Étiquette : renouvellement urbain

Salle comble pour des voeux mémorables !

Une foule immense assistait hier aux voeux de Marc-Antoine Jamet au théâtre de l’Arsenal. En plus d’être chaleureuse, la cérémonie oscillait entre humour et gravité, ironie et sincérité, bilans et perspectives.

C’est un rituel qu’ils sont nombreux à ne pas vouloir manquer. Habitants, personnalités politiques, corps constitués, partenaires de la ville : tous s’étaient massés dans la grande salle de théâtre hier soir pour l’incontournable cérémonie des vœux du maire de Val-de-Reuil.

Accueillis par une compagnie de chant lyrique qui a littéralement subjugué l’assemblée, les quelque 700 invités étaient d’emblée mis dans l’ambiance de la soirée : chaleureuse et unique ! La suite des événements l’a confirmée !

Hervé Lofidi à l’honneur

Hervé Lofidi ovationné par le public
Hervé Lofidi ovationné par le public

À peine monté sur scène, Marc-Antoine Jamet s’éclipsait quelques minutes pour laisser place à un spectacle insolite : une retransmission expresse d’un combat de boxe ! Mais pas n’importe lequel ; celui qui, samedi soir, allait mener Hervé Lofidi, notre boxeur rolivalois, sur la plus haute marche du podium français. Il a en effet été sacré champion de France lourd-léger à l’issue de sa revanche contre Siril Makiadi sur le ring de Levallois Perret. Une retransmission qui a provoqué dans le public de l’Arsenal une explosion de joie et d’applaudissements lorsque notre boxeur a mis KO son adversaire.

Explosion plus intense encore quand Marc-Antoine Jamet a appelé sur scène notre « héros » rolivalois, qui n’aurait manqué, pour rien au monde, cette soirée des vœux 2018. Et c’est muni de sa ceinture de champion de France qu’Hervé Lofidi a été acclamé par l’assemblée avant de remercier sa ville pour son soutien sans faille.

Quand Fatima fait monter les larmes

Le témoignage de Fatima, petite fille syrienne
Le témoignage de Fatima, petite fille syrienne

Et quel plus beau message d’humanité et de fraternité que la scène qui allait suivre alors. Entre Marc-Antoine Jamet et Hervé Lofidi, se postait Fatima, cette petite Syrienne réfugiée à Val-de-Reuil, qui par ses mots poignants, racontant son histoire, a baigné le public d’émotion : « Je t’aime la France ; je t’aime Messieurs, dames » a conclu la petite fille sous une déferlante d’applaudissements.

Message d’humanité aussi porté par Marc-Antoine Jamet : « félicitons-nous des combats silencieux que nous remportons et que nous oublions de fêter. Tous les jours, nous avons de quoi nous réjouir ». Se réjouir de tous ces champions que la ville cultive, de ces hommes et ces femmes qui se mobilisent pour que la vie soit plus belle ici, à Val-de-Reuil.

 Val-de-Reuil se porte de mieux en mieux

Val-de-Reuil est devenue attractive
Val-de-Reuil est devenue attractive

La plus jeune commune de France est devenue attractive : tout le confirme. « Se rappelle t-on que depuis 18 ans, on n’augmente pas les impôts, qu’on rembourse la dette diminuée de moitié en presque deux décennies, que nos investissements sont colossaux… ? ».

Aujourd’hui, les chiffres parlent d’eux même. Jamais autant de permis de construire n’ont été délivrés qu’en 2017, les entreprises prospèrent : « Sanofi, en engageant 170 millions € devient la première fabrique mondiale de vaccins ; Hermès, au rond-point du Fantôme, marche sereinement vers les 200 emplois ; Orange va construire un second data center ; Soprema implante une start-up ultra innovante qui dévorera le bitume et le goudron pour le recycler en matériaux recyclables… » 

PMF : le combat n’est pas fini

Les combats de toute une ville
Les combats de toute une ville

Face à toutes ces victoires, la colère envers le Conseil départemental est encore plus grande ! « Avec la honteuse décision du Département de fermer PMF, nous avons perdu une bataille mais pas la guerre », soulignait Marc-Antoine Jamet faisant référence aux recours déposés devant la justice.

