Auteur/autrice : Benjamin Barber

Au gymnase Alphonse Allais, 350 personnes vaccinées en une journée !

Près de 350 personnes ont franchi les portes du gymnase Alphonse Allais hier pour recevoir leur première injection du vaccin contre le COVID-19 et retrouver un peu plus de liberté et de sérénité.

Depuis le début de la pandémie COVID-19, la Ville de Val-de-Reuil se mobilise sans relâche pour faire front face au virus. Après les campagnes de distribution de masques, de dépistages gratuits ou encore la mise en place de dispositifs d’accompagnement vers les plus fragiles, la Ville, en lien avec l’ARS, a ouvert mercredi  un centre de vaccination éphémère afin d’offrir à tous la possibilité de se faire vacciner à deux pas de chez eux. Une initiative plébiscitée par les Rolivalois et les habitants alentours : ils étaient plus de 350 à saisir cette opportunité.

« A deux pas de chez nous »

« Nous avions rendez-vous au mois de juillet au centre de vaccination de Louviers. Lorsque nous avons vu la possibilité de se faire vacciner, ici, à deux pas de chez nous, nous n’avons pas hésité », explique Melissa Queniez, une Rolivaloise venue accompagnée de son conjoint et de leur enfant pour recevoir sa première dose. « Nous ne sommes pas véhiculés, donc ce centre nous simplifie grandement la vie ».

Une pensée partagée par Kévin Lavallée, un jeune Rolivalois de 19 ans, qui n’a pas hésité une seule seconde pour sauter sur l’occasion. « Pour des personnes comme moi qui n’ont pas le permis ou pour des gens qui ne peuvent pas se déplacer en dehors de la ville c’est vraiment très pratique », explique-t-il soulignant les raisons de sa venue. « Si nous sommes tous vaccinés, cela aidera à faire reculer la pandémie. Donc c’est important pour moi, pour me protéger mais aussi protéger mes proches ».

Quelques chaises plus loin, Rose Makret Goudet, une Rolivaloise de 68 ans, se sent soulagée d’avoir reçu sa dose vaccinale tout comme David Edeline, un autre Rolivalois âgé de 51 ans. « Je viens de recevoir ma première dose, ma seconde dose est prévue pour le mois de juillet. Ça fait du bien, car cela me permet de me sentir un peu plus en sécurité et de retrouver un petit goût de liberté », confie-t-il saluant, à l’image du plus grand nombre, la très belle organisation mise en place par la municipalité. « C’est rapide, on n’attend pas et tout le monde est très accueillant, c’est parfait ! ».

Une démarche essentielle

Du côté du corps médical, on salue l’engouement des Rolivalois et l’initiative de la municipalité d’avoir organisé ce genre d’opération. « Ça se passe plutôt très bien. Le fait d’avoir organisé cette séquence de vaccination dans notre ville est une bonne idée car cela correspond à un vrai besoin de santé publique, c’est-à-dire d’aller vers les patients qui en ont besoin, vers les personnes qui n’ont pas forcément ressenti le besoin d’être vaccinées », explique Dr Thomas Bourez, médecin généraliste sur la plus jeune commune de France qui, accompagné d’un infirmier et de trois infirmières, a passé huit heures à accueillir et vacciner près de 350 personnes originaires à 90% de Val-de-Reuil.

Il rappelle l’importance d’une telle démarche. « Le COVID nous éprouve tous ; outre les personnes hospitalisées à cause de complications, je dirais que l’ensemble de notre société a été impactée du fait de ne plus pouvoir avoir une vie sociale. On voit aussi des jeunes en souffrance car ils sont isolés et ne peuvent pas voir leurs amis. Le tout virtuel ne fait pas l’épanouissement des gens. A l’heure actuelle, pour pouvoir revivre à peu près une vie sociale, la vaccination est essentielle », conclut le médecin rolivalois, saluant la qualité et le sérieux des services municipaux autour de cette opération qui fut un véritable succès.

Rendez-vous le jeudi 22 juillet de 14h à 20h pour la deuxième injection. A noter que pour les personnes qui n’auraient pas réussi à trouver un créneau hier, le gymnase sera également ouvert aux personnes en quête d’une première dose. De nouveaux créneaux seront disponibles dans les prochains jours sur la plateforme Doctolib.fr.

Partagez :

Nous recrutons : Gestionnaire Ressources Humaines (H/F)

Cadre d’emploi : Gestionnaire Ressources Humaines (H/F)

Sous l’autorité de la Directrice des Ressources Humaines, vous réalisez la paie de la saisie des éléments variables jusqu’au mandatement des salaires et des charges. Vous mettez en œuvre les procédures individuelles liées à la carrière et rédigez les actes administratifs afférents. Ces missions sont évolutives dans le cadre du projet et des besoins du service.

Qualités et compétences requises

  • Vous justifiez d’une expérience similaire d’une durée minimum de deux ans vous permettant de justifier de vos connaissances en matière de gestion de la paie et des carrières.
  • Au-delà de vos connaissances, votre adaptabilité, vos capacités d’apprentissage et d’analyse, votre aptitude au travail en équipe et en autonomie sont indispensables. Votre état d’esprit et votre discrétion professionnelle feront toute la différence.
  • La maîtrise des outils informatiques est attendue. La connaissance du logiciel CIRIL serait un atout.

Conditions d’exercice

  • Recrutement par voie statutaire (mutation, détachement) ou, à défaut par voie contractuelle
  • Rémunération statutaire et régime indemnitaire.
  • Poste à pourvoir dès que possible.

Consulter l’offre

Pour adresser votre candidature :

lettre de motivation + curriculum vitae par courrier à l’attention de M. le Maire :
Mairie de Val-de-Reuil
70, rue Grande
BP 604
27106 – VAL-DE-REUIL CEDEX

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter Mme Elodie Barbey, Directrice des Ressources Humaines, par courriel drh@valdereuil.fr

Pour postuler par courriel

Recrutement Agent d'animation pour l'ESPAGES - Juillet 2021

Pour postuler merci d'utiliser le formulaire ci-dessous.
  • Hidden
  • Merci de déposer un Curriculum-vitae et une lettre de motivation (format pdf)
    Déposer les fichiers ici ou
    Types de fichiers acceptés : pdf, Taille max. des fichiers : 128 MB, Max. des fichiers : 2.
    Partagez :

    Nous recrutons : Encadrants chantiers jeunes (H/F)

    La Ville de Val-de-Reuil, 15.000 habitants, surclassée20/40.000 habitants, est la plus jeune commune de France et la dernière-née des villes nouvelles. Située dans l’Eure à 100 km de Paris et à 30 km de Rouen, sur l’autoroute A13 et la ligne SNCF qui va de la Gare Saint-Lazare au Havre. Elle est dotée de très importantes infrastructures et forme un pôle de développement économique parmi les plus dynamiques de Normandie, sans doute le plus important de l’Eure.

    Elle compte 418 agents (Ville et CCAS) tous statuts confondus.

    Fière de sa culture et de sa jeunesse, rejoignez une collectivité qui offre des projets ambitieux, une carrière épanouissante et qui agit dans le cadre d’une politique éco-citoyenne.

    Consulter les offres

    Pour poser votre candidature

    lettre de motivation + curriculum vitae par courrier à l’attention de M. le Maire :
    Mairie de Val-de-Reuil
    70, rue Grande
    BP 604
    27106 – VAL-DE-REUIL CEDEX

    Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter Mme Elodie BARBEY, Directrice Ressources Humaines, par courrier drh@valdereuil.fr

    Pour postuler par courriel

    Recrutement - Juin 2021

    Pour postuler merci d'utiliser le formulaire ci-dessous.
    • Sélectionnez ci-dessous le poste pour lequel vous postulez
    • Hidden
    • Merci de déposer un Curriculum-vitae et une lettre de motivation (format pdf)
      Déposer les fichiers ici ou
      Types de fichiers acceptés : pdf, Taille max. des fichiers : 128 MB, Max. des fichiers : 2.
      Partagez :

      Nous recrutons : Journaliste territorial(e) / adjoint(e) à la responsable du service information

      Cadre d’emploi : Journaliste territorial(e) / adjoint(e) à la responsable du service information

      Placé(e) sous l’autorité́ de la responsable de l’information des publics, le (la) Journaliste territorial(e) / Adjoint(e) à la responsable du service information, contribue à l’élaboration de la stratégie d’information et communication de la collectivité́. Il (elle) met en œuvre et produit des contenus diversifiés et innovants pour mieux informer la population. Il (elle) assiste la responsable dans la gestion et la coordination du service

      Qualités et compétences requises

      Titulaire d’un bac + 3 minimum (communication, journalisme, droit, sciences po,….), vous disposez impérativement d’une expérience dans la presse dans laquelle vous avez démontré :

      • De grandes capacités rédactionnelles et capacités à problématiser les contenus ;
      • Une maitrise parfaite des techniques journalistiques ;
      • Une maîtrise de l’orthographe et grammaire ;
      • Rigueur et autonomie ;
      • Curiosité et bonne culture générale ;
      • Analyse et esprit de synthèse ;
      • Dynamisme et flexibilité ;
      • Sens du contact et créativité ;
      • Connaissance des règles déontologiques, éthiques, juridiques de la profession (copyright, droit d’auteur) ;
      • Connaissance générale des sciences de l’information et de la Communication ;
      • Connaissance de l’environnement des collectivités ;
      • Connaissance des techniques de prises de vue (photos, vidéos) ;
      • Parfaite connaissance des réseaux sociaux ;
      • Sens de la discrétion et devoir de réserve ;
      • Maîtrise du pack office.

      Une expérience en collectivité territoriale serait appréciée.

      Conditions d’exercice

      • Important travail de terrain au contact des interlocuteurs pour la réalisation des reportages – permis B requis
      • Amplitude variable en fonction des obligations professionnelles, en soirée ou le week- end.
      • Résistance au stress (bouclages / urgences / modifications d’articles…)

      Poste à pourvoir dès que possible dans le cadre d’un CDD d’1 an ou de 3 ans – poste à temps complet
      Rémunération statutaire + régime indemnitaire

      Consulter l’offre

      Merci d’adresser votre candidature avant le 25/06/2021

      lettre de motivation + curriculum vitae par courrier à l’attention de M. le Maire :
      Mairie de Val-de-Reuil
      70, rue Grande
      BP 604
      27106 – VAL-DE-REUIL CEDEX

      Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter Mme Céline Jégu, Directrice du service Information, par courriel cjegu@valdereuil.fr

      Pour postuler par courriel

      Recrutement - Juillet 2021 Journaliste territorial(e)

      Pour postuler merci d'utiliser le formulaire ci-dessous.
      • Hidden
      • Merci de déposer un Curriculum-vitae et une lettre de motivation (format pdf)
        Déposer les fichiers ici ou
        Types de fichiers acceptés : pdf, Taille max. des fichiers : 128 MB, Max. des fichiers : 2.
        Partagez :

        Les salariés d’Aptar au rendez-vous de la Terre !

        Toute la semaine passée, les salariés d’Aptar ont organisé des actions en faveur de la préservation de l’environnement à l’occasion de l’action internationale de ” La semaine de la Terre “. 

        La semaine de la Terre, c’est un incontournable, une date importante pour les salariés du groupe pharmaceutique Aptar. En effet, chaque année, l’ensemble des sites à travers le monde de cette entreprise spécialisée dans l’emballage de produits pharmaceutiques développe un large panel d’actions en faveur de la préservation de l’environnement à l’occasion de ce rendez-vous qui a pour but de rappeler à tous l’importance de la nature et de notre besoin de la préserver.

        Préserver l’environnement local

        Sur le site rolivalois, ce sont près de 70 salariés qui ont participé à cette semaine qui d’ordinaire se déroulant vers la fin du mois d’avril a été reportée, cette année, pour la fin de mois de mai en raison de la crise sanitaire. “Nous avons développé différentes actions auprès de nos salariés comme le troc plant, des ateliers Do It Yourself (DIY) autour des produits d’entretien de maison, ou bien la rénovation d’un jardin et l’aménagement d’un patio dans notre cour intérieure avec du bois de palettes recyclées ou encore la mise en place de parcours pour ramasser les déchets autour de notre site et des communes environnantes”, explique Kévin Bacquet, l’un des membres de l’équipe développement durable de l’entreprise. “Cette année, en raison de la crise, nous avons adapté l’activité de ramassage de déchets avec la mise en place de groupes autonomes, la possibilité pour chacun de choisir son horaire et nous avons proposé 5 parcours différents autour de la forêt de Bord et les villes de Val-de-Reuil et du Vaudreuil”. 

