Étiquette : Garancière

La Ministre du logement dans la dynamique de Val-de-Reuil

La Ministre du Logement et de l’Habitat Durable s’est longuement arrêtée à Val-de-Reuil le 20 janvier. L’occasion pour elle de  sillonner la ville à la découverte des grands chantiers et projets mais aussi d’inaugurer l’écoquartier.

Sous le soleil de Val-de-Reuil
Sous le soleil de Val-de-Reuil

Jamais encore Emmanuelle Cosse n’avait foulé le sol rolivalois. C’est finalement une visite de plusieurs heures que la Ministre du logement et de l’Habitat Durable avait programmée dans la plus jeune commune de France le vendredi 20 janvier.

Et qu’importe le froid glacial de cette matinée d’hiver, elle s’est volontiers prêtée à une longue déambulation à travers la ville ; à commencer par un passage dans le quartier du Mail qui sera totalement reconfiguré dans le cadre de la prochaine opération de renouvellement urbain pour laquelle la ville a été retenue. «Il faut casser ici le sentiment d’enfermement”», indiquait Marc-Antoine Jamet.

15 ans de rénovation urbaine

Direction ensuite le gymnase Léo Lagrange dont la rénovation est également prévue dans le futur PNRU. Ici, Emmanuelle Cosse a pu découvrir un vaste panorama des réalisations menées au cours des 15 ans de rénovation urbaine. « Nous sommes parvenus à changer l’image globale de la ville ; à améliorer le cadre de vie », insistait le maire heureux de pouvoir bientôt achever cette transformation…

Une transformation dont Marc-Antoine Jamet rêve également pour la co-propriété La Garancière : une de ses grandes priorités ! Depuis de longues années, la ville et ses partenaires se mobilisent en effet pour trouver les financements nécessaires à la réhabilitation de ce bâtiment de 68 logements, construit dans les années 70 autour du Jardin de la Grosse Borne et très fortement dégradé.

Faute de moyens financiers, la plupart des propriétaires sont dans l’incapacité d’assurer le financement du ravalement de la façade, des travaux de chauffage et d’isolation…

Des solutions pour la Garancière

Interpellée sur le sujet alors qu’elle se rendait sur le site de la Garancière, la Ministre a pris le problème à bras le corps. « Je demande au Préfet de réunir rapidement tous les partenaires, collectivités et propriétaires pour accélérer le dispositif », a-t-elle assuré aux propriétaires présents ce matin-là avant de s’engager à prendre personnellement attache auprès de l’ANAH (agence nationale pour l’amélioration de l’habitat) pour qu’elle s’investisse dans ce dossier.

Une bonne nouvelle donc pour la Ville très impliquée pour trouver une solution rapide à ce problème mais aussi pour les habitants qui pourraient bientôt voir le bout du tunnel. « Ses propos nous rassurent. On espère maintenant que les choses vont aller vite », confie Mohamed Boukhssaye, un des membres du conseil syndical de la Garancière.

Un message que la Ministre a clairement fait sien: « Il faut agir vite », a –t-elle conclu ! (lire tout le détail sur la Garancière sur www.valdereuil.fr dès lundi).

1000 nouveaux logements

Agir vite, c’est justement le credo des investisseurs privés de plus en plus présents sur Val de Reuil où 1000 nouveaux logements devraient très prochainement fleurir. C’est à  l’Hôtel d’entreprises des 4 soleils, qu’ont ainsi été présentés à Emmanuelle Cosse les nombreux programmes immobiliers privés prévus. Amex, Altitudes, Nexity… sont mobilisés autour de ces chantiers tous azimuts « qui permettront de favoriser plus encore la mixité et inciter les salariés des parcs d’activités à s’installer à Val-de-Reuil », précisait le maire.

C’est finalement à l’écoquartier des Noés, inauguré en fin de matinée, que la Ministre a salué l’action municipale : « Je suis convaincue que le dynamisme de la ville et l’envie de faire avancer les projets explique pourquoi d’aussi grands architectes sont venus ici ». Philippe Madec, qui a dessiné l’écoquartier des Noés, fait partie de ceux-là.

Ecoquartier des Noés: «Un site extraordinaire»

Une chose est sûre: la ministre a véritablement été séduite par l’écoquartier : « Il fait partie des rares écoquartiers labellisés en France. C’est un site paysager extraordinaire ». Après avoir visité l’un de ses logements et rencontré ses occupants, Emmanuelle Cosse n’a pas manqué de saluer la qualité des usages de ces espaces, l’architecture comme la dimension écologique des logements, le développement de l’horticulture bio…

Pas étonnant donc qu’il soit la fierté de Marc-Antoine Jamet et de son équipe. « Nous sommes fiers notamment de sa mixité : les gens qui vivent ici viennent de Val-de-Reuil ou d’ailleurs, sont en accession à la propriété ou en location ; sont mélangés à la crèche et au parc écologique… ». Fiers aussi de la reconnaissance de tous les partenaires qui ont contribué au financement de ce programme d’exception.

Autant dire que cet écoquartier restera longtemps dans les mémoires. « C’est le premier quartier écologique du département et le premier écoquartier labellisé dans la région », indiquait Pierre Bibet, président de la Siloge. Un quartier tellement hors du commun que 8 ans auront été nécessaires pour venir à bout du projet.

Les photos

Partagez :

La Ministre du Logement à Val-de-Reuil ce vendredi

Val-de-Reuil accueillera Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l’Habitat durable, ce vendredi 20 janvier toute la matinée.