Le maire de Val-de-Reuil ne peut oublier ce jour de septembre 2015 où Sébastien Lecornu lui avait promis qu’il ne fermerait pas le collège rolivalois « Parce qu’ils préfèrent la gabegie et l’incompétence, la direction exclusivement masculine du département s’est enfoncée dans son incompétence », martelait-il avant d’adresser sa reconnaissance aux 36 maires de l’agglomération qui l’ont soutenu dans son combat pour sauver PMF.

Priorité à l’éducation

Loin de se laisser abattre par cette première défaite, le combat continue… Combat pour améliorer la ville et changer la vie. Combat pour l’éducation pour lequel les efforts sont constants. « Le programme 2018 est un des plus importants que nous ayons expérimentés » : travaux colossaux d’accessibilité et de sécurité (2 millions €), réhabilitations importantes à Coluche, Jean Moulin, Dominos, crèche du Pivollet, davantage de numériques dans les écoles…

L’Ilôt 14 arrive

salle archi-comble
salle archi-comble

Le combat, c’est aussi vers le commerce qu’il se tourne ! « On m’annonce les premières grues de l’Ilôt 14 fin 2018 ». Autre accélération en cette année 2018 : la future rénovation urbaine pour laquelle la ville a été retenue. La feuille de route est fixée : « Une nouvelle école des cerfs-volants, un nouveau gymnase Léo Lagrange, les quartiers du mail et du parc refaits, une liaison facilitée vers la gare et la reprise des délaissés de l’ANRU ».

Au final, pendant une bonne heure, Marc-Antoine Jamet aura réussi à emmener son auditoire sur les chemins de l’humour et de la gravité, de l’ironie et de la sincérité, des bilans et des perspectives.

Partagez :

Des Rolivalois aux côtés du Président de la République

Invités au forum national des conseils citoyens, deux Rolivalois ont eu le privilège de siéger aux côtés du Président de la République le 27 octobre dernier.

Aux côtés du Président
Aux côtés du Président

1000 participants et 2 heureux élus ! Oren Pouhé et Nadia Benamara se souviendront longtemps de ce jeudi 27 octobre : les deux Rolivalois, qui faisaient partie d’une délégation de Val-de-Reuil au forum national des conseils citoyens (Paris), ont été invités à s’installer aux premières loges, aux côtés de François Hollande. Plus d’une heure passée de part et d’autre du Président de la République venu conclure la journée de travaux.

Visiblement remarqués par la pertinence de leurs propos lors des ateliers organisés au fil de la journée, les deux habitants ont obtenu les faveurs des organisateurs parmi le millier de représentants des conseils citoyens de toute la France. « J’ai cru à une blague lorsqu’on est venu nous demander si nous acceptions de nous installer à côté du président. C’était un tel honneur », confie Nadia Benamara, séduite par la simplicité du Président. « Nous avons ri ensemble. Il a même pris mon téléphone pour faire un selfie avec moi ».

Une belle reconnaissance donc pour ces membres du conseil citoyen de Val-de-Reuil, venus avec trois autres habitants membres du conseil, deux élues et un agent municipal chargé du conseil citoyen.

Un conseil citoyen, c’est quoi ?

Installé en avril dernier, le conseil citoyen rolivalois a semble-t-il déjà trouvé sa vitesse de croisière. « 15 habitants et 15 partenaires sont mobilisés autour de ce dispositif », indique Fadilla Benamara, adjointe au maire en charge du conseil citoyen. Six mois après sa création, ses membres se sont déjà réunis cinq fois.

Véritable espace de propositions et d’initiatives où les habitants doivent avoir la parole, il a aussi vocation à leur permettre de participer aux comités de pilotage du contrat de ville ; il s’agit en résumé de coconstruire le projet urbain.