        Valoriser les déchets 

        Une initiative qui a séduit un grand nombre de volontaires : entre le mardi 18 mai et vendredi 21 mai, ils se sont relayés nombreux, jour après jour entre 8h00 et 17h00, sur les différents parcours à l’affût du moindre déchet. “Je trouve que c’est assez sympa comme activité, cela permet à tout le monde de se retrouver sur un événement commun tout en contribuant à son échelle l’amélioration du cadre de vie de notre territoire “, confie l’un des salariés participant à l’opération rapportant avec ses collègues ce jour-là, une douzaine de sacs remplis de déchets du quotidien comme des emballages en tous genres, mais aussi, des jeux à gratter. “ Ces déchets sont collectés par notre partenaire Paprec pour ensuite être recyclés et valorisés “, conclut Kevin Bacquet qui œuvre au quotidien avec le reste de son équipe pour mettre en action les valeurs environnementales défendues par cette entreprise originaire des Etats-Unis. 

        Partagez :

        La Factorie vous invite à la poésie jusqu’au 11 juillet !

         La Factorie Maison de Poésie de Normandie rouvre ses portes au public à partir de ce jeudi 20 mai jusqu’au dimanche 11 juillet pour des rendez-vous poétiques éclectiques.

        A l’écart de la ville, dans un écrin de nature, la Factorie Maison de poésie de Normandie se prépare d’arrache-pied depuis quelques semaines pour retrouver son public à la suite des annonces gouvernementales concernant le déconfinement. ” Ça y est : cette fois, c’est officiel. On ouvre ! Ça fait un bien fou ! Nous sommes très heureux de pouvoir accueillir le public et de leur proposer à nouveau des voyages poétiques “, confie avec une joie non dissimulée Patrick Verschueren, le directeur de la Factorie, qui avec son équipe a préparé quelques rendez-vous pour cette fin de saison 2021. 

        Soirée poétique en chair et en os

        Dès ce jeudi 20 mai, la Factorie vous propose de renouer avec ses soirées poétiques, soirées dans lesquelles les artistes en résidence du moment présentent leurs créations, leurs œuvres. ” Nous ouvrirons notre bar et notre terrasse extérieurs entre 18h00 et 19h00, histoire de partager des instants de convivialité. Ce sera le temps également pour découvrir les œuvres de l’artiste plasticienne Mina el Bakali à l’occasion de son vernissage avant de retrouver nos artistes et poètes en résidence à savoir Barbara Gay, Annabelle Verhaeghe et Benoît Toqué “, précise Louise Pinton, la chargée de communication de l’établissement culturel rolivalois qui recommande à chacun de réserver sa place en raison de la capacité d’accueil fixé à 25 personnes. 

        Les dimanches au bord de l’eau 

        A partir du dimanche 23 mai et jusqu’au dimanche 11 juillet, La Factorie vous proposera des instants de détente sur l’île du Roi entre 12h00 et 18h00 avec l’organisation des Dimanches au bord de l’eau. ” Nous ouvrirons notre terrasse pour des après-midi emplis de convivialité, de poésie et au cours desquels nous inviterons les personnes à découvrir l’île à travers notre parcours poétique intitulé : Si les arbres pouvaient parler, réalisé par les services de la Ville et les établissements scolaires dans lesquels nous intervenons “, explique Patrick Verschueren qui promet une découverte de l’île singulière, pleine de charme dans lequel la poésie et les arbres sont les maîtres des lieux. Sur le parcours, les curieux pourront découvrir des centaines de poèmes écrits par les écoles et collèges sous la houlette des différents résidents de l’année, mais également faire la rencontre sur le chemin d’arbres qui parlent… La terrasse réservera également son lot de surprises avec la mise en place de poèmes à la carte, des lectures et rencontres poétiques, des concerts et bien d’autres encore. En somme, une fin de saison qui promet de belles rencontres retrouvées entre l’art et son public. 

         

        Rens et réservations au : 02.32.59.41.85 

        E-mail : communication@factorie.fr 

        Site Internet : https://www.factorie.fr/ 

        Page Facebook : La Factorie – Maison de poésie 

        Partagez :

        Caniéduc’Eure rouvre ses portes !

        Après 166 jours de fermeture, l’association Caniéduc’Eure a rouvert ses portes pour le plus grand plaisir de ses adhérents

        Depuis la fin du mois d’avril, l’association Caniéduc’Eure a rouvert ses portes pour le plus grand plaisir de ses adhérents et de leurs fidèles compagnons. « Nous avons obtenu l’autorisation de Marc-Antoine Jamet pour rouvrir nos portes au public sous réserve de la mise en place d’un protocole sanitaire pour assurer la sécurité de tous », explique avec le sourire Jean-Luc Tempez, le président de cette jeune association rolivaloise, qui malgré la crise sanitaire compte aujourd’hui près de 144 adhérents contre 120 au mois de décembre dernier. « Nous avons mis en place un système de réservation par e-mail à destination de nos adhérents et nous avons réaménagé nos différents espaces afin de disposer de trois terrains non consécutifs, ce qui nous permet d’accueillir jusqu’à une quinzaine de chiens par créneau (soit 5 par terrain + 1 moniteur) en toute sécurité. Ça fait du bien à tout le monde aussi bien pour nos adhérents, que pour nous, moniteurs. Ça nous manquait !». 

        Des maîtres ravis 

        En effet, en ce bel après-midi du mois de mai, Marion Picard, une résidente rolivaloise accompagnée de son Husky Rony, ne cache pas sa satisfaction de pouvoir à nouveau accéder aux cours et aux précieux conseils dispensés par les moniteurs canins rolivalois. « C’est très important pour nous de voir ce club rouvrir. Rony était très excité et il avait besoin de faire des exercices, donc c’est vraiment, vraiment très positif ! Cela nous permet d’apprendre de nouveaux exercices, de revoir les anciens et de bien réussir à canaliser notre chien ». Même son de cloche pour Sylvie, une habitante de Léry qui a tout de suite sauté sur l’occasion pour réserver des créneaux pour Simba, son Pinscher nain. « Nos chiens en avaient besoin. On a beau faire des balades entre amis mais cela ne suffit pas. Caniéduc’Eure nous accompagne dans l’éducation de nos chiens. Ils nous aident beaucoup, il faut absolument que ce club reste ouvert pour le bien-être de nos chiens ». Un sentiment largement partagé par l’ensemble des adhérents ravis de voir leur club de cœur ouvrir à nouveau. A noter que des permanences et entretiens sont possibles sur réservation pour tous ceux qui souhaiteraient adhérer à ce club rolivalois qui soufflera sa deuxième bougie au début de l’automne prochain. 

         

        Caniéduc’Eure  

        Voie Dagobert, 27100 Val-de-Reuil

         Site internet : www.canieduceure.fr 

        Page Facebook : Caniéduc’Eure 

        Horaires des séances (pour les adhérents) : 

        Les mercredis : 14h00 – 15h00 ; 15h00 – 16h00 ; 16h00 – 17h00 

        Les samedis et dimanches : 9h30 – 10h30 ; 10h30 – 11h30 ; 11h30 – 12h30. 

        Permanences et accueil (pour les non adhérents) : 

        Tous les samedis après-midi sur rendez-vous entre 15h00 et 17h00. 

        Réservations et renseignements au 06.81.46.95.46 ou par e-mail : jl@tempez-photos.fr

        Partagez :

        La campagne de dépistage gratuit prolongée jusqu’à vendredi

        La campagne de tests gratuits à la Covid-19 mise en place par l’Agence Régionale de Santé et la Ville de Val-de-Reuil se poursuit jusqu’au 16 avril. Rendez-vous du lundi au vendredi de 10h à 17h, voie des Clouets.

        Permettre à tous de se faire dépister et d’obtenir des résultats dans les plus bref délais : c’est l’objectif de l’Agence Régionale de Santé qui propose depuis un mois maintenant une campagne de tests gratuits à la Covid-19 à Val-de-Reuil. Initialement prévue jusqu’au 29 mars, cette opération, soutenue et accompagnée par la Ville, se prolonge jusqu’à vendredi, au 9200 voie des Clouets (anciens locaux de l’entreprise Altitude Infrastructure). Ouvert à tous, ce centre de dépistage vous accueille tous les jours de 10h à 17h en continu et ce sans rendez-vous, ni ordonnance. 

        Des résultats en moins de 24h ! 

        « Vous venez comme vous êtes », glisse avec le sourire Gaëlle Gresselin de la Fédération Française de Sauvetage et de Secourisme rappelant au passage le protocole à suivre une fois sur place. Accueilli par un agent municipal dépêché par la Ville de Val-de-Reuil, chacun est invité à remplir une fiche de renseignement.  “ Un agent du laboratoire Bio-Eure-Seine se charge ensuite de la partie administrative renseignée sur ordinateur avant de passer au prélèvement ». Côté résultats, les personnes testées sont fixées en moins de 24h. « Si vous avez fait votre test le matin, vous aurez vos résultats le jour-même, après 19h. Si c’est l’après-midi, les résultats seront disponibles dès le lendemain ».  

        Des usagers ravis 

        Une aubaine pour ceux qui souhaitent être fixés rapidement sur leur sérologie. « C’est très bien, cette démarche facilite l’accès au test et nous permet de gagner en réactivité », confie Jean Vasseur, le patron de JV Services, une entreprise spécialisée dans la plomberie située dans le bassin d’activité rolivalois. « C’est important pour moi et pour les 120 personnes que j’emploie ». Un sentiment partagé par Samira, une résidente lovérienne venue avec ses 4 enfants pour se faire dépister et lever ses doutes. « Mon père fait partie des personnes à risque. C’était important pour moi de venir me faire dépister », explique-t-elle. « On peut venir quand on veut, c’est pratique, rapide et cela nous évite de passer par la case médecin ». Une démarche qui permet à tous de se protéger et de protéger les autres ! 

        Centre de dépistage, 

        9200 voie des Clouets (face à l’entreprise Loxam et à 100 mètres du centre de secours), 27100 Val-de-Reuil 

        Horaires d’ouverture : 

        Du lundi au vendredi de 10h à 17h jusqu’au 16 avril 2021 

        Partagez :

        La vie continue à Biotropica !

        Les jardins et la serre animalière de Biotropica, lieu phare des vacances à Val-de-Reuil, sont fermés depuis octobre dernier. À l’intérieur, la vie continue. Soins, nourriture, transferts d’animaux… Les équipes se relaient tout au long de la semaine pour faire vivre le parc…

        Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

        Politique de confidentialité de YouTube

        Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

        Service communication :

        Tournage et montage : Olivier Bonnet

        Rédaction et voix off : Coline Lefevre

         

        Partagez :

        20 petits Rolivalois à l’école cette semaine !

        Tout au long de la semaine, l’école Coluche accueille les enfants des personnels mobilisés dans la gestion de la crise, dans le cadre d’un Service Minimum d’Accueil (SMA). Reportage.

        Comme partout en France, les écoles de Val-de-Reuil ont fermé leurs portes vendredi dernier. Ainsi, cette semaine, l’instruction se fait à la maison pour la plupart des écoliers avant un départ anticipé en vacances, vendredi soir. En revanche, pour les enfants des personnels mobilisés quotidiennement dans la gestion de crise (personnels soignants, gendarmes, policiers, pompiers, enseignants, agents de la collectivité mobilisés pour l’accueil des enfants, etc.), les cours se poursuivent tout au long de la semaine au sein de l’école Coluche. Ici, un Service Minimum d’Accueil (SMA) a été mis en place par l’Éducation Nationale et la Ville pour les petits Rolivalois et leurs camarades du Vaudreuil.

        Personnels enseignants et municipaux mobilisés

        « L’accueil fonctionne comme d’habitude, comme une journée d’école classique, pour ces enfants qui ont été inscrits auprès de l’Inspection Académique via les directeurs d’écoles. Les enfants accueillis sont répartis par niveau de classe (maternelles, CP/CE1 et CE2/CM1/CM2) et encadrés par des enseignants volontaires », explique Gabriel Rojzman, responsable du service scolaire de la Ville. Sur les temps périscolaires, les agents municipaux du service jeunesse prennent le relais : que ce soit le matin entre 7h30 et 8h30, sur le temps de restauration ou après l’école de 15h20 à 18h30. Avec toujours la même préoccupation sanitaire : faire en sorte que les enfants ne se mélangent pas.  « Sur le temps scolaire et périscolaire, les enfants de chaque groupe restent ensemble toute la semaine mais ne côtoient pas les autres groupes ».

