Auteur/autrice : Céline Jégu

Un chêne du château de Versailles prend racine à Val-de-Reuil

Un chêne, descendant du doyen des arbres du château de Versailles, vient d’être offert à la Ville de Val-de-Reuil. Pour l’occasion, Catherine Pégard, la présidente du château, est venue en personne participer à sa mise en terre le 8 mai. 

Jamais encore un arbre du château de Versailles n’avait voyagé hors du domaine. C’est dire la fierté de Val-de-Reuil d’inaugurer cette grande première. Depuis le 8 mai, un descendant direct du doyen des arbres admirables du parc royal, planté en 1670, a pris racine dans la dernière-née des villes des France, devant l’entrée de l’ancien château du Vaudreuil, face au Parc Sud.

Si ce chêne, témoin privilégié de trois siècles d’histoire, n’est aujourd’hui encore qu’une toute jeune pousse, nul doute qu’il est promis ici à un bel avenir. « Je suis sûre il va bien vivre et grandir à Val-de-Reuil car le climat normand est très sain », confiait Catherine Pégard, présidente du château de Versailles, venue en personne participer à la plantation de cet arbre exceptionnel qu’elle a souhaité offrir à Marc-Antoine Jamet.

Une aventure débutée dans les coulisses du domaine national de Trianon lorsque Alain Baraton, jardinier en chef du Parc de Versailles, prenait l’initiative il y a quelques années de reproduire les arbres les plus admirables parmi les 350 000 que comptent les jardins. « Nous avons alors créé une pépinière où poussent les petits de ces arbres historiques », souligne Catherine Pégard. Le premier d’entre eux à prendre son envol sera donc désormais rolivalois ; comme le symbole de l’union entre les deux communes aux liens insoupçonnés.

Première et dernière nées des villes nouvelles

“Versailles et Val-de-Reuil sont toutes deux des villes nouvelles”, rappelait Marc-Antoine Jamet. La première, créée en 1673 autour du château conçu pour émerveiller le monde; la seconde à partir de 1970. “Chacune à sa façon est le reflet de son époque. 300 ans et 50 km séparent la première et la dernière née des villes nouvelles”. 

Ce samedi 8 mai, c’est donc de manière décisive qu’elles se sont rapprochées autour de ce chêne planté sur un site tout aussi symbolique pour les deux communes : l’entrée de l’ancien château du Vaudreuil, détruit en 1945. Peut-être l’ignoriez-vous mais les jardins de notre joyau local disparu furent dessinés, comme ceux du château de Versailles, par André Lenôtre, “roi des jardiniers et jardinier du Roi”.

Quant à la présidente du Château de Versailles, elle entretient elle-même une relation toute particulière avec Val-de-Reuil. « Lorsque j’étais étudiante à l’université de Rouen, j’ai travaillé avec l’un de mes enseignants sur les plans de la future ville de Val-de-Reuil. C’est donc avec un réel plaisir que je vous offre aujourd’hui cet arbre que nous allons planter ensemble ».

Un arbre qui est donc aujourd’hui confié aux soins des jardiniers rolivalois qui s’assureront jour après jour de sa bonne croissance et de son acclimatation à son nouvel environnement. « Parce qu’il est un monument de notre histoire collective et un bien précieux pour préserver notre planète, nous y veillerons comme à la prunelle de nos yeux », assurait Marc-Antoine Jamet, pelle à la main ce samedi 8 mai.

 

Partagez :

Fête de l’Europe : la déclaration commune des maires de Val-de-Reuil, Sztum et Ritterhude

Ce dimanche 9 mai, c’est la fête de l’Europe ! Une belle occasion pour les maires de Val-de-Reuil et ses deux villes jumelles Sztum(Pologne) et Ritterhude (Allemagne) de rappeler l’intensité des liens qui unissent les trois communes et la volonté d’aller plus loin encore dans leurs projets communs.A découvrir ici la déclaration commune de Marc-Antoine Jamet, Suzanne Geils et Leszek Tabor

Partagez :

A Val-de-Reuil, la culture crève l’écran : découvrez le programme du 10 au 14 mai

A Val-de-Reuil, la culture crève l’écran ! Chaque soir de la semaine, à 18h30, la poésie, la musique, la danse, le théâtre… s’invitent chez vous. Pour faire vivre la culture, la Ville de Val-de-Reuil et ses partenaires culturels vous offrent cette parenthèse artistique en attendant de retrouver vos salles de spectacle. Retrouvez ici le programme de la semaine prochaine diffusé sur notre page Facebook Val de Reuil Infos : 

  • LUNDI 10 MAI 

SOIREE POETIQUE AVEC HORTENSE RAYNAL – La Factorie

Hortense Raynal a été professeure de lettres puis artiste entre La Ciotat, Paris et Estaing. Issue d’un milieu rural au coeur de l’Aveyron, elle conserve un grand attachement à ses origines – et son accent ! – qui lui fournissent de la matière de création. Sa formation théâtrale se fait avec Lionel Parlier et la Compagnie des Xylophages. Grande «expérimenteuse», elle touche à la photographie et à la vidéo, au théâtre et à la poésie. La lecture à voix haute, théâtralisée, est un de ses domaines favoris pour faire vivre ses mots, ses fragments écrits, sur scène. Poétesse et artiste, elle est donc «poétiste». Elle donne également des ateliers d’écriture pour adulte et enregistre un podcast qui a vocation à propager la poésie par le média sonore. Ainsi, le podcast «Poésie à voix haute» est disponible à l’écoute sur Spotify.

Interventions au centre de détention Les Vignettes de Val-de-Reuil, au CHI Elbeuf-Louviers-Val-de-Reuil et devant des classes en immersion à la Factorie. Hortense Raynal était en résidence à la Factorie du 7 au 18 décembre 2020.

  • MARDI 11 MAI

 LA PORTE DES REVES – Théâtre de l’Arsenal 

A travers le spectacle “La porte des rêves”, le danseur Samuel Faccioli de la compagnie “La Vouivre” a souhaité aborder avec les élèves de CP de l’école des Dominos les thèmes de la légèreté, du rêve, du sommeil, pour faire écho à leur attention de petits spectateurs. Un spectacle qui se déroule tout en douceur et en silence. Des notions rares et donc essentielles à mettre en partage avec le jeune public. Ce spectacle a été présenté le samedi 26 mai 2018 dans le cadre de l’événement annuel “Danse en territoires”.

 

  • MERCREDI 12 MAI

KIRIKOU – Ateliers Cin’Eté

Film d’animation réalisé par le groupe de Moussa Sall, intervenant cinéma au sein des ateliers du Cin’Eté. La technique utilisée fut celle du « stopmotion » c’est-à-dire la constitution d’un film image par image. Les dessins, tous réalisés par des enfants de Val-de-Reuil, ont aussi intégrés de la même façon. Le but de ce film est de partir à la découverte de différents peuples du continent africain.

 

  • JEUDI 13 MAI  –

SOIREE POETIQUE « EN ATTENDANT L’HISTOIRE » de NANS VINCENT – La Factorie

Gentleman aux allures de dandy, accompagné de ses machines et sa guitare, Nans Vincent mélange savamment l’electro-pop, la chanson et les infra-basses, pour habiller en couleur sa poésie. Nans Vincent se révèle en 2018 avec son premier album, Ça va mieux, Merci. De lieux intimistes en passant par le Festival du Bout du Monde, les premières parties de La Rue Kétanou au Cabaret Sauvage, Les Têtes Raides au Bataclan ou encore Debout sur le Zinc et Cali prochainement, il écume la France avec plus de 150 dates. A seulement 24 ans, il prépare son second album, En attendant l’histoire, qu’il présente cette année, dans un seul-en-scène électro à texte et à danser. Nans Vincent était en résidence à la Factorie du 7 au 18 décembre 2020.

 

  • VENDREDI 14 MAI

VOYAGE EN MINUSCULE – par les ateliers Cin’Eté

Chaque année, à la fin du Festival Cin’Eté, un grand concours est organisé entre les différents ateliers avec tous les intervenants et les enfants. Les participants votent pour élire le meilleur film. Celui-ci fut réalisé par le groupe de Nicolas Racanier, intervenant dans les ateliers Cin’Eté. C’est un hommage au film « Chéri j’ai rétréci les gosses », et a gagné la palme rolivaloise à l’applaudimètre en 2018.

 

Partagez :

Val-de-Reuil commémore le bicentenaire de la mort de Napoléon

Venez découvrir, à l’occasion du bicentenaire de la mort de Napoléon, l’exposition en 16 tableaux géants, qui jalonne la chaussée de la Voie de la Blanche jusqu’à la fin de l’été. Retrouvez également chaque jour sur les réseaux de la Ville une de ses citations célèbres.

« La victoire marchera au pas de charge. L’aigle, portant les couleurs nationales, volera, de clocher en clocher, jusqu’aux tours de Notre-Dame »… On connaît la proclamation exaltée que Napoléon, évadé de l’île d’Elbe, fit, à l’aube des Cents-Jours, en débarquant à Golfe-Juan pour reprendre aux Bourbon un pouvoir qui lui échappera définitivement à Waterloo. Napoléon mourut ensuite au milieu des océans, le 5 mai 1821, sur la petite île de Sainte-Hélène, après six ans de captivité sous l’œil de son féroce geôlier, le gouverneur britannique Hudson-Lowe.

« L’aigle ira de clocher en clocher jusqu’aux cloches de Notre-Dame » : C’est sous ce titre que Val-de-Reuil célèbrera, avec ses ombres et ses lumières, le bicentenaire de la mort de l’homme qui repose aux Invalides, lieutenant d’artillerie tout juste né français, général vendémiaire mettant un terme à la «Grande Révolution», conquérant revenu d’Égypte et d’Italie, soldat factieux portant le coup d’État de Brumaire, Premier Consul visionnaire, Empereur des Français sacré par le Pape, stratège vainqueur d’Austerlitz, ennemi soumis par l’hiver russe et la coalition des nations, souverain battu et prisonnier des Anglais.

Pour les uns, il a construit les fondations d’une France moderne fixant non seulement son organisation administrative, mais aussi, parmi tant d’autres choses, le rôle de sa culture, la force de son université, les règles qui encadrent notre vie en société. Pour les autres, il aura précipité des générations de jeunes français dans l’enfer des batailles, rétablit l’esclavage et fondé un régime autoritaire.

Le parcours de celui qui fit trembler l’Europe

En 16 tableaux disposés jusqu’à la fin de l’été tout au long de la Voie Blanche et 60 citations diffusés sur les réseaux sociaux, Val-de-Reuil rappellera, de la « Bataille de boules de neige au collège de Brienne » aux « Adieux de Fontainebleau » le parcours de ce « corse aux cheveux plats », pauvre et insulaire, qui gouverna la France et fit trembler l’Europe.

Pour Marc-Antoine Jamet : « Les grands hommes qui ont fait notre Histoire sont les repères de l’avenir. On peut (ou on doit) avoir une lecture critique de Louis XIV, de Napoléon ou du Général de Gaulle. Mais il faut également, aimant la France et y vivant, avoir une connaissance de leurs hauts faits, de la vision qu’il avait de notre pays, de la place qu’ils lui ont donné dans le monde. Au-delà de leurs échecs et de leurs succès, ils sont la mesure d’un engagement, d’une ambition et d’une espérance. Autant qu’une aventure personnelle, ils ont entraîné un peuple tout entier dans un destin collectif qui l’a transformé et façonné. Cette chanson de geste, cette légende des siècles, c’est celle qui fait notre singularité et notre identité. Il est bon que nous l’entretenions, que nous la diffusions, que nous l’apprenions. Aux Grands Hommes, la Patrie reconnaissante. ».

 

Partagez :

Maria Lao – avec le théâtre de l’Arsenal

Ce soir, le théâtre de l’Arsenal nous plonge dans l’expérience unique qu’ont vécue 30 habitants du territoire avec le chorégraphe Daniel Larrieu. Il ont appris une courte pièce dansée au sol qu’ils ont présenté en mai 2019 sur la scène du théâtre dans le cadre de l’événement “danse en territoires”.

Partagez :

Concours photos du plus bel arbre

La Ville de Val-de-Reuil lance dès aujourd’hui le concours du plus bel arbre. Faites-nous partager votre coup de coeur en participant à ce grand jeu ouvert à tous jusqu’au 23 mai ! 

Des platanes, des tilleuls, des érables, tulipiers de Virginie, féviers d’Amérique, cerisiers… en cœur de ville comme dans les quartiers, Val-de-Reuil est peuplée de milliers d’arbres.

Saviez-vous que certains s’y dressent fièrement depuis près d’un siècle, quand la ville n’était alors qu’une vaste campagne ? Pour avoir un petit aperçu de la majesté de nos doyens, n’hésitez pas à faire un petit détour par l’allée des Sages ou la place du Temps Libre…

Et pourquoi pas, si le cœur vous en dit, jeter un œil plus aiguisé sur chacun de ces arbres qui ornent parcs et jardins, trottoirs et espaces verts ? Pour vous encourager, la Ville organise dès aujourd’hui un jeu-concours du plus bel arbre, ouvert à tous les Rolivalois.

Vous avez jusqu’au 23 mai pour jeter votre dévolu sur celui qui aura fait chavirer votre cœur, le photographier de la manière qu’il vous plaira et l’envoyer à l’adresse mail suivante : environnement@valdereuil.fr. Attention : celui-ci doit se trouver sur la voie publique et non dans votre jardin !

N’oubliez pas dans votre message d’indiquer vos coordonnées et l’endroit où l’on peut admirer votre favori.