Si les conseils citoyens sont désormais obligatoires dans tous les quartiers Politique de la Ville, Val-de-Reuil s’était déjà imposé en pionnier bien avant la promulgation de la loi : dès 2012, un conseil citoyen avait ainsi été mis en place dans le cadre du plan stratégique local. Parce qu’ici, on l’a compris de longue date : pas question de bâtir le projet urbain au détriment de l’humain !
Voir notre page consacré à la Maison des Projets et celle consacrée au renouvellement urbain

Partagez :

Portes ouvertes à l’éco-quartier des Noés

Ce vendredi et ce samedi, Habitat Coopératif de Normandie, en partenariat avec la Ville de Val-de-Reuil, vous propose deux journées portes ouvertes de son éco-quartier des Noés.

Au programme notamment la visite des logements du parc de logements le plus écologique du département de l’Eure. Les équipes d’Habitat Coopératif de Normandie vous attendent pendant deux jours de 10 heures à 18 heures rue du Lièvre à Val-de-Reuil.

Partagez :

Hélène Geoffroy, secrétaire d’Etat à la Ville, en déplacement à Val-de-Reuil

Ce mardi 26 mars 2016, Hélène GEOFFROY, secrétaire d’Etat à la Ville, s’est rendue à Val-de-Reuil

Hélène Geoffroy en visite à Val de Reuil
Hélène Geoffroy en visite à Val de Reuil

La ministre a assisté à l’école des Dominos à la projection d’un film contre le harcèlement à l’école réalisé par des élèves de CM1/CM2. Au sein de l’établissement, elle a rencontré une classe dotée de tablettes numériques financées par l’Etat puis elle a échangé avec des acteurs du Programme de Réussite Éducative (PRE).

Elle a visité ensuite le théâtre de l’Arsenal, financé en partie par le PNRU, la ministre a tenu par cette visite à montrer la dimension culturelle que peut apporter le renouvellement urbain.

Visite à l'Arsenal - la dimension culturelle du renouvellement urbain
Visite à l’Arsenal – la dimension culturelle du renouvellement urbain

La ministre s’est rendue ensuite dans le quartier du Mail pour faire un point sur le Nouveau Programme National de Rénovation Urbaine (NPNRU) et lancer le Conseil citoyen.

Lancement du Conseil citoyen
Lancement du Conseil citoyen

Pour terminer, la secrétaire d’Etat a inauguré “L’Arbre de la Liberté” de Christian Zimmermann,  situé au carrefour de la chaussée du Parc et de la route des Sablons


 

Visite D’Hélène Geoffroy, Secrétaire D’état à La Ville – 26 Mars 2016

Flickr Album Gallery Powered By: WP Frank
Partagez :

Subvention exceptionnelle de 1,1 million d’euros pour Val-de-Reuil

L’Etat vient d’accorder à la plus jeune ville nouvelle de France deux subventions exceptionnelles de 873.456,63 euros et de 218.934,30 euros

Communiqué de Marc-Antoine JAMET,
Maire de Val-de-Reuil,
Vice-président du Conseil régional de Haute-Normandie

Le chef de bureau des finances et des investissements des collectivités locales auprès du Préfet de l’Eure vient d’en avertir la commune. Ce million cent mille euros sera affecté au financement du PNRU 2, pour renforcer le centre-ville. Il sera également dédié à la réduction de la dette de la Ville, priorité engagée depuis 2000 par notre municipalité qui est parvenue à la faire passer de 65 à 35 millions d’euros en moins de quinze ans. Il s’ajoute au million d’euros de recettes foncières acté lors du dernier conseil municipal. Il permettra à la Ville de continuer, comme depuis quinze ans, à ne pas augmenter les impôts des rolivalois tout au long de la mandature.

Partagez :

Vente de terrains à Val-de-Reuil : un million d’euros pour la Ville

Au cours du Conseil municipal du 24 novembre 2015, la Ville de Val-de-Reuil a vendu plus de 100.000 m² de terrains constructibles à six investisseurs. Le produit de ces cessions dépasse le million d’euros

Au-delà de sa dimension budgétaire, au-delà de ce témoignage supplémentaire de l’attractivité retrouvée de la plus jeune commune de France, cette opération permet la construction d’une centaine de maisons qui participeront à atteindre l’objectif de 1000 logements construits d’ici 2020, condition d’une vraie mixité sociale, du rééquilibrage entre logements sociaux et propriétés privées, de la constitution de parcours locatifs sur le territoire communal. Plusieurs projets importants n’attendaient donc que le feu vert du Conseil Municipal.