        Une semaine pas tout fait comme les autres

        Pour Anna, élève de CE1 à l’école Léon Blum, c’est une semaine pas comme les autres qui démarre. « On n’est pas les mêmes élèves, on ne travaille pas ensemble, c’est un peu dur », reconnaît cette jeune pousse rolivaloise, qui profite tout de même des temps de pause pour s’amuser avec les nouvelles copines de son groupe. A l’heure du midi, chaque groupe d’enfants est réparti dans une salle et un protocole sanitaire est mis en place pour assurer le respect des gestes barrières et la sécurité des enfants. « Les enfants sont deux, trois maximum par table et ne mangent pas en vis-à-vis », assure Gérard Delobeau, l’un des trois directeurs multi-sites de la Ville. « Entre chaque service, les salles sont aérées et désinfectées ».

        Accompagner les enfants dans leurs devoirs

        En classe, les enseignants mobilisés consultent les devoirs préparés en amont par les enseignants de chaque élève accueilli. « Chacun a son programme de travail, quand c’est possible nous les faisons travailler ensemble sur un thème commun et sinon je les accompagne de manière individualisée », précise Emmanuelle Vanpeene, enseignante à Louise Michel, qui comme ses collègues s’est proposée comme volontaire pour encadrer ces temps de classe. « C’est dans ma nature, pour moi c’est important de s’entraider. J’étais déjà volontaire l’an passé, lors du premier confinement, ça me semblait normal de continuer cette année ». Même constat pour Marie-Laure Thomas, enseignante de maternelle à l’école Les Dominos. « Ça me semble important dans la mesure ou lorsque nous sommes malades, nous sommes bien contents d’être soignés. Et pour que les parents puissent être au travail, il faut que les enfants soient à l’école ».

        Des parents reconnaissants

        A l’heure de la fin de classe, Johan Napaix, surveillant au centre de détention de Val-de-Reuil, vient récupérer son enfant. Et ne cache pas sa satisfaction concernant ce dispositif: « C’est une bonne chose car cela nous permet d’assurer nos services, et nos enfants peuvent continuer à aller à l’école, être avec leurs camarades ». Un avis partagé par l’ensemble des parents. « C’est une bonne chose sachant que l’on n’a pas le choix avec notre travail et que les autres moyens de garde ne sont pas disponibles », confie James Barber, infirmier au centre hospitalier de Vernon. Sa fille Norah, élève en CP à l’école Louise Michel, est, quant à elle, ravie de pouvoir continuer à fréquenter les bancs de l’école et de bénéficier des précieux enseignements dispensés par les instituteurs rolivalois mobilisés.

        Partagez :

        A la chasse aux œufs avec les Poulettes Rolivaloises !

        Les Poulettes Rolivaloises organisent jusqu’au 4 avril un grand jeu de chasse aux œufs au sein de leur poulailler de l’écoquartier. Un projet financé par le fond de participation des habitants. 

        Depuis le 8 mars, il n’est pas rare de croiser des enfants et des parents en train de scruter le poulailler partagé de l’association les Poulettes Rolivaloises, situé au cœur de l’écoquartier des Noés. Stylo à la main et feuille de papier dans l’autre, chacun tente de trouver les œufs et le lapin de Pâques cachés pour l’occasion par cette jeune association qui soufflera prochainement sa première bougie. « Nous avons organisé une chasse aux œufs de Pâques. C’est une manière ludique de permettre au plus grand nombre de découvrir notre poulailler, tout en assurant la sécurité sanitaire de tous, et d’apporter un peu d’animation dans le quartier », explique Élise Friboulet-Perrier, la présidente de l’association, détaillant les règles de leur jeu qui se terminera ce dimanche 4 avril. « Tout le monde peut participer. Pour jouer, les participants viennent autour du poulailler munis d’un crayon et d’un papier sur lequel ils indiquent leurs nom, prénom, âge et adresse. Ensuite, ils doivent dessiner un plan du poulailler avec l’emplacement des neuf œufs et du lapin dissimulés dans l’enclos. Une fois terminé, ils n’ont plus qu’à déposer leurs réponses dans la boîte aux lettres installée à l’entrée du poulailler ». 

        Plus de 80 personnes ont déjà participé 

        Une initiative qui a déjà séduit de nombreux Rolivalois, mais également les écoles de la ville et des habitants alentour. Plus de 80 personnes ont ainsi déposé leur bulletin dans la boîte aux lettres du poulailler. « Dimanche et lundi entre 10h et 12h, nous distribuerons des lots à l’ensemble des participants », précise Élise Friboulet-Perrier qui a reçu, mercredi dernier, un chèque de 270 € de la part de l’Association de Gestion du Fonds de Participation des Habitants (FPH) en présence de Stéphanie Rousselin, adjointe en charge de la transition écologique et de Fadilla Benamara, adjointe en charge de la rénovation urbaine (et des relations avec les commerçants). Une aide qui s’est avérée plus que nécessaire. « Le FPH est un soutien essentiel pour continuer à créer des animations de quartier et rendre la vie de quartier très chouette et ludique. Nous n’aurions pas pu faire notre jeu sans leur aide. Ils sont essentiels ! ». 

        Le FPH pour accompagner les élans citoyens 

        En effet, le FPH est un dispositif national qui vise à accompagner les élans individuels ou associatifs, favorisant la création de lien social au sein d’un quartier et qui finance jusqu’à 90% du montant global du projet. Pour Martine Lecanu, membre actif du conseil citoyen et présidente de l’association de gestion du FPH en charge de ce dispositif sur Val-de-Reuil, il était plus que naturel d’apporter leur soutien aux Poulettes Rolivaloises. « C’est une très belle initiative à laquelle nous avons tout suite répondu oui ! ». Un sentiment également partagé par les élus rolivalois, qui ont profité de l’occasion pour saluer l’action des Poulettes Rolivaloises. « C’est une association très dynamique sur la ville et qui a créé un élan dans le quartier mais également autour de la ville. Elle touche à la fois les habitants du quartier mais aussi les enfants à travers des écoles qui viennent ici », confie Stéphanie Rousselin, ravie de voir le conseil citoyen ainsi accompagner ce genre d’initiatives qui favorise la cohésion sociale et la sensibilisation à l’écologie. « Ça fait plaisir, on se sent soutenus, la Ville porte cette ambition-là et lorsqu’elle est partagée, relayée et nourrie par d’autres, nous sommes ravis », conclut Fadilla Benamara. 

        Le FPH, comment ça marche ? 

        Envie de vous lancer dans un tel projet ? Rendez-vous à la maison des Projets pour retirer un formulaire. « Pour être valide, le projet doit être porté par 3 personnes minimum, toutes domiciliées à des adresses différentes », rappelle Fadilla Benamara. 

        Dès lors que la demande est déposée, l’association de gestion du FPH s’assure de la conformité du projet qui est ensuite étudié par le comité de suivi (où siège notamment le délégué du Préfet) avant d’être soumis à l’approbation du jury (7 ou 9 membres dont le maire et 4 membres du conseil citoyen). 

        *Maison des projets – 121 rue Grande – du lundi au vendredi de 8h30 à 12h00 et de 13h30 à 17h30.  

        Tel :02 32 09 50 11 

        E-mail : maisondesprojets@valdereuil.fr 

        Partagez :

        Retour vers 2050 !

        Plus de 450 élèves ont participé au E-forum de l’éducation aux médias et à l’information organisé par la circonscription de l’éducation nationale de Val-de-Reuil, avec le soutien actif de la Ville de Val-de-Reuil et la participation de la Factorie – maison de Poésie.

        Jeudi dernier, de drôles de personnages tout droit sortis de 2050 ont investi la MJA à l’occasion de la deuxième édition du Forum de l’Éducation aux Médias organisé par la circonscription de Val-de-Reuil. Crise sanitaire oblige, les écoliers, collégiens et lycéens apprentis-reporters ont vécu l’événement, cette année, en mode connecté depuis leur salle de classe. ” C’est la première fois que nous organisons le forum de cette manière”, explique Gilles Fleury, le directeur de l’école Les Dominos, à l’initiative de ce rendez-vous qui a pour objectif de sensibiliser les enfants et adolescents à l’information, à son traitement, aux outils médiatiques mais également d’éveiller leur sens critique. ” Cette année, nous avons pris le thème de 2050 et nous avons demandé aux enfants et aux jeunes de travailler et d’imaginer l’actualité telle qu’elle pourrait être dans le futur “.

        Ambiance futuriste

        Ainsi, sur le plateau dressé au cœur de la MJA, des habitants du futur interprétés par les comédiens de la Factorie – maison de poésie, sont venus tout au long de la journée témoigner et débattre de sujets tels que la connexion 8G, l’intelligence artificielle, la conquête spatiale, le réchauffement climatique et bien d’autres encore. ” Aujourd’hui, les doudous connectés permettent aux enfants d’apprendre en un instant “, a ainsi expliqué Natacha Box (interprétée par Adeline Maisonneuve, comédienne de la Factorie), une manageuse de la société ” New Future Génération Speed Mobile “, invitée spéciale de l’émission autour des intelligences artificielles. A chaque interview ou émission, ce fut l’occasion pour les spectateurs de la journée de découvrir en direct les différentes productions réalisées par les quelques 450 élèves provenant des écoles, collèges et lycées participant à l’opération. Parmi eux, on pouvait ainsi retrouver le lycée Marc-Bloch, le collège Alphonse Allais et le collège Michel de Montaigne ainsi que les écoles Coluche, les Dominos, le Pivollet, Jean-Moulin et Louise Michel.

        90 productions réalisées

        ” Nous avons reçu près de 90 fichiers provenant des différentes écoles, collèges et lycées participants à l’opération “, souligne Myriam Ollivier, conseillère au pôle numérique de la Direction des Services Départementaux de l’Éducation Nationale (DSDEN), détaillant le travail mené en amont par les élèves et leurs enseignants. ” Chaque établissement a mené un véritable travail de fond avec l’appui de nos partenaires comme des journalistes du club de la presse de Normandie. Aujourd’hui, nous découvrons l’ensemble des travaux qui ont été menés pendant ces trois, quatre derniers mois “.

        Retransmission des émissions et productions

        A l’issue de la journée, ce E-forum s’est clôturé par un débat entre journalistes et communicants tels qu’Aurélie Wolff du club de la presse et de la communication de Normandie ou encore Pierre Choisnet, rédacteur en chef de la Dépêche et du Courrier de l’Eure. Sur la table : l’évolution du traitement de l’information entre fake news, deepfake et écriture IA… un débat qui n’a pas manqué de ravir l’ensemble des enfants qui ont pu assister tout au long de la journée aux différentes émissions et découvrir leurs productions ainsi que celles de leurs camarades. A noter que ces productions seront diffusées sur le blog de l’éducation aux médias : http://blog.ac-rouen.fr/val-de-reuil-forum-emi/

        Partagez :

        Des architectes en devenir !

        Une vingtaine de jeunes Rolivalois ont reçu des mains du collectif Yakafokon leur diplôme d’architectes junior et des lettres de recommandation dans le cadre du projet ” C’est mon Patrimoine “.

        Tout au long des vacances scolaires d’hiver, une vingtaine de jeunes Rolivalois ont participé à une semaine d’initiation à l’architecture et à la conception de mobilier urbain avec le collectif Yakafokon dans le cadre du projet « C’est mon Patrimoine ! ». Ce projet, porté par la DRAC Normandie, avait pour objectif de « sensibiliser des jeunes à l’architecture de leur ville, à la façon dont ils l’appréhendent et dont ils la vivent », explique Victor Toutain, l’un des intervenants du collectif Yakafokon, en charge du projet sur la ville. « L’idée était de travailler autour de la question du mobilier urbain, c’est-à-dire d’observer où on en trouve dans la ville, comment est-ce que les enfants l’utilisent, le pratiquent, pour en imaginer de nouvelles formes. La première semaine, nous avons reçu des collégiens et la seconde, des lycéens ». 

