Premiers pas dans la peinture

À chaque vacances scolaires, les chantiers jeunes reprennent du service ! Pendant deux semaines, huit lycéens de Marc Bloch ont usé de leur pinceau pour rafraichir les murs et les places de parking de la ville. Reportage.

Ça réchampit et ça rafraichit depuis deux semaines dans les recoins de la ville. En effet, depuis le début des vacances de la Toussaint, huit jeunes élèves du lycée Marc Bloch s’affairent à embellir les rues rolivaloises dans le cadre des chantiers jeunes. De 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30, les jeunes peintres en herbe donnent de leur temps libre en échange d’un contrat de travail de 35h payé environ 600 euros les 1O jours. “C’est un dispositif qui est très pédagogique. C’est important d’avoir des encadrants qui connaissent le métier. À la fin, les jeunes peuvent refaire leur chambre ! “ souligne Mohamed Atif, le directeur du pôle médiation du CCAS (Centre communal d’action sociale) de la ville. Entre expérience professionnelle, lien social et argent de poche, la peinture ravit tout le monde!

Apprendre tout en se faisant de l’argent

Seau en main, peinture blanc cassé bien mélangée, le rouleau essoré… Et c’est parti pour un après-midi de chantier pour effacer les tags des murs du garage de l’immeuble des Cascades ! “On leur explique les différentes techniques de peinture, la préparation, la méthode pour les murs… Le but, c’est que plus tard, ils le fassent chez eux” explique Sébastien Muller qui encadre deux jeunes peintres de 17 ans. Pour les deux lycéens, c’est une première ligne qu’ils pourront ajouter dans leur CV. “C’est bien, ça permet de découvrir le monde du travail et de se faire de l’argent de poche pour le permis.” se réjouit Meryem qui avoue ne jamais avoir peint de sa vie. Denzel quant à lui, a déjà un bon coup de pinceau : “J’ai repeint la cuisine et les couloirs chez moi.”  

“S’il y a besoin, j’aiderai mes proches pour les travaux par la suite”

Du côté de la voie blanche, c’est l’heure de la pause de 15h pour la deuxième équipe composée de quatre bricoleurs. La fin du chantier approche : “Ils refont les couleurs de cet immeuble de la SILOGE. On a choisi du gris et du crème” indique leur encadrant Esmel Memel. Pour deux d’entre eux, ce n’est pas leur premier chantier. “J’avais déjà participé l’année dernière. C’est vraiment bien, s’il y a besoin, j’aiderai mes proches pour les travaux par la suite “ projette Ulryche tout comme sa collègue Dounia qui avait déjà manié le rouleau en 2018. Louka lui, à une expérience de famille : “Mon grand père était peintre donc j’ai quelques bases.  Je trouve ce dispositif super, ça apporte une expérience en plus.”  Siredia quant à elle est du même avis. La jeune femme de 16 ans n’a jamais peint et pourtant, le travail accompli l’a fait sourire derrière son masque. “Je trouve ça bien. On découvre le monde du travail et on peut mettre de côté pour nos études.” se ravit Florian du haut de ses 17 ans.

Grâce aux jeunes rolivalois, les places à mobilité réduite rayonnent d’un bleu flamboyant, les murs ont retrouvé leurs couleurs et les tags des garages sont effacés ! Un travail de qualité pour une expérience unique à renouveler !

Si la situation sanitaire le permet, les prochains chantiers jeunes auront lieu pendant les vacances d’hiver, du 22 février au 5 mars 2021. 32 élèves du lycée Marc Bloch sont déjà au planning pour la nouvelle année.

Partagez :