Auteur/autrice : Patricia Larcher

Agnès Pannier-Runacher en visite à Val-de-Reuil

Vendredi 26 février, la ministre déléguée en charge de l’Industrie a visité, en compagnie des élus de la circonscription, le site Sanofi-Pasteur, puis le site de Valdepharm, tous deux situés à Val-de-Reuil.

Marc-Antoine Jamet et les élus de la circonscription ont pu accueillir Agnès Pannier-Runacher lors de sa visite.

Une ville, deux visites. Pour Agnès Pannier-Runacher, cette journée sur le territoire rolivalois est « Une façon de se rendre compte, sur place, de la manière dont nous déployons des moyens en France pour industrialiser la production de vaccins contre la COVID et la grippe ».  Val-de-Reuil est, en effet, au cœur de la lutte contre le virus avec les sites de Valdepharm et de Sanofi-Pasteur.

800m2 construits en urgence

C’est sur son site rolivalois, que l’industriel pharmaceutique

Agnès Pannier-Runacher a pu visiter le chantier de l’entrepôt de 800m2 qui abritera les congélateurs nécessaires à la conservation de l’ARN Messager.

Valdepharm se prépare à conditionner le vaccin développé par le laboratoire allemand CureVac, dont l’autorisation de mise sur le marché devrait être obtenue en mai. Un déploiement qui a nécessité la construction, à Val-de-Reuil, d’un barnum de 800 m2, où seront entreposés 80 congélateurs d’une capacité de 25 000 flacons chacun. Construit en à peine deux mois, notamment grâce aux efforts de la municipalité pour l’obtention du permis en un temps record, cet entrepôt permettra de stocker, à une température de moins 86 degrés, l’ARN messager naturel et non modifié utilisé par CureVac comme base pour ses vaccins. Un site que la ministre a pu apprécier après la visite du nouveau bâtiment grippe de Sanofi-Pasteur.

 

27 millions de doses de vaccins

« Notre enjeu, c’est un enjeu collectif » a confié Agnès Pannier-Runacher à la sortie de la visite du nouveau bâtiment B52 de Sanofi-Pasteur. Destiné à la production du vaccin contre la grippe, dont Sanofi produit 25% des doses mondiales, ce bâtiment a été achevé en 2019. Aujourd’hui en phase de qualification, il sera opérationnel en 2023. « La production de vaccin contre la grippe contribue aussi à la lutte contre la COVID en évitant de mettre une pression sur les hôpitaux et en faisant en sorte de minimiser le nombre de personnes en situation d’aller aux urgences et en soins intensifs » a précisé la ministre.

« Sanofi c’est 27 millions doses de vaccins BioNTech et Johnson&Johnson qui seront produits prochainement » a-t-elle ajouté. Des accords de fabrication conclus en parallèle de la recherche au développement du candidat-vaccin sur lequel Sanofi continue de travailler. « Ce n’est que lorsque l’ensemble de la planète sera vacciné que nous aurons passé ce cap décisif dans la lutte contre la Covid » a conclu Agnès Pannier-Runacher.

Partagez :

10 nouvelles recrues au commissariat de Val-de-Reuil !

Lundi 22 février, 10 nouveaux policiers ont pris leurs fonctions au commissariat de Val-de-Reuil – Louviers. Accueillis par le préfet de l’Eure, Jérôme Filippini, et les élus de la circonscription, leur arrivée était très attendue

C’était une promesse du ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, c’est enfin devenu réalité ! 10 jeunes recrues, issues de la 257e promotion d’élèves gardiens de la paix, viennent d’être affectés au commissariat de Val-de-Reuil – Louviers. Ils viennent renforcer les effectifs des 52 policiers actuellement en poste. « Cela fait tellement longtemps que nous attendions des renforts, qu’avoir autant de monde d’un seul coup, c’est surprenant », confie Johann Maugé, secrétaire départemental du syndicat Unité SGP Police.

Des jeunes normands pour renforcer les effectifs

Les 10 nouveaux policiers ont été accueillis par le préfet de l’Eure et les élus de la circonscription.

