Beyoncé, Martin Luther King ou encore Colin Kaepernick, quelques figures militantes du mouvement « Black Lives Matter » sont affichées dans le hall de l’établissement. Un projet réalisé l’année dernière par quatre lycéennes, dont trois Rolivaloises.

“Les élèves peuvent s’affirmer à travers l’art en s’appropriant le monde qui les entoure”

Tout est parti d’une idée. À la rentrée 2020, trois secondes de la classe principale d’Angéline Galampoix sont spontanément venues la voir après les cours. “ Au début, elles avaient un projet autour des discriminations à travers le monde, telles que les violences faites aux femmes, la persécution des Ouïghours… Et puis, elles m’ont montré  le clip de This is America de Donald Glover. On a alors tranché pour une œuvre sur le mouvement Black Lives Matter”, explique la professeure d’anglais, fière du travail accompli par ses élèves. 

L’idée bien ficelée, les trois Rolivaloises devaient mettre la main à la pâte. Mais les difficultés sanitaires sont venues chambouler leur rythme scolaire. Après quelques semaines, une quatrième jeune femme de terminale s’est greffée au projet. “On m’a sollicité pour le côté réalisation technique. J’ai trouvé leur geste très fort, cela montre comment les élèves peuvent s’affirmer à travers l’art en s’appropriant le monde qui les entoure”, souligne Dorian Mercier, professeur d’art plastique. 

S’adapter aux contraintes sanitaires 

Croquis, dessin, remplissage… Les trois lycéennes n’ont pas chômé pour mener leur projet à terme : “Les filles n’avaient pas l’option art plastique, elles ont donné de leur temps libre chaque mois jusqu’à juin.”

En 10 séances, alternant présentiel et distanciel, la toile a pris tout son sens. “C’est elles qui parlent, on a échangé nos idées et développé une relation unique ! C’était une très belle année !”, se ravit l’ensemble du corps enseignant. Accrochée depuis deux semaines, les adolescentes sont fières de leur chef-d’œuvre. «  Je suis contente de la voir affichée, c’est important pour moi, j’avais un peu peur des critiques. C’était un sujet d’actualité, ça me concerne en plus « , souligne Emmanuelle Malonga accompagnée de sa camarade, Leïla N’djimbi Tchiakya : « c’est une sorte de fierté, quand on a eu l’idée, c’était pour sensibiliser les gens. Les élèves passent devant, certains s’arrêtent pour la regarder, cela montre qu’on n’a pas travaillé pour rien. «   Un travail déjà valorisé par leurs camarades des autres sections.   » Beaucoup de gens sont venus me voir pour me dire qu’elle était belle et pleine de sens » , conclut, Jade Ongouo, 16 ans, qui l’admire pour la première fois dans le hall.

Des graines de talent qui tissent un lien avec la commune nouvelle !

Partagez :

Une nouvelle proviseure au Lycée Marc Bloch !

Depuis la rentrée, une nouvelle proviseure a pris ses fonctions au lycée Marc Bloch. À 55 ans, Thi-Hoa-Phuong Lefèvre a déjà plusieurs projets en tête. Portrait.

L’année scolaire débute avec quelques nouveautés. Dans les classes, Thi-Hoa Phuong Lefevre s’est présentée aux 750 élèves du lycée Marc Bloch. Cette Mont-Saint-Aignanaise vient succéder à Joël Garnier, à la direction de l’établissement. 

Enseignante puis principale 

Née au Vietnam, Thi-Hoa-Phuong est arrivée en France dans les années 80. Toute jeune, elle fait ses études au Havre, puis à l’université de Rouen où elle ressort diplômée d’un Master de chimie. “J’ai toujours su que je voulais enseigner” , souligne-t-elle se rappelant de ses premiers pas dans l’éducation nationale au lycée Jean-Rostand de Mantes-la-Jolie.

Après avoir fait ses armes en tant que professeur de sciences physiques au Lycée Sanghor d’Évreux, Thi-Hoa-Phuong s’est lancée dans la formation des enseignants dans un IUFM (Institut universitaire de formation des maîtres) : “J’ai arrêté, car le contact avec les jeunes me manquait, j’ai donc commencé en adjointe à la direction du lycée Pierre Corneille de Rouen puis au collège d’Isneauville. En 2014, je suis devenue principale au collège Le Roumois de Routot.”  Jusqu’à l’année dernière, où elle dirigeait le collège Henri Dunant d’Evreux qu’elle a laissé, fière d’avoir tissé des liens entre l’établissement et les entités locales. “J’aime bien bouger, ouvrir les yeux et les oreilles pour m’adapter. C’est enrichissant, ça permet de développer des compétences professionnelles et humaines riches de sens.”