        Les outils d’architecte

        Ainsi, sous la houlette de ce collectif regroupant architectes, urbanistes, travailleurs sociaux et artistes, les jeunes Rolivalois ont pu s’immiscer dans la peau d’architectes professionnels le temps d’une semaine. « On essaie de les faire travailler sur un panel assez large d’outils que manipulent les architectes, donc à la fois le dessin in situ, des croquis dans l’espace public en dessinant le paysage et l’architecture mais aussi des dessins plus techniques, comme les différentes vues qu’utilise l’architecte : la perspective, le plan, l’élévation, et puis la maquette bien sûr, qui est l’outil le plus ludique pour s’approprier les questions d’architecture, surtout à leur âge », précise Victor Toutain. 

        Des jeunes conquis

        Cette démarche a séduit les jeunes Rolivalois participant à l’opération. « Lorsque j’ai vu l’annonce pour ce stage, j’ai tout de suite sauté sur l’occasion », confie Clémence, une élève de terminale du lycée Marc Bloch, confortée, à l’issue de sa semaine de stage, dans son choix de poursuivre ses études dans cette direction. « Ils m’ont vraiment donné l’envie de devenir architecte. J’ai adoré apprendre à analyser des sites, créer des plans, créer un projet ». Un sentiment partagé par l’ensemble des jeunes qui n’ont pas manqué de remercier et de saluer les précieux conseils dispensés par les membres du collectif Yakafokon.

        A l’issue de la semaine, les jeunes Rolivalois ont tous reçu des mains du collectif des diplômes d’architectes junior (pour les collégiens) et des lettres de recommandations (pour les lycéens). A noter que les projets de ces jeunes architectes en devenir seront présentés lors du prochain conseil municipal et les Rolivalois retrouveront le collectif Yakafokon pendant les vacances d’avril pour construire grandeur nature certains de leurs projets. « A partir de toutes les idées qu’ils ont formulées, nous allons essayer d’imaginer pour chaque groupe au moins un mobilier urbain que l’on pourra disposer à un endroit de la ville », conclut Victor Toutain.

        Partagez :

        La piscine de Val-de-Reuil, première piscine de l’Agglomération à rouvrir ses portes au public !

        Communiqué de la Ville de Val-de-Reuil 

        La piscine de Val-de-Reuil, 

        première piscine de l’Agglomération à rouvrir ses portes au public !

        A partir du lundi 8 mars 2021, le grand bassin de la piscine de Val-de-Reuil sera accessible aux associations et aux usagers. Il s’agira du seul équipement « aquatique » de l’Agglomération à rouvrir ses portes au public. En liaison étroite avec l’Agence Régionale de Santé et les services de la Préfecture de l’Eure, de nouvelles conditions d’accès ont été travaillées et arrêtées pour tenir compte des protocoles sanitaires en vigueur et de la situation épidémique. Toit ouvert sur un tiers de sa longueur, capacité d’accueil divisée par 5, entrée sur inscription, pratique dynamique et bassin fractionné en six couloirs de nage, désinfection renforcée des vestiaires et blocs sanitaires permettront aux nageurs de s’adonner à leur activité en toute sécurité. Aligner les longueurs après avoir réenfiler lunettes, bonnets et maillots de bain (sans masque dans l’eau !) sera de nouveau une réalité à Val-de-Reuil pour le plus grand plaisir des baigneurs, de Val-de-Reuil, Louviers, Pont de l’Arche ou Gaillon, qui vont pouvoir profiter des plaisirs de l’eau. 

        Nage à ciel ouvert 

        Classé en établissement de type X – plein air – grâce au toit sur rails coulissant dont dispose son grand bassin, la Ville a reçu, après instruction du dossier par les services de la Direction départementale de la Cohésion sociale, le feu vert des autorités pour rouvrir l’équipement au public. Marc-Antoine Jamet avait, au début du mois de février, passé commande aux équipes des sports de la Ville de se rapprocher de celles de l’Etat pour étudier, à la condition que toutes les règles de sécurité sanitaire puissent être respectées, la possibilité d’une réouverture. L’objectif de la municipalité, le même qui a présidé aux décisions prises depuis un an pour faire face à l’épidémie, est clair : s’adapter, toujours et encore, pour assurer la continuité du service public et ainsi favoriser la reprise de l’activité physique en direction des publics pour lesquels elle est indispensable à leur bien-être, à leur équilibre et à leur santé. 

        Entrée sur réservation et jauge divisée par 5

        Réserver un accès à la piscine
        Réserver un accès à la piscine

        Un nouveau protocole a donc été déterminé. L’entrée s’effectuera uniquement sur inscription depuis le site internet de la Ville ( https://www.valdereuil.fr/les-sports/la-piscine), auprès des agents du service des sports au 06.99.54.20.64 ou sur place aux horaires et aux jours d’ouverture de l’équipement. Pour éviter tout déplacement inutile, il est recommandé de vérifier, avant de se rendre sur place, le nombre de places disponibles sur la plateforme de réservation mise en place par la Ville. Afin de permettre une rotation profitable au plus grand nombre d’usagers, le temps de pratique dans le bassin sera d’une heure. Le nombre de nageurs présents simultanément dans la piscine sera de 40 personnes et six personnes au plus emprunteront le même couloir de nage. Les vestiaires seront désinfectés après chaque utilisation et le bonnet de bain obligatoire. La piscine sera ouverte selon le modèle d’un bassin dynamique et ne pourra être accessible qu’à ceux qui souhaitent y pratiquer une activité physique. Des mesures indispensables pour se protéger mais aussi pour permettre à chacun de renouer avec les plaisirs de la pratique sportive aquatique. 

        La semaine dernière, un bureau de contrôle indépendant, mandaté par la Ville, a réalisé des tests d’ouverture du toit rétractable et pu vérifier la solidité et le niveau de réactivité de la structure. Quelles que soient les conditions météorologiques, la piscine restera ouverte et la température de l’eau maintenue à une température égale ou supérieure à 27°C. Des conditions idéales pour un retour dans le grand bain !

        Avant la réouverture effective de la piscine municipale, Marc-Antoine Jamet a déclaré : « Il est de notre responsabilité, en application des textes gouvernementaux et en plein accord avec les autorités sanitaires, de travailler aux conditions de reprise progressive et encadrée de l’activité physique. Faire du sport, se mettre en mouvement, rompre avec la sédentarité qu’impose l’épidémie, c’est restaurer son capital santé. Ce sont autant de pathologies évitées, de douleurs musculaires traitées, de maladies chroniques soignées. Nous en avons besoin. Je suis heureux que nous soyons parvenus, en quelques semaines, à trouver les solutions qui vont permettre aux nageurs de toute l’Agglomération, Lovériens, Lérysiens, Posiens, Valdéroliens, archépontains ou gaillonais, de retrouver une activité qui leur manquait depuis de nombreux mois. Val-de-Reuil fait une nouvelle fois la démonstration de sa capacité à s’adapter, de l’utilité d’un vrai service public du sport qui allie savoir-faire, réactivité et proximité et de l’aide active qu’elle apporte, à travers ses équipements, à ses communes voisines. »

        Horaires d’ouverture :

        Ouverture exceptionnelle lundi 8 mars : 11h45 à 14h15 

        Puis toutes les semaines aux jours et horaires suivants : 

        Mercredi : 11h45 à 17h45

        Jeudi : 11h45 à 14h15

        Samedi : 9h00 à 12h30 et de 14h00 à 17h45 

        Dimanche : 9h00 à 14h00

        Réservation des créneaux sur www.valdereuil.fr

        Partagez :

        ASSISTANT DE DIRECTION (H/F)

        Cadre d’emploi : Rédacteur territorial /Adjoint administratif

        Rattaché(e) directement à la Responsable du Secrétariat Général, en lien quotidien avec le Maire, le Directeur Général des Services et le Directeur de Cabinet, vous participez à la gestion du secrétariat du Maire et du Directeur Général des Services, à l’organisation des séances du Conseil municipal, à la gestion de la flotte de téléphonie mobile (commandes, suivi des forfaits) et à l’intérim de la responsable.

        Qualités et compétences requises

        Diplômé(e) d’un diplôme de niveau Bac+2/3, vous justifiez d’une expérience réussie de 3 ans minimum dans des fonctions similaires ou des missions d’assistanat de direction. Vous disposez d’un/une :

        • Connaissance du fonctionnement des Collectivités Territoriales ;
        • Connaissance du cadre juridique d’élaboration des actes des collectivités territoriales, 
        • Maitrise des outils bureautiques,
        • Maîtrise de l’orthographe, aisance rédactionnelle et esprit de synthèse,
        • Grande rigueur, sens de l’organisation, méthode et autonomie, 
        • Gestion des priorités et des aléas, 
        • Sens du service public, confidentialité et discrétion, qualité d’écoute, amabilité et dynamisme,
        • Disponibilité les week-ends, les jours fériés et en soirée pour les réunions ou évènements.

        Conditions d’exercice

        Poste à pourvoir dès que possible

        • Poste à temps complet (37,5 heures hebdomadaire).
        • Poste ouvert aux agents titulaires et non titulaires sous condition de passage du concours de la fonction publique territoriale.

        Consulter l’offre

        Merci d’adresser votre candidature avant le 7/03/2021

        lettre de motivation + curriculum vitae par courrier à l’attention de M. le Maire :
        Mairie de Val-de-Reuil
        70, rue Grande
        BP 604
        27106 – VAL-DE-REUIL CEDEX

        Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter Mme Elodie BARBEY, Directrice Ressources Humaines, par courriel >drh@valdereuil.fr

        Pour postuler par courriel

        Recrutement Assistant de direction (H/F) - mars 2021

        Rattaché(e) directement à la Responsable du Secrétariat Général, en lien quotidien avec le Maire, le Directeur Général des Services et le Directeur de Cabinet, vous participez à la gestion du secrétariat du Maire et du Directeur Général des Services, à l'organisation des séances du Conseil municipal, la gestion de la flotte de téléphonie mobile (commandes, suivi des forfaits) et à l'intérim de la responsable.
        • Hidden
        • Non obligatoire
        • Déposer les fichiers ici ou
          Types de fichiers acceptés : pdf, Taille max. des fichiers : 128 MB, Max. des fichiers : 3.
            Insérez ici vos fichiers (pdf recommandés)
          Partagez :

          ANIMATEUR SAISONNIER EN ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS (H/F)

          Cadre d’emploi

          Rattaché(e) au directeur (-trice) de structure, vous êtes chargé(e) d’assurer l’accueil, l’encadrement et la sécurité des publics (maternels, élémentaires, préadolescents et adolescents), en veillant à l’application des normes législatives et à l’adéquation des animations avec le rythme de l’enfant.

          Qualités et compétences requises

          Titulaire des qualifications requises à la fonction d’agent d’animation : BAFA, BAFD, BAPAAT, BPJEPS, PSC1, Surveillant de Baignade.

          • Savoirs : connaissances de la réglementation en vigueur, des publics et familles, des partenaires ; bonne expression écrite et orale, capacité d’analyse et d’appréhension des publics accueillis.
          • Savoir-faire : capacité à encadrer, animer et sécuriser les publics ; capacité à participer à l’organisation de séjours.
          • Savoir-être : bonnes qualités relationnelles (publics accueillis, hiérarchie, familles, partenaires divers,), capacité d’écoute et de communication, sens du travail en équipe (attitude et rigueur), dynamisme et autonomie, empathie et appréciation des enfants et jeunes, sens indispensable du devoir de réserve professionnelle.
          • Permis B et vélo appréciés.