Âgés entre 22 et 31 ans, les cinq femmes et cinq hommes sont quasiment tous originaires de Normandie. Pour Tess, 22 ans, c’est l’ambiance familiale du commissariat qui l’a attirée : « J’ai déjà eu l’occasion de travailler dans de grandes structures, confie la jeune femme originaire de Pacy-sur-Eure. On y croise souvent des collègues qu’on ne connaît pas. Je voulais aller dans un commissariat plus petit. C’est idéal ici ». Un cadre que la commissaire, Alexandra Capogna a mis en avant : « Si vous rencontrez des difficultés, rappelez-vous que vous avez la chance d’être dans une petite structure, avec un esprit familial. Vous n’êtes pas seuls, ça va bien se passer ».

« Nous avons la même préoccupation : aider les gens »

10 nouvelles recrues sont arrivées au commissariat de Val-de-Reuil – Louviers

« Vous allez œuvrer à la tranquillité publique et à la sécurité » s’est réjoui Jérôme Filippini. « Il n’est pas courant qu’on accueille les jeunes sortis de l’école, mais nous voulions vous souhaitez la bienvenue ». À ses côtés, Marc-Antoine Jamet ajoute : « Vous êtes des repères et avez un très grand rôle à jouer. Nous sommes du même côté, nous sommes pour la loi et l’ordre. Nous avons la même préoccupation : aider les gens ».

Des affectations déjà décidées

4 policiers seront affectés en voie publique, 2 en brigade d’appui polyvalente et 4 en brigade de sûreté urbaine. « Ils auront beaucoup de choses à apprendre, ce sera très formateur pour eux », confie Johann Maugé. « Maintenant, nous attendons les résultats du prochain mouvement profilé ». 5 nouveaux policiers devraient prochainement rejoindre les rangs du commissariat selon la promesse de Gérald Darmanin.

Partagez :

Des boîtes aux lettres pour lutter contre la maltraitance infantile

C’est une première dans l’Eure : Val-de-Reuil sera la première commune du département à être équipée de boîtes aux lettres accessibles aux enfants pour leur permettre de dénoncer les maltraitances dont ils pourraient être l’objet.

 

« Parfois, ça fait tellement parti de leur éducation, que les enfants ne savent même pas que ce sont des maltraitances » lance Sylvie Mullier, bénévole et référente départementale de l’associations Les Papillons.

Cette jeune association a été créée en 2019 par Laurent Boyet, capitaine de police, lui-même victime de violences sexuelles durant son enfance. Auteur du livre autobiographique, « Tous les frères font comme ça », Laurent Boyet créée l’association pour lutter contre la maltraitante infantile. Son souhait : que tous les enfants aient la possibilité de se confier sur leur « indicible ».

Des boîtes aux lettres accessibles par tous les enfants

Selon Sylvie Mullier, « Il existe beaucoup d’associations pour accompagner les enfants après leur dénonciation, mais aucune ne recueillait leur parole avant. L’association Les Papillons est complémentaire au 119, le Service National d’Accueil Téléphonique pour l’Enfance en Danger, puisque nous leur proposons d’écrire ». Grâce à une subvention de l’État de 20 000 €, l’association propose d’acheter et d’installer des boîtes aux lettres dans des lieux fréquentés par les enfants : centres aérés, piscines, gymnases, écoles… Un référent communal est ensuite désigné pour récupérer les mots qui sont transmis à la cellule d’analyse de l’association. Celle-ci contacte alors les personnes concernées : un directeur d’établissement en cas de harcèlement scolaire ou les services sociaux dans le cas de maltraitance intrafamiliale.

 

Une première dans l’Eure

association les papillons
Réunion de présentation aux services concernés, courant janvier

Aujourd’hui 80 boîtes aux lettres ont déjà été installées à travers tout l’Hexagone. Val-de-Reuil est la première commune de l’Eure à avoir accepté leur déploiement sur son territoire. « Monsieur le Maire est très sensible à cette cause, notamment en raison des différents confinements où on a pu voir les abus augmenter », confie Catherine Duvallet, première adjointe en charge de l’éducation et de la jeunesse de Val-de-Reuil. On essaie de mettre en œuvre tous les moyens possibles pour lutter contre ce fléau ». Huit boîtes aux lettres pourront ainsi être installées d’ici début mars : 7 en groupe scolaire et 1 à la médiathèque. Les enfants seront sensibilisés à leur usage lors d’une intervention de l’association. Une boîte aux lettres virtuelle existe également pour les enfants ou adolescents équipés en smartphone/informatique. Un premier pas pour espérer libérer la parole de l’enfant.

