Les 25 ans de la Convention des Droits de l’Enfant dans les écoles

Marc-Antoine Jamet, classe de CM2 de M. Ancelin, école du Pivollet

La Convention Internationale des Droits de l’Enfant est un texte de 54 articles, adoptée par les Nations Unies le 20 novembre 1989

Convention internationale des Droits de l'Enfant
Convention internationale des Droits de l’Enfant

Il y a 25 ans, le monde a fait une promesse aux enfants : faire tout ce qui est en notre pouvoir pour affirmer, protéger et promouvoir leurs droits – droit de survivre et grandir, apprendre et s’épanouir, faire entendre leurs voix et atteindre leur plein potentiel.

La Convention affirme qu’un enfant n’est pas seulement un être fragile qu’il faut protéger mais que c’est une personne qui a le droit d’être éduqué, soigné, protégé, quel que soit l’endroit du monde où il est né. Et aussi qu’il a le droit de s’amuser, d’apprendre et de s’exprimer.

Afin de promouvoir cette Convention Internationale des Droits de l’Enfant, les élus rolivalois sont allés à la rencontre des élèves dans les groupes scolaires de la Ville dans lesquels une affiche pour mémoire des 10 principaux droits a été posée.

Marc-Antoine Jamet, classe de CM2 de M. Ancelin, école du Pivollet
Marc-Antoine Jamet, classe de CM2 de M. Ancelin, école du Pivollet

Curieux, les enfants des classes de CM2 ont posé de nombreuses questions sur le monde qui les entoure, partageant avec un enthousiasme unanime la nomination au prix Nobel de la Paix de Malala Yousafzai, âgée de 17 ans, pour “son combat contre l’oppression des enfants et des jeunes et pour le droit de tous les enfants à l’éducation.”

Jean-Pierre Perrault et Elise Jacobs du Conseil des Sages ont partagé leur expérience à l'école Louise Michel
Jean-Pierre Perrault et Elise Jacobs du Conseil des Sages ont partagé leur expérience à l’école Louise Michel
Jeanne Pouhé et Noëlle Boudart à l'école Léon Blum
Jeanne Pouhé et Noëlle Boudart à l’école Léon Blum

Depuis 25 ans, grâce à ce texte qui a permis une prise de conscience, beaucoup de choses ont été réalisées de par le monde :
-La mortalité infantile (moins de 5 ans) a été réduite de près de 50%
-Deux fois plus d’enfants de moins de 11 ans sont désormais scolarisés
-2,3 milliards de personnes supplémentaires ont accès à une source sûre d’eau potable
-Le nombre de cas de polio a diminué de plus de 99%
-La part de personnes vivant avec moins de 1€/jour est passé de 47% à 20%
-Depuis 2000, le nombre d’enfants forcés de travailler a chuté d’1/3

Fatia Djemel à Jean Moulin
Fatia Djemel à Jean Moulin

Malheureusement il reste encore beaucoup à faire, de par le monde, y compris en France. En 2014 l’UNICEF a établi un rapport « Chaque enfant compte, pour dévoiler les disparités et promouvoir les Droits de l’enfant». Les données de cette enquête continuent d’appuyer les activités de plaidoyer et l’action en faveur des 2,2 milliards d’enfants de la planète, en fournissant aux gouvernements des informations concrètes sur lesquelles ils fondent leurs décisions et leurs actions visant à améliorer la vie des enfants.
Parmi les résultats les plus parlants :
-Près de 3 millions de nouveau-nés meurent chaque année, de cause pourtant évitables
-168 millions d’enfants sont forcés de travailler
-230 millions d’enfants de moins de 5 ans n’ont pas été enregistrés à la naissance ; privés d’accès à la santé, à l’éducation et aux services sociaux de base, ils peuvent aussi être les victimes de trafics ou d’abus
-Les enfants les plus pauvres du monde ont 2,7 fois moins de chances que les plus riches de naître en présence d’un soignant qualifié
-39% des personnes vivant dans des ménages ruraux au Niger ont accès à une source améliorée d’eau potable, contre 100 % des ménages urbains
-4% des naissances sont déclarées parmi les Tanzaniens les plus pauvres, contre 56 % chez les plus riches
-En Sierra Leone, 1 enfant sur 5 meurt avant d’avoir 5 ans
-Les nouveau-nés des ménages les plus pauvres d’Asie du Sud sont ceux qui ont le moins de chances d’être nourris au sein dans l’heure qui suit leur naissance comparés aux nouveau-nés de n’importe quel autre quintile de toutes les régions
-En Somalie, 49% des enfants âgés de 5 à 14 ans travaillent
-Connaissances d’ensemble sur le VIH parmi les femmes de 15 à 24 ans au Guatemala : 41 % chez les plus riches, 5% chez les plus pauvres
-En Ukraine, les enfants riches (99 %) comme les enfants pauvres (93 %) ont à peu près les mêmes chances d’avoir des livres à la maison
-Près de 10 adolescentes sur 30 en Asie du Sud sont actuellement mariées contre 10 sur 140 en ECO/CEI
-Au Tchad, pour 100 garçons qui entrent à l’école secondaire, on ne compte que 44 filles.

A l'école des Cerfs Volants, Rachida Dordain répond aux très nombreuses questions
A l’école des Cerfs Volants, Rachida Dordain répond aux très nombreuses questions

Fort de ce constat l’UNICEF rappelle que  “L’enfant et l’adolescent doivent être au centre de toutes les politiques publiques, de la façon la plus transversale possible, et la mission première de ces politiques publiques devrait être de protéger les plus vulnérables”. Une observation que la Ville de Val-de-Reuil met au coeur de ses priorités.

A l'école des Dominos Jean-Jacques Coquelet et Christophe Coplo et Dominique Légo à l'école Coluche
A l’école des Dominos Jean-Jacques Coquelet et Christophe Coplo et Dominique Légo à l’école Coluche

Partagez :

Vous êtes sans connexion