Le bronze pour la Rolivaloise Corinne Lefèvre aux Mondiaux de duathlon

Formatrice au CFA et championne de duathlon : c’est la double vie de Corinne Lefèvre, médaillée de bronze aux mondiaux de cette discipline de l’extrême. Un exploit incroyable. Rencontre.

A la simple idée d’imaginer l’effort qu’elle a dû fournir, les jambes nous font déjà souffrir : 10 km de course à pied, 150 km de vélo, puis encore 30 km de course à pied… le tout en ascension quasi permanente pendant 9h56 minutes !

Autant dire que Corinne Lefèvre impose le respect. A 50 ans, cette mère de famille rolivaloise, formatrice en coiffure au CFA de Val-de-Reuil, a affronté l’élite mondiale du duathlon longue distance le 9 septembre dernier à Zofingen, en Suisse. Et surpassé bien des concurrentes venues des quatre coins de la planète pour finalement décrocher la médaille de bronze de ce championnat du monde 2019.

Finir quoi qu’il en coûte !

Corinne Lefèvre (à droite) rêvait de monter sur le podium. Elle a réussi !
Corinne Lefèvre (à droite) rêvait de monter sur le podium. Elle a réussi !

« Tout se joue au mental. On a mal du début à la fin. Quand en plus, les conditions météo sont exécrables comme cette année, c’est encore plus difficile ». Q’importe : Corinne Lefèvre est une guerrière : « Tout au long de la compétition, je me disais que je finirais à quatre pattes s’il le fallait, mais je finirais ». Et elle a fini ! Allant ainsi au bout de son rêve de monter sur le podium. « Quand j’ai réalisé que j’avais terminé 3e, j’ai pleuré dans les bras de mon entraîneur ».

Un exploit d’autant plus beau, d’autant plus fort que l’athlète rolivaloise doit jongler tout au long de l’année entre ses contraintes professionnelles et sa passion chronophage. Quand elle ne transmet pas son savoir à ses apprentis qu’elle forme aux métiers de la coiffure, elle enfile ses baskets, son maillot de bain ou enfourche son vélo… entre 16 et 20 heures par semaine !

Le sport sans modération

« Mon entraîneur m’établit un entraînement hebdomadaire en fonction de mes heures de cours. Parfois jusqu’à 22h00 le soir ; parfois dès 6h30 le matin avant de rejoindre le CFA ».Un entraîneur (Yannick Cadalen) qui a l’immense avantage de connaître et maîtriser parfaitement la discipline pour être lui-même vice-champion du monde de duathlon.

Ses congés ? C’est aux stages en tout genre qu’elle les consacre. « Cet été, je suis allée m’entraîner à l’Alpe d’Huez sur le parcours du Tour de France. J’ai fini par le duathlon de l’Alpe d’Huez pour être fin prête pour Zofingen ».

Un palmarès impressionnant

Sportive depuis son plus jeune âge (elle a commencé la natation à 6 ans), Corinne Lefèvre confie ne plus pouvoir se passer de ces heures de nage, de course, de vélo… Une passion pour le sport qu’elle avait pourtant mise entre parenthèses jusqu’à ses 40 ans. « J’ai alors participé à la Défoulante, ces 6 km de course organisés au Vaudreuil ». Un déclic qui l’a emmenée plus loin, plus haut, plus fort. A tel point qu’aujourd’hui, Corinne Lefèvre compte 10 marathons à son palmarès (dont 7 marathons Seine-Eure), dont l’IronMan de Tours en 2018; mais aussi un championnat du monde de natation en 2014 ; un championnat de France de duathlon (2018) où elle décroche la médaille de bronze mais aussi son ticket pour participer aux championnats du monde de Zofingen, sous les couleurs de l’équipe de France. Et au final, cette médaille exceptionnelle qu’elle ne se lasse pas d’admirer jour après jour.

Pour autant, pas question maintenant de se reposer sur ses lauriers après cette formidable performance. L’heure est déjà à l’entraînement intensif pour la suite de l’aventure sportive. Premier objectif après le marathon de Deauville en novembre, participer aux prochains championnats du monde de Zofingen et viser la médaille d’argent. « Pour y participer, il faut que j’obtienne le statut de sportive de haut niveau qui me permettra de me libérer de mes obligations professionnelles le temps de la compétition ».

Son rêve : le triathlon de l’extrême

Corinne Lefèvre pourrait prendre le départ du triathlon le plus extrême au monde en 2021
Corinne Lefèvre pourrait prendre le départ du triathlon le plus extrême au monde en 2021

Mais Corinne Lefèvre voit plus loin encore et rêve déjà de prendre le départ de l’IronMan de Vichy (42 km de course à pied, 180 km de vélo, 3,8 km de natation), considéré comme le triathlon le plus extrême du monde.

Au final, notre championne l’avoue volontiers : « Je reconnais que j’ai beaucoup de chance de vivre à Val-de-Reuil. On ne peut pas rêver mieux en termes d’équipements sportifs ; j’ai tout à proximité ». 

L’actualité du sport à Val-de-Reuil

Erreur : la vue e22e0e1s69 n’existe pas

Le sport à Val-de-Reuil

Erreur : la vue d7fea89sfg n’existe pas
Partagez :

Vous êtes sans connexion