A la découverte du chantier de Léo Lagrange

Après les clubs sportifs, ce fut au tour des riverains de découvrir mardi le chantier du nouveau gymnase Léo Lagrange. Les deux architectes du projet étaient présents pour répondre aux questions de chacun.

Casques sur la tête, gilets sur le dos, un petit groupe d’habitants résidant à proximité du nouveau gymnase Léo Lagrange sont venus visiter le chantier mardi après-midi. L’occasion pour les deux architectes et les élus de répondre aux questions de chacun sur la future structure du complexe sportif de 4 300 m2.

Vis-à-vis, espaces verts et gardiennage

La visite de chantier a débuté sous le soleil par l’intervention de Cheree Bellenger, cheffe de projet du renouvellement urbain. Celle-ci a expliqué aux habitants les nouveautés qui émergeront prochainement en ville dont la construction du nouveau Gymnase Léo Lagrange : « Le but de cette visite est de répondre à toutes vos interrogations. »

120 arbres viendront camoufler le gymnase

Deux des trois architectes du bâtiment, ont ensuite commencé la visite. Hidezaku Moritani, l’architecte japonais, s’est penché sur la structure du gymnase : «On voulait éviter de créer un mur en face de chez vous, c’est pourquoi les volumes sont écartés pour éviter les nuisances sonores. Une centaine d’arbres vont également être plantés tout autour du parc extérieur. »  Des détails qui rassurent les Rolivalois comme Chantal qui réside aux abords de l’Arbre rouge : « Les couleurs du gymnase sont très belles. Quand les arbres vont pousser, ça permettra en effet de ne pas avoir de vis-a-vis » En plus de la verdure, aucune fenêtre ne donnera sur leurs habitations et un système de gardiennage sera mis en place par la mairie. « Tout sera clos avec un gardien et une vidéo de surveillance connectée à la police municipale. Le parc fermera à 22h », précise Pascale Ravaux, la directrice des sports de la ville.

« Je m’imagine bien faire mon tai-shi ici »

Aurélie pénètre dans la salle principale du complexe, les tribunes sont déjà prêtes à accueillir les futurs 500 spectateurs. « J’aime bien, le complexe fait très moderne et lumineux. J’attends l’ouverture mais visuellement il est beau. Mes enfants pourront faire leur sport ici », glisse la Rolivaloise en passant devant les futurs sanitaires. Hélène Deprez, l’architecte française, montre aux Rolivalois le plan en 3D du dojo. Sylvie s’imagine déjà faire ses séances ici : « Les espaces sont importants ! Je fais du multi-sports, je compte bien venir ici pour faire mon tai-shi ou des séances de pilates en extérieur. »

Des habitants conquis qui n’ont qu’une hâte : voir ce nouveau temple du sport terminé. « On attaque ce chantier pour embellir notre ville, pour en faire la plus jolie ville de campagne et améliorer la vie des habitants. C’est pourquoi il était essentiel de vous consulter », ont conclu Fadilla Benamara adjointe au renouvellement urbain et Christian Avollé adjoint au cadre de de vie.

Un futur propice à la reprise des activités sportives dans un environnement spacieux, lumineux et joyeux  !

Le complexe sportif Léo Lagrange en 10 points :

Le futur complexe sportif, qui devrait ouvrir ses portes fin 2021, sera un véritable bijou architectural et sportif. Petit panorama de ses nombreux atouts :

  • Un bâtiment de 4300m2 dessiné par les architectes James Cowey, Hidekazu Moritani et Hélène Deprez du cabinet Studio Architecture.
  • Un équipement écologique équipé notamment de panneaux photovoltaïques.
  • Une salle omnisports recouverte de parquet pour la pratique des sports collectifs (basket-ball / handball…) et équipée de gradins de 500 places
  • Deux salles dédiées aux sports de combat et de défense (boxe, lutte, taekwendo, judo, kun fu, taekwendo…): 480 tatamis installés au sol.
  • Salle de renforcement musculaire ultramoderne
  • Bureau associatif mutualisé à disposition des différents clubs.
  • Salle de réunion pour les clubs / les habitants
  • A l’extérieur, terrain multisports sécurisé
  • Parc arboré et paysager tout autour du bâtiment
  • Un équipement dont la construction s’élève à 12 millions €

Partagez :

Vous êtes sans connexion