Val de Reuil va accueillir Emmanuelle Cosse
Val de Reuil va accueillir Emmanuelle Cosse

Plusieurs temps forts marqueront cette visite.

Cette visite ministérielle dans la plus jeune commune de France, est une manière de saluer la forte dynamique urbaine de la ville qui, après avoir construit 1000 logements et en avoir rénové 3000 autres au cours des dix dernières années, s’apprête à en construire 1000 de plus.

Déambulation dans le quartier du Mail
Aux alentours de 9h30, accompagnée de Marc-Antoine Jamet, la Ministre quittera la mairie où elle aura été accueillie par le Conseil Municipal pour rejoindre le gymnase Léo Lagrange, équipement sportif dont la réhabilitation est prévue et qui situé à la jonction du quartier du Mail et de celui du Parc au cœur de l’opération de PNRU2, plan national de renouvellement urbain (PNRU) 2e génération dotée de 50 millions d’Euros pour laquelle la ville de Val-de-Reuil a été retenue avec deux cents autres candidats dans la France entière. Le bilan des deux premières opérations de renouvellement urbain dont, à hauteur de 35 millions d’euros d’abord, puis de 100 millions d’euros ensuite, a bénéficié Val-de-Reuil depuis le début des années 2000 sera présenté à la Ministre.

Les conséquences favorables de cette opération sur les conditions et le cadre de vie des habitants, sur la mixité sociale et architecturale de la Commune seront évidemment mises en avant, comme les investissements associés qui ont permis l’amélioration de la sécurité et de la propreté, la création d’espaces publics de qualité, la réhabilitation et la modernisation environnementale du Parc Social, le développement de nouveaux quartiers en entrée et en sortie de Ville.… Les principaux projets de la maquette PNRU2 lui seront également présentés, ainsi qu’un point sur l’avancement du projet.

1000 logements à venir
Alors que le potentiel économique de Val-de-Reuil, à bien des titres poumon industriel de l’Agglomération, est largement reconnu, les salariés des entreprises concernées habitent encore peu la Ville. La Ministre viendra donc soutenir les différents projets immobiliers (Nexity, Amex, Altitude Logements, Siloge), souvent des programmes privés et en accession à la propriété, qui verront le jour d’ici 2020 (déjà lancés pour certains).

Parmi ceux-ci, plusieurs opérations véritablement innovantes seront présentées, en avant-première, à la Ministre devant l’Hôtel d’entreprises des Quatre Soleils. Il s’agit de convaincre les jeunes ménages, les salariés, représentants les classes moyennes de s’installer à Val-de-Reuil.

Cette dynamique, outre qu’elle favorisera la mixité sociale et l’accroissement démographique d’une Ville qui espère atteindre les 20000 habitants en 2020/2025, réduira davantage encore la part de logements sociaux à Val-de-Reuil sans en chasser un seul locataire. Portée à un maximum de 93% en 2000, l’objectif est de la faire passer de 63 % aujourd’hui à 50 % ou mains.

La Garancière au coeur de la visite
La copropriété de La Garancière, sur le Germe de Ville, sera également un moment important. Depuis de longues années, la ville et ses partenaires, singulièrement IBS, se mobilisent pour trouver les financements nécessaires à la réhabilitation de ce bâtiment de 68 logements, construit dans les années 70 autour du Jardin de la Grosse Borne et très fortement dégradé. Faute de capacité de financement de ses propriétaires privés, un plan de sauvegarde – établi en 2008 sans avoir pu aboutir – vient d’être relancé.

Le Maire de Val-de-Reuil, Marc-Antoine Jamet, appelle tous les partenaires à se regrouper, avec l’aide de l’Etat, pour sortir de cet impasse. Réunis autour de la ministre ce vendredi, ces différents acteurs (que sont la Ville, l’Agglomération Seine-Eure, l’Immobilière Basse Seine et le syndicat de copropriété) présenteront les solutions envisagées.

Inauguration de l’écoquartier
L’inauguration de l’écoquartier des Noés se fera peu après 11h. Ce programme a déjà attiré l’attention de la Ministre puisqu’en décembre, elle avait personnellement remis à la municipalité, qui venait de remporter dans la semaine précédente deux autres prix nationaux d’urbanisme, le label « écoquartier » qu’elle a attribué aux Noés.

Premier écoquartier labellisé dans l’ensemble de la grande Normandie, celui-ci abrite 98 logements bioclimatiques chauffés par une chaudière collective au bois, une crèche municipale de 30 berceaux, des parcelles de culture bio… autour d’un immense parc écologique en bordure de la rivière Eure. Ce programme, dont la dernière tranche a été livrée fin novembre, a été conçu par l’architecte Philippe Madec, construit par la société Quille pour le compte de la Siloge, sous l’impulsion de la ville de Val-de-Reuil. C’est donc un véritable projet d’équipe au cœur de la dynamique du développement durable.

L’écoquartier des Noés a également la particularité de remettre l’agriculture au cœur de la ville : l’association Ysos y cultive en effet quatre parcelles de fruits et légumes bio, dans le cadre de chantiers d’insertion. Emmanuelle Cosse pourra ainsi découvrir dans la Cité contemporaine plusieurs des aspects fondamentaux d’une politique de développement social et économique qu’elle défend avec force et conviction au sein du Gouvernement.

Partagez :

Vous êtes sans connexion