“Je veux faire rayonner le lycée et les élèves à l’extérieur” 

 Pour cette nouvelle année scolaire, elle a décidé de revenir dans sa ville de cœur qu’elle a quitté il y a 30 ans : “ Le lycée Marc Bloch de Val-de-Reuil était dans mes premiers vœux ! J’ai vu sa construction, je suis arrivée aux débuts de la ville, revenir ici est un pur plaisir ». 

Le 2 septembre, elle a posé ses dossiers dans son nouveau bureau prête à faire la rencontre des jeunes à la quête de leur bien-être : « J’ai plusieurs idées en tête. Je veux surtout faire rayonner le lycée dans le contexte local, pour qu’il soit plus visible de l’extérieur. Je veux valoriser le travail des élèves en tissant des liens avec les acteurs locaux !” Des associations aux collectivités, en passant par les entreprises et les médias, Thi-Hoa-Phuong travaille déjà à la création de partenariats qui permettront aux jeunes de se développer à l’intérieur du lycée, mais également en dehors des salles de classe : “Je veux donner un sens aux études des jeunes, les faire réussir tout en mettant en place des actions externes. Si un jeune participe à une compétition de sport par exemple, je viendrais le voir. Il faut qu’il soit pris en considération. Surtout dans le contexte actuel.” 

Le contact, la coopération, l’humain… des valeurs que cette nouvelle proviseure compte bien renforcer à Marc Bloch. Comme un lien commun avec la commune nouvelle…

 

Partagez :

Les projets des jeunes architectes prennent vie !

Dans le cadre du projet “C’est mon patrimoine”, deux nouveaux mobiliers urbains ont été construits devant le lycée Marc Bloch et le collège Alphonse Allais. Des créations architecturales élaborées de A à Z par une vingtaine de jeunes lycéens et collégiens.  

Les architectes en herbe peuvent être fiers d’eux ! Du 12 au 23 juillet, le collectif Yakafokon a réinvesti la commune nouvelle pour faire vivre les maquettes élaborées par une vingtaine d’adolescents en mars dernier. Deux semaines qui viennent clore le projet “C’est mon Patrimoine !” porté par la DRAC Normandie(Direction Régionale des Affaires Culturelles de Normandie. Ces deux œuvres en bois de pin ont été construites devant le lycée Marc Bloch et le collège Alphonse Allais. 

Deux oeuvres, deux architectures 

Sous le soleil, Thibaut Terrier et Louise Granger étaient déjà en prospection ce lundi matin. La semaine dernière, les deux architectes du collectif Yakafokon ont retroussé leurs manches pour fabriquer un banc-gradin devant le collège Alphonse Allais avec les jeunes collégiens. “On formalise en vrai ce que les jeunes ont imaginé ”, souligne Louise en montrant l’emplacement du deuxième projet ; devant l’entrée du lycée rolivalois. 

En plus de permettre aux jeunes élèves et aux habitants de s’asseoir, cette création  longue de 3 mètres 50 et large de 4 mètres 50, vient s’harmoniser avec la commune nouvelle, déjà riche d’une architecture exceptionnelle et singulière. 

Marteau, clous, vis… Quatre membres du collectif ont débuté le deuxième chantier, aidés par une dizaine de jeunes comme Seyda, qui entre au lycée à la rentrée : “Je veux être décoratrice d’intérieur plus tard, ce stage m’a appris beaucoup de choses, notamment comment on se sert des machines, comment prendre des cotes… En plus c’est mon frère, Omer, qui a imaginé l’idée de départ de ce banc !” Sa copine, Irem-Sahra est elle aussi enchantée. Du haut de ses 15 ans, cette jeune Rolivaloise a déjà le compas dans l’œil : “l’architecture c’est un métier que je veux faire depuis que je suis toute petite. J’avais même réalisé mon stage de 4e avec une architecte de Yakafokon, c’est elle qui m’a inscrite !” Pendant ces deux semaines, les deux jeunes filles ont participé aux deux chantiers. Un travail épuisant mais revigorant : “La découpe et l’assemblage, on aime beaucoup ! L’odeur du bois c’est agréable.”