Une exposition des plus belles photos sera présentée début juin lors d’un événement que vous attendez tous… et sur lequel nous vous en dirons plus ces prochains jours ! Patience…

Concours photo du plus bel arbre

Faites-nous partager votre coup de coeur en participant à ce grand jeu ouvert à tous jusqu’au 23 mai !
  • Hidden
  • Déposer les fichiers ici ou
    Max. file size: 128 MB.
    Partagez :

    Juste à temps / Dance is music – par le Théâtre de l’Arsenal

    Ce soir, direction le Théâtre de l’Arsenal où les collégiens de Montaigne sont montés sur scène en 2018 pour présenter deux créations inédites réalisées avec la danseuse Delphine Caron, le musicien Stéphane Norbert et le danseur Hip-Hop Brice Ipoli. Au programme : “juste à temps” et “dance is music”. Bon spectacle !
    Partagez :

    Devenez explorateur de votre quartier !

    La Ville lance une grande opération participative à la découverte de la faune sauvage qui foisonne à Val-de-Reuil. Jusqu’au 16 mai prochain, devenez explorateur de votre quartier ! Explications. 

    Vous n’y avez peut-être jamais prêté attention ! Et pourtant, dans nos rues, dans nos jardins, sur nos balcons… des centaines de petites bêtes vivent paisiblement sous nos yeux. Comme nous autres citadins, la ville est leur lieu de vie quotidien. Oiseaux en tout genre, papillons, petits rongeurs ou insectes… « Leur présence est un excellent indicateur de la qualité du cadre de vie », indique Anne Lehelloco, responsable du développement durable à la mairie de Val-de-Reuil.

    Et si, en ces temps confinés, vous profitiez de l’occasion pour vous transformer en « explorateurs de votre quartier » ? Seuls ou en famille, partez à la découverte de toute cette faune sauvage, parfois invisible, qui nous accompagne tout au long du printemps.

    Le principe est simple : téléchargez ou imprimez le formulaire sur lequel ont été identifiées – photos à l’appui – toutes ces espèces qui, peut-être, ont élu domicile à Val-de-Reuil (pour les Rolivalois dépourvus d’imprimante, le formulaire est disponible à l’accueil de la mairie, aux horaires d’ouverture).

    Le formulaire

    Une cartographie par quartier…

    Vous reconnaissez une « Belle Dame » ou une « Ecaille chinée », ces papillons multicolores qui agitent leurs ailes avec grâce et légèreté… vous apercevez un « pinson des arbres » ou une « mésange bleue » posés élégamment sur une branche… A moins que ce ne soit un hérisson ou un écureuil roux qui vous surprenne dans votre quête : cochez leur présence sur la feuille d’inventaire. « Cette opération participative nous permettra d’avoir une idée plus précise de la faune présente sur la ville. Grâce à ses résultats, nous pourrons établir une cartographie par quartier ». Avant de lancer un plan d’action pour la protection, la sauvegarde et la mise en valeur de cette faune sauvage.

    L’expérience débute dès aujourd’hui pour s’achever le dimanche 16 mai. Une fois votre inventaire réalisé, vous pourrez transmettre le formulaire (accompagné de photos si vous le souhaitez) à l’adresse suivante : environnement@valdereuil.fr ou le déposer à l’accueil de la mairie le lundi 17 mai au plus tard.

    … Avant une exposition début juin

    Dès lors, une analyse des résultats sera réalisée pour aboutir à une exposition présentée début juin à Val-de-Reuil (plus de détails dans les prochains jours). Envie de vous lancer dans l’aventure ? Ouvrez les yeux et tendez l’oreille… Le jeu en vaut la chandelle !

    Partagez :

    Tous au e-forum de l’emploi le jeudi 8 avril !

    Demandeurs d’emploi, lycéens, étudiants, futurs apprentis ou alternants, venez rencontrer, sans vous déplacer, 150 recruteurs, entreprises, partenaires de l’emploi, de la formation et de l’orientation réunis au e-forum de l’emploi de Val-de-Reuil ce jeudi 8 avril.

    Rendez-vous incontournable pour les professionnels et les personnes à la recherche d’un emploi, le Forum de l’Emploi de Val-de-Reuil signe son grand retour ce jeudi 8 avril avec une édition 100% digitale et connectée. Pour la Ville de Val-de-Reuil, à l’initiative de ce nouveau format, la lutte contre le chômage est une priorité absolue.

    Ainsi, dans le contexte sanitaire actuel, la municipalité a souhaité, pour le maintenir et le préserver, avec le soutien de l’Etat, de l’Agglomération Seine-Eure, de Pole Emploi et Cap Emploi, faire basculer ce rendez-vous en version numérique.

    Cette année, il sera entièrement virtuel et se déroulera à distance, de manière dématérialisée, à partir d’un site internet développé spécialement pour recevoir cette nouvelle édition : www.eforumemploivaldereuil.fr

    Tout ce que vous propose le e-forum de l’emploi

    Naviguer d’un stand à l’autre pour se renseigner, échanger avec un recruteur, solliciter un entretien virtuel, assister à des conférences ou suivre des séances de coaching en ligne, le tout en restant chez soi, à l’aide d’un PC ou d’un simple smartphone, telles sont les différentes fonctionnalités auxquelles tout visiteur pourra avoir accès.

    Jeudi 8 avril ( et vendredi 9 avril pour les scolaires ), quand vous le souhaitez, où que vous soyez, de Val-de-Reuil, de Louviers, d’Evreux ou de plus loin, connectez-vous et rencontrez, sur des stands virtuels, habillés et aménagés aux couleurs de chaque société, près de 150 partenaires, entreprises, organismes de formation, acteurs de l’emploi et de l’insertion professionnelle de l’Agglomération Seine-Eure et du territoire normand.

    Tous les secteurs d’activité représentés

    De la logistique à la cosmétique, de la pharmacie aux métiers du luxe, des transports au BTP en passant par les espaces verts, le commerce, les loisirs, la restauration, le numérique, l’intérim ou encore la santé et les services à la personne, tous les secteurs d’activité seront représentés avec la présence active des entreprises qui, attachées à la tenue de l’évènement, participent au dynamisme et à l’attractivité économique du territoire. Elles y présenteront leurs métiers, leurs perspectives de développement et leurs offres de recrutement. Plusieurs centaines d’offres d’emploi, de stage ou d’alternance seront ainsi mises en ligne et accessibles à tous les participants.

    Avec l’appui technique de la société EN PERSONNE VIRTUAL, 1ère agence française d’évènements virtuels, sélectionnée par la Ville pour l’accompagner dans le développement et la mise en ligne de ce nouvel outil, tout a été envisagé pour faciliter la participation du plus grand nombre de sociétés et collectivités.

    Répondre à toutes vos questions

    Quels sont les métiers du territoire ? Comment peuvent-ils s’intégrer dans un projet professionnel ? Comment bien se former pour accéder à ces métiers ? Comment se démarquer lors d’un entretien ou dans la rédaction de son CV ? C’est à ces questions et bien d’autres encore que le forum pourra répondre. De très nombreuses fonctionnalités seront proposées gratuitement : espace de discussion privée avec des recruteurs des entreprises partenaires, entretiens virtuels, conférences en direct et tutoriels de coaching.

    Mode d’emploi pour échanger en direct avec les recruteurs :

    Plusieurs centaines de postes seront à pourvoir parmi les entreprises présentes au forum. Ils rassembleront tout type de qualifications, de contrats, de domaines d’activité pour que, quels que soient votre parcours, votre projet, vos qualifications ou vos compétences, vous puissiez trouver sur ce grand salon l’offre la mieux adaptée à vos attentes et à vos besoins.

    Si vous souhaitez postuler à une ou plusieurs offres d’emploi, vous pourrez déposer votre CV et votre lettre de motivation directement sur le stand de l’entreprise à l’origine de l’annonce et sollicitez un rendez-vous individuel avec un recruteur qui, sur un chat ou en visio-conférence, vous répondra personnellement (voir illustration ci-dessus).

    Trois web-conférences interactives en direct

    Le e-forum de l’emploi propose également trois web-conférences interactives, gratuites et en direct, accessibles depuis le site eforumemploivaldereuil.fr. Elle seront animées par trois conférenciers confirmés :

    • BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL : AMÉLIORER SES RELATIONS PROFESSIONNELLES EN COMMUNIQUANT POSITIVEMENT 

    JEUDI 8 AVRIL -10H00

    Par Aude MILESI, Ancienne cadre de santé, Conférencière, consultante et formatrice en stratégies de communication

    • SAVOIR SE VALORISER ET SE RACONTER AUPRÈS D’UN RECRUTEUR OU L’ART DE SE PRÉSENTER EN 7 SECONDES 

    JEUDI 8 AVRIL – 11H00

    Par Véronique LEROY, Conférencière, formatrice en prise de parole en public, professeur à l’IPAG – École de commerce et de management de Paris et Nice

    • RÉUSSIR SON ENTRETIEN DE RECRUTEMENT 

    JEUDI 8 AVRIL – 15H00

    Par Jean-Ange LALLICAN, Conférencier, Maitre de conférence en management et gestion des ressources humaines à l’Université de Rennes

    Partagez :

    Chez Angany à Val-de-Reuil, bientôt un traitement contre le Covid ?

    Le laboratoire de recherche rolivalois Angany annonce développer un traitement à base d’anticorps monoclonaux capable de neutraliser le Covid. Un produit à la fois préventif et curatif auquel ses équipes croient beaucoup. 

    Une course contre la montre… Sans répit. Voilà le quotidien des sept chercheurs du laboratoire rolivalois Angany, situé voie de l’Innovation. Depuis plusieurs mois, à l’abri des regards, ces hommes et ces femmes ont fait de la lutte contre le covid leur priorité.

    Si bien qu’un an seulement après le lancement de ses premiers travaux, cette filiale de la société franco-canadienne Angany-Inc, habituellement spécialisée dans le traitement des allergies (lire ci-dessous), vient d’annoncer des avancées significatives dans la lutte contre la maladie.

    « Nous avons développé un produit basé sur des anticorps monoclonaux qui permet à la fois de traiter et prévenir les effets du Covid et de s’adapter aux différentes formes de mutations du virus »,annonce Véronique Gomord, co-fondatrice avec Loïc Faye du laboratoire Angany, directrice scientifique du groupe et ancienne chercheuse au CNRS.

    Réduire les hospitalisations et les décès

    Véronique Gomord espère obtenir les financements pour démarrer les essais cliniques
    Véronique Gomord espère obtenir les financements pour démarrer les essais cliniques

    Concrètement, ce cocktail d’anticorps, développé à partir de plantes, pourrait permettre de réduire drastiquement les formes graves du Covid et ainsi limiter les hospitalisations et les décès. Les premières doses pourraient être ciblées vers les personnels soignants et malades immuno-déprimés qui présenteraient une comorbidité importante.

    Après avoir franchi une à une les différentes étapes de développement de son traitement, le laboratoire rolivalois est aujourd’hui arrivé aux portes des essais cliniques. « Nous avons la possibilité de rentrer dans la bataille et de pouvoir apporter beaucoup face au virus. Reste qu’à ce stade, nous avons besoin des aides financières indispensables pour aller plus loin », précise Véronique Gomord.

    Les discussions sont actuellement en cours avec les gouvernements français et canadiens (une équipe du Ministère des Finances est attendue ces prochains jours à Val-de-Reuil) alors même que le gouvernement britannique a déjà manifesté son intérêt pour le processus développé par Angany. Si les chercheurs obtiennent les financements nécessaires pour mener les essais cliniques, les produits « pourraient être commercialisables en 7 à 10 mois ».

    Un espoir dans la lutte contre le Covid

    Des anticorps produits à partir d'une plante dans laquelle a été introduit un gêne particulier.
    Des anticorps produits à partir d’une plante dans laquelle a été introduit un gêne particulier.

    Au final, Angany en est convaincu : « appuyée par une équipe de chercheurs prestigieux, l’avancée d’Angany pour la production de COVID-NAbs peut contribuer de façon déterminante à la résolution de la crise socio-sanitaire et économique actuelle », indique la société franco-canadienne dans un communiqué. Un espoir dans la lutte contre le virus qui a déjà fait près de 100 000 morts en France depuis un peu plus d’un an.

    Angany, spécialiste des allergies

    Société pharmaceutique émergente franco-canadienne, Angany s’est attaqué aux défis spécifiques de l’allergie pour inventer une nouvelle génération de produits pharmaceutiques.Son but : permettre aux personnes affectées par toutes sortes d’allergies de retrouver leur vie.

    Ainsi, elle débutera sous peu les essais cliniques portant sur son premier candidat-vaccin pour traiter l’allergie aux chats, qui sera ensuite suivi d’un candidat-vaccin en traitement de l’allergie à l’arachide (cacahuète).

     

     

    Partagez :

    Les nouvelles mesures déployées pour prévenir et lutter contre la délinquance

    Réuni mercredi, le conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance a été l’occasion de présenter les nouveaux outils déployés en matière de sécurité. Du groupe de suivi nominatif au déploiement de nouvelles caméras en passant par la hausse des effectifs de police municipale et nationale… Présentation des mesures mises en oeuvre.

    Entre la baisse de la délinquance, la hausse des affaires résolues et la collaboration active entre police municipale et nationale… A Val-de-Reuil, le bilan de l’année 2020 est plutôt encourageant sur le front de la sécurité. Chiffres à l’appui, la commissaire Alexandra Capogna, à la tête du commissariat de police, va même plus loin encore dans ses conclusions : « 35 % des faits relevés sur l’ensemble de la circonscription de police(NDLR : 5 communes au total) étant commis à Val-de-Reuil, nous avons bien la preuve qu’il n’y a pas ici plus de délinquance qu’ailleurs. Je dirais même qu’il fait bon vivre à Val-de-Reuil ».

    Si la Ville a enregistré en 2020 une légère hausse des atteintes aux biens (vols, dégradations…) principalement due à une série de vols avec effractions commis en tout début d’année dernière à Val-de-Reuil et dans les communes alentour, les atteintes à l’intégrité physique (violences en tout genre) affichent quant à elles une baisse significative de plus de 11 %.

    Dans le même temps, « nous avons commencé à démanteler la petite équipe responsable des vols en série de début 2020 ». Sans compter l’arrestation en flagrant délit, en fin d’année, des auteurs de nombreux vols sur la plateforme colis de la Poste.

