Étiquette : solidarité

Z-Addict : Zumba Party – « Jungle Safari »

L’association Z-addict propose de concilier sport, convivialité, bien-être et solidarité à l’occasion de sa Zumba Party « Jungle Safari », le samedi 18 juin, de 18h30 à 21h30 au gymnase du Parc de Val-de-Reuil. L’intégralité des fonds sera reversée au profit de l’association l’Oiseau Bleu.

Réservation : https://www.billetweb.fr/zumba-jungle-safari
Rens. au 06 16 28 40 93
Page Facebook : https://www.facebook.com/groups/1629163727360267

Partagez :

Solidaire avec l’Ukraine : venez déposer vos dons !

Depuis hier après-midi, un centre de collecte de dons en faveur du peuple ukrainien a ouvert ses portes au 101 rue Grande. Un élan de générosité incroyable a démarré dans la commune nouvelle.

Vêtements, nourriture, médicaments, accessoires pour animaux… Depuis hier après-midi, des dizaines de bénévoles se démènent pour trier et conditionner les dons généreusement offerts par les Rolivalois et habitants des communes alentours. Une mobilisation incroyable pour aider le peuple Ukrainien. 

« Un petit don peut avoir un énorme impact !”

Depuis plus d’une semaine, la Ville de Val-de-Reuil se mobilise sans relâche pour exprimer sa solidarité aux Ukrainiens. Après une cérémonie riche en émotion mardi dernier et l’accueil d’une famille de réfugiés vendredi, la municipalité a mobilisé ses forces dans l’ouverture d’un lieu unique dédié à la collecte de matériel et de produits de première nécessité destinés au peuple ukrainien et aux personnes déplacées.

Situés au rez-de-chaussée du 101, rue Grande, ces locaux, facilement accessibles, ont été aménagés ce week-end par les équipes de la Mairie pour permettre de centraliser, trier et conditionner les dons des habitants. Des jeunes, des moins jeunes, certains Rolivalois, d’autres des villes extérieures, des bénévoles sont nombreux à donner un coup de main.  Animées par le Collectif Vivre Ensemble, une dizaine d’associations locales et extérieures de la Ville ont pu trouver un lieu commun afin de mutualiser leurs initiatives diverses. “Beaucoup d’associations, de personnalités ou encore d’infirmières se sont rapprochés de nous au moment du rassemblement du mardi 1er mars. Nous avons pris la décision d’initier une démarche solidaire et fédérer tous les acteurs locaux pour aider le peuple Ukrainien. De cette rencontre est né le « Collectif Lesia pour l’Ukraine », Lesia étant une jeune Ukrainienne dont le témoignage nous a tous beaucoup émus”, explique Nadia Benamara, présidente du Collectif derrière une pile de vêtements chaleureusement donnés par une famille rolivaloise. Un acte de solidarité essentiel pour Nadine et sa fille Samy : “Lundi, on a filé acheter du matériel médical et des conserves au magasin le plus proche  ! C’est une belle initiative !”  

Vers 18h30, Marion, une Lovérienne vient d’arriver avec 5 sacs pleins de vêtements pour enfants : “J’avais énormément de choses à donner. C’est comme aider n’importe qui, comme je fais à longueur d’année, si chacun peut faire comme moi, ce serait génial ! Un petit don peut avoir un énorme impact !”

Bénévoles en action

Un peu plus loin, au milieu des sacs, Vincent est en plein tri. Ce Rolivalois n’a pas hésité une minute à donner de son temps libre et s’est porté bénévole au centre de collecte : “Dès que j’ai vu le post sur Facebook j’ai tout de suite contacté le collectif. J’étais en vacances, c’est une façon de faire un geste pour l’Ukraine !” Même s’il reprendra le travail la semaine prochaine, ce bénévole reviendra le soir pour aider à trier et collecter les dons. Dans la pièce d’à côté, Shannon range les boites de médicaments sur des étagères. Devant elle, des centaines de produits médicaux attendent d’être triés et étiquetés. “Ça me fait plaisir de me donner à fond et exprimer mon soutien à ces personnes. Je vais continuer de trier chez moi et faire le  transfert de dons avec le CHU de Rouen” , explique la Rolivaloise accompagnée d’une dizaine de petites mains dans chaque “rayon”. Depuis hier, plusieurs tonnes de produits de première nécessité ont été collectées !

Un premier convoie en direction de Sztum 

En fin de semaine, les dons seront affrétés jusqu’à la frontière entre la Pologne et l’Ukraine. La Ville prendra à sa charge le transport et l’acheminement du matériel. Une centaine de familles réfugiées pourront recevoir les dons collectés tout au long de cette semaine. Un prochain convoi partira la semaine suivante avec le reste des provisions.

Le centre de collecte est ouvert tous les jours de 16h00 à 19h00 jusqu’au 18 mars au 101 rue Grande, 27100 à Val-de-Reuil.

Vous souhaitez rejoindre le réseau des bénévoles et participer au tri des produits collectés ? Manifestez-vous auprès du collectif Vivre Ensemble en écrivant à vivrensemblevdr@gmail.com ou en vous présentant au centre de collecte.

Retrouvez la liste des produits recherchés ci-dessous : 

LISTE DES BESOINS PRIORITAIRES : Fournitures pour bébés (lait maternisé en poudre, petits pots, couches), produits d’hygiène (dentifrice et brosses à dent, gel douche, shampoing, savon, dentifrice, brosses, serviettes hygiéniques, coton, serviettes en papier, masques réutilisables et jetables), denrées alimentaires (conserves, lait en poudre, biscuits secs, pâtes, café soluble, chocolat poudre, eau, barres énergétiques, fruits secs, noix, conserves, pâtes, vermicelles, céréales, compotes en gourde), matériel de soins (bandages, pansements, médicaments grippaux, rhumes, antidouleur, antiseptique, alcool médical), vêtements, équipements divers (tentes, couvertures thermiques de survie, plaids, matelas, oreillers tentes, sacs de couchage, lits de camp et réchauds, serviettes en microfibre, sets de vaisselle réutilisables, piles, bougies, lampe-torches.

 

Partagez :

Solidarité avec le peuple Ukrainien : Ouverture d’un centre de collecte de dons

  Du 8 au 18 mars, un centre de collecte de dons ouvre ses portes au 101 rue Grande, de 16H à 19H.

La collecte commence. Depuis plusieurs jours, la Ville, à la demande de Marc-Antoine Jamet et de la municipalité, travaille à l’ouverture d’un lieu unique dédié à la collecte de matériel et de produits de première nécessité destinés au peuple ukrainien et aux personnes déplacées.

Choisis pour leur accessibilité, ces locaux, aménagés par les équipes de la Mairie, situés au rez-de-chaussée du 101, rue Grande, ouvriront leurs portes à partir de mardi. Ils permettront, grâce aux différents espaces de stockage disponibles, de centraliser, trier et conditionner les dons qui, dès la semaine prochaine, seront affrétés par la Ville jusqu’à la frontière entre la Pologne et l’Ukraine. La Ville prendra à sa charge le transport et l’acheminement du matériel. Animé par le collectif Vivre Ensemble, qui assurera la coordination des bénévoles et fédèrera autour de lui l’ensemble des initiatives individuelles ou collectives, le centre sera ouvert tous les jours de 16h00 à 19h00. Il recevra les dons collectés par les particuliers, les associations ou les entreprises.

Rolivalois, habitants des communes voisines, vous souhaitez rejoindre le réseau des bénévoles et participer au tri des produits collectés ? Manifestez-vous auprès du collectif Vivre Ensemble en écrivant à vivrensemblevdr@gmail.com ou en vous présentant au centre de collecte à partir de mardi après-midi. 

LISTE DES BESOINS PRIORITAIRES : Fournitures pour bébés (lait maternisé en poudre, petits pots, couches), produits d’hygiène (dentifrice et brosses à dent, gel douche, shampoing, savon, dentifrice, brosses, serviettes hygiéniques, coton, serviettes en papier, masques réutilisables et jetables), denrées alimentaires (conserves, lait en poudre, biscuits secs, pâtes, café soluble, chocolat poudre, eau, barres énergétiques, fruits secs, noix, conserves, pâtes, vermicelles, céréales, compotes en gourde), matériel de soins (bandages, pansements, médicaments grippaux, rhumes, antidouleur, antiseptique, alcool médical), vêtements, équipements divers (tentes, couvertures thermiques de survie, plaids, matelas, oreillers tentes, sacs de couchage, lits de camp et réchauds, serviettes en microfibre, sets de vaisselle réutilisables, piles, bougies, lampe-torches.

Partagez :

Solidarité avec l’Ukraine : une famille de réfugiés accueillie à Val-de-Reuil

Après avoir fui Odessa, une ville au sud de l’Ukraine, une famille a trouvé refuge à Val-de-Reuil. Rencontre.

Terre d’accueil, la Ville de Val-de-Reuil n’a pas attendu une seule seconde pour accueillir le 1er mars une famille de réfugiés ukrainiens. Soulagés, ils sont hébergés à l’Espages et sont accompagnés par les services sociaux municipaux ainsi que les associations du secteur. Ils racontent leur périple pour quitter leur pays.  

Un trajet interminable 

Depuis le début de la semaine, plus de 1 000 réfugiés ukrainiens ont rejoint la France pour échapper au conflit entre la Russie et l’Ukraine. Volontaire, solidaire, la Ville a déjà fait le choix d’accueillir une famille d’exilés. Comme elle l’avait fait cet été en ouvrant ses bras à 20 réfugiés afghans ou encore aux 50 Syriens en 2015. “Ils sont venus nous voir en début de semaine, on a tout de suite sollicité les équipes de l’Espages pour leur trouver un logement, ils ont passé une nuit chez la cousine de monsieur qui habite ici ”, signale Sonia Rossignol, la directrice du CCAS rolivalois. 

Avant d’arriver dans leur F3, la petite famille a dû passer par un chemin interminable, semé d’embûches. “On était couchés dans notre lit quand on a entendu 2 bombes à 5 heures du matin. On a tout de suite pris le strict nécessaire et nous sommes partis de chez nous en direction de la gare la plus proche”, raconte Anna (Gana en Ukrénien)  Bangolira avec son fils de 3 ans Mohamed dans les bras. Un départ précipité, le 25 février, de leur ville Odessa située au sud de l’Ukraine.  Laissant derrière eux sœur, fils, père, mère… Lui est entraîneur de foot, elle travaillait dans le commerce. Ils n’auraient jamais imaginé vivre cette situation : “on menait une vie normale dans un pays tranquille. Personne n’était prêt pour partir…”  Arrivé à la gare, le couple a vite constaté que leur voyage n’allait pas être aussi facile. La première étape était de se rendre à Lviv afin de se rapprocher de la frontière Polonaise. “Beaucoup de trains étaient annulés, on a dû rester au moins une journée pour avoir un train. Ils arrivaient toutes les heures donc il ne fallait pas les louper. Les gens se piétinaient, c’était très stressant” , se souvient Youssouf dans un Français parfait. Ce Guinéen de naissance vivait depuis 13 ans en Ukraine. Le couple s’est vite perdu au milieu de la foule et n’a pas pris le même train. “Nous sommes restés plus de 14h à l’arrêt au lieu de 2h dans le train pour arriver à la frontière. Sans toilettes, debout, tous collés en ayant des complications pour respirer. C’était horrible !” se remémore Anna qui était seule sans son mari et son fils. 

27h de route jusqu’à Paris 

Une fois à Przemysl en Pologne, le couple se retrouve sur le quai. À l’extérieur, la solidarité et l’entraide étaient de plus en plus fortes, les habitants du coin venaient à leur rencontre pour leur donner des couvertures et de la nourriture. Après quelques vérifications d’identité à la douane, la famille n’avait qu’une chose en tête : rejoindre la France. “J’ai une cousine très éloignée qui habite à Val-de-Reuil. J’avais retrouvé un peu de réseau donc je l’ai appelé. On a ensuite vite trouvé un bus pour Paris”, explique Youssouf qui a gardé les billets dans sa poche.  Après 27 heures de route, le couple arrive à Paris le 1er mars à 14h30 avant de reprendre un train en direction de la commune nouvelle pour passer la nuit chez leur cousine rolivaloise. 

