Rentrée 2022 : des selfs-service à la cantine !

Être acteur de son repas et limiter le gaspillage alimentaire, deux choses que les écoliers des Dominos et Jean-Moulin peuvent désormais faire ! Depuis la rentrée, les enfants peuvent déjeuner au self, un système de restauration moderne qui vient s’ajouter à une rénovation des cantines. Reportage.

“Miammm ! J’aime trop, on peut choisir ce qu’on veut, si on n’aime pas ou on n’a pas faim par exemple”, s’exclame la petite Lana, 6 ans, qui vient de faire sa rentrée en CP à l’école Jean-Moulin. Comme elle, ce sont plus de 700 enfants qui peuvent se restaurer au self-service, un dispositif déjà instauré à Louise Michel depuis plusieurs années. Les autres établissements de la ville suivront dans les prochaines années : d’abord dans la nouvelle école Victor Hugo et Coluche l’an prochain. 

Apprendre à manger en autonomie 

Pour cette nouvelle année scolaire, la Ville peaufine son plan “écoles” avec un nouveau programme, celui de transformer et de moderniser les cantines. 114 000 euros ont été investis pour mettre en place ces selfs-services. Une nouveauté qui ravit la directrice de Jean-Moulin, Stéphanie Moy : “Les enfants se sentent responsabilisés, je pense que cela va avoir un impact conséquent sur le gâchis. Et pour le personnel, le contact est différent, nous ne sommes plus dans l’échange, leur montrer comment faire et comment recycler leurs déchets.”  

En effet, auparavant, les agents servaient à table les élèves, maintenant, ils se prennent eux-mêmes en main. Du service jusqu’au débarras de leurs assiettes, les jeunes enfants apprennent à se débrouiller. “C’est bien, cela va permettre aussi aux CM2 de se préparer au collège !”, souligne Éloïse Dieng, enseignante en maternelle, en inaugurant le self. 

“J’apprends à trier”

Dès 12H, l’odeur du poisson grillé et des pommes de terre rissolées enivre les narines. Les premiers à tester le self viennent d’arriver en file indienne. Un plateau, un verre, des couverts… Et hop ! Plus qu’à choisir son déjeuner ! Et sur les étalages, il y a le choix : tomates à la vinaigrette, poisson pané, pommes dauphines, raisins… Un repas équilibré, composé comme avant, avec des produits bio et locaux. En pleine dégustation de son repas, Malon, élève en CP, savoure ce plaisir de ne pas prendre de fromage : “Je n’aime pas ça, avant, il finissait à la poubelle !” Son copain Thibaut est tout aussi content, aidé par un animateur de la Ville, il débarrasse son assiette avec attention : “J’apprends à trier !” 

A l’école des Dominos, même engouement pour les enfants comme pour les équipes pédagogiques. D’autant plus qu’ici, en plus de la création du self-service, les locaux de la cantine ont également  été rénovés cet été pour améliorer le confort des écoliers. Moins bruyante, plus agréable, plus économe en énergie… cette salle de restauration a bénéficié d’une importante rénovation pour un montant total de 51.000 €.

A l’école maternelle du Pivollet, les petits Rolivalois déjeunent également dans un environnement plus serein. Ici, à la pose d’une cloison vitrée pour apaiser le bruit et rendre les lieux plus intimistes, s’ajoutent la réfection du sol, le remplacement des luminaires, la pose de faux plafonds phoniques et de nouvelles peintures murales… Coût de l’opération : 45 000 €. 

 

Lutter contre l’inflation 

L’ensemble de ces nouveaux aménagements dans les cantines rolivaloises s’accompagnera d’un effort financier considérable de la Ville concernant le coût de la restauration scolaire. A l’heure où de nombreuses collectivités répercutent l’augmentation du coût des matières premières sur le prix du repas facturé aux familles ou sur la qualité des menus, la municipalité a fait le choix de ne pas faire peser les conséquences cette situation sur les Rolivalois et de privilégier la solidarité. Le prix du repas reste donc inchangé pour les familles tout comme la composition et la qualité des menus. 50 % des produits utilisés pour le déjeuner des petits Rolivalois restent locaux ou en circuit court et 20 % bio (un repas par semaine est entièrement bio). En complément, une aide de 36 euros par enfant a été versée pour l’achat du matériel scolaire. Dans un contexte marqué par l’inflation et la hausse générale des prix, la Ville a deux priorités conjointes : maintenir une ambition toujours plus élevée pour l’école sans en faire supporter le coût aux familles. Avec les élus municipaux qui, comme moi, dès 8h30, ont accueilli les enfants, parents et enseignants devant chacune des écoles, nous avons travaillé à rendre cette rentrée 2022-2023 plus sereine, plus heureuse et porteuse de réussite pour les 2.000 élèves qui ont repris le chemin de leur classe ce jeudi 1er septembre” , a précisé Marc-Antoine Jamet lors de sa traditionnelle tournée dans les classes.

Derniers articles parus

Partagez :
Partagez :

Vous êtes sans connexion