« Je suis contente de faire connaître notre métier ! » 

Du côté de la scie à onglet, Marie Deruyter, membre du collectif, apprend à Ibrahim à découper les tasseaux de bois.« Ce sont des moments privilégiés, on se rend compte qu’on a des choses à transmettre . Construire à plusieurs, c’est très enrichissant, être dans le concret, mixer dessin et conceptualisation. Je suis contente de faire connaître notre métier et de leur donner des outils et le pouvoir de faire des choses.  Leur prouver qu’ils ne sont pas juste des consommateurs mais des citoyens et acteurs dans leur ville !”, explique la jeune architecte le mètre en main.

Similaire à celle du collège, la création du lycée se pose dans la continuité du bâtiment. Les deux bancs disposent d’une architecture boisée propre à chaque lieu. Ce concept est à l’initiative d’un groupe de quatre jeunes lycéens dont Alexis. À 17 ans, il a déjà tout d’un grand : “On a fait le choix du lycée car c’est un endroit de passage, c’est pratique pour les lycéens mais aussi pour les habitants qui se baladent devant.” Bientôt en terminale à Marc Bloch, ce jeune Valderolien envisage de faire des études dans une grande école d’architecture. Le design du banc a également été trouvé par Omer, 12 ans, qui a déjà trouvé son avenir professionel  : « Je voulais un mobilier urbain qui soit original, confortable et écologique. J’adore créer et manager des équipes, d’où le fait de vouloir devenir architecte !  » Un apprentissage sur le tas qui lui a permis de s’enrichir et de confirmer sa volonté de s’engager dans ce métier. “C’est très sympa et agréable. On est très content de construire pour eux et avec eux ! ”, s’exclame Thibaut, architecte de métier, en lui montrant comment bien positionner ses mains lors de la découpe. 

L’ensemble des architectes en herbe ont eu le privilège de signer leurs oeuvres et d’obtenir un diplôme de fin de stage.Ces deux constructions sont à découvrir dès maintenant !  Le collectif Yakafokon projette déjà de renouveler l’expérience pour sensibiliser la jeunesse rolivaloise à l’architecture tout en mettant en avant leur environnement de vie.

Partagez :

Retour vers 2050 !

Plus de 450 élèves ont participé au E-forum de l’éducation aux médias et à l’information organisé par la circonscription de l’éducation nationale de Val-de-Reuil, avec le soutien actif de la Ville de Val-de-Reuil et la participation de la Factorie – maison de Poésie.

Jeudi dernier, de drôles de personnages tout droit sortis de 2050 ont investi la MJA à l’occasion de la deuxième édition du Forum de l’Éducation aux Médias organisé par la circonscription de Val-de-Reuil. Crise sanitaire oblige, les écoliers, collégiens et lycéens apprentis-reporters ont vécu l’événement, cette année, en mode connecté depuis leur salle de classe.  » C’est la première fois que nous organisons le forum de cette manière », explique Gilles Fleury, le directeur de l’école Les Dominos, à l’initiative de ce rendez-vous qui a pour objectif de sensibiliser les enfants et adolescents à l’information, à son traitement, aux outils médiatiques mais également d’éveiller leur sens critique.  » Cette année, nous avons pris le thème de 2050 et nous avons demandé aux enfants et aux jeunes de travailler et d’imaginer l’actualité telle qu’elle pourrait être dans le futur « .

Ambiance futuriste

Ainsi, sur le plateau dressé au cœur de la MJA, des habitants du futur interprétés par les comédiens de la Factorie – maison de poésie, sont venus tout au long de la journée témoigner et débattre de sujets tels que la connexion 8G, l’intelligence artificielle, la conquête spatiale, le réchauffement climatique et bien d’autres encore.  » Aujourd’hui, les doudous connectés permettent aux enfants d’apprendre en un instant « , a ainsi expliqué Natacha Box (interprétée par Adeline Maisonneuve, comédienne de la Factorie), une manageuse de la société  » New Future Génération Speed Mobile « , invitée spéciale de l’émission autour des intelligences artificielles. A chaque interview ou émission, ce fut l’occasion pour les spectateurs de la journée de découvrir en direct les différentes productions réalisées par les quelques 450 élèves provenant des écoles, collèges et lycées participant à l’opération. Parmi eux, on pouvait ainsi retrouver le lycée Marc-Bloch, le collège Alphonse Allais et le collège Michel de Montaigne ainsi que les écoles Coluche, les Dominos, le Pivollet, Jean-Moulin et Louise Michel.

