Étiquette : citoyen

Une journée de la laïcité pas comme les autres au lycée Marc Bloch

Tout au long de la journée d’hier, l’ensemble du corps éducatif du Lycée Marc Bloch s’est mobilisé en faveur de la laïcité. Lecture de textes, chansons, inaugurations… Reportage fort en émotion ! 

Chaque année depuis sa création, la Ville de Val-de-Reuil célèbre la journée de la laïcité pour rendre hommage à la loi de 1905 qui sépare l’église de l’État. 24h de mobilisation autour d’une seule et même valeur : le vivre ensemble. Au lycée Marc Bloch et dans les écoles rolivaloises, diverses actions ont été menées dont un hommage significatif au professeur Samuel Paty, décédé en 2020. 

Une salle au nom de Samuel Paty 

Jeudi midi, les couloirs du lycée Marc Bloch étaient bien remplis. Non pas pour la pause méridienne, mais pour une cérémonie symbolique, préparée depuis de nombreuses semaines par les élèves et leurs enseignants. “Aujourd’hui, c’est un mélange d’émotions qui règne dans notre établissement. Cette salle de conférences qui est derrière moi a longtemps accueilli nombre de réunions, prestations musicales, des débats sur lesquels jeunes et moins jeunes ont pu débattre sur des sujets avec liberté et respect. Sur des valeurs, celle de la République qui vous aident, vous jeunes adultes, à devenir des citoyens responsables”, introduit Thi Hoa Phuong Lefevre, la proviseure de l’établissement, devant une horde de lycéens de tous les niveaux. Un coup de ciseau pour inaugurer le nom de cette nouvelle salle : “Salle Samuel Paty”. À l’intérieur, des écrits et des illustrations, toutes en lien avec un seul et même principe, celui d’être laïque. Au milieu de celle-ci trône la photographie de l’enseignant, un geste fort pour l’établissement qui déroule une cérémonie forte, poignante et pleine de sens.

Poèmes et chansons

“Je suis l’enseignant, de toléré à banni, puis, acidulé comme héros de la belle France. Tous m’ont dit : Au revoir notre cher Monsieur Paty…” commence alors Antoine, un Rolivalois de 16 ans qui a écrit son texte en une soirée. “ Ce projet est génial, il y a beaucoup de cohésion entre nous tous. La laïcité est quelque chose qui règne, on doit la conserver. Ce texte est un hommage qui permet d’expliquer ses enjeux et ce qu’elle représente” , explique le jeune homme qui n’est pas le seul à passer devant le public. Musiciens, chanteurs, slameurs… De 15 à 18 ans, une dizaine de jeunes adolescents ont préparé des écrits riches de sens. Après une interprétation de la chanson de U2 “One Love”, c’est au tour de Medhi, 15 ans, de se lancer dans la lecture d’un texte de Gauvain Sers. Pour le jeune homme, la laïcité est dans les veines de sa Ville : “À Val-de-Reuil, il y a un rassemblement culturel très important, les habitants viennent de tous les horizons et vivent ensemble sur un pied d’égalité.”  Vivre en société, c’est également ce que Kawtar a voulu exprimer. À travers son texte, la jeune femme de 18 ans ne s’attendait pas à faire d’un exercice de classe une présentation devant une centaine de personnes : “On vit en France, on est une diversité, il y a tellement de religions, il faut vivre tous cohabiter.” 

Une Marianne et un arbre de la laïcité

Diversité, Together, harmonie… Des mots et des textes que l’ensemble des lycéens ont ensuite accrochés dans un “arbre de la laïcité” pour exprimer, parfois anonymement, leurs pensées. Puis, au premier étage, le tableau d’une Marianne a été divulgué. Un symbole fort de la République bercé par une Marseillaise en chœur. 

“Cette salle, cette Marianne, ce tableau est original, ce sont les valeurs de la république, on nait laïque et il faut continuer à l’être. On le voit d’ailleurs avec les photos réalisées dans les écoles de la Ville,  c’est important tout petit de continuer, la fierté de notre territoire réside dans la laïcité” , a lancé Catherine Duvallet, première adjointe au maire, face à ces regards, ces personnalités, tous unis dans un lycée, une Ville, un pays qui permet à tous de vivre libres et égaux en droit.

