La Ville en renfort des membres de Sea Shepherd France

Vous voulez voir la flamme ?

Venez l’accueillir à Val-de-Reuil:

  • jours
  • : 
  • heures
  • : 
  • Minutes
  • : 
  • Secondes

Elle est arrivée !!

Partagez :

A la demande du Maire de Val-de-Reuil, Marc-Antoine Jamet, les services de la Ville épaulent l’association Sea Shepherd dans sa tentative de sauvetage du béluga perdu dans la Seine.

Beluga seine2Depuis la semaine passée, les réseaux sociaux sont en ébullition suite à la découverte d’un béluga égaré dans la Seine. Parmi les lanceurs d’alerte, l’association de protection de la biodiversité marine Sea Shepherd France, a donc décidé de se rendre sur place pour tenter de sauver ce cétacé vivant habituellement dans les milieux arctiques de notre planète. Le béluga ayant été localisé au niveau d’une écluse dans l’Eure, l’association a lancé un appel sur les réseaux, à la recherche d’un pied-à-terre pour ses militants mobilisés sur le territoire de Val-de-Reuil et ses alentours.

La Ville en action pour épauler Sea Shepherd France

Mairie VDR1Un appel auquel le Maire de la ville, Marc-Antoine Jamet n’a pas manqué de répondre au pied levé avec les services de la Ville afin d’aider et d’accompagner au mieux l’antenne française de l’organisation non gouvernementale Sea Shepherd Conservation Society dans sa tentative de sauvetage. C’est ainsi que depuis vendredi dernier, une dizaine de ses membres intervenant sur l’opération est accueillie, sur l’Ile du Roi, à la Villa Sally Mara en partenariat avec la Factorie, Maison de Poésie de Normandie sous la houlette de Jérôme Revel.

Un lieu adapté à l’équipe

Un havre de paix qui n’a pas manqué de ravir Lamya Essemlali, la présidente de Sea Shepherd France. « La ville a répondu extrêmement rapidement avec une solution optimale pour accueillir notre équipe mais aussi tout notre matériel, ce qui nous a soulagés d’un poids et nous a permis de nous focaliser sur le béluga et non sur le toit que l’on devait mettre sur notre tête », explique-t-elle, soulignant les contraintes et le stress liés à la recherche d’hébergements. « Ce n’est jamais facile de trouver un lieu adapté. Il faut avoir des emplacements qui soient suffisamment grands et sécurisés pour accueillir les véhicules, les remorques, les bateaux et il faut que l’équipe puisse se reposer, pour organiser les relais comme c’est le cas ici où l’on s’est relayés 24h sur 24 pour surveiller le béluga ».

Un hébergement idéal pour relâcher la pression

Sea Shepherd2Côté équipe, on ne manque pas d’apprécier ce lieu empli de calme et de sérénité. « L’aménagement est top, on est entre nous, le cadre nous permet de nous couper de la pression sur site, des médias et de vite récupérer », confie Ludovic Machefert, pilote de bateau et délégué de Charente-Maritime Sea Shepherd France. « Outre le repos, ce lieu nous permet de travailler dans de bonnes conditions comme pour faire les bilans de la journée, préparer les repas, ravitailler les autres, etc. ». Côté intervention, les membres de Sea Shepherd tenteront de sortir, ce mardi, le béluga de la Seine pour le transporter vers une écluse d’eau salée en bord de mer pour continuer de l’observer, de le soigner et envisager éventuellement par la suite de le relâcher en mer.

Derniers articles parus

Partagez :
Partagez :

Les inscriptions scolaires auront lieu du 1er Février au 21 Juin 2024