90 productions réalisées

 » Nous avons reçu près de 90 fichiers provenant des différentes écoles, collèges et lycées participants à l’opération « , souligne Myriam Ollivier, conseillère au pôle numérique de la Direction des Services Départementaux de l’Éducation Nationale (DSDEN), détaillant le travail mené en amont par les élèves et leurs enseignants.  » Chaque établissement a mené un véritable travail de fond avec l’appui de nos partenaires comme des journalistes du club de la presse de Normandie. Aujourd’hui, nous découvrons l’ensemble des travaux qui ont été menés pendant ces trois, quatre derniers mois « .

Retransmission des émissions et productions

A l’issue de la journée, ce E-forum s’est clôturé par un débat entre journalistes et communicants tels qu’Aurélie Wolff du club de la presse et de la communication de Normandie ou encore Pierre Choisnet, rédacteur en chef de la Dépêche et du Courrier de l’Eure. Sur la table : l’évolution du traitement de l’information entre fake news, deepfake et écriture IA… un débat qui n’a pas manqué de ravir l’ensemble des enfants qui ont pu assister tout au long de la journée aux différentes émissions et découvrir leurs productions ainsi que celles de leurs camarades. A noter que ces productions seront diffusées sur le blog de l’éducation aux médias : http://blog.ac-rouen.fr/val-de-reuil-forum-emi/

Partagez :

Brevet et Baccalauréat : félicitations à la promotion 2018 !

Avec le mois de novembre est venu le temps de la traditionnelle remise des diplômes, fruit de longues années de travail pour les collégiens et les lycéens. Petit tour d’horizon des résultats de la promotion 2018 à Val-de-Reuil.

Collège Alphonse Allais : 95,95 % de réussite !

Grande satisfaction pour tous, anciens collégiens, parents et toute l’équipe administrative et enseignante du collège Alphonse Allais vendredi 17 novembre. La promotion 2018  du Diplôme National du Brevet (DNB)  a en effet été exceptionnelle ! D’un point de vue comportemental, comme le soulignait la principale Estelle Morin, mais aussi des résultats avec 95,95% d’admis, alors que le taux de réussite dans le département de l’Eure a été de 86,36 % !

Une cérémonie où se succédaient nominations et applaudissements de parents très fiers venus en nombre récupérer le premier diplôme de leurs enfants. A noter que 81,69% des admis ont décroché une mention dont 35% de très bien, 22,54% de bien et 23,94% d’assez bien.

Lycée Marc Bloch : 19,91 de moyenne pour le major de la promotion !

La semaine suivante c’est la joie des retrouvailles qui imprimait l’ambiance au lycée Marc Bloch. Six mois sans se voir… L’occasion de cette remise du diplôme du Baccalauréat, et du dossier scolaire de l’élève depuis le Cours préparatoire, a permis à chacun de prendre des nouvelles de ses anciens camarades, permis de faire des comparaisons entre les différentes facs, les différents cursus, de revoir ses photos portraits de primaire. Elle a surtout permis d’applaudir à tout rompre les 28 lauréats de la mention très bien pendant la cérémonie organisée à cet effet par le proviseur Joël Garnier et toute  l’équipe pédagogique.

La série Générale a en effet obtenu 93,25 % de réussite (91,10% en moyenne au niveau national) et la série technologique 82,25%. Sur 201 admis, 84 bacheliers ont été reçus avec mention :  28 assez bien, 28 bien et 28 très bien. Félicitations particulières au 3 premiers qui ont obtenu leur diplôme avec plus de 19 de moyenne dont le major de la promotion Adrien Sarg (photo ci-dessus), en série ES, avec 19,91 !

Marc-Antoine Jamet à la dernière promotion du collège Pierre Mendès France : Que chacun d’entre-vous réussisse !

Ambiance solennelle et empreinte d’émotion  un peu plus tard au collège Alphonse Allais qui a accueilli la remise du DNB de la dernière promotion du collège Pierre Mendès France (fermé en juin sur décision du Conseil départemental) devant une assistance très nombreuse. Sur 67 inscrits à l’épreuve, 47 ont été reçus dont 30 avec mention (12 assez bien, 10 bien et 8 très bien).