L’info en + :

L’association recherche des bénévoles afin de poursuivre son développement à travers le département.

Pour les contacter :

Sylvie Mullier, Référente Départementale : 07 69 05 09 09

https://www.associationlespapillons.org

 

 

Partagez :

Semaine Olympique et Paralympique : Emilie Gomis à la rencontre des élèves de l’école Pivollet

Que représentent les Jeux Olympiques dans la tête d’un enfant de maternelle ? Et les para-sports pour un collégien ? Pour mobiliser toutes les générations autour des jeux de Paris 2024, la Semaine Olympique et Paralympique est à l’honneur dans la Ville et notamment à l’école Pivollet, dont les élèves ont pu échanger avec l’ancienne basketteuse professionnelle Emilie Gomis.

« Levez-vous et faites comme moi » lance Emilie Gomis, championne d’Europe et vice championne olympique de basket, avant de montrer, via écrans interposés, quelques mouvements simples pour bouger à la maison. L’ancienne joueuse professionnelle a échangé, lundi 1er février par visioconférence, avec les élèves de CM2 de l’école Pivollet. Une première pour les jeunes rolivalois, conscients de la chance qu’ils ont : « Je suis vraiment contente, confie Beritan Tahtali, 10 ans. On a beaucoup de chances de pouvoir lui parler, lui poser nos questions ».

Cirque, hockey et biathlon

Cette intervention s’inscrit dans le cadre de la Semaine Olympique et Paralympique. Le but : faire travailler les jeunes élèves sur les thématiques telles que les valeurs du sport, de l’olympisme, l’égalité et ou encore la santé. « Le matin, l’Union sportive de l’enseignement du premier degré (USEP) proposera des initiations au sport, explique Alexandra Mary, directrice de l’école primaire, tandis que les après-midis seront consacrés à des ateliers artistiques, de culture et de découverte ». Cirque pour les maternelles, Hockey pour les CP et CE1, biathlon du CE2 au CM2 sont au programme de la semaine.

« Vous devez pratiquer une activité sportive tous les jours »

Le thème de la semaine est le bienvenu dans l’école : « Malheureusement, cette année, c’est très compliqué de mettre en place des activités sportives, explique Mme Thévenin, professeure de la classe de CM2. Normalement, nous faisons du sport deux fois par semaine, mais avec les règles sanitaires, nous avons dû baisser le rythme. Cette semaine va leur faire énormément de bien ». « C’est normal de se sentir fatigué après une séance de sport, complète Emilie Gomis. Tu dors mieux si tu fais du sport. Mais il ne faut jamais se comparer aux autres. Il faut juste se donner des challenges pour se sentir mieux ».

Faire bouger les jeunes pour sensibiliser les parents

Clou du spectacle, Emilie Gomis leur révèle sa surprise : sa médaille olympique se trouve dans la salle de classe : « Je suis tellement contente de toucher une médaille olympique, confie Beritan Tahtali. Ça n’arrive pas à tout le monde de rencontrer une basketteuse professionnelle, même en visio ». « Faire bouger les jeunes, c’est aussi sensibiliser les parents » conclut Raisy Bantoo. Cette rolivaloise d’origine, ancienne basketteuse de haut niveau est aujourd’hui la référente pour le projet impact 2024 pour la Ville. « Val-de-Reuil est une ville où le sport à son importance. Il faut faire perdurer cette tradition ».

Actualités du sport à Val-de-Reuil

Des balades printanières à moins de 10km

Depuis que le soleil a pointé le bout de son nez, les promenades sur les espaces extérieurs de Val-de-Reuil se ...
Lire La Suite…

A la découverte du chantier de Léo Lagrange

Après les clubs sportifs, ce fut au tour des riverains de découvrir mardi le chantier du nouveau gymnase Léo Lagrange ...
Lire La Suite…

La piscine rolivaloise reste ouverte au grand public !

Même avec les nouvelles restrictions, la piscine de Val-de-Reuil reste ouverte pour les particuliers comme les scolaires ! A la ...
Lire La Suite…

Le club de judo se mobilise pour les femmes et les restos du cœur

Mercredi après-midi, les femmes étaient à l’honneur lors de la séance hebdomadaire du Judo des 2 RIV. Au programme, initiation ...
Lire La Suite…

Toutes à la Rolivaloise ! Une édition 2021 inédite, virtuelle et connectée…

La Rolivaloise est de retour, du 20 au 28 Mars, sur 5 ou 10 kilomètres, ou plus si vous le ...
Lire La Suite…

Premiers plongeons pour les nageurs !