La Ville en retirera, premièrement, un gain démographique. Sur le terrain de l’ancien Foyer des Horizons, aujourd’hui « désaffecté » et dont l’entretien permanent demeure, sur près de 5200m², à la charge des services techniques de la Ville, la société AMEX propose la réalisation de 14 logements. La société Altitude Lotissement souhaite quant à elle racheter deux vastes parcelles de 86.226m² actuellement en friche entre l’éco-quartier des Noés et l’avenue des Falaises afin d’y aménager 77 lots à bâtir. Ces 100 logements apportent à la commune 100 nouvelles familles dont les enfants rejoindront les écoles, dont les parents fréquenteront les commerces, dont les loisirs animeront les installations sportives et culturelles, dont les contributions abonderont les recettes communales.

La Ville en retirera, deuxièmement, un gain économique. Une offre de commerces et de services plus riche, la présence d’entreprises plus nombreuses seront la conséquence de cette décision municipale. C’est ce que permet, par exemple, la vente d’un terrain de 5000m², voie des Clouets, à la société de géomètre-expert AGEOS, actuellement locataire de locaux devenus vétustes et exigus voie du Futur. C’est ce que permet également l’installation d’une boulangerie-pâtisserie près du nouvel écoquartier des Noés. C’est ce que permet aussi l’acquisition, avenue des Falaises, à côté de la maison du département, d’un terrain d’une superficie de 1600m² sur lequel s’implantera un cabinet de médecins. C’est ce que permet enfin la construction d’un centre de formation en soins paramédicaux porté par le F4S. Grâce à ces investissements, c’est tout un quartier qui se construit autour du nouveau théâtre, de la gare modernisée et des nouveaux ateliers municipaux.

La Ville en retirera, troisièmement, un meilleur aménagement urbain. Le conseil municipal a accueilli, en effet, les représentants du groupement IMMOCHAN/NACARAT/Jacques FERRIER Architectures retenu qui ont décrit leur projet pour l’Ilot 14, vaste parcelle qui accueillera de nouveaux logements, de nouveaux commerces, de nouvelles offres de services et de formations, un véritable centre-ville pour que Val-de-Reuil poursuive sa marche en avant.

Outre qu’ils seront la base d’investissements futurs considérables, ce million d’euros est un moyen, à l’heure du redressement des comptes publics, de maintenir la bonne santé financière de la Ville, de ne pas augmenter sa fiscalité, de diminuer sa dette, de poursuivre son développement et de tenir le cap des 20 000 habitants.

Le reportage vidéo sur France 3

Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

Partagez :

Lieu(x) de Valeur : la fresque et le travail des ateliers dévoilés

Dans le cadre de ce projet “Lieu(x) de valeur” des ateliers ont été organisés depuis le mois d’octobre et leur réalisation présentée à cette occasion…

« Les paysages appartiennent à ceux qui les habitent » disait Maximo Venturi Feriolo philosophe italien. Chacun d’entre nous a, dans le paysage urbain qui l’entoure, un lieu de valeur, un objet, un paysage qui lui est particulièrement cher. Fort de cette conviction, l’Association « Cités m’étaient contées…» (Collectif regroupant sociologue, urbaniste, paysagiste et plasticien) et la Ville de Val-de-Reuil ont proposé un jeu photographique qui consistait à prendre en photo, un lieu, un objet, un paysage auquel les Rolivalois tenaient pour construire ensemble avec toutes ces photos accumulées, sous l’œil d’un artiste paysagiste, une œuvre- image de la Ville.