    Nul doute que les 10 nouveaux policiers affectés depuis quelques semaines pour la plupart au service enquête du commissariat rolivalois permettront de résoudre d’autres affaires encore. C’est en tout cas l’ambition clairement affichée par Alexandra Capogna. A la grande satisfaction de Marc-Antoine Jamet dont les multiples sollicitations auprès du Ministre de l’Intérieur pour remédier au sous-effectif du commissariat ont finalement porté leurs fruits.

    Le CLSPD, outil de prévention et de lutte contre la délinquance

    « La sécurité est une œuvre commune sur tout le territoire », indiquait d’emblée le maire de Val-de-Reuil en ouverture du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance réuni mercredi au gymnase Alphonse Allais. Autour de la table ce matin-là avaient pris place l’ensemble des acteurs mobilisés sur la ville; que ce soit la Procureure de la République, la sous-préfète des Andelys, la commissaire de police, le directeur départemental des services de l’éducation nationale (DDASEN) et les principales des 4 collèges du secteur ou encore les bailleurs sociaux et services municipaux… L’objectif : travailler main dans la main pour renforcer la prévention et la lutte contre la délinquance.

    Réactivité, efficacité grâce au groupe de suivi nominatif

    Si bien que ce CLSPD a été l’occasion de présenter les nouveaux outils, projets et initiatives qui seront développés au fil des semaines et des mois à venir. A commencer par la mise en place d’un « groupe de suivi nominatif » dédié aux jeunes exposés à la délinquance. « Il s’agit d’avoir une approche individualisée des situations », précise Virginie Sené Ruquier, sous-préfète des Andelys. « Concrètement, nous allons établir une liste de jeunes rolivalois qui risquent de basculer dans la délinquance ». Identifiés à partir des informations remontées par les différents acteurs mobilisés sur le terrain, ces jeunes feront chacun l’objet d’un suivi personnalisé « pour les orienter vers une autre trajectoire ». A Val-de-Reuil, on estime à une trentaine le nombre de jeunes – dont certains ont tendance à semer le trouble sur la ville – qui seront intégrés au sein de ce groupe, « lequel permettra d’apporter les réponses les plus adéquates possibles pour les neutraliser », insiste Dominique Puechmaille, Procureure de la République d’Evreux.

    Les policiers municipaux plus nombreux

    Dans le même temps, la Ville mobilise d’importants moyens au nom de la sécurité et la tranquillité publiques. Parmi eux, le renforcement des effectifs de police municipale qui se poursuivra cette année encore. « Il y a 10 ans, nous ne comptions à Val-de-Reuil que 6 policiers municipaux ; dans les prochains mois, ils seront treize », rappelle Marc-Antoine Jamet. Après l’arrivée l’an passé de deux nouveaux agents, deux recrues supplémentaires viendront encore rejoindre cette année les rangs de la police municipale. Mobilisés sept jours sur sept, multipliant les patrouilles de jour comme de nuit, ces policiers assurent au quotidien une mission de proximité sur l’ensemble de la ville. « Pour plus d’efficacité et de réactivité, nos policiers travaillent en étroite et permanente collaboration avec leurs homologues de la police nationale », se réjouit le maire.

    De nouvelles caméras déployées

    Autre dispositif déployé par la Ville depuis de longues années et étendu au fil des mois : la vidéovigilance. Aujourd’hui, Val-de-Reuil dispose de 65 caméras réparties sur les lieux stratégiques de la commune. Elles seront très bientôt complétées par 20 nouvelles caméras à reconnaissance de plaques d’immatriculation. « Cela permettra d’identifier immédiatement les véhicules volés », confirme Julien Tristant, directeur général des services de la mairie. Deux caméras « nomades », qui pourront être déplacées en fonction des événements et des problématiques rencontrées, viendront également s’ajouter cette année à l’ensemble du dispositif. Tandis que le bailleur social IBS annonce l’installation de 300 caméras dans ses nombreux halls d’immeubles rolivalois.

    Mutualisation avec les communes

    Pour Marc-Antoine Jamet, il s’agit là d’une évidence : ” la délinquance ne s’arrête pas aux limites administratives de la commune”.  Les faits constatés il y a quelques mois(vols avec effraction à Val-de-Reuil et dans les communes alentour) confirment d’ailleurs que les frontières entre Léry, Poses ou encore le Vaudreuil sont indéniablement poreuses. D’où la proposition du maire de Val-de-Reuil faite ce mercredi aux maires des communes voisines, d’organiser une forme de mutualisation qui permettrait à la police municipale rolivaloise d’intervenir, ponctuellement sur les communes environnantes. Une main tendue accueillie avec le plus grand intérêt par la plupart des maires.

    Au final, de nombreuses mesures concrètes – saluées par la Procureure de la République elle-même – ont été présentées ce mercredi tout au long du conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance.  “Solutions, informations, coopération pourrait être le slogan de ce CLSPD”, concluait Marc-Antoine Jamet.

     

     

    Partagez :

    Bulletin de suivi des classes fermées le 31 mars à Val-de-Reuil

    Suite au renforcement du protocole sanitaire dans les écoles, une école entière de Val-de-Reuil et plusieurs classes de maternelles, élémentaires, du collège et du lycée sont actuellement fermées sur décision de l’Agence Régionale de Santé. Le point sur la situation ce mercredi 31 mars. 

    Face à la recrudescence des contaminations au sein des établissements scolaires, le Ministère de l’Education Nationale a pris la décision de renforcer le protocole sanitaire dans l’ensemble des écoles de l’Eure comme des 18 autres départements français confinés. Un protocole qui s’applique donc désormais à tous les établissements (écoles, collèges, lycée) de Val-de-Reuil.

    Concrètement, chacune des classes où un cas positif a été détecté après le vendredi 27 mars, est contrainte de fermer ses portes. Tous ses élèves, considérés comme cas contact, doivent immédiatement s’isoler à la maison pendant une durée de 7 jours et réaliser un test de dépistage avant de pouvoir revenir à l’école.

    Dans notre commune, plusieurs classes sont aujourd’hui fermées sur décision de l’Agence Régionale de Santé. A charge pour l’Education Nationale de faire appliquer cette mesure.

    Voici la liste des classes aujourd’hui concernées ; liste quotidiennement mise à jour car susceptible d’évoluer tout au long de la semaine : 

    ECOLE LEON BLUM  

    • Fermeture d’1 classe maternelle :

      • Classe de Grande Section de Mme Crasnier jusqu’au 31 mars inclus
    • Pas de fermeture en élémentaire  

    ECOLE COLUCHE

    • Fermeture de 3 classes maternelles

      • Sont concernées l’ensemble des classes de grande section, à savoir celles de Mme N’Bongo, M.Lanoes, Mme Suzeau jusqu’au 2 avril inclus
    • Fermeture d’une classe élémentaire

      • Classe de CM1 / CM2 de Mme Silva jusqu’au 6 avril inclus.

    ECOLE DES DOMINOS

    • Fermeture de deux classes de Petite / moyenne section

      • Classe de Mme Arrieula jusqu’au 2 avril inclus
      • Classe de Mme Lambert jusqu’au 6 avril inclus
    • Fermeture d’une classe élémentaire

      • Classe de Mme Hermeline jusqu’au 2 avril inclus 

    ECOLE DU PIVOLLET 

    • Fermeture d’une classe de petite / moyenne section

      • classe de Mme Delgas jusqu’au 2 avril inclus
    • Pas de fermeture de classe en élémentaire

    Les écoliers de CM1/CM2 de Mme Thevenin ne sont pas accueillis cette semaine en raison de l’absence de leur enseignante. L’enseignement est assuré à distance et un accueil proposé dans le cadre du service minimum d’accueil pour les enfants dont les parents travaillent. Retour en classe le mardi 6 avril.

    JEAN MOULIN

    • Pas de fermeture de classe en maternelle

    • Pas de fermeture de classe en élémentaire 

    LOUISE MICHEL 

    • Fermeture de l’ensemble de l’école maternelle

      • Suite à la détection de cas positifs ou cas contacts lors des tests salivaires, les 7 classes de maternelle sont fermées jusqu’au 7 avril inclus.
    • Fermeture de deux classes élémentaires

      • Classe de CE1 de Mme Bouteleux jusqu’au 7 avril inclus
      • Classe de CE1 de Mme Abdallah jusqu’au 7 avril inclus

    CERFS VOLANTS

    • Pas de fermeture de classe en maternelle

    • Pas de fermeture de classe en élémentaire

    COLLEGE ALPHONSE ALLAIS

    • Fermeture d’une classe

      • Classe ULIS jusqu’au 5 avril inclus

     LYCEE MARC BLOCH

    • Fermeture d’une classe
      • Classe de seconde jusqu’au 6 avril inclus

     

    Partagez :

    Bulletin de suivi des classes fermées le mardi 30 mars à Val-de-Reuil

    Suite au renforcement du protocole sanitaire dans les écoles, plusieurs classes de Val-de-Reuil sont actuellement fermées sur décision de l’Agence Régionale de Santé. Le point sur la situation ce mardi 30 mars. 

    Face à la recrudescence des contaminations au sein des établissements scolaires, le Ministère de l’Education Nationale a pris la décision de renforcer le protocole sanitaire dans l’ensemble des écoles de l’Eure comme des 18 autres départements français confinés. Un protocole qui s’applique donc désormais à tous les établissements (écoles, collèges, lycée) de Val-de-Reuil.

    Concrètement, chacune des classes où un cas positif a été détecté après le vendredi 27 mars, est contrainte de fermer ses portes. Tous ses élèves, considérés comme cas contact, doivent immédiatement s’isoler à la maison pendant une durée de 7 jours et réaliser un test de dépistage avant de pouvoir revenir à l’école.

    Dans notre commune, plusieurs classes sont aujourd’hui fermées sur décision de l’Agence Régionale de Santé. A charge pour l’Education Nationale de faire appliquer cette mesure.

    Voici la liste des classes aujourd’hui concernées ; liste qui sera quotidiennement mise à jour car susceptible d’évoluer tout au long de la semaine : 

    ECOLE LEON BLUM  

    • Fermeture de 2 classes maternelles :

      • Classe de Petite Section / Moyenne Section de Mme Desbois jusqu’au 30 mars.
      • Classe de Grande Section de Mme Crasnier jusqu’au 2 avril
    • Pas de fermeture en élémentaire  

    ECOLE COLUCHE

    • Fermeture de 3 classes maternelles

      • Sont concernées l’ensemble des classes de grande section, à savoir celles de Mme N’Bongo, M.Lanoes, Mme Suzeau jusqu’au 2 avril inclus
    • Fermeture d’une classe élémentaire

      • Classe de CM1 / CM2 de Mme Silva jusqu’au 6 avril inclus.

    ECOLE DES DOMINOS

    • Fermeture de deux classes de Petite / moyenne section

      • Classe de Mme Arrieula jusqu’au 2 avril inclus
      • Classe de Mme Lambert jusqu’au 6 avril inclus
    • Fermeture d’une classe élémentaire

      • Classe de Mme Hermeline jusqu’au 2 avril inclus 

    ECOLE DU PIVOLLET 

    • Fermeture d’une classe de petite / moyenne section

      • classe de Mme Delgas jusqu’au 2 avril inclus

    Hormis la classe de petite section de Mme Pugin, tous les autres écoliers de maternelle ne sont pas accueillis à l’école en raison de l’absence des enseignants. Seul un service minimum d’accueil est assuré pour les enfants dont les parents travaillent. Dès demain, 31 mars, ces élèves retrouveront le chemin de l’école du Pivollet.

    • Pas de fermeture de classe en élémentaire

    Les écoliers de CM1/CM2 de Mme Thevenin ne sont pas accueillis cette semaine en raison de l’absence de leur enseignante. L’enseignement est assuré à distance et un accueil proposé dans le cadre du service minimum d’accueil pour les enfants dont les parents travaillent. Retour en classe le mardi 6 avril.

    JEAN MOULIN

    • Pas de fermeture de classe en maternelle

    En revanche, en raison de l’absence des trois enseignantes de Grande Section, les élèves de ce niveau ne sont pas accueillis à l’école jusqu’au 31 mars inclus. Un accueil est toutefois assuré pour les enfants dont les parents travaillent. 

    • Pas de fermeture de classe en élémentaire 

    LOUISE MICHEL 

    • Pas de fermeture de classe en maternelle

    • Pas de fermeture de classe en élémentaire

    CERFS VOLANTS

    • Pas de fermeture de classe en maternelle

    • Pas de fermeture de classe en élémentaire

    COLLEGE ALPHONSE ALLAIS

    • Fermeture d’une classe

      • Classe ULIS jusqu’au 5 avril inclus

     LYCEE MARC BLOCH

    • Fermeture d’une classe
      • Classe de seconde jusqu’au 6 avril inclus

     

    Partagez :

    Bulletin de suivi quotidien des classes fermées à Val-de-Reuil

    Suite au renforcement du protocole sanitaire dans les écoles, plusieurs classes de Val-de-Reuil viennent d’être fermées par l’Agence Régionale de Santé. Le point sur la situation ce lundi 29 mars. 

    Face à la recrudescence des contaminations au sein des établissements scolaires, le Ministère de l’Education Nationale a pris la décision, en fin de semaine, de renforcer le protocole sanitaire dans l’ensemble des écoles de l’Eure comme des 18 autres départements français confinés. Un protocole qui s’applique donc désormais à tous les établissements (écoles, collèges, lycée) de Val-de-Reuil.

    Concrètement, chacune des classes où un cas positif a été détecté après le vendredi 27 mars, est contrainte de fermer ses portes. Tous ses élèves, considérés comme cas contact, doivent immédiatement s’isoler à la maison pendant une durée de 7 jours et réaliser un test de dépistage avant de pouvoir revenir à l’école.

    Dans notre commune, plusieurs classes maternelles et élémentaires sont aujourd’hui fermées sur décision de l’Agence Régionale de Santé. A charge pour l’Education Nationale de faire appliquer cette mesure.