“Ils font tout ce qu’ils peuvent, c’est vraiment parfait” 

Pour ne pas la déranger plus longtemps, ils toquent à la porte de la mairie jeudi matin pour une prise en charge directe, bienveillante et rapide des services municipaux. En plus d’un logement meublé, la petite famille peut compter sur les assistantes sociales du CCAS afin de les accompagner dans les démarches administratives. “Lundi, ils ont un rendez-vous avec France Terre d’Asile ainsi que l’aide médicale d’état pour l’accès aux soins”, précise Sonia Rossignol qui a mobilisé les associations partenaires de la Ville comme le CIDFF pour les vêtements, des kits d’hygiène ou encore des draps et des serviettes. La Ressourcerie l’Abri s’est proposée pour fournir des équipements électroménagers manquants comme un téléviseur qui leur sera donné la semaine prochaine. Une grande quantité de nourriture, des bons alimentaire a également été mise à disposition de la famille et un accès au wifi sera activé dans le week-end. « Ils font tout ce qu’ils peuvent, c’est vraiment parfait. On dort bien, on mange bien » ,remercient-ils en chœur. 

Sereins, ils vont maintenant se reposer et réfléchir à leur avenir dans leur nouvelle ville.

Partagez :

Epireuil : débat publique autour de la précarité alimentaire

Epireuil participe à la consultation citoyenne proposée par le Conseil national de l’alimentation  en invitant tous les Rolivalois et habitants des communes environnantes à un débat le 8 mars prochain autour de la question “Que faut-il faire pour que chaque personne ait un accès digne à une alimentation suffisante et de qualité ?”

Une opportunité de faire entendre votre voix à l’échelle Nationale et de communiquer les attentes et les préoccupations sur notre territoire sur ce sujet !

Rendez-vous le 8 mars de 9h à 11H30 à la MJA (maison de la jeunesse et des associations) Place des Chalands de #valdereuil.

Réservation conseillée au 02 32 50 57 98 .

Partagez :

Les Gazelles reviennent du Népal !

L’association G comme Gazelles s’est envolée l’automne dernier pour participer à la course solidaire de la Gazelle au Népal. Pendant 10 jours, ces 4 aventurières ont distribué 120 kg de fournitures scolaires aux écoliers du pays.

Les 4 gazelles reviennent la tête pleine de souvenirs. En octobre, elles ont enfin livré les 120 kilos de fournitures scolaires qu’elles ont récoltés depuis 2 ans. Pendant 10 jours, elles ont participé à la Gazelle au Népal, une course humanitaire, 100% féminine. 

“C’était un séjour unique qui laissera des souvenirs inoubliables” 

Pendant plus d’un an, elles ont collecté des centaines de kilos de fournitures données par des associations, habitants, entreprises et collectivités de la Ville et ses environs.

De Bhaktapur à la chaîne de l’Himalaya en passant par le lac de Begnas et le lac Pokhara, les aventurières ont vu du paysage ! Chaque jour, les gazelles ont parcouru plus de 10 kilomètres pour atteindre une école. Le petit déjeuner était servi à 7h. Ensuite on partait courir vers une école. À l’arrivée, nous avions le droit à une cérémonie d’accueil organisée par les enfants et leurs professeurs , expliquent-elles les yeux remplis de souvenirs. Une expérience humaine qui les a mené dans plusieurs villes à la rencontre de plusieurs centaines d’habitants.Nous sommes très contentes d’avoir donné le meilleur de nous-mêmes sur chaque course et d’avoir profité de tous ces beaux paysages, de l’accueil chaleureux et dansant des enfants dans les écoles. Une aventure inédite, un terrain incroyable, des paysages époustouflants, des enfants souriants…Un séjour unique qui laissera des souvenirs inoubliables”, souligne Stéphanie Dumont Ginfray.

Leur mission achevée, les quatre aventurières projettent de raconter leur voyage aux enfants des écoles du département pour les sensibiliser à travers leur récit, un film et les photos prises tout au long de leur séjour.

Un besoin plus élevé en pleine pandémie 

 Créée par quatre copines, l’association G comme Gazelle a vu le jour bien avant la pandémie, le 8 janvier 2019. “Une de nos amies, Delphine, avait participé à la même course en 2018, mais seule. On s’est dit, pourquoi ne pas se lancer ensemble dans cette aventure en collectant des fournitures scolaires pour les écoles Népalaises !” se rappellent-elles.  En plus des ciseaux, crayons, trousses ou encore cahiers, les quatre amies ont dû lever des fonds pour leur voyage, une partie a été reversée aux orphelinats du pays. “On a lancé une cagnotte en ligne, on a eu des subventions de plusieurs entreprises, des excédents d’associations ainsi qu’une subvention de la Ville de 1 000 euros. On a voulu faire un maximum de choses à Val-de-Reuil. Cet argent a servi à aider les enfants qui n’ont pas de parents” , concluent les deux rolivaloises en notant que le COVID-19 n’a pas arrangé le pays : Nous étions le premier groupe à être revenu au Népal depuis la pandémie. Ils n’ont pas cessé de nous dire combien notre absence en 2020 avait été difficile pour eux et de ce fait, nous étions très attendues.

Partagez :

Des dons de jouets solidaires

Une nouvelle association vient d’arriver à Val-de-Reuil ! Depuis juin, une Rolivaloise se démène pour venir en aide aux enfants des personnes dans le besoin. 

Toutes les semaines, Laetitia Leconte parcourt la région à la recherche de jouets en tous genres : poupées, puzzles, légos, livres, peluches… Son objectif ? Les récolter pour les donner aux personnes qui sont dans le besoin. Une main sur le cœur, un dévouement personnel qu’elle exprime à travers “Jouet encore”,  l’association qu’elle a montée l’été dernier. 

“J’ai toujours voulu aider” 

Chez elle, une pièce est dédiée aux dons qu’elle reçoit de particuliers, d’entreprises ou d’écoles. “J’ai toujours eu la fibre d’aider, je le faisais déjà avant de monter l’asso. Quelquefois, j’achète des jouets dans des ressourceries ou des brocantes. J’ai toujours voulu aider, c’est une idée que j’avais depuis longtemps”, lance la bénévole qui consacre une bonne partie de son temps à traverser la ville et les communes environnantes. Une fois récoltés, les jouets sont inspectés par l’œil expert de Laetitia qui favorise au maximum la réutilisation : “S’il y a des réparations, je le fais, si des pièces manquent, je les mets de côté pour un autre jeu. Le but est de ne pas jeter un seul don.” 

La Rolivaloise les offre ensuite aux familles suivies par les services sociaux communaux ainsi qu’aux centres de loisirs, aux crèches et récemment aux familles afghanes arrivées à Val-de-Reuil en juillet dernier. “Ça me fait du bien de faire du bien, donner c’est agir ! ” souligne l’engagée qui organise une bourse aux jouets tous les ans : “Je continue cette Bourse jusqu’à fin décembre, sur rendez-vous. L’intégralité de la recette sera reversé dans l’achat de jouets neufs pour des enfants démunis.”

Une main sur le cœur qui attend vos dons ! 

Association Jouet Encore 

Pour prendre rendez-vous ou donner : 06 30 03 29 76 

www.facebook.com/jouetencore 

 

Partagez :

Les Gazelles s’envolent pour le Népal !

Reportée pour cause de COVID-19, l’association G comme Gazelles partira le 24 octobre pour participer à la course solidaire de la Gazelle au Népal. Pendant 10 jours, ces 4 aventurières distribueront 120 kg de fournitures scolaires aux écoliers du pays.

Elles n’y croyaient pas. À la dernière minute, les 4 gazelles ont appris qu’elles pourront enfin partir livrer les 120 kilos (30 kg chacune selon le poids accepté dans l’avion) de fournitures scolaires qu’elles ont récoltés depuis deux ans. Pendant plus d’une semaine, elles participeront à la Gazelle au Népal, une course humanitaire, 100 % féminine. 

“Il y a un gros besoin à cause de la crise sanitaire” 

Leurs valises ne sont pas encore prêtes, leurs congés pas encore posés, mais les quatre coureuses ont déjà la tête au Népal. Créée par cinq copines, l’association G comme Gazelles a vu le jour bien avant la crise sanitaire, le 8 janvier 2019. “Une de nos amies, Delphine, avait participé à la même course en 2018, mais seule. On s’est dit, pourquoi ne pas se lancer ensemble dans cette aventure en collectant des fournitures scolaires pour les écoles Népalaises !” se rappelle l’une des deux Rolivaloises, Stéphanie Dumont Ginfray. 

Pendant plus d’un an, elles ont collecté des centaines de kilos de fournitures données par des associations, habitants, entreprises et collectivités de la Ville et ses environs : “On a eu des dons des tricoteuses rolivaloises, des écoles, de SANOFI… Il y a même des habitants qui nous ont contactés suite aux articles de presse.” 

Une solidarité et une entraide qui ont permis de mener leur projet jusqu’à son terme, ou presque. “On devait partir en 2020, mais les vols aériens étaient complètement arrêtés. On avait un peu perdu l’espoir de partir, je ne pensais pas du tout qu’ils allaient nous contacter. On avait tout rangé dans le placard !” s’exclame Stéphanie Gasse, habitante du Cavé. 

Enfin, après de longs mois d’attente, les quadragénaires s’envoleront à Katmandou capitale économique du Népal vers les Annapurnas, de Pokhara, base de départ des expéditions himalayennes jusqu’à Bandhipur, haut lieu ancestral d’échanges commerciaux entre le Tibet, l’Inde et le Népal, pour parcourir 10 kilomètres par jour en direction d’une école du pays : “Cela peut paraître conséquent, mais après la crise sanitaire, le besoin est encore plus important. Il faut savoir que là-bas, si les enfants n’ont pas de matériel scolaire, ils n’ont pas accès à l’éducation. Nous allons dans des écoles où les enfants passent par les routes les plus dangereuses du monde.” 

7 jours, 7 écoles 

Chaque jour, les gazelles iront à la rencontre des enfants et de leurs enseignants. « On dort à l’hôtel, ensuite on prend le bus pour aller au point de départ et on court jusqu’à l’école pour livrer les fournitures, échanger avec eux et évidemment partager notre culture !” expliquent les deux rolivaloises qui ont hâte de partir pour cette course humanitaire. Une expérience humaine qui va les mener dans plusieurs villes à la rencontre de plusieurs centaines d’habitants : “C’est une mission, on n’est pas là pour faire du tourisme. Si on n’a pas assez de trousses ou de crayons on achètera sur place.” 

En plus des ciseaux, crayons, trousses ou encore cahiers, les quatre amies ont dû lever des fonds pour leur voyage, une partie sera reversée aux orphelinats du pays. “On a lancé une cagnotte en ligne, on a eu des subventions de plusieurs entreprises, des excédents d’associations ainsi qu’une subvention de la Ville de 1 000 euros. On a voulu faire un maximum de choses à Val-de-Reuil. Cet argent va servir à aider les enfants qui n’ont pas de parents” , concluent-elles le cœur serré de quitter leurs familles pendant deux semaines. 

Une fois leur mission achevée, les quatre aventurières viendront raconter leur voyage aux enfants des écoles du département pour les sensibiliser à travers leur récit, un film et des photos prises tout au long de leur séjour. 

Partagez :

La Croix-Rouge française vient à la rencontre des Rolivalois

Du 6 septembre au 2 octobre 2021, la Croix-Rouge Française viendra à la rencontre des habitants de Val-de-Reuil pour trouver de nouveaux soutiens réguliers.