cette fresque photographique qui a été créée et présentée avec le public co-auteur, plus de 200 personnes dont beaucoup de jeunes, le vendredi 6 février 2015 à la médiathèque Le Corbusier
cette fresque photographique qui a été créée et présentée avec le public co-auteur, plus de 200 personnes dont beaucoup de jeunes, le vendredi 6 février 2015 à la médiathèque Le Corbusier
Atelier « Traversées » : où l’on a (re)découvert la ville sous forme de chasse au trésor pour reconstituer la ville sous la forme d’un puzzle
Atelier « Traversées » : où l’on a (re)découvert la ville sous forme de chasse au trésor pour reconstituer la ville sous la forme d’un puzzle
« Ma ville au patrimoine mondial de l’UNESCO » : où l’on a proposé d’inventorier les valeurs sensibles de la ville pour en constituer un blog ; atelier « Conte-moi ta ville » : où l’on a proposé une ballade guidée dans la ville par des personnages inventés
« Ma ville au patrimoine mondial de l’UNESCO » : où l’on a proposé d’inventorier les valeurs sensibles de la ville pour en constituer un blog ; atelier « Conte-moi ta ville » : où l’on a proposé une ballade guidée dans la ville par des personnages inventés
Atelier « Herbier du béton et du bitume » : où l’on a proposé une ballade-cueillette à travers la ville pour composer un jardin imaginaire
Atelier « Herbier du béton et du bitume » : où l’on a proposé une ballade-cueillette à travers la ville pour composer un jardin imaginaire
Enfin l'atelier « Croque ta ville » : où l’on a construit une maquette géante de la ville dégustée par tous, le jour « J » de l’inauguration !
Enfin l’atelier « Croque ta ville » : où l’on a construit une maquette géante de la ville dégustée par tous, le jour « J » de l’inauguration !

L’association   « Cités m’étaient contées », à l’origine du projet, et l’artiste Gianni Burattoni, sont présents en salle d’exposition les 20 et 21 février et disponibles pour présenter aux visiteurs le concept de cette exposition, présenter l’œuvre et les résultats des ateliers. La fresque photographique « Lieu(x) de valeur », est visible à la médiathèque jusqu’au 6 mars.

Partagez :

Première étape du PNRU2 : Val-de-Reuil reçoit la Ministre en charge de la Politique de la Ville

Val-de-Reuil a été retenue parmi les 200 sites à « enjeu national » qui vont bénéficier du Nouveau Plan National de Rénovation Urbaine

Accueil républicain devant la mairie par M. Marc-Antoine Jamet, Maire de Val-de-Reuil, M. René Bidal, Préfet de l’Eure, M. Jean Louis Destans, Président du Conseil Général de l’Eure, Mme Janick Léger Conseillère générale du canton de Val-de-Reuil et la Municipalité
Accueil républicain devant la mairie par M. Marc-Antoine Jamet, Maire de Val-de-Reuil, M. René Bidal, Préfet de l’Eure, M. Jean Louis Destans, Président du Conseil Général de l’Eure, Mme Janick Léger Conseillère générale du canton de Val-de-Reuil et la Municipalité

Parmi ses premiers déplacements organisés dans cette perspective, Mme Myriam El Khomri, Secrétaire d’Etat chargée de la Politique de la ville, a décidé de se rendre mercredi 7 janvier dans l’Eure et de visiter la plus jeune commune de France afin d’y constater les progrès accomplis lors des deux premières opérations de rénovation urbaine (ORU, puis ANRU), dont, pour un peu plus de 100 millions d’euros, a bénéficié la « cité contemporaine ».

Le programme de travail, dont cette visite devait marquer la première étape, a été également tourné vers l’avenir. Il a jeté les bases des quatre étapes essentielles au démarrage rapide de l’opération rolivaloise : 1) désigner une équipe de maîtrise d’ouvrage et un comité de pilotage. 2) envisager ce que pourra être l’enveloppe dévolue à Val-de-Reuil, enveloppe qui avait été estimée entre 35 et 50 millions d’euros. 3) interroger les partenaires publics (Caisse des Dépôts, CAF, etc.), les collectivités locales (Agglomération, Département, Région) et bailleurs sociaux sur ce que pourra être la répartition du budget nécessaire et leur niveau d’engagement. 4) définir une liste d’opérations prioritaires.