Marc-Antoine Jamet, maire de la ville, a félicité enseignants, parents  et élèves, prodiguant à ces derniers quelques conseils : « J’espère que vous continuerez ce travail…Vous avez franchi un grand pas. Ce Brevet est une petite feuille mais un grand pas pour vos familles et j’en suis fier pour vous et pour Val-de-Reuil ».  Et d’ajouter « Je suis triste aussi car ce Brevet ne vous est pas remis dans votre collège de proximité…c’était plus d’intérêt général et d’éducation dans le quartier… On a fermé PMF, c’est dommage !  Mais je vais vous dire, je suis surtout heureux et je laisse ma tristesse de côté car ce qui compte pour moi et c’est le plus important : que chacun de vous réussisse ! »

L’enfance et la jeunesse à Val-de-Reuil

Centres de loisirs de 3 à 25 ans

Infos utiles sur les lieux d'accueil jeunesse qui reçoivent les jeunes âgés de 3 à 25 ans, dans 9 lieux, et la Cyberbase Isaac Asimov L'enfance et la jeunesse à ...
Lire La Suite…

Crèches, Relais d’assistantes maternelles, la Parent’aise

Les adresses, les crèches, le relais d'assistantes maternelles, la maison de l'enfance, les infos utiles pour la petite enfance L'enfance et la jeunesse à Val-de-Reuil Mais aussi Infos pratiques ...
Lire La Suite…

L’éducation et la formation

Chaque année, la ville consacre 10 % du budget municipal aux écoles. Rentrée scolaire : ce que les établissements scolaires et périscolaires peuvent vous demander À l’occasion de la rentrée, ...
Lire La Suite…

La cyberbase

L’objet d’une cyber-base est d’initier, des débutants aux plus confirmés, aux technologies de l’information et de la communication (TIC), dans le cadre d’ateliers en groupe ou individuel : découverte de ...
Lire La Suite…

Nos actualités jeunesse

Repar’café : apprendre à détecter la panne de ses appareils

Diagnostiquer la panne de son ordinateur en toute convivialité : c’est l’objectif du “Repar Café” un nouveau service de la ...
Lire La Suite…

EPIDE : les clés de la réussite (Vidéo)

Toutes les clés pour s’accomplir et réussir. C’est ce qu’offre l’établissement pour l'insertion dans l'emploi (EPIDE) de Val-de-Reuil aux jeunes ...
Lire La Suite…

Quinzaine du bien-être : 15 ateliers pour changer les idées des parents Rolivalois

Relaxation, sport, art,cuisine, massage… Du 9 au 20 mai, la Ville de Val-de-Reuil organise sa “Quinzaine du bien-être” ! Près ...
Lire La Suite…

Le carnaval à l’heure indienne pour célébrer Holi ce samedi 23 avril

Rendez-vous tout de blanc vêtu sur la place des Quatre Saisons à 13h00 samedi pour le retour du carnaval et ...
Lire La Suite…

Spectacle de cirque : rendez-vous avec David Aubé et « Pourquoi Pas » vendredi !

Vous aimez le cirque ? Ne manquez pas le rendez-vous avec David Aubé et le collectif Pourquoi Pas le vendredi ...
Lire La Suite…

Chantiers jeunes : premier job, premier salaire !

Comme à chaque vacance scolaire, les chantiers jeunes prennent leurs quartiers ! Pour les vacances de printemps, 12 adolescents se ...
Lire La Suite…

Des comédiens en herbe montent une pièce de théâtre ambulante !

Pendant 4 semaines, 8 jeunes âgés de 11 à 16 ans se sont immergés dans la mémoire de Val-de-Reuil. Avec ...
Lire La Suite…

40 PC de la Réussite remis à des collégiens et lycéens « méritants »

La Ville vient de remettre un ordinateur portable à 40 jeunes Rolivalois de milieu modeste qui se sont notamment distingués ...
Lire La Suite…

Une lycéenne Syrienne remporte un concours national d’écriture en anglais

À tout juste 17 ans, Lobna El Kaisi vient de remporter un concours national d’écriture en langue britannique. Portrait d’une ...
Lire La Suite…

Vous êtes sans connexion