La Croix-Rouge française lance une campagne de sensibilisation auprès du grand public. Durant cette
période, les équipes de l’association viendront à la porte des habitants de Val-de-Reuil pour leur présenter leurs actions menées pour soliciter de nouveaux soutiens réguliers et donateurs.

Porte-à-porte du 6 septembre au 2 octobre 2021

De 10h à 20h du lundi au vendredi et de 10h à 18h le samedi, les équipes de l’association viendront frapper aux portes des Rolivalois.
Par mesure de sécurité, ils seront identifiables grâce à un badge et une tenue aux couleurs de la Croix-Rouge. Chaque personne portera un badge de distanciation sociale et sera porteur d’une lettre de mandat de la Croix-Rouge française.

Un « Code de conduite » a été signé par chaque ambassadeur pour suivre les règles à suivre sur l’hygiène, la distanciation sociale et l’assainissement, basées sur les conseils les plus récents du gouvernement. Ces consignes seront régulièrement révisées pour s’assurer qu’elles sont conformes aux meilleures pratiques actuelles.

Qu’est ce qu’un don solidaire régulier ?

Ponctuel ou régulier, le don vous permet d’exprimer votre engagement et votre générosité, en aidant une cause qui vous tient à cœur. Faire des dons solidaires réguliers à la Croix-Rouge française revient à vous engager durablement aux côtés de l’association.

Secourisme, lutte contre la précarité et l’exclusion, aide alimentaire, matérielle et sanitaire pour les personnes les plus démunies, accompagnement et soins aux personnes âgées et en situation de handicap… Les dons permettent de mener à bien toutes leurs missions, qu’il s’agisse de prévention des risques, d’aide aux plus démunis ou de protection des plus vulnérables.

La Croix-Rouge plus de 157 ans de solidarité

Depuis toujours, la Croix-Rouge française s’engage sur tous les fronts pour prévenir et apaiser les souffrances : aide alimentaire et vestimentaire, samu social, lutte contre l’isolement des personnes âgées, Haltes Répit Détente, Alzheimer, postes de secours, Croix-Rouge sur Roues (dispositif mobile d’accompagnement social), actions à l’international… Toujours reconnues parfois aussi méconnues, les actions menées au quotidien par la Croix-Rouge au sein de ses 1 000 unités locales par ses 60 000 bénévoles sont multiples et très étendues.

Partagez :

Un festin à la porte des séniors

Pour ne pas rompre la tradition, le banquet du 8 mai s’est transformé en livraison à domicile ! Pendant ces deux prochaines semaines, des élus et agents municipaux sillonnent la ville pour offrir près de 1 000 repas aux séniors rolivalois. Reportage.

Mardi et mercredi matin, les séniors ont eu la surprise de découvrir un colis bien garni sur le pas de leur porte. Crise sanitaire oblige, le traditionnel banquet du 8 mai a été annulé. La municipalité a donc décidé de s’adapter en venant à la rencontre des séniors rolivalois pour leur offrir près de 1 000 colis raffinés. « Chaque année, à l’issue de la cérémonie du 8 mai, nous nous retrouvons lors d’un repas festif prolongé par un après-midi agrémenté de spectacles et d’un bal dansant. Comme moi, je sais que nos séniors sont très attachés à ce rendez-vous. Malheureusement, il était prématuré de se réunir. C’est pourquoi nous avons pris la décision de venir directement à leur domicile, leur remettre un coffret-repas », explique Marc-Antoine Jamet.

Poulet ou poisson

Dès 8h30, les glacières étaient déjà prêtes à être embarquées du stade Jesse Owens. Dans les colis confectionnés par un traiteur de renommée, on retrouve un repas gourmand mêlant des plaisirs salés et sucrés adaptés aux régimes alimentaires de nos aînés. « Chacun nous a dit ses préférences et on s’est adapté. Il y a des colis avec du poisson et d’autres avec du poulet. Au total plus de 970 personnes seront livrées ces quinze prochains jours », explique Christine Lebrun, directrice de l’ESPAGE.

Après quelques vérifications et un dernier point sur les adresses présentes sur la carte, trois équipes montent dans des véhicules utilitaires floqués au logo de Val-de-Reuil  afin  de  débuter  la  livraison  des  coffrets.

À bord, on retrouve Christian Avollé, adjoint en charge du cadre de vie et Jean-Claude Garcon, agent au service des sports.

« Il y a beaucoup de personnes âgées seules. Notre visite est quelquefois la seule de la semaine, ils nous attendent avec impatiente » souligne Jean-Claude au volant. Un dernier virage et les deux livreurs de bonheur se garent rue Jeune.

 


Un rayon de soleil matinal

Comme pour les colis de Noël, les équipes suivent un listing avec les adresses et les numéros des séniors.  « J’aime beaucoup participer aux opérations de livraison, on rencontre les gens, on apprend à les connaitre, on échange avec eux sur tout un tas de sujets. C’est un rayon de soleil qui arrive au bon moment ! «  s’exclame Christian avec deux glacières noires dans les bras. Le premier rolivalois de la matinée à recevoir son colis est Michel Pierru. Le duo toque deux fois à sa porte et le retraité ouvre tout enchanté : « C’est très gentil, même s’il n’y a pas de fête, ça fait plaisir de recevoir ce repas ici. On va le déguster ce soir je pense, j’en salive déjà ! » 

 

Après quelques échanges, il est temps de changer de rue et de monter quelques marches dans un immeuble de la rue Boréale. Fabienne Denuzamti vient de sortir de son lit pour recevoir son colis qu’elle attendait avec impatience : « Je vais le manger ce midi. J’ai hâte de goûter ! » Cette Rolivaloise a choisi de prendre le poisson, Christian lui confirme qu’elle ne sera pas déçue : « Vous allez voir, il est délicieux ! » 

Un peu plus haut, voie Marelle, le duo sonne à la grille d’une maisonnette au jardin rempli de fleurs printanières. Bernard Boudier vient de rentrer de courses et les accueille avec sa femme sur le seuil de leur porte. « On espère pouvoir tous se retrouver l’année prochaine ! » glisse le couple qui ironise sur la météo :  » on ne va pas pouvoir le manger en terrasse mais le coeur y est ! »

« Le champagne est au frais »  

Rue septentrion, dans le couloir d’un immeuble, deux voisins discutent tranquillement. « Vous êtes en avance ! » s’exclament les deux séniors en donnant leurs noms de famille. « C’est une bonne alternative. Même si on fait pas la fête, on est gâté », lance Danièle Luce en prenant son repas composé de saumon fumé, d’un dos de cabillaud et d’un crumble au chocolat, qu’elle projette de déguster avec Loïc Le Guennec le Garrec, son voisin de palier : « On va manger ensemble, on a le champagne au frais !  » 

Deux portes plus loin, Luisa Ibanez vient de se réveiller. Le plaisir est immense quand elle ouvre la porte de son appartement : « C’est gentil de penser à nous, ça fait chaud au coeur dans ses moments difficiles pour tous. »

Jusqu’à la pause-déjeuner, les livraisons de repas se sont enchainées avec des échanges uniques et des sourires complices !

Les prochaines livraisons de 9h00 à 12h00 :

  • Jeudi 27 mai : Voie blanche
  • Vendredi 28 mai : Eco Quartier et les Coteaux
  • Lundi 31 mai : La Dalle
  • Mardi 1er juin : Rue Courtine jusqu’à Léo Lagrange
  • Mercredi 2 juin : Louise Michel jusqu’à la voie de Bas
  • Jeudi 3 juin : Quartier de la Trésorerie
  • Vendredi 4 juin : Cave et Rives de l’Eure

Si vous ne pouviez pas être présent ou si un rendez-vous vous obligeait à vous absenter momentanément au cours de cette journée, l’équipe de l’Espages, se fera un plaisir de vous répondre au 07.61.73.34.88 (entre 8h30 et 18h00) ou par mail à seniors@valdereuil.fr, afin que votre colis puisse vous êtes remis à la date et à l’heure qui vous convient.

 

Partagez :

ÉPIREUIL s’agrandit !

Les locaux d’EPIREUIL viennent de s’élargir. Près de 170 m2 en plus qui permettront à l’association d’agrandir l’épicerie et de consacrer une partie de l’agrandissement aux animations et à l’installation d’un point conseil budget  !

Installée depuis 2007 sur la Place aux Jeunes, l’association EPIREUIL bouge les murs…. ou presque en reprenant l’ancien local de l’inspection de l’Education Nationale. Un espace de plus consacré aux animations, à l’administration et à l’accompagnement financier des Rolivalois !

Une plus grande épicerie avec des fruits et légumes mis en avant

« On va devenir un vrai magasin », se réjouit Natacha Patte, directrice de l’association. Ces mètres carrés en plus permettront à l’organisme social et solidaire d’élargir les rayons de l’épicerie pour aérer la pièce : « On va faire une réfection des murs et des sols pour rafraîchir l’épicerie. Ensuite, la cuisine, qui est actuellement à l’entrée, va basculer dans les nouveaux locaux. Cela va nous permettre de faire des rayons bien définis en mettant en avant nos points fort tels que les fruits et les légumes. »  Des étalages de produits plus agréables et espacés pour devenir un véritable magasin. Cette nouvelle disposition sera effective (sous réserve de la situation sanitaire) en août prochain.  Un ilot de démonstration va également être disposé à l’accueil avec un micro-onde pour donner envie aux bénéficiaires de préparer des petits plats minute.

Administration et point conseil budget

En plus du côté administratif, le nouveau local accolé à l’épicerie sera consacré aux ateliers et aux animations proposées par EPIREUIL. « On doit terminer les travaux, et si la situation le permet, nous reprendrons les ateliers cuisine qui va être le cœur du local. D’autres animations seront proposées comme de la sophrologie qu’on teste en ce moment », explique la directrice de l’association. Un point conseil budget va aussi prendre place dans le local. Il permettra à tous les Rolivalois d’être accompagné dans leurs soucis ou leurs projets financiers. L’association a reçu la labellisation de la préfecture en début d’année, des permanences seront mises en place : « Le but est de faire un accompagnement adapté, on pourra évaluer la situation de chacun, si la personne a des dettes par exemple. On pourra fixer des objectifs et les suivre dans leurs difficultés ou projet. » Un service totalement gratuit qui sera effectif cet été !

Chaque année, la ville de Val-de-Reuil verse à  ÉPIREUIL 45 000 euros pour aider cette association rolivaloise qui permet l’accès à des produits alimentaires à moindre coût aux plus précaires tout en proposant des ateliers d’animation et de création ouverts à tous les habitants pour favoriser les liens sociaux et le vivre-ensemble.

Plus de renseignements : 

EPIREUIL

Place aux jeunes 27100 Val-de-Reuil

02 32 50 57 98

Partagez :

La Rolivaloise 2021 virtuelle et connectée !

C’est le rendez-vous incontournable du mois de mars. La Rolivaloise 2021 se termine le 28 mars ! Un challenge solidaire au profit de la lutte contre cancer du sein, réinventé en virtuel et connecté. Une première qui a séduit les participantes. Avec les témoignages de Rachida Dordain adjointe au maire chargée des sports, Stéphanie Ginfray Dumont, Nadine Rousselin, Françoise Roguë, Asma Nassili, Badera Ouali, Joëlle Pollet et Isabelle Maximilien.

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

Partagez :

Cérémonie des vœux 2021 de Marc-Antoine Jamet et de la municipalité

Pour une année belle et meilleure à Val-de-Reuil

Cérémonie des vœux 2021 de Marc-Antoine Jamet et de la municipalité

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

Partagez :

Les porte-clés du bonheur !

Mary Babojian et Émeric Feuillolay, deux jeunes résidents du Foyer de Jeunes Travailleurs (FJT) de l’ESPAGES ont offert des porte-clés personnalisés à l’ensemble des seniors de l’ESPAGES.