“Ensemble, un projet qui rassemble. » Un crédo pour cette journée que Mahylis a cloturé par ses écrits : “Je voulais émouvoir le public, prendre part de l’actualité qu’il ne faut pas oublier.” 

Tout au long de l’année scolaire, des actions continueront d’être portées par les lycéens et enseignants.

Partagez :

La laïcité ne se négocie pas !

Il est des questions importantes dont le traitement repose sur une méthode, une cohérence, des convictions. Quand on a l’honneur d’être le Maire d’une commune, il faut être un tant soit peu sérieux. J’ai donc été effaré de découvrir, avec la chute des premiers glands, une sorte de sondage assez obscur, un questionnaire plutôt stupide, déposé, clandestinement, de nuit, entre deux publicités, dans ma boîte aux lettres par un parti d’extrêmes populistes. On m’y demandait ce que je pensais de la laïcité et de la sécurité comme s’il s’agissait d’une lessive, d’un plat surgelé ou de couches pour bébé. Quelle confusion ! Le travail municipal ne consiste pas à rechercher sur tous les sujets le plus petit dénominateur démagogiquement commun entre tous les habitants (du moins ceux qui répondraient à ce genre de « quizz »…), puis, ayant défini – par quel calcul ? – la moyenne de leurs opinions, y compris les plus contestables, à s’y raccrocher en catastrophe pour prendre une décision idiote. Il faut y mettre du sien, il faut y mettre du cœur …

Marc Antoine Jamet - Maire de Val-de-Reuil
Marc Antoine Jamet – Maire de Val-de-Reuil

Pour gérer une commune, il faut d’abord savoir se gérer soi-même – conseil gratuit que je donne à ceux que, en mars prochain, ce beau sacerdoce tenterait -, mais aussi savoir inventer et imaginer, vouloir changer et transformer, bref réfléchir, choisir et agir, faire des propositions à nos partenaires (nous ne vivons pas, seuls, isolés, sur la planète Mars !) et surtout aux habitants qui sont en droit d’en attendre de ceux qu’ils ont précisément désignés pour cela. En d’autres termes, il faut se bouger, faire preuve d’intelligence dans les actes, d’énergie dans leur mise-en-œuvre, de respect dans l’information qui en est donnée aux personnes concernées. Paresseux et amateurs s’abstenir…

La République est un tout

La République, y compris au niveau local, n’est pas un restaurant à la carte, ni un programme d’excursions sur option. Il ne s’agit pas de choisir entre éducation ou emploi, entre hôpital ou commissariat, entre sports ou culture ou, pire, entre différentes catégories d’habitants, les riches et les pauvres, les nouveaux et les anciens, les jeunes et les vieux, ceux qui croyaient au ciel et ceux qui n’y croyaient pas. C’est un objectif global qu’il faut atteindre et qui transcende, au nom de l’intérêt général et par le service public, toutes les différences. On doit y parvenir avec des moyens financiers limités, sans augmenter dette et impôts. C’est le rôle d’un maire et d’élus honnêtes, efficaces, compétents. Tout le reste n’est que diversion. Ce n’est pas en additionnant au décrochez-moi-ça deux ou trois carottes Poutine, un cageot de choux Salvini, une botte de navets Orban, le tout assaisonné d’une pincée de Bolsonaro et d’un zeste d’Erdogan, qu’on fera le bonheur des Rolivalois. Une Ville a besoin d’un programme et d’un projet. Solides. Utiles. Réalisables.

Ce n’était manifestement pas le but du questionnaire dont je vous parle. Ses auteurs en auraient été bien incapables. Alors, faute d’idées et de projets, ils en sont revenus aux bonnes vieilles méthodes, jouant sur les peurs et les angoisses que nous pouvons parfois ressentir, sortant du placard la laïcité qui, à Val-de-Reuil, serait – selon eux – menacée.

Avec moi pas d’autre drapeau dans les lieux publics que celui de notre Nation, celui de Valmy, d’Arcole et de Verdun. C’est net. Je tiens cette ligne depuis 20 ans et la tiendrai tant que je serai en situation de le faire.