Visite du quartier du Mail
Visite du quartier du Mail
Quartier du Mail (suite) : Présentation cour des Mousquetaires du projet de restructuration par Eure-Habitat
Quartier du Mail (suite) : Présentation cour des Mousquetaires du projet de restructuration par Eure-Habitat

Au titre de ces dernières, la municipalité souhaite naturellement inclure les 150 logements du Quartier du Mail, dont la rénovation a été évaluée à une dizaine de millions d’euros et qui auraient dû figurer parmi les deux premières vagues de réhabilitation entamées dès 2001, s’ils n’avaient été hors des limites administratives d’intervention de l’ANRU, la copropriété dégradée de la Garancière sur la Grosse Borne, la Maison des services publics actuellement étudiée en collaboration avec la Préfecture de L’Eure ainsi que Bernard Cazeneuve, Ministre de l’Intérieur, s’y était engagé, le centre commercial de l’îlot 14, entre Avenue des Falaises et Route de la Voie Blanche, pour lequel les deux équipes finalistes présenteront en mairie le lundi 12 janvier un projet déjà aidé par la baisse de la TVA à 5,5% sur les constructions de la Ville Nouvelle, son intégration dans le contrat d’agglomération Seine-Eure et son classement en zone B2 au titre de la Loi Dufflot.

Présentation par le Maire de Val-de-Reuil des opérations de l’ANRU dans les locaux du nouvel Hôtel d’Entreprises des 4 Soleils
Présentation par le Maire de Val-de-Reuil des opérations de l’ANRU dans les locaux du nouvel Hôtel d’Entreprises des 4 Soleils
Les photos de Sylvain Bachelot phtographe ©
Partagez :

Jamais deux sans trois : Val-de-Reuil parmi les 200 quartiers prioritaires du nouveau programme national de renouvellement urbain !

Il est des tournants qu’une Ville doit savoir prendre, qu’elle ne peut pas manquer qu’elle n’a pas le droit de rater. Par trois fois en quinze ans seulement, le destin, la place, l’avenir de Val-de-Reuil, se seront joués autour du dossier de son renouvellement urbain.

En 2001, la plus jeune commune de France se relève à peine d’une situation financière dramatique qui lui fait cumuler une dette colossale, une fiscalité brutalement et massivement augmentée à la demande conjointe du préfet et de la chambre régionale des comptes, une adhésion à Seine-Eure, qui n’est alors qu’une communauté de communes, marquée par la cession à l’établissement public nouvellement créé et en position de force de l’ensemble de ses terrains disponibles et jusqu’à l’instruction des permis de construire. L’inscription de la dernière-née des Villes Nouvelles parmi les premières opérations de renouvellement urbain, décision fondamentale prise par Claude Bartolone, va desserrer l’étau qui enserre Val-de-Reuil en lui redonnant une capacité d’investissement, et en la dotant de trente millions d’Euros, de procéder aux aménagements, aux réparations, aux améliorations que ses habitants exigeaient.

En 2005, sélectionnée une fois encore, dès les premiers jours de son existence, par l’agence nationale de rénovation urbaine, l’ANRU, Val-de-Reuil, avec l’aide  du département, grâce à Jean Louis Destans toujours présent, de la région avec Alain Le Vern, puis Nicolas Mayer-Rossignol, fidèles entre les fidèles,  des Préfets, deus ex machina de ce miracle, Bernard Fragneau, Jacques Laisné,  Richard Samuel, Fabienne Buccio, Dominique Sorain, René Bidal, mais aussi de ses partenaires et de ses bailleurs, je songe à IBS, à Eure Habitat, à la Siloge, va prendre un nouvel essor. Il s’agit pour la Ville de redonner confiance aux milieux économiques, aux promoteurs et aux autorités administratives afin de relancer l’activité sur les parcs industriels à son profit comme à celui de ses voisines, de compenser un contrat d’agglomération plus que chiche à son égard et d’entamer, enfin, sa modernisation en utilisant au mieux les 100 millions d’euros que lui accorde alors Jean-Louis Borloo, Ministre de la Ville. Equipements publics (commissariat, collège Alphonse Allais, jardin sportif, théâtre, etc…), espaces publics (route des Falaises, dalle piétonne, place des Quatre Saisons, etc), habitat (déconstruction, réhabilitation, construction) qui verra 3.000 logements résidentialisés et réhabilités, une centaine disparaître et 500 être construits, cadre de vie et environnement (énergie solaire, chauffage au gaz, parkings, caméras de vidéo-vigilance, fibre numérique), une centaine d’actions urbaines, prolongées par l’effet multiplicateur de leur dynamique, vont accompagner la renaissance économique et démographique de Val-de-Reuil.