    Voici la liste des classes aujourd’hui concernées ; liste qui sera quotidiennement mise à jour car susceptible d’évoluer tout au long de la semaine : 

    ECOLE LEON BLUM  

    • Fermeture de 2 classes maternelles :

      • Classe de Petite Section / Moyenne Section de Mme Desbois jusqu’au 30 mars.
      • Classe de Grande Section de Mme Crasnier jusqu’au 2 avril
    • Pas de fermeture en élémentaire  

    ECOLE COLUCHE

    • Fermeture de 3 classes maternelles

      • Sont concernées l’ensemble des classes de grande section, à savoir celles de Mme N’Bongo, M.Lanoes, Mme Suzeau jusqu’au 2 avril inclus
    • Fermeture d’une classe élémentaire

      • Classe de CM1 / CM2 de Mme Silva jusqu’au 6 avril inclus.

    ECOLE DES DOMINOS

    • Fermeture d’une classe de Petite / moyenne section

      • Classe de Mme Arrieula jusqu’au 2 avril inclus
    • Fermeture d’une classe élémentaire

      • Classe de Mme Hermeline jusqu’au 2 avril inclus 

    ECOLE DU PIVOLLET 

    • Fermeture d’une classe de petite / moyenne section

      • classe de Mme Delgas jusqu’au 2 avril inclus

    Hormis la classe de petite section de Mme Pugin, tous les autres écoliers de maternelle ne sont pas accueillis à l’école cette semaine en raison de l’absence des enseignants. Seul un service minimum d’accueil est assuré pour les enfants dont les parents ont des contraintes professionnelles.

    • Pas de fermeture de classe en élémentaire

    Les écoliers de CM1/CM2 de Mme Thevenin ne sont pas accueillis cette semaine en raison de l’absence de leur enseignante. L’enseignement est assuré à distance et un accueil proposé dans le cadre du service minimum d’accueil pour les enfants dont les parents travaillent. Retour en classe le mardi 6 avril.

    JEAN MOULIN

    • Pas de fermeture de classe en maternelle

    En revanche, en raison de l’absence des trois enseignantes de Grande Section, les élèves de ce niveau ne sont pas accueillis à l’école jusqu’au 31 mars inclus. Un accueil est toutefois assuré pour les enfants dont les parents travaillent. 

    • Pas de fermeture de classe en élémentaire 

    LOUISE MICHEL 

    • Pas de fermeture de classe en maternelle

    • Pas de fermeture de classe en élémentaire

    CERFS VOLANTS

    • Pas de fermeture de classe en maternelle

    • Pas de fermeture de classe en élémentaire

     

    Partagez :

    Les tests salivaires déployés dans toutes les écoles de la ville

    La campagne de tests salivaires a débuté mardi pour les élèves de toutes les écoles de Val-de-Reuil. Objectif : rompre au plus vite la chaîne de contamination.

    Des chiffres qui flambent… Depuis plusieurs semaines, tous les indicateurs virent au rouge sur le département de l’Eure où l’épidémie enregistre une envolée exceptionnelle. Val-de-Reuil, n’échappe pas au phénomène. Confrontée à un pic de contamination et à une augmentation fulgurante des cas contact, la ville s’organise pour faire face. « Dans les écoles, dans les services de la mairie, les entreprises de la ville…toutes les sonnettes s’agitent en même temps. Le nombre de personnes contaminées et de cas contacts grimpe en flèche. Particulièrement depuis une semaine », confirme Marc-Antoine Jamet quijour après jour, suit de très près l’évolution de la situation sanitaire ; reste en contact étroit avec les autorités de santé ; multiplie démarches et initiatives pour tenter de freiner la progression de l’épidémie sur notre territoire.

    Les biologistes d’école en école

    Des salles aménagées pour effectuer les tests dans les écoles
    Des salles aménagées pour effectuer les tests dans les écoles

    C’est ainsi que depuis mardi, d’importants moyens sont déployés dans les écoles rolivaloises où une vaste campagne de tests salivaires à destination  des écoliers a débuté. L’objectif ? Renforcer le dépistage et rompre le plus rapidement possible la chaîne de contamination.

    Après les écoliers de Léon Blum en début de semaine, l’opération se poursuit ce jeudi à Coluche et demain, vendredi aux Dominos. Sur la demande du maire, l’Agence Régionale de Santé a finalement accepté que l’ensemble des autres écoles de la ville bénéficient des mêmes tests. Ces derniers seront réalisés dans le courant de la semaine prochaine.

    Moins désagréables que les tests PCR, plus simples à réaliser auprès des plus jeunes, ces prélèvements salivaires effectués sous le contrôle des biologistes du laboratoire Bio Eure Seine, permettent en quelques heures de déterminer si un enfant est contaminé.

    « Seuls les élèves dont les familles ont donné leur autorisation peuvent être testés. S’ils ne sont pas obligatoires, ils sont malgré tout conseillés compte tenu du nombre de contaminations grandissant dans les écoles », indique Catherine Duvallet, première adjointe en charge de l’Education.

    Une languette sous la langue

    Carole, maman de la petite Théa, n’a d’ailleurs pas hésité une seconde : « C’est vrai qu’on est inquiets pour nos enfants : on constate qu’il y a de plus en plus de cas à l’école. Pouvoir les tester sans leur imposer l’écouvillon dans la narine est vraiment rassurant ». Rien de traumatisant en effet dans ce prélèvement que certains ont même accueilli comme un jeu ! « C’est comme si tu avais une sucette dans la bouche », expliquent inlassablement les biologistes à leurs jeunes patients. La salive est en effet prélevée à l’aide d’une languette glissée sous la langue pendant quelques secondes et le tour est joué… Suivant !

    Dans chacune des écoles, classe après classe, les élèves se succèdent sans répit sous les tentes installées dans les cours d’école ou dans des salles spécifiques aménagées pour l’occasion. Avec une rapidité et une efficacité déconcertantes.

    Reste ensuite à attendre le résultat des tests, disponible en moins de 24h00 auprès du laboratoire Bio Eure-Seine.  « Les codes d’accès permettant aux familles, et à elles seules, d’obtenir les résultats du test de leur enfant sont glissés chaque soir dans les cahiers de liaison », précise Catherine Duvallet. Il suffit alors simplement de se connecter sur le site internet du laboratoire.

    Tests PCR gratuits jusqu’au 16 avril

    Le centre de dépistage a été installé au 9020 voie des Clouets
    Le centre de dépistage a été installé au 9020 voie des Clouets

    Pour les Rolivalois qui souhaiteraient également se faire dépister, la campagne de tests (PCR) gratuits initialement prévue jusqu’à demain, vendredi 26 mars, dans les anciens locaux d’Altitude Infrastructure, au 9020 voie des Clouets, se poursuit jusqu’au 16 avril. “Les chiffres de l’ARS sont glaçants : dans l’agglomération Seine-Eure, le taux d’incidence est passé de 410 pour 100 000 habitants la semaine dernière à 575 cette semaine ; avec un taux de positivité de 10 %. Si bien que nous laissons le centre ouvert pour trois semaines de plus”, confiait hier Marc-Antoine Jamet.

    Volontairement installé au cœur des parcs d’activités pour permettre aux salariés des entreprises alentour d’être testés à deux pas de leur lieu de travail, ce centre a reçu depuis son ouverture le 16 mars plusieurs centaines de personnes. Il n’est donc pas trop tard pour participer à cette campagne proposée sans ordonnance et sans rendez-vous, du lundi au vendredi de 10h00 à 17h00.

     

    Partagez :

    Couvre-feu : dans la nuit rolivaloise, les élus sillonnent la ville

    Une quarantaine d’élus et d’agents municipaux ont arpenté les rues de Val-de-Reuil lundi soir pour sensibiliser les Rolivalois au respect du couvre-feu. Une action pédagogique que Marc-Antoine Jamet a promis de renouveler. Reportage.

    Lundi 22 mars – 19h00 : l’heure du couvre-feu à Val-de-Reuil comme partout en France. Plus de sorties autorisées pour un bol d’air, pour quelques courses ou pour saluer son voisin. Hormis pour des motifs « impérieux » (déplacements professionnels ou raisons de santé…), un seul mot d’ordre : chacun à la maison !

    « Depuis plusieurs jours, les contaminations sont de plus en plus nombreuses à Val-de-Reuil ; les sonnettes s’agitent de toutes parts dans plusieurs écoles ». Marc-Antoine Jamet ne s’en cache pas : « il y a vraiment nécessité que chacun fasse un effort et respecte scrupuleusement les règles du confinement qui n’est pas forcément compris, on le voit bien ».

    Une quarantaine d'élus et d'agents municipaux mobilisés pour arpenter la ville hier soir
    Une quarantaine d’élus et d’agents municipaux mobilisés pour arpenter la ville hier soir

     

    Présence massive sur le terrain

    Le maire de Val-de-Reuil a donc décidé de jouer la carte de la pédagogie ce lundi soir en conduisant une vaste opération de sensibilisation au respect du confinement. Essentiel selon lui pour faire barrage à l’épidémie et pouvoir rêver, bientôt, à une vie « normale ».

    Ce soir-là, autour de lui, une quarantaine d’élus et d’agents municipaux. Plan de ville à la main, par petits groupes, l’équipe de volontaires se disperse aux quatre coins de la ville, suivant chacune un trajet bien défini.

    Du Parc Sud à l’école Jean Moulin, de la Prétentaine à l’écoquartier en passant par le cœur de ville, la place Odin ou encore l’avenue des Falaises… pendant près de deux heures, des dizaines de rues sont passées à la loupe. « L’objectif est de s’assurer que le couvre-feu est respecté, d’échanger avec les Rolivalois qui pourraient encore être dehors à cette heure ; de leur expliquer la nécessité de suivre les consignes », insiste Marc-Antoine Jamet.

    “Allez, au dodo ! “

    Après quelques minutes de déambulation, le premier constat est plutôt rassurant : les rues sont quasiment désertes ; seuls quelques jeunes tapent encore la balle dans la voie Boréale ; quand d’autres profitent de la fraîcheur du soir pour prolonger la journée à deux pas de leur domicile, du côté de la Prétentaine ; ou donnent quelques derniers coups de pédale dans le quartier de la Grosse Borne.

    « C’est l’heure de rentrer maintenant ! » ; « allez, au dodo », glisse malicieusement le maire avant de s’assurer que la porte de la maison se referme bien derrière ces ados un peu réticents à suivre les consignes mais compréhensifs malgré tout lorsque l’intérêt de se protéger et de protéger les autres leur est patiemment expliqué.

    “Nos Rolivalois sont exemplaires”

    A quelques centaines de mètres de là, du côté de la voie de l’Euclide, la satisfaction se lit sur tous les visages. « Nos Rolivalois sont exemplaires », souligne Catherine Bataille, élue en charge de l’Etat Civil, en s’éloignant de la rue déserte.

    Il faudra attendre le croisement de la rue des Fleurs pour rencontrer un petit groupe de jeunes. « Bonjour messieurs, que faites-vous dehors à cette heure-ci ? », interroge Dominique Lego. « On rentre chez nous. Monsieur Balut (NDLR : élu en charge des associations)nous a déjà dit de rentrer », répond poliment le jeune homme en se dirigeant vers son domicile.

    Bilan unanime

    A chaque élu son quartier en ce premier lundi de confinement
    A chaque élu son quartier en ce premier lundi de confinement

    A l’issue de ces deux heures de déambulation nocturne, le bilan semble partagé par l’ensemble des groupes. “A part quelques irréductibles, nous avons rencontré des personnes très compréhensives et reconnaissantes des mises en garde aimables que nous leur avons faites. Globalement la ville était tranquille : les Rolivalois jouent le jeu et c’est une bonne chose », se réjouissent ainsi Fadilla Benamara et Daniel Gassa, deux des élus mobilisés entre la place Odin et l’allée des Sages.

    Convaincu du bien fondé d’une telle opération, Marc-Antoine Jamet l’a promis hier soir : rendez-vous sera à nouveau donné très prochainement pour renouveler cette déambulation qui vise avant tout à faire de la pédagogie.

     

    Retour en images :

     

     

    Partagez :

    Jusqu’à vendredi, venez vous faire dépister gratuitement !

    La campagne de test gratuit au Covid 19 bat son plein voie des Clouets. Une semaine après son lancement, 350 personnes ont déjà été dépistées. L’opération se poursuit jusqu’au 26 mars. Ouvert à tous. 

    300 entreprises ! De l’industrie pharmaceutique à la logistique, du secteur du luxe à la cosmétique en passant par les télécommunications, les espaces verts ou encore la propreté publique… Val-de-Reuil est une véritable ruche industrielle où convergent quotidiennement plus de 13 000 travailleurs venus de tous horizons.

    Confrontés comme partout à la recrudescence des contaminations au Covid 19, ils sont nombreux chaque jour depuis une semaine à prendre la direction du 9020, voie des Clouets. C’est ici, dans les anciens locaux de l’entreprise Altitude Infrastructure, que l’Agence Régionale de Santé, soutenue et accompagnée par la Ville de Val-de-Reuil, a installé son centre de dépistage, au plus près du lieu de travail de ces milliers de femmes et d’hommes. Dix jours pendant lesquels chaque salarié mais aussi chaque Rolivalois, chaque habitant des communes alentour peut, sans rendez-vous et sans ordonnance, participer à cette nouvelle campagne de test gratuit.

    “Un moyen rapide de savoir”

    Des tests sans rendez-vous, sans ordonnance ; des résultats rapides.
    Des tests sans rendez-vous, sans ordonnance ; des résultats rapides.

    Guillaume, 40 ans, chaudronnier à Val-de-Reuil, n’a pas hésité une seconde à pousser la porte de l’ancienne entreprise investie jusqu’au 26 mars par une équipe de biologistes. « Il y a eu un cas COVID dans notre entreprise donc j’ai voulu m’assurer que tout va bien pour moi. C’est un moyen rapide de savoir si l’on est positif ou pas et, du coup, de gagner en rapidité ».