          Conditions d’exercice

          • Travail à temps complet du lundi au vendredi (périodes extrascolaire), et éventuellement les autres jours selon les structures d’accueil ou dans le cadre d’événements et de séjours.
          • Présence attendue à certaines réunions ou manifestations pouvant se tenir en fin de journée.
          • Déplacements quotidiens fréquents en local, dans le cadre du planning d’activités

          Consulter l’offre

          Merci d’adresser votre candidature avant le 20/03/2021

          lettre de motivation + curriculum vitae accompagné d’une photo et sur lequel vous préciserez vos date de naissance, lieu de naissance et numéro de sécurité sociale (ces éléments sont attendus pour faciliter les démarches administratives en cas de recrutement)par courrier à l’attention de M. le Maire :
          Mairie de Val-de-Reuil
          70, rue Grande
          BP 604
          27106 – VAL-DE-REUIL CEDEX

          Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter Monsieur Allal EL OUERDIGHI, Directeur Emploi Jeunesse et Formation, par courriel : aelouerd@valdereuil.fr

          Pour postuler par courriel

          Recrutement animateur saisonnier en accueil collectif de mineurs - été 2021

          Rattaché(e) au directeur (-trice) de structure, vous êtes chargé(e) d’assurer l’accueil, l’encadrement et la sécurité des publics (maternels, élémentaires, préadolescents et adolescents), en veillant à l’application des normes législatives et à l’adéquation des animations avec le rythme de l’enfant. Vous êtes également en capacité de proposer des activités inscrites dans le cadre du projet éducatif et pédagogique, lors de la conception des plannings d’activités et des temps de concertation. Vous maîtrisez les techniques d’animation, ainsi que les outils éducatifs mis à votre disposition par la direction, avec l’impératif d’être en capacité d’intervenir auprès de publics variés. Vous êtes conviés à participer activement à l’animation événementielle (organisation et déroulement) inscrite dans l’agenda municipal.
          • Hidden
          • Non obligatoire
          • Déposer les fichiers ici ou
            Types de fichiers acceptés : pdf, jpg, Taille max. des fichiers : 128 MB, Max. des fichiers : 4.
              Insérez ici vos fichiers (pdf recommandés)
            Partagez :

            Apprendre en s’amusant !

            Tout au long des vacances scolaires d’hiver, la cyberbase Isaac Asimov propose des ateliers d’initiation à la conception numérique en trois dimensions autour de l’univers des LEGO.

            L’ambiance était à la fois studieuse et ludique, mercredi dernier, au sein de la Cyber Base Isaac Asimov.  Le temps d’un après-midi, quelques jeunes sont venus découvrir les joies de la conception numérique en 3D. La main sur la souris, les yeux rivés sur l’écran, les curieux de la journée se sont creusés les méninges pour concevoir des véhicules ou d’autres objets empruntés à l’univers des LEGO, ces volumes en plastique de renommée mondiale qui font battre le cœur des petits et des grands depuis des générations. « L’idée est de proposer au plus grand nombre une approche ludique à la conception numérique en 3D, grâce à un univers fédérateur comme les LEGO », explique Matthieu Chevanne, l’un des deux responsables de l’établissement numérique rolivalois. « Le LEGO, c’est un outil ludique assez répandu. Il est plus facile de les faire travailler sur un support qu’ils connaissent déjà plutôt que sur des logiciels plus complexes », complète-t-il. 

            Apprendre à manipuler un objet en 3D sur un ordinateur

            Objectif de cette initiation : faire découvrir aux jeunes la manipulation en 3D. « Manipuler un objet dans les mains, c’est facile. Mais manipuler un objet en 3D sur un ordinateur, c’est un peu plus compliqué. La spatialisation est plus difficile à appréhender », précise Matthieu Chevanne. Pour ces ateliers, la cyberbase utilise un logiciel libre de droits. Ainsi, chacun peut poursuivre son travail chez lui la formation terminée. « C’est une première approche, une initiation qui nous permettra par la suite d’aborder d’autres ateliers de conception numérique plus poussés, comme la fabrication de jeux vidéo ». 

            Passionnés de construction

            Du côté des jeunes, on ne manque pas de saluer la démarche. « J’adore les LEGO et tout ce qui touche aux jeux de construction tels que Minecraft. C’est une super idée », explique Yousri, un jeune Rolivalois de 15 ans, habitué des lieux. « Cela me permet de découvrir de nouvelles choses comme le logiciel Léocad que nous sommes en train d’utiliser, de me donner de nouvelles idées, et pourquoi pas d’acquérir des connaissances pour mon avenir ». Un sentiment partagé par Evann, 15 ans, qui se destine à devenir créateur de jeux vidéo : « J’apprends en autodidacte à travers des tutoriels que je trouve sur internet. Lorsque j’ai vu la mise en place de ces ateliers, j’ai tout de suite sauté sur l’occasion. J’ai commencé la modélisation 3D, mais j’avais besoin d’échanger avec des personnes », confie-t-il. « Internet c’est bien mais on ne trouve pas tout ! J’en suis à ma deuxième séance ici et je pense que je reviendrai encore la semaine prochaine ». En effet, la Cyber Base continuera de proposer ces ateliers, ouverts à partir de 8 ans, tous les après-midis de 14h30 à 17h30 (sauf le jeudi) jusqu’au vendredi 5 mars. À noter qu’en raison de la crise sanitaire, les places sont limitées à six personnes par atelier. 

            Inscriptions et renseignements au 02.32.59.83.94.

            Partagez :

            TECHNICIEN EN BATIMENT (H/F)

            Cadre d’emploi : Fonctionnaire de catégorie B

            Placé(e) sous l’autorité du directeur des Bâtiment et énergie, vous proposez et mettez en œuvre les programmes de travaux. Vous organisez et coordonnez au plan technique, administratif et financier, l’exécution des travaux dans les meilleures conditions de délais et de coûts. Vous concevez, faites réaliser, en régie directe ou par des entreprises, les travaux de rénovation, d’aménagement ou de maintenance concernant le patrimoine bâti.

            Qualités et compétences requises

            Titulaire d’un Bac +2 minimum, vous disposez d’une expérience confirmée d’au moins 5 ans sur un poste similaire.
            Vous justifiez ainsi d’une:

            • Maîtrise les techniques de mise en oeuvre des matériels, matériaux et équipements de construction ;
            • Maîtrise du contexte réglementaire : Marchés Publics, Loi MOP, ERP et Urbanisme ;
            • Connaissance des procédures administratives et financières ;
            • Capacité d’adaptation et d’écoute, polyvalence, sens de l’organisation ;
            • Maîtrise des outils bureautiques (Word, Excel, Powerpoint) ;
            • Permis B requis ainsi qu’une grande disponibilité (horaires flexibles avec réunions en soirée).

            Conditions d’exercice

            • Poste à pourvoir dès que possible dans le cadre d’un contrat d’un an.
            • Poste à temps complet (37,5 heures hebdomadaire)
            • horaires de travail : 8h30 à 12h00 et de 13h30 à 17h30

            Consulter l’offre

            Merci d’adresser votre candidature avant le 21/02/2021

            (lettre de motivation + curriculum vitae)
            par courrier à l’attention de M. le Maire :
            Mairie de Val-de-Reuil
            70, rue Grande
            BP 604
            27106 – VAL-DE-REUIL CEDEX

            Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter Monsieur Pierre-Antoine AURIERES, Directeur Général Adjoint en charge du Cadre de vie et de l’Aménagement, par téléphone : 02 32 09 51 33 ou par courriel : paaurieres@valdereuil.fr .

            Pour postuler par courriel

            Recrutement technicien en bâtiment - février 2021

            Placé(e) sous l’autorité du directeur des Bâtiment et énergie, vous proposez et mettez en œuvre les programmes de travaux. Vous organisez et coordonnez au plan technique, administratif et financier, l’exécution des travaux dans les meilleures conditions de délais et de coûts. Vous concevez, faites réaliser, en régie directe ou par des entreprises, les travaux de rénovation, d'aménagement ou de maintenance concernant le patrimoine bâti.
            • Hidden
            • Non obligatoire
            • Déposer les fichiers ici ou
              Types de fichiers acceptés : pdf, Taille max. des fichiers : 128 MB, Max. des fichiers : 3.
                Insérez ici vos fichiers (pdf recommandés)
              Partagez :

              Des stars de l’athlétisme à Val-de-Reuil !

              A l’occasion de la 5ème édition du Meeting d’Athlétisme de l’Eure qui se tiendra cette année à huis clos, l’élite mondiale de l’athlétisme se donne rendez-vous au stade Jesse Owens dimanche 14 février à partir de 16h00.

              Dimanche 14 février, les stars de l’athlétisme mondial feront vibrer le stade Jesse Owens à l’occasion de la 5ème édition du Meeting d’Athlétisme de l’Eure qui se déroulera cette année à huis clos en raison de la crise sanitaire. Pour ne pas manquer ce rendez-vous, le meeting sera intégralement retransmis sur les réseaux sociaux, sur YouTube, ou encore sur la chaîne sportive Sport en France (Canal 174 (Orange), 129 (SFR), 194 (Bouygues), 180 (Free)).

              Un plateau d’athlètes exceptionnels

              Pour cette édition 2021 et pour la première fois de son histoire, le meeting accueillera le concours de saut à la perche masculin et le champion olympique 2012, Renaud Lavillenie ! D’autres grands noms de l’athlétisme seront aussi au rendez-vous comme Floria Gueï, la spécialiste du 400m et triple championne d’Europe, Pascal Martinot Lagarde, vice-champion d’Europe de 110m haies et champion du monde du 60m haies, Mike Rodgers, champion du monde au relais 4×100, Grant Holloway, champion du monde de 110m haies, Samuel Tefera, champion du monde et détenteur du record mondial en salle du 1500m, Yaroslava Mahuchikh, la recordwoman du monde junior et future pépite de la hauteur femme, et bien d’autres encore. 

              En quête de records

              « Le plateau que nous allons proposer sera le plus beau depuis la création du meeting », assure Florian Desjardins, le coordinateur du meeting. « Il y aura, à chaque fois, un ou une finaliste des J.O ou des championnats du monde dans chaque épreuve. Une telle densité, c’est rare ! ». D’autant plus qu’avec la crise sanitaire, les athlètes en manque de compétition depuis bientôt un an profiteront sûrement de ce meeting pour pouvoir se jauger en vue des prochains J.O, qui se dérouleront cet été à Tokyo (du 23 juillet au 8 août) ou encore pour réaliser les minimas pour les championnats d’Europe en salle (du 5 au 7 mars, à Torum en Pologne). De quoi assurer un spectacle endiablé et faire vibrer le cœur de tous les amoureux d’athlétisme en attendant la venue d’autres champions à l’occasion des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 puisque le stade Jesse Owens (une des plus belles structures Européennes) a été retenu comme centre de préparation. 

              Retrouvez toutes les informations sur www.meeting-eure.fr

              L’intégralité du meeting sera à suivre en direct, dimanche 14 février, dès 16h sur internet et les réseaux sociaux en particulier sur :

              • TELEVISION : Entièrement diffusé sur une chaîne publique et gratuite : Sport en France , www.sportenfrance.com (Canal 174 (Orange), 129 (SFR), 194 (Bouygues), 180 (Free))
              • SITE INTERNET : www.meeting-eure.fr , rubrique : direct live
              • Twitter et Instagram : @meetingdeleure
              Partagez :

              Construire ensemble !

              Une dizaine d’habitants de la rue Traversière ont participé, samedi 31 janvier 2021, à la réunion publique organisée par la municipalité concernant les futurs aménagements à venir dans le cadre du programme de rénovation urbaine.

              Dans le cadre du programme de rénovation urbaine, la municipalité organise régulièrement des réunions publiques afin de consulter les habitants et de recueillir les souhaits et les besoins de ces derniers pour affiner, ou éventuellement amender le projet des travaux à venir. C’est en ce sens que, samedi 31 janvier 2021, Marc-Antoine Jamet, le Maire de Val-de-Reuil accompagné de Fadilla Benamara, adjointe à la rénovation urbaine, Dominique Lego adjoint en charge de la sécurité, Christian Avollé adjoint en charge du cadre de vie et Maxime Saisse, gérant de la société urbaniste et paysagiste espace libre en charge des travaux, a rencontré les habitants de la portion de la rue Traversière située entre la route de Louviers et la Voie de la Palestre. Une réunion utile et constructive pour les habitants qui ont pu échanger avec les élus de la Ville sur les aménagements à venir au sein de leur quartier. Pour répondre à leur besoin de tranquillité, le projet prévoit l’implantation de parterres de végétaux le long des maisons individuelles et recréé même la résidentialisation existante au pied de l’immeuble collectif. Inquiets de l’intrusion des chiens dans ces nouveaux massifs, ou de maintenir la séparation des zones résidentielles devant leurs fenêtres, les habitants ont été écoutés et entendus par les élus. Le paysagiste a été chargé de modifier son projet pour tenir compte de ces nouvelles demandes.