Bien que la crise sanitaire a bousculé les habitudes de Noël pour cette année 2020, la solidarité et la convivialité demeurent. À l’ESPAGES, Mary Babojian et Emeric Feuillolay, deux résidents du Foyer de Jeunes Travailleurs (FJT) de l’établissement rolivalois ont décidé, pour Noël, de confectionner des porte-clés personnalisés, accompagnés d’un petit mot à l’attention de chaque résident senior. « Un jour, nous étions en train de discuter avec Émeric sur cette année qui a été compliquée pour tout le monde et surtout pour les personnes âgées qui ont été confinées pratiquement toute l’année », explique cette jeune femme de 31 ans originaire du Vénézuela. « Du coup, on s’est dit : pourquoi ne pas leur faire un petit cadeau ? C’est comme ça que l’idée de faire des porte-clés personnalisés est née ». Les deux amis ont commandé une quarantaine de porte-clés ainsi que des marqueurs permanents afin de pouvoir customiser ces derniers. « Ça a dû nous prendre trois jours à peu près. Sur chaque porte-clé, nous avons écrit leur prénom, fait des petits dessins, avant de les mettre dans des petites pochettes cadeaux accompagnées d’un petit mot pour leur souhaiter de joyeuses fêtes », ajoute Émeric, âgé de 28 ans. « Puis le soir de Noël, nous nous sommes rendus chez chacun des résidents pour leur remettre notre petit cadeau ». 

Des seniors ravis

Cette attention n’a pas manqué de ravir les seniors de l’ESPAGES comme le témoigne Josette Daniel, 74 ans. « J’étais très heureuse de voir Émeric et Mary m’apporter leur porte-clés sur lequel est inscrit « Donne à chaque jour la chance de devenir le plus beau jour de ta vie ». J’ai trouvé ça très gentil, ça m’a fait chaud au cœur », explique Josette qui n’a pas pu voir sa fille, qui vit aux États-Unis. « C’est une forme de réconfort de voir que quelqu’un pense à nous. Je les remercie beaucoup, leur souhaite d’être heureux et que cette année qui arrive leur procure beaucoup de bonheur ». Tous ravis, les seniors de l’ESPAGES n’ont pas manqué de remercier chaleureusement les deux jeunes pour leur belle initiative et plus globalement l’ensemble des jeunes résidents de l’ESPAGES. « Tous les jeunes du FJT se sont montrés très attentionnés envers nos seniors », précise Christine Lebrun, la directrice de l’établissement. « Certains ont fait des crêpes, tandis que d’autres ont proposé leur aide. Chacun a fait comme il a pu, soit en disant bonjour soit en ayant des petites attentions au quotidien ».  

Des attentions qui ont permis à chacun des résidents de trouver un peu de joie et de réconfort en ce Noël si particulier.

 

Partagez :

Les aides à domicile participent au projet de vie des Rolivalois

Elles sont une quarantaine à intervenir sur la ville pour aider les séniors et les personnes en situation de handicap dans leur quotidien. Les aides à domicile de l’ASI veillent sur la santé des bénéficiaires en lien avec le corps médical. Rencontre.

Prévenir, préserver, créer du lien… Les aides à domicile de l’ASI (Association de services intercommunale) ont plusieurs casquettes pour mener à bien leurs missions. 7 jours sur 7 une centaine de Rolivalois en perte d’autonomie font appel à leurs services pour poursuivre leur vie au sein de la société.

Le bras d’appui qui complète les services de santé 

« Sans aide à domicile, les personnes âgées et en situation de handicap seraient marginalisées, elles construisent un projet de vie avec eux », affirme la directrice de l’ASI, Louisa Belaggoune. Pas moins de trois cents personnes bénéficient des services de l’association, qui gère quarante-trois employés dans les cantons de Val-de-Reuil, Pont-de-l’Arche, Louviers Nord et Louviers Sud, soit trente cinq communes. Depuis 1984, cette structure est un appui social qui ne cesse de croître avec trois nouvelles recrues. Entre portage de repas, toilette, nursing, prise de médicaments, lien social ou encore ambassadrices des campagnes de sensibilisation telles que la grippe, les aides à domiciles sont de véritables mines d’or pour les familles et les personnes aidées. Même en pleine crise sanitaire, l’adaptation s’est vite mise en place: « On est au coeur de la crise, depuis le début, on a mis en place toutes les précautions bien avant le premier confinement. On est en lien avec tous les acteurs locaux, médecins, assistants sociaux, mairies… »  Pour éviter les brassages, les auxiliaires de vie disposent de leur planning en ligne et privilégient au maximum le nettoyage des zones de contact sur le terrain. « Elles s’érigent en ambassadrice pour le public vulnérable » souligne Louisa fière de porter la voix de ses actions sociales au coeur de la ville depuis maintenant 18 ans.

« Quand je vois les gens heureux, je suis heureuse ! Comme ça, quand je rentre chez moi, j’ai l’esprit tranquille »

Karine Richard vient d’arriver devant les locaux de l’ASI. Cette aide à domicile exerce son métier depuis 32 ans. En vélo ou à pied, elle sillonne les rues rolivaloises avec son manteau fluo et son bonnet de père Noël. « Quand je vois les gens heureux je suis heureuse ! Comme ça quand je rentre chez moi, j’ai l’esprit tranquille », clame-t-elle sur la route pour passer 45 minutes avec Michel Letellier, 90 ans. Arrivée à l’Impasse Yrel, son bénéficiaire lui lance un grand bonjour pour la deuxième fois de la journée. « Ça fait du bien de la voir, quand elle est là, tout va bien ! Elle s’occupe très bien de moi et elle est toujours en train de chanter « , souligne le retraité qui regarde ses anciennes cassettes de vacances sur son téléviseur. Après un brin de vaisselle, Karine s’installe à table pour faire une partie de Domino au milieu des photos de voyages : « Quand je viens chez lui je voyage, c’est pour ça que j’aime bien ce travail là, j’en apprends beaucoup. » Une bonne humeur qu’elle transmet tous les jours depuis cinq ans à ce Rolivalois installé dans la ville nouvelle depuis 1989. En général, Karine se relaie avec ses collègues pour trois visites par jour multipliant les tâches : portage du repas du midi, courses, toilette…. Une vocation qui est loin de s’estomper devenant un véritable pilier pour la société.

Association de Services Intercommunale A.S.I 80 Rue Grande, 27100 Val-de-Reuil

Plus de renseignements au 02 32 59 68 93

 

Partagez :

Les lutins municipaux distribuent les colis de Noël aux séniors

Du 9 au 16 décembre, des équipes d’élus et de fonctionnaires se relaient dans chaque quartier pour distribuer les colis de Noël aux 1 200 séniors de la ville. Même le froid n’a pas glacé le sourire et la joie des rolivalois !


L’atelier du père Noël est déjà en action  ! Depuis ce mercredi, des duos composés d’élus et d’agents municipaux traversent la ville à bord de leurs voitures utilitaires à l’allure d’un traîneau rempli de cadeaux à distribuer aux séniors rolivalois. Contrairement aux années précédentes, la crise sanitaire ne permet pas de célébrer les fêtes de fin d’année à la MJA. La municipalité a donc décidé de s’adapter en venant à la rencontre des aînés pour offrir leur 1 200 colis festifs sans risque pour leur santé ! Pas de  passage  par  la  cheminée mais  une  rencontre  pleine  de  gaieté.

La Bamboche en atelier du père Noël

Vêtu de bonnets et de gants, la dizaine d’élus et d’agents du jour s’apprête à charger les coffres des voiturettes telle une hotte bien garnie. Il est 9H à la salle de la Bamboche quand le coup d’envoi retentit. Devant la porte, les cadeaux sont installés par groupe et attendent d’être offerts. Une glacière bleue pailletée pour les hommes et un cadeau rouge pour ces dames. Sur les coffrets, des gommettes de sapin scintillantes sont collées pour les différencier. « Ils ont été arrangés pour ceux qui ne mangent pas de porc ou de viande, et ceux qui ne boivent pas d’alcool » , explique Nanye Aboki, agent en charge de l’événementiel. Au total, 150 colis seront livrés pour les deux premières journées de livraison sur la dalle piétonne. Allal El Ouerdighi, le directeur du CCAS, chapeaute les duos. « Si personne ne répond, vous laissez des avis de passage » indique-t-il aux premiers à partir. Avec leurs gilets jaunes estampillés Val-de-Reuil, les livreurs s’apparentent aux lutins magiques, prêts à donner de la joie aux aînés.

À la recherche de la bonne adresse

Le listing des numéros d’appartements dans les mains, Inci Altuntas, conseillère municipale à la santé débute sa livraison avec Pierre Grondin, agent d’accueil au service des sports.  » Ça fait plaisir, j’avais fait la distribution des masques au premier confinement, là c’est autre chose. On leur apporte de la bonne humeur, ils apprécient cette intention. Et c’est tout à fait normal, ils le méritent ! » , confie l’élue les bras chargés de cadeaux aux rubans dorés. Pour la matinée, le duo doit livrer une quinzaine de colis autour de la Voie Blanche. « Alors, le numéro 21… ça doit être ici » , glisse Pierre en appuyant sur l’interphone. Tous les deux expliquent leur venue et pénètrent dans le hall d’entrée. Madame Huang leur ouvre la porte tout heureuse d’ouvrir son coffret.

« C’est bien en plus c’est au pied de ma porte donc parfait »

Un peu plus loin, du côté de la médiathèque, Tanja Guth, conseillère municipale en charge de la biodiversité et Mokhtar Benhari, coordinateur des agents techniques au sport se garent au pied de l’immeuble de la rue du Lierre.

Après un léger coup d’oeil sur les boîtes aux lettres, l’élue croise Jocelyne Guillotin une jeune retraitée de 68 ans qui vient tout juste de recevoir son colis des mains de Christian Avollé, adjoint en charge du cadre de vie. « Je ne l’ai pas encore ouvert, mais il est très joli ! » s’exclame la Rolivaloise qui remercie une nouvelle fois la mairie.Trois marches plus haut, c’est au tour de Patrick Edeline de recevoir sa glacière irisée. « Oh ! Tout ça ! » sourit-il les yeux pétillants. Après dix petites minutes de discussion, Tanja redescend pour offrir son dernier colis à Taied Sebiai qui ouvre sa porte avec surprise. « C’est la mairie ! On vous offre ce super colis ! »,  s’exclame l’élue toute fière. Un plaisir pour ce senior qui n’a pas eu besoin de se déplacer : « C’est bien, en plus c’est au pied de ma porte donc c’est parfait! » 

Les traîneaux des agents municipaux déambuleront dans les quartiers jusqu’au dernier coffret !

Distribution des colis de Noël de 9h00 à 12h00 et de 13h30 à 16h30 : 

  • Jeudi 10 décembre : Dalle piétonne
  • Vendredi 11 décembre : Quartier de la Trésorerie
  • Lundi 14 décembre : Voie Blanche
  • Mardi 15 décembre : Écoquartier des Noés
  • Mercredi 16 décembre : Quartier du Cavé

Si vous ne pouviez pas être présent ou si un rendez-vous vous obligeait à vous absenter momentanément au cours de cette journée, l’équipe de l’Espages, dirigée par Mme Christine Lebrun, sa directrice, se fera un plaisir de vous répondre au 07.61.73.34.88 (entre 8h30 et 18h00) ou par mail à seniors@valdereuil.fr, afin que votre colis puisse vous êtes remis à la date et à l’heure qui vous convient.

Partagez :

Des courses au pied de la porte

Pour protéger les Rolivalois de la COVID-19, la ville a mis en place un service exceptionnel de portage de courses. Deux jours par semaine, trois médiateurs du CCAS réapprovisionnent les plus vulnérables tout en leur apportant du soutien. Reportage.

