Une journée de la laïcité pas comme les autres au lycée Marc Bloch

Tout au long de la journée d’hier, l’ensemble du corps éducatif du Lycée Marc Bloch s’est mobilisé en faveur de la laïcité. Lecture de textes, chansons, inaugurations… Reportage fort en émotion ! 

Chaque année depuis sa création, la Ville de Val-de-Reuil célèbre la journée de la laïcité pour rendre hommage à la loi de 1905 qui sépare l’église de l’État. 24h de mobilisation autour d’une seule et même valeur : le vivre ensemble. Au lycée Marc Bloch et dans les écoles rolivaloises, diverses actions ont été menées dont un hommage significatif au professeur Samuel Paty, décédé en 2020. 

Une salle au nom de Samuel Paty 

Jeudi midi, les couloirs du lycée Marc Bloch étaient bien remplis. Non pas pour la pause méridienne, mais pour une cérémonie symbolique, préparée depuis de nombreuses semaines par les élèves et leurs enseignants. “Aujourd’hui, c’est un mélange d’émotions qui règne dans notre établissement. Cette salle de conférences qui est derrière moi a longtemps accueilli nombre de réunions, prestations musicales, des débats sur lesquels jeunes et moins jeunes ont pu débattre sur des sujets avec liberté et respect. Sur des valeurs, celle de la République qui vous aident, vous jeunes adultes, à devenir des citoyens responsables”, introduit Thi Hoa Phuong Lefevre, la proviseure de l’établissement, devant une horde de lycéens de tous les niveaux. Un coup de ciseau pour inaugurer le nom de cette nouvelle salle : “Salle Samuel Paty”. À l’intérieur, des écrits et des illustrations, toutes en lien avec un seul et même principe, celui d’être laïque. Au milieu de celle-ci trône la photographie de l’enseignant, un geste fort pour l’établissement qui déroule une cérémonie forte, poignante et pleine de sens.

Poèmes et chansons

“Je suis l’enseignant, de toléré à banni, puis, acidulé comme héros de la belle France. Tous m’ont dit : Au revoir notre cher Monsieur Paty…” commence alors Antoine, un Rolivalois de 16 ans qui a écrit son texte en une soirée. “ Ce projet est génial, il y a beaucoup de cohésion entre nous tous. La laïcité est quelque chose qui règne, on doit la conserver. Ce texte est un hommage qui permet d’expliquer ses enjeux et ce qu’elle représente” , explique le jeune homme qui n’est pas le seul à passer devant le public. Musiciens, chanteurs, slameurs… De 15 à 18 ans, une dizaine de jeunes adolescents ont préparé des écrits riches de sens. Après une interprétation de la chanson de U2 “One Love”, c’est au tour de Medhi, 15 ans, de se lancer dans la lecture d’un texte de Gauvain Sers. Pour le jeune homme, la laïcité est dans les veines de sa Ville : “À Val-de-Reuil, il y a un rassemblement culturel très important, les habitants viennent de tous les horizons et vivent ensemble sur un pied d’égalité.”  Vivre en société, c’est également ce que Kawtar a voulu exprimer. À travers son texte, la jeune femme de 18 ans ne s’attendait pas à faire d’un exercice de classe une présentation devant une centaine de personnes : “On vit en France, on est une diversité, il y a tellement de religions, il faut vivre tous cohabiter.” 

Une Marianne et un arbre de la laïcité

Diversité, Together, harmonie… Des mots et des textes que l’ensemble des lycéens ont ensuite accrochés dans un “arbre de la laïcité” pour exprimer, parfois anonymement, leurs pensées. Puis, au premier étage, le tableau d’une Marianne a été divulgué. Un symbole fort de la République bercé par une Marseillaise en chœur. 

“Cette salle, cette Marianne, ce tableau est original, ce sont les valeurs de la république, on nait laïque et il faut continuer à l’être. On le voit d’ailleurs avec les photos réalisées dans les écoles de la Ville,  c’est important tout petit de continuer, la fierté de notre territoire réside dans la laïcité” , a lancé Catherine Duvallet, première adjointe au maire, face à ces regards, ces personnalités, tous unis dans un lycée, une Ville, un pays qui permet à tous de vivre libres et égaux en droit.

“Ensemble, un projet qui rassemble. » Un crédo pour cette journée que Mahylis a cloturé par ses écrits : “Je voulais émouvoir le public, prendre part de l’actualité qu’il ne faut pas oublier.” 

Tout au long de l’année scolaire, des actions continueront d’être portées par les lycéens et enseignants.

Partagez :

Vous êtes sans connexion