Pour mettre un terme immédiat à cette polémique, je veux vous dire combien, sur ce chapitre, la feuille de route de la Mairie est simple. La loi de 1905, toute la Loi de 1905, rien que la Loi de 1905. La municipalité ne subventionne, ni ne salarie aucun culte, mais elle reconnaît et protège toutes les religions, notamment lorsqu’elles sont établies sous forme d’associations ayant pignon sur rue. La Mairie est indifférente aux dogmes, mais veille à ce qu’ils n’aient strictement aucune influence sur les menus des cantines, les tenues des mariages, la fréquentation des piscines, les programmes des écoles, l’accueil à l’état-civil. C’est clair. Avec moi pas d’autre drapeau dans les lieux publics que celui de notre Nation, celui de Valmy, d’Arcole et de Verdun. C’est net. Je tiens cette ligne depuis 20 ans et la tiendrai tant que je serai en situation de le faire. Dussé-je en décevoir certaines ou certains, y compris parmi les gens qui m’apprécient. Peu importe, la laïcité est pour moi un horizon indépassable. Pas de croix, pas de croissant, pas d’étoile. Tout pour Marianne. J’applique cette politique avec autorité (elle m’est assez naturelle), mais sans autoritarisme. C’est ma manière de faire.

Laïcité pour tous, neutralité pour chacun

La laïcité, que je fais vivre, est juste et précise. Elle est garante du vivre-ensemble. C’est un rempart contre l’extrémisme ou le communautarisme qui font front, ensemble, pour déstabiliser notre pacte républicain. En matière de sorties scolaires, ce ne sont pas des mères de famille qu’il faut humilier, ce sont des enfants, filles et garçons, qu’il faut éduquer. Ce n’est pas la pratique religieuse qu’il faut craindre – elle est garantie par l’État -, c’est la radicalisation qu’il faut combattre au nom de la démocratie, de la liberté de pensée et, évidemment, des droits des femmes (qui, d’après mes observations personnelles, dont je reconnais qu’elles valent ce qu’elles valent, ne sont pas plus diaboliques que les hommes). Pour autant, sommer tous les habitants qui seraient de telle ou telle confession de s’excuser collectivement à chaque fois qu’un fou, prétendument en leur nom, commet un attentat serait odieux et aussi absurde que de ne pas prendre en compte leur inquiétude quand leurs coreligionnaires sont victimes, eux aussi, de violences. Je vais à l’église quand une famille me demande de prendre la parole, après le prêtre de la paroisse, pour rendre hommage à un défunt, pour assister à un mariage ou à un baptème. J’en suis fier et heureux. Je vais à la mosquée quand plusieurs centaines de nos concitoyens qui ont fait de ce lieu le cadre de leur spiritualité se rassemblent, car c’est pour moi l’occasion de parler et dialoguer avec leur association. Quoi de plus normal. Je ferai de même s’il s’agissait de me rendre dans un temple, une pagode ou à la synagogue. Je n’en suis pas pour autant tourné vers le Vatican, la Mecque, Jérusalem ou Katmandou. Peut-être est-ce le cas dans mon for intérieur, ma pratique dans la vie privée ? Vous n’en saurez rien. Comme Maire, je fais montre dans le traitement de ces questions de la plus grande neutralité. C’est mon devoir. J’ai pour ceux qu’elles passionnent le plus grand respect. C’est ma sensibilité.

En public, dans ma fonction, pour mon mandat, ma seule religion, c’est la République : celle de Clémenceau, de Ferry, de Gambetta. Si nous sommes vraiment patriotes (et je le suis), sûr de nous, de notre culture, de notre belle langue française, de nos instituteurs, de nos institutions, de nos agents publics, de notre devise, de notre hymne national et de notre drapeau bleu-blanc-rouge, peut-être même de notre manière de nous vêtir, qu’avons-nous à craindre ? Rien. Comme souvent, ceux qui crient au loup sont des couards, des provocateurs, des plaisantins ou des irresponsables. Moi je tiens la barre entre les écueils. Fermement. Habilement. Calmement.

Marc-Antoine JAMET
Maire de Val-de-Reuil.

 

L’éditorial

 

Les éditos de Marc Antoine Jamet

Erreur : la vue de4e60bzb2 n’existe pas
Partagez :

Vous êtes sans connexion