En à peine une heure, le frigo et les placards des personnes à risques sont de nouveau ravitaillés. Afin de protéger les séniors et les plus fragiles de la COVID-19, la ville de Val-de-Reuil a mis en place un système de portage de courses. Ainsi, tous les mardis et jeudis, trois médiateurs sociaux du CCAS (centre communal d’action sociale) viennent livrer une dizaine de Rolivalois. Une première qui, depuis 4 semaines, a créé un lien unique entre les agents et les habitants.

Soulager les plus vulnérables

Il est 14h, Fidèle Ébéngo et Mohamadou N’diaye viennent récupérer la liste de course de Joëlle, une résidante de l’ESPAGES. « Les habitants nous appellent sur un numéro spécifique et on cale une heure pour venir. Ils nous donnent de l’argent dans une enveloppe avec leur liste. C’est une nouvelle mission qui est indispensable, on le fait avec le cœur. » expliquent les deux médiateurs sociaux en direction du supermarché. Pour cette fois, un arrêt devant l’eau gazeuse suffit. « On s’adapte aux demandes des habitants, s’ils ont besoin de médicaments, on va à la pharmacie, s’ils veulent un produit d’un magasin bien précis on y va également » souligne Mohamadou en déposant les packs d’eau en caisse. Ensuite, les deux agents filent en direction de la médiathèque : « Un habitant a commandé des livres, pour le soulager, on lui livre au pied de sa maison ! »

« Il y a moins de stress »

Cet habitant, c’est Edmont, qui habite le quartier des Cottages. « C’est très bien comme dispositif. Il y a moins de stress.La semaine dernière je me suis fait livrer des courses, c’est une belle initiative. » lance le Rolivalois en récupérant ses ouvrages à son portail.

Ce service, déjà opérationnel lors du premier confinement, est nécessaire selon Veasna Pich, responsable de l’équipe des médiateurs de nuit : « On a eu des retours très chaleureux. Outre les courses, on discute avec eux, ça égaye leur journée ! ».

Retours tout aussi positif des élus rolivalois qui, dès le début du confinement, ont chacun pris contact par téléphone avec l’ensemble des Seniors confinés afin de s’assurer que tout allait bien.

Renseignements au : 02.32.09.46.92

Partagez :

La vie continue à l’ESPAGES

L’équipe de l’ESPAGES se plie en quatre pour continuer à donner de la joie aux résidents. Depuis le 30 octobre, de nouvelles mesures sanitaires sont entrées en vigueur pour limiter la propagation du COVID-19, mais les sourires des ainés ne se sont pas effacés pour autant.

La joie, les rires, le contact humain… Des moments qui donnent du baume au cœur aux 44 personnes âgées et 26 jeunes qui partagent les chambres de la résidence l’ESPAGES. Afin de rompre l’isolement des résidents, la directrice, Christine Lebrun, a tout mis en œuvre pour que la vie au sein de l’établissement se passe au mieux sans dégâts psychologiques et physiques.

Limiter la perte de mobilité

Patricia et Denise ont décidé de se détendre les jambes à la fraiche.

Après un passage devant la caméra thermique de l’accueil, chaque personne qui rentre dans l’ESPAGES doit signer un registre avec ses coordonnées, son heure d’arrivée, l’heure de départ et la personne visitée. «C’est devenu une habitude pour tout le monde. Le registre permet de tracer chaque personne qui met un pied dans la résidence afin de protéger et d’alerter s’il y a des suspicions de COVID,» explique Christine Lebrun qui est aux petits soins des aînés. Contrairement au premier confinement, les visites et les balades en extérieur sont autorisées. Un élément essentiel et indispensable pour les seniors qui doivent continuer à prendre l’air selon la directrice : «Les résidents sortent peu, pour faire leurs courses notamment. C’est bénéfique pour eux de voir du monde, surtout en hiver. Il faut limiter la perte de mobilité sans prendre de risque sanitaire. On les emmène faire un tour autour de la résidence en faisant très attention.»

Lecture, coup de fil et visio

Évelyne est bien entourée !

Ainsi, pour venir rendre visite à sa grand-mère, son père, son oncle ou sa cousine rien de plus simple ! Il suffit de passer un coup de fil pour réserver un rendez-vous. «Pas plus d’une heure et deux fois par semaine  avec masques, distance de sécurité et désinfection des mains d’entrée.» précise la charte qui est fournie aux familles qui sont accueillies dans une salle spécialement prévue à cet effet. D’ailleurs, Évelyne, 70 ans, a déjà demandé à voir sa fille : «On n’a pas le choix alors il faut s’occuper. En attendant de revoir mes enfants, je tricote, lis et j’appelle aussi une amie, qui habite un peu plus loin de mon appartement, avec qui je partage beaucoup de choses.» Depuis le re-confinement, cette résidente ne se renferme pas sur elle-même et peut compter sur le personnel interne et externe de l’ESPAGES. «Quand on a une baisse de moral, on peut compter sur eux. Ils sont toujours là pour nous faire changer les idées et ne plus penser à la situation actuelle» se ravit-t-elle autour de ses deux chats qui lui tiennent compagnie quand elle n’est pas en visio avec ses enfants sur MSN.

Des repas qui changent de l’habitude

Chaque repas est servi un par un avec toutes les précautions sanitaires

Le midi, pas question de rester le ventre vide. Comme en mars et avril derniers, la restauration collective a été arrêtée. Néanmoins, des plateaux-repas sont livrés à tous ceux qui le souhaite en choisissent parmi une palette de plats et d’entrées mêlant poisson, viande, légumes et petite douceurs sucrées. «On va leur faire livrer des pizzas. Ça permettra de changer de la routine et de les faire sourire davantage car le plaisir de manger permet de les faire déstresser.» projette Christine. Le repas, c’est un vrai moment de sérénité pour Ginette Piednoël, qui vient de recevoir son déjeuner. «Elles arrivent ! Alors, aujourd’hui on a des tomates avec des œufs mimosa, en plat des saucisses de Toulouse avec de la purée de brocolis, du fromage et un yaourt ! C’est bon, surtout quand c’est bien cuisiné.» s’exclame la résidente de 85 ans qui a prévu de faire un peu de ménage et de scrabble en attendant que son fils vienne lui rendre visite.

«Après le COVID on va danser la Java Bleue»

L’après-midi, chacun vaque à ses occupations sans s’isoler de son côté. Christine essaye de faire son petit tour après la sieste pour s’assurer de la santé de chacun. Lundi, elle a retrouvé Christian, un de ses résidents, en train de s’improviser chanteur : «Il avait mis la Java bleue de Fréhel. Pour rigoler je lui ai dit qu’après le COVID on va danser ensemble cette Java bleue !» Certains sont dans l’attente des résultats du test PCR qui est régulièrement réalisé. Depuis, aucun cas positif n’a été détecté. Encore une fois, l’humour dépasse les inquiétudes. Élise, 88 ans, s’est même étonnée de voir sa directrice dans une tenue à l’allure de cosmonaute : «Vous êtes drôlement habillée ! Vous qui avez de jolies robes d’habitude, là c’est très plastique !» Les charlottes, sur-blouses et les masques font barrière au COVID, mais pas aux éclats de rires !

L’amour à distance

14h30, Laurence a dévalé la côte de Saint-Pierre du Vauvray en vélo pour rendre visite à sa mère Bernadette.Un coup de stylo sur la fiche d’émargement, deux gouttes de gel, et c’est parti pour papoter pendant une heure dans la salle de restauration ! « Ça fait vraiment plaisir de la voir, j’essaye de venir au maximum et on parle de tout, ce qu’elle mange, des fleurs car je suis jardinière… Et parfois, elle boude alors on lui remonte le moral ! » souligne-t-elle souriant sous son masque. Un bonheur pour sa mère qui réside depuis 12 ans dans l’établissement : « Le premier confinement c’était dur mais là ça va beaucoup mieux car ma petite fille attend son premier bébé ! Alors je tricote des vêtements pour lui. Et, mes enfants viennent toutes les semaines me voir donc tout va bien ! »

Les blagues et les petites attentions semblent être les clés pour surfer sur cette deuxième vague en bonne santé !

Partagez :

La Mission Locale rolivaloise a remporté le cyclo-challenge !

Le tour des Missions Locales Normandes a été remporté par Val-de-Reuil ! Après deux semaines de pédalage, de joie et de sueur, les sportifs rolivalois ont dévalé 2 083 km !

La joie s’affiche sous le masque de la directrice adjointe de la Mission Locale de Val-de-Reuil, Joëlle Lefrançois. Vendredi matin, l’Union Régionale des Missions Locales de Normandie a fait tomber les résultats du cyclo-challenge. Bonne nouvelle ! Val-de-Reuil l’emporte avec 2 083 km effectué sur un vélo d’appartement en 11 jours ! Une victoire qui ravive la période difficile que les jeunes traversent en ce moment.

81 sportifs sur la ligne d’arrivée

«Je suis très très très contente !»  lance Joëlle Lefrançois en regardant les résultats pour la unième fois. La Mission Locale rolivaloise affiche plus de bornes que celle du Pays de Caux, avec 2 050 km, et celle du Havre qui arrive en troisième position avec 1 943 km au compteur. Pour la directrice adjointe, le trophée est de s’être amusé : «Je suis satisfaite car c’était mon idée de départ. C’était un véritable moment de plaisir et de partage pour tous !» Au total, 51 jeunes, 22 partenaires et 16 membres de l’équipe ont enfourché le vélo pour faire avancer les chiffres du compteur. Parmi les sportifs, quelques élus se sont prêtés au jeu. Comme Marc-Antoine Jamet, le maire de Val-de-Reuil, Janick Léger la maire de Léry ou encore Richard Jacquet le maire de Pont de l’Arche.

Une semaine qui a fait oublier la crise

Dès 8h du matin, les conseillères de la Mission Locale rolivaloise se démenaient pour ne pas laisser le vélo sans coureur. Un esprit d’équipe qui s’est vite partagé en direction des jeunes.« Mes collègues étaient au taquet ! ça n’a pas arrêté, chaque jour il y avait toujours du monde. Ce challenge était vraiment intéressant, ça a créée une émulation de joie, de détente et de fun dans ce monde un peu gris en ce moment.» souligne Joëlle qui ne se projette pas encore pour la prochaine édition. Le dernier jour, le vélo d’appartement a été emporté dans la galerie marchande de Tourville-la-Rivière. Des coureurs venus d’ailleurs ont pu participer en toute liberté. «Pleins de jeunes sont venu pédaler, on ne les connaissait pas mais ça a permis de faire parler de notre réseau de manière solidaire et intergénérationnelle» continue la porteuse du challenge en précisant qu’il est plus qu’indispensable d’attirer les jeunes dans leurs locaux : «À l’heure actuelle, pas mal de personnes sont sur le carreau. Ils ne faut pas qu’ils tardent. L’apprentissage ça fonctionne encore ! Il y a des solutions !»

Comme convenu, un jeune des deux Missions Locales arrivées en tête a été tiré au sort. À Val-de-Reuil, c’est Julien Baudoin, originaire de Charleval, qui a remporté un chèque cadeau de 300 euros pour s’acheter un vélo. Quant au vélo d’appartement utilisé pendant le challenge, il sera remis à l’EPHAD de Pont-de-l’Arche en Novembre lors d’une cérémonie. Qui sait, le prochain Poulidor ne se trouve peut-être pas loin !

Mission Locale de Val-de-Reuil, 4 rue septentrion.

Horaires d’ouvertures :

Lundi : 9h15-12h30 / 13h30-17h00
Mardi : 13h30-17:00
Mercredi, Jeudi, Vendredi : 9h00-12h30 / 13h30-17h00

Plus de renseignements au 02 32 59 76 90

Partagez :

On soupe avec Epireuil !