    Accueilli par un agent municipal dépêché par la Ville pour épauler les biologistes, Guillaume n’aura eu qu’à remplir un questionnaire de quelques minutes, présenter sa carte vitale et sa pièce d’identité, suivre le chemin fléché dans le respect des précautions sanitaires avant de disparaître quelques toutes petites minutes dans la salle de prélèvement. « Tout est parfait : l’accueil est chaleureux, c’est rapide, très bien expliqué et les agents sont à l’écoute ».

    Encore quelques heures de patience et le chaudronnier rolivalois pourra consulter les résultats de son test naso-pharyngé sur un espace sécurisé du site internet du laboratoire Bio Seine-Eure. « Les résultats des tests sont acheminés deux fois par jour jusqu’au laboratoire », souligne Myldred Hardy, médiateur Covid au sein de la fédération française de sauvetage et de secourisme mobilisée sur l’opération pour réaliser les tests PCR. « Les personnes testées le matin peuvent ainsi obtenir leurs résultats le soir même et les personnes testées l’après-midi, le lendemain matin ».

    Ouvert à tous, sans restrictions

    Les anciens locaux d'Altitude Infrastructure transformés en centre de dépistage
    Les anciens locaux d’Altitude Infrastructure transformés en centre de dépistage

    A l’issue de la première semaine de dépistage commencée le 16 mars, plus de 350 personnes avaient déjà fait le déplacement. Des salariés des entreprises de la zone d’activités mais pas seulement : « Ce centre de dépistage est ouvert à tous, qu’on soit travailleur ou non ; enfant ou adulte », précise-t-on à la mairie de Val-de-Reuil.

    Une véritable aubaine pour Pascal, un habitant de Surville, soulagé à l’idée de pouvoir rapidement lever le doute sur son état de santé. « Une personne de ma famille ayant été testé positif, ma femme et moi avons choisi par précaution de nous faire dépister. Le fait que le dispositif soit rapide est important pour nous, car il nous fallait savoir au plus vite pour nous rassurer ».

    Une excellente manière de se protéger et protégez les autres !

    Comme Pascal, Guillaume, Emmanuelle, Valérie, Vincent, Sacha et tant d’autres… n’hésitez plus ! Rendez-vous au 9020 voie des Clouets (face à l’entreprise Loxam et à 100 mètres du centre de secours) pour un dépistage rapide, gratuit, sans ordonnance et sans rendez-vous, tous les jours de 10h00 à 17h00 jusqu’au vendredi 26 mars.
    Partagez :

    Toutes à la Rolivaloise ! Une édition 2021 inédite, virtuelle et connectée…

    La Rolivaloise est de retour, du 20 au 28 Mars, sur 5 ou 10 kilomètres, ou plus si vous le souhaitez… Une version virtuelle et connectée ouverte à tous les femmes ! Inscrivez-vous dès aujourd’hui et participez à la lutte contre le cancer !

    Une vague rose unique en son genre qui déferle sur la ville … C’est le spectacle qu’offre chaque année le désormais incontournable rendez-vous rolivalois du mois de mars, Vous l’aurez deviné : il s’agit bien de la Rolivaloise, cette marche / course 100 % féminine qui rassemble plus de 2500 participantes de toutes générations, de tous horizons.

    Pour rien au monde, les « aficionadas » de cette rencontre festive, sportive et solidaire dont l’ambition est de promouvoir les droits des femmes, lutter contre le cancer du sein et savourer le plaisir de se retrouver ne manqueraient cette date marquée d’une pierre blanche.

    Après l’annulation de l’édition 2020, programmée à quelques jours du premier confinement, et malgré les règles sanitaires qu’imposent aujourd’hui la pandémie, il était hors de question cette année d’annuler l’événement. La Ville de Val-de-Reuil a donc rivalisé d’imagination pour permettre aux milliers de femmes adeptes du rendez-vous de prendre le départ de la Rolivaloise 2021… en toute sécurité ! Et c’est avec le plus grand des plaisirs que la municipalité vous propose une version revisitée de la Rolivaloise.

    Du 20 au 28 mars : une semaine de challenge

    Du samedi 20 au dimanche 28 mars, toutes les femmes, quels que soient leur âge et leur niveau de pratique sportive, Rolivaloises, habitantes de Val-de-Reuil, des communes voisines et de plus loin encore, salariées de nos parcs d’activité, seront ainsi invitées à participer à un grand challenge virtuel, connecté et solidaire.

    Comment s’inscrire ?

    Dès aujourd’hui, seule ou en équipe, à partir d’une application développée sur Internet et disponible sur le site de « La Rolivaloise » : larolivaloise.valdereuil.fr, coureuses ou marcheuses peuvent s’inscrire sur la distance de leur choix avec un principe : pour 1 € kilomètre parcouru, 1 € sera reversé au profit de la recherche contre le cancer.

    Laissez vous guider : la procédure d’inscription est simple, rapide et efficace ! Une fois inscrite, vous recevrez une notification confirmant votre participation. Vous serez également informée ces prochains jours des dates et lieu de retrait de vos tee-shirts collector.

     

    Quel parcours ?

    Au départ d’un parcours inédit, depuis la Mairie, longeant la Promenade des Tilleuls, passant à travers le Parc Sud, remontant les berges de l’Eure avant de plonger au cœur du parc arboré de l’éco-quartier, il suffira aux participantes d’activer leur chronomètre, leur smartphone, leur montre connectée ou leur application de course à pied, puis, une fois le parcours terminé, d’enregistrer leurs données sur l’application en utilisant leur téléphone ou leur clavier.

    Le parcours d’une distance totale de 5 km (à effectuer une ou plusieurs fois selon vos envies) est disponible en téléchargement sur le site internet de la Rolivaloise (larolivaloise.valdereuil.fr) ou en cliquant sur le plan ci contre.

    Au nom de la lutte contre le cancer du sein

    Pour les férues de course à pied, impatientes de retrouver, après un an d’interruption, la ligne de départ d’une compétition, ce sera le plaisir de se mesurer à distance aux autres participantes, de suivre en temps réel l’évolution de leur classement.

    Pour les autres, ce sera la joie de prendre part à une action participative, d’entraîner amis, famille, collègues et voisins au service d’une grande et juste cause. Toutes, engagées, seront ainsi les ambassadrices de la lutte contre le cancer du sein. Depuis plus d’un an, les campagnes de dons, les manifestations caritatives, l’action des bénévoles sur le terrain afin d’attirer l’attention des femmes sur l’importance du dépistage, n’ont pas pu se tenir ou obtenir leur écho habituel. La bataille engagée contre le coronavirus ne doit pas nous détourner des autres combats.

    Ensemble, liguons-nous pour faire reculer le cancer du sein en incitant le plus grand nombre de femmes à participer à la nouvelle édition de « la Rolivaloise ».
    RENDEZ-VOUS SUR larolivaloise.valdereuil.fr POUR VOUS INSCRIRE ET POUR OBTENIR TOUTES LES INFORMATIONS NECESSAIRES SUR LA ROLIVALOISE. POSSIBILITÉ ÉGALEMENT DE CONTACTER LE 02 32 59 42 12 POUR PLUS DE DETAILS.

    Partagez :

    Sur l’avenue des Falaises, 40 photos-portraits de femmes exceptionnelles à découvrir !

    Une exposition de 40 photos-portraits de femmes qui changent notre monde comme notre ville a pris ses quartiers sur l’Avenue des Falaises. A découvrir absolument jusque fin mars au fil d’une balade inédite.

    Elles sont cheffes d’entreprise, commerçantes, enseignantes, étudiantes, sportives, infirmières, responsables associatives, dirigeantes d’organisations internationales, fonctionnaires, cheffes de gouvernement, chercheuses… Toutes ces femmes ont un point commun : elles sont des modèles et des exemples de réussite dans le monde ou dans la ville.

    Jusqu’à la fin du mois, Rolivalois et voisins de la plus jeune commune de France peuvent découvrir le long de l’avenue des Falaises, ces 40 femmes qui agissent concrètement pour le bien commun, la non-discrimination et l’avenir.

    Des visages qui changent nos vies

    À l’échelle de notre planète, elles défendent la démocratie, font avancer la science ou imaginent une autre économie, mettent leur notoriété au service de la lutte contre les violences, nous mobilisent pour sauver la terre, sa biodiversité, son climat.

    De Kamala Harris, Vice-Présidente des Etats-Unis d’Amérique, à Esther Duflo, Prix Nobel d’Economie, de Greta Thunberg, militante contre le réchauffement global, à Naomi Osaka, numéro 2 mondiale de tennis engagée dans le mouvement « Black Lives Matter »… 20 portraits de ces femmes qui inspirent notre société sont exposés à côté de 20 autres qui, chaque jour, permettent à Val-de-Reuil de changer et de progresser.

    Virginie Sene-Rouquier, Sous-préfète des Andelys, Alexandra Capogna, Commissaire de police de Val-de-Reuil/Louviers, Béatrice Deboissy, enseignante et conseillère municipale à l’égalité entre les femmes et les hommes, Louisa Bellaghoune, Directrice de l’Association d’aide aux personnes dépendantes, Anaelle Pain, Gérante de la Boulangerie « Aux 4 Saisons », Delphine Magnye, Directrice de l’EPIDE, Inès Duhautoy, Directrice adjointe du Centre de Détention des Vignettes ou Marwa Ikrazzen, vice-championne d’Europe espoirs de Taekwendo… autant de figures  qui aident Val-de-Reuil à se transformer et à se renouveler.

    L’avenue des Falaises rebaptisée

    Au travers de cette exposition inédite d’immenses portraits installés sur l’artère principale de Val-de-Reuil, la municipalité a souhaité célébrer et saluer ces femmes auprès d’un large public.

    Sur son parcours, l’Avenue des Falaises a été renommée « Avenue de l’Égalité entre les Femmes et les Hommes ».

    L'avenue des Falaises rebaptisée Avenue de l'Egalité entre les Femmes et les Hommes
    L’avenue des Falaises rebaptisée Avenue de l’Egalité entre les Femmes et les Hommes
    Partagez :

    Agnès Pannier-Runacher en visite à Val-de-Reuil

    Vendredi 26 février, la ministre déléguée en charge de l’Industrie a visité, en compagnie des élus de la circonscription, le site Sanofi-Pasteur, puis le site de Valdepharm, tous deux situés à Val-de-Reuil.

    Marc-Antoine Jamet et les élus de la circonscription ont pu accueillir Agnès Pannier-Runacher lors de sa visite.

    Une ville, deux visites. Pour Agnès Pannier-Runacher, cette journée sur le territoire rolivalois est « Une façon de se rendre compte, sur place, de la manière dont nous déployons des moyens en France pour industrialiser la production de vaccins contre la COVID et la grippe ».  Val-de-Reuil est, en effet, au cœur de la lutte contre le virus avec les sites de Valdepharm et de Sanofi-Pasteur.

    800m2 construits en urgence

    C’est sur son site rolivalois, que l’industriel pharmaceutique

    Agnès Pannier-Runacher a pu visiter le chantier de l’entrepôt de 800m2 qui abritera les congélateurs nécessaires à la conservation de l’ARN Messager.

    Valdepharm se prépare à conditionner le vaccin développé par le laboratoire allemand CureVac, dont l’autorisation de mise sur le marché devrait être obtenue en mai. Un déploiement qui a nécessité la construction, à Val-de-Reuil, d’un barnum de 800 m2, où seront entreposés 80 congélateurs d’une capacité de 25 000 flacons chacun. Construit en à peine deux mois, notamment grâce aux efforts de la municipalité pour l’obtention du permis en un temps record, cet entrepôt permettra de stocker, à une température de moins 86 degrés, l’ARN messager naturel et non modifié utilisé par CureVac comme base pour ses vaccins. Un site que la ministre a pu apprécier après la visite du nouveau bâtiment grippe de Sanofi-Pasteur.

     

    27 millions de doses de vaccins

    « Notre enjeu, c’est un enjeu collectif » a confié Agnès Pannier-Runacher à la sortie de la visite du nouveau bâtiment B52 de Sanofi-Pasteur. Destiné à la production du vaccin contre la grippe, dont Sanofi produit 25% des doses mondiales, ce bâtiment a été achevé en 2019. Aujourd’hui en phase de qualification, il sera opérationnel en 2023. « La production de vaccin contre la grippe contribue aussi à la lutte contre la COVID en évitant de mettre une pression sur les hôpitaux et en faisant en sorte de minimiser le nombre de personnes en situation d’aller aux urgences et en soins intensifs » a précisé la ministre.

    « Sanofi c’est 27 millions doses de vaccins BioNTech et Johnson&Johnson qui seront produits prochainement » a-t-elle ajouté. Des accords de fabrication conclus en parallèle de la recherche au développement du candidat-vaccin sur lequel Sanofi continue de travailler. « Ce n’est que lorsque l’ensemble de la planète sera vacciné que nous aurons passé ce cap décisif dans la lutte contre la Covid » a conclu Agnès Pannier-Runacher.

    Partagez :

    10 nouvelles recrues au commissariat de Val-de-Reuil !

    Lundi 22 février, 10 nouveaux policiers ont pris leurs fonctions au commissariat de Val-de-Reuil – Louviers. Accueillis par le préfet de l’Eure, Jérôme Filippini, et les élus de la circonscription, leur arrivée était très attendue

    C’était une promesse du ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, c’est enfin devenu réalité ! 10 jeunes recrues, issues de la 257e promotion d’élèves gardiens de la paix, viennent d’être affectés au commissariat de Val-de-Reuil – Louviers. Ils viennent renforcer les effectifs des 52 policiers actuellement en poste. « Cela fait tellement longtemps que nous attendions des renforts, qu’avoir autant de monde d’un seul coup, c’est surprenant », confie Johann Maugé, secrétaire départemental du syndicat Unité SGP Police.

    Des jeunes normands pour renforcer les effectifs

    Les 10 nouveaux policiers ont été accueillis par le préfet de l’Eure et les élus de la circonscription.