Dès aujourd’hui, la piscine de Val-de-Reuil est la première de l’agglomération à rouvrir ses portes depuis octobre dernier. Un beau ...
Lire La Suite…

La piscine de Val-de-Reuil, première piscine de l’Agglomération à rouvrir ses portes au public !

Communiqué de la Ville de Val-de-Reuil  La piscine de Val-de-Reuil,  première piscine de l’Agglomération à rouvrir ses portes au public ...
Lire La Suite…

Fermeture des salles de sport : Les clubs s’adaptent !

Même si les espaces de sports couverts ont fermé leurs portes, les clubs rolivalois continuent d’exercer leurs activités. Visio, mails, ...
Lire La Suite…

Les stars de l’athlétisme atteignent des sommets à Val-de-Reuil !

Pour la première fois, la 5ème édition du meeting d’athlétisme de l’Eure s’est déroulée à huis clos. Devant les 200 ...
Lire La Suite…

Le sport à Val-de-Reuil

Le sport à Val-de-Reuil

Les sports

Le sport fait partie de l’ADN, de l’identité, des passions de Val-de-Reuil. Il y a grandi à l’ombre de clubs ...
Lire La Suite…
Réserver un accès à la piscine

La piscine

La piscine sera accessible au public à compter de lundi 8 Mars. Seul le grand bassin avec le toit ouvert ...
Lire La Suite…
à Val de Reuil des activités sportives pour tous les goûts et à tout âge

Les activités sportives à Val de Reuil

De nombreuses activités sportives sont proposées par le services des sports de Val-de-Reuil ainsi que par plus de 50 associations ...
Lire La Suite…
Sport santé sur ordonnance

Sport Santé sur ordonnance

Depuis le 1er juin 2017, la Ville de Val-de-Reuil, est engagée dans le dispositif « Sport sur Ordonnance ». A ...
Lire La Suite…
Le stade couvert Jesse Owens en configuration de meeting international

Stade couvert Jesse Owens

Jesse Owens reçoit régulièrement des manifestations diverses (meetings sportifs, colloques, conférences, repas et spectacles). Citons pêle-mêle : le Forum des ...
Lire La Suite…
La Rolivaloise 2021

La Rolivaloise

« La Rolivaloise » est de retour, du 20 au 28 Mars, sur 5 ou 10 kilomètres, ou plus si ...
Lire La Suite…

L’avenue des Falaises : la dernière séquence de travaux débute !

À partir du mardi 2 février, sur l’Avenue des Falaises, la dernière séquence des travaux du Bus à Haut Niveau de Service démarre entre le giratoire Mémoire et Paix et le giratoire du Fantôme. Objectif : aménager une voie exclusivement dédiée au bus sur une grande partie du tronçon concerné, créer trottoirs et pistes cyclables protégés, rénover une voirie en mauvais état, sécuriser la circulation et laisser davantage de place au végétal. 

Les travaux du BHNS reprennent du service dans la Ville ! Dès le 2 février et pour un an, 1,65 km de voirie seront réaménagés, du giratoire Mémoire et Paix au rond-point du Fantôme.  Comme lors de la première phase, entre le giratoire Mémoire et Paix et la place des 4 saisons, la chaussée sera intégralement reprise, corrigeant nids de poule et revêtement fragilisé par le temps, une piste cyclable protégé de la circulation automobile et des trottoirs aménagés, et 400 arbres, de grande taille et de 19 espèces différentes, plantés. Un projet qui créera également une voie de bus prioritaire afin de proposer, en 2022, des navettes toutes les 10 minutes aux heures de pointe.