À l’occasion de la journée de lutte contre le gaspillage alimentaire, l’association Epireuil organise la première édition de la fête de la soupe, vendredi 16 octobre. Sortez vos plus belles cuillères pour déguster un bon potage sur la place des Quatre Saisons !

À vos bols ! la soupe est en fête à Val-de-reuil ! Dans le cadre de la journée contre le gaspillage alimentaire, l’association Epireuil lance, pour la première année, la fête de la soupe. Vendredi 16 octobre, plusieurs animations sont proposées afin de sensibiliser au gaspillage. De 14h à 18h, une dégustation de produits à la date dépassée ainsi que plusieurs jeux autour de l’anti-gaspillage seront ouvert aux petits comme aux grands.

Vers 16h30, des cuisiniers amateurs et professionnels Rolivalois viendront faire déguster leurs soupes aux habitants. « Huit stands de dégustation seront ouvert en plein air. On a fait appel à des commerçants, associations et habitants pour composer les stands.  Un jury jugera la qualité de chaque soupe et en fin de journée le nom de la personne qui aura concocté le meilleur potage sera révélé . » explique la directrice de l’association, Natacha Patte, qui est heureuse de présenter ce nouvel évènement en lien avec les valeurs Rolivaloises : « La soupe est un plat typique de l’anti-gaspi. Et, ce qui est génial, c’est qu’à Val-de-reuil les cultures sont variées donc les soupes aussi ! »

Pour rythmer les dégustations, un groupe de musique mêlera trompette, piano et guitare. La parfaite journée d’automne par excellence !

Sur la place des Quatre Saisons ( à l’entrée d’Auchan)

Plus de renseignements au 02.32.50.57.98

Partagez :

La Ressourcerie reprend vie

Bonne nouvelle pour les fidèles de la Ressourcerie : la boutique rolivaloise a rouvert ses portes il y a quelques jours. Ici, meubles et objets en tout genre n’attendent plus que vous pour commencer leur seconde vie.

Parois en plexiglas à la caisse, masques et visières, nombre de clients limité... à la Ressourcerie, on ne lésine pas avec la sécurité
Parois en plexiglas à la caisse, masques et visières, nombre de clients limité… à la Ressourcerie, on ne lésine pas avec la sécurité

Vous l’attendiez avec impatience ? La Ressourcerie vous accueille à nouveau dans ses locaux du centre commercial des Falaises. Pour protéger ses salariés et accueillir ses clients en toute sécurité, la structure a mis en œuvre d’importantes mesures de précaution : gel hydroalcoolique, masques pour les salariés, sens de circulation à l’intérieur de la boutique, parois de plexiglas sur les caisses, 15 clients simultanés dans les locaux…

Du mardi au samedi

Vous pouvez désormais pousser sa porte le mardi de 13h00 à 18h00 et du mercredi au samedi de 10h00 à 18h00. « Pour l’annexe de la rue Grande, il faudra encore patienter quelques jours, le temps pour nous de mettre en place le dispositif sanitaire adapté », indique Christophe Thiessé, directeur de la structure. Elle devrait être accessible dès le courant de la semaine prochaine.

Les dépôts opérationnels

La Ressourcerie est ouverte le mardi de 13h00 à 18h00 et du mercredi au samedi de 10h00 à 18h00.
La Ressourcerie est ouverte le mardi de 13h00 à 18h00 et du mercredi au samedi de 10h00 à 18h00.

En attendant, les clients peuvent également apporter leurs marchandises qu’elles souhaitent confier à la Ressourcerie chaque matin, du mardi au samedi, de 9h00 à 12h00, dans la boutique principale.

Et pour ceux qui ne peuvent se déplacer, le service d’enlèvement des marchandises à domicile est à nouveau opérationnel. Equipés de combinaison, de masques et de gants de protection, les salariés adaptent leur service aux conditions sanitaires. « Une fois récupérés, les meubles sont stockés dans notre entrepôt pendant 24 heures avant d’être pris en charge ». D’abord désinfectés, ils sont ensuite nettoyés et remis en état comme à l’accoutumée.

Retrait des colis

Quant au service « Mondial Relay », il est de nouveau disponible dans des conditions optimales de sécurité sanitaire. « Nous avons mis en place un dispositif de guichet sécurisé grâce à une ouverture créée dans le mur entre la boutique et l’entrepôt ». Ainsi, les salariés en charge de la remise des colis sont isolés dans l’entrepôt tandis que les clients retirent leurs produits directement depuis la boutique.

La Ressourcerie, située sur le centre commercial des Falaises (entrée par la voie de l’Équerre) a rouvert ses portes. Renseignements au 09 86 48 63 60
Partagez :

Le Collectif Masques Barrières Val-de-Reuil, une aventure humaine et solidaire !

En plus des masques distribués la semaine prochaine aux Rolivalois, une équipe de bénévoles rolivalois a monté une chaîne solidaire pour fabriquer en urgence des masques barrières alternatifs à l’attention des commerçants et membres associatifs.

Coudre pour protéger ses contemporains et apporter sa pierre à l’édifice pour tenter de ralentir l’épidémie du Covid 19 : telle est la volonté du collectif Masques Barrières Val-de-Reuil. En effet, depuis le début du confinement ces couturières et couturiers bénévoles (actuellement une trentaine) s’organisent pour compléter l’offre de protection à l’attention des commerçants et membres associatifs, ces héros de l’ombre sans qui le pays serait complètement paralysé. « Les stocks de masques chirurgicaux et FFP2 étant réservés au personnel médical, les commerçants, membres associatifs n’avaient aucun équipement pour se protéger », explique Fadilla Benamara, l’adjointe au maire en charge du Renouvellement urbain qui accompagnée de Nadia Benamara, la responsable de la MJA et Inci Altuntas, la présidente des parents d’élèves de l’école Coluche ont imaginé, dans les jours qui ont suivi l’annonce du confinement, des solutions pour faire face à la propagation du virus et pour la protection de leurs concitoyens.

Une chaîne solidaire

« Inci nous a dit qu’elle connaissait une dame couturière qui souhaitait mettre ses compétences à disposition pour aider ceux qui en avaient besoin », poursuit-elle soulignant le soutien rapide de partenaires qui ont rejoint cette belle aventure. « Des personnes comme Christophe Thiessé, de la Ressourcerie, qui nous a fait don de 15 kg de draps en coton ou encore Pierre Portier, un nouveau maroquinier tout juste arrivé sur Val-de-Reuil, qui a mis sa découpeuse à disposition, ainsi que des chutes de polyester et des bobines d’élastique. Romain Réveilhac notre sculpteur local n’a pas hésité à nous livrer 500 bandes de Viscose, un dérivé du polyester, nécessaire à la fabrication des masques. Et enfin, Alexis Carpentier, le directeur d’Auchan, a livré des sacs recyclables d’emballage afin de conditionner nos kits de masques que l’on remet aux commerçants et membres associatifs ». Une démarche partagée et renforcée par de nombreux citoyens rolivalois et des communes avoisinantes, qui via la page Facebook du collectif n’ont pas hésité à proposer leurs services ou faire des dons de matières premières. « Nous avons reçu près d’une centaine de donateurs et ce n’est pas fini ».

De l’idée à la création

Outre les matières premières et la volonté des bénévoles d’apporter leur soutien, il a fallu en amont créer un concept de masque efficace. Après quelques semaines de réflexion et de recherches auprès de l’Institut Français du Textile et de l’Habillement (IFTH) et de l’Association Française de Normalisation (AFNOR), les trois instigatrices du projet ont défini les premiers modèles. « Ils sont en trois couches, une couche de coton pour le confort de la bouche, une en polyester afin de retenir le plus de postillons possibles et enfin une en coton », détaille l’adjointe au maire en charge du Renouvellement urbain. Et pour aller jusqu’au bout de leur démarche, les trois porteuses du projet ont également réalisé une notice d’utilisation pour permettre une protection maximale.

Une équipe bien organisée

Côté organisation, Fadilla, Nadia et Inci se répartissent les rôles pour transformer et acheminer la matière première, créer des kits de couture à destination des couturières bénévoles, récupérer les masques, les conditionner pour enfin les distribuer auprès des différents commerçants et personnels associatifs. « Mon rôle est de coordonner la filière bénévoles des couturières, les inscrire dans notre registre et les alimenter en informations et en matériaux », précise Nadia Benamara, la responsable de la MJA qui a créé pour l’occasion un fil de discussion Whatsapp où les différents bénévoles peuvent échanger, se soutenir et partager des instants de convivialité. Inci Altuntas quant à elle s’occupe de toute la partie logistique, de l’inventaire de la matière première, aux kits fournis jusqu’aux masques fabriqués, distribués et stockés. « Je prépare également les kits nécessaires à la conception des masques et j’aide à la livraison », souligne la présidente de l’association des parents d’élèves de l’école Coluche, ravie de voir autant de solidarité. « Chaque couturière reçoit un kit pour concevoir 30 masques. Il n’y a pas d’impératif de temps, chacun va à son rythme. C’est une formidable aventure humaine ».

 800 masques fabriqués et embauche à la clé

En termes de chiffres, le collectif Masques Barrières compte aujourd’hui une trentaine de couturières et couturiers (contre six il y a un mois) venant aussi bien de Val-de-Reuil que des communes avoisinantes. Ensemble ils ont fabriqué plus de 800 masques dont 500 ont été distribués aux commerçants locaux comme Val 2 Bio ou BVM, aux membres associatifs tels que les Restos du Cœur, l’épicerie sociale Epireuil ainsi qu’au cas par cas à certaines personnes fragiles. Deux cent masques sont actuellement en cours de production. D’autre part, cet élan de solidarité a également permis à deux couturières de trouver un CDD chez  Pierre Portier. « Il a recruté deux Rolivaloises pour un CDD de quatre semaines à 35H00 », conclue Fadilla Benamara, qui continue avec les autres membres du collectif à confectionner des masques pour accompagner aux mieux les mesures prises par la Ville en termes de protection sanitaire. À noter également que le collectif rolivalois est sollicité par les communes avoisinantes comme Pont-de-l’Arche, Léry ou encore Gaillon pour dispenser leurs savoirs et leurs conseils.

Paroles de Bénévoles :

Stéphanie Hérichard, assistante maternelle crèche familiale de Val-de-Reuil :

J’ai appris l’existence du collectif via un groupe facebook. Comme j’avais du temps à donner, j’ai eu envie d’apporter ma pierre à l’édifice car je pense que c’est important de s’entraider en ces temps difficiles. Et puis cela permet de créer du lien, d’apprendre des autres. C’est une belle aventure humaine et solidaire ».

Michel Marc, métallurgiste :

« Avec ma femme, nous avons trouvé que cette démarche était excellente. Du coup, nous avons tout de suite adhéré. Bien que je ne sois pas couturier, j’aide ma femme dans la réalisation des masques en lui préparant les différents éléments, en faisant les pliages. Si tout le monde met du sien, c’est le meilleur moyen pour sortir la tête de l’eau de cette crise ».

 

Un grand merci aux membres du collectif :

Prénom, nom
Aïcha BENESSAIN
Aline DELAUNE
Amina et Mohamed EL MCHACHTI
Anne-Cécile VINCENT
Arlette LE FUR
Aurélie HELAINE
Barbara BOYER
Bozena et Michel MARC
Catherine BATAILLE
Céline MOUTON
Cherifa HAJJI
Colette HENAULT
Esma et Zeynep PAYAM
Fatma CEVIK
Françoise CHAUSSIER
Hatice POYAZ
Isabelle BALAINE
Kristel DAUZOUT
Magali BOUDET
Maman de Béatrice LEGUAY
Nicole COLIN
Sabine FAUCARD
Stéphanie HERICHARD
Tanja GUTH

Pour faire un don ou pour rejoindre le collectif :
Tel : 0677682225 ou sur la page facebook : Collectif Masque Barrières

Actualités concernant le Coronavirus

La Rolivaloise 2021 virtuelle et connectée !