    Âgés entre 22 et 31 ans, les cinq femmes et cinq hommes sont quasiment tous originaires de Normandie. Pour Tess, 22 ans, c’est l’ambiance familiale du commissariat qui l’a attirée : « J’ai déjà eu l’occasion de travailler dans de grandes structures, confie la jeune femme originaire de Pacy-sur-Eure. On y croise souvent des collègues qu’on ne connaît pas. Je voulais aller dans un commissariat plus petit. C’est idéal ici ». Un cadre que la commissaire, Alexandra Capogna a mis en avant : « Si vous rencontrez des difficultés, rappelez-vous que vous avez la chance d’être dans une petite structure, avec un esprit familial. Vous n’êtes pas seuls, ça va bien se passer ».

    « Nous avons la même préoccupation : aider les gens »

    10 nouvelles recrues sont arrivées au commissariat de Val-de-Reuil – Louviers

    « Vous allez œuvrer à la tranquillité publique et à la sécurité » s’est réjoui Jérôme Filippini. « Il n’est pas courant qu’on accueille les jeunes sortis de l’école, mais nous voulions vous souhaitez la bienvenue ». À ses côtés, Marc-Antoine Jamet ajoute : « Vous êtes des repères et avez un très grand rôle à jouer. Nous sommes du même côté, nous sommes pour la loi et l’ordre. Nous avons la même préoccupation : aider les gens ».

    Des affectations déjà décidées

    4 policiers seront affectés en voie publique, 2 en brigade d’appui polyvalente et 4 en brigade de sûreté urbaine. « Ils auront beaucoup de choses à apprendre, ce sera très formateur pour eux », confie Johann Maugé. « Maintenant, nous attendons les résultats du prochain mouvement profilé ». 5 nouveaux policiers devraient prochainement rejoindre les rangs du commissariat selon la promesse de Gérald Darmanin.

    Partagez :

    Des boîtes aux lettres pour lutter contre la maltraitance infantile

    C’est une première dans l’Eure : Val-de-Reuil sera la première commune du département à être équipée de boîtes aux lettres accessibles aux enfants pour leur permettre de dénoncer les maltraitances dont ils pourraient être l’objet.

     

    « Parfois, ça fait tellement parti de leur éducation, que les enfants ne savent même pas que ce sont des maltraitances » lance Sylvie Mullier, bénévole et référente départementale de l’associations Les Papillons.

    Cette jeune association a été créée en 2019 par Laurent Boyet, capitaine de police, lui-même victime de violences sexuelles durant son enfance. Auteur du livre autobiographique, « Tous les frères font comme ça », Laurent Boyet créée l’association pour lutter contre la maltraitante infantile. Son souhait : que tous les enfants aient la possibilité de se confier sur leur « indicible ».

    Des boîtes aux lettres accessibles par tous les enfants

    Selon Sylvie Mullier, « Il existe beaucoup d’associations pour accompagner les enfants après leur dénonciation, mais aucune ne recueillait leur parole avant. L’association Les Papillons est complémentaire au 119, le Service National d’Accueil Téléphonique pour l’Enfance en Danger, puisque nous leur proposons d’écrire ». Grâce à une subvention de l’État de 20 000 €, l’association propose d’acheter et d’installer des boîtes aux lettres dans des lieux fréquentés par les enfants : centres aérés, piscines, gymnases, écoles… Un référent communal est ensuite désigné pour récupérer les mots qui sont transmis à la cellule d’analyse de l’association. Celle-ci contacte alors les personnes concernées : un directeur d’établissement en cas de harcèlement scolaire ou les services sociaux dans le cas de maltraitance intrafamiliale.

     

    Une première dans l’Eure

    association les papillons
    Réunion de présentation aux services concernés, courant janvier

    Aujourd’hui 80 boîtes aux lettres ont déjà été installées à travers tout l’Hexagone. Val-de-Reuil est la première commune de l’Eure à avoir accepté leur déploiement sur son territoire. « Monsieur le Maire est très sensible à cette cause, notamment en raison des différents confinements où on a pu voir les abus augmenter », confie Catherine Duvallet, première adjointe en charge de l’éducation et de la jeunesse de Val-de-Reuil. On essaie de mettre en œuvre tous les moyens possibles pour lutter contre ce fléau ». Huit boîtes aux lettres pourront ainsi être installées d’ici début mars : 7 en groupe scolaire et 1 à la médiathèque. Les enfants seront sensibilisés à leur usage lors d’une intervention de l’association. Une boîte aux lettres virtuelle existe également pour les enfants ou adolescents équipés en smartphone/informatique. Un premier pas pour espérer libérer la parole de l’enfant.

    L’info en + :

    L’association recherche des bénévoles afin de poursuivre son développement à travers le département.

    Pour les contacter :

    Sylvie Mullier, Référente Départementale : 07 69 05 09 09

    https://www.associationlespapillons.org

     

     

    Partagez :

    Semaine Olympique et Paralympique : Emilie Gomis à la rencontre des élèves de l’école Pivollet

    Que représentent les Jeux Olympiques dans la tête d’un enfant de maternelle ? Et les para-sports pour un collégien ? Pour mobiliser toutes les générations autour des jeux de Paris 2024, la Semaine Olympique et Paralympique est à l’honneur dans la Ville et notamment à l’école Pivollet, dont les élèves ont pu échanger avec l’ancienne basketteuse professionnelle Emilie Gomis.

    « Levez-vous et faites comme moi » lance Emilie Gomis, championne d’Europe et vice championne olympique de basket, avant de montrer, via écrans interposés, quelques mouvements simples pour bouger à la maison. L’ancienne joueuse professionnelle a échangé, lundi 1er février par visioconférence, avec les élèves de CM2 de l’école Pivollet. Une première pour les jeunes rolivalois, conscients de la chance qu’ils ont : « Je suis vraiment contente, confie Beritan Tahtali, 10 ans. On a beaucoup de chances de pouvoir lui parler, lui poser nos questions ».

    Cirque, hockey et biathlon

    Cette intervention s’inscrit dans le cadre de la Semaine Olympique et Paralympique. Le but : faire travailler les jeunes élèves sur les thématiques telles que les valeurs du sport, de l’olympisme, l’égalité et ou encore la santé. « Le matin, l’Union sportive de l’enseignement du premier degré (USEP) proposera des initiations au sport, explique Alexandra Mary, directrice de l’école primaire, tandis que les après-midis seront consacrés à des ateliers artistiques, de culture et de découverte ». Cirque pour les maternelles, Hockey pour les CP et CE1, biathlon du CE2 au CM2 sont au programme de la semaine.

    « Vous devez pratiquer une activité sportive tous les jours »

    Le thème de la semaine est le bienvenu dans l’école : « Malheureusement, cette année, c’est très compliqué de mettre en place des activités sportives, explique Mme Thévenin, professeure de la classe de CM2. Normalement, nous faisons du sport deux fois par semaine, mais avec les règles sanitaires, nous avons dû baisser le rythme. Cette semaine va leur faire énormément de bien ». « C’est normal de se sentir fatigué après une séance de sport, complète Emilie Gomis. Tu dors mieux si tu fais du sport. Mais il ne faut jamais se comparer aux autres. Il faut juste se donner des challenges pour se sentir mieux ».

    Faire bouger les jeunes pour sensibiliser les parents

    Clou du spectacle, Emilie Gomis leur révèle sa surprise : sa médaille olympique se trouve dans la salle de classe : « Je suis tellement contente de toucher une médaille olympique, confie Beritan Tahtali. Ça n’arrive pas à tout le monde de rencontrer une basketteuse professionnelle, même en visio ». « Faire bouger les jeunes, c’est aussi sensibiliser les parents » conclut Raisy Bantoo. Cette rolivaloise d’origine, ancienne basketteuse de haut niveau est aujourd’hui la référente pour le projet impact 2024 pour la Ville. « Val-de-Reuil est une ville où le sport à son importance. Il faut faire perdurer cette tradition ».

    Actualités du sport à Val-de-Reuil

    Du sport à portée de main

    S’entretenir, transpirer et se défouler est possible même sans salle de sport ! Sur les 15 000 Rolivalois, 4 000 sont ...
    Lire La Suite…

    Semaine Olympique et Paralympique : Emilie Gomis à la rencontre des élèves de l’école Pivollet

    Que représentent les Jeux Olympiques dans la tête d’un enfant de maternelle ? Et les para-sports pour un collégien ? Pour mobiliser ...
    Lire La Suite…

    Léo Lagrange, un bijou architectural au coeur de Val-de-Reuil

    Depuis janvier 2020, le nouveau gymnase Léo Lagrange prend forme. Plus grand, plus fonctionnel, mieux intégré dans son environnement, il ...
    Lire La Suite…

    Cérémonie des vœux 2021 de Marc-Antoine Jamet et de la municipalité

    Pour une année belle et meilleure à Val-de-Reuil Cérémonie des vœux 2021 de Marc-Antoine Jamet et de la municipalité ...
    Lire La Suite…

    Les exploits de Saby et Arthur !

    Saby Chevalme et Arthur Bellitto ont brillé aux derniers championnats de France d’athlétisme qui se déroulaient du 15 au 18 ...
    Lire La Suite…

    La Mission Locale rolivaloise a remporté le cyclo-challenge !

    Le tour des Missions Locales Normandes a été remporté par Val-de-Reuil ! Après deux semaines de pédalage, de joie et ...
    Lire La Suite…

    Le VRASAD investit le cœur de ville !

    Samedi 26 septembre prochain, le VRASAD organise, de 14h00 à 16h00, un après-midi sportif et culturel ouvert à tous au niveau ...
    Lire La Suite…

    Le bien-être à portée de main !

    Adnan Tammar, un jeune auto-entrepreneur Rolivalois a lancé, au début de l'été, son activité de coaching sportif : Tammarfit Le ...
    Lire La Suite…

    Au Rendez-vous des clubs

    Communiqué de la Ville de Val-de-Reuil Dimanche 20 septembre, Stade Jesse Owens, pour s’inscrire et pratiquer une discipline à Val-de-Reuil, ...
    Lire La Suite…

    Le sport à Val-de-Reuil

    Aucune publication trouvée.

    L’avenue des Falaises : la dernière séquence de travaux débute !

    À partir du mardi 2 février, sur l’Avenue des Falaises, la dernière séquence des travaux du Bus à Haut Niveau de Service démarre entre le giratoire Mémoire et Paix et le giratoire du Fantôme. Objectif : aménager une voie exclusivement dédiée au bus sur une grande partie du tronçon concerné, créer trottoirs et pistes cyclables protégés, rénover une voirie en mauvais état, sécuriser la circulation et laisser davantage de place au végétal. 

    Les travaux du BHNS reprennent du service dans la Ville ! Dès le 2 février et pour un an, 1,65 km de voirie seront réaménagés, du giratoire Mémoire et Paix au rond-point du Fantôme.  Comme lors de la première phase, entre le giratoire Mémoire et Paix et la place des 4 saisons, la chaussée sera intégralement reprise, corrigeant nids de poule et revêtement fragilisé par le temps, une piste cyclable protégé de la circulation automobile et des trottoirs aménagés, et 400 arbres, de grande taille et de 19 espèces différentes, plantés. Un projet qui créera également une voie de bus prioritaire afin de proposer, en 2022, des navettes toutes les 10 minutes aux heures de pointe.

    L’avenue des Falaises en sens unique

    Panneau info travaux

    Pour éviter un allongement du chantier de six mois et limiter la gêne occasionnée, la circulation ne sera possible que dans le sens reliant le rond-point du Fantôme, en arrivant depuis l’Autoroute A13, au giratoire Mémoire et Paix, en voulant se rendre au centre-ville et à la gare. Le sens inverse sera, quant à lui, totalement fermé pour une durée de 12 mois. Pour vous rendre sur les parcs d’activité, au rond-point des Clouets, à Louviers ou regagner Rouen ou Paris, une déviation, dont la signalétique sera renforcée par la Ville, est mise en place par la voie de l’Orée pour les véhicules légers et par la Chaussée de la Voie Blanche pour les poids lourds. Les habitants du quartier du Cavé pourront accéder à leur domicile en empruntant la Route des Sablons ou en suivant la déviation fléchée depuis le rond-point du Monument Mémoire et Paix.

    Phase 1 de début février à fin avril

    Les arrêts de bus modifiés

    Station Les Pommiers – Vue d’ensemble

    Dans le sens Gare SNCF – Louviers, la ligne numéro 1 du bus SEMO sera déviée par la voie de l’Orée et les trois arrêts « Pommiers », « Cavé » et « Fantôme » suspendus durant toute la durée des travaux. Ils seront reportés sur l’arrêt Mémoire et Paix et sur une station provisoire installée, Chaussée du Vexin, en face de l’entreprise Janssen, au niveau de la rue de Maigremont.

    Un réaménagement par étapes

    4 phases de travaux se succèderont jusqu’au mois de février 2022. Jusqu’à la fin du mois avril, la circulation sera coupée entre le rond-point du Monument Mémoire et Paix et la rue Edmond Mailloux. Dans un premier temps, une circulation à double sens sera encore possible pour les riverains du Quartier du Cavé entre la rue Edmond Mailloux et le rond-point du Fantôme.

    Cérémonie des vœux 2021 de Marc-Antoine Jamet et de la municipalité

    Pour une année belle et meilleure à Val-de-Reuil

    Cérémonie des vœux 2021 de Marc-Antoine Jamet et de la municipalité

    Merci d’accepter le cookie YouTube pour voir cette vidéo. Vous allez accèder à un contenu fourni par YouTube.

    Politique de confidentialité de YouTube

    Si vous acceptez votre choix sera sauvegardé et le contenu de la page mis à jour.

    Vaccination : coup d’envoi donné pour les résidents de l’Espages ! 

    À la demande de Marc-Antoine Jamet, la Ville, grâce à la qualité du dialogue entre la municipalité, les services de l’Etat et les professionnels de santé installés à Val-de-Reuil, avec l’appui décisif du Préfet, a organisé ce lundi 18 janvier la vaccination des résidents de l’ESPAGES. Les résidents ont ainsi reçu la première dose de vaccin contre la COVID-19. Un soulagement pour certains.

