Défense de MReal – Motion du Conseil Municipal

Motion du Conseil Municipal de Val-de-Reuil
M’REAL : les autorités finlandaises et communautaires doivent contraindre Mikko Hellander à vendre l’usine

M’Real-Alizay est le plus bel outil papetier du nord de l’Europe, hors Scandinavie, compte tenu de sa position géographique favorable et de la qualité du matériel actif sur le site. Ces atouts lui ont permis de porter le chiffre d’affaire à près de 200 M€. Pour cette usine, les perspectives d’avenir existent. A l’échelle nationale par la structuration d’une filière de recyclage dont Alizay serait le pivot. A l’échelle régionale avec, sur le site, la réflexion autour du projet biomasse CRE3, d’une puissance de 50MW électrique, de loin le plus important en France.

La décision du groupe finlandais, de son propriétaire, de fermer l’usine est donc incompréhensible. Les offres de reprise formulées ont été multiples et crédibles, toutes rejetées par Mikko Hellander, le président de la société d’Helsinki. Au thaïlandais double A il a refusé la dernière réunion prévue pour négocier. Quant aux repreneurs français, Fin’Active et Pro’Activa, il n’a jamais accepté de les associer réellement au processus de discussions.

L’attitude de la direction finlandaise est directement en cause. Elle s’est exposée juridiquement à quatre torts : l’entente anti-concurrentielle de façon à empêcher la reprise de l’usine par un concurrent, l’abus de biens sociaux par le déménagement vers d’autres unités du groupe de commandes établies à Alizay et représentant l’équivalent de 40 000 tonnes de papier, le délit d’entrave au droit d’information des salariés à plusieurs étapes cruciales des discussions sur l’avenir du site, le versement de frais de pilotage au holding finlandais sans que ceux-ci ne soient identifiés clairement dans les comptes et qui tendraient à prouver que la profitabilité du site est meilleure encore que nous le pensions.

Dans ces conditions, il faut dénoncer ce comportement auprès de toutes les autorités finlandaises concernées pour que l’entêtement du président du groupe papetier soit désavoué et que la vente puisse enfin avoir lieu. C’est le gouvernement finlandais qui doit désormais prendre ses responsabilités, de même que la Commission européenne doit être saisie au regard notamment des motifs juridiques énoncés.

C’est au gouvernement français de jouer ce rôle de pression. Le Ministre de l’Industrie comme le Ministre de l’Agriculture doivent donner des instructions en ce sens au représentant permanent de la France à Bruxelles comme à notre ambassadeur en Finlande. Le Premier ministre doit porter lui-même et avec vigueur le dossier auprès de son homologue finlandais.

Dans cette attente, les élus du Conseil municipal de Val-de-Reuil réaffirment leur entier soutien aux salariés de M’Real ainsi qu’à leurs familles et aux collectivités amies où ils vivent. Tout n’est pas joué. Aucun soutien national ou local ne doit manquer. Bien des combats sont encore à mener et les élus rolivalois en sont solidaires. M’Real doit vivre.