C’est le rendez-vous incontournable du mois de mars. La Rolivaloise 2021 se termine le 28 mars ! Un challenge solidaire au profit de la lutte contre cancer du sein, réinventé en virtuel et connecté. Une première qui a séduit les participantes. Avec les témoignages de Rachida Dordain adjointe au maire chargée ...
Lire La Suite…

Couvre-feu : dans la nuit rolivaloise, les élus sillonnent la ville

Une quarantaine d'élus et d'agents municipaux ont arpenté les rues de Val-de-Reuil lundi soir pour sensibiliser les Rolivalois au respect du couvre-feu. Une action pédagogique que Marc-Antoine Jamet a promis de renouveler. Reportage. Lundi 22 mars – 19h00 : l’heure du couvre-feu à Val-de-Reuil comme partout en France. Plus de sorties ...
Lire La Suite…

Jusqu’à vendredi, venez vous faire dépister gratuitement !

La campagne de test gratuit au Covid 19 bat son plein voie des Clouets. Une semaine après son lancement, 350 personnes ont déjà été dépistées. L’opération se poursuit jusqu’au 26 mars. Ouvert à tous.  300 entreprises ! De l’industrie pharmaceutique à la logistique, du secteur du luxe à la cosmétique ...
Lire La Suite…

Toutes à la Rolivaloise ! Une édition 2021 inédite, virtuelle et connectée…

La Rolivaloise est de retour, du 20 au 28 Mars, sur 5 ou 10 kilomètres, ou plus si vous le souhaitez... Une version virtuelle et connectée ouverte à tous les femmes ! Inscrivez-vous dès aujourd'hui et participez à la lutte contre le cancer ! Une vague rose unique en son genre ...
Lire La Suite…

Premiers plongeons pour les nageurs !

Dès aujourd’hui, la piscine de Val-de-Reuil est la première de l’agglomération à rouvrir ses portes depuis octobre dernier. Un beau cadeau pour les amateurs d’eau ! L’heure était aux premières brasses ce lundi matin. Après plusieurs semaines de fermeture, le grand bassin de la piscine de Val-de-Reuil a ouvert son toit ...
Lire La Suite…

La piscine de Val-de-Reuil, première piscine de l’Agglomération à rouvrir ses portes au public !

Communiqué de la Ville de Val-de-Reuil  La piscine de Val-de-Reuil,  première piscine de l’Agglomération à rouvrir ses portes au public ! A partir du lundi 8 mars 2021, le grand bassin de la piscine de Val-de-Reuil sera accessible aux associations et aux usagers. Il s’agira du seul équipement « aquatique » de ...
Lire La Suite…

Fermeture des salles de sport : Les clubs s’adaptent !

Même si les espaces de sports couverts ont fermé leurs portes, les clubs rolivalois continuent d’exercer leurs activités. Visio, mails, exercices en plein air… Tout est fait pour continuer à pratiquer ! Plus de salles, mais pleins d’idées. Depuis que les espaces de sports couverts sont fermés pour endiguer l’épidémie de ...
Lire La Suite…

Agnès Pannier-Runacher en visite à Val-de-Reuil

Vendredi 26 février, la ministre déléguée en charge de l’Industrie a visité, en compagnie des élus de la circonscription, le site Sanofi-Pasteur, puis le site de Valdepharm, tous deux situés à Val-de-Reuil. Une ville, deux visites. Pour Agnès Pannier-Runacher, cette journée sur le territoire rolivalois est « Une façon de se ...
Lire La Suite…

COMMUNIQUÉ : La Ville met en place une aide exceptionnelle de 250 euros par étudiant

Communiqué de la Ville de Val-de-Reuil Pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire, la Ville met en place une aide exceptionnelle de 250 euros par étudiant L’ampleur de la crise et sa durée vont, si rien n’est fait, conduire des dizaines de milliers d’étudiants, aux situations fragiles, vers ...
Lire La Suite…

La solidarité au rendez-vous

Avec le soutien de la Ville de Val-de-Reuil et la solidarité des habitants, les maraîchers de Martot retrouvent une pleine activité.

Avec l’arrivée de la crise sanitaire du Covid 19, les élans de solidarité  se développent un peu partout et dans tous les domaines. C’est le cas des maraîchers de Martot qui ont bien failli dire adieu à deux mois de travail et leurs milliers de plants cultivés. « Lorsque le gouvernement a interdit tous les marchés, comme beaucoup, on s’est retrouvés dans une situation extrêmement compliquée », explique Sylvie Philippe qui avec son mari Alain, son beau-frère Pascal et sa belle-sœur Corinne sont les propriétaires de cette entreprise agricole familiale transmise de génération en génération. « Ça été très dur, on a cru, comme beaucoup de monde, que l’on aurait plus d’activité ».

Soutien local

Une inquiétude partagée également par les collectivités territoriales qui tentent au quotidien de venir en aide à leurs acteurs locaux. « Val-de-Reuil nous a permis de maintenir une activité en mettant en place un lieu de distribution, tous les jeudis sous la galerie Vivaldi », confie Sylvie Philippe soulignant la condition sine qua non pour organiser ce type de vente à savoir les respects des règles de sécurité, de distanciation sociale, et des gestes barrières. « Grâce à Val-de-Reuil et à la solidarité ambiante des habitants qui préfèrent acheter désormais local plutôt que dans les grandes surfaces, nous avons pu relancer notre activité ».

Partage sur les réseaux et l’envie de consommer local

En effet, sur les réseaux sociaux, le mot tourne, les posts se partagent, et de plus en plus de personnes font appel à leurs services si bien qu’aujourd’hui, cette entreprise familiale ne connaît plus la crise. « Depuis, nous avons ouvert un deuxième point de vente sur Alizay, nous faisons un marché par semaine sur Trouville et beaucoup de personnes viennent le vendredi pour la vente en direct », conclut cette maraîchère de cœur et de métier, qui ne manque pas de saluer l’ensemble des acteurs, habitants leur permettant aujourd’hui de retrouver une pleine activité où toute leur production est vendue (carottes, épinards, salades, endives, oignons, poireaux, concombre, radis, pommes de terres, etc.)

  • Pour commander, il suffit d’appeler au 06 26 82 92 43.
  • Horaires de commandes :
    • lundi, mardi de 7h00 à 19h00 et le mercredi de 7h00 à 16h00
  • Les commandes peuvent être retiré devant le magasin Clip’iN chaque jeudi de 15h00 à 17h00
  • Vente en direct, à la ferme :
    • le vendredi de 9h00 à 12h00
  • Achats au détail ou paniers garnis à 10€ (1kg de carottes, 1kg de pommes de terres, 1 botte de poireau, 1kg d’endive, 1 botte de radis, 1 salade, 1 concombre)

Actualités concernant le Coronavirus

La Rolivaloise 2021 virtuelle et connectée !

C’est le rendez-vous incontournable du mois de mars. La Rolivaloise 2021 se termine le 28 mars ! Un challenge solidaire au profit de la lutte contre cancer du sein, réinventé en virtuel et connecté. Une première qui a séduit les participantes. Avec les témoignages de Rachida Dordain adjointe au maire chargée ...
Lire La Suite…

Couvre-feu : dans la nuit rolivaloise, les élus sillonnent la ville

Une quarantaine d'élus et d'agents municipaux ont arpenté les rues de Val-de-Reuil lundi soir pour sensibiliser les Rolivalois au respect du couvre-feu. Une action pédagogique que Marc-Antoine Jamet a promis de renouveler. Reportage. Lundi 22 mars – 19h00 : l’heure du couvre-feu à Val-de-Reuil comme partout en France. Plus de sorties ...
Lire La Suite…

Jusqu’à vendredi, venez vous faire dépister gratuitement !

La campagne de test gratuit au Covid 19 bat son plein voie des Clouets. Une semaine après son lancement, 350 personnes ont déjà été dépistées. L’opération se poursuit jusqu’au 26 mars. Ouvert à tous.  300 entreprises ! De l’industrie pharmaceutique à la logistique, du secteur du luxe à la cosmétique ...
Lire La Suite…

Toutes à la Rolivaloise ! Une édition 2021 inédite, virtuelle et connectée…

La Rolivaloise est de retour, du 20 au 28 Mars, sur 5 ou 10 kilomètres, ou plus si vous le souhaitez... Une version virtuelle et connectée ouverte à tous les femmes ! Inscrivez-vous dès aujourd'hui et participez à la lutte contre le cancer ! Une vague rose unique en son genre ...
Lire La Suite…

Premiers plongeons pour les nageurs !

Dès aujourd’hui, la piscine de Val-de-Reuil est la première de l’agglomération à rouvrir ses portes depuis octobre dernier. Un beau cadeau pour les amateurs d’eau ! L’heure était aux premières brasses ce lundi matin. Après plusieurs semaines de fermeture, le grand bassin de la piscine de Val-de-Reuil a ouvert son toit ...
Lire La Suite…

La piscine de Val-de-Reuil, première piscine de l’Agglomération à rouvrir ses portes au public !

Communiqué de la Ville de Val-de-Reuil  La piscine de Val-de-Reuil,  première piscine de l’Agglomération à rouvrir ses portes au public ! A partir du lundi 8 mars 2021, le grand bassin de la piscine de Val-de-Reuil sera accessible aux associations et aux usagers. Il s’agira du seul équipement « aquatique » de ...
Lire La Suite…

Fermeture des salles de sport : Les clubs s’adaptent !

Même si les espaces de sports couverts ont fermé leurs portes, les clubs rolivalois continuent d’exercer leurs activités. Visio, mails, exercices en plein air… Tout est fait pour continuer à pratiquer ! Plus de salles, mais pleins d’idées. Depuis que les espaces de sports couverts sont fermés pour endiguer l’épidémie de ...
Lire La Suite…

Agnès Pannier-Runacher en visite à Val-de-Reuil

Vendredi 26 février, la ministre déléguée en charge de l’Industrie a visité, en compagnie des élus de la circonscription, le site Sanofi-Pasteur, puis le site de Valdepharm, tous deux situés à Val-de-Reuil. Une ville, deux visites. Pour Agnès Pannier-Runacher, cette journée sur le territoire rolivalois est « Une façon de se ...
Lire La Suite…

COMMUNIQUÉ : La Ville met en place une aide exceptionnelle de 250 euros par étudiant

Communiqué de la Ville de Val-de-Reuil Pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire, la Ville met en place une aide exceptionnelle de 250 euros par étudiant L’ampleur de la crise et sa durée vont, si rien n’est fait, conduire des dizaines de milliers d’étudiants, aux situations fragiles, vers ...
Lire La Suite…

Téléthon 2019 : le programme !

Chaque année, le premier week-end de décembre, près de 5 millions de Français participent au Téléthon. Rejoignez l’élan de solidarité à Val-de-Reuil ! De nombreuses animations co-organisées par les clubs sportifs et le service des sports vous sont proposées du vendredi 6 au dimanche 8 décembre. 

Vendredi 6 décembre

1. A la piscine (17h00 – 21h00)

Soirée nordique (entrées reversées à l’AFM, tarifs habituels de la piscine), 17h00 – 21h00 (sortie du bassin à 20h30)

Associations et activités proposées :

  • CPVR : initiation à la plongée avec mise en place d’une exposition subaquatique, initiation nage avec palmes.
  • Pagaie Passion : découverte et initiation au kayak
  • Service des sports :

– 3 sessions de 20 min d’aquabike encadrées par les MNS de la piscine (18h 19h 20h). Le reste du temps, les aquabikes seront en accès libre pour les adultes.

– Aménagement d’un parcours de motricité pour les enfants (3- 8 ans) dans le petit bassin.

– Deux sessions d’aquapalmes (18h30 -18h50, 19h30 19h50)

– Buvette au profit du téléthon (gâteau pâtisserie boissons etc.)