     

     

    « Yvette, à ton tour ! » lance Christine Lebrun, directrice de l’Espages, dans les couloirs de la résidence. Hier après-midi, il y avait une certaine émulation au sein du foyer pour personnes âgées. Ils sont 32 sur 38 à s’être portés volontaires pour se faire vacciner. « Certains nous disent qu’ils ne le font pas pour eux, explique la directrice, ils le font pour nous, pour qu’on ne soit pas contaminés et pour que les jeunes reprennent une vie normale ». La direction a reçu mercredi dernier l’information sur la mise en place de cette première campagne de vaccination. Une bonne nouvelle qu’il a néanmoins fallu organiser dans des délais resserrés : déterminer les créneaux en fonction des rendez-vous médicaux déjà pris par les résidents, prévenir les futurs locataires, remplir avec les premiers volontaires les questionnaires de pré-consentement et laisser pour d’autres le temps de la réflexion. « Certaines personnes attendaient d’avoir le retour de leur médecin concernant leur pathologie pour savoir si c’était compatible ». Avec succès, la très grande majorité a choisi de se faire vacciner.

    « Je suis soulagée maintenant »

    « Ça se passe bien, tout le monde va bien, lance Margot Becker, infirmière libérale qui, aux côtés du Docteur Thomas Bourez et de trois autres professionnels de santé, s’est immédiatement rendue disponible pour vacciner les résidents. « Un monsieur nous a confié être fatigué et avoir peur de faire des réactions. Il a préféré prendre rendez-vous dans 15 jours, une fois son déménagement achevé. Globalement, tout le monde est volontaire ».

    Après la vaccination, chaque patient doit rester sous observation 15 minutes dans la salle. « Je suis soulagée maintenant, confie Patricia Delobeau, jeune résidente de 70 ans, il y en a marre d’être confinés. Avant les jours passaient vite mais là avec le confinement, on ne peut pas aller voir nos copines, on doit rester dans la chambre, c’est pénible ». Patricia espère maintenant voir bientôt le bout du tunnel.

     

    Vos commerçants rolivalois en clic et collecte sur VDR e-market

    En soutien aux commerçants rolivalois, la Ville a déployé une plateforme numérique pour permettre aux habitants de faire leur shopping en ligne ou simplement découvrir les trésors du commerce local. Bienvenue sur VDR e-market !

    Un pantalon tendance à carreaux ou une chemise slip pour les fêtes, un coffret de pinceaux de maquillage, de produits pour le corps et le bain ou de bières artisanales 100 % rolivaloises, des friandises et des jouets pour vos compagnons à quatre pattes… C’est parti pour le shopping de Noël à Val-de-Reuil !

    Depuis le 19 novembre, confortablement installés dans leur canapé, les Rolivalois peuvent savourer les plaisirs du lèche-vitrine dans leurs commerces préférés, renouer le contact avec leurs magasins fermés pendant de longues semaines.

    Pour eux, la Ville de Val-de-Reuil a créé une plateforme numérique inédite de clic et collecte, en partenariat avec l’association des commerçants ASCOVAL. Plus de 60 commerçants et artisans ont déjà rejoint « VDR e-market », cette immense boutique virtuelle où les clients peuvent commander en ligne et récupérer en coup de vent leurs produits disponibles en magasin mais aussi découvrir les produits proposés dans leurs commerces.

    Mobilisation immédiate

    « Dès l’annonce de la fermeture des commerces non essentiels fin octobre, la Ville s’est mobilisée pour soutenir ses commerçants lourdement impactés par ce confinement », souligne Marc-Antoine Jamet. Parmi l’ensemble des mesures mises en œuvre pour les accompagner, « la création de cette plateforme numérique nous a paru essentielle ».

    Intégralement financée par la Ville (pour un montant de 20 000 € auquel s’ajoute la prise en charge du coût du service de paiement en ligne pour les commerçants intéressés), cette vitrine en ligne ouverte à tous les commerçants, artisans et services qui le souhaitaient a été déployée en un temps record. « Nous sommes très satisfaits de la solution retenue : ultra-moderne, ultra-efficace, ultra-adaptée tout en étant simple d’utilisation », se réjouit le maire.

    “Que des retours positifs”

    Un engouement partagé par Christel Choquené, présidente de l’association des commerçants. « Nous n’avons eu que des retours positifs des commerçants qui se sont immédiatement emparés de cet outil ». Certains, en totale autonomie, d’autres (moins à l’aise dans l’univers d’internet) avec l’aide des équipes municipales de la cyberbase mobilisées à leur chevet.

    « La plateforme que nous proposons a l’avantage de permettre à chacun de l’utiliser selon ses besoins », précise Stéphane Damery, responsable de l’entreprise Hexa Solution qui a développé cette solution. En plus de produits disponibles, les professionnels répertoriés peuvent ainsi indiquer leurs horaires d’ouverture, informer sur les services proposés… « les restaurants, une fois rouverts, pourront par exemple indiquer leur plat du jour, leurs menus tandis que les coiffeurs, les instituts de beauté pourront bientôt proposer la prise de rendez-vous en ligne »… Car c’est là un autre atout de « VDR e-market » : pas question de mettre fin à la plateforme une fois la crise sanitaire derrière nous. « C’est un outil qui doit perdurer à long terme pour offrir une meilleure visibilité et une plus grande attractivité à nos commerçants, nos artisans, nos services. Et donc à notre ville », insiste Marc-Antoine Jamet.

    En attendant, le compte à rebours a démarré avant les fêtes de Noël. Alors, Rolivalois, un seul conseil : à vos claviers pour flâner dans vos boutiques en toute sécurité !

    Mode d’emploi

    La plateforme VDR e-market est disponible :

    • via internet en vous connectant sur vdremarket.fr
    • via une application smartphone, sur Google Play ou App Store : vdremarket (disponible dans les prochains jours)

    Présentée sous forme de plan interactif de la ville, elle vous permet de localiser les commerces, de faire votre sélection par types de produits ou de services proposés. En un clic, découvrez toutes les informations sur chaque commerçant ou artisan.

    Retrouvez les commerçants et artisans rolivalois sur vdremarket.fr

    Vdr-emarket.fr

    Avenue des Falaises : vieillissants et dangereux, les peupliers abattus ; 386 nouveaux arbres bientôt plantés

    Les peupliers qui longent l’avenue des Falaises entre le monument Mémoire et Paix et le giratoire du Fantôme seront abattus à partir du 19 octobre. Une fois les travaux d’aménagement de la voie réalisés, 386 nouveaux arbres seront plantés. 

    Plus esthétique, plus végétale, plus sûre, l’avenue des Falaises dévoile son nouveau visage entre la gare et la Place des Quatre Saisons. Encore quelques jours d’intervention et l’ensemble des marquages au sol réalisés sur toute sa longueur seront achevés.

    Place désormais à l’ultime phase de chantier qui se concentrera sur la partie située entre le monument Mémoire & Paix et le giratoire du Fantôme. Des travaux qui permettront de créer trottoirs et pistes cyclables, d’aménager une voie exclusivement dédiée au bus sur une grande partie de la zone, de rénover la voirie, sécuriser la circulation et laisser davantage de place au végétal. Si bien que, pour renforcer et diversifier la biodiversité, près de 400 arbres de 19 essences différentes (ornes, frênes, aulnes…) seront plantés dès la fin de l’année 2021.

    Circulation alternée

    En attendant le lancement de ces nouveaux travaux programmés début 2021, une première intervention aura lieu dès le lundi 19 octobre pour un mois environ. Il s’agit pour les ouvriers d’abattre les 200 peupliers – vieillissants, fragiles et malades pour la plupart – devenus dangereux pour les usagers.

    Les peupliers, malades pour la plupart, seront place bientôt à 386 nouveaux arbres de 19 essences différentes
    Les peupliers, malades pour la plupart, feront place bientôt à 386 nouveaux arbres de 19 essences différentes

    Pour cette intervention, aucune interruption de la circulation n’est prévue ni déviation mise en place. Que l’on se déplace en bus, en voiture, à pied ou à vélo, chacun pourra ainsi circuler dans les deux sens sur l’ensemble de la zone concernée ; tous les accès aux entreprises et aux habitations situées dans les rues adjacentes seront maintenus.

    Afin toutefois de garantir la sécurité des ouvriers comme des usagers sans trop perturber le trafic, une circulation alternée au moyen de feux tricolores sera mise en place par tronçons (au fil de l’avancement du chantier) entre les deux giratoires pendant toute la durée de l’opération.

    Si vous souhaitiez malgré tout éviter cette zone, il est possible d’emprunter la voie de l’Orée qui relie la chaussée de la Voie Blanche (ou la chaussée de Ritterhude) et la chaussée du Vexin.

    Masquées et dépistées : 50 Rolivaloises appellent à rester mobilisées face au cancer du sein

    Informer, sensibiliser, prévenir pour amener le plus grand nombre de femmes à se faire dépister doit demeurer une priorité, malgré la crise sanitaire. C’est le sens de l’appel signé par 50 femmes, issues de tous horizons, toutes investies dans la vie rolivaloise, à l’occasion d’Octobre Rose.

    La crise sanitaire qui frappe notre pays et le monde entier va durer. Personne ne conteste plus, personne de censé, qu’il nous faudra, pour plusieurs mois encore, en l’absence d’un médicament ou d’un vaccin efficace, apprendre à vivre avec l’épidémie de Covid-19. Nous avons commencé à le faire en révisant un certain nombre de nos comportements et de nos habitudes.

    Il faudra probablement, dans les prochains jours, à Val-de-Reuil comme dans l’ensemble de notre pays, aller plus loin, mieux se protéger et protéger les autres, redoubler de vigilance dans notre vie quotidienne et, hélas, réduire le nombre de nos contacts, de nos sorties, de nos réunions. Le virus, sa dangerosité, sa rapidité de propagation, son imprévisibilité, ne sauraient tolérer la moindre forme de relâchement. Pour y faire face, pour endiguer sa circulation et sa transmission, port du masque obligatoire lors de tous nos déplacements, strict respect de la distanciation sociale et des gestes-barrières, sont nos remparts et nos alliés. Il faut les observer. Il faut les adopter. Il faut les respecter. C’est une nécessité absolue. Pour sauver des vies, ces règles doivent être appliquées partout avec rigueur et fermeté.

    Alors qu’une deuxième vague se confirme, parmi les dommages collatéraux créés par la pandémie, une troisième, plus inattendue mais tout aussi brutale, plus sournoise, tout autant meurtrière, si ce n’est plus, semble se lever dans un silence aussi assourdissant qu’inquiétant.

    Ne jamais négliger le dépistage du cancer du sein... c'est le sens de l'appel lancé par 50 Rolivaloises à l'ensemble des femmes ; c'est le sens aussi du ruban rose déployé samedi à Val-de-Reuil
    Ne jamais négliger le dépistage du cancer du sein… c’est le sens de l’appel lancé par 50 Rolivaloises à l’ensemble des femmes ; c’est le sens aussi du ruban rose déployé samedi à Val-de-Reuil

    En France, depuis l’apparition du Covid-19, le nombre de dépistages du cancer du sein a chuté de plus de 10%. En raison des retards pris dans sa détection et du décalage dans le temps de sa prise en charge, la Ligue contre le cancer estime à 30.000 le nombre de cancers non diagnostiqués. Moins de mammographies, moins de diagnostics précoces, c’est  d’ici 4 à 5 ans – un consensus scientifique se dégage pour l’affirmer – des traitements rendus moins performants, des formes de la maladie plus sévères et un risque de surmortalité élevé. Nous reculerions de vingt ans dans la prévention et la guérison. Ce sont des années d’efforts et de progrès dans la recherche, dans les parcours de soins, dans la prévention que nous remettrions en question. Ce sont des milliers de vie qui sont en jeu. Il est urgent d’agir. Le coronavirus ne doit pas faire de victimes supplémentaires chez les femmes dont les cancers seraient diagnostiqués et traités trop tard. 

     C’est la raison pour laquelle, à l’occasion d’Octobre Rose, dans le prolongement des actions déjà portées par la municipalité de Val-de-Reuil et son Maire, nous lançons aujourd’hui cet appel. La bataille engagée contre le coronavirus ne doit pas nous détourner de celle à mener face au cancer du sein. À Val-de-Reuil, dans notre entourage, parmi nos proches, nos amis, nos voisins, nos collègues, un même message doit être rappelé. Informer, sensibiliser, prévenir pour amener le plus grand nombre possible de femmes à se faire dépister doit demeurer une priorité.

    Les campagnes de dons, les manifestations caritatives, la présence des bénévoles sur le terrain pour attirer l’attention de nos concitoyennes sur l’importance du dépistage n’ont pas pu se tenir ou obtenir le même écho qu’à l’habitude. Chacune, à notre place, dans notre entreprise, notre commerce, notre association, notre collectivité, nous devons donc être les ambassadrices de cette grande cause.

    Octobre Rose : toutes mobilisées !
    Octobre Rose : toutes mobilisées !

    Solidaire, généreuse et engagée, Val-de-Reuil se mobilise. Ensemble, sur d’autres combats, face à d’autres maladies, remportant des victoires et permettant de grandes avancées, nous l’avons déjà montré. Ici, dans l’unité et la cohésion citoyenne dont la très grande majorité de nos concitoyens font preuve pour se protéger de l’épidémie, liguons-nous pour faire reculer le cancer du sein. Le cancer n’est pas en quarantaine et notre combat doit se poursuivre malgré la crise. Masquées et dépistées, nous repousserons l’épidémie et continuerons à avancer pour vaincre le cancer du sein.