              Partagez :

              Les Rolivalois tirent leur révérence

              Malgré un mental d’acier, les Rolivalois se sont inclinés 7 – 1, ce dimanche à Jesse Owens, lors de la 6eme journée de Coupe de France qui se déroulait à huit clos, face au leader de N3, l’Avant Garde de Caen.

              L’aventure Coupe de France se termine aujourd’hui pour les hommes du Football Club Val-de-Reuil (FCVR). Malgré un mental d’acier, les hommes en blanc n’ont pas réussi à contenir le leader de N3, l’Avant Garde de Caen, hier après-midi au stade Jesse Owens. A l’issue des 90 minutes, le compteur affichait 7 – 1 en faveur des Cannais. Une défaite amère pour les Rolivalois, qui ont tout donné jusqu’au coup de sifflet final. « J’aurais été déçu s’il y avait eu 2-1 ou à 3-1 mais 7 – 1 ! On ne peut plus être déçu. Il y a beaucoup de frustration », confie à chaud Maxime Warmé, le capitaine de l’équipe, quelques minutes après la fin du match. « Le troisième but nous a été fatal. On était revenu à 2 – 1 en début de deuxième période. A ce moment-là, nous étions à fond et nous croyions encore à une victoire possible. Puis, il y a eu le troisième et le quatrième but… Nous savions que c’était terminé pour nous ».

              Plus de 2 000 supporters présents derrière leur écran

              En effet, après une première mi-temps dans laquelle les Rolivalois tiennent bon mais concèdent tout de même deux buts surs « des fautes de concentration », le FCVR reprend des couleurs en début de deuxième période avec un but magistral d’Abraham Guieguie. Un but qui ne manque pas de galvaniser ces coéquipiers mais aussi plus de 2 000 supporters présents derrière leur écran grâce à la retransmission du match en direct mis en place par la municipalité. Malheureusement, quelques minutes plus tard, Caen enfonce le clou et s’envole vers la victoire. « On craque physiquement et psychologiquement après le troisième but. Malheureusement, la pandémie, le confinement, les couvre-feux ont fortement impacté notre préparation », reconnaît Rachid Belaiouaj, l’entraîneur de l’équipe, qui malgré la défaite, ne regrette rien de cette belle aventure.

              « Ce n’est que partie remise ! »

              « On a montré une belle adversité. Le score final ne reflète pas le match. Les gars ont donné tout ce qu’il pouvait, je n’ai rien à leur reprocher. Malgré cette défaite, nous sommes contents d’avoir atteint le 6ème tour, c’était une belle aventure. Ce n’est que partie remise ! Rendez-vous l’année prochaine ! ». Un sentiment partagé par l’ensemble des joueurs, mais également par le président du FCVR, Daniel Portier. « Le rêve s’arrête aujourd’hui mais c’était avant tout une belle aventure pour le club, les joueurs, la Ville et nos supporters. Jamais le club n’avait été aussi loin », conclut le président qui tenait à remercier Marc-Antoine Jamet, le Maire de la ville ainsi que le conseil municipal et les services municipaux pour leur soutien au quotidien.

              Partagez :

              Pour Val-de-Reuil, l’éducation, à l’école, c’est une priorité. Avec le Département et le Rectorat, au collège, au lycée, c’est une corvée.

              Communiqué de Marc-Antoine Jamet
              Maire de Val-de-Reuil
              Président de la commission des finances de la Région Normandie
              Pour Val-de-Reuil, l’éducation, à l’école, c’est une priorité.
              Avec le Département et le Rectorat, au collège, au lycée, c’est une corvée.

              Trop c’est trop. Quel est le grand ou le petit timonier qui, quelque part, a juré d’avoir la peau des enseignants de Val-de-Reuil, d’en décourager les parents d’élèves et, pour les enfants, d’y arrêter l’ascenseur social. On se souvient comment, par une décision purement politicienne, pour construire de nouveaux collèges là où les électeurs sont plus dociles, dans le sud de l’Eure, et en restaurer là où, plus près de nous, il y avait un risque que l’alliance LR/LREM perdre un canton, le département, manœuvré en catimini par le ministre Lecornu, avait rayé de la carte le collège Pierre Mendès France de Val-de-Reuil.

              On mesure aujourd’hui l’incommensurable dose d’incompétence et la sombre bêtise que recélait cette injustice. Nous en payons les conséquences au prix fort : saturation des collèges voisins Michel de Montaigne et Hyacinthe Langlois, recul de la mixité sociale à Alphonse Allais, dégradation des résultats aux examens, fatigue et temps de trajet allongé pour les enfants. Il semble que cela ne suffise toujours pas à ceux qui ignorent (ou feignent d’ignorer) que les établissements situés dans les quartiers de la Politique de la Ville demandent plus de moyens, plus de crédits, plus d’attention, ainsi que l’avait pourtant souligné l’actuel chef de l’État dans un fameux discours qu’il prononça à Grenoble

              Les démolisseurs de l’école laïque, gratuite et obligatoire ont donc jugé qu’il fallait passer la vitesse supérieure. Réveille-toi Jules Ferry, ils sont devenus fous ! En préparation de la rentrée scolaire 2021/2022, les prévisions d’effectifs et de moyens affectés aux établissements scolaires du second degré viennent d’être dévoilés. Classes surchargées, dotations horaires diminuées, conditions de sécurité des élèves non assurées, projets d’excellence sacrifiés, tel est le détonnant cocktail que devraient avaler collégiens et lycéens rolivalois en septembre prochain, telle est la voie ou plutôt l’impasse vers l’échec, que souhaitent tracer Département et Rectorat pour l’avenir des enfants de Val-de-Reuil, Léry, Pont de l’Arche, Poses ou du Vaudreuil. Incohérence, désinvolture et mépris se le disputent pour caractériser ces orientations néfastes auxquelles il doit être immédiatement remédié, comme je l’ai martelé, hier soir, au conseil d’administration du lycée Marc Bloch. Cette situation s’apparente à du sabotage en administration organisée. Elle ne peut durer.

              Depuis 20 ans, la municipalité investit, chaque année, 2 millions d’euros en moyenne dans la réussite éducative des élèves Rolivalois. Écoles reconstruites, réhabilitées et modernisées, projets pédagogiques innovants, soutenus et financés, sorties scolaires subventionnées, classes numérisées, matériel acheté ou  remplacé, dédoublements des effectifs facilités, moyens humains renforcés avant, pendant et après les temps scolaires, davantage encore pendant les deux confinements : la Ville a fait de l’éducation la première de ses priorités. Il n’est pas un dispositif, une mesure ou une expérimentation proposée par le Ministère de l’Education Nationale en faveur de l’Education prioritaire que nous n’ayons intégré ou accompagnéCette politique partenariale volontariste, construite avec les Inspections de circonscription ou d’académie, grâce au remarquable travail du corps enseignant, s’est traduite dans notre Ville par une hausse continue du nombre d’élèves, de classes et de professeurs. Elle n’a qu’un seul objectif : permettre à chaque élève, quel que soit son origine ou son parcours de compenser, par l’école, les inégalités de la vie. Les statistiques le rappellent : celles-ci sont, hélas, à Val-de-Reuil plus criantes que partout ailleurs dans l’Eure. Notre engagement devrait être relayé par l’ensemble de la communauté éducative. Il ne semble plus trouver, chez ceux qui ont la responsabilité d’y veiller, la moindre volonté. Pour le Département et le Rectorat, assurer l’égalité des chances est devenu une corvée.

              Avec 630 élèves, au moins, dans un établissement dont on a longtemps dit qu’il ne pouvait en compter que 500 et qui n’en abritait autrefois que 400, les effectifs du collège Michel de Montaigne, à la prochaine rentrée, vont exploser. Au-delà de l’inquiétante augmentation du nombre des élèves par classe, et d’un environnement pédagogique dégradé, c’est la sécurité même des enfants  qui n’est plus assurée. Faudra-t-il attendre qu’un accident se produise pour s’en inquiéter ? La commission de sécurité a eu l’occasion, à plusieurs reprises, d’estimer que les locaux actuels, par leurs circulations inadaptées, des couloirs étroits et des toilettes en nombre insuffisant (10 en tout et pour tout), ne peuvent accueillir autant d’enfants. La limite compatible avec un accueil de qualité, déjà dépassée cette année,  va continuer d’être franchie sans qu’aucun moyen d’encadrement supplémentaire ne soit prévu pour en neutraliser les effets. Silence dans les rangs du Rectorat et du Département. Le collège Michel de Montaigne n’est, hélas, pas le seul à faire les frais de cette politique de gribouille.

              Le Collège Alphonse Allais n’a, lui, conservé de son appellation REP+ que le nom. Seul collège du département de l’Eure à entrer encore dans cette catégorie, après la mise en coupe réglée de Pablo Neruda à Evreux, toute personne censée aurait pensé, sans imaginer se tromper, qu’il ferait l’objet d’une attention plus soutenue. Les élèves de Criquebeuf et des Damps, que le Département, déconnecté de toute réalité, obstinément enfermé, avait cru voir intégrer l’établissement pour diversifier les origines sociales des enfants, s’en sont allés vers l’enseignement privé. Pari perdu. En matière d’éducation, il vaut mieux tenir la barre que naviguer au hasard et jouer à la loterie. Le gâchis vire à la gabegie. La proportion de catégorie sociale défavorisée, près de 80%, n’a jamais été aussi élevée dans ce collège. Une révision immédiate de la carte scolaire est indispensable. Elle permettrait de rapatrier les élèves brinquebalés plus d’une heure dans les transports, de Pont de l’Arche à Louviers, soumis à un rythme journalier effréné, contraire à toutes les recommandations pédagogiques en matière de rythme de l’enfant, partant de chez eux à 7h15 pour n’en revenir qu’à 18h15. Ils retrouveraient ainsi, dans un établissement qui a la capacité de les recevoir, des conditions d’études favorables à leur réussite. La Ville, les parents et les enseignants le demandent. Personne ne répond.

              Comme si cela n’était pas assez, les mêmes irresponsables s’en prennent maintenant au Lycée Marc Bloch. Celui-ci, il y a trois ans encore, affichait des résultats au Baccalauréat parmi les meilleurs de l’Académie et faisait pâlir les établissements rouennais assis sur leur réputation. C’était trop beau. L’établissement subit désormais la réduction de ses dotations horaires, la fermeture d’une division de seconde et des effectifs programmés pour atteindre 35 à 36 élèves par classe dès leur entrée au lycée. Pour les trois prochaines années, ce sont 163 heures d’enseignement qui seront retranchées du quota annuel dont est doté le lycée. Comment, dans ces conditions, à l’oral, en langues étrangères, dans les enseignements scientifiques, pour lesquels toutes les études internationales s’accordent à dire que nous accusons un retard important, un élève peut-il s’exprimer ? L’établissement de Val-de-Reuil, le seul, dans l’Eure, à être directement rattaché à un réseau d’éducation prioritaire renforcé, dans lequel étudient 300 élèves issus d’un Quartier Politique de la Ville, serait celui qui perdrait le plus d’heures de tous les établissements du département. Scandaleux.

              Depuis trois ans, les signaux d’alarme ont tous été tirés : baisse de la réussite aux épreuves du Baccalauréat, suppression des heures d’aide personnalisée en langues, en mathématiques et en français, fin du dédoublement des heures d’enseignement moral et civique, renoncement à de nombreux projets impliquant des rémunérations en heures supplémentaires effectives. On prétexte, pour justifier rabais et coup de rabot, une baisse progressive des effectifs. Qui veut noyer son chien dit qu’il a la rage. C’est la perte d’attractivité et la baisse des moyens qui sont la cause de ce recul. Non l’inverse. Que sont devenus les programmes d’excellence, l’originalité, la rareté, la spécialité qui permettaient d’attirer des élèves de l’Agglomération et du département ? Pour combattre les inégalités, il faut éviter l’appauvrissement ou la banalité. Ce sont ces programmes, ces options, en langues rares ou anciennes par exemple, ces projets, culturels et internationaux, qui, demain démantelés, permettaient d’élever, d’émanciper, d’ouvrir à de nouveaux horizons des lycéens qui, à défaut de revenus familiaux suffisants, pouvaient en bénéficier. C’est aussi se prémunir qu’on assassine d’autres Samuel Paty. Je connais le dévouement et l’engagement sans faille des enseignants. Leur ambition est intacte. Celle, du Rectorat, en revanche, fait cruellement défaut. Il faut un réveil et un sursaut.

