Les nouvelles mesures déployées pour prévenir et lutter contre la délinquance

Réuni mercredi, le conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance a été l’occasion de présenter les nouveaux outils déployés en matière de sécurité. Du groupe de suivi nominatif au déploiement de nouvelles caméras en passant par la hausse des effectifs de police municipale et nationale… Présentation des mesures mises en oeuvre.

Entre la baisse de la délinquance, la hausse des affaires résolues et la collaboration active entre police municipale et nationale… A Val-de-Reuil, le bilan de l’année 2020 est plutôt encourageant sur le front de la sécurité. Chiffres à l’appui, la commissaire Alexandra Capogna, à la tête du commissariat de police, va même plus loin encore dans ses conclusions : « 35 % des faits relevés sur l’ensemble de la circonscription de police(NDLR : 5 communes au total) étant commis à Val-de-Reuil, nous avons bien la preuve qu’il n’y a pas ici plus de délinquance qu’ailleurs. Je dirais même qu’il fait bon vivre à Val-de-Reuil ».

Si la Ville a enregistré en 2020 une légère hausse des atteintes aux biens (vols, dégradations…) principalement due à une série de vols avec effractions commis en tout début d’année dernière à Val-de-Reuil et dans les communes alentour, les atteintes à l’intégrité physique (violences en tout genre) affichent quant à elles une baisse significative de plus de 11 %.

Dans le même temps, « nous avons commencé à démanteler la petite équipe responsable des vols en série de début 2020 ». Sans compter l’arrestation en flagrant délit, en fin d’année, des auteurs de nombreux vols sur la plateforme colis de la Poste.

Nul doute que les 10 nouveaux policiers affectés depuis quelques semaines pour la plupart au service enquête du commissariat rolivalois permettront de résoudre d’autres affaires encore. C’est en tout cas l’ambition clairement affichée par Alexandra Capogna. A la grande satisfaction de Marc-Antoine Jamet dont les multiples sollicitations auprès du Ministre de l’Intérieur pour remédier au sous-effectif du commissariat ont finalement porté leurs fruits.

Le CLSPD, outil de prévention et de lutte contre la délinquance

« La sécurité est une œuvre commune sur tout le territoire », indiquait d’emblée le maire de Val-de-Reuil en ouverture du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance réuni mercredi au gymnase Alphonse Allais. Autour de la table ce matin-là avaient pris place l’ensemble des acteurs mobilisés sur la ville; que ce soit la Procureure de la République, la sous-préfète des Andelys, la commissaire de police, le directeur départemental des services de l’éducation nationale (DDASEN) et les principales des 4 collèges du secteur ou encore les bailleurs sociaux et services municipaux… L’objectif : travailler main dans la main pour renforcer la prévention et la lutte contre la délinquance.

Réactivité, efficacité grâce au groupe de suivi nominatif

Si bien que ce CLSPD a été l’occasion de présenter les nouveaux outils, projets et initiatives qui seront développés au fil des semaines et des mois à venir. A commencer par la mise en place d’un « groupe de suivi nominatif » dédié aux jeunes exposés à la délinquance. « Il s’agit d’avoir une approche individualisée des situations », précise Virginie Sené Ruquier, sous-préfète des Andelys. « Concrètement, nous allons établir une liste de jeunes rolivalois qui risquent de basculer dans la délinquance ». Identifiés à partir des informations remontées par les différents acteurs mobilisés sur le terrain, ces jeunes feront chacun l’objet d’un suivi personnalisé « pour les orienter vers une autre trajectoire ». A Val-de-Reuil, on estime à une trentaine le nombre de jeunes – dont certains ont tendance à semer le trouble sur la ville – qui seront intégrés au sein de ce groupe, « lequel permettra d’apporter les réponses les plus adéquates possibles pour les neutraliser », insiste Dominique Puechmaille, Procureure de la République d’Evreux.

Les policiers municipaux plus nombreux

Dans le même temps, la Ville mobilise d’importants moyens au nom de la sécurité et la tranquillité publiques. Parmi eux, le renforcement des effectifs de police municipale qui se poursuivra cette année encore. « Il y a 10 ans, nous ne comptions à Val-de-Reuil que 6 policiers municipaux ; dans les prochains mois, ils seront treize », rappelle Marc-Antoine Jamet. Après l’arrivée l’an passé de deux nouveaux agents, deux recrues supplémentaires viendront encore rejoindre cette année les rangs de la police municipale. Mobilisés sept jours sur sept, multipliant les patrouilles de jour comme de nuit, ces policiers assurent au quotidien une mission de proximité sur l’ensemble de la ville. « Pour plus d’efficacité et de réactivité, nos policiers travaillent en étroite et permanente collaboration avec leurs homologues de la police nationale », se réjouit le maire.

De nouvelles caméras déployées

Autre dispositif déployé par la Ville depuis de longues années et étendu au fil des mois : la vidéovigilance. Aujourd’hui, Val-de-Reuil dispose de 65 caméras réparties sur les lieux stratégiques de la commune. Elles seront très bientôt complétées par 20 nouvelles caméras à reconnaissance de plaques d’immatriculation. « Cela permettra d’identifier immédiatement les véhicules volés », confirme Julien Tristant, directeur général des services de la mairie. Deux caméras « nomades », qui pourront être déplacées en fonction des événements et des problématiques rencontrées, viendront également s’ajouter cette année à l’ensemble du dispositif. Tandis que le bailleur social IBS annonce l’installation de 300 caméras dans ses nombreux halls d’immeubles rolivalois.

Mutualisation avec les communes

Pour Marc-Antoine Jamet, il s’agit là d’une évidence : ” la délinquance ne s’arrête pas aux limites administratives de la commune”.  Les faits constatés il y a quelques mois(vols avec effraction à Val-de-Reuil et dans les communes alentour) confirment d’ailleurs que les frontières entre Léry, Poses ou encore le Vaudreuil sont indéniablement poreuses. D’où la proposition du maire de Val-de-Reuil faite ce mercredi aux maires des communes voisines, d’organiser une forme de mutualisation qui permettrait à la police municipale rolivaloise d’intervenir, ponctuellement sur les communes environnantes. Une main tendue accueillie avec le plus grand intérêt par la plupart des maires.

Au final, de nombreuses mesures concrètes – saluées par la Procureure de la République elle-même – ont été présentées ce mercredi tout au long du conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance.  “Solutions, informations, coopération pourrait être le slogan de ce CLSPD”, concluait Marc-Antoine Jamet.

 

 

Partagez :

Vous êtes sans connexion