     Appel signé par :

    • Khadidja AATALLAH, Traiteur à domicile « Les Délices de Khadi »,

    • Inci ALTUNTAS, Conseillère municipale de Val-de-Reuil déléguée à la santé et au handicap,

    • Agnès ANVER, Directrice de l’école maternelle Le Pivollet

    • Béatrice BALUT, Présidente du RERS, Présidente du Conseil des Sages,

    • Susanne BARBER, Présidente de l’association de jumelage avec Workington,

    • Elodie BARBEY, Directrice des ressources humaines, Ville de Val-de-Reuil,

    • Catherine BATAILLE, conseillère municipale de Val-de-Reuil en charge de l’état-civil et de l’accueil des nouveaux habitants,

    • Cheree BELLANGER, Responsable du projet de renouvellement urbain, Ville de Val-de-Reuil,

    • Fadilla BENAMARA, Adjointe au Maire de Val-de-Reuil en charge du renouvellement urbain et de la relation avec les commerçants,

    • Nadia BENAMARA, Présidente de l’Association « Pour faire briller les étoiles »,

    • Salma BENHARI, lycéenne, athlète du VRAC,

    • Karine BERG, Gérante du « Burger King »de Val-de-Reuil,

    • Oriane BOUCHE, Directrice de l’école élémentaire Léon Blum,

    • Alexandra CAPOGNA, Commissaire de police, Chef de la circonscription de police Val-de-Reuil/Louviers,

    • Sylvie CARDONA-GIL, Directrice d’Adéquation et Formation,

    • Céline CROUIN, Présidente du Val-de-Reuil Natation,

    • Béatrice DEBOISSY, Conseillère municipale de Val-de-Reuil à l’égalité femmes/hommes et à la réussite éducative

    • Sabine DELGAS, Trésorière de l’ASVVP,

    • Géraldine DELIENCOURT, Conseillère municipale de Val-de-Reuil en charge des relations avec les entreprises,

    • Annie DEMARLY, ancienne directrice de l’école maternelle des Dominos,

    • Schéhérazade DENIARD, Directrice du Développement Territorial d’EDF pour Rouen Normandie Métropole et la Normandie et Présidente du PIMMS,

    • Christine DESBOIS, Directrice de l’école maternelle Léon Blum,

    • Maryline DESLANDES, Adjointe au Maire de Val-de-Reuil en charge de l’action sociale, Vice-Présidente du CCAS

    • Rachida DORDAIN, Adjointe au Maire de Val-de-Reuil en charge du sport

    • Catherine DUVALLET, Adjointe au Maire de Val-de-Reuil en charge de l’Education,

    • Rachel FERAL, Étudiante et mannequin,

    • Elise FRIBOULET PERRIER, Présidente de l’Association « Les Poulettes Rolivaloises »,

    • Chantal FRUIT, Présidente du Collectif Vivre Ensemble,

    • Angélique GEORGE, Artiste-chanteuse, membre du groupe « The Angies »,

    • Patricia GUIOT, Présidente de « Envie d’agir », Association de soutien aux familles touchée par le handicap,

    • Tanja GUTH, Conseillère municipale de Val-de-Reuil en charge de la biodiversité

    • Khadika IKHRAZZEN, Présidente du Val-de-Reuil Taekwendo,

    • Elise JACOBS, membre du bureau de l’Association des retraités du Val,

    • Fatimata KANE, Présidente de l’entreprise KAP-WAN,

    • Aurélie LEFEBVRE, Conseillère municipale de Val-de-Reuil en charge de l’action culturelle,

    • Clémence LEGAL, Responsable Recrutement et Accompagnement d’HUMANDO ADECCO,

    • Janick LÉGER, Conseillère départementale de Val-de-Reuil,

    • Noémie LETELLIER, Étudiante à Sciences Po,

    • Grace LOUBASSOU, Conseillère municipale de Val-de-Reuil déléguée à la démocratie participative

    • Sylvie LOZÉ, Gérante du restaurant SABAIDEE,

    • Vanessa MANTSOUAKA MASSALA, Conseillère municipale de Val-de-Reuil en charge des conseils d’école,

    • Alexandra MARY, Directrice de l’école élémentaire Le Pivollet,

    • Nathalie MBONGO MBAPPÉ, Directrice de l’école maternelle Coluche,

    • Chantal MÉGANGE, Présidente de l’association « Maison de la musique Nelly Marcon »,

    • Marie MONTMAYEUR, Assistante de direction, Ville de Val-de-Reuil,

    • Estelle MORIN, Principale du collège Alphonse Allais,

    • Stéphanie MOY, Directrice de l’école Jean Moulin,

    • Dieynaba N’GAME, Manager de centre-ville, Ville de Val-de-Reuil,

    • Marie NIMIER, écrivaine,

    • Nathalie NORMOIS, Présidente du club de gymnastique volontaire « Pleine Form’ »

    • Véronique NOEL, Restauratrice, Gérante du « Restaurant Sans Gluten »,

    • Natacha PATTE, Directrice de l’épicerie sociale EPIREUIL,

    • Claude PIEDNOEL, Médecin retraitée,

    • Jeanne POUHÉ, Conseillère municipale de Val-de-Reuil en charge des jumelages, Présidente du comité de jumelage,

    • Emmanuelle QUILÈS, Présidente de JANSSEN France,

    • Jacqueline RALONTO, Présidente de l’Association malgache de Val-de-Reuil

    • Judith RAOUL DUVAL, Responsable du Concours d’équitation de la Ferme de la Motte,

    • Lydie ROUSSEAU, ancienne directrice de l’école maternelle Louise Michel

    • Stéphanie ROUSSELIN, Adjointe au Maire de Val-de-Reuil en charge de la transition écologique,

    • Laurence SAMMARTANO, Gérante de l’entreprise REL AUTOS,

    • Nathalie SILVA, Directrice de l’école élémentaire Coluche,

    • Marie-France TARDIF, ancienne directrice de l’école maternelle du Pivollet,

    • Sandra TERNISIEN, Conseillère municipale de Val-de-Reuil en charge du comité des fêtes,

    • Marie-Morgane TRÉMOLLIÈRES, Directrice de la ferme pédagogique Anymania,

    • Patricia ULRICH, Directrice du groupe scolaire Les Cerfs-Volants,

    • Anne-Cécile VINCENT, conseillère municipale de Val-de-Reuil en charge de la charte municipale environnementale,

    • Nathalie YON, Présidente du Val-de-Reuil Olympique Lutte

    NovAliX reprend les locaux du laboratoire Janssen : la majorité des emplois sauvegardés

    Communiqué de Marc-Antoine Jamet, Maire de Val-de-Reuil, Président de la commission des finances de la Région Normandie : 

    Accord avec l’entreprise NovAliX sur la reprise des locaux du laboratoire Janssen-Cilag :

    « L’activité de recherche préservée, la majorité des emplois sauvegardés, l’importance de l’industrie pharmaceutique àVal-de-Reuil confirmée»

    Janssen France, filiale pharmaceutique de Johnson & Johnson, et NovAliX, société de recherche spécialisée en chimie organique et en biophysique viennent de dévoiler les termes d’un accord qui programme la reprise, par l’entreprise française née en 2002 et dont le siège social est installé à Strasbourg, des laboratoires occupés précédemment par les équipes de recherche et développement de Janssen Discovery.

    Ce projet prévoit la création de 25 à 30 nouveaux emplois dont les deux tiers seront proposés en priorité aux anciens salariés du laboratoire. Pour les chercheurs inquiets pour leur avenir et laissés dans l’incertitude depuis plus de six mois, pour le maintien à Val-de-Reuil de l’un des principaux sous-traitants du laboratoire Janssen, dont les emplois et l’activité intégrés au site Rolivalois se trouvaient fragilisés par le départ de leur premier donneur d’ordres et pour le développement de l’industrie sur notre territoire, c’est un accord dont je me félicite et que je veux saluer.

    Trois points cependant me préoccupent. À l’heure où le Gouvernement évoque la nécessité de renforcer l’indépendance médicale de la France, de rapatrier laboratoires et usines, c’est l’exact contraire qui se produit ici avec le départ d’une dizaine de chercheurs émérites vers la Belgique flamande, notamment l’équipe dont le travail sur les tuberculoses résistantes aux antibiotiques avait permis à notre Ville d’abriter le chercheur européen de l’année. On ne peut pas davantage oublier la brutalité et la brusquerie avec lesquelles ces annonces, uniquement justifiées par une logique d’amélioration des résultats financiers et de protection des intérêts américains du groupe Johnson and Johnson, ont été faites sans préavis, ni concertation aux salariés, la légèreté avec lesquelles elles ont été présentées au Maire de Val-de-Reuil comme une péripétie inscrite dans l’ordre normal des choses. On doit continuer à s’inquiéter pour ceux des salariés qui ne seront pas repris, pour le niveau de salaire qui leur sera proposé et la durabilité du contrat signé entre NovAlix et Janssen.

     

    Les élus rolivalois s'étaient mobilisés au moment de l'annonce du déménagement du laboratoire vers la Belgique
    Les élus rolivalois s’étaient mobilisés au moment de l’annonce du déménagement du laboratoire vers la Belgique

    Une motion appelant au maintien des activités et des emplois du Laboratoire pharmaceutique de Janssen-Cilagavait été voté au conseil municipal de Val-de-Reuil puis présenté, par les élus Rolivalois à l’Agglomération Seine-Eure, lors du Conseil communautaire qui avait suivi à l’annonce de cette décision. À la suite d’une rencontre avec les représentants du personnel, j’avais également sollicité la solidarité des élus majoritaires du département et de la région, dont on se souviendra qu’elle ne s’est jamais manifestée, ainsi que des membres du Gouvernement originaires de notre département restés parfaitement silencieux.

     

    La reconnaissance me pousse à exprimer mes remerciements à Emmanuelle Quiles, Présidente de Janssen France, que je connais et avec laquelle je m’étais très directement entretenu quelques jours après l’annonce de la fermeture, dans l’aboutissement de ce projet. Partageant avec beaucoup d’humanité mes préoccupations, pour l’avenir professionnel des chercheurs et le développement industriel de Val-de-Reuil, elle m’avait fait part, sous le sceau de la confidentialité la plus absolue, des démarches visant à faire venir sur le site de Val-de-Reuil, un acteur industriel capable de prendre la suite de Janssen Discovery. C’est aujourd’hui chose faite ; elle a personnellement œuvré, dans un contexte sanitaire et économique difficile, pour parvenir à cet accord. Je veux personnellement la remercier.

     

    L’entreprise NovAliX signera donc prochainement un contrat de location des locaux qui abritaient jusqu’alors les laboratoires de recherche et développement de Janssen Discovery. Ce bail débutera au 1erjanvier 2021. Je souhaite naturellement que cet engagement, qui ne porte actuellement que sur les trois prochaines années, puisse être rapidement prolongé au-delà de 2024. Le maintien du contrat de prestation de services entre Janssen et la société NovAliX, la stratégie de croissance des activités de l’entreprise présentée devant les représentants du personnel du laboratoire par son Président, Stephan Jenn que je remercie et à qui je souhaite la bienvenue, les travaux de modernisation qui seront prochainement réalisés sur le site sont autant d’éléments rassurants sur le niveau d’ambition du projet et la volonté d’inscrire, dans la durée, l’avenir de l’entreprise à Val-de-Reuil. Ils méritent d’être réaffirmés. C’est un sujet que je souhaite aborder avec le Président de NovAliX dès les prochaines semaines.

     

    Son arrivée s’accompagne de 25 à 30 créations d’emploi. Présentée le 3 septembre dernier à l’occasion d’un Comité social et économique, cette proposition a reçu l’accord de l’intersyndicale et des représentants du personnel. Compte-tenu de l’absence de dialogue social qui avait accompagné la fermeture du laboratoire, c’est un point que j’ai tenu à vérifier. Dans sa présentation, Stephan Jenn, Président de NovAliX a donc précisé que la connaissance de leur futur environnement de travail, le savoir-faire, l’expertise et la renommée internationale des chercheurs du pôle recherche et développement de Janssen était indispensable à la réussite de son projet. Deux tiers des emplois créés, soit une vingtaine, seront ainsi proposés en priorité aux 32 des 42 salariés concernés par la fermeture qui, encore aujourd’hui, étaient menacés par le chômage. Pour ces hommes et ces femmes, je suis heureux que puisse leur être proposé un emploi qui corresponde à leur intelligence, à leur excellence et à l’étendue de leurs compétences. Je souhaite cependant – car c’est un danger – que les conditions de rémunération associées à cette proposition soient à la hauteur de leur expérience, de leur ancienneté au sein du laboratoire et des découvertes scientifiques majeures auxquelles ils ont contribué au cours des vingt dernières années. Nous y serons attentifs.

     

    De la même manière, parce que le nombre d’emplois créées dans le cadre de cet accord ne couvre pas la totalité des suppressions de poste liées à la fermeture du laboratoire de recherche et développement de Janssen à Val-de-Reuil, l’accompagnement et le suivi individuels des chercheurs qui ne pourront bénéficier immédiatement d’un retour vers l’emploi devra être accéléré et intensifié. Personne ne doit être laissé de côté. Cela reste ma priorité.

     

    Si cet accord est le fruit d’un partenariat ancien et de collaborations nombreuses entre Janssen et NovAliX, l’installation d’une entreprise dont la compétitivité est reconnue au niveau international témoigne également du dynamisme du tissu industriel Rolivalois, confirme l’attractivité économique de Val-de-Reuil et conforte sa première place de producteur de richesses, d’emplois et de brevets du département de l’Eure. Sans cet environnement favorable, cet accord aurait été rendu plus difficile. Néanmoins je continue à affirmer que notre double monoculture pharmaceutique et logistique, bénéfique dans la crise du Covid, peut être un risque et à le répéter à ceux qui, têtus, ne vivent que sur des schémas anciens.

     

    Si la Ville fera preuve de la plus grande vigilance quant à sa mise en oeuvre, cet accord satisfait aux trois conditions que nous avions formulées à la direction générale de Janssen : une activité de recherche préservée, une majorité d’emplois sauvegardés, l’importance du site industriel de Val-de-Reuil, premier de l’Eure, confirmée.

    Vous êtes sans connexion