Professionn’elles en action

La Ville de Val-de-Reuil, en partenariat avec le CIDFF, met en place un dispositif unique pour aider les femmes chargées de famille à retrouver un emploi. 20 Rolivaloises ont répondu présent.

Mère au foyer ? Le plus beau métier du monde, dit-on. Pas celui le plus simple toutefois lorsqu’on veut (re)mettre le pied sur le marché du travail et (re)trouver un emploi après avoir élevé ses enfants !

Faire garder sa progéniture, concilier les contraintes familiales avec les contraintes professionnelles, gérer les déplacements, retrouver confiance en soi lorsqu’on est resté longtemps à la maison… la liste des freins à l’emploi est parfois longue pour certaines femmes.

Seule Ville à proposer ce dispositif

D’où l’initiative de la Ville de Val-de-Reuil, qui dispose d’un service municipal de l’emploi particulièrement actif, de tendre la main à toutes ces mères parfois submergées par l’ampleur des difficultés.  Un dispositif  dont la commune peut d’ailleurs en revendiquer la paternité!  Il s’agit en effet de « la seule ville de l’Eure à proposer cette démarche » hors du commun,  comme le souligne Patricia Lucas, directrice du centre d’information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) de l’Eure, copilote du dispositif.

« Nous avons à cœur de lutter contre les inégalités et de donner à nos habitants toutes les chances possibles pour trouver un emploi, explique Géraldine Deliencourt Godefroy, élue en charge de l’emploi. C’est pourquoi, en partenariat avec le CIDFF, nous avons choisi de nous mobiliser pour accompagner des Rolivaloises, toutes mamans et proches de l’emploi, à lever les freins qui pourraient les gêner pour trouver du travail ».

Ateliers collectifs / entretiens individuels

A l’issue de la réunion d’information, organisée ce mardi 29 novembre, 20 femmes – toutes plus enthousiastes – se sont portées volontaires pour intégrer le dispositif baptisé Professionn’elles en action, qui se déploie dès aujourd’hui et jusqu’en juin prochain. « Pendant ce laps de temps, nous proposerons régulièrement des ateliers collectifs et des entretiens individuels », précise Patricia Lucas.

Pour cela, la Ville et le CIDFF s’appuyeront également sur les compétences de leurs partenaires, tels que la Caisse d’allocations familiales (CAF) ou l’association IFAIR (aide à la mobilité)… « Nous travaillerons en effet sur la garde des enfants, la mobilité, la formation, le droit du travail, les chantiers d’insertion… mais aussi sur des ateliers de bien-être, d’estime de soi…».

Mener son projet à la carte

Une à deux fois par mois, les 20 Rolivaloises bénéficieront donc d’ateliers collectifs pendant lesquels elles pourront également échanger entre elles pour enrichir leurs expériences. « On cherche souvent mieux un emploi quand on est à plusieurs ».

Quant aux entretiens individuels, ils permettront à chacune de mener son projet « à la carte » ; de l’affiner au fil des semaines mais aussi de perfectionner son CV pour être plus efficace sur le marché du travail.

« Je trouve que ce dispositif est une excellente chose, reconnaissait l’une des participantes au cours de la rencontre. On s’est souvent senties seules face à tout ce qu’il y a à gérer pour pouvoir trouver un emploi ». Un coup de pouce qui permettra sans aucun doute à la plupart de ces femmes de retrouver confiance en elles pour se lancer dans une nouvelle vie.

Ce qu’elles en pensent

Christine, 44 ans

A 44 ans, Christine est maman de 5 enfants. Lassée de ces trop longs mois de recherche d’emploi infructueuses (« on n’a même jamais de réponses », déplore-t-elle), elle a finalement décidé de créer, à Val-de-Reuil, sa propre entreprise de stylisme / création / dépôt-vente / accessoires… Les différentes démarches sont en cours.

« Mon problème, c’est la mobilité. Aujourd’hui, je n’ai pas de permis et ça m’empêche de faire plein de choses. Ca me gênera aussi dans ma nouvelle activité : il faut donc que je puisse trouver une solution pour avoir le permis ».

C’est notamment ce que cette mère de famille nombreuse attend du dispositif Professionn’elles en action. Elle espère aussi trouver de précieuses informations sur le droit du travail, sur la manière de faire prospérer son entreprise… « En tout cas, j’y crois vraiment et je suis heureuse de cette initiative qui va beaucoup nous aider j’en suis sûre ».

Sabrina, 40 ans

Difficile pour Sabrina de trouver un travail stable depuis qu’elle a été reconnue travailleur handicapée il y a quelques années. « Je ne peux plus postuler sur tous les postes que je pouvais exercer avant. Je fais donc des petites missions, des petits CDD mais c’est toujours compliqué ».

Aujourd’hui âgée de 40 ans, cette maman de deux enfants de 10 et 22 ans a également connu les difficultés des horaires décalés. « Travailler dans un internat quand on a un enfant à la maison, c’est un vrai casse-tête ».

Passionnée de bricolage, Sabrina aimerait trouver un travail dans ce secteur d’activité. Elle espère que ce dispositif  lui apportera le soutien nécessaire pour trouver plus facilement un emploi. « J’ai hâte de participer à l’atelier Bien-être qui aide à avoir confiance en soi. Parfois, on a tendance à se diminuer et c’est un vrai problème ».

Partagez :

Vous êtes sans connexion