En 2014, cependant, la question se posait de voir la “cité contemporaine” rejoindre les agglomérations retenues pour le PNRU2, Plan National de Renouvellement Urbain de 2ème génération doté de 5 milliards d’Euros. Rien n’était sûr. La Ville était plus petite que les autres candidates. Leur liste est sur ce point éloquente. Peu de dossiers devaient être sélectionnés dans l’ouest français, ainsi que le démontre également la carte des villes retenues. L’Eure n’était pas la cible choisie par les concepteurs du plan. Alors que la Commune connaît encore de vraies difficultés et notamment le drame du chômage, certains disaient que la situation de Val-de-Reuil s’était déjà considérablement améliorée en termes d’implantations d’entreprises, de qualité du paysage, de sécurité garantie. Plus de la moitié des crédits étaient fléchés vers l’Ile-de-France et ses banlieues en difficulté : PACA soumis à la violence, la périphérie de la métropole lilloise, les bassins industriels de l’Est du pays confrontés à l’agonie de la sidérurgie et du charbon, les DOM-TOM oubliés des deux premières campagnes. On prédisait à la Ville qu’elle ne serait retenue, au mieux, que parmi les plans régionaux beaucoup plus limités, beaucoup moins dotés.

La sélection de Val-de-Reuil n’est donc que plus méritante et plus heureuse. Comment s’est-elle faite alors que Vernon, les Andelys et Louviers n’y sont pas, alors que Evreux-Nétreville profite de la porte ouverte par sa cadette de Gauche ? Sur trois arguments.

Sérieuse, solide et solidaire, Val-de-Reuil a joué le jeu qui lui était proposé, respecté les règles, privilégié l’efficacité et cela méritait récompense. Le parcours a été accompli tel qu’il avait été balisé par les architectes conseils de la Ville au premier rang desquels Philippe Vignaud. La maquette de l’ANRU a été scrupuleusement suivie ainsi qu’elle avait été définie avec l’agence jusqu’à la construction du théâtre devenue indispensable.

Le budget municipal a su donner la priorité aux opérations labellisées ORU quitte à retarder d’autres réalisations sans doute plus gratifiantes pour des élus, mais moins porteuses de subventions, moins indispensables. Lorsque des collectivités se sont montrées défaillantes ou réticentes, la Ville a pris leur relais devenant un des financeurs les plus importants de son propre redressement.

Enfin Val-de-Reuil a toujours accepté les audits, les vérifications, les contrôles de ses tutelles emportant leur confiance, acceptant que, chaque semaine, habitants, bailleurs, agents des services sociaux et techniques de la ville effectuent « un diagnostic en marchant » pour vérifier la bonne marche des chantiers, et réalisant un des cinq plans stratégiques locaux réalisés dans l’hexagone, dispositif créé par l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine (ANRU) et l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (ACSé), pour marquer la fin des travaux du renouvellement. La transparence était au rendez-vous.

Ouverte sur l’extérieur, citée en exemple par l’Agence, offrant la preuve par l’exemple d’une opération maîtrisée, la Ville a pu dans les derniers jours compter sur son réseau d’appuis et d’amis. Le Président de la République, en premier lieu, venu le 5 janvier 2013 inspecter une «opération de renouvellement urbain réussie» n’a pas oublié la promesse qu’il avait faite au maire qui le recevait. Laurent Fabius qui, depuis Grand Quevilly ou au Gouvernement, a toujours apporté à la commune son aide, ses conseils, sa force tranquille et son expérience unique, a mis, comme d’autres de ses collègues, son poids dans la balance

Les ministres de la Ville ont été décisifs :  Patrick Kanner évidemment qui a donné son feu vert, Myriam El Khomry qui annonce déjà sa venue prochaine dans la ville, Jean-Louis Borloo téléphonant et bondissant pour son “bébé rolivalois”, Claude Bartolone agissant et protégeant son action initiale. Combien de rencontres faites avec Fabrice Barbe, Catherine Duvallet, Fadilla Benamara, Jean-Jacques Coquelet, d’antichambres en bureaux parisiens, ont-elles permis de construire ce résultat collectif fondé sur le courage des habitants et la compétence des agents de la Ville ?