              Alors que chacun s’inquiète des risques de décrochage et des conséquences de la crise sanitaire sur l’avenir de notre jeunesse, que le gouvernement, hier soir, par la voix du Premier ministre Jean Castex, annonçait des moyens renforcés pour les quartiers de grande précarité, je demande, que, sous l’autorité de la Rectrice d’Académie, sans prétexter pour ne rien faire l’imminence d’élections locales, qu’une réunion visant à accélérer la révision de la carte scolaire du second degré, garante de la sécurité des élèves et de l’équilibre et la mixité des effectifs dans les collèges de Val-de-Reuil, Pont de l’Arche et Louviers, soit organisée et que l’on en finisse sans délai avec les coupes budgétaires, les fermetures de division en seconde, l’absence de vision et d’ambition dont souffre actuellement notre Lycée.

              Contact presse : Thomas TOUTAIN – 06.13.80.45.49thomas.toutain@valdereuil.fr

              Partagez :

              AGENT DE POLICE MUNICIPALE (H/F)

              Cadre d’emploi :

              Placé(e) sous l’autorité du Maire et du responsable de la Police Municipale, vous aurez pour missions : l’exécution de toutes les missions relevant de la compétence de la Police Municipale en matière de prévention, surveillance du bon ordre, de la tranquillité et de la salubrité publique…

              Qualités et compétences requises

              Lauréat du concours de Gardien-Brigadier de police municipale, vous maitrisez les
              procédures judiciaires et administratives liés au cadre d’emploi. Vous disposez de qualités
              rédactionnelles et savez utiliser l’outil informatique.
              Doté(e) d’une bonne condition physique, vous êtes apte au port des armes de catégorie B et D
              ou vous êtes disposés à être formé(e) à leur utilisation.
              Vous justifiez d’une expérience similaire vous permettant de justifier de vos connaissances,
              compétences métier et savoir-être.

              Conditions d’exercice

              ▪ Rémunération statutaire, N.B.I. (Nouvelle bonification indiciaire de 15 points), régime
              indemnitaire, primes semestrielles (243,92€ brut versés en juin et novembre en
              fonction de l’absentéisme)
              ▪ Possibilité d’octroi d’un logement par convention d’occupation précaire avec
              astreintes ;
              ▪ Armement catégories B et D et équipements de protection individuels, entrainement
              mensuel aux tirs et aux techniques professionnels d’intervention.

              Consulter l’offre

              Merci d’adresser votre candidature d’ici le 31/01/2021

              (lettre de motivation + curriculum vitae + photo et dernier arrêté de situation administrative avant le
              31/01/2021)
              par courrier à l’attention de M. le Maire :
              Mairie de Val-de-Reuil
              70, rue Grande
              BP 604
              27106 – VAL-DE-REUIL CEDEX
              Pour tout renseignement, contacter M. Mickaël BOUTTIER, chef de service de la police
              municipale, au 02 32 09 44 44 ou mbouttier@valdereuil.fr

              Pour postuler par courriel

              Recrutement Agent de police municipale - janvier 2021

              Placé(e) sous l’autorité du Maire et du responsable de la Police Municipale, vous aurez notamment pour mission : l’exécution de toutes les missions relevant de la compétence de la Police Municipale en matière de prévention, surveillance du bon ordre, de la tranquillité et de la salubrité publique...
              • Hidden
              • Non obligatoire
              • Déposer les fichiers ici ou
                Types de fichiers acceptés : pdf, Taille max. des fichiers : 128 MB, Max. des fichiers : 3.
                  Insérez ici vos fichiers (pdf recommandés)
                Partagez :

                Assistant(e) de la Responsable du Secrétariat Général (H/F)

                Cadre d’emploi :

                Rattaché(e) directement à la Responsable du Secrétariat Général, en lien quotidien avec le Maire, le
                Directeur Général des Services et le Directeur de Cabinet, vous assurez les missions principales
                suivantes : Participation à la gestion du secrétariat du Maire et du Directeur Général des Services, Participation à l’organisation des séances du Conseil municipal ainsi que d’autres missions annexes et l’intérim de la responsable

                Qualités et compétences requises

                Diplômé(e) d’un diplôme de niveau Bac+2/3, vous justifiez d’une expérience réussie de 3 ans
                minimum dans des fonctions similaires ou des missions d’assistanat de direction.

                Vous disposez d’un/une :
                ▪ Connaissance du fonctionnement des Collectivités Territoriales ;
                ▪ Connaissance du cadre juridique d’élaboration des actes des collectivités territoriales,
                ▪ Maitrise des outils bureautiques,
                ▪ Maîtrise de l’orthographe, aisance rédactionnelle et esprit de synthèse,
                ▪ Grande rigueur, sens de l’organisation, méthode et autonomie,
                ▪ Gestion des priorités et des aléas,
                ▪ Sens du service public, confidentialité et discrétion, qualité d’écoute, amabilité et
                dynamisme,
                ▪ Disponibilité les week-ends, les jours fériés et en soirée pour les réunions ou évènements.

                Conditions d’exercice

                A pourvoir dès que possible – poste à temps complet (37,5 heures hebdomadaire)
                Poste ouvert aux agents titulaires et non titulaires sous condition de passage du concours de la
                fonction publique territoriale

                Consulter l’offre

                Merci d’adresser votre candidature d’ici le 05/02/2021

                (lettre de motivation + curriculum vitae)
                par courrier à l’attention de M. le Maire :
                Mairie de Val-de-Reuil
                70, rue Grande
                BP 604
                27106 – VAL-DE-REUIL CEDEX
                Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter Madame Elodie Barbey, directrice des Ressources humaines, par téléphone : 02.32.09.51.51 ou par courriel : drh@valdereuil.fr

                Pour postuler par courriel

                Candidature Assistant(e) de la Responsable du Secrétariat Général (H/F)

                Rattaché(e) directement à la Responsable du Secrétariat Général, en lien quotidien avec le Maire, le Directeur Général des Services et le Directeur de Cabinet...
                • Déposer les fichiers ici ou
                  Types de fichiers acceptés : pdf, Taille max. des fichiers : 128 MB, Max. des fichiers : 2.
                  Partagez :

                  Le paradis des amateurs de légumes frais et bio !

                  Depuis le mois de septembre dernier, les maraîchers de la Ferme des 2 Rives proposent à nouveau de la vente en direct. Le service, interrompu durant les fêtes, reprend ce vendredi. 

                  Les amateurs de légumes frais et bio pourront retrouver leur petit havre de paix dès vendredi 15 janvier. Située le long de la Voie Verte, à proximité de la gare SNCF et des jardins familiaux, la Ferme des 2 Rives (anciennement appelée jardins de Neustrie et reprise depuis 2018 par l’association Ysos affiliée au groupe d’entrepreneuriat social SOS) a rouvert sa boutique de vente en direct tous les vendredis et samedis selon la saison. « Depuis le mois de septembre nous avons remis en place la vente en direct afin de répondre à une demande locale très forte. À ce titre, nous avons développé des partenariats comme avec la Ferme Des Deux Amants, la Ferme des Ruelles ou encore la boulangerie Thiry pour agrandir la gamme de produits proposés», explique Romain Carvalho, le directeur des filiales de l’association Ysos. « Lors de la reprise de la Ferme en 2018, nous avions dû arrêter la vente en direct et les chantiers d’insertion afin de restructurer le site et ses projets associés ». Disponibles  depuis  l’année dernière dans les  boutiques  bio  locales  (dont  Val2Bio)  et  via  une  plateforme  internet  avec  retrait  à  la  ferme,  les  légumes  sont  désormais  disponibles  en  vente  directe  à  la  ferme. Sur les étals, pommes de terre, betteraves, carottes, navets mais aussi pain bio, cidre, gelées de pomme et bien d’autres produits.

                  Le plaisir des produits frais

                  Cette nouvelle ne manque pas de ravir les Rolivalois en quête de légumes frais et bio. « On a déploré cette interruption à la suite au départ de l’équipe précédente des jardins de Neustrie », explique Alain, un Rolivalois résidant au Cavé qui prend à nouveau plaisir à se rendre chaque semaine dans cette boutique. « Vous avez des produits qui viennent d’être récoltés. C’est du direct, avec une qualité de produits irréprochable. Ça permet d’avoir des produits de saison » ajoute-t-il.

                  Pour Luc Desbois, 60 ans, un Rolivalois passionné de jardinage, c’est une belle découverte. « C’est une amie qui m’a parlé de cet endroit. C’est génial, c’est la première fois que je viens. Dans mon petit potager, je n’ai plus de betteraves, ni de carottes : les limaces ont tout mangé », plaisante-t-il. « La vente en direct, il n’y a que ça de vrai ! J’aime bien choisir mes légumes, être en contact avec les producteurs ». 

                  Habituée des lieux, Martine plébiscite quant à elle la plus-value de ce type de commerces. « Par rapport aux grandes surfaces, on connaît la provenance des produits », confie celle qui a déjà fait courir la nouvelle à ses proches et ses amis.  « Je préfère venir ici car cela me permet aussi de rencontrer du monde. On discute, on échange des idées de recettes. D’ailleurs, c’est comme ça que j’ai découvert la possibilité de faire mes potages avec des fanes de carottes. Un vrai régal ». Avis aux amateurs et rendez-vous dès vendredi 15 janvier à partir de 14h00 pour la prochaine vente en direct.

                  Ouverture pour le mois de janvier :

                  Tous les vendredis de 14h00 à 17h00

                  A partir du mois de février :

                  Tous les vendredis de 14h00 à 17h00 et les samedis de 9h00 à 12h00.

                  Plus d’informations :

                  La ferme des 2 Rives – Jardins de Neustrie – sente Maraîchère à Val-de-Reuil. 

                  Page facebook : La Ferme des 2 Rives

                  Tel : 06 31 56 87 03

                  Partagez :

                  Cellule d’accompagnement à la vaccination : la Mairie se mobilise pour aider les Rolivalois de plus de 75 ans

                  Depuis vendredi 15 janvier, suivant la stratégie vaccinale définie par le gouvernement et les autorités sanitaires, une plateforme nationale de prise de rendez-vous, en ligne ou par téléphone, est ouverte aux personnes âgées de plus de 75 ans résidant à leur domicile. Ce dispositif devrait permettre, à partir du lundi 18 janvier, de recevoir, dans des centres sélectionnés par les services de l’État au niveau local, les personnes éligibles à cette nouvelle phase de vaccination.

                  Présentée par Jérôme Filipini, Préfet de l’Eure, et la direction territoriale de l’Agence Régionale de Santé, la carte départementale des centres de vaccination destinés à recevoir les plus de 75 ans comprend 7 sites. Ils ont été sélectionnés sur des critères de liaison directe avec les établissements hospitaliers du département et tiennent compte du nombre de personnes âgées de plus de 75 ans domiciliés dans les communes qui abriteront ces centres.

                  À Val-de-Reuil, seuls 300 des 15.000 habitants sont âgés de plus de 75 ans soit en proportion moins de 2% de la population. C’est le nombre et le pourcentage le plus faible des communes du département de l’Eure. Cela explique que, à ce stade, malgré la proposition émise par la Ville dès décembre dernier, d’organiser un centre municipal de vaccination, un site n’ait pas encore ouvert dans la Ville Nouvelle, moins « vieille » que ses voisines. Dès qu’un nombre plus important de nos concitoyens sera invité à se faire vacciner, la Ville se tient prête, avec les équipes de professionnels de santé de la commune qui se sont déjà manifestés pour y participer, à installer un centre de vaccination à Val-de-Reuil.