2.  Cafétéria de la piscine (17h00 – 20h00)

Associations et activités proposées :

  • Val-de-Reuil Triathlon: initiation au triathlon avec au programme des petits circuits mêlant natation (piscine), vélo sur home-trainer et course sur tapis. Ouvert à tous à partir de 5 ans (débutant ou expert, seul ou en équipe, entre amis ou en famille, etc.). Buvette (crêpes, vin chaud, café, chocolat).

Tarif : 1€ par personne reversé à l’AFM + intégralité des recettes de la buvette.

  • VRN (Val-de-Reuil Natation) en partenariat avec La Croix blanche : 2 Ateliers (17h45 – 18h45 et 18h45 – 19h45) d’initiation et découverte aux gestes de premiers secours (bouche à bouche, position PLS, massage cardiaque, alerter et noyade) A partir de 12 ans sur inscription (10 à 12 personnes par session) celine.crouin@wanadoo.fr

Tarif : gratuit pour les enfants de 12 à 15 ans et 4€ pour les autres. Les fonds seront reversés à l’AFM.)

3. Gymnase Alphonse Allais (18h00 – 22h00)

Association et activité proposée :

  • ASVVP : tournoi de Futsal adulte (Ouvert à tous à partir de 18 ans, 18h00 – 22h00). 8 équipes de 10 personnes (max). Réservation auprès de Rachid Belaouiaj : 06.99.66.11.48.

Coupe et nombreux lots à gagner.

Tarif : 1€ par personne reversée à l’AFM. Buvette sur place, les recettes seront reversées à l’AFM.

Samedi 7 décembre 

1. Piscine municipale (9h00 – 11h00)

Associations et activités proposées :

  • VRN : éveil aquatique, découverte de l’eau pour les enfants (de 5-6 mois à 5-6 ans).

Les enfants sont accompagnés de leurs parents. Petits exercices en présence d’un entraîneur pour développer l’aisance aquatique (exercice adapté au niveau de chacun, se mettre à l’eau, tête sous l’eau, apprendre à bloquer sa respiration, récupérer un objet sous l’eau etc.). Installation d’un parcours de motricité. Ateliers ludiques et conviviaux.

Tarif : 1€ par famille (tirelire installée à l’entrée pour que les enfants puissent déposer leurs dons). Vente de gâteaux au profit de l’AFM. Intégralité des entrées reversées à l’AFM

  • VRN en partenariat avec La Croix blanche :

2 Ateliers (10h00 – 11h00 et 11h00 – 12h00) d’initiation et découverte aux gestes de premiers secours (bouche à bouche, position PLS, massage cardiaque, alerter et noyade) A partir de 12 ans sur inscription (10 à 12 personnes par session) celine.crouin@wanadoo.fr

Tarif : gratuit pour les enfants de 12 à 15 ans et 4€ pour les autres. Les fonds seront reversés à l’AFM.

2. Cafétéria de la piscine (9h00 – 11h00)

Association et activité proposée :

  • Moderne Street Art : découverte et initiation à la danse en talons ainsi que le street jazz ( style de danse mêlant Hip-hop et jazz). Très sensuel et glamour. Tout public.

Tarif :4€ par personne reversés à l’AFM.

Dimanche 8 décembre

1. Gymnase du Parc (9h00 – 12h00)

Association et activité proposée :

  • ASVVP : tournoi de Futsal enfants (U11 – U13, 9h00 – 12h00). 8 équipes de 10 personnes. Réservation auprès de Rachid Belaouiaj : 06.99.66.11.48. Coupe et nombreux lots à gagner.

Tarif : 1€ par personne reversée à l’AFM. Buvette sur place, les recettes seront reversées à l’AFM.

 

 

Maison de la Jeunesse et des Association – Réunion public « L’école inclusive dans l’Eure »

a l’initiative du Réseau Ecole Inclusive 27 avec le soutien du CCAS de Val-de-Reuil.

Débat citoyen ouvert à tous autour de la place du handicap à l’école et de ses axes d’amélioration. Attention places limitées.

Cette événement s’adresse à toutes les familles des enfants scolarisés ou qui devraient l’être, en situation de handicap ou non, aux personnels de l’Education Nationale et des établissements médicosociaux, aux professionnels qui accompagnent les enfants, aux responsable des institutions, des collectivités et des différentes organisations.

Vous êtes invités à participer à ce débat citoyen qui pourra contribuer à dégager des propositions pour améliorer la situation existante et pour construire une école qui réponde aux besoins de tous les enfants.

*Rens et réservation :

Mme Fresne, CCAS de Val de reuil : 02.32.09.51.41 ou par E-mail : mifresne@valdereuil.fr

Nos clowns rolivalois sèment la joie auprès des enfants du Népal !

Une aventure inoubliable : c’est ce qu’ont vécu cet été l’équipe des Petites Mains en faisant partager aux enfants du Népal leur spectacle inédit de clowns. Rencontre.

Le défi était de taille… Les Petites Mains n’ont pas flanché. Sac sur le dos, caméra sur l’épaule, Jérome Revel et ses trois complices se sont envolés vers le Népal fin juillet pour un mois d’un périple tout simplement extraordinaire. Leur mission ? Faire partager leur talent aux petits Népalais en leur offrant joie et sourires. « Julie [Piednoir, son acolyte] et moi avons spécialement créé, au printemps, un spectacle de clowns pour les Népalais. C’était un gros challenge. Il fallait mettre le minimum de paroles pour surmonter la barrière de la langue ; garder un humour universel ».

Un public si attachant

La joie des enfants: la plus belle des récompenses
La joie des enfants: la plus belle des récompenses

Pari réussi pour l’équipe de choc ! Dès le premier des huit spectacles donnés à Katmandou (la capitale du Népal), les yeux des enfants brillaient de mille étoiles. La plus belle des récompenses pour nos deux clowns qui ont multiplié les interventions dans les écoles, les centres médicaux pour enfants atteints de maladies cérébrales, auprès des petits Népalais recueillis dans la rue, de ceux souffrant du VIH… « Au début de chaque spectacle, il y a une distance avec les enfants. A la fin, ils nous sautent dans les bras. On devient les meilleurs amis. C’est fantastique de pouvoir apporter ces instants de bonheur ».

L’incroyable expédition à travers les montagnes

Après 10 jours passés à Katmandou, direction les montagnes pour les Petites Mains. Un voyage aux allures de véritable expédition. « Pour rejoindre le premier village, nous avons dû passer 40 heures dans un bus, une journée entière dans une jeep avant de faire plusieurs heures de marche et de traverser des ponts de singe… ». Le tout avec 100 kg de matériels (décors du spectacle, matériels vidéo…) sous le bras, en pleine saison des moussons !

Un accueil extraordinaire dans tous les villages parcourus
Un accueil extraordinaire dans tous les villages parcourus

Un périple éprouvant, angoissant parfois… mais si vite oublié dès l’arrivée dans chacun des villages. Chaque fois, les quatre amis sont accueillis à bras ouverts chez l’habitant, baignés dans la culture locale, aux antipodes de notre confort occidental. « Lorsque nous sommes arrivés dans la première maison où nous devions dormir, nous avons vu poules et moutons en sortir… Une image très surprenante ». Une leçon de vie aussi pour Jérôme et Julie, accompagnés pendant un mois de Charlène Damour (logistique) et Luc Piednoir (caméraman). « Je me souviens de ce petit garçon qui marchait chaque matin pendant une heure, avec sa petite sœur sur le dos pour aller à l’école », confie Jérôme, encore marqué par cette image.

A la clé, un documentaire à découvrir !

Nos deux clowns ont semé le rire, village après village
Nos deux clowns ont semé le rire, village après village

Semaine après semaine, nos deux clowns reprennent du service, semant le rire village après village, spectacle après spectacle… sous l’œil permanent de la caméra de Luc Piednoir. « Du matin au soir, pendant nos spectacles, nos rencontres, nos voyages, notre immersion dans la vie locale… Luc avait la caméra sur l’épaule. Nous sommes rentrés avec des heures et des heures de films ». De ces images exceptionnelles, naîtra bientôt un documentaire retraçant cette aventure incroyable. « Tout l’automne sera consacré au montage pour une sortie prévue mi-décembre. Nous envisageons une projection publique à Val-de-Reuil début 2020 avant une présentation dans toutes les écoles de Val-de-Reuil au premier semestre 2020 ». Une manière de faire partager à tous cette expérience unique, « de montrer aux enfants de France le visage des enfants du Népal ».

Envie de faire plus…

En attendant, la petite équipe – qui a foulé le sol français il y a quelques jours seulement – tente de se ré-acclimater à notre monde occidental tout en avouant être rentrée transformée de ce voyage. « Aujourd’hui, je me sens beaucoup plus à l’écoute de l’autre ; j’ai davantage envie de profiter de la nature, des choses simples », avoue Jérôme. Quant à Julie, elle a « envie de faire plus ; c’est comme une drogue. Je ressens vraiment le besoin de renouveler l’expérience ».

 

Les actus culture à Val-de-Reuil

Une lycéenne Syrienne remporte un concours national d’écriture en anglais

À tout juste 17 ans, Lobna El Kaisi vient de remporter un concours national d’écriture en langue britannique. Portrait d’une ...
Lire La Suite…
Valdereuil_infos n°26 AVRIL – MAI – JUIN 2022

Valdereuil_infos n°26 AVRIL – MAI – JUIN 2022

En une de ce numéro : Le nouveau complexe Léo Lagrange est ouvert : bienvenue ! - Petite visite guidée ...
Lire La Suite…

En quête de poésie, un jeu de piste autour de l’exposition du FRAC

Un jeu de piste ludique, mystérieux, poétique... c'est ce que propose la Cyberbase rolivaloise autour de “Vivre en Poésie”, l'exposition ...
Lire La Suite…

Venez vous faire tirer les cartes en poésie avec Alice Baude !

Le samedi 26 mars, une jeune artiste, venue de Bretagne, proposera une performance poétique inédite à la Médiathèque ! Une ...
Lire La Suite…
La vie municipale

Conseil municipal du 23 Mars 2022

Retransmission en différé du Conseil Municipal Le conseil municipal a été retransmis en direct le 23 Mars à 20h00 sur ...
Lire La Suite…

Serge Vaguet, passeur de mémoire, passeur d’histoire(s)

Avec ses 58 ans alertes, Serge Vaguet, professeur d’histoire-géographie au lycée Marc Bloch, connaît une autre vie : celle d’écrivain ...
Lire La Suite…

La culture à Val-de-Reuil

La culture

Pour une commune de 16 000 habitants, la vie culturelle de Val-de-Reuil est riche. La ville compte des équipements de qualité : un conservatoire musique & danse à rayonnement intercommunal ...
Lire La Suite…

La Médiathèque Le Corbusier

La culture à Val de Reuil ...
Lire La Suite…

Le conservatoire à rayonnement intercommunal musique & danse

Présentation du Conservatoire à rayonnement Intercommunal Musique & Danse L’école de musique et de danse de Val de Reuil – Léry – Poses a été créée en 1989 grâce à ...
Lire La Suite…

La Rolivaloise 2019 – 13ème édition

Pour voir l’album photos de l’édition 2019

La Rolivaloise » est ouverte à toutes les femmes et jeunes filles, licenciées ou non licenciées mais avec une limite d’âge et autorisation parentale obligatoire pour les mineures. L’inscription est gratuite.

Deux parcours, 6 épreuves au choix :

Pour les plus compétitives, épreuves avec classement et remise de récompenses
– 5,2 et 10,5 km course à pied
– 5,2 et 10, 5 km marche nordique

Pour toutes, en mode loisir
– 5 km marche
– 3 km course ou marche

Tout savoir et s’inscrire sur  https://larolivaloise.valdereuil.fr/la-course/sinscrire-a-la-rolivaloise

Vous êtes sans connexion