Que ferons-nous de cette chance ? Comment utiliserons-nous cet argent ? Vers la croissance, vers l’emploi, vers le développement, vers la modernité. Les immeubles du Mail pourront être refaits. Le prolongement de la dalle jusqu’à la Gare sera permis. La maison des services publics sera  réalisée.  « L’îlot 14 » sera enfin investi par des commerces.

Aujourd’hui Val-de-Reuil a gagné le droit d’envisager son existence avec optimisme pour les six prochaines années. À titre personnel, j’ai l’impression, en ayant réussi à qualifier ma Ville trois fois dans un processus difficile, d’avoir rempli précisément ma tâche, mérité la confiance que les Rolivalois ne m’ont jamais refusée, atteint l’objectif que je m’étais fixé : tout faire pour le bien de ma Ville et de ses habitants. J’en suis très fier. J’ai tenu mes promesses. J’ai rempli mon contrat. Retroussons-nous les manches et travaillons.

Marc-Antoine JAMET

Le courrier de Patrick Kanner, Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports et de Myriam El Khomri, Secrétaire d’Etat chargée de la politique de la Ville informant Marc-Antoine Jamet, Maire de Val-de-Reuil, « que le quartier Germe de ville est retenu dans la liste des sites à enjeu national

Télécharger ce document
[embeddoc url=”https://www.valdereuil.fr/wp-content/uploads/2014/12/courrier20141215MinistreVille.pdf” width=”100%” download=”all” viewer=”google”]

Partagez :

Art Urbain : votez pour Val-de-Reuil !

Val-de-Reuil aura peut être la chance d’obtenir un nouveau prix d’urbanisme ce jeudi grâce au remarquable travail réalisé par Lydie Chamblas sur le jardin de la grosse borne et la rue du pas des heures

Art urbain
Art urbain

Nous sommes encore en concurrence avec 4 autres villes françaises, alors si vous avez 30 secondes cliquez sur le lien ci-dessous : https://docs.google.com/spreadsheet/embeddedform?formkey=dHdkdHFsX0VmckVrZ01vVlM3LVByc1E6MA

Partagez :

Les perspectives de la suite du renouvellement urbain à Val-de-Reuil

La Ministre des droits des femmes, de la politique de la Ville, de la jeunesse et des sports, Najat Vallaud Belkacem, a annoncé quels étaient les quartiers et les villes retenus dans la nouvelle carte de la “géographie prioritaire” qui permet d’être bénéficiaire de la politique de la Ville du gouvernement

Interview de Mme Najat Vallaud Belkacem
Interview de Mme Najat Vallaud Belkacem

Dans cette interview au Moniteur, elle trace les grands principes de cette politique. Je vous invite en prendre connaissance. Ils seront mis en oeuvre ces prochains mois et ces prochaines années à Val-de-Reuil.

Notre Ville a été retenue et choisie pour faire partie de cette nouvelle étape. C’est pour elle une grande et bonne nouvelle. Ses efforts sont récompensés. Elle sera une nouvelle fois aidée.

Parmi nos espoirs de plus en plus proches : le Nouveau Programme national de de renouvellement urbain (NPNRU). Je rencontre dans les prochains jours le cabinet de la Ministre pour présenter nos projets, pour le Mail, pour les interstices de l’ANRU sur la dalle, pour les zones pavillonnaires qui se sont créées autour et qui sont un des enjeux que j’aimerais donner au plan qui pourrait concerner Val-de-Reuil. 

Le Moniteur m’avait sollicité pour connaître les perspectives de la suite de l’ANRU dans notre Ville. C’est précisément la réponse que j’avais faite. Elle est jointe ici et le hasard – ce qui est bon pour nous – a fait qu’elle s’est retrouvée sur la page voisine de l’entretien de la Ministre qui, décidément, nous connait bien.

C’est une nouvelle aventure qui commence. Avançons ensemble avec toujours la même passion pour la plus jeune commune de France et son avenir.

Interview de Marc-Antoine Jamet

Interview de Marc-Antoine Jamet
Partagez :

Vous êtes sans connexion