                  À l’annonce de la décision du Préfet et de l’ARS, le Maire de Val-de-Reuil a immédiatement demandé aux services de la Ville et du Centre communal d’Action Sociale de mettre sur pied une cellule municipale d’accompagnement à la vaccination des personnes âgées de plus de 75 ans. Il s’agira, à partir du recensement des noms et des coordonnées téléphoniques des habitants susceptibles de recevoir le vaccin, de proposer à chacun un service d’accompagnement à la prise de rendez-vous et, le moment venu, de les conduire jusqu’à un des centres centre de vaccination départementaux. Depuis ce matin, les équipes de la Ville prennent donc contact individuellement avec les habitants appelés à se faire vacciner. Pour être certains que tous les Rolivalois âgés de plus de 75 ans puissent accéder à ces services, et dans le cas où ils n’auraient pas reçu d’appel des équipes de la Mairie, ils pourront, dès lundi, téléphoner ou écrire au 07.61.52.25.88 ou à seniors@valdereuil.fr

                  L’objectif de ce dispositif, complémentaire à celui développé par les services de l’Etat, est de lever tout obstacle à la vaccination. Aucun problème de mobilité ou d’utilisation des outils numériques ouverts pour la prise de rendez-vous ne doit justifier qu’une personne manifestant la volonté de se faire vacciner en soit empêché. C’est un service de proximité et de solidarité que la Ville, comme elle l’avait fait lors des confinements de mars et de novembre derniers auprès de tous les seniors, a souhaité renouveler. C’est le rôle qu’entend continuer à jouer la collectivité pour protéger nos ainés. Il en va de la réussite de la campagne de vaccination et du combat à mener pour vaincre l’épidémie.

                  Parallèlement à la mise en place de cette cellule, la Ville, grâce à la qualité du dialogue entre la municipalité, les services de l’Etat et les professionnels de santé installés à Val-de-Reuil, avec l’appui décisif du Préfet, organisera ce lundi après-midi la vaccination des résidents de l’ESPAGES.

                  Dans le respect des protocoles en vigueur pour recueillir le consentement, une trentaine des personnes âgées demeurant au sein de l’établissement recevront la première des deux doses nécessaires à la protection conférée par le vaccin. Les agents de plus de 50 ans et les personnes présentant des facteurs de comorbidité qui travaillent auprès des résidents pourront également bénéficier de cette opération.

                  Avant le début de cette nouvelle étape, Marc-Antoine JAMET a déclaré : « La réussite de la stratégie de vaccination dépendra de la capacité qu’auront les collectivités locales, et en premier lieu des communes, à se mobiliser et à déployer les moyens nécessaires à l’accompagnement de leurs administrés vers les centres de vaccination. Depuis l’apparition du virus sur notre territoire, pour la commande et la distribution des masques, pour l’organisation des campagnes de dépistage, pour la mise à disposition de bornes de gel hydro-alcoolique et de caméras thermomètres à l’entrée des bâtiments publics, pour le balisage et l’information à l’entrée de nos commerces, j’ai souhaité que la Ville, à travers ses élus et ses fonctionnaires, engage son énergie, son réseau et ses moyens afin qu’aucun retard ne soit pris dans la protection de nos concitoyens. Dans le même esprit, un nouvel équipement de détection/désinfection devrait être prochainement installé dans la Ville. C’est la raison pour laquelle décision a été prise de créer une cellule municipale d’accompagnement à la vaccination. Elle doit permettre que tous les Rolivalois âgés de plus de 75 ans bénéficient d’un service municipal d’aide à l’accès au vaccin en leur proposant de prendre le rendez-vous à leur place et de les véhiculer jusqu’au centre hospitalier le plus proche. De la même manière, nous avons obtenu du Préfet de l’Eure, que je remercie, au profit des résidents de l’ESPAGES, qui n’est pas stricto sensu un EHPAD, que toutes les personnes demeurant dans l’établissement et consentant à se faire vacciner puissent l’être dès ce lundi. Plus largement, et dès lors que la vaccination sera progressivement ouverte à d’autres tranches d’âge, je réitérerai ma demande auprès du Préfet pour qu’un centre de vaccination, dont le lieu a été identifié, au sein duquel une équipe médicale se tient prête à intervenir, puisse être installé à Val-de-Reuil. C’est en proximité, en levant tous les freins sur le chemin qui doit mener les habitants au vaccin, que nous gagnerons le combat face à la maladie.

                  Partagez :

                  COVID-19 : Renforcement des mesures de protection sanitaire

                  Pour freiner la circulation du virus, le Premier ministre a annoncé hier un renforcement des mesures de protection sanitaire.

                  À partir de demain, samedi 16 janvier, et pour une durée minimum de deux semaines, le couvre-feu est avancé et s’appliquera désormais chaque jour, à Val-de-Reuil comme partout sur le territoire national, de 18 heures à 6 heures du matin. Tous les établissements autorisés à ouvrir, en particulier les commerces, ne pourront plus accueillir de public après 18h00. Seuls les déplacements justifiés par des motifs professionnel, médical ou familial impérieux seront autorisés.

                  Toute la journée, continuons à limiter rencontres et déplacements. De 18h00 à 6h00, restons à la maison.
                  Partagez :

                  4 façons de recycler votre sapin de Noël 

                  Les fêtes de fin d’année terminées, les sapins de Noël quittent nos salons pour une nouvelle vie. Mais attention, ces conifères ne sont pas considérés comme des ordures ménagères et ne sont pas ramassés lors de la collecte des déchets en porte-à-porte. Pour rappel, déposer un sapin sur le trottoir est passible d’une amende de 2e catégorie pouvant aller jusqu’à 150 €.

                  Alors, nourriture pour chèvre, compost, engrais, ou paillage, voici 4 façons de les recycler à Val-de-Reuil. 

                  Anymania

                  Cette année encore, la ferme découverte Anymania récolte vos sapins pour nourrir ses 40 chèvres, Mégalo l’alpaga et Mme Lama  : “Ils mangent toutes les aiguilles et écorcent l’arbre. Ils raffolent de ces sucreries que nous leur donnons en plus du foin”, confie Marie-Morgane Trémollières, responsable de la ferme. Le tronc est ensuite broyé et utilisé comme paillage. L’année dernière, ce sont près de 600 sapins qui ont ainsi été récoltés et donnés petit à petit aux animaux jusqu’au mois de mars”. 

                  Où déposer vos sapins : devant l’entrée, à droite de l’arche 

                  Adresse : Voie Dagobert, 27100 Val-de-Reuil

                  Déchetterie

                  Les sapins, comme les déchets verts, peuvent être déposés à la déchetterie, où ils seront compostés. L’accès est gratuit pour les particuliers, sous réserve d’avoir sa carte d’accès

                  Adresse : Voie des coutures, 27100 Val-de-Reuil 

                  Recyclage au jardin

                  Recycler son sapin soi-même est également une alternative : si au jardin vous disposez d’un bac à compost, il vous suffit de récupérer les aiguilles de votre conifère et de broyer son tronc. Mélangé à vos déchets organiques, le sapin produira, 9 mois plus tard, un terreau de qualité. 

                  Vous pouvez également parsemer les aiguilles du sapin au pied de vos végétaux : elles protégeront vos plantes du froid et préviendront l’apparition de mauvaises herbes. 

                  Paillage au poulailler

                  Les aiguilles des sapins peuvent aussi servir au paillage pour le poulailler. Mélangées aux copeaux de bois, elles éloigneraient les puces et les poux et protégeraient nos gallinacés des parasites. 

                  Enfin, dernière solution, vous pouvez couper le sapin et le mettre dans le bac à déchets végétaux en attendant la reprise de la collecte mi-mars (semaine 11).

                   

                  Partagez :

                  Cap sur 2021 !

                  Pour la nouvelle année, les Rolivalois font part de leurs bonnes résolutions et de leurs souhaits pour 2021.

                  C’est le coeur plein d’espoir que les Rolivalois entament ce début d’année 2021. Comme le veut la tradition, changement d’année rime souvent avec bonnes résolutions et messages d’espoir. C’est le cas de Moussa Sow, 42 ans, chef d’unité à l’usine Renault Cléon. « Mes bonnes résolutions ? M’occuper de ma famille et de mes proches. J’ai envie de continuer à jouer au basket, si je peux.  Ça fait 20 ans maintenant, et même si je veux laisser la place aux jeunes, ils ne sont pas encore prêts », relate avec humour cette figure emblématique du basket rolivalois. 

                  Sur la place des Quatre Saisons, Jean-Louis Dethieux et sa femme Isabelle, tous les deux âgés de 58 ans, partagent la même passion pour la photo. « Nous espérons que 2021 signera la fin du coronavirus et que nous pourrons reprendre notre travail et vivre normalement », confient ces Rolivalois originaires de Bourgogne. Depuis quelques temps, ils ont créé leur entreprise de photographie : « On souhaite faire encore plus de photos mais aussi nous occuper de nos petits-enfants et profiter de la vie. Nous ne sommes pas à plaindre ! », ajoutent-ils. Une heureuse nouvelle viendra embellir 2021 : l’arrivée de deux nouveaux petits-enfants prévus pour la fin mars. « On souhaite qu’ils arrivent en bonne santé et on souhaite à tout le monde de la réussite, la santé et plein de bonheur pour cette année à venir ». 

                  Du côté de l’ancien collège Pierre Mendès France, Audrey Barber, 31 ans, clerc de notaire à Saint-Étienne-du-Rouvray et résidente de Val-de-Reuil depuis plus de 15 ans, souhaite également voir ce virus disparaître de la circulation. « J’aimerais, un peu comme tout le monde, retrouver une situation à peu près normale. Que l’on puisse vivre et travailler dans de bonnes conditions », annonce-t-elle. Ses envies pour l’année à venir : «Mes résolutions, elles sont simples : reprendre le sport suite à mon accouchement, m’occuper de ma famille et profiter de la vie ». 

                  Des pensées partagées par grand nombre de Rolivalois qui abordent cette nouvelle année avec sourire et convivialité.

                   

                  Partagez :

                  Les porte-clés du bonheur !

                  Mary Babojian et Émeric Feuillolay, deux jeunes résidents du Foyer de Jeunes Travailleurs (FJT) de l’ESPAGES ont offert des porte-clés personnalisés à l’ensemble des seniors de l’ESPAGES.

                  Bien que la crise sanitaire a bousculé les habitudes de Noël pour cette année 2020, la solidarité et la convivialité demeurent. À l’ESPAGES, Mary Babojian et Emeric Feuillolay, deux résidents du Foyer de Jeunes Travailleurs (FJT) de l’établissement rolivalois ont décidé, pour Noël, de confectionner des porte-clés personnalisés, accompagnés d’un petit mot à l’attention de chaque résident senior. « Un jour, nous étions en train de discuter avec Émeric sur cette année qui a été compliquée pour tout le monde et surtout pour les personnes âgées qui ont été confinées pratiquement toute l’année », explique cette jeune femme de 31 ans originaire du Vénézuela. « Du coup, on s’est dit : pourquoi ne pas leur faire un petit cadeau ? C’est comme ça que l’idée de faire des porte-clés personnalisés est née ». Les deux amis ont commandé une quarantaine de porte-clés ainsi que des marqueurs permanents afin de pouvoir customiser ces derniers. « Ça a dû nous prendre trois jours à peu près. Sur chaque porte-clé, nous avons écrit leur prénom, fait des petits dessins, avant de les mettre dans des petites pochettes cadeaux accompagnées d’un petit mot pour leur souhaiter de joyeuses fêtes », ajoute Émeric, âgé de 28 ans. « Puis le soir de Noël, nous nous sommes rendus chez chacun des résidents pour leur remettre notre petit cadeau ». 

                  Des seniors ravis

                  Cette attention n’a pas manqué de ravir les seniors de l’ESPAGES comme le témoigne Josette Daniel, 74 ans. « J’étais très heureuse de voir Émeric et Mary m’apporter leur porte-clés sur lequel est inscrit « Donne à chaque jour la chance de devenir le plus beau jour de ta vie ». J’ai trouvé ça très gentil, ça m’a fait chaud au cœur », explique Josette qui n’a pas pu voir sa fille, qui vit aux États-Unis. « C’est une forme de réconfort de voir que quelqu’un pense à nous. Je les remercie beaucoup, leur souhaite d’être heureux et que cette année qui arrive leur procure beaucoup de bonheur ». Tous ravis, les seniors de l’ESPAGES n’ont pas manqué de remercier chaleureusement les deux jeunes pour leur belle initiative et plus globalement l’ensemble des jeunes résidents de l’ESPAGES. « Tous les jeunes du FJT se sont montrés très attentionnés envers nos seniors », précise Christine Lebrun, la directrice de l’établissement. « Certains ont fait des crêpes, tandis que d’autres ont proposé leur aide. Chacun a fait comme il a pu, soit en disant bonjour soit en ayant des petites attentions au quotidien ».  

                  Des attentions qui ont permis à chacun des résidents de trouver un peu de joie et de réconfort en ce Noël si particulier.

                   

                  Partagez :

                  Vous êtes sans connexion