L’avenue des Falaises en sens unique

Panneau info travaux

Pour éviter un allongement du chantier de six mois et limiter la gêne occasionnée, la circulation ne sera possible que dans le sens reliant le rond-point du Fantôme, en arrivant depuis l’Autoroute A13, au giratoire Mémoire et Paix, en voulant se rendre au centre-ville et à la gare. Le sens inverse sera, quant à lui, totalement fermé pour une durée de 12 mois. Pour vous rendre sur les parcs d’activité, au rond-point des Clouets, à Louviers ou regagner Rouen ou Paris, une déviation, dont la signalétique sera renforcée par la Ville, est mise en place par la voie de l’Orée pour les véhicules légers et par la Chaussée de la Voie Blanche pour les poids lourds. Les habitants du quartier du Cavé pourront accéder à leur domicile en empruntant la Route des Sablons ou en suivant la déviation fléchée depuis le rond-point du Monument Mémoire et Paix.

Phase 1 de début février à fin avril

Les arrêts de bus modifiés

Station Les Pommiers – Vue d’ensemble

Dans le sens Gare SNCF – Louviers, la ligne numéro 1 du bus SEMO sera déviée par la voie de l’Orée et les trois arrêts « Pommiers », « Cavé » et « Fantôme » suspendus durant toute la durée des travaux. Ils seront reportés sur l’arrêt Mémoire et Paix et sur une station provisoire installée, Chaussée du Vexin, en face de l’entreprise Janssen, au niveau de la rue de Maigremont.

Un réaménagement par étapes

4 phases de travaux se succèderont jusqu’au mois de février 2022. Jusqu’à la fin du mois avril, la circulation sera coupée entre le rond-point du Monument Mémoire et Paix et la rue Edmond Mailloux. Dans un premier temps, une circulation à double sens sera encore possible pour les riverains du Quartier du Cavé entre la rue Edmond Mailloux et le rond-point du Fantôme.

Cérémonie des vœux 2021 de Marc-Antoine Jamet et de la municipalité

Pour une année belle et meilleure à Val-de-Reuil

Cérémonie des vœux 2021 de Marc-Antoine Jamet et de la municipalité

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

Vaccination : coup d’envoi donné pour les résidents de l’Espages ! 

À la demande de Marc-Antoine Jamet, la Ville, grâce à la qualité du dialogue entre la municipalité, les services de l’Etat et les professionnels de santé installés à Val-de-Reuil, avec l’appui décisif du Préfet, a organisé ce lundi 18 janvier la vaccination des résidents de l’ESPAGES. Les résidents ont ainsi reçu la première dose de vaccin contre la COVID-19. Un soulagement pour certains.

 

 

« Yvette, à ton tour ! » lance Christine Lebrun, directrice de l’Espages, dans les couloirs de la résidence. Hier après-midi, il y avait une certaine émulation au sein du foyer pour personnes âgées. Ils sont 32 sur 38 à s’être portés volontaires pour se faire vacciner. « Certains nous disent qu’ils ne le font pas pour eux, explique la directrice, ils le font pour nous, pour qu’on ne soit pas contaminés et pour que les jeunes reprennent une vie normale ». La direction a reçu mercredi dernier l’information sur la mise en place de cette première campagne de vaccination. Une bonne nouvelle qu’il a néanmoins fallu organiser dans des délais resserrés : déterminer les créneaux en fonction des rendez-vous médicaux déjà pris par les résidents, prévenir les futurs locataires, remplir avec les premiers volontaires les questionnaires de pré-consentement et laisser pour d’autres le temps de la réflexion. « Certaines personnes attendaient d’avoir le retour de leur médecin concernant leur pathologie pour savoir si c’était compatible ». Avec succès, la très grande majorité a choisi de se faire vacciner.

« Je suis soulagée maintenant »

« Ça se passe bien, tout le monde va bien, lance Margot Becker, infirmière libérale qui, aux côtés du Docteur Thomas Bourez et de trois autres professionnels de santé, s’est immédiatement rendue disponible pour vacciner les résidents. « Un monsieur nous a confié être fatigué et avoir peur de faire des réactions. Il a préféré prendre rendez-vous dans 15 jours, une fois son déménagement achevé. Globalement, tout le monde est volontaire ».

Après la vaccination, chaque patient doit rester sous observation 15 minutes dans la salle. « Je suis soulagée maintenant, confie Patricia Delobeau, jeune résidente de 70 ans, il y en a marre d’être confinés. Avant les jours passaient vite mais là avec le confinement, on ne peut pas aller voir nos copines, on doit rester dans la chambre, c’est pénible ». Patricia espère maintenant voir bientôt le bout du tunnel.

